Rôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets





télécharger 103.29 Kb.
titreRôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets
page2/3
date de publication06.11.2017
taille103.29 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3



La Cantine Brestoise

Jessica Pin, animatrice

06 18 76 28 15

jessica.pin@lacantine-brest.net

http://www.lacantine-brest.net




Le Technopôle Brest-Iroise et la Cantine
Dans le domaine des technologies numériques, Brest bénéficie de la présence de nombreux acteurs académiques, scientifiques et industriels, dont les compétences multiples et reconnues lui confèrent aujourd’hui des positions stratégiques dans certains domaines, tant au niveau national qu’international. D'autres secteurs d'activité non directement numériques, mais qui utilisent les outils et les technologies du numérique, sont également bien représentés à Brest : la mer, la santé, la sécurité, l'éducation...

Il n’existait pas jusqu’à présent un lieu physique visible, repéré, qui favorise spontanément l’échange, la coopération et le frottement entre ces réseaux et acteurs du territoire venant d’horizons différents. Or, le croisement des initiatives et des cultures, les pratiques collaboratives sont une des clés de l’innovation, facteur de développement du territoire.

La création d’une Cantine où les acteurs de l’entreprise, de la recherche, de l’enseignement, des associations, des services publics, de la culture cohabitent et font vivre ce lieu est un moyen de stimuler davantage l’innovation. Le Technopôle, avec les acteurs de la filière STIC brestoise, a lancé le 16 novembre 2012 la "Cantine brestoise". Il s’investit particulièrement dans le démarrage de la Cantine pour lui assurer les plus grandes chances de succès. Outre les événements qu’il organisera à la Cantine, le Technopôle tiendra une permanence hebdomadaire dans les locaux de la Cantine pour tout porteur de projet qui souhaiterait être accompagné dans sa démarche de création de son entreprise.
« Le Technopôle Brest-Iroise, la dynamique de l’innovation au service du territoire»
Le Technopôle Brest-Iroise, au-delà d’un site exceptionnel, est né dans les années 1990 d’une véritable démarche économique.

Constitué en Association Loi 1901, il fédère un réseau de plus de 200 adhérents [Entreprises, centres de recherche, grandes écoles, organismes professionnels] et œuvre au développement économique du territoire par l’innovation.

>>> Les 3 missions du Technopôle :

Entreprendre : pour accompagner la création d’entreprises innovantes.

Fédérer : pour développer des partenariats et renforcer les compétences.

Animer : pour mettre en réseau et promouvoir les compétences.

Le Technopôle Brest-Iroise c’est également un site géographique qui se développe sur plus de
100 ha à l'ouest de l'agglomération. Plus de 6000 personnes y travaillent.

Contact presse : Murièle Couchevellou – muriele.couchevellou@tech-brest-iroise.fr – 06 63 00 86 84


Le soutien de la collectivité à l’installation de la Cantine brestoise
Le développement de la mobilité numérique et des infrastructures d’accès au très haut débit nous font entrer dans une société où les outils du numérique sont accessibles en tout moment et en tout lieu. S’y intègrent des scénarios et des usages innovants dans de multiples domaines : l’éducation, l’accès à la culture, les transports, les loisirs, la vie quotidienne…

Dans le même temps, les nouveaux outils collaboratifs du web 2.0 participent à une évolution du processus d’innovation qui plus seulement réservé aux experts mais qui est désormais ouverte.

Convaincue de la nécessité d’amplifier cette dynamique et de lui offrir de nouveaux horizons collaboratifs, Brest métropole océane, en partenariat avec la Ville de Brest, a souhaité accompagner l’installation d’une cantine à Brest.

L’objectif de la Cantine brestoise est en effet de favoriser l’émergence et la création d’activités d’une manière différente : par le décloisonnement et le partage des savoirs entre des acteurs territoriaux venant d’horizons différents.

A ce titre, l’agglomération dispose d’un formidable potentiel : de nombreux acteurs (académiques, scientifiques et industriels) aux compétences multiples reconnues nationalement et internationalement (technologies numériques, mer, santé, design, management…) et d’un réseau dense et unique en France d’acteurs impliqués dans la médiation numérique et l’innovation d’usage.

La création de la Cantine brestoise, collaborative, en réseau, où les différents acteurs du territoire cohabitent, co-construisent est un nouveau moyen de favoriser l’innovation (sous toutes ses dimensions : technologique, sociale…) au service de l’attractivité et la compétitivité du territoire.
Contact Presse / Laurent Bonnaterre 06 47 22 70 56 / laurent.bonnaterre@brest-metropole-océane.fr



L’UBO, partenaire de la CANTINE de Brest,

partenaire de l’innovation.


Les établissements d’enseignement supérieur sont des acteurs du développement économique territorial à part entière. Ils sont responsables de la formation des étudiants, capital humain de demain, du transfert et de la diffusion de connaissances au sein des entreprises locales, tout autant qu’ils sont créateurs d’emplois et générateurs d’investissements…

L’Université de Bretagne Occidentale (UBO) est le 1er établissement finistérien d’enseignement supérieur avec environ 18 000 inscrits en 2012/13 (soit plus 60% des effectifs totaux).

L’UBO offre aux étudiants du territoire un large choix de formations (environ 200) dans de nombreux domaines (Droit-Economie-Gestion, Lettres et Sciences Humaines, Sciences et Techniques, Sciences de la Mer et du Littoral, STAPS, Sciences de la Santé). Si elle tient le rôle d’université de proximité au sein de la Bretagne Occidentale, elle rayonne à l’échelle internationale grâce à des formations reconnues et à des partenariats noués en matière de recherche et de formation. Sa politique de formation tout au long de la vie est déjà très développée.

Dans le secteur de la recherche, l’UBO s’illustre dans des domaines d’excellence (mer, santé/agroalimentaire, sciences et technologies de l’information et de la communication, sciences de l'homme et de la société) et par des projets novateurs basés sur des approches multidisciplinaires.

La cantine et l’UBO, des valeurs communes :

Lieu d’ouverture, lieu d’échanges, lieu de création, l'université a su tisser des liens constructifs avec les milieux socio-économiques et institutionnels, tant dans le secteur de la recherche que de l’enseignement. Poursuivant cette logique, l'UBO soutient aujourd'hui la création et l'installation au sein de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de la cantine numérique de Brest, outil au service du « co-working », favorisant l’accès à la cité mais aussi à toutes les innovations technologiques.

L'université lui apportera les compétences utiles pour accompagner les projets de créateurs, mais bénéficiera aussi en retour de l'extraordinaire bouillon d'idées et d'échanges que constitue de tels lieux ! 

Pour plus d’informations sur l’UBO :

Univ-brest.fr

http://www.facebook.com/UBO.UnivBrest
Télécom Bretagne et la Cantine de Brest, pour un monde académique ouvert sur les entreprises
Membre de l’Institut Mines-Télécom, groupe de grandes écoles d’ingénieurs, d’école de management et de centres de recherche dans le domaine du numérique, présents sur l’ensemble du territoire, Télécom Bretagne a depuis sa création en 1976 activement contribué au développement économique du grand ouest. Labellisée Institut Carnot pour la qualité de sa recherche partenariale, l’école, pour renforcer son écosystème productif territorial, a lancé en 1998 deux incubateurs d’entreprises innovantes ayant généré une centaine de créations d’entreprises et pouvant accueillir simultanément 18 projets technologiques, issus ou très proches de la recherche. Depuis cette époque, elle pratique un enseignement à l’entrepreneuriat pour tous ses élèves.

A travers le partenariat avec les Cantines Numériques proches, l'implication dans la Fête de la Science, les fablabs, les Open Coffee ou l'organisation d'évènements comme le forum des usages coopératifs et le Carrefour des Possibles en Bretagne, l’établissement a montré sa capacité à soutenir le rayonnement du numérique en région. 

Dans le prolongement naturel de cette dynamique, parce que le développement économique par la recherche est inscrit dans ses gènes et parce que l’innovation nait de l’ouverture et des échanges avec la communauté économique, Télécom Bretagne apporte son soutien à la cantine de Brest à travers son animation et l’accompagnement de projets prometteurs.
Télécom Bretagne, Une Grande École d'ingénieur généraliste et un centre de recherche international en sciences et technologies de l'information

Télécom Bretagne forme des ingénieurs polyvalents et aptes à prendre des responsabilités importantes. Reconnue pour son dynamisme, sa très grande ouverture internationale, Télécom Bretagne a noué des partenariats avec plus de 50 établissements d'enseignement supérieur et de recherche à travers le monde. Elle collabore avec le MIT, l'École Polytechnique fédérale de Lausanne sur l'innovation pédagogique. Plus d'un millier d’élèves, issus de 40 pays suivent une formation d'ingénieur, de master, de doctorat ou de mastère spécialisé sur deux campus d'exception au cœur de technopôles très actifs.

Parmi les 300 personnels permanents de Télécom Bretagne, les 160 enseignants-chercheurs reçoivent régulièrement les plus hautes distinctions pour leur contribution à l'avancée de la Recherche dans leur domaine de spécialité. Plusieurs vont même jusqu'à la valorisation industrielle de leurs résultats et ont créé des entreprises solides qui irriguent le tissu économique local, régional ou national.

Télécom Bretagne est un acteur important de la valorisation de la Recherche à travers ses multiples partenariats et réseaux (vice-présidence de l'Université européenne de Bretagne, des pôles de compétitivité Images & réseaux et Mer). Elle a créé plusieurs laboratoires mixtes avec le CNRS, l'Inserm ou l'université.

Plus d’infos : www.telecom-bretagne.eu Lexians,

la lettre d’informations : http://www.telecom-bretagne.eu/lexians/



Crédit Mutuel Arkéa : un partenariat sous le signe de l'innovation
Le Crédit Mutuel Arkéa est membre fondateur de la Cantine brestoise, lieu dédié au travail collaboratif en vue de favoriser l’échange de compétences et l’émergence d’activités. Une évidence pour le groupe de bancassurance, convaincu que l’innovation est un moteur du développement économique et de son propre développement.

Acteur majeur de l’économie dans l’Ouest, le Crédit Mutuel Arkéa est un groupe de bancassurance coopératif et mutualiste qui compte plus de 3,2 millions de sociétaires et clients. Fabricant et distributeur de produits bancaires, financiers et d’assurance, le Crédit Mutuel Arkéa s’est construit et se développe sur un modèle innovant. Il rayonne sur toute la France.

Fortement ancré sur ses territoires, le Crédit Mutuel Arkéa a toujours placé l’innovation au cœur de sa stratégie et de ses métiers. Pionner dans la banque à domicile dès les années 1980, il est le premier établissement à proposer ses services sur iPhone et iPad. Moteur de progrès constant, cette culture de l’innovation est mise au service de la clientèle et du développement économique.

En s’engageant aux côtés de la Cantine brestoise, le Crédit Mutuel Arkéa entend encourager les initiatives qui participent au dynamisme entrepreunarial de la Bretagne et être un créateur de liens entre les différentes composantes économiques du territoire.

Jean-Luc Dubois, directeur de l’Offre moyens de paiement au Crédit Mutuel Arkéa, déclare à cette occasion : « Le projet de la Cantine brestoise est un prolongement naturel pour un groupe coopératif et mutualiste comme le Crédit Mutuel Arkéa. Nous partageons des principes de mutualisations des moyens, des talents et des ressources, orientés vers des objectifs collectifs et novateurs. »


A propos de Crédit Mutuel Arkéa :

Le Crédit Mutuel Arkéa est composé des fédérations du Crédit Mutuel de Bretagne, du Sud‐Ouest et du Massif Central, ainsi que d’une vingtaine de filiales spécialisées (Fortuneo, Monext, Financo, Federal Finance, Suravenir, CFCAL…). Avec près de 9000 salariés, 3700 administrateurs, 3,2 millions de sociétaires et clients dans la bancassurance et 90 milliards d’euros de total de bilan, le Crédit Mutuel Arkéa se classe parmi les tout premiers établissements bancaires ayant leur siège en région. Plus d’informations sur www.arkea.com.

Contact presse :

Crédit Mutuel Arkéa : Florence Eckenschwiller - Tel. 02.98.00.01.91- florence.eckenschwiller@arkea.com

ANNEXES
Contexte p. 9
Qu'est-ce qu'un espace de coworking ? p. 10
Qu’est-ce qu’une Cantine ? p. 10
Objectifs du projet Cantine brestoise p. 12 et 13

Définitions de la Cantine brestoise :

  • un outil d’animation territoriale

  • une vitrine ouverte sur la ville

  • un lieu de rencontre de l’innovation technologiques et des entreprises

  • un lieu de détection, d’accompagnement de projets et de coworking


Liens avec des initiatives similaires p. 13
Une cantine pas seulement numérique p. 14
Thématiques de la Cantine p. 14
Services de la Cantine p. 16
Ce qu'attendent les coworkers et visiteurs de la Cantine p. 18 et 19

Définition du projet de la Cantine brestoise, tiers-lieu, creuset de l’innovation ouverte
Contexte

Dans le domaine des technologies numériques, Brest bénéficie de la présence de nombreux acteurs académiques, scientifiques et industriels, dont les compétences multiples et reconnues lui confèrent aujourd’hui des positions stratégiques dans certains domaines, tant au niveau national qu’international.

L’agglomération dispose également d’un réseau dense et unique en France d’acteurs issus de collectivités, d’associations… impliqués dans la médiation numérique et l’innovation d’usages.

D'autres secteurs d'activité non directement numériques, mais qui utilisent les outils et les technologies du numérique, sont également bien représentés à Brest : la mer, la santé, la sécurité, l'éducation...

Il n’existait cependant pas, à l’échelle de l’agglomération, un lieu physique visible, repéré, qui favorise spontanément l’échange, la coopération et le frottement entre ces réseaux et acteurs du territoire venant d’horizons différents.

Or, le croisement des initiatives et des cultures, les pratiques collaboratives sont une des clés de l’innovation, facteur de développement du territoire. Rares sont aujourd’hui les innovations qui sont le fruit d’une entreprise ou d’un groupe isolés. Disposer d’un lieu convivial pour se retrouver, entre mondes parfois distants, que ce soit des communautés qui se croisent trop peu souvent, ou des indépendants qui travaillent de chez eux, permet de sortir de cet isolement et imaginer à plusieurs de nouveaux développements d’activités.

Pour cela il faut un lieu qui ne soit ni la maison, ni l’entreprise. C’est ce qu’on appelle un tiers-lieu.

Alors que la maison et les endroits de vie constituent les « premiers-lieux », les « second-lieux » sont les places de travail où les individus passent le plus clair de leur temps. Les « tiers-lieux » représentent pour leur part des points d’ancrage de la vie communautaire qui favorisent des échanges plus larges et plus créatifs au niveau local et permettent ainsi d’entretenir la sociabilité urbaine. Ces lieux ne sont pas les espaces publics habituels (aéroports, gares, parcs) qui voient passer une foule hétérogène. Ce sont des endroits plus localisés et dont l’espace, favorisant les liens et les échanges, a été accaparé par les individus.

Source : Patrick Genoud, Observatoire technologique de Genève

Aujourd’hui, les FabLabs (ateliers de fabrication numérique), les espaces de coworking jouent également ce rôle de tiers-lieux.

Qu'est-ce qu'un espace de coworking ?

C’est un tiers-lieu destiné aux travailleurs nomades et aux entrepreneurs en quête d’un bureau occasionnel ou d’un lieu de rencontre qui permet, selon des modalités diverses, aux acteurs du numérique, mais pas uniquement, d’évoluer professionnellement dans un cadre stabilisé au carrefour des compétences, des savoir-faire et des communautés de pratique.

On y retrouve 4 dimensions :

Économique, une capacité à créer du revenu,

Socioprofessionnelle, un lieu de référence où les professionnels d’un même domaine peuvent se rencontrer, échanger et travailler,

Culturelle, un lieu où certains principes et certaines valeurs d’ouverture, de partage sont mis en avant. Un lieu qui produit un mouvement, ayant une aura dépassant ses propres frontières de pouvoir d’action,

Territoriale et spatiale, un lieu inscrit sur un territoire, connecté à son tissu qui encadre, encourage et accélère les processus dit de «sérendipité» en favorisant les rencontres hasardeuses et non-linéaires.

Source : Monographie rédigée par Christine Balaï, dans le cadre de l’étude réalisée avec le CNAM « Pratiques culturelles à Paris à l’horizon 2030, pour la Mairie de Paris, 2011
Qu’est-ce qu’une Cantine ?

Dans ce contexte, une « Cantine numérique » est tout à la fois un tiers-lieu, un espace de coworking, un espace d’animations, et un lieu d’innovation en résidence. C’est un lieu accessible et attractif en prise avec la vie sociale et économique, disposant d’équipements de communication. C’est un lieu-fenêtre : connecté à d’autres lieux similaires. C’est également un lieu-vitrine : pour montrer les « technologies inventées ou assemblées ici » C’est enfin un lieu-arrêt : dans un lieu de passage, un rôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets. On y trouve ainsi :

• un espace de travail, de collaboration, d’innovation, au cœur d’un territoire qui bouge,

• divers espaces de vie : café & boissons non alcoolisées, places de coworking, salle de conférences, salles de réunion,

• des acteurs : entrepreneurs, développeurs, créateurs, chercheurs, étudiants, institutionnels, associations du numérique (mais pas seulement), amateurs, innoventeurs,

• des activités : réunions, tables-rondes, ateliers, soirées à thèmes, petits-dèj, BarCamp, CodeCamp, formations, développement collaboratif, conférences, keynotes, PitchCamp, rencontres employeurs…,

• des thèmes : web (2.0 etc.), open source, développement logiciel, mobile, nouveaux médias, usages, mais pas seulement du numérique.

Les Cantines sont [à l’origine] des dispositifs pensés par des acteurs territoriaux de l’innovation numérique. Fortement influencée par les espaces de coworking américains, la première Cantine s'est ouverte en 2008 à Paris, à l’initiative de Silicon Sentier.

Dispositif opérationnel au service de l’innovation, ses missions relèvent de la dynamisation de communautés, l’accompagnement d’acteurs émergents et la diffusion des savoirs à travers l’organisation d’événements.

Depuis fin 2010, quatre nouvelles Cantines se sont ouvertes, toutes portées par des associations locales de dimension régionale : La Cantine Toulouse par la Mêlée à Toulouse, La Cantine par Atlantic 2.0 à Nantes, La Cantine Numérique Rennaise à Rennes, La Cantine by TVT à Toulon. Avec Silicon Sentier, ces associations représentent plus de 1000 acteurs de l’innovation numérique en France (TPE/PME, grands comptes, associations et collectivités territoriales).

Cette dynamique collective a vocation à apporter des solutions concrètes aux problématiques et besoins des acteurs territoriaux : créer des synergies interterritoriales, favoriser les croisements entre acteurs locaux, encourager l’émergence de structures décentralisées, offrir un dispositif global de diffusion et rendre visible à l’échelle nationale et internationale l’innovation à la française.

Nous croyons que la diffusion des innovations auprès du plus grand nombre passe par une prise de conscience collective que nous souhaitons stimuler à travers le réseau.

Fin 2012, les 5 Cantines en collaboration avec 4 lieux associés: Le Labo de l’Edition à Paris, La Plage Digitale à Strasbourg, Le Node à Bordeaux, La Boate à Marseille ont lancé « Le réseau des Cantines et des lieux associés » sous forme d’association loi 1901.

Source : Réseau des Cantines et des lieux associés, constitué le 13 décembre 2012


Objectifs du projet Cantine brestoise

L’objectif de la Cantine brestoise est de créer un tiers-lieu métropolitain qui favorise la mise en réseau, l’échange et l’émergence d’activités issues du décloisonnement et du partage des savoirs entre les différents acteurs du territoire. L’envie de ce tiers-lieu est depuis plusieurs années au cœur des préoccupations des acteurs cités plus haut. Les rencontres dans des formats actuels (Open Coffee, Club Prospectic…) ont été organisées par ces acteurs et ont permis la consolidation de réseaux auparavant informels. Le projet de la Cantine brestoise a mûri dans ce contexte et est aujourd’hui exposé.

Définitions de la Cantine brestoise

Suite à une réunion organisée avec l’appui de Brest métropole océane et de la Ville de Brest le 13 février 2012 pour cerner les attentes et les besoins des acteurs potentiellement intéressés, qui tous se retrouvaient de manière indépendante, il a été possible de s’accorder sur 4 objectifs principaux pour ce futur tiers-lieu :

un outil d’animation territoriale

Ateliers pratiques de sensibilisation aux outils du numérique, conférences ouvertes, animations autour de projets numériques (data-camp, bar-camp, wiki Brest…), des rencontres d’acteurs (AFEIT, Technopôle Brest Iroise, centre de ressources de l’accès public à internet…). Ce sont autant d’évènements, actuellement disséminés dans l’agglomération, qui pourront se tenir dans ce tiers-lieu et qui permettront aux acteurs d’échanger, de se rencontrer, de débattre…

une vitrine ouverte sur la ville, d’innovations technologiques, sociales et culturelles où les publics se croisent, échangent, co-construisent…

L’idée est que les étudiants, les chercheurs, les « inventeurs géniaux »… puissent exposer et présenter leurs projets au grand public autour d’animations, de démonstrations.

Le tiers-lieu aura cette fonction d’espace de diffusion des technologies afin de les rendre plus visibles et d’en faciliter l’appropriation, notamment par le public qui en serait le plus éloigné.

Des activités de médiation et d’animation scientifiques seront également proposées.

un lieu de rencontre de l’innovation technologiques et des entreprises

Ce tiers-lieu doit permettre aux entreprises d’organiser des sessions professionnelles, des opérations de lancement de produits. Elle doit également favoriser le rapprochement entre les grandes entreprises et les PME autour de projets collaboratifs. Les aspects création de business, d’emplois et d’entreprises sont un des objectifs importants de ce tiers-lieu. L’innovation ouverte est un des modes d’innovation qui pourra se développer dans l’environnement propice de ce tiers-lieu.

un lieu de détection, d’accompagnement de projets et de coworking

Des espaces de coworking seront proposés. Pour les porteurs de projets, un accompagnement pourra être proposé par le Technopôle Brest-Iroise.

Ce tiers-lieu prend la forme d'une Cantine au sens des 5 premières cantines nationales, mixant espaces de coworking et événements quotidiens. Nous la désignons dans la suite indifféremment sous les termes de « cantine » ou de « cantine numérique » selon le public ciblé : « cantine numérique » pour la distinguer d'une cantine classique, et « cantine » tout simplement car notre projet souhaite attirer dès le départ des acteurs hors activités directes du numérique.
Liens avec des initiatives similaires

Les liens avec les cantines rennaises et nantaises sont déjà existants de longue date. Ceux avec la cantine parisienne se font par l'intermédiaire des relations avec la FING. Des travaux communs avec les cantines de Toulon et Toulouse sont envisagés, en fonction des thèmes qui nous rapprochent. Il en sera de même au fur et à mesure avec les tiers-lieux des autres territoires. Les liens entre ces tiers-lieux seront du reste les têtes de ponts d’échanges à consolider ou créer entre acteurs du numérique de ces différents territoires : ce sera une des missions de l’équipe permanente et semi-permanente (voir plus bas) de la Cantine.

Notre territoire a d’ailleurs été reconnu par les cantines existantes qui se sont regroupées en Réseau de cantines et lieux associés fin décembre 2013 : lors de cet événement fondateur, Brest et Tours ont été invités à présenter leurs projets de Cantine pour rejoindre le réseau national dès que possible.

En Bretagne, des liens ont été établis courant 2011 avec des projets de tiers-lieux dans d'autres villes bretonnes : Saint-Brieuc, Lannion, Morlaix, Carhaix, Quimper, Lorient... Sur ces territoires des espaces de coworking sont souhaitables, mais la partie événementielle ne peut soutenir le rythme de 250 événements / an. Il est donc envisagé avec ces acteurs d'établir, à partir de la tête de pont brestoise, une mutualisation des événements via un réseau vidéo de qualité : il s'agit là d'une « cantine en réseau ». Le même fonctionnement peut s'établir entre Brest et Rennes et Nantes notamment, dans un premier temps.

Ces événements qui pourraient être retransmis en direct, le seront aussi vers les Espaces Publics Numériques dans les quartiers et ailleurs sur le territoire, partout où une salle de visioconférence est mise en place.

Bien que localisée à Brest, cette Cantine a pour vocation de rayonner sur tout l’ouest breton et établira des partenariats avec les marques de territoire (marque Bretagne, Tout commence en Finistère) portées par les collectivités.


La Cantine brestoise est également liée à l’Atelier de Fabrication Numérique brestois (FabLab) TyLab, et autres ateliers du territoire breton et au-delà. Cette dynamique FabLab en Bretagne a été propulsée par les rencontres autour de l’Internet des objets de la semaine B-ware 2011 qui s’est tenue à Brest en parallèle d’un congrès scientifique international en octobre 2011. Tiers-lieu également, axé sur la production d’objets et de savoir-faire, les FabLab sont pour nous un complément essentiel d’une Cantine, en permettant la création rapide de prototypes. Leurs conditions d’utilisations (horaires d’accès, taille de certaines machines, bruit), ne permettent cependant pas une conjonction de lieux. La cantine brestoise hébergera tout de même des activités de FabLab légères (ateliers de découverte par ex.) et exposera les travaux effectués par les utilisateurs du TyFab. Une convention d’activités et d’objectifs communs sera élaborée d’ici la fin 2012.
Une cantine pas seulement numérique

La Cantine brestoise s'attache à croiser des filières qui ne relèvent pas directement du numérique. Cela se traduit d'une part par l'implication de partenaires privés hors champ du numérique, et d'autre part à travers des thèmes sortant a priori du numérique. Certains de ces thèmes sont déjà développés par des équipes de recherche locales, ce qui facilite la recherche des conférenciers. Le but est d'attirer des coworkers s'intéressant à ces thèmes, et pouvant via leurs rencontres avec d'autres acteurs venant d'horizons différents, trouver matière à la création de leur activité et de leur entreprise. Car un des objectifs majeurs de cette cantine est l'émergence de nombreux projets d'entreprise tous azimuts, qui seront accompagnés par les organismes classiques œuvrant déjà sur le territoire et par les partenaires de cette cantine.

Il est à noter également que la Cantine
1   2   3

similaire:

Rôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets iconLa logistique, une fonction évolutive, multiforme et transversale
«tirer la fabrication» par les commandes au lieu de «pousser» par le plan de fabrication

Rôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets iconPlace et rôle des marchands espagnols à Bordeaux
«morisques» installés en France, dans le Béarn et à La Rochelle. Les projets reposent en partie sur une haine commune de l’Espagnol....

Rôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets iconJeStiMulE (Jeu Educatif pour la Stimulation Multisensorielle d’Enfants...

Rôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets iconRencontre avec les œuvres – ce2 cm1-cm2 – Collège – Lycée – Université Durée 1h15
«fait-main» : seul le processus de fabrication est mis en avant, l’action sur un matériau, la réaction d’une matière

Rôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets iconCroissance et transformations sectorielles : d’une économie post-industrielle...
«sociologique», rôle accru de l’Etat, rôle moteur des services collectifs. Ce thème sera repris au tournant du xxème siècle à travers...

Rôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets iconQuelques données sur l’Ecole en France du XVII au xixème siècle avant...
«exposés des motifs». L’Ecole devient une Institution d’un Etat unifié et centralisé. Les maîtres deviennent des fonctionnaires payés...

Rôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets iconThèse p 30 Projets

Rôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets icon9 nouveaux projets validés et 3 soutiens renouvelés

Rôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets iconProjets autour des rayons cosmiques

Rôle de fabrication, de détection et de stimulation de projets iconAéroports de Paris présente ses projets pour l'aéroport du Bourget






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com