Vigilance clonage international, 19 mars 2007, l'appel de Rougemont par le Père Patrick





télécharger 39.39 Kb.
titreVigilance clonage international, 19 mars 2007, l'appel de Rougemont par le Père Patrick
date de publication06.11.2017
taille39.39 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
Vigilance clonage international, 19 mars 2007, l'appel de Rougemont par le Père Patrick
Mission urgente pour le Saint Père

Désolation métaphysique : Clonage contre l’Arbre de Vie

Nous allons commencer cette initiation à la question du clonage :

Depuis l’année 1972, pour l’ensemble du monde, il y a des milliards d’avortements, des milliards d’enfants créés par Dieu crucifiés, abandonnés par l’humanité. Les chrétiens ne savent pas comment les adopter, leur communiquer la rédemption, le baptême qu’ils n’ont pas reçu, eux qui ont été frappés par la déchéance de la tache du péché originel.

Mais ce problème très important n’est rien à côté de ce que je vais vous dire maintenant. Comme je sais que je vais vous dire quelque chose de très lourd, de très difficile, de très insupportable à entendre, permettez que je procède par mode d’interrogation.

Savez-vous que la France, fille aînée de l’Eglise, a décidé que l’humanité devait s’autoriser à faire intrusion dans le sanctuaire réservé à Dieu seul dans le monde pour le transgresser en face, directement, par la loi de bio-éthique ?

Savez-vous que la loi votée par la France le 6 août 2004 autorise textuellement le clonage reproductif, le clonage thérapeutique, le clonage scientifique, le clonage de recherche et le clonage import-export pour l’homme ?

Quelqu’un d’entre vous le savait-il ? Non ? Il y a une chape de silence terrible sur cette abomination finale de l’humanité contre Dieu. Nous voici réunis pour en parler, pour le comprendre et mieux prier.

Depuis quinze à vingt ans que nous travaillons, nous avons formé une équipe d'experts dans le domaine juridique, juridiction internationale, jurisprudence, ingénierie bio-génétique, métaphysique, philosophie, théologie, politique, analyse politique. Nous sommes quarante qui travaillons ensemble, dispersés sur l’ensemble du territoire européen. Ce que je vous dis là est une analyse d’expertise incontournable. On ne pourra pas nous dire que nous nous sommes trompés. Nous avons découvert que cette loi qui autorise l’humanité à s’introduire dans le sanctuaire réservé à Dieu seul, est ouverte par la France. Et le 8 mars 2005 à l’ONU, l’exemple de la France a été parfaitement suivi et mondialisé.

D’après la Bible, la Sainte Ecriture, ou même la simple analyse philosophique et métaphysique en sagesse humaine, cette autorisation que l’humanité se donne de rentrer dans le sanctuaire réservé au Créateur s’appelle l’abomination de la désolation. Il faut contribuer à limiter les désastres métaphysiques qui doivent suivre cette faute la plus grave qui soit dans l'histoire de l'humanité.

Maintenant je voudrais vous poser une deuxième question : Savez-vous combien de fois l’ange Gabriel a été arraché de la Face glorieuse de Dieu, dans l’amour, l’attachement indissoluble qu’il avait pour la Face de Dieu, pour venir parler à la terre ?

- Il est apparu à Marie et à Joseph pour l’Incarnation du Seigneur. Savez-vous pour quelle autre raison il a été détaché de la Très Sainte Trinité ?

Un jour, l’ange Gabriel est apparu au prophète Daniel pour expliquer qu’il y aurait l’abomination de la désolation, chapitre 9, 10, 11, 12 et 14 du Livre de Daniel. L’ange Gabriel a été détaché de la Très Sainte Trinité pour parler à l’humanité.

Le prophète Daniel est un prophète unique en son genre et très intelligent. Quand il était tout petit déjà, il savait lire dans les âmes. Il lisait dans l’âme des juges qui voulaient condamner Suzanne, il pouvait lire dans la pensée du Roi Nabuchodonosor, et quand on l’a plongé dans un feu avec son troisième frère et son deuxième frère, il fut transfiguré, et le Seigneur a transformé pour lui le feu en fraîcheur délicieuse. Ce n’était pas un imbécile, pas comme nous qui habitons aujourd’hui Sodome et Gomorrhe. Or, voilà que Dieu lui dit : « Tu vas annoncer au peuple d’Israël la paix, le Jour du Seigneur, la réconciliation, l’amour, la miséricorde, le scorpion avec le nourrisson, le lion et le dragon vont paître ensemble ». L’Esprit-Saint dit cela au prophète Daniel, mais le prophète Daniel parle d'égal à égal avec le Seigneur, et dit : « Non, Seigneur, tu as déjà demandé cela à l’époque de Noé : ça a été un grand désordre. Tu as demandé ça ensuite à Abraham, Isaac, Jacob : et ce furent des massacres, les Amalécites, les Philistins. Ensuite tu as demandé ça à David : nous avons récolté Salomon avec la prostitution, un désastre absolu. Puis tu as demandé ça aux prophètes : une catastrophe d'humiliations s'ensuivit. Et tu vas me demander ça à moi ? Je ne mentirai pas, même si c’est toi qui me le demandais. » Et il a refusé de proclamer le Jour du Seigneur. Mais il a réfléchi un peu, il a jeûné pendant vingt et un jours sans eau ni pain, en disant : « Seigneur d’accord, mais je veux savoir quand, à quel moment ? ». Alors le vingt et unième jour, l’ange Gabriel est apparu au prophète Daniel…

Un pied sur l’Euphrate, un pied sur la terre ferme, il lui dit : « Daniel, fils de prédilection, tu as été choisi pour ouvrir les mystères du temps ». Il lui a donné l’année exacte de la naissance du Christ, et lui a dit : « Le Jour du Seigneur ne sera pas avec Lui, et le peuple d’Israël sera dispersé et détruit. » Le prophète Daniel qui était écrasé par le poids de la gloire de Dieu dans l’apparition de l’ange Gabriel, dans un état de coma, a quand même eu une petite révolte intérieure : « Tu veux que je proclame le Jour du Seigneur, alors que même avec le Messie, la guerre continue ?

Alors l’ange Gabriel a dit : « Après tout cela [et les rabbins disent que quand on dit : après tout cela, les cycles se comptent en 2000 ans], adviendra le Shikoutsim meshomem [en hébreu, traduisez : l’abomination de la désolation]. Alors il y aura la suppression du sacrifice parfait de l’hostie vivante, et alors il y aura le Jour du Seigneur. »

L’ange Gabriel a donc annoncé que le Jour du Seigneur, l’espérance de l’humanité, ne viendrait qu’après l’abomination de la désolation. L’abomination de la désolation est comptée par l’humanité dans les mois où nous sommes, les semaines qui se déroulent sous nos yeux. C’est le déclencheur du combat eschatologique de l’espérance de l’humanité toute entière depuis Adam. C’est l’annonce extraordinaire, la proclamation de la révélation : après le péché originel où l’humanité toute entière de l’époque, Adam et Eve, a scié l’Arbre de la connaissance du bien et du mal, puis au milieu du temps, où la synagogue du peuple de Dieu a scié l’Arbre de la Croix du Fils unique de Dieu, l’humanité toute entière, avec le peuple de Dieu aussi, s'est décidée à scier l’Arbre de Vie.

Maintenant, laissez-moi vous expliquer pourquoi il est indéniable que le fait que l’humanité toute entière, par l’ONU, se décidant à rentrer dans le sanctuaire réservé à Dieu seul, est l’abomination de la désolation.

L’abomination de la désolation ne consiste pas à s’attaquer au Corps du Christ, ce que certains disent : « C’est le Corps du Christ, que l’abomination de la désolation attaque, ce n’est pas le corps d’un petit embryon qui est cloné !».

Si le Pape, l’humanité, l’ONU décidaient que tous les prêtres, désormais, pourraient s’autoriser canoniquement à célébrer la messe à Satan (messe noire) dans le monde entier, cela serait-il un Shikoutsim meshomem, l’abomination de la désolation ? Réponse : non ! Quand le prêtre célèbre l’eucharistie, c’est l’amour de Dieu qui passe par les mains du prêtre. Deuxièmement : quand Dieu, Jésus, se livre dans toute son éternité d’amour infaillible et inépuisable à travers l’eucharistie, cela passe par un sacrement. Il y a encore le voile des espèces, le voile des apparences du sacrement, des apparences du pain et du vin. Si on décidait cela, ce serait abominable, mais on n’atteindrait pas Dieu dans sa substance, parce qu’il y a encore le voile du sacrement.

Shikoutsim meshomem est un mot extrêmement précis dans la Bible : il ne se trouve qu'une seule fois dans Daniel chapitre 9, et deux fois dans l’Evangile grec. Jésus dit dans l’Evangile : « Lorsque vous verrez le Shikoutsim meshomem dont parle Daniel dans le lieu où il ne doit pas surgir, que celui qui est doué d’intelligence comprenne quel est ce lieu. ». Quel est ce lieu ? Ce lieu est la première cellule, ce n’est pas l’eucharistie. Nous ne pouvons pas atteindre la transsubstantiation, nous pouvons atteindre les espèces sacramentelles.

Shikoutsim meshomem est une expression hébraïque biblique qui implique quatre conditions. Il faut que nous fassions dans le Saint des Saints, directement, au-delà du voile réservé à Dieu seul. Dans le temple de Jérusalem, vous aviez le parvis, le Saint du temple, et derrière le voile le Saint des Saints. Personne, jamais, ne pouvait rentrer dans le Saint des Saints, sauf le Christ. Alors une fois par an, quelqu’un qui était revêtu sacramentellement des huit habits sacerdotaux du Christ pouvait rentrer. C’est comme cela qu’a été conçu Jean-Baptiste, vous le savez (Evangile de saint Luc).

Si nous prévariquons mondialement contre l’eucharistie, nous prévariquons dans le Saint du Temple. Nous ne pouvons pas aller au-delà des apparences du sacrement, nous ne pouvons pas briser les apparences du sacrement. Tandis que dans le seul lieu dans l’espace, dans le temps, dans le cosmos, dans le monde, dans notre univers, où Dieu surgit pour se rendre présent pour créer un être humain, dans la première cellule, le Saint des Saints est transgressé.

A quel moment, à quel instant, à quel milliardième de seconde ? A l’instant où apparaît le premier génome. Nous ne pouvons le dire, depuis le prophète Daniel, que depuis le 24 février 1998. Le Saint Père a dit ceci : « L’âme spirituelle créée par Dieu à la conjonction du patrimoine génétique du père et de la mère se manifeste à travers ce génome qui trouve son fondement dans l’âme spirituelle qui imprègne et vivifie ce génome ». Je suis très fier de cette phrase du Pape, parce que c’est notre équipe de travail de Vigilance-Clonage qui a obtenu du Saint Père qu’il puisse le dire.

Le lieu est la première cellule, et l’instant précis, au milliardième de seconde près, dès que le premier génome apparaît. Humani generis, encyclique du Pape Pie XII : la création de Dieu se réalise directement, sans voile, de l’intérieur du corps de l’homme pour créer l’âme spirituelle. A ce moment-là, du dedans, Dieu se diffuse en présence réelle, Dieu jaillit : le Père se rend présent dans notre monde, là, pour créer. C’est le seul moment, le seul lieu où Dieu se rend présent dans notre monde et dans notre temps pour bénir le monde, pour créer, comme dit saint Thomas d’Aquin, les motions divines qui portent le monde dans l’unité de lumière invisible dans la main de Dieu.

Vous comprenez que si toute l’humanité décidait de mettre dehors le Bon Dieu à travers toutes les messes du monde, ce ne serait pas aussi grave que ce qui va s'est passé en mars 2005. C’est l’humanité a choisi de rentrer collectivement dans le sanctuaire réservé à Dieu seul dans le corps de l’homme dans l’instant même où Dieu est en train de créer. C’est ce qu’on appelle un Shikoutsim meshomem.

Les Pères de l’Eglise disent que la durée associée à ce choix, d’après la prophétie de Daniel, suspendra le monde à la venue du "Meshom", ou "Désolation métaphysique", et ouvrira la possibilité du règne absolu de l’Anti-Christ; cette durée associée durera comme vous le savez 1290 jours (savoir si c’est symbolique ou pas est un autre problème). Mais la condition sine qua non du règne de l’Anti-Christ est qu’il y ait cette brisure dans la nature, dans la relation métaphysique entre le Créateur et la création, une brisure célébrée par l’homme tout entier lui-même tandis qu’il va tronçonner l’Arbre de la Vie pour établir une espèce de fissure (comme une assiette fêlée) dans chacune des consciences et dans les champs morphogénétiques de l’humanité toute entière. Cela revient à dire que les motions divines du Créateur qui maintiennent dans la lumière, la Providence de Dieu partout, malgré tous les péchés du monde, vont être écartées, et la nature ayant horreur du vide, alors à la place pourra venir le règne de l’Anti-Christ, le démon va pouvoir s’infiltrer partout, et en particulier dans toutes les consciences individuelles. Dans les nôtres aussi, même si vous n’êtes pas d’accord. Ce sera une brisure des champs morphogénétiques de l’humanité collective toute entière et de chacune des consciences individuelles. C’est ce qui explique pourquoi l’Apocalypse dit que l’Anti-Christ aura pouvoir sur toutes les consciences, sans exception, même celles des élus (ceux qui sont en étant de grâce).

Alors, ensuite, il y aura le Jour du Seigneur.

Autre question : le clonage est-il thérapeutique?

On nous dit : « Le clonage n’est pas contre Dieu, il est pour guérir. Le clonage est thérapeutique, enfin ! C’est bien, quand même, de guérir Alzheimer, non ? ».

Saviez-vous qu’il sera strictement impossible d’obtenir quelconque guérison, d’organiser quelconque thérapie, comme l’expliquent les experts scientifiques, par la voie de la production d’un clone humain ? Une fois qu’il sera développé, on l’assassine, on tire des cellules souches embryonnaires pour faire des organes qui soi-disant vont remplacer d’autres organes. Savez-vous que si on fait cela, on ne guérira jamais ?

Je peux vous expliquer très rapidement la conception, c’est très simple. Le spermatozoïde rentre dans l’ovule, et cela fait un zygote. La première cellule du zygote dure trente cinq heures (le zygote dure jusqu’à ce qu’il devienne un embryon). Au bout de ces 35 heures, le premier génome est formé, et un dixième de seconde après : deux génomes. Un dixième de seconde après : deux cellules. Si la fécondation dure 35 heures, l’apparition de Dieu se fait au terme de l’apparition du premier génome. Mais si je prends un ovule, j’enlève le patrimoine génétique de la maman, je prends une cellule d'un donneur, j’enlève un génome et je l'introduis par pipette dans l’ovule énucléé, il n’y a plus de fécondation, il n’y a plus les 35 heures. A l’instant où je rentre dedans avec ma pipette, avant que je sorte ma pipette, le génome est complet. A cet instant-là Dieu rentre pour créer une âme immortelle, parce qu’un clone est comme un jumeau.

Un évêque français m’a dit un jour : « Mais mon Père, qu’est-ce que c’est que cette histoire, Dieu ne va pas créer une âme spirituelle pour un être humain cloné, enfin ! ».

- Monseigneur !!!! Un être humain qui naît, qui grandit, qui pense, qui prie, n’a pas d’âme ?

Donc j’oblige Dieu à créer un être humain dans un corps qui n’est pas à l’image et ressemblance de Dieu, j’oblige le Créateur à participer à une transgression métaphysique. L’ange Gabriel a annoncé au prophète Daniel que ceci était impossible sans qu’il y ait un retournement eschatologique du temps, une invasion de Lucifer dans le monde et une destruction totale, à terme, de l’eucharistie.

Si je mets un génome dans un ovule énucléé, je n’ai pas eu les 35 heures de préparation de tout ce qu’il y a à l’intérieur de la cellule, les protéines ne sont pas adaptées, ne serait-ce que l’enveloppe du génome qui a des protéines inadaptées aux protéines qui sont à l’intérieur de la cellule. Cela fait des contradictions, à raison de quoi ce génome va développer des maladies absolument inconnues qui sont en plus contagieuses et qui vont produire les épidémies les plus effroyables que l’humanité n’ait jamais connues. Nous savons scientifiquement, avec une certitude totale, que cela va produire des êtres humains soi-disant thérapeutisés (clonage thérapeutique pour la thérapie) qui vont mourir d’un cancer foudroyant et de bien autres choses plus effroyables encore.

Alors la thérapie, sûrement pas le clonage thérapeutique est un mensonge politique, un mensonge métaphysique, un mensonge scientifique, un mensonge religieux, un mensonge universel.

Autre objection "scientifique" : «  C’est amusant quand même ! On pourrait voir ce que ça donne de mettre un embryon humain cloné dans l’utérus d’une truie. Comme cela, la recherche scientifique va avoir des connaissances nouvelles, elle saura les interactions qui se font dans un utérus maternel féminin humain et dans un utérus maternel féminin porcin. On va découvrir plein de trucs très intéressants ! Pour la recherche, c’est drôlement bien ! On ne va quand même pas empêcher la recherche ! »

Est-ce que pour la recherche, c’est intéressant  ? Bien sûr que non. Je n’ai pas besoin de vous expliquer pourquoi, et je n’ai pas le temps. Est-ce que du point de vue économique, c’est intéressant ? Bien sûr que non ! A la rigueur, si on pouvait imaginer qu’on puisse obtenir des résultats dans l’ordre médical, dans l’ordre thérapeutique. Or je viens de vous expliquer que ce n’est pas le cas.

« Le Pape n’en a jamais parlé ? 

- Le Pape n’en a pas encore parlé comme étant une agression contre l’Arbre de la Vie, comme étant une agression contre Dieu. Il a dit qu’il vaudrait mieux ne pas faire le clonage, que scientifiquement il vaudrait mieux faire des cellules souches adultes. Il a abordé la question sur un plan de morale scientifique, pas sur un plan théologique (révélant tout de même en 1998, sur un plan divin, que l’âme spirituelle était créée par Dieu et que Dieu insufflait cette âme dans l’enfant dès l’apparition du génome. Il s’agissait d’une déclaration mais qui ne tient pas lieu d’Enseignement officiel, qui « oblige » la recherche théologique et philosophique chrétienne : plusieurs se servent de cela pour dire qu’ils ne sont pas tenus de penser que l’animation spirituelle se situe dès le premier instant , donc au moment où Dieu est directement présent ) .

- Et la commission des évêques ?

- Quand la loi libéralisant le clonage en France, ils ont dit : « Nous, évêques de France, nous avons parlé du clonage, nous avons condamné le clonage ». Cependant, à la sortie de la loi française, le document de référence des évêques de France indique : « J’apporte tout mon soutien à la fermeté des positions inscrites dans cette loi et dans la proposition du gouvernement à l’encontre de ce qui est couramment appelé clonage reproductif [il apporte tout son soutien à cette formulation !]. Deuxièmement, concernant le clonage thérapeutique, la loi française tend récuser toute forme de création d’embryons en vue d’une utilisation comme matériaux de recherche ou source de cellules à utilité thérapeutique. Comment ne pas s’en féliciter ? ». Le Président de la Conférence épiscopale française se félicite donc aussi de la formulation du volet clonage thérapeutique de cette loi ! Il a donc été gravement trompé par ses analystes.

Le Cardinal de Lyon, grâce à Dieu, a sauvé la situation en qualifiant cette loi comme étant une « transgression suprême », le 10 juillet 2004.

Mais vous savez. J’en viens donc à vous, qui faites partie de l’Eglise catholique. Il faut, en tant que peuple de Dieu, que vous écriviez personnellement à votre curé, à votre vicaire général, ou à votre vicaire épiscopal, ou à votre évêque, ou au nonce apostolique, ou au Pape, ou aux six, pour dire : « A l’ONU, ils ont décidé d’agresser Dieu dans l’Arbre de la Vie. Je sais que l’Eglise catholique doit s'impliquer plus avant à propos de cette faute qui dépasse tout, et je ne veux pas, en tant que catholique, que le sang du Père retombe sur nous et sur nos enfants. Je ne veux pas être compté parmi ceux qui n’ont rien dit, et qui ont crié : « Crucifie la Paternité de Dieu dans notre corps originel, crucifie-le ! ». Je veux m’associer au désir du Saint Père de produire une lettre apostolique de réparation. »

Quelle est donc la véritable origine de la paralysie de l'Eglise ?

Dans le catéchisme de l’Eglise catholique, le dogme de l’Eglise catholique, l’enseignement doctrinal de l’Eglise catholique, l’instant de la conception, de la création de Dieu de l’âme humaine dans la première cellule n’est pas défini dogmatiquement. L’immense majorité des théologiens et des Pères de l’Eglise pensent et enseignent que l’animation est tardive, c’est-à-dire qu’il faut attendre que le petit embryon ait un corps déjà formé pour que Dieu crée, donc ce n’est pas dans la première cellule. Les théologiens et certains Prélats de Rome refusent de prendre en considération l'affirmation historique et parfaitement claire du Pape Jean Paul II du 24 février 1998…

- Que pouvons-nous faire ? Donnez-nous une pointe d’espérance.

- Sachez bien quand même que le 19 novembre dernier, à l’ONU, quand on a commencé à parler de tout cela, sur 84 pays représentant le monde entier pour en discuter, 62 ont demandé qu’il y ait une interdiction radicale du clonage au niveau mondial. La Belgique, la France, l’Espagne et quelques pays, une petite minorité, ont réussi malgré cette majorité écrasante, à faire que cette convention ne passe pas à l’ONU. Parole d’espérance : n’oubliez pas que les pays catholiques, en particulier le Costa Rica, Vatican et les 60 pays qui étaient derrière, ont dit NON. Ces pays ont obtenu, avec Mgr Migliore de faire condamner "moralement", "théoriquement", le clonage, sans réussir à faire passer la convention de condamnation pratique qui, prévue en 2003, a été repoussée à la suite de l'intervention "musclée" de la France.

Deuxièmement : vous allez faire tache d’huile, vous allez faire marcher les photocopieuses de votre quartier, vous allez en parler gentiment à votre curé, vous allez écrire au Saint Père. Tout de suite, pas dans un mois, pas dans une semaine, mais demain et après demain : la durée qui nous est accordée bute sur septembre 2008.

Une phrase toute simple : « On a toléré la pratique du clonage par les nations à l’ONU. Moi, je ne suis pas d’accord, je voudrais tellement entendre une parole qui aille plus loin que ce que l’Eglise a jamais dit jusqu’à aujourd’hui, et qui dise NON au clonage, un NON qui ne s'exprime pas parce que c’est contre l’homme ou contre la nature, mais parce que cette abomination pratique unanime injurie directement la présence vivante de Dieu qui est en train de nous créer. »

Etes-vous capables d’écrire une lettre comme celle-là ? Si vous n’êtes pas capables, allez sur le site catholiquedu.net, où vous aurez plus de quinze propositions de lettre dont vous pouvez vous inspirer pour écrire votre propre lettre avec vos mots à vous, pour l’envoyer personnellement au nonce apostolique, à votre évêque, au Saint Père. Vous pouvez la faire signer par vos enfants. Si nous faisons cela, je vous affirme que le Saint Père pourra sortir la lettre apostolique. Et je tiens à vous dire que je suis convaincu qu’il le fera, parce que grâce à vous, puisque vous êtes les premiers à qui nous en parlons (puisque jusqu’à maintenant toutes nos forces étaient mobilisées sur les pasteurs), cela va faire tache d’huile dans le monde entier.

Le Seigneur ne laissera pas tomber ses enfants, sûrement pas ! Pourquoi Jésus a-t-il permis que Judas le trahisse ? Pourquoi Jésus a-t-il permis que les grands prêtres le livrent ? Pourquoi Jésus a-t-il permis que le peuple de Dieu le livre à la croix ? Pourquoi ? Parce qu’il voulait que l’Ecriture s’accomplisse, il voulait sauver le monde ! Constater qu’il y a une trahison contre Dieu n’est pas une parole de désespoir, c’est une constatation. Mais nous, nous aimons Dieu, c’est donc une parole d’espérance, parce que si toutes les forces collectives se dressent aujourd’hui contre Dieu, c’est le signe que Dieu est vainqueur, le signe que nous sommes à l’heure de la victoire de Dieu. Ce que l’ange Gabriel a dit au prophète Daniel : le jour où il y aura le Shikoutsim meshomem, c’est à ce moment-là que Dieu va venir, que Dieu va livrer tout son amour de manière explicite au monde entier, et que le Jour du Seigneur va pouvoir se réaliser.

Le Jour du Seigneur n’est pas le Jugement dernier. N’oubliez pas votre catéchisme élémentaire à propos des fins dernières : entre le Jour du Seigneur que nous appelons la Parousie et le Jugement dernier, il y a onze étapes. Nous ne sommes pas encore au Jugement dernier. Cela veut dire que cette miséricorde de l’Eglise de Philadelphie dans l’Apocalypse, de l’esprit d’enfance, de lumière, de simplicité, de transparence, où l’Evangile est répandu sur toute la terre, c’est l’heure, ça vient, c’est maintenant. Nous nous y préparons, mais pas comme au temps du péché originel.

Que s’est-il passé au temps du péché originel ? Eve a pris l’Arbre de la Connaissance et elle s’en est nourrie. Et puis elle a "phagocyté" Adam (vous voyez ce qui se passe quand une cellule "phagocyte" une autre cellule) pour faire comme elle. Et cette bécasse d’Adam … s’est laissé phagocyter.

Pour le péché terminal contre l’Arbre de Vie, l’humanité toute entière, Eve, correspond à l’ONU. Et Adam au Corps mystique du Christ… Or, le Corps mystique de Jésus sur la terre, c’est nous. Jusqu’à maintenant, l’humanité a décidé : nous ne l’empêcherons pas, Eve a décidé de tronçonner l’Arbre de la Vie. C’est clair, nous ne l’éviterons pas. Je ne vous donne aucune parole d’espoir, je vous donne une parole d’espérance, ce n’est pas pareil. Ce qui va se passer, c’est que cette fois-ci, Adam ne va pas se laisser phagocyter. Adam, c’est vous, le Corps mystique de Jésus sur la terre. Dès que vous êtes au courant, tout de suite vous agissez, tout de suite vous allez directement à la bouche du Christ sur la terre. Le Saint Père va donc pouvoir s’exprimer. Du coup Eve va faire le péché terminal, mais Adam ne sera pas phagocyté.

Le résultat, c’est que ce sera comme au temps de Noé. Au temps de Noé, le déluge a recouvert toute la terre, mais Noé avait dit NON : une arche est restée à la surface et l’humanité n’a pas été détruite. Il en est de même pour nous aujourd’hui. Sous l’abomination de la désolation, l’humanité sera recouverte du Meshom, mais grâce à Adam, grâce à vous, une arche est construite, et du coup l’humanité va pouvoir vivre le Jour du Seigneur.

Nous sommes la génération qui avait été choisie pour vivre de ces jours d’espérance que les saints, les prophètes, les apôtres désiraient voir de leurs yeux : les Noces de l’Agneau. C’est cela, la Parole d’espérance.

Je vous salue Marie pleine de grâce, le Seigneur est avec vous ,Vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus le fruit de vos entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
Au nom du Saint Père, au nom des cinq évêques qui m’ont demandé de vous la donner, je vous donne la bénédiction, pour que vous puissiez recevoir la force, l’amour et le charisme de répandre cette bonne nouvelle sur toute la terre, par votre prière, pour que vous soyez investis de cette mission d’amour de l’humanité pour Dieu et de Dieu pour l’humanité :

.
Le Seigneur soit avec vous. Et avec votre esprit…. Que l’immense bénédiction du Dieu tout-puissant descende sur vous, qu’à travers vous elle se répande sur la terre toute entière, au Nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen. Alléluia.


similaire:

Vigilance clonage international, 19 mars 2007, l\12e Festival International du Cirque 14 et 15 mars à Montilly-sur-Noireau
«coulée verte» qui relie le bocage au cœur de ville, mettant en valeur ce vallon bordé par un cours d’eau nommé La Fouquerie

Vigilance clonage international, 19 mars 2007, l\Actes du colloque organisé par le Conseil général de l’Oise et le...

Vigilance clonage international, 19 mars 2007, l\Bulletin hebdomadaire n° 1131 du lundi 26 mars 2007

Vigilance clonage international, 19 mars 2007, l\Congrès Marx International V section Culture Paris-Sorbonne et Nanterre 3/6 octobre 2007

Vigilance clonage international, 19 mars 2007, l\Présentée par Patrick Bourgeois

Vigilance clonage international, 19 mars 2007, l\Au delà de Paris et Nancy, «l’Ecole de Charles Richet» selon Pierre...
«l’Ecole de Charles Richet» selon Pierre Janet : son impact et ses réseaux, ses membres et son hétérodoxie de l’appel à un congrès...

Vigilance clonage international, 19 mars 2007, l\Colloque “Journalisme(s) dans l’océan Indien”, 28-29 mars 2007 (à paraître)
«Media and démocracy in an age of transition» à l’université de Maurice en 2004 (Kasenally & Bunwaree, 2005)2

Vigilance clonage international, 19 mars 2007, l\L’appel à l’Histoire et aux valeurs traditionnelles
«Patrimoine accumulé par des siècles de travail et sacrifices par les générations qui nous ont précédées»

Vigilance clonage international, 19 mars 2007, l\Né à Paris, le 22 novembre 1869, IL était issu, par son père d’une...

Vigilance clonage international, 19 mars 2007, l\Bibliographie de la langue saintongeaise (Aunis, Saintonge, Angoumois,...
«A tous thiellés là qu’avant l’goût de nout’ boune veille parloère saintongheaise.»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com