La Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ? Les causes de la Terreur





télécharger 13.3 Kb.
titreLa Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ? Les causes de la Terreur
date de publication05.11.2017
taille13.3 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
La Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ?
Les causes de la Terreur : un contexte de crise qui exacerbe la haine des contre-révolutionnaires et rend nécessaire des mesures radicales

  • Les trahisons : La Fayette (août 1792), Dumouriez (avril 1793), assassinat de Marat par Charlotte Corday, livraison de Toulon aux Anglais par les chefs de la flotte française.

  • Les défaites de l’armée française : Chute de Verdun, défaite de Dumouriez à Neerwinden (18 mars 1793)

  • Les insurrections :

    • Vendée : première victoire des Vendéens à Cholet le 14 mars 1793

    • Fédéralisme : Lyon (29 mai 1793), Bretagne et Normandie, Sud-ouest aquitain (Bordeaux), Sud-est (Lyon, Marseille, Toulon)



Le déroulement de la Terreur : une dictature révolutionnaire et sanglante destinée à terroriser les ennemis de la France et à la vaincre par les moyens efficaces

Les prémices de la terreur :

Instauration d’un tribunal criminel extraordinaire le 17 août 92, supprimé le 29 novembre 92

Massacres des prisonniers suspectés de Contre-révolution par les Sans-culottes en septembre 92

La mise en place de la Terreur : mars-septembre 1793

Les institutions nationales :

  • Existence depuis 1792 d’un Comité de Sûreté Générale : supervise arrestations, perquisitions, mise en liberté et envoi devant le Tribunal

  • 10 mars 1793 : création du Tribunal Révolutionnaire, pour juger tous les « crimes contre-révolutionnaires » sans appel ni recours selon une procédure simplifiée (dénonciation > arrestation), voire expéditive. Accusateur public : Fouquier-Tinville. Durant l’été 93, 30% des accusés sont condamnés à mort.

  • 6 avril 1793 : création du Comité de Salut Public, 18 membres montagnards dont Robespierre, Saint-Just et Couthon = Gouvernement révolutionnaire qui exécute la politique voulue par la Convention


Les institutions décentralisées

  • 21 mars 1793 : création des Comités de Surveillance à raison de 1 par commune (= police politique : recensent les étrangers, les suspects, délivrent les certificats de civisme, procèdent aux arrestations)

  • avril 93 : envoi de Représentants en mission pour superviser la répression des insurrections vendéennes et fédéralistes (Carrier à Nantes, Collot d’Herbois et Fouché à Lyon), qui mettent en place des commissions militaires (jugeant les émigrés pris les armes à la main), des commissions révolutionnaires (jugeant les rebelles) et des tribunaux révolutionnaires provinciaux.


L’application de la Terreur : septembre 93- juin 94

  • 5 septembre 1793 : la Convention vote une motion mettant « la Terreur à l’ordre du jour »

  • 17 septembre 1793 : décret d’application de la Loi des Suspects : possibilité d’arrêter immédiatement, sans motif et sans preuve, tous ceux qui « n’ont pas constamment manifesté leur attachement à la Révolution » ou de ceux qui « n’ayant rien fait contre la Liberté, n’ont rien fait pour elle » = deviennent suspects non seulement les nobles, les prêtres réfractaires, les émigrés, les riches, les notables, mais aussi les modérés, les fédéralistes, les égoïstes, les peureux, les indifférents, les insouciants.




  • Septembre 1793 : création des armées révolutionnaires, troupes de militants au service de la Convention

  • Octobre 1793 : exécution de Marie-Antoinette puis des Girondins (après leur arrestation le 2 juin)

  • Novembre 1793 : exécution de Bailly, Barnave, Mme Roland, Duc d’Orléans

  • Mars-avril 94 : exécution des Hébertistes et des Indulgents (Danton, Desmoulins)

  • Automne 93-Hiver 94 : répression des soulèvements : « colonnes infernales » de Turreau en Vendée, 2000 à 4000 noyés à Nantes, 260 rebelles mitraillés au canon à Lyon

  • Mai 94 : centralisation de la Terreur à Paris = suppression des tribunaux d’exceptions en province, les suspects sont envoyés à Paris et jugé par le Tribunal Révolutionnaire


La Grande Terreur : juin-juillet 94

  • 10 juin 94 : décret du 22 prairial An II : suppression de la défense et des plaidoiries, de l’interrogatoire préalable à l’audience publique, le tribunal peut renoncer à l’audition de témoins et les jurés se contenter de preuves morales ; le tribunal n’a le choix qu’entre l’acquittement ou la mort.

        • Accélération des condamnations : 1376 exécutions en six semaines (entre le 10 juin et le 27 juillet) pour un total de 2500 condamnations sur toute la période de la Terreur (un an environ) > de là née le « dégoût du sang » et la défiance qui se manifestera désormais à l’égard des républicains durant tout le XIXe siècle.

          • 27 juillet 94 (9 thermidor) : les Conventionnels se révoltent contre Robespierre et les Montagnards qui se réfugient à l’Hôtel de Ville, bientôt encerclé par les opposants à la Terreur. Ils sont capturés et exécutés le lendemain. Fin de la Terreur.



Le Bilan de la Terreur : des milliers de morts mais une France fortifiée

  • Exécutions décidées par les tribunaux révolutionnaires : 35 à 40 000

Répression de la Vendée : 150 à 250 000 morts


  • Bilan politique :

    • les droits de l’Homme exposés dans la DDHC bafoués

    • la légitimité de la représentation bafouée par les épurations successives de la Convention

    • une centralisation accrue du pouvoir

    • des habitudes d’autoritarisme de l’exécutif

mais :

    • naissance d’éléments de démocratie directe à travers les communes et les sections de sans-culottes

    • Le territoire français est réunifié, les soulèvements écrasés

    • L’armée française a renoué avec les victoires (notamment dans les Pyrénées), le risque d’invasion est écarté




      • Bilan économique : l’application de Maximum (seuil maximum pour le prix des denrées) et des réquisitions ont permis l’amélioration de la condition des plus humbles.

similaire:

La Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ? Les causes de la Terreur icon89 et 93 incarnent en quelque sorte les deux pôles esthétiques du...
«phénomène immanent» (QT, II, III, I, 237). Pour ce faire, IL semblerait en effet que Hugo relève6 la terreur par le sublime. Dès...

La Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ? Les causes de la Terreur iconSéquence 3 : La révolution française : de nouveaux principes de gouvernement,...
«fédéralistes» se battent contre les armées de la République. C’est une guerre civile

La Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ? Les causes de la Terreur iconVoir aussi : Dossier histoire de la Guerre de Vendée Robespierre...

La Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ? Les causes de la Terreur iconInstitutrice, membre très active de la Commune de Paris, condamnée...
«Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne», elle finira par monter à l’échafaud

La Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ? Les causes de la Terreur iconAugustin, Alexandre, Luka et Marius 4°A
«La fée clochette» pour lire puisqu’elle n’avait pas encore d’amis et qu’elle était passionnée de roman d’aventures. Elle aimait...

La Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ? Les causes de la Terreur icon3e histoire (3)
«banches» pro-monarchistes permet la victoire de l’Armée rouge. Dans Terrorisme et Communisme (1920) trotski justifie l’usage de...

La Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ? Les causes de la Terreur iconCentre rhone –alpes d’ingenerie sociale solidaire & territoriale
«molle» et hypocrite. Préfaçant les discours de Robespierre, Zizek loue la «violence divine» de la terreur révolutionnaire, qu’il...

La Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ? Les causes de la Terreur iconI. Essai de Filmographie 1
«terreur nazie» et les divers sens et manifestations du totalitarisme hitlériens: déportations, répressions, génocide… Les films...

La Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ? Les causes de la Terreur iconLes deux c I t a t I o ns s o nt pr o p o s ées s a ns I n d I c...
«Il se pourrait que la vérité fût triste» (Renan) et «Les vérités consolantes doivent être démontrées deux fois» (Rostand)*. Sous...

La Terreur a-t-elle sauvé la Révolution ou bien l’a-t-elle trahie ? Les causes de la Terreur iconBibliographie ouvrages de critique littéraire et d’esthétique musicale
«autre monde». Dans Terreur et représentation, sous la direction de Pierre Glaudes. Grenoble, ellug, 1996






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com