Journal du dimanche dimanche 21 octobre 2001 (extrait) a 39 ans, Marc Lavoine sort un 8e album «Je veux que ma musique s’installe, chez les gens,qu’elle laisse derrière elle un parfum»





télécharger 35.76 Kb.
titreJournal du dimanche dimanche 21 octobre 2001 (extrait) a 39 ans, Marc Lavoine sort un 8e album «Je veux que ma musique s’installe, chez les gens,qu’elle laisse derrière elle un parfum»
date de publication04.11.2017
taille35.76 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
FRANCE SOIR

mardi 9 octobre 2001
Marc Lavoine : « Montrer que l’on s’aime » (extrait)
Son nouvel opus, éponyme, est une invitation à un voyage musical et à la fraternité .
Marc Lavoine reste dans son univers. Entre solitude apparente et odes à l’amour, le chanteur publie un album sensible et apaisant, aux frontières de l’Europe de l’Est, du Maroc, de l’Angleterre, de New York, et de ce Paris qu’il aime tant. Quelques reprises (Paris avec Souad Massi), un duo avec Françoise Hardy, une adaptation du Pont Mirabeau d’Apollinaire, l’artiste laisse exprimer ce sentiment qui le caractérise : la liberté. Voix grave et posée, Marc Lavoine est en ville comme à la scène, réfléchi et apaisant.

AUJOURD’HUI - LE PARISIEN

vendredi 12 octobre 2001
LE CD DU JOUR « Marc Lavoine » : touchant
Marc Lavoine adore les duos avec des chanteuses. On n’a pas oublié, notamment celui qu’il forma avec Catherine Ringer (« Qu’est-ce que t’es belle »). Pour son huitième album, le premier chez Mercury, sa nouvelle maison de disques, sorti dans les bacs cette semaine, il nous démontre une fois encore son amour des voix féminines. Pas moins de quatre chanteuses et comédiennes l’ont en effet rejoint en studio pour quelques-uns des temps forts de cet album sans titre. Après l’ouverture avec « le Pont Mirabeau », le poème de Guillaume Apollinaire, puis « J’aurais voulu », arrive « Je ne veux qu’elle », qu’il interprète avec Claire Keim. La

superbe voix de la jeune comédienne, qui s’accorde parfaitement à celle de Lavoine, est une révélation. Une étonnante version de « Besame mucho », sensuelle et légère précède la formidable reprise de « Chère amie (toutes mes excuses) », avec Françoise Hardy. L’album comprend deux autres duos « Paris » avec l’Algérienne Souad Massi, et « j’ai tout oublié » avec la Sicilienne Cristina Marocco. Avec ses mélodies toujours aussi touchantes, Marc Lavoine nous entraîne dans ses voyages intérieurs, à la fois pudique et chaleureux. Ses douze chansons en disent beaucoup sur la vie, sur l’amour et sur cette solitude si palpable dans notre univers aujourd’hui.


JOURNAL DU DIMANCHE

dimanche 21 octobre 2001 (extrait)




A 39 ans, Marc Lavoine sort un 8e album « Je veux que ma musique s’installe, chez les gens,qu’elle laisse derrière elle un parfum».




Il y a du Lavoine dans l’air



IL A LES YEUX revolver, le regard turquoise qui tue, la chanson belle et le regard en bandoulière. A 39 ans Marc Lavoine sort son huitième disque, une ballade suave, ludique et nostalgique qui vient définitivement balayer son image de chanteur à minettes. Album de sérénité, de la curiosité amusée et de l’humanisme tendre, comme un polaroïd musical de l’artiste en cette première année du XXIe siècle.

« C’est un portrait de moi aujourd’hui. Car on n’a pas l’âge qu’on a, mais tous les âges qu’on a eus. Alors que j’arrive presque au midi de ma vie, je me suis dit qu’il était temps de devenir zen, d’arrêter de me demander si les gens m’apprécient, si ce que je fais est bien. Après l’atmosphère très violente de Lavoine Matic, avec des chansons comme C’est ça la France ou La main verte, dans cette période agitée, je crois que la vraie provocation, c’est dire aux autres qu’on aime, de continuer à aimer »

….

« En général, les disques ont une seule couleur et s’inscrivent dans un courant musical donné. J’ai décidé d’emmener les gens en voyage, de mettre une pincée de coriandre par ci, un nuage de safran par là. Je voulais que ma musique s’installe chez eux, quelle laisse derrière elle un parfum. Qu’elle donne envie de faire la sieste, mais sans être soporifique. Qu’on puisse arrêter d’écouter l’album mais continuer de l’entendre. C’est un disque qu’on peut vaporiser ». Et laisser planer.

Le disque offre une collection de duos. Avec Claire Keim (que l’on connaissait actrice dans le roman de Lulu), avec l’Algérienne Souad Massi, ou encore avec Françoise Hardy. « Leurs voix ont un lien, ce sont des lumières qui m’éclairent, comme les visage de Grace Kelly ou d’Ingrid Bergman. Je viens du théâtre, j’aime avoir des partenaires. Françoise (Hardy) a changé beaucoup de choses dans ma vie. C’est à cause d’elle et de Gainsbourg que j’ai eu envie de faire des chansons. Ils furent des posters accrochées dans ma chambre, ils ont fait ma vie et continuent de la faire »

L’HUMANITE

vendredi 19 octobre 2001 (extrait)
« Je suis plus romanesque que romantique »

Chanson. Dans son dernier album, le chanteur Marc Lavoine joue les tombeurs sous


le Pont Mirabeau en compagnie de Françoise Hardy, de Claire Keim et de Cristina Marocco.
Faut-il répondre à l’incertitude ambiante par le charme et la douceur ? Oui semble vouloir dire Marc Lavoine dans son dernier album, lequel doit beaucoup à une partition au fort contenu émotionnel. Le chanteur a beau se défendre d’être un romantique, tout, chez lui porte l’empreinte d’une tournure d’esprit sensible : On ne peut pas enfermer quelqu’un en disant de lui « c’est un romantique », « c’est un rêveur ». C’est un peu l’Opium de Cocteau.

Marc Lavoine a le gros défaut d’être beau. Alors forcément, on s’est un peu méfié à ses débuts en 1984. Mais, petit à petit, le succès s’est installé pour l’interprète des Yeux revolver, Rue Fontaine ou encore C’est ça la France. On voudrait résister, ne pas sombrer sous ce déluge de bons sentiments, le problème est qu’on se sent bien à l’écoute de cette voix chaude.

Son public, composé majoritairement d’un parterre féminin ne s’y est pas trompé, d’autant qu’il adore jouer les tombeurs. Pour preuve, les nombreuses chanteuses avec lesquelles il a enregistré, dont Catherine Ringer (Qu’est-ce que t’es belle) et Véronique Sanson (Une nuit sur ton épaule).

Pour son huitième album, il a, pour la première fois, fait appel à Françoise Hardy, au côté de laquelle il interprète le très tendre duo Chère Amie : « On a mis du temps à s’apercevoir de la profondeur de Françoise. Quand j’ai entendu sa voix dans le studio, j’ai ressenti quelque chose de particulier. Quand je suis loin d’elle, je me sens près et quand elle est là, j’ai peur de lui déplaire, de la perdre. » Il y a d’autres collaborations féminines, comme ces chansons partagées, avec Claire Keim (Je ne veux qu’elle), ou Cristina Marocco (J’ai tout oublié).

Est-ce le résultat de la séduction ? « Je crois que c’est justement quand on n’a plus envie de séduire qu’on devient soi-même, confie le chanteur. Il ne faut pas passer à côté de soi, en essayant toute sa vie de paraître. Sinon, vivre devient étouffant ». Son nouvel album propose d’autres moments d’émotion. A l’image du morceau d’ouverture, Le Pont Mirabeau, de Guillaume Apollinaire, dont il signe la musique, ou encore la reprise du thème de la Moldau, du compositeur tchèque Smetana. Autant de morceaux qui ajoutent un souffle romantique à l’enregistrement. « Avant Apollinaire, on n’écrivait pas de la même manière. Le Pont Mirabeau est une histoire d’amour faite comme une chanson avec un vrai refrain et des couplets, contrairement à un texte comme le Dormeur du val de Rimbaud, où il faut réaliser un véritable travail de restructuration si on veut en faire une chanson. Quant à la Moldau, c’est une musique qui a bercé ma jeunesse. Mon frère étudiant dans une école d’art, l’écoutait en boucle ». On aura compris qu’avec ce disque l’interprète de C’est la vie est allé un peu plus loin dans la recherche de sa vérité en essayant d’être lui-même « devant ses chansons ».

Sa façon de se mettre à nu. Chanteur, acteur, Marc Lavoine a toujours su mêler chanson et cinéma. Ce qui le fait vibrer ? « Faire un disque,  c’est être meilleur que ce que l’on est dans la vie, en étant plus audacieux, plus libre. J’essaie de faire passer une petite chose. Dans chacune de mes chansons, il y a une lime, comme une miche de pain, destinée à couper les barreaux.

L’EXPRESS

jeudi 11 octobre 2001 (extrait)

Dandy moderne et militant discret, Marc Lavoine a chanté Les Yeux revolver et dénoncé l’intolérance, le terrorisme ou la prostitution. Homme de défi, il a fait l’acteur et entonné des duos avec Catherine Ringer ou Véronique Sanson. Dans son huitième album (Mercury) en dix sept ans de carrière, Lavoine commence par l’impossible : adapter en version pop Le Pont Mirabeau d’Apollinaire. C’est personnel et réussi. Plus loin, les mots d’amour de J’aurais voulu se fondent judicieusement sur une musique du compositeur tchèque Bedrich Smetana


(1824-1884) . Autres jolies surprises, Lavoine reprend en compagnie de Françoise Hardy Chère Amie, chanson qu’il avait crée en 1989, et joue des allitérations dans Ma jonque est jaune , exercice de style Gainsbourien.

PLATINE

septembre 2001
Deux ans à peine après l’échec commercial de 7e ciel, et comme regonflé à bloc par une énergie toute nouvelle, l’acteur-chanteur, nous livre un opus au concept original , cousin de celui de Clair Obscur de Françoise Hardy. Entendez par là que cet album, joliment habillé par Kevin Westengerg (cf Keren Ann, Ana Torroja) et subtilement réalisé par François Delabrière et Jean-François Berger, est constitué de nouvelles compositions nées de rencontres aussi inattendues que bienvenues en ces temps d’uniformisation de la création (Duvall, Kapler, Fauque, Musumarra, Lunghini…), mais aussi d’adaptations (Besame mucho, la Moldau) de reprises de ses tubes (Chère amie, Toutes mes excuses, Les Yeux revolver), le tout ponctué de duos avec de jolies voix féminines plus au moins identifiables : Françoise Hardy (bouleversante d’émotion contenue…), Claire Keim et Crisina Marocco.

Après deux ans déroutants, la formule devrait d’autant plus faire son effet que Lavoine, qui semble enfin assumer pleinement sa belle gueule et son image de chanteur de charme (il suffit de jeter un œil sur la pochette et le joli clip du Pont Mirabeau par Sylvain Bergère pour se rendre à l’évidence…), a recentré son répertoire sur les chansons sentimentales et intimistes, aux mélodies imparables. A ce titre, ce nouveau volume à sa discographie pourrait bien faire le pont avec Les amours du dimanche, son plus gros succès à ce jour. Chanter l’amour, ses petits comme ses grands tourments, c’est exactement ce que son public populaire attendait de lui.

VSD

jeudi 2 août 2001

Marc Lavoine



Longtemps catalogué comme chanteur à midinettes, Marc Lavoine a depuis , su faire évoluer se compositions. On est aujourd’hui bien loin de ses premiers tubes tels que les yeux revolvers ou le Parking des anges.

Avec son nouvel album, il paraît en complète harmonie avec la musique qu’il interprète.


L’EST REPUBLICAIN

dimanche 2 septembre 2001




Marc Lavoine, l’amoureux



Depuis plus de quinze ans (déjà !), l’homme aux yeux revolver est un must du paysage de la chanson française. De Pour une biguine avec toi à Qu’est ce que t’es belle, en passant par C’est ça la France et Les Tournesols, dernier tube en date, Marc Lavoine s’est fait un nom dans la variété poétique.

Auteur compositeur doué, ce jeune père de famille est aussi un homme généreux, qui répond toujours à l’appel des Enfoirés entre autres initiatives à but caritatif.

Le 9 octobre sort son huitième opus, un album de douze chansons (Mercury) dans lequel il adapte Le pont Mirabeau , le célèbre poème d’Apollinaire, reprend en version française le fameux Besame Mucho, chante en duo avec Françoise Hardy et l’actrice Claire Keim, et parle beaucoup d’amour. de quoi rêver d’une biguine avec lui !

Télé Star

Du 22 au 29 septembre 2001
Lavoine possède deux qualités d’artiste : la longévité ( premier tube en 1983) et le talent d’écriture. Il leur ajoute même une voix de dandy, imperceptiblement distante.

Sa mise en musique du Pont Mirabeau  d’Apollinaire est une réussite téméraire, ses duos avec Claire Keim et Françoise Hardy, deux parfaites unions. On aime beaucoup également ma Jonque est jaune et le mellotron charmant et désuet de Ma solitude.com.


TELE LOISIRS

Du 29 septembre au 5 octobre 2001
Un nouvel album de Marc Lavoine est toujours synonyme de qualité. Ce dernier, dont est extrait Le pont Mirabeau , ne fait que confirmer son talent. A noter : un joli duo avec la comédienne Claire Keim .

TELE MAGAZINE

Du 6 au 12 Octobre 2001
Avec Le pont Mirabeau , un poème de Guillaume Apollinaire, Marc Lavoine est parvenu à faire rimer « variétés » avec « qualité ».

L’ensemble de son nouvel album s’avère de la même veine. Un très grand cru.


LE COURRIER DE L’OUEST

Mardi 18 septembre 2001

Marc Lavoine, de retour

Paru également dans LE BIEN PUBLIC – LE DAUPHINE LIBERE – Le Normandie – PRESSE OCEAN – L’est éclair – Libération CHAMPAGNE – HAVRE LIBRE – La Montagne – Le Maine libéré.
Il a les yeux revolver, la voix grave et sensuelle, Marc Lavoine nous revient avec un nouvel album éponyme né sous le signe de l’amour et des ballades à l’italienne. Deux perles sont au cœur de cet album, deux duos, l’un avec l’actrice Claire Keim, l’autre avec l’ineffable Françoise Hardy.


LA REPUBLIQUE DU CENTRE

Vendredi 9 novembre 2001
Marc Lavoine… pour le meilleur
Il a toujours les yeux revolver ! Marc Lavoine nous revient en douceur pour une invitation à la filature dans les rêveries d’un promeneur solitaire qui a encore gagné en maturité.

De son Pont Mirabeau , la ballade est prometteuse et la vue imprenable.

Comme à son habitude, l’artiste nous embarque sur les chemins de sa nostalgie.

Celle des êtres kidnappés par le temps dans les ruelles d’un Paname immortel. Le ton est plus grave au fil de ce dernier opus mais sans oublier ces flagrants délits de tendresse dispersés au vent des saisons. Marc Lavoine les traverse avec dans les yeux des fragments de mélancolie diablement bien travaillés sur la partition : j’aurais voulu… , comme un regret, juste avant de retrouver Françoise Hardy, la complice de toujours, pour redonner à sa Chère amie  une subtile variation qui a encore gagné en intensité.

Paris , lui, est revisité aux côtés de Souad Massi, pour s’enivrer de nouveaux parfums venus d’Orient.

Ne jamais oublier et surfer sur Ma solitude.com pour s’élancer dans l’air du temps. L’espace s’en retrouve gagné pour inscrire les nouveaux mots d’un éternel romantique qui n’a pas fini de nous surprendre.

Pour le meilleur.


LA DEPECHE DU MIDI

Dimanche 9 septembre 2001
Marc Lavoine : huitième album, onze chansons, trois duos
Marc Lavoine, c’est l’élégance, la discrétion, la classe. Un homme heureux, un chic type.

Fidèles à ses amis. Fidèle à son public aussi qui lui pardonne d’ailleurs de se faire rare sur scène . La dernière fois ? souvenez-vous : 1998, pour une tournée née à La Boule Noire à Paris où il était resté à l’affiche durant deux semaines avant de partir chanter sur les routes avec son pote Alain Lanty qui l’accompagnait au piano.
Marc Lavoine aujourd’hui revient nous faire un petit coucou discographique, avec son huitième album.

Signe d’un nouveau retour sur scène ? Trop tôt pour le savoir. D’abord, il faut écouter ses nouvelles chansons : onze titres avec des petites surprises à chaque tournant, dont pas moins de trois nouveaux duos. Le premier :  Chère amie (toute mes excuses) , enregistré avec Françoise Hardy. Deux jolies voix onctueuses qui ne pouvaient que se rencontrer. Le deuxième : J’ai tout oublié  chanté avec l’artiste italienne Christina Marocco. Et le troisième : Je ne veux qu’elle , enregistré avec la voix de la comédienne Claire Keim.

Il aime ça, les duos, Marc Lavoine. Souvenez-vous : Qu’est ce que t’es belle (un vrai tube, chanté avec Catherine Ringer des Rita Mitsouko), Les hommes sont des femmes comme les autres  (avec Princess Erika)… et c’est toujours un bonheur de l’entendre donner ainsi du relief à ses chansons. Mais il sait aussi jouer les héros en solo, comme un grand, et nous faire partager son bonheur de varier les plaisirs, tantôt en faisant valser ses cordes vocales sur des nappes de violons tantôt en nous invitant à quelques petites escapades exotiques ( Ma jonque est jaune Deux guitares au soleil ), voire émouvante (Le pont Mirabeau ) particulièrement audacieuse (il adapte ainsi façon « lounge » le fameux Besame mucho  de Consuelo Velasquez). Et quand on arrive au dernier morceau, Ma solitude.com , on se prend à le prendre pour Souchon…Et c’est si beau qu’on oublie d’en arrêter son lecteur de CD… Et c’est tant mieux : Marc Lavoine nous fait ici un nouveau cadeau, un retour inattendu sur  Les yeux revolvers … Dans une version réactualisée et dont on ne lassera pas plus que la première.

similaire:

Journal du dimanche dimanche 21 octobre 2001 (extrait) a 39 ans, Marc Lavoine sort un 8e album «Je veux que ma musique s’installe, chez les gens,qu’elle laisse derrière elle un parfum» iconDimanche 15 juillet 2012
«Une vocation se réalise quand une personne sort de sa volonté fermée sur elle-même, de l’idée d’une réalisation de soi, pour se...

Journal du dimanche dimanche 21 octobre 2001 (extrait) a 39 ans, Marc Lavoine sort un 8e album «Je veux que ma musique s’installe, chez les gens,qu’elle laisse derrière elle un parfum» iconIl était une fois, une jeune fille qui se nommait Amura, elle avait...

Journal du dimanche dimanche 21 octobre 2001 (extrait) a 39 ans, Marc Lavoine sort un 8e album «Je veux que ma musique s’installe, chez les gens,qu’elle laisse derrière elle un parfum» iconBulletin gratuit de liaison de la communauté de la Cathédrale de...
«répétition générale» de la pièce intitulée «Les Champignons de Paris». Vous pourrez désormais la voir du 30 septembre au 9 octobre...

Journal du dimanche dimanche 21 octobre 2001 (extrait) a 39 ans, Marc Lavoine sort un 8e album «Je veux que ma musique s’installe, chez les gens,qu’elle laisse derrière elle un parfum» iconDimanche 31 octobre à 14h15 (n°250 à 420)

Journal du dimanche dimanche 21 octobre 2001 (extrait) a 39 ans, Marc Lavoine sort un 8e album «Je veux que ma musique s’installe, chez les gens,qu’elle laisse derrière elle un parfum» iconDimanche 16 octobre 2O11 23H 30 [gmt+ 1] «je n’aurais manque un seminaire...
«Vie de Lacan». Elle a été écrite par Jacques-Alain Miller. C’est la première partie d’un ouvrage, plus complet, à paraitre prochainement,...

Journal du dimanche dimanche 21 octobre 2001 (extrait) a 39 ans, Marc Lavoine sort un 8e album «Je veux que ma musique s’installe, chez les gens,qu’elle laisse derrière elle un parfum» iconNuméro: 007 lundi 17 octobre 2005 Nos Jeunes Arbitres à l’honneur !
«tipiff», le dimanche 16 octobre 2005 au Palais des sports de Coubertin à paris

Journal du dimanche dimanche 21 octobre 2001 (extrait) a 39 ans, Marc Lavoine sort un 8e album «Je veux que ma musique s’installe, chez les gens,qu’elle laisse derrière elle un parfum» iconLe dimanche 27 octobre 2013, salle des fêtes de Beaumont (86)

Journal du dimanche dimanche 21 octobre 2001 (extrait) a 39 ans, Marc Lavoine sort un 8e album «Je veux que ma musique s’installe, chez les gens,qu’elle laisse derrière elle un parfum» iconIl faut cependant l’avouer, le terme même de «miséricorde» déroute...
«deuxième dimanche de Pâques prendra le nom de Dimanche de la Miséricorde Divine»

Journal du dimanche dimanche 21 octobre 2001 (extrait) a 39 ans, Marc Lavoine sort un 8e album «Je veux que ma musique s’installe, chez les gens,qu’elle laisse derrière elle un parfum» icon«Un Long dimanche de fiançailles.»
«Un Long dimanche de fiançailles» est un film français du réalisateur Jean Pierre Jeunet sorti sur les écrans en 2004. C’est un film...

Journal du dimanche dimanche 21 octobre 2001 (extrait) a 39 ans, Marc Lavoine sort un 8e album «Je veux que ma musique s’installe, chez les gens,qu’elle laisse derrière elle un parfum» iconPetite histoire du cabv
«je veux bien dépanner pour un an»… pensant que ça permettrait de résoudre le problème… sans s’imaginer un instant qu’elle s’engageait...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com