L’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne





télécharger 55.12 Kb.
titreL’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne
date de publication05.11.2017
taille55.12 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos


L’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne



Cette introduction se propose de « mettre à jour » le dossier réalisé en janvier 2003 par Philippe Afonso, Baptiste Villenave et Florian Escudié - elle n’évitera donc ni les redites, ni les contradictions/oppositions partielles : la lecture du dossier précédent – disponible : http://www.eleves.ens.fr/pollens/seminaire/seances/turquie/dossierturquie.htm - est donc vivement conseillée (nous faisons des renvois aux textes).
Elle comporte :


  1. une synthèse des principaux arguments et enjeux du débat

  2. un aperçu des récentes évolutions turques : quels sont les progrès accomplis depuis fin 2002 sur les plans économiques et politiques ?


A la veille de la clause de rendez-vous fixée par l’Union Européenne à la Turquie sur l’ouverture possible des négociations d’adhésion – en décembre 2004 - le débat sur l’opportunité de son intégration dans l’UE nous semble se structurer autour des questions suivantes :


  • quels critères retenir pour déterminer les frontières de l’Europe ?

  • quel modèle doit-on privilégier pour l’Europe : l’élargissement ou l’approfondissement ? (cf. article de B.V. dossier 2003)

  • facteur de démocratisation et de stabilisation, l’Europe peut-elle être seulement pensée comme un outil ?

  • comment déterminer le seuil de démocratie acceptable à l’entrée de l’UE ?

  • quelle doit être la part d’influence des enjeux géostratégiques dans la construction européenne ?

  • quelle place donner à l’argument culturel en Europe ?



I] L’organisation des termes du débat
Il est assez commode afin d’y voir plus clair de distinguer les positions respectives – pour ou contre l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne - selon que l’on se place du point de vue de l’intérêt de la Turquie ou de l’Union Européenne d’une part et selon que l’on s’inscrit dans une vision statique ou dynamique de la construction européenne d’autre part.



  1. Les arguments essentialistes


= ici reprise du débat de janvier 2003 sur les frontières européennes (cf. synthèse de F.E. sur « les frontières de l’Union Européenne » dossier 2002)
Les arguments essentialistes reposent sur l’idée que la conformité d’un Etat à des critères politiques librement fixés (Critères de Copenhague de 1999 = 4 critères politiques : des institutions stables garantissant la démocratie, un Etat de droit, les respect des droits de l’homme, le respect et la protection des minorités ; 2 critères économiques : une économie de marché viable, la possibilité de résister à la concurrence au sein de l’UE) n’est pas suffisante pour légitimer son adhésion à l’Union Européenne. Le principal critère discriminant est essentiellement fondé dans une définition fixe de l’Europe antérieurement déterminée :
Trois types de définition préalable de l’Europe :

  • l’espace européen est déterminé par sa géographie physique

  • l’espace européen est déterminé par un bassin de civilisation historiquement construit sur le long terme (= argument culturel)

  • l’espace européen est déterminé par une histoire commune faite d’intérêts convergents


Quelques commentaires :



  • le recours aux arguments historique et culturels (la civilisation) se retrouve chez les partisans de l’adhésion de la Turquie mais aussi chez ses opposants, tout est question de l’échelle historique choisie : l’histoire récente (occidentalisation à la fin du XIXe siècle, Atatürk, orientation atlantiste après la première guerre mondiale…) plutôt utilisée par les partisans de l’intégration (mais on trouve aussi le recours à Averroès et Avicenne pour défendre l’unité culturelle européenne), et long terme plutôt utilisé par les opposants (exclusion de l’histoire turque de l’héritage romain, de la Renaissance, de la Réforme, du Romantisme, des Lumières….)




  • l’argument géographique est souvent utilisé avec mauvaise foi : méconnaissance de la dimension culturelle dans la fixation des bornes « naturelles » de l’Europe (Bosphore, l’Oural, la Méditerranée et l’Atlantique), changement de critère (recours au critère de civilisation) pour refuser alors certains pays géographiquement en Europe (exemple : refus des Républiques du nord du Caucase comme la Tchétchénie pour des raisons culturelles)




  • on rencontre souvent une variante de l’argument culturel : « le sentiment d’identité européenne », une forme de mixte entre des critères objectifs de convergence historique (apparition de mêmes types de courants de pensée au même moment dans des pays différents, coopération diplomatique…) et une appréciation subjective d’une forme de reconnaissance mutuelle. Par définition difficile à fonder, il est également utilisé pour étayer ou réfuter l’appartenance de la Turquie à l’espace européen ; sa spécificité est bien sa « double nature » : à la fois historique et actuel


Les questions que posent les arguments essentialistes :


  1. Sont-ils suffisants ? comment les concilier avec une « conception politique » de la construction européenne (une communauté d’états à un moment donné, dans un but déterminé, sur une base de présupposés politiques librement déterminés) ?




  1. Le choix des critères principaux (essentialistes ou politiques) doit-il être fixé initialement ou peut-il évoluer avec la construction européenne ? La question de l’intégration de la Turquie dans l’Union Européenne doit-elle être l’occasion de déterminer quels sont les critères et qu’elle est leur hiérarchie une fois pour toute, ou la bonne construction de l’UE nécessite une souplesse dans sa propre évaluation, et une fluctuation possible des critères discriminants ? On retrouve ici le même type de problèmes que celui que pose le projet de Traité Constitutionnel : dans quelle mesure est-il possible de définir une Constitution, sans territoire d’application défini ?

  1. Les arguments politiques  


Ils ont en commun le fait que l’on se réfère à une réalité politique pour se prononcer sur l’opportunité de l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne. Le point de vue est ainsi différent selon que l’on vise l’intérêt de l’Etat turc (ou de sa population) ou de l’Union Européenne (que cela soient les intérêts des états qui la composent, ou de la « construction européenne » elle-même).
Du point de vue turc :
On entend deux voix différentes – dont la première est de loin la plus importante :


  1. « l’Europe est la seule chance de la Turquie »


Les attentes de la population turque à l’égard de l’Union Européenne sont énormes. On attend de l’Union Européenne qu’elle soit :


    • un accélérateur de croissance (les progrès accomplis depuis vingt ans par les « premiers » pays méditerranéens - le Portugal et surtout la Grèce, sont l’objet de nombreux fantasmes) par l’assainissement des finances publiques exigé par l’intégration et par l’accès à de nouveaux marchés

    • un facteur de démocratisation (ce sont ici les progrès accomplis en ce sens depuis la reconnaissance de la Turquie comme « pays candidat à la candidature » en 1999 à Copenhague qui sont pris en exemple)

    • un moyen de stabilisation des frontières orientales du pays

    • un moyen de régler le problème kurde grevant la politique et la sécurité intérieure depuis des décennies


Une telle attente de la population nécessite de s’interroger sur :

  1. le seuil possible de prise en compte de l’avis des populations

  2. le rôle que l’on décide d’attribuer à l’Union Européenne


Ces attentes turques sont semblables à celles que l’on trouve dans les PECO, prochains adhérents à l’Union Européenne. Or on peut se demander sur quelle idée et connaissance de l’Europe elles reposent. De fait, lorsque l’idée d’intégration européenne est synonyme de prospérité - comme celle d’appartenance à l’OTAN de sécurité, l’abstraction faite des dimensions d’alignement communautaire contraignant, de transfert de compétences, de modification de l’exercice de la souveraineté nationale, peut mettre en question l’intensité de cet « élan proeuropéen ». Il ne s’agit absolument pas d’affirmer que seul un fonctionnaire européen peut se prononcer sur les bienfaits de l’Europe en pleine connaissance de cause, mais de soulever le problème de la difficulté de choisir une organisation politique aussi exigeante – au sens de « contraintes », « transformations »…- que l’Union Européenne.
Ainsi, le discours favorable à l’adhésion d’un point de vue turc repose le plus souvent sur l’idée que l’Europe est en moyen de conduire le pays sur la voix du progrès, une forme d’accélérateur de l’histoire. Cette fonction de la construction européenne est loin d’être indéfendable : elle pose néanmoins le problème de sa compatibilité avec une vision plus « communautaire » de l’Union Européenne dont la finalité serait avant tout la construction d’un objet politique autonome.


  1. « Refuser de sous-traiter à un tiers le soin de réformer la Turquie »


Par opposition au précédent point de vue, on trouve aussi dans la presse turque (cf. l’article du Courrier International « L’Union européenne, cache-misère de la politique turque » Nuray Mert, le 09/01/03, disponible dans la version papier du dossier) l’idée que l’unanimisme en faveur de l’Union Européenne est signe de dépérissement des options politiques nationales.
L’article en question recense les différents arguments proeuropéens des différents partis turcs : le patronat impatient de voir s’ouvrir de nouveaux marchés, la gauche désireuse de voir l’UE imposer la justice sociale et les droits de l’homme, les kurdes lui confiant leur combat culturel, les islamistes utilisant cette option pour ancrer une nouvelle politique libérée de l’omnipotence des militaires, ceux-ci se montrant réticents à aller à contre-courant des aspirations populaires. De fait la spécificité de l’histoire politique turque aboutissant au paradoxal équilibre d’une laïcité traditionnellement autoritaire soutenue par une armée corrompue, s’opposant à l’islamisme actuellement au pouvoir facteur de démocratisation de la société, peut légitimement amener à s’interroger sur la capacité de l’Union Européenne à répondre à la spécificité de ce modèle politique.
Du point de vue de l’Union Européenne :
La considération de l’opportunité de l’intégration turque par rapport aux intérêts de l’UE tourne autour de 3 questions essentielles :



  1. l’examen de son coût économique : bien que très souvent utilisé, cet argument est très difficile à étayer. Les avis des économistes divergent sur la possibilité réelle d’anticiper le rapport entre l’accroissement des fonds structurels dont la Turquie serait receveur net et l’accélération de ses capacités de production et de sa croissance économique. La hausse du coût – provisoire – de la contribution des pays de l’UE est néanmoins indéniable (d’où l’opposition très forte de l’Allemagne, pays d’émigration turque, mais aussi contributeur net à l’UE).




  1. l’intérêt géopolitique de l’extension à la Turquie des frontières de l’UE : les récents évènements des relations internationales ont provoqué la recrudescence de cette approche de la question. L’extension européenne aux frontières iraniennes, irakiennes et caucasiennes aurait le double avantage de s’assurer un accès au pétrole géorgien et de contrebalancer l’influence américaine dans la région.




  1. les répercussions possibles de l’intégration d’une population à dominante musulmane sur les relations infra européennes entre les communautés religieuses. On trouve de plus en plus souvent cet argument que l’intégration de la Turquie à l’UE est une « chance » pour l’Islam et les pays européens – voire même leur seule chance.


Si l’on exclut sa forme « christique » (= l’accueil de la population musulmane comme instrument de rédemption des persécutions européennes des populations juives et musulmanes), on le trouve sous 3 formes principales :

- la reconnaissance d’une population musulmane comme intégralement européenne va générer un sentiment « d’acceptation » et de juste reconnaissance parmi les populations immigrées favorisant leur volonté d’intégration

- l’appartenance de la Turquie à l’UE va inciter les états à réellement respecter l’égalité entre les religions (laquelle compte déjà parmi les priorités de la CEDH) en terme de moyens d’accès à la pratique religieuse et de droits d’exercice de sa religion

- l’intégration de la Turquie laïque mais musulmane permettrait de dépasser la vision d’un monde divisé en blocs religieux : les citoyens européens se définiraient moins au travers d’une identité religieuse, et seraient plus favorables à la laïcité


  1. Quelques commentaires sur l’argument « on a promis/on a une dette… » 


Deux idées à préciser :
- si une hypothétique « frilosité » européenne à l’égard de la Turquie n’est pas la cause du rythme peu soutenu des relations avec la Turquie entre la fin des années 1970 et 1980 (les coups d’états militaires successifs et les difficultés économiques ont compliqués ces rapports)

- l’UE est néanmoins en partie responsable des difficultés que rencontre actuellement la Turquie pour satisfaire aux critères de Copenhague.

De fait, pendant plusieurs années les fonds prévus pour la Turquie ont été bloqués en raison de certaines oppositions au sein du Conseil Européen – notamment la Grèce – et du Parlement Européen (selon le rapport d’information de l’Assemblée Nationale de mars 2002 : l’assistance financière de 750 millions d’écus, envisagés pour la période 1996-1999, et le prêt de 750 millions d’écu de la BEI n’ont pratiquement pas été versés).
Si l’argument selon lequel cette « négligence » d’un pays potentiellement candidat, permettrait à elle seule de justifier la nécessité de l’intégration ne paraît pas recevable, le relever permet cependant de souligner 2 éléments :

    • l’intérêt de donner toute son importance à la phase de négociation comme phase d’adaptation. De fait, la volonté populaire turque tend aujourd’hui moins à accéder à une adhésion directe qu’à avoir la certitude d’une adhésion à terme. L’intérêt de cette « mise à niveau » favorisée par les orientations de la commission (ce qui est beaucoup moins le cas en phase de « candidature à la candidature ») est paradoxalement très peu médiatisé.

    • une certaine ambiguïté de l’UE sur la Turquie comme candidat particulier



II] Les récentes évolutions : la Turquie est-elle prête ?


        1. Les facteurs de changement dans les termes du débat


Le changement majeur depuis le dossier précédent (les évolutions politiques au rythme des dossiers de Pollens…) est évidemment l’élargissement à 10 nouveaux pays au 1er mai 2004.
Les conséquences sur le débat sur l’adhésion de la Turquie sont nombreuses :

  • une dimension comparatiste appuyée dans de nombreux arguments employés (sur le mode « le revenu par tête en Pologne est inférieur à celui de la Turquie »…), dont la justesse est souvent difficilement mesurable (différence de contexte, d’indicateurs, de potentiel de croissance…)

  • l’accentuation du sentiment de frustration parmi la population turque : le temps d’attente à la porte de l’UE paraît décuplé

  • la complexification à terme de la procédure d’adhésion de la Turquie (après ouverture des négociations) : se faire accepter par 25 (ou 27) Etats et non par 15

  • une apparition plus fréquente de la question de l’islamophobie sous-tendant le refus de l’UE d’ouvrir les négociations


D’autres facteurs de modification/d’inflexion du débat (depuis janvier 2002) :

(nous ne prétendons pas ici « défendre » leur pertinence, nous indiquons en vue de la discussion à venir les grandes questions qui nous semblent – à tord ou à raison – influencer ou du moins influer sur le débat)



  1. l’ « extension visible » des réseaux terroristes islamistes : facteur médiatique de peur collective

  2. la « vigueur » de la politique extérieure américaine au Moyen – Orient accentuant les enjeux déjà existant de la présence militaire dans la région

  3. l’échec de la CIG de Rome et la question des nouvelles règles de pondération des votes

  4. l’éventualité d’une solution du conflit chypriote dans le cadre de l’ONU

  5. le débat en France, mais aussi en Allemagne sur la laïcité 

  6. la radicalisation des courants de l’Islam dans les démocraties européennes



        1. Les « progrès » accomplis par la Turquie


Depuis 1998, la Commission européenne évalue annuellement les « progrès » réalisés par la Turquie par rapport aux critères politiques et économiques de Copenhague, et à la transposition de l’acquis communautaire – c’est sur la base d’un rapport et d’une recommandation de la Commission que le Conseil Européen décidera en décembre 2004 si la Turquie satisfait ou non aux critères d’ouverture des négociations.
Nous présentons ici les principales conclusions du rapport 2003 (rendu public le 5 novembre) :
Pour consulter le rapport dans sa version intégrale (en français) : http://europa.eu.int/comm/enlargement/report_2003/pdf/rr_tk_final_fr.pdf



  1. Par rapport aux critères économiques


La Turquie a sensiblement amélioré le fonctionnement de son économie de marché, même si des déséquilibres macroéconomiques persistent.

La Commission relève :

    • des progrès dans la stabilité et la prévisibilité économiques (grâce à une baisse continue des pressions inflationnistes, et à la modernisation de la réglementation des marchés et des institutions concernées)

    • une bonne résistance à la crise irakienne sans recul économique (rôle efficace des agences indépendantes de régulation et de surveillance)

    • les effets positifs de l’adoption d’une législation moderne en matière financière sur les investissements directs étrangers

    • une amélioration de la transparence et de l’efficacité de la gestion des finances publiques


Elle déplore :

    • une insuffisante restructuration du secteur bancaire

    • l’incomplétude de l’harmonisation avec les normes internationales

    • la lenteur de la privatisation des banques publiques et des entreprises d’Etat

    • la faiblesse des investissements productifs publics et privés




  1. Par rapport à l’intégration de l’acquis communautaire


Dans ce domaine, le bilan de la Commission semble également mitigé :


    • si l’alignement est le plus avancé dans les chapitres relatifs à l’union douanière CE-Turquie, celle-ci ne remplit pas pour autant toutes ses obligations

    • la Turquie a également progressé en matière de libre circulation des marchandises (législation sectorielle très satisfaisante), de libre circulation des personnes (notamment des travailleurs) et de libre circulation des services (progrès dans les secteurs bancaires, des services d’investissement et des marchés des valeurs mobilières), de même dans le domaine de libre circulation des capitaux

    • par contre le bilan est plus critique en ce qui concerne l’alignement dans le domaine du droit des sociétés, des droits de propriété industrielle et intellectuelle, ainsi que dans celui des systèmes de contrôle et d’inspection des établissements agroalimentaires

    • afin l’inégalité des transports et les questions de fiscalité attirent toute l’attention de la Commission : ce sont 2 exemples d’une difficulté certaine d’alignement




  1. Par rapport aux critères politiques


C’est de toute évidence le domaine le plus sensible. Ici aussi l’évaluation générale peut se résumer sous la forme : « des progrès, mais peut mieux faire ».
a) Les grandes lignes :
L’arrivée au pouvoir de l’AKP parti « islamiste modéré » en novembre 2002 s’est accompagnée de l’annonce de « paquets de réformes » successifs durant l’année 2003, portant sur toute une série de questions relatives aux droits de l’homme et à la protection des minorités.

Les mesures affichées comprennent :

    • le renforcement de la lutte contre la torture,

    • l’extension du champ d’application des libertés fondamentales (liberté d’expression, liberté d’association, liberté de manifester et liberté de réunion pacifique),

    • le renforcement du droit à réparation

    • l’amélioration des droits culturels.


L’évaluation donnée par la Commission relève :

      1. une transcription législative réelle de ses mesures

      2. mais un défaut d’application : pour cause d’absence de décret administratif d’application, de réticence des membres de l’administration, d’absence de contrôle réel et de permanence de la corruption et de la mainmise de l’armée sur des secteurs importants de la vie civique

      3. parallèlement : la Turquie a ratifié un nombre important de traités internationaux portant sur les droits de l’homme (adoption du pacte international relatif aux droits civils et politiques, du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et du protocole n° 6 à la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (CEDH).


b) Quelques exemples précis d’évolutions :


  • les institutions politiques :

    • fin des limitations à l’éligibilité à l’exécutif (sauf cas de participations à des actes terroristes)

    • accentuation du rôle de la Commission Parlementaire des droits de l’Homme présentant des rapports et incitant à l’application des mesures de protection des personnes (hausse du nombre de dépôt des plaintes de violation des droits)

    • modification constitutionnelle : reconnaissance de l’Etat comme « fondé sur un régime de droit et garantissant les libertés fondamentales »

    • diminution (théorique) du pouvoir du Conseil National de Sécurité : une modification constitutionnelle lui confère un rôle purement consultatif, le soumet au contrôle de la Cour des comptes et en attribue la direction à un civil ( !).  de telles mesures restent totalement inappliquées puisque les forces armées continuent à jouir d’un degré substantiel d’autonomie pour la préparation et l’établissement du budget (+ accès libre à des fonds extrabudgétaires), et à garder une « droit de regard extrêmement offensif » sur de nombreuses activités culturelles et intellectuelles par exemple




  • le pouvoir judiciaire et la réforme du système pénitentiaire :

Dans ce domaine également les nouveaux codes de procédure civile et pénale sont loin d’être appliqués. Si l’on note une amélioration des conditions de détention, des jugements des mineurs, de la prise en compte des droits de la défense, les droits fondamentaux des citoyens turcs sont encore loin d’être respectés : le pouvoir exécutif continue d’intervenir dans les jugements, sur les dizaines de Cours d’appel créées aucune n’est saisie régulièrement et la torture et les mauvais traitements ne sont pas éradiqués des prisons.



  • Les libertés publiques et l’égalité des sexes :

Là encore les améliorations côtoient les situations les plus critiques.
Des exemples de progrès :

- liberté d’expression : levée d’un certain nombre de restrictions existantes, ce qui s’est traduit par l’acquittement et la libération de plusieurs prisonniers condamnés pour avoir exprimé des opinions non violentes 

- liberté de création : la possibilité de suspendre ou d’interdire la production d’ouvres cinématographiques, vidéos et musicales est désormais limitée aux seuls délits considérés comme portant atteinte aux caractéristiques fondamentales de la République et à l’intégrité indivisible de l’Etat

- liberté de la presse : nouvelle législation protégeant les propriétaires de périodiques, les éditeurs et les rédacteurs contre l’obligation de révéler leurs sources
Les graves atteintes aux droits fondamentaux :

    • la persécution des journalistes et le contrôle de l’information : de lourdes peines, dont des peines d’emprisonnement, sont parfois encore infligées à des journalistes, des rédacteurs et des éditeurs qui critiquent les institutions et les politiques de l’État ou publient les déclarations de certains groupes politiques

    • la non liberté de culte : malgré les attestions officielles les minorités religieuses non musulmanes sont toujours confrontées à de sérieux obstacles en matière de propriété d’établissement religieux et d’exercice de culte

    • la violence à l’égard des femmes : d’après différents rapports, plus de la moitié de la population féminine subit des formes de violence physique ou psychologique dans l’environnement familial – les Tribunaux des affaires familiales récemment créés sont encore très peu saisis

    • le non respect des droits de l’enfant : bien que la limite d’âge pour le travail des enfants soit passée de 12 à 15 ans depuis 1971, un nombre important d’enfants de moins de 15 ans sont encore mis au travail, notamment dans les petites entreprises et dans l’agriculture.

    • les violences à l’égard des minorités nationales sont encore fréquentes


L’ensemble de ces éléments concrets pose ainsi nécessairement la double question de la légitimité du rôle intégratif de l’Union Européenne et du seuil de démocratisation acceptable pour toute adhésion à l’UE.

Synthèse réalisée par Julia Carrer, mars 2004

similaire:

L’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne iconLa question turque n’en finit pas d’alimenter débats politiques et...
«néo-ottomanisme» à la fois libéral et islamique, alors que les relations avec Israël se raidissent et que la Turquie approche aussi...

L’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne iconLa turquie est europeenne edgar Morin L’européanité de la Turquie : repères historiques

L’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne iconAteliers didactiques. Ii/Après-midi : Ateliers didactiques : Le sujet...
«L’union Européenne et ses territoires») peut être le premier sujet d’étude abordé en géographie pour le programme de Terminale Bac...

L’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne iconSéance du 7 mai 2015 au Sénat
«association politique et une intégration économique entre l’Union européenne et l’Ukraine». IL constituera un puissant levier de...

L’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne iconChapitre 6 : La France et l’Union européenne

L’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne iconThème 2 : realites et limites de la puissance de l’union europeenne

L’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne iconSujet d’étude I. L’Union Européenne et ses territoires

L’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne iconChapitre 5 : Le rôle mondial de la France et l’Union européenne

L’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne iconQuelle est votre position envers l’Union Européenne ?

L’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne iconThèse sur le corps de presse accrédité auprès de l’Union européenne






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com