Panorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire





télécharger 212.34 Kb.
titrePanorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire
page3/11
date de publication07.11.2017
taille212.34 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

Edition de HUMANITE-QUOTIDIEN



Jeudi 26 Février 2009
social - économie
Fin de conflit chez Plastic Omnium

Automobile . Après quinze jours de lutte, les salariés ont obtenu les indemnités de départs qu'ils demandaient.


Après seize jours de blocage, les syndicats et la direction de l'usine Plastic Omnium de Saint-Romain-de-Colbosc (Seine-Maritime) sont parvenus mardi soir à un accord sur le contenu du plan social. En décembre dernier, la direction de ce sous-traitant, qui fabrique des pare-chocs pour le site Renault de Sandouville, avait annoncé la fermeture de l'usine à l'horizon de juin 2009. Face à la faiblesse des propositions de la direction, les salariés avaient entamé, le 9 février dernier, une grève reconductible.

« Un rapport de forces qui a porté ses fruits », se félicite Ludovic Mius, le délégué CGT. « Nous sommes satisfaits des négociations car, à quelques euros près, nous avons obtenu ce que nous demandions. Au départ, la direction proposait une prime de 30 000 euros tout inclus, alors que nous demandions 20 000 euros de prime de départ supra-légale et 1 500 euros par salarié par année de présence », rappelle le syndicaliste. Au final, les salariés ont obtenu une prime de 18 000 euros à laquelle s'ajoutent 1 600 euros par année. Pour un salarié affichant seize ans d'ancienneté - ce qui constitue la moyenne dans cette usine - cette prime représentera une somme de 51 000 euros, et tout de même plus de 40 000 euros pour un salarié ayant onze ans d'ancienneté.

« Vu la moyenne d'âge - quarante ans - et la situation de l'emploi dans le secteur qui n'est pas brillant, cette somme permettra aux salariés de se retourner un peu », espère Olivier Mius, précisant que les salariés toucheront 90 % de leur salaire pendant six ou sept mois, selon leur âge, avant de basculer dans le système classique d'indemnisation de chômage s'ils n'ont pas retrouvé d'emploi.


Alexandra Chaignon



Tous droits réservés : L'Humanité

Diff. 55 629 ex. (source OJD 2005)

5991E3548EE0210685631770400E413E4F121237B9C36B8E1E9A7CE




Retour Sommaire



Jeudi 26 Février 2009
Eco-Terre
Eurostyle en grève, le secteur bloqué
Auto. . L'équipementier est en redressement judiciaire.


C'est un moyen de pression qui risque de faire des petits chez les sous-traitants automobiles. Depuis lundi, les salariés de l'entreprise Eurostyle de Châteauroux (Indre) bloquent leur usine. Hier, leurs collègues du site de Lieu-Saint-Amand (Nord) les ont rejoints, ainsi que les ouvriers de Saint-Clément (Yonne) et de Falaise (Calvados), qui verrouillent toutes les expéditions en partance de leurs usines. L'équipementier Eurostyle fournit les constructeurs Renault, PSA, Toyota et Renault Trucks en garnitures plastique de voiture. «On a au moins une pièce qui va dans tous les véhicules montés en France», souligne Claude Lledo, de la CGT. De quoi gêner sérieusement leurs clients. «L'objectif, c'est de provoquer des pannes chez les constructeurs, c'est le seul moyen de pression», reconnaît Lledo.

Meilleurs prix.Eurostyle est en redressement judiciaire depuis octobre. Deux groupes seraient candidats à la reprise : GMD, qui garderait la moitié des quelque 1 000 salariés, et Simoldes, qui procéderait à des coupes plus franches. Le tribunal d'Evry devrait rendre une décision le 16 mars. Mais les salariés d'Eurostyle veulent s'assurer de la pérennité de leur firme et des conditions de départ «décentes» pour les victimes du plan social.

Ils s'adressent donc directement aux donneurs d'ordres : les constructeurs. Ils leur demandent de s'engager sur des volumes de commandes et sur de meilleurs prix d'achat des pièces. Et relaient ainsi une exigence de GMD, qui a fait de l'amélioration des prix - notamment pour le contrat sur la nouvelle Renault Scénic, dont la production démarre à Douai (Nord) - une condition sine qua none de sa reprise. Ils souhaitent enfin que les constructeurs débloquent du cash pour améliorer les indemnités de licenciement. «S'ils veulent sortir leurs voitures, ils vont être obligés de cracher», résume Lledo. D'après la CGT, d'ici la fin de la semaine, les chaînes de production Peugeot du coupé 407, de la 308cc, de la 207 devraient être impactées, voire bloquées. Comme celles des Renault Scenic, de l'Espace et de la Kangoo. Côté constructeurs, on reste discret. Renault reconnaît que la production de Sandouville est assurée jusqu'à la fin de semaine... PSA affirme «discuter avec les repreneurs possibles» afin de «favoriser des solutions pérennes».

Embarras. Les choses pourraient se débloquer. Mardi soir, les salariés de l'usine de Plastic Omnium de Saint-Romain-de-Colbosc (Seine-Maritime) - qui doit fermer en juin - ont obtenu, après seize jours de blocage, la hausse de leurs indemnités de départs. Leur grève avait provoqué des journées de chômage supplémentaires à Renault Sandouville - leur seul client -, et la production d'un millier de voitures sans pare-chocs. Le constructeur nie être intervenu dans les négociations entre la direction de Plastic Omnium et les syndicats. Mais nul doute que son embarras a dû peser dans la résolution du conflit.

(Lire aussi page 19)


JULIA PASCUAL



Tous droits réservés : Libération

Diff. 144 054 ex. (source OJD 2005)

7E9123EB8020F60F65991F80A00941E842322C3DA9F66A4771E5D3F




Retour Sommaire

Actualité sociale


Jeudi 26 Février 2009
Evenement
Hausse dramatique du chômage en janvier


Voilà un triste record dont Nicolas Sarkozy, en chute libre dans les sondages, se serait bien passé ! Avec 90.200 demandeurs d'emploi supplémentaires en janvier, le chef de l'État doit assumer la plus forte hausse mensuelle du chômage depuis la création des statistiques. Et cette mauvaise nouvelle, dévoilée hier, vient en point d'orgue d'une série peu brillante. Le nombre d'inscrits à Pôle emploi en catégorie 1 (immédiatement disponibles, à la recherche d'un emploi à plein temps) avait déjà progressé de 64.000 en novembre et de 45.800 en décembre. Soit 3.000 chômeurs de plus chaque jour, et 280.000 en six mois, soit presque l'équivalent de la hausse de l'ensemble de 1993. Au total on compte aujourd'hui 2,2 millions de chômeurs.« Cette hausse du chômage en janvier est la conséquence du repli de l'activité enregistrée au 4e trimestre 2008 », commentait sobrement Christine Lagarde dans un communiqué hier. Mais, dans l'opinion publique, ce chiffre risque fort d'être la démonstration que les mesures prises par le gouvernement Sarkozy ne sont pas à la hauteur de l'ampleur de la crise. Déjà, les syndicats, qui préparent leur journée d'action du 19 mars, n'ont pas manqué de rappeler les manques de l'exécutif : « Plus que jamais, le décalage est criant entre la gravité de la situation et les réponses apportées par le chef de l'État et son gouvernement », relève la CGT dans un communiqué. « Les réponses à la crise actuelle doivent revêtir une dimension sociale forte », renchérit la CFDT.Les syndicats ont d'autant plus d'arguments à faire valoir que la progression de 4,3 % en janvier (15,4 % sur un an) touche essentiellement les publics les plus fragiles. Tout d'abord, les jeunes. Le nombre d'inscrits de moins de 25 ans a augmenté de 5,1 % en un mois et bondi de 23,1 % sur un an, soit un rythme deux fois plus rapide que pour les autres générations (+ 13,9 % pour les 25 à 49 ans et + 12,8 % pour les plus de 50 ans). Autre catégorie touchée de plein fouet, les précaires. Avec 104.100 inscrits, les fins de CDD représentent plus d'un quart des entrées à Pôle emploi. Auxquelles viennent s'ajouter les fins de missions d'intérim (42.900 inscrits). Et la situation risque de perdurer :  « Les mauvais chiffres publiés récemment sur les mises en chantier de logement ne sont pas de bon augure. D'autant que le commerce de détail qui a été un grand pourvoyeur d'emplois commence à détruire des postes », souligne Alexander Law, chef économiste chez Xerfi.Le bond du mois de janvier est d'autant plus inquiétant qu'il montre que le marché de l'emploi se bloque progressivement. Le nombre d'offres d'emploi recueillies par Pôle emploi a chuté de 15,4 % sur un mois et de 29,3 % sur un an. Conséquence, les sorties pour « reprise d'emploi » se rétractent de 18,6 % et le nombre de chômeurs de longue durée, inscrits depuis plus d'un an, enfle de 8,6 % sur un an. Pour le chef de l'État, le calendrier s'accélère. Il y a une semaine, il décidait de dédier 2,6 milliards d'euros à des mesures sociales pour les victimes de la crise. Des annonces déjà effacées par l'avalanche de mauvaises nouvelles d'hier. n3.000 chômeurs de plus chaque jour, et 280.000 en six mois l'équivalent de la hausse de l'ensemble de 1993.

Agnès Laurent



Tous droits réservés : La Tribune

Diff. 89 866 ex. (source OJD 2005)

409C63818600240DC5331BE03008A1424112663599A06279E539B10




Retour Sommaire



Jeudi 26 Février 2009
France
Chômage : un nouveau record est atteint en janvier

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Panorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 01/04/2009 cgt sommaire

Panorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 07/09/2010 cgt sommaire
«On peut avoir une journée exceptionnelle et, si elle est exceptionnelle, on peut être à un tournant.» Bernard Thibault, secrétaire...

Panorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 05/08/2009 revue de presse ffr sommaire
...

Panorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 20/08/2009 revue de presse ffr sommaire

Panorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 16/03/2009 revue de presse ffr sommaire

Panorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 24/08/2009 revue de presse ffr sommaire

Panorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 28/04/2009 revue de presse ffr sommaire
J’ai tendance à ne pas complimenter très souvent. Au point d’apparaître un peu injuste

Panorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 04/04/2008 cgt sommaire
«collecte géante» de solidarité avec les travailleurs de Dacia, en lutte pour des augmentations de salaires en Roumanie

Panorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire iconPanorama de presse 01/07/2010 cgt sommaire
«régression générale» des financements et les baisses de subventions de l’État et des collectiv

Panorama de presse 26/02/2009 cgt sommaire iconSommaire Communiqué de presse p. 3
...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com