Considèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les enfants que les autres formes d'abus





télécharger 375.53 Kb.
titreConsidèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les enfants que les autres formes d'abus
page8/21
date de publication04.11.2017
taille375.53 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   21

Aveuglement de la victime



Selon Isabelle Nazare-Aga, psychologue comportementaliste, la victime est dans l’ignorance de ce qu’il lui arrive (et de l’existence des pervers), elle culpabilise, elle pense être responsable, elle a honte.

L’enfant, lui-même, a naturellement tendance à aimer, à faire confiance, à croire en ses parents.

Un enfant ne voit pas le mal chez ses parents et sollicite leur amour et leur affection, même dans le cas où il reçoit très peu en retour.

C’est seulement quand le « masque tombe », que la maltraitance psychique (insidieuse) se transforme soudain en violence physique ou que le mensonge devient tellement énorme que l’on ne peut plus y souscrire, que la victime ouvre les yeux.

Aveuglement des proches



On rencontre souvent la naïveté des proches, « aveugles », qui ne voient rien.

Il y encore ceux qui n'ont rien vu et qui ne veulent pas voir50.
« J’écrivais à mes parents de ce que je pensais de leur négligence, du fait qu’ils n’avaient jamais remarqué que, toute petite, j’étais traumatisé par quelque chose » (page 307).
Le pire pour Myriam, qui est passée par trois dépressions, « c’est que [sa] famille pensait que c’était [elle] qui [était] fragile et que c’était lui la victime ».

« Il n’y avait [je ne rencontrais] aucune écoute, aucune compréhension [par rapport à ce que je vivais] ».
Dans les situations de maltraitance, la confrontation aux enfants et aux familles relève d’une grande complexité. La parole de l’enfant ne se limite pas à révéler les faits. Elle est là aussi pour essayer de comprendre, pour se décharger d’un fardeau, pour se plaindre ou encore pour tester la confiance dans l’adulte. Si le professionnel doit rester attentif à la subjectivité de l’enfant et à son rythme, il est aussi dans l’obligation de le protéger. Du côté des familles, il doit identifier les modes relationnels habituellement utilisés et accepter d’être interpellé sur ces registres. Mais la proximité qui s’instaure alors peut contribuer à le rendre aveugle aux signes envoyés par l’enfant. Et puis il y a ce risque toujours présent de télescopage entre le vécu de celui qui parle et le vécu de celui qui écoute, même si ces vécus ne sont pas de même nature. Il faut accepter de s’immerger dans l’histoire de l’autre, se laisser toucher émotionnellement tout en gardant la bonne distance (ni trop près, ni trop loin). Rechercher la bonne attitude nécessite de rejeter « les préjugés rassurants, les théories bien faites, le prêt à porter des conduites à tenir »51.
Nous ne voulons pas voir la violence, au sein des familles. Les gens n’ont souvent pas envie de voir la réalité, … surtout si le maltraitant, le faussaire ou le menteur est leur héro, celui qu’ils admirent.
« Je me souviens encore du coup que j’ai reçu en plein cœur, le jour elle [ma mère] a dit, à propos de l’homme qui m’a violée à de multiples reprises :

  • Quel monsieur serviable ! je ne compte plus les fois où il m’a aidé à porter les courses jusque chez nous, alors que j’étais chargé comme un mulet. Lilly, j’espère vraiment que, plus tard, tu seras aussi gentille que lui52 ».


« Ton oncle est si gentil, si bon, si serviable »53.
Les maltraitances psychiques sont souvent trompeuses, dans leur apparence. Ce sont des phénomènes complexes. Et il n’est pas certains, que _ sans l’expérience vécue, par soi-même, de telles maltraitances ou sans les outils intellectuels adéquats _ seule l’intelligence de la raison ou celle du cœur permettent de les comprendre en profondeur.
Il existe de multiples arguments pour justifier de ne pas voir et de ne rien faire :


  • la crainte de l'individu pour sa vie ou son intégrité physique. Car l'acte de protestation comporte un certain risque.

  • L'accommodation à une certaine réalité, son occultation surtout, peut être nécessaire, à certains, pour pouvoir continuer à vivre tranquille.


« « C'est ainsi que j'avais envie, que j'avais besoin de penser, qu'il me fallait penser pour conserver notre existence familiale et, si vous voulez, [...] pour conserver ma raison »54. Mme Stangl55 préfère le confort à la vérité [...] »56.

« Son interlocutrice tire la conclusion qui s'impose : « La vérité est une chose terrible, trop terrible quelquefois pour que nous puissions vivre avec elle » »57.

« Face à l’insoutenable, l’insupportable, l’innommable, il y a souvent le refus de voir ».
La peur « égoïste » _ la peur de remettre en cause son existence, d’aller vers l’inconnu etc. _ entre souvent en jeu :

« En ce temps, pour la majorité silencieuse allemande, c'était une technique répandue d'essayer d'en savoir le moins possible, et pour cette raison de ne pas poser de questions » (Système, 262)58.

Les éléments d'information « furent étouffés par la peur, le désir du gain, par la cécité et la stupidité volontaires » (Naufragés, 16)59.

« Evguénia Guinzbourg écrit : « Quand on jette aujourd'hui un coup d'œil en arrière, vers cette époque terrible, on s'étonne d'un tel aveuglement volontaire : comment les gens pouvaient-ils ne pas se poser de questions devant ce qui crevait les yeux ? » (II, 336-7)60. Elle est bien obligée de répondre à cette question : elle se rend compte qu'elle-même se laissait leurrer comme les autres. C'est que, et c'est une des leçons de cette expérience, croire est plus fort que voir. Les détenus avaient besoin de croire pour espérer; ils oubliaient donc le témoignage de leurs sens. Les témoins avaient besoin de croire pour vivre tranquilles »61.
Souvent le « pervers » fait tout pour paraître admirable, digne d’éloge. Et ceux qui l’admirent, surtout s’ils sont fragiles, ne peuvent supporter ou soutenir l’idée que ce dernier aurait pu les tromper. Car sinon, ils risqueraient de découvrir qu’ils ont été trompés et ils pressent alors qu’ils risqueraient de tomber dans une Auschwitz.

Et souvent alors, ils préfèrent s’enferrer [s’enliser] dans un « aveuglement relatif », que de risquer cette confrontation épouvantable à la vérité62 [qu’ils redoutent].
« Il essaie de nous apitoyer sur son sort. Quelle imagination... Ou bien : — Le pauvre, il est devenu fou »63.

« […], ces mécanismes de défense découlent de certaines qualités pro fondes qui sont inhérentes à tous les êtres humains : l'amour de la vie, la peur de la mort... » (Jong, 54)64. On croit ce qu'on veut, non ce qu'on voit65.

1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   21

similaire:

Considèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les enfants que les autres formes d\75% de la population vit avec moins de 160 dollars par an, soit moins...

Considèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les enfants que les autres formes d\Les réflexions qui suivent émanent de l’expérience de la «traduction»...
«complète», l’in-folio. Cela dit, IL est pour le moins ironique que les oeuvres du plus célèbre dramaturge de la planète aient bien...

Considèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les enfants que les autres formes d\Fiche Histoire des Arts : Arts Engagés
«Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant» mais «à l’heure du couvre-feu, des doigts errants avaient écrit morts pour...

Considèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les enfants que les autres formes d\Le mot panthéon désigne au choix deux types de lieux : l'un antique,...
«actif» de nos jours, faisant que les français ne le considèrent pas seulement comme un lieu historique, auquel on aurait donné une...

Considèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les enfants que les autres formes d\Scénario d’avenir pour l’Eglise en France
«papy-boom» chez les prêtres et de la chute du nombre des baptêmes, l’Église de France devra, d’ici à 2024, continuer sa mission...

Considèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les enfants que les autres formes d\Les trois âges de l’impuissance européenne
«moins heureuse» qu’asymétrique et, pour reprendre l’image célèbre de Warren Buffett, la crise, comme la mer qui se retire, révèle...

Considèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les enfants que les autres formes d\En quête des étapes de renouveau de l’esprit d’entreprise français
«déclinisme» une propension à réagir moins vite et moins fort aux mutations générales et donc à perdre en compétitivité

Considèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les enfants que les autres formes d\6f- les phases de la démocratie contemporaines
«fin de l’histoire», politique à tout le moins. Tout cela dit, bien sûr, en attendant d’autres temps qui ne manqueront pas de venir...

Considèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les enfants que les autres formes d\En partenariat avec la Bibliothèque Municipale de Tours
«nimby» à «bobo» en passant par les «zfu», «équilibre spatial» ou encore «gentrification», l’urbain semble susciter la création de...

Considèrent comme moins sérieuse et moins dommageable envers les enfants que les autres formes d\Yvic pineau@cardinalis-event com
«web sémantique». Quels que soient les définitions et les moyens de le qualifier, le web 0 met le web 0 sinon au placard, du moins...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com