L’architecture roman et gothique





télécharger 95.54 Kb.
titreL’architecture roman et gothique
page1/3
date de publication06.11.2017
taille95.54 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3
L’architecture roman et gothique,

histoire du monachisme

Les auteurs : Tjaša Smrdel et Jasmina Klemenčič

Le mentor : lekt. Laurent Guibelin

Ljubljana, le 15 avril 2011

L’INTRODUCTION

En gros, on peut diviser le Moyen Âge entre deux grands courants de l'art : celui de l'art roman et celui de l'art gothique. Cela ne signifie pas qu'il n'existe que ces deux styles. Avant, on connaît déjà l'art carolingien sur le territoire francais, l'art otonien sur le terriotoire allemand et l'art préroman. Toutes les formes significatives de chacun d'entre ces styles font la base de ces deux courants les plus connus même aux gens qui savent assez peu de l'art en général. Ainsi, l'art roman se forme à base de l'art préroman et puis, il se développe en art gothique. Nous verrons qu’aucun style ne vit tout à fait séparement des autres. L'art roman et gothique cohabitent bien longtemps dans certains pays. C'est pourquoi on dit difficilement quand est-ce qu'un certain style apparaît sur un certain territoire. Ainsi, on dit que l'art roman nait sur les territoires peuplés de gens parlants des langues romanes (italien, espagnol, français, portugais), puis, il se répand vers le nord (surtout en Allemagne). Les premieres basiliques, formes significantives de ce style, sont édifiées au début du XIe siècle sur la campagne méditerranéenne. Par contre, la cathédrale qui est la forme représentative de l'art gothique règne toujours une ville. On situe le début de l'art gothique en France, plus exactement, à Paris où l'abbé Suger au début du XIIe siècle renouvele ancienne cathédrale de Saint-Denis. Dès le premier regard, on a l'impression qu'il s'agit de deux formes tout à fait différentes. La cathédrale tellement riche, détaillée et souple contre la basilique lourde, simple et solide? En effet, ce sont les édifices très pareils. Tous les deux sont les églises, les édifices sacraux. L'époque de l'art gothique ne fait qu'une seule chose : elle apporte des nouvelles formes qui seront intégrées dans l'ensemble des formes connues. Pour être précis, ce ne sont pas des formes nouvelles car elles existent déjà dans des autres cultures. Sur ce point là, il est nécessaire de mentionner les croisades, monachisme et de nombreux voyages de savants qui attribuent beaucoup à l'expansion de nouvelles formes. En partant aux pays orientales, les religieux apportent les formes arabes en Europe. Puis, le monachisme. Chaque ordre religieux a, entre autres, un grand objectif: se répandre sur le plus grand territoire possible. Comme ça, les ordres envoyaient les abbés dans d'autres pays. Un abbé ne voyage jamais seul, il est toujours accompagné d'au moins un maître qui sera l'architecte de l'église cotoyante le nouveau monastère. Nous verrons comment cela se montre au cas des édifices slovènes dont les maîtres sont parfois venus directement de la France.

L’ARCHITECTURE ROMAN

L’art roman, c’est le produit d’une société profondément religieuse, rurale et morcelée qui s’exprime selon une immense diversité de formes. Il s’étend de 1030 à la moitié du XIIe siècle, entre l’art préroman et l’art gothique. Il apparaît progressivement et presque simultanément en Italie, en France, en Allemagne, en Espagne et au Portugal. Dans chacun de ces pays, il a des caractéristiques propres, mais c’est suffisament uni pour être considéré comme le premier style international en Europe. Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, il cohabite avec les formes gothiques qui s’épanouissent, depuis près d’un siècle déjà, dans nombre de cités occidentales. Beaucoup d’édifices, commencés en style roman, sont achevés en gothique.fontenay.jpg

Les premiers édifices, généralement faits de pierre qui imittent la brique, présentent le plan simple en croix latin (nommé aussi le plan basilical). Les églises ont une ou trois nefs et sont terminées par une abside. Ce plan tend à se complexifier au cours du XIe siècle.

Le plan de l’église de l’abbaye de Fontenay

Le préocupation principale des architectes est le couvrement. Ils essaient de remplacer la charpente de bois, propice aux incendies, par le voûtement de pierre. Les trois formes le plus employées sont :
Voûte en plain cintre Voûte en berceau brisé Voûte d’arrêtes

(Saint-Savin-sur-Gartempe) (Abbaye de Fontenay) (Sainte-Marie-Madeleine se Vézelay)

saint-savin-sur-gartempe.jpgabbaye de fontenay.jpg280px-~1.jpg

L’élévation de nefs est à trois étages : grandes arcades, tribunes et fenêtres hautes (l’éclairage de nef est ainsi directe). On utilise souvent aussi la coupole. La fonction de la sculpture romane est de souligner les points clefs de l’architecture (chapitaux, corniches, porches, tympans etc.). r1294_9_le_cloitre_de_moissacw.jpg

Cloître de l’église Saint-Pierre de Moissac

Le développement de l’art roman connaît de très importantes variations régionales et chronologiques. Même un découpage régional reste arbitraire, parce que la liberté des artistes est extrême et beaucoup d’ œuvres échappent aux lignes générales de l’art d’une région.

La Bourgogne est une des centres les plus dynamiques qui se développe en relation avec l’ordre monastique des cisterciens. L'abbatiale Cluny II (960-981) a servi de modèle à bien des édifices romans bourguignons et etrangers aussi. Les dimensions des cathédrales et des églises sont très importantes. La caractéristique de ces édifices est la massivité et la décoration d’influences méridionales.

Reconstitution de l’abbatiale de Cluny III800px-dehio_212_cluny.jpg

L’art de la Normandie est unique, car elle ne connaît pas le système féodal et le développément de l’architecture y est ainsi différent. La façade est simple, la plupart à deux tours et il n’y a pas beaucoup de décor sculptural.caen-trinité.jpg

Église de la Trinité à Caen

Contrairement, la Provence connaît une architecture très liée à celle de l’Italie et du Byzance et les façades sont extrêment décoré par la sculpture.

poitierseglise_notre_dame.jpg

Église de Notre-Dame le Grande, Poitiers

ivoire-barberini.jpg

Art roman connaît un grand essor aussi dans les autres domaines artistiques : l’enuminure des manuscrits, les fresques, les vitraux et les ivoires.

Ivoire Barberini, feuillet de diptyque en cinq parties

L’ARCHITECTURE GOTHIQUE
Dans le développement de l’architecture gothique, la France joue le rôle principal. Quand l’art gothique apparaît aux autres pays, l’Île-de-France déjà connaît l’art plus développé, ce que l’on appelle le gothique classique. À cette époque, l’architecture gothique a obtenu le nom opus francigenum (l’œuvre française) – cela veut dire la manière de construire en Île-de-France. Elle est porteur des nouvelles idées et les architectes françaises sont appréciés partout en Europe. Ils sont invités en Angleterre, en Espagne, en Italie, en Saint-Empire, et même en Palestine (à cause des croisades) pour y construire des nouveaux édifices. Ils y marquent radicalement l’architecture. On peut mentionner ici une œuvre si importante que, par exemple, le chœur de la cathédrale de Canterbury, dont la reconstruction est confiée à Guillaume de Sens. Même en 1344, quand le gothique est déjà longtemps accepté à Saint-Empire, Charles IV appelle Mathieu d’Arras pour construire la cathédrale de Prague.

La formation de styles nationales et régionales en Europe est surtout influencée par les modèles français. Parfois il s’agit même de l’importation directe des types, mais plûtot c’est leur imitation. C’est une développement complèxe, qui accepte les iniciatives choisies et les transforme en des variantes autochtones. N’est que plus tard, à la fin de gothique classique, que l’architectures anglaise et allemande peuvent se comparer avec celle de France, et qu’elles influent vice versa sur l’art français.

Pourquoi la France ? On doit certainement prendre en considération toutes les influences historiques et politiques de cette époque. À la 2e moitié de la 12e et à 13e siècle, le pouvoir de la courrone française augmente radicalement. Suger n’est pas seulement un abbé puissant, mais aussi le conseiller de deux rois français : de Louis VI (1108-1137) et de Louis VII (1137-1180). Il a même obtenu le nom pater patriae, grâce à son immense soin pour le bien du pays (il est le régent de Louis VII pendant son absence, quand il va à la croisade). Suger se donne bien de la peine pour élever le prestige du royaume français. Et il en va de même pour son abbaye de Saint-Denis (dédiée au premier évêque de Paris décapité par les Romains en 258), qui devient le nécropole royale de la dynastie régnante – des Capétingiens. En 1144, la consécration du chœur de cette basilique marque l'avènement d'une nouvelle architecture. Les représentants les plus hauts de la noblesse, les dignitaires ecclésiastique dirigents, et le roi lui-même peuvent y admirer la beauté d’une construction si inventive. À partir de ce moment-là, la compétition de rénovations des vieilles églises et de constructions des nouvelles plus inovatives commence. Dans le domaine royal, Saint-Denis sert de modèle à tout un ensemble d’édifices du premier gothique. Grâce à l’augmentation du pouvoir politique et leur grande réputation, ce nouvel style peut s’étendre avec rapidité de l’éclair.

Le terme « gothique » pour décrire ce type de l’art a été utilisé par des Italiens de la Renaissance. Ils le sont considérés comme un œuvre de barbares (des Goths, qui envahissent l’Europe au début du Moyen Âge), car, à leur avis, il a oubli des techniques et des canons esthétiques gréco-romains. L’art gothique était ainsi longtemps considéré avec dédain et l’on n’hésitait pas à en détruire des œuvres. Ce n’était qu’au XIXe siècle par des romantistes que l’art gothique a été appécié de nouveau.
On peut répartir l’architecture gothique en trois grandes époques : le gothique primitif ou protogothique (où apparaissent les premières réalisations), le gothique classique (l’appogé est le style rayonnant) et le style flamboyant (« gothique tardif »).
Le gothique primitif ou protogothique

(environ 1130-1200)
La caractéristique de cette époque est l’innovation des architectes et la recherche des nouvelles solutions achitecturales. Ces travaux sont très variés, mais ils ont quelques points essentiels : l’agrandissement des ouvertures, l’augmentation de l’élévation de l’édifice, et surtout la recherche d’un espace homogène. Le développément rapide dans le royaume français est marqué par des expérimentations et la combinaisons des éléments architecturaux anciens Intérieur de la cathédrale de Laonlaon_cathedral_notre_dame_interior_004.jpg

et nouveaux. Le chœur de la cathédrale gothique est en principe plus grand que celui de l’église roman. Elle a aussi le déambbulatoire (ou même le double déambbulatiore) et les chapelles rayonnantes. Le couvrement le plus utilisé est la voûte d’ogives. Les cathédrales sont caractérisées par une élévation à quatre étages (grandes arcades, tribunes, triforium et fenêtres hautes). Les piliers sont plutôt encore très massifs.


  • Chœur de la cathédrale royale de Saint-Denis, Paris (1140-1144)st-denis.jpg

L’abbé Suger donne l’initiative pour construire l’abbatiale de Saint-Denis (1140-1144). Il propose une achitecture totallement nouvelle et surtout très éclairée. L’architecture gothique apparaît, pour la première fois, dans le double déambbulatoire de chœur et dans l’avant-nef. La première église abbatiale de Saint-Denis était élevée Le chœur de l’abbatiale de Saint-Denis par sainte Geneviève au Vème siècle.

Le nouveau chevet étant réuni au narthex
L'église étincelle, éclairée en son vaisseau médian,
Car lumineux est ce qui joint en clarté deux sources de lumière.
L'oeuvre fameux resplendit de cette clarté nouvelle
L'agrandissement fut réalisé de nos jours
C'est moi, Suger, qui a dirigé les travaux.

La Geste de Louis IV par Suger

L’éclairage de l’église a aussi une signification symbolique. Elle représente la lumière divine, la révélation symbolique de Dieu. Pour Suger la symbolique de la lumière et de nombres est très importante. Dans son livre il explique que les douze piliers dans le chœur symbolisent les douze apôtres, et les douze piliers dans le duble déambbulatiore représentent les douze prophètes. L’architecture est donc sumise à la symbolique choisie par l’abbé.france-notre-dame-cathedral.jpg

  • Cathédrale Notre-Dame de Paris (1163-1245)

Aux alentours de 1180, à Notre-Dame de Paris, apparaît l’arc boutant. Il évoque une véritable révolution architecturale, car il permet aux architectes d’augmenter l’élévation des murs et de simplifier les formes et le plan d’edifices. Ce que l’on doit mettre en relief est que les cathédrales sont construites pendants des dizaines, même centaines d’années (généralement à cause du manque d’argent). Cela c’est importante parce que le style architectural se développément sans s’arrêter, et quand les travaux sont reprends de nouveau, on continue à construire l’édifice en style qui est utilisé en ce moment-là.

Le gothique classique

(environ 1200-1350)

Les grandes cathédrales à Chartres, Reims, Amiens et aux autres villes du royaume français présentent le gothique classique. Les éléments arhitecturaux sont déjà très développés et prennent les formes que nous considérons aujourd’hui comme caractéristiques du gothique. Les nouveautés les plus importantes sont les tentatives toujours plus audicieuses pour augmenter l’élévation des édifices et l’éclairage le plus grande possible. Les espaces deviennet beaucoup plus homogènes. Cela c’est un ensemble des différents changements et inovations. L’élévation des murs est simplifiée : les tribunes disparaissent, ce que laisse les cathédrales être divisées en trois étages. Ainsi, les fenêtres peuvent devenir encore plus hautes (elles sont parfois de la même hauteur que les grandes arcades). Les murs deviennent très percés et le remplage apparaît. Le remplage est une nouveauté clef de la décoration du gothique classique. Il orne les ogives des fenêtres hautes, les arcades de triforium, les portales et même les arcades aveugles. Les contreforts deviennent plus frequents et plus nombreux car il doivent supporter les murs fins et percés. L’extérieurs sont orné de différents décors sculpturaux (les pinacles, les
  1   2   3

similaire:

L’architecture roman et gothique iconLa période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations
«romantisme» provient des caractéristiques de l’art gothique «roman». Ce mot existait déjà par la ville de Rome et a évolué sémantiquement...

L’architecture roman et gothique iconPériphéries et recentrements en histoire de l’architecture
«Nouvelles approches en architecture», où de jeunes chercheurs de toutes périodes avaient exposé des recherches novatrices pour la...

L’architecture roman et gothique iconL’architecture religieuse en Belgique aux 17ème et 18ème siècles
«Journées du Patrimoine», organisées par les différentes régions qui composent notre Etat fédéral, seront consacrées à l’architecture...

L’architecture roman et gothique iconChristian Estrosi inaugurera lundi l’exposition «la ville fertile»,...
«la ville fertile», conçue et réalisée par la Cité de l’architecture & du patrimoine, qui se tiendra jusqu’au 4 janvier 2014 au Forum...

L’architecture roman et gothique iconCours des années 20 5 Architecture 8 Mobilier Architecture intérieure Décoration
«L’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes. Les arts graphiques. Les arts de la rue et des jardins»,...

L’architecture roman et gothique iconGothique (art) Alain Erlande-Brandebourg

L’architecture roman et gothique iconL’Angleterre choisit le gothique au xv° et xvi° siècle

L’architecture roman et gothique iconBibliographie conseillée «Virtualisation des systèmes d'information avec vmware Architecture»
«Virtualisation des systèmes d'information avec vmware Architecture», Philippe gillet, Edition eni,2010

L’architecture roman et gothique iconEt Mademoiselle yyyyyyyy, demeurant 32, Place Saint Georges 75009...
«l’Editeur les droits exclusifs, pour le monde entier, d'adaptation et d'exploitation audiovisuelle, et notamment cinématographique,...

L’architecture roman et gothique iconUnderground un Québécois à Paris Roland Michel Tremblay Éditions...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com