La surveillance et la domestication des hommes





télécharger 81.58 Kb.
titreLa surveillance et la domestication des hommes
page1/2
date de publication04.11.2017
taille81.58 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2
Comment disparaissent les routes

Le Tour de France des compagnons
Nicolas Adell

LISST / Centre d’Anthropologie Sociale
Le Tour de France des compagnons puise l’essentiel de sa notoriété dans le fait qu’il est tout à la fois un voyage d’étude et d’initiation. Ce dernier aspect surtout a fait couler beaucoup d’encre depuis George Sand qui écrivait dans son Compagnon du Tour de France : « Le Tour de France, c’est la phase poétique, c’est le pèlerinage aventureux, la chevalerie errante de l’artisan. » Or, si l’on tient, comme les compagnons, à façonner des hommes en suivant un certain modèle, celui d’une virilité traditionnelle, il est impératif qu’une direction soit indiquée. Il faut ainsi qu’ils conjoignent l’exigence d’un tracé à suivre et la nécessité d’un « au-delà » de la route : les hommes hors pair ne se construisent pas sur les sentiers battus.

L’errance a pu appartenir à la préhistoire du Tour de France, jusqu’à la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe siècle, époque où l’identité des compagnons n’est pas encore faite d’un « aller vers », mais s’appuie sur une mobilité qui se suffit à elle-même. Peu à peu incompatible avec l’idée du voyage organisé, l’expression « Tour de France » étant en elle-même l’annonce d’un programme, elle est devenue une des principales pratiques à débusquer. Ces transformations ont également atteint les représentations de la route : celle-ci conviait les compagnons à quérir leur identité spécifique ; elle n’est plus aujourd’hui que le mal nécessaire d’hommes à qui l’on fait la promesse d’un horizon d’excellence.

  1. La surveillance et la domestication des hommes



Sur le Tour de France, il faut éviter les abandons dont les errances sont en grande partie responsables. Il s’agit de prévenir les divagations, tant physiques que morales. Si tous les partants ne parviennent pas à devenir des compagnons, ce qui est somme toute une loi de l’élitisme, il faut néanmoins donner les clés qui permettront à quelques-uns d’y arriver.

Ainsi, dès le XVIIIe siècle, certains compagnonnages faisaient obligation aux arrivants de justifier de leur passage dans telle ou telle ville en leur demandant de décrire un détail précis d’un monument, détail appelé « remarque » : une marque lapidaire, une figure spécifique, un bas-relief, une ronde-bosse, éléments peu visibles pour qui se contente d’une visite légère. Mais il est peu probable que les compagnons aient cru à l’efficacité réelle d’un tel dispositif : les itinérants devaient bien communiquer entre eux. Aussi, est-ce vraiment un contrôle d’itinéraire qui se joue dans le système des remarques ? L’existence d’une correspondance compagnonnique assez développée, informant souvent des moments du départ, nous incite à penser que les remarques ne peuvent épuiser leur utilité dans la fonction « preuve de passage ». En réalité, on pourrait plutôt y voir une volonté, de la part des compagnons, d’éducation, de domestication et, partant, d’affirmation d’un pouvoir sur les corps. Il s’agit de donner de la consistance à « l’être en route » cher à Gabriel Marcel1.

Il est tout à fait probable que les remarques aient été pensées, à l’origine, comme des modèles stigmatisant un certain niveau d’habileté technique. Observer ces pièces d’ouvrage relevait d’une éducation à la culture de métier magnifiant l’ingéniosité inégalable des Anciens. Ainsi, un compagnon, surnommé La Fidélité de Saint-Louis-de-Montferrand, disait en 1925 de la remarque des tailleurs de pierre en Avignon, un pendentif sous une arcade ouvrant sur la cour du palais des papes, que « ce chef-d’œuvre provoque tout à la fois une impression de terreur et d’admiration devant l’imposante symétrie de cette masse de pierre suspendue dans le vide »2. L’aspect technique, le tour de main prodigieux, est bien la raison d’être première de la contemplation imposée. Il en est de même à Saint-Gilles-du-Gard où les compagnons peuvent toujours venir s’extasier devant l’escalier à vis de l’église romane, chef-d’œuvre de stéréotomie.

Mais l’éducation technique ne concernerait ici que les seuls tailleurs de pierre, puisque les remarques sont presque exclusivement des produits de la taille. Or, tous les compagnons les utilisent : Agricol Perdiguier, compagnon menuisier qui fait son Tour entre 1824 et 1828, en mentionne quelques unes à Nantes ou à Montpellier. Il faut donc y chercher plus que de la culture technique fossilisée. On peut en effet y déceler aussi une mémoire du Tour de France. Ainsi, la remarque de Bordeaux, constituée par le fronton de l’hôtel des Fermes figurant des putti taillant des blocs de pierre s’opposant à un vieillard désespéré jetant ses outils, est censée rappeler aux compagnons du Devoir la victoire remportée sur les tailleurs de pierre du Devoir de Liberté lors de la construction de l’actuelle place de la Bourse : ces derniers n’arrivaient pas à assembler les pierres taillées par les Devoirants3. Progressivement donc, l’aspect technique tend à devenir secondaire : les remarques se font pédagogiques. Tout porte à croire qu’on les choisit pour ces raisons. Ainsi, l’une d’elles à Montpellier, selon Perdiguier, constituait « un bas-relief figurant une anguille qui s’échappe, à travers une trop grande maille, du filet qui la retenait prisonnière » et que l’on peut observer au château d’eau de la ville4. Quelle meilleure image pour les compagnons qui ont survécu aux lois d’Allarde et Le Chapelier interdisant leurs réunions au début de la période révolutionnaire ?

Mais les remarques, ce sont aussi, et peut-être surtout même si le souvenir en a été moins prégnant que pour les grandes œuvres, des détails infimes ou apparemment inintéressants, ceux que le touriste moyen, et même averti, ne s’attacherait pas à contempler. Il s’opère de cette manière une distinction entre le compagnon itinérant et le voyageur lambda. Cela semble être en usage dès la fin du XVIIe siècle ou le début du XVIIIe siècle. Un livret satirique de cette époque, L’Arrivée du brave Toulousain, en fait mention5. Mais les autobiographies du XIXe siècle permettent d’en mieux juger la réalité. Ainsi, toujours à Montpellier selon Perdiguier, il fallait aussi remarquer « dans l’entablement dorique de la porte du Peyrou, au-dessous des triglyphes, quelques gouttes pendantes non découpées » ; à Nantes, c’est un bas-relief de petites dimensions figurant un Marc-Antoine dans une attitude « que la pudeur ne permet pas de décrire »6. En immisçant de la légèreté, les compagnons s’invitent eux-mêmes à tolérer la gravité du contexte, qui reste celui d’une discipline des corps et d’une politique de la surveillance.

Il ne s’agit donc pas seulement de prouver son passage dans une ville. Sous couvert d’un discours sur l’éducation technique et artistique du voyageur, il faut en réalité simplement témoigner que l’on a fait la route en compagnon. En ce sens, il s’exprime dans le système des remarques une volonté de maîtrise, de la part de la société, du corps des individus dont on cherche à orienter le mouvement, que l’on veut courber en des lieux précis. [une phrase supprimée] Ainsi, en dehors du contenu que l’on a compris être variable, si l’on cherche une philosophie de la remarque, on pourra la découvrir dans la perspective d’une domestication des corps par l’imposition de postures en certains endroits, qui sont rendus symboliquement plus denses par la pensée de tous ces compagnons de différentes époques superposés en ces lieux en une même attitude. Au-delà des différences interrégionales, de la variabilité infinie des détails observables et déjà très importante de ceux observés, on constate une volonté de production du Même, qui passe ici par une maîtrise des corps individuels. Le compagnonnage met en scène sa longue durée en créant une chaîne imaginaire de compagnons adoptant des attitudes similaires. Dans cette mesure, on peut estimer qu’il se joue également de la filiation symbolique à travers la reproduction des gestes des Anciens. « Être en route », c’est pénétrer la surface de la trajectoire et rendre compte des strates de voyageurs qui y sont dissimulés ; c’est épaissir la route avec du temps à retrouver.

Ce procédé de contrôle des individus invite à penser, chez les compagnons, une volonté plus globale de domestication. Cet aspect prend toute son ampleur à partir du moment où l’on se rend compte que le Tour de France cherche finalement à faire passer le « naturel », non plus seulement chez les individus mais d’une manière générale au sein des espaces parcourus. La route a beau être le produit fini d’activités humaines, elle conserve, comme toute voie, un potentiel d’ensauvagement de ceux qu’elle prétend conduire. Avec son lot d’incertitudes et de risques, l’étourdissement d’un infini qu’elle matérialise (on ne sait pas où elle s’arrête véritablement), la route interroge la maîtrise de notre destinée. Question insupportable, et il faut rendre à la route ses limites, l’encadrer pour la dominer en quelque sorte, non pour trouver une réponse satisfaisante, mais pour éviter que de telles interrogations nous échoient.

  1   2

similaire:

La surveillance et la domestication des hommes iconAu nom de l’altérité radicale et d’une inégalité entre les sexes
«hommes politiques» à l’égalité politique des femmes et des hommes. L’argumentation repose 3 éléments essentiels

La surveillance et la domestication des hommes iconLes hommes veulent-ils l’égalité avec les femmes au travail ?
«caregiver») et une mère qui fait carrière («breadwinner»). Après avoir célébré ces hommes qui osent changer les modèles ancestraux,...

La surveillance et la domestication des hommes icon1 Préfecture de la Charente-Maritime Direction de la Réglementation et des Libertés Publiques 67
«tele guard security» dont le siège social se situe à rochefort (17300) 52, rue Grimaux, ayant pour activités la surveillance et...

La surveillance et la domestication des hommes iconAspects legislatifs generaux
Art. R. 241-50. Le médecin du travail exerce une surveillance médicale renforcée pour

La surveillance et la domestication des hommes iconSéminaire sur «l’océan Indien, un espace géostratégique»
«Albatros» ainsi que le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (cross)

La surveillance et la domestication des hommes iconVidéo surveillance, un état des lieux avant une location longue durée…
«Marseille va tourner le dos aux anathèmes et aux affres sécuritaires qui l’ont particulièrement tourmentée ces derniers mois.»

La surveillance et la domestication des hommes iconRapport de stage
«L'art le plus difficile n'est pas de choisir les hommes mais de donner aux hommes qu'on a choisis toute la valeur qu'ils peuvent...

La surveillance et la domestication des hommes iconCours pédagogique Contenu : 71 «grands hommes»
«grands hommes» reposent déjà au Panthéon, et quatre de plus vont y entrer. Qui sont-ils ?

La surveillance et la domestication des hommes iconCours pédagogique Contenu : 71 «grands hommes»
«grands hommes» reposent déjà au Panthéon, et quatre de plus vont y entrer. Qui sont-ils ?

La surveillance et la domestication des hommes iconA la veille des élections présidentielles de 2007, les médias affichent...
«Les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.» Par conséquent, tout citoyen dispose de ses droits civiques qui lui...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com