Un quartier c’est un morceau d’un tout, juste une petite partie extraite d’un ensemble d’autres quartiers qui forme une ville. Villefranche ! Ce quartier





télécharger 22.64 Kb.
titreUn quartier c’est un morceau d’un tout, juste une petite partie extraite d’un ensemble d’autres quartiers qui forme une ville. Villefranche ! Ce quartier
date de publication06.11.2017
taille22.64 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
Un quartier c’est un morceau d’un tout, juste une petite partie extraite d’un ensemble d’autres quartiers qui forme une ville. Villefranche ! Ce quartier s’appelle Béligny. Ce n’est pas un quartier d’affaires, ni le centre ville. Il est plutôt excentré et coupé en deux par une autoroute qui apporte à chacun des deux côtés ses nuisances sonores, odoriférantes et polluantes par ses poussières et émanations de gaz d’échappement. Dans ce quartier, essentiellement occupé par des familles provenant d’horizons très différents existe un lieu de rassemblement. Un petit atelier de chant qui émane d’ATD Quart Monde de Villefranche. On chante pour le plaisir, pour être ensemble et partager un moment de détente sans autre idée que se distraire, se rencontrer et faire travailler les méninges pour retenir les paroles et la musique. Puis un jour, une rencontre entre la chef de chœur et instigatrice de cet atelier, Hélène Charvet et une comédienne et metteur en scène du théâtre Pêle-Mêle, Emmanuelle Della Schiava, sera le détonateur d’une belle aventure. Manu a un projet déjà bien construit. Elle a fait parler des femmes sur leur condition de vie en tant qu’épouse, mère au foyer ou salariée, sœur, fille. Chacune avec son parcours souvent chaotique, dramatique parfois mais toujours une histoire personnelle, une histoire de femme.
Elle veut faire connaître aux autres tout ce qu’elle a réuni comme témoignages. Je n’ose pas parler de spectacle. La souffrance, n’en déplaise à certains, n’est pas un spectacle mais Manu, à sa manière, veut témoigner. Elle est femme aussi. Elle sait de quoi elle parle.
Alors se confirme entre ces deux complices un projet qui lierait le théâtre à la chanson ! Oh pas n’importe quelles chansons ! Non Il faut qu’elles s’inscrivent dans le thème mais sans misérabilisme ni mélodrame farcis à la guimauve. Hélène annonce la nouvelle à l’ensemble du groupe qui trouve ça « génial » mais qui se pose quand même des questions quant à l’exécution d’un tel engagement dans ce qu’il faut malgré tout appeler un spectacle.
… La mayonnaise prend plutôt bien ! La cuillère ne tiens pas encore debout dans le bol mais ça vient !
Répétition sur répétition tous les mercredis ! Revoir les paroles chez Lily quelques lundis en plus. Puis découverte de la salle de théâtre, où certaines n’étaient jamais entrées. Comprendre la mise en scène et la rigueur des placements, des déplacements, du mouvement des corps. Gérer la lumière dans les yeux. Une découverte pour l’ensemble du groupe.
Puis la première représentation, la tension qui monte dans les loges, la crainte de savoir ce qu’il y a derrière le rideau noir ou rouge. « Y du monde ? Combien ? Hou làlà ! J’ai peur ! J’ai une petite boule, là qui monte et qui descend, j’ai les mains moites, j’ai chaud, faut qu’j’aille aux toilettes » Concentration avec Joseph, notre guitariste qui nous apporte sa joie de vivre, son sourire, sa jeunesse et déjà son professionnalisme. Ca y est ! C’est à nous !

Le premier chant, la première scène qui fait virevolter les quatre comédiennes autour d’une corde à linge où s’accrochent les souvenirs des années d’après guerre.

Puis vient l’émancipation, les nouvelles libertés, mais aussi les mères courage, les femmes battues, les femmes délaissées, oubliées, les femmes soumises torturées dans leurs corps et dans leurs âmes… Certaines situations, quelques réflexions d’adolescentes peuvent prêter à rire tant elles sont la réalité, la vie de tous les jours.
…Dernières paroles, dernière chanson. C’est fini, on salue au rythme imposé par Fabiola, puis par Lily ! Viennent saluer à leur tour Hélène et Joseph. Le public applaudi et libère sa poitrine de tous les mots qu’il aurait voulu dire pendant la représentation. La salle était muette, elle exulte ! On salue encore ! Hélène et Manu n’on pas besoin de dire  «  Souriez » il n’y a que ça sur la scène ! Que des sourires. On bisse avec « Dans notre Quartier », chanson écrite par les participants sur la musique des Champs Elysées de Jo Dassin ! Cette fois c’est fini.
Pas tout à fait ! Nos deux complices se mettent à rêver non pas à la Star’Ac, mais à un projet qui pourrait nous emmener à Angers là ou naquit le père Joseph Wresinski le Fondateur d’ ATD Quart Monde. Alors pourquoi n’irions nous pas là-bas pour La Journée Mondiale du Refus de La Misère ? Hélène connaît bien son monde à Angers. Elle y est allée souvent et a établi une chaîne d’amitié qui devrait se rallier sans problème à son idée.
Je ne vous parlerai pas des détails de l’organisation de ce déplacement tout simplement parce que je ne les connais pas suffisamment. Sachez seulement que beaucoup de personnes se sont impliquées de très généreuse façon. Nous nous produirons deux fois au Théâtre Pêle-Mêle pour financer une partie du voyage.
Toujours est-il que le Vendredi 15 octobre 2010 nous nous sommes retrouvé dans un autobus, conduit avec virtuosité par Charlène, une très charmante jeune femme, qui emmenait les comédiennes, le chanteur et les chanteuses, plus le musicien sur la route de la douceur angevine.

On se serait cru au départ d’une colonie de vacances avec pour seule nuance l’âge des participants plus près du troisième âge que de l’adolescence. Nous avons récupéré en route l’âme du spectacle : L’éclairagiste, Fabien, dit Petit Monsieur pour certaine ! Il éclaire la salle mais surtout, il met les comédiennes et les chanteurs en lumière.
Un peu plus de vingt heures nous sommes accueillis par les gardiens du lycée mis à notre disposition pour les nuits. Ouf ! Un moment pour casser la croute. Joëlle a apporté trois bouteilles de vin. On partage un verre avec le gardien… qui disparaît et reviens avec trois autres bouteilles de rosé d’Anjou ruisselantes de fraîcheur. Quelques chansons fusent et nous poussons les tables pour un bal improvisé. Quelques valses rythmées par la guitare de Joseph, tango et autres pasos nous achèvent ! Il est temps d’aller dormir pour être en forme demain matin. Petit déjeuner ! Hélène passe dans le couloir comme un fantôme ! Signore ! C’est l’ore ! Il est huit or ! Non ! Ca c’est autre chose. Café au lait, thé, tartines de pain beurré (beurre demi-sel !) confitures ! On est bien calé pour tenir jusqu’à midi. Charlène nous attend dans le bus et en route pour Angers. Halte au local d’ADT Quart Monde ou nous retrouvons Francette, membre de l’Atelier Chant et complice efficace d’Hélène et Manu quant à la réalisation de ce déplacement. Nous somme reçus par Cyril et Sébastien, responsables d’ATDQM Angers et Pascal, Monique, Jérôme, Jean-Paul, Philippe, Céline, Sylvie, Mado, Anita, et Claire et Marc bien sûr. Tout ce monde autour d’une tasse de café. Après une présentation de l’Association, nous allons voir le Château d’Angers. Un peu de tourisme quand même, il faut dérouiller les appareils de photo. Ensuite direction le restaurant. Francette a bien fait les choses ! Hôtel de France ! Restaurant trois étoiles s’il vous plaît ! Une salle rien que pour nous et des mets délicieux ! Tout ça à un prix 50% moins cher que le tarif normal ! Merci Francette ! Mais les bonnes choses ont une fin et nous quittons la bonne chère pour des choses plus sérieuses : la Répétition Générale. Dernières recommandations, dernier filage, petits réglages ! On chante, on joue on se cogne les pieds dans les praticables, hein Monique ! On entend chanter, c’est le groupe « L’Echo des mots » dirigé par Gabriella qui répète. Je fredonne avec les participants. Ils vont ouvrir le spectacle, ce n’est pas facile ! Un encas conséquent et quelques boissons pour se mettre en voix. Puis on descend dans la loge. Vocalises et mouvements de décontraction et de concentration avec Joseph. Les spectateurs entrent les uns après les autres.

« Y a du monde ? » me chuchote - t’on.

« Oui c’est presque plein » Ouille ouille ouille !!!

« Mais non les cotés sont vides »

« Oui mais ils se remplissent. »

« Ou la la ! J’ai la trouille ! »

« J’ai le trac dit une autre »

« Combien qu’y en a »

« Au moins deux cent »

« Aïe Aïe Aïe ! »

« Allez en place ça va être à nous ! »
C’est Hélène qui rabat la meute très concentrée mais fébrile ! L’Echo des Mots a fini sa prestation et les applaudissements sont nourris. Gabriella a la charge de nous présenter. Ce qu’elle fait avec beaucoup de talent et de gentillesse.
Première chanson qui sort des loges et enfle peu à peu. Les premiers chanteurs entrent sur scène vêtus de noir avec une discrète note de rouge. Ils déposent dans une grosse boîte quelques messages de papier rouge.
Puis la première scène, qui fait virevolter les quatre comédiennes autour d’une corde à linge où s’accrochent les souvenirs des années d’après guerre…Dernières paroles, dernière chanson. C’est fini, on salue au rythme imposé par Fabiola, puis par Lily ! Viennent saluer à leur tour Hélène et Joseph. Le public applaudi et libère sa poitrine de tous les mots qu’il aurait voulu dire pendant la représentation. La salle était muette, elle exulte ! On salue encore ! Hélène et Manu n’on pas besoin de dire  «  Souriez » il n’y a que ça sur la scène ! Que des sourires. On bisse avec « Dans notre Quartier » chanson écrite par les participants sur la musique des Champs Elysées de Jo Dassin ! Cette fois c’est fini
Les gens qui sont venus nous voir, nous écouter, sont debout dans la salle ! C’est merveilleux ! On s’embrasse, on se remercie, on s’étreint avec parfois une larme dans les yeux. C’est beau ce qu’on a fait, c’est fort ! Chanteurs, musiciens, comédiens ont l’âme à l’unisson.

Les compliments fusent de toutes parts ! Pas une personne sans un sourire, certaines essuient une larme tant les textes de Manu les ont touchées mais leur lèvres sont déjà dans le sourire aussi. Tout le monde est ravi Manu, Hélène, Francette, Claire, Joseph, Fabien ! Je voudrai pouvoir citer tout le monde. C’est étonnant comment un moment de bonheur peut rendre les êtres plus beaux encore qu’ils ne sont.
Merci Manu de nous avoir fait goûter tes textes (avec ton indéniable talent) pleins de cette vérité que nous les hommes avons parfois du mal à accepter. Cela porte à réfléchir sur la condition humaine toute entière.

Merci à Laurence pour sa gouaille et sa sensibilité.

Merci à Eva pour sa fraîcheur, sa spontanéité et la malice de sa jeunesse.

Merci à Alice pour sa sincérité et la force qu’elle a apportée aux textes par son expérience. Toutes avaient été plus que convaincantes dans votre rôle. J’avais beaucoup de révolte pour la femme battue, de l’amertume pour la femme seule, de la tendresse pour l’adolescente pleine d’illusions, et de la compassion pour cette femme qui ne vivait que pour et à travers son mari. Mais j’avais de l’amour pour les quatre.

Merci Hélène, Francette et tous les autres d’avoir fait que cela se produise.

Merci à Joseph qui nous a littéralement soutenus sur les pentes raides de la portée musicale.

Merci à tous les membres d’ATD Quart-Monde d’Angers pour leur chaleureux accueil. Nous nous sentions véritablement attendus.

Il est encore prouvé que ceux qui n’ont pas grand chose donnent ce qu’ils ont avec beaucoup d’amour.

Le lendemain après le repas offert par ATDQM et une soirée dansante improvisée dans le couloir du lycée où sont nos chambres, un gros dodo et …petit déjeuner.

Hélène déambule dans le couloir comme un fantôme. Je crois bien qu’elle s’est endormie avec un sourire aux lèvres et c’est le même qu’elle avait en se réveillant.
Charlène, malgré le tapage que nous avons fait, est bien réveillée et toujours souriante. Nous pouvons charger le bus avec tous nos bagages. Direction Angers où nous sommes attendus avec la tasse de café et autres boissons. Puis nous nous rendons, guidé par Pascal, vers la plaque commémorative qui rappelle l’œuvre du Père Joseph. Nous chantons une chanson qui parle de liberté (Je ne sais pas écrire le titre en Anglais !) et retour au local pour un échange, malheureusement trop court sur la culture et la misère.
Eh oui ! Il va falloir rejoindre le bus et entreprendre le voyage de retour. J’ai du vague à l’âme ! J’aurai aimé que cela dure encore.

Embrassades, étreintes encore ! L’amour se frotte les mains ! Il est à la fête !
Que c’est bon ces moments là !

Une Belle Aventure non… ?
Bon ! C’est pas tout ça ! Mais qu’est-ce qu’on fait maint’nant ?
Bobby le 19 octobre 2010

similaire:

Un quartier c’est un morceau d’un tout, juste une petite partie extraite d’un ensemble d’autres quartiers qui forme une ville. Villefranche ! Ce quartier iconRésumé : Akissa est une petite fille effrontée et dégourdie qui se...

Un quartier c’est un morceau d’un tout, juste une petite partie extraite d’un ensemble d’autres quartiers qui forme une ville. Villefranche ! Ce quartier iconL’etablissement et les collectivites territoriales
«plaines» c'est-à-dire le long du Rhône dans un axe nord-sud, depuis le quartier d'Estressin jusqu'au quartier de l'Isle, mais aussi...

Un quartier c’est un morceau d’un tout, juste une petite partie extraite d’un ensemble d’autres quartiers qui forme une ville. Villefranche ! Ce quartier iconLes Waresquiel, de riches flamands
«quartier de l’Europe» qui se crée sous Louis-Philippe dans les années 1840, autour de la première gare parisienne Saint-Lazare,...

Un quartier c’est un morceau d’un tout, juste une petite partie extraite d’un ensemble d’autres quartiers qui forme une ville. Villefranche ! Ce quartier iconBlois, la forme d’une ville
«Blois, la forme d’une ville», fait écho à la citation d’un poème de Charles Baudelaire1, repris par Julien Gracq2 et titre d’une...

Un quartier c’est un morceau d’un tout, juste une petite partie extraite d’un ensemble d’autres quartiers qui forme une ville. Villefranche ! Ce quartier iconBlois, la forme d’une ville
«Blois, la forme d’une ville», fait écho à la citation d’un poème de Charles Baudelaire1, repris par Julien Gracq2 et titre d’une...

Un quartier c’est un morceau d’un tout, juste une petite partie extraite d’un ensemble d’autres quartiers qui forme une ville. Villefranche ! Ce quartier icon1 avenue Georges pompidou
Le lycée permet le mouvement dans une ville, la cohésion, car les lycéens viennent de plusieurs villes. Ils participent à l’animation...

Un quartier c’est un morceau d’un tout, juste une petite partie extraite d’un ensemble d’autres quartiers qui forme une ville. Villefranche ! Ce quartier icon20 Gounod a vécu ici les 5 dernières années de sa vie. Statue face au 16
«Mousseaux», le nom du village de vignerons & de meuniers qui s’y trouvait jusqu’à mi xix°. Tout le quartier nord est de Paris, Monceau,...

Un quartier c’est un morceau d’un tout, juste une petite partie extraite d’un ensemble d’autres quartiers qui forme une ville. Villefranche ! Ce quartier iconDoc. 1 : localisation de la Suède, de la ville de Stockholm et du quartier d’Hammarby

Un quartier c’est un morceau d’un tout, juste une petite partie extraite d’un ensemble d’autres quartiers qui forme une ville. Villefranche ! Ce quartier iconIl y a en France, une forme de divorce entre les habitants de quartiers...

Un quartier c’est un morceau d’un tout, juste une petite partie extraite d’un ensemble d’autres quartiers qui forme une ville. Villefranche ! Ce quartier iconUn Congolais de la rdc, poignarde à mort son bébé, puis tente de se tuer
«Je ne sais pas ce qui se passe», avouait-elle avec indifférence. Une famille observait tranquillement la scène depuis la cour de...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com