Nous allons nous intéresser aujourd’hui à un personnage particulièrement emblématique du 19





télécharger 143.14 Kb.
titreNous allons nous intéresser aujourd’hui à un personnage particulièrement emblématique du 19
page3/3
date de publication05.11.2017
taille143.14 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3
« Faites le nécessaire sinon on s’en occupe nous-même… »
L’assaut est donc lancé le 21 mai 1871 et va durer quelques jours.

C’est ce que l’on a appelé la « semaine sanglante ».
Un terme adapté puisque les insurgés, environ 30 000 fédérés, vont se battre quartiers par quartiers, dans certains cas, rue par rue…
La disproportion des forces et des moyens engagés ne laissait cependant aucun doute sur l’issue finale.
Bien qu’en la matière, les statistiques soient toujours sujettes à caution, on a parlé – côté communard - de 20 000 victimes, de 38 000 arrestations et de 10 000 déportations,… des chiffres analogues à ce qui a été décompté durant toute la Révolution française…
Quelle part de responsabilité peut-on attribuer à Thiers dans ce carnage ?
Politiquement, elle est très importante puisqu’il était le chef de l’exécutif, et qu’il était pressé de « gouverner » …à cause de son âge déjà… mais aussi en raison de la présence encombrante des forces d’occupation prussiennes.
Il lui fallait donc se débarrasser au plus vite de cette sédition parisienne qui bloquait tout processus de retour à la normale.
Matériellement parlant, il convient d’être plus circonspect.

Les ordres militaires sont partis d’un état-major dirigé par un Mac-Mahon, habitué à ne pas faire dans la dentelle….

Il faut se rappeler ses états de service, pendant la guerre de Crimée,… à Sébastopol notamment.

Ensuite, beaucoup de soldats « versaillais » étaient des bleus,… formés à la va-vite.

Inexpérimentés,… sous le coup de la peur… dans l’odeur de la poudre,… certains ont fait vraiment n’importe quoi, d’autant qu’ils semblaient peu encadrés.
Pour finir, la propagation de gigantesques incendies dans les derniers jours de mai a créé dans Paris une ambiance dantesque, propice à tous les débordements, toutes les folies…
En résumé, Thiers est bien le responsable moral de ce triste épisode mais les circonstances de l’époque ne l’ont pas aidé.
En clair, que ce soit sous sa responsabilité ou celle d’un autre, il est plus que probable que le gouvernement de Versailles se serait quand même débarrassé violemment des communards.
En tous les cas, à partir de juin 71, Thiers a relativement les mains libres et va mettre les bouchées doubles.
Car un mois auparavant, le traité de Francfort avait consacré la fin officielle de la guerre franco-allemande, condamnant la France à céder l’Alsace et une partie de la Lorraine, au grand dam de ses habitants d’ailleurs...

Quant à l’indemnité de guerre, Thiers est parvenu à l’abaisser à 5 milliards de francs-or, mais le calendrier de paiement est resserré et naturellement, les frais de l’armée d’occupation sont à la charge de la France.
Or, tout va être remboursé très vite, grâce à deux emprunts qui vont être largement sur souscrits,… à la surprise de beaucoup de monde…
C’est la preuve qu’une partie du pays s’est vraiment enrichie pendant le Second Empire et qu’il y a de l’épargne dans les bas de laine…
Thiers est donc conforté dans ses fonctions, puisque nommé Président de la République à la fin août 1871.
Il va, comme annoncé, et pendant deux ans, remettre très vite le pays au travail,… les paysans aux champs,… l’armée – réorganisée - dans les casernes… et les prussiens hors du territoire…
Cela tient bien sur à ses qualités d’organisateur et de gestionnaire mais également à des circonstances politiques favorables…

Rappelons nous…l’Assemblée qui siège à cette époque est majoritairement monarchiste.
Monarchiste,… oui,… mais divisée entre « Bourbons légitimistes » qui avancent le petit-fils de Charles X, le comte de Chambord pour régner sous le nom d’Henri V… et « Orléanistes » qui présentent le petit-fils de Louis-Philippe, le comte de Paris, pour régner sous le nom de Louis-Philippe II.
Normalement, cela pourrait s’arranger entre eux puisque les orléanistes, favorables à une monarchie parlementaire sont prêts à s’effacer provisoirement devant le comte de Chambord qui n’a pas de descendant… alors qu’il est déjà âgé de 51 ans en 1871.
Oui mais voilà,… dès le 5 juillet 1871, le comte de Chambord a publié un manifeste selon lequel il n’acceptera le trône que si l’on revient à une monarchie de droit divin…
Une restauration royaliste pure et dure, drapeau blanc en tête,… impensable pour les électeurs de base mais également pour une majorité de l’Assemblée…car les orléanistes sont conscients que seule une monarchie parlementaire peut être acceptée par les français…
Thiers va donc bénéficier pendant deux ans, de mai 71 à mai 73, de l’attitude intransigeante du prétendant légitimiste pour mener à bien sa politique de redressement.
Il est pourtant Président d’une République qui n’existe juridiquement pas puisque l’Assemblée constituante, oeuvrant depuis août 71, ne parvient toujours pas à sortir un texte fondateur… et pour cause…
Thiers va cependant finir par perdre le pouvoir.
Les raisons de sa chute sont à chercher du côté de la libération définitive du territoire qui intervient en mars 73.
Correspondant naturel des prussiens, notre homme est davantage controversé après leur départ...

Sans compter qu’en raison de sa façon autoritaire de gouverner – on ne se refait pas - il a pris une importance politique que beaucoup juge excessive,…
Thiers se croît en effet un peu trop incontournable…
Ainsi lorsqu’il prononce la fameuse phrase :

« La République sera conservatrice ou ne sera pas », il impose à l’Assemblée des non monarchistes une sorte de chantage :

« Ou vous me soutenez et c’est l’assurance d’un régime bourgeois qui va s’enraciner dans le pays où vous me faites chuter et la France retournera dans le chaos… ».
Malgré ces menaces, Thiers est finalement mis en minorité en mai 73.
Car les députés monarchistes parviennent à trouver l’oiseau rare, un candidat au poste de Président de la République…qui soit également favorable au retour des légitimistes…Patrice de Mac-Mahon…

Malheureusement pour eux, l’intransigeance du comte de Chambord ne va pas se démentir…
Cette curieuse « République » va donc continuer son chemin… pour finir par se faire consacrer subrepticement, en janvier 1875, par le vote d’un petit additif – le célèbre amendement Wallon – noyé dans un flot de lois constitutionnelles, créant officiellement la fonction de Président de la République.
Les monarchistes ont laissé passé leur chance…l’histoire continuera sans eux…
Quant à Thiers, après son départ, il va encore faire un peu de politique comme simple député… en espérant vaguement revenir au premier plan.

Mais l’âge est là…
Il décède brutalement le 3 septembre 1877, à 80 ans, des suites d’un léger malaise, sans avoir jamais été réellement malade…
Thiers fut naturellement honoré par la République notamment pour son action comme « libérateur du territoire » à l’occasion d’une belle et grande cérémonie du souvenir.

Nous terminerons notre propos sur ce personnage important de l’Histoire de France en donnant un petit condensé de la façon dont il est perçu aujourd’hui.
Puisque c’est un personnage controversé, voyons d’abord son « profil » politique,… les qualités et les défauts qu’on lui prête généralement…
Ce fut principalement un « homme d’action », son discours était concret, son intelligence pratique…
Par opposé, les grandes théories l’ennuyaient.

Pour lui, une idée n’était valable que si elle pouvait être rapidement mise en œuvre.

Inversement ses défauts étaient un peu les pendants de ses qualités…
Du coup, on lui reprochait souvent d’être trop centré sur l’action présente,… de manquer de hauteur de vue,… d’être trop sur de lui,… peu à l’écoute des autres…sans compter son autoritarisme récurrent…
Quid maintenant de ses talents d’orateur et d’écrivain ?

Ce n’était certes pas un tribun… mais c’était un excellent orateur…

Thiers parlait sans note, dans un style précis, et savait détendre son auditoire par des anecdotes pertinentes qui illustraient son propos…
En revanche, beaucoup de monde reste dubitatif sur ses travaux d’historiens.

Le tout est impressionnant,… son honnêteté intellectuelle n’est pas vraiment discutée…Il a réellement épluché beaucoup de sources…
Pour autant, est-ce un travail de grande qualité ?
Comme déjà précisé la plupart des historiens considèrent que Thiers a trop simplifié les évènements…

On lui reproche également d’avoir privilégié le factuel au détriment d’une analyse plus fine des évènements….
Un dernier mot sur ses orientations politiques,… sur ses objectifs.

On lui a reproché d’être un homme politique « figé »,… comprendre d’être conservateur à l’excès.
De fait, il est resté toute sa vie fidèle à certains principes :

  • Un exécutif fort et centralisé

  • Mais un contrôle réel de celui-ci par le législatif

  • La défense de la production nationale au détriment du libre-échange…son fameux goût pour le protectionnisme…

  • Le développement d’une force militaire moderne


Au plan politique, avec le temps, il a fini par s’accommoder du suffrage universel et a lâché la monarchie dès 1848 pour se rallier à la République…sa République…

D’ailleurs, on considère généralement que c’est lui le véritable fondateur de la Troisième République, aidé naturellement par les errements du comte de Chambord, dont beaucoup pense que son attitude intransigeante traduisait simplement son refus du pouvoir.
Thiers a été critiqué aussi pour son manque de dimension sociale (les paysans aux champs,… l’ouvrier devant sa machine…), d’être élitiste.

Ce n’est pas faux…
Disons qu’il était né en 1797 et qu’il avait du mal à percevoir en quoi la révolution industrielle changeait les mentalités…
Reste le bourreau de la Commune.

Il semble acquis que dans ce dossier, il a été dépassé par les militaires et qu’il n’était pas favorable à un tel massacre.
De plus, rappelons qu’à cette époque, une majorité était favorable à la répression, y compris « monsieur tout le monde » pour montrer à la bourgeoisie que la République pouvait parfaitement maintenir l’ordre.
Pour finir, nous pouvons donc tenter une réponse à la question que se posent souvent les historiens :

L’action d’Adolphe Thiers fut-elle en définitive bénéfique ou non pour le pays ?
En réponse, nous dirons que jusqu’en 1863, son activité s’est apparentée davantage à de la politique politicienne… qui ne le différenciait pas vraiment des autres grands acteurs de l’époque,… d’un François Guizot par exemple…
Seule l’ambition politique le poussait…
Puis, jusqu’en 1870, il a montré une vraie lucidité sur l’évolution des périls qui menaçaient l’Empire et a tenté d’infléchir la politique aventureuse de Napoléon III.
Enfin jusqu’à son départ, en 1873, avec l’âge, ses qualités d’homme d’Etat sont apparues plus nettement.
Le pays lui est certainement redevable d’un retour au calme, à la paix et à la stabilité sociale.

Seule la terrible répression de la Commune a finalement entaché son action.

Une tache, malheureusement pour lui, indélébile aux yeux d’une majorité de contemporains …
1   2   3

similaire:

Nous allons nous intéresser aujourd’hui à un personnage particulièrement emblématique du 19 iconInterview : Monsieur Jean-Marc Lhermet (Directeur sportif, asm)
«l’esprit du jeu ne change pas, c’est le monde autour de lui qui évolue». Afin de mieux comprendre, nous allons nous intéresser en...

Nous allons nous intéresser aujourd’hui à un personnage particulièrement emblématique du 19 iconAujourd’hui nous allons préparer un risotto, autre monument de la...
«aromatique», et donc sur la qualité de ce liquide de cuisson : pas de petits cubes ou de poudres déshydratées !

Nous allons nous intéresser aujourd’hui à un personnage particulièrement emblématique du 19 iconD. s : Bonjour. Si nous ne combattons pas très vite le réchauffement...

Nous allons nous intéresser aujourd’hui à un personnage particulièrement emblématique du 19 iconComme la plupart des personnages que nous avons déjà eu l’occasion...
«Père Joseph» qui deviendra plus tard son principal conseiller… son «éminence grise»

Nous allons nous intéresser aujourd’hui à un personnage particulièrement emblématique du 19 iconNous y voilà. J'ai l'honneur de vous annoncer qu'aujourd'hui, ce...

Nous allons nous intéresser aujourd’hui à un personnage particulièrement emblématique du 19 iconRésolution des conflits au travail : la voie alternative
«nous allons faire porter nos efforts sur les dépenses de fonctionnement qui vont diminuer car nous n'entendons pas du tout toucher...

Nous allons nous intéresser aujourd’hui à un personnage particulièrement emblématique du 19 iconLes contrôleurs et commissaires de marine en Nouvelle-France
«l’édifice». Ce dernier appartient en majorité à la noblesse de robe, comme l’a montré Jean-Claude Dubé dans une étude précédenteii....

Nous allons nous intéresser aujourd’hui à un personnage particulièrement emblématique du 19 iconDiscours du mercredi 18 juin 2014
«nous allons continuer à nous battre aux cotés de l’Angleterre.» Mais l’importance politique de cet événement, je ne la voyais pas....

Nous allons nous intéresser aujourd’hui à un personnage particulièrement emblématique du 19 iconAllocution du roi d'espagne felipe VI dans l’assemblée nationale
«Je sais qui je suis», disait Cervantès par la bouche de Don Quichotte. Et bien nous, Français et Espagnols, savons qui nous sommes...

Nous allons nous intéresser aujourd’hui à un personnage particulièrement emblématique du 19 iconCéline Choulet Entraîneur de la ligue Rhône Alpes
«vraie» équipe voile handivalide. Nous étions 4 au commencement et IL suffit de regarder le team en place aujourd’hui pour juger...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com