Projet d’un établissement de Trappistes en Amérique





télécharger 138.89 Kb.
titreProjet d’un établissement de Trappistes en Amérique
page4/4
date de publication22.10.2016
taille138.89 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4
Trappistes. De nombreux volontaires se présentèrent au noviciat et bientôt la Valsainte se révéla trop petite ; il fallut fonder de nouvelles maisons.

Moines et moniales, avec les enfants dont ils s’occupaient dans un tiers-ordre, durent quitter précipitamment la Suisse en janvier-février 1798, pour chercher un asile à l’est : en Autriche, en Bavière, puis en Russie et retour en 1800. Ce périple a reçu le nom d’Odyssée monastique.

6 Père Marie-Joseph : Jean-Pierre Dunand, né le 29 avril 1774, près de Salins (Jura), enrôlé dans l’armée de la République en 1792. Il entra à la Valsainte en septembre 1797, participa à l’Odyssée monastique, fit profession en 1801, entre les mains de dom Augustin, en l’église cistercienne toute proche de Hardehausen, il fut envoyé ensuite à Velda. Rentré à la Valsainte en 1803, il devint cellérier et au printemps 1804, il s’activa pour l’aménagement de la Riedera. Il fut ordonné prêtre, en vue d’être envoyé aux États-Unis. Il arriva à Baltimore le 14 août 1805. Il rejoignit la colonie de dom Urbain au Kentucky, le 10 octobre, porteur d’une lettre de dom Augustin l’instituant prieur. Il ne se rembarqua pas pour la France avec le groupe, en 1815, mais resta aux États-Unis comme missionnaire, jusqu’en 1821. Il revint alors à La Trappe, puis à Bellefontaine, mais ne fut pas beaucoup apprécié par la communauté. Il créa des difficultés et fut prié d’aller ailleurs. Il se fit accueillir par la communauté de Bellevaux, alors dépourvue de prêtre, après la mort, en 1828, de son fondateur dom Eugène Huvelin. Il y signa le registre des prises d’habits comme supérieur. Il créa encore des difficultés, en communauté et avec la population locale qui profita de la Révolution de Juillet 1830 et la vague anticléricale, pour envahir le monastère. Les moines jugèrent bon de s’exiler en Suisse, en août. Déjà en juin, Père Marie-Joseph s’était retiré dans sa paroisse natale, il y mourut en 1850.

7 Une once = 30,5 g.

8 Une obédience, écrite en latin, de la main de dom Augustin et remise à Père Urbain se trouve aux archives de l’abbaye de Bellefontaine. Le document, coupé en deux et plié, servit d’enveloppes à Père Urbain pour expédier deux lettres depuis l’Amérique, à son frère Emmanuel Guillet, en France, qui conserva ces pièces.

9 M. Nagot - François Charles Nagot naquit à Tours, en France, le 19 avril 1734. Au moment de la Révolution, il fit partie du groupe des huit premiers Sulpiciens envoyés, en 1791, à Baltimore, pour y ouvrir un séminaire et établir un refuge pour les religieux persécutés en France. Il fonda le Collège Sainte-Marie en 1799 et un autre collège à Pigeon-Hill en Pennsylvanie. Il avait 69 ans en 1803. Il mourut à Baltimore, le 9 avril 1816.

10 Dubourg - Louis Guillaume, né le 16 février 1766, à Cap-François, Saint-Domingue, ses parents s’y étaient installés vers 1765 et possédaient une grande plantation. Il fut envoyé en France à l’âge de deux ans. Il fit ses études au séminaire de Saint-Sulpice à Paris ; en 1784 devint sulpicien et fut ordonné prêtre. Au moment de la Révolution, il émigra d’abord en Espagne en 1792, puis à Baltimore en 1794. Il alla à New-Orleans en 1800 et fut nommé évêque de Saint-Louis en 1812, sacré en 1815. Revenu en France, il fut évêque de Montauban de 1826 à 1833 et archevêque de Besançon de février à décembre 1833, date de sa mort.

On peut dater le présent manuscrit entre 1826 et 1833.

11 Flaget - Benoît Joseph, né à Contournat, près de Billom, diocèse de Clermont, le 7 novembre 1763. Il entra au séminaire des Sulpiciens de Clermont à 17 ans et devint sulpicien, en 1783. Il fut ordonné prêtre en 1787, à Issy, dont le supérieur est le Père Gabriel Richard, futur apôtre du Michigan. Il fut économe du séminaire de Nantes, puis directeur à celui d’Angers. Au moment de la Révolution, sur le conseil du supérieur général des Sulpiciens, M. Emery, il partit pour Baltimore, en 1792, avec Etienne Badin et Jean-Baptiste David son futur coadjuteur. Il fut envoyé à Fort-Vincennes comme missionnaire, puis devint professeur au collège Georgetown, sous la présidence de M. Dubourg. De 1798 à 1801, il est envoyé à La Havane. Le diocèse du Kentucky fut créé le 8 avril 1808. M. Flaget fut proposé comme premier évêque, il accepta en 1810. Son siège épiscopal sera déplacé de Bardstown à Louisville, où il mourut, le 11 février 1850.

Il reçut au Kentucky la colonie de religieux partis de Melleray en 1848 et qui fondèrent la Trappe de Gethsemani, en un lieu peu éloigné de Casey-Creek, où la première colonie de Père Urbain avait essayé de s’implanter.

12 David - Jean-Baptiste, né à Nantes en 1761. Il devient sulpicien en 1783, émigre en Amérique en 1792, est professeur à Georgetown College ; en 1806, il est au collège Sainte-Marie de Baltimore. Il part avec Mgr Flaget à Bardstown, en 1810. Il est proposé pour devenir évêque de Philadelphie, il refuse et devient le coadjuteur de Mgr Flaget en 1817. Il meurt à Bardstown en 1841.

13 Il existe une lettre de Father Pierre Babade, à Rebecca Mary Seton, d’Emmitsburg, (Maryland), du 26 septembre 1813, deux lettres faisant allusion à M. Pierre Babade : de Mgr Flaget à Père Simon Gabriel Bruté, de Baltimore (Maryland), le 5 février 1812 et du 7 janvier 1815 et une autre de Mgr Jean Cheverus, évêque de Boston, au même, au collège Sainte-Marie, de Baltimore, du 17 mars 1815.

14 Mgr John Carroll, archevêque de Baltimore dont le diocèse s’étendait sur toute la côte est, jusqu’aux Îles des Antilles. Il y avait deux autres diocèses pour l’Amérique septentrionale : Québec fondé en 1674 et New-Orleans en 1793, puis vinrent, en 1808 : Boston, New-York, Philadelphie, Bardstown.

John Carroll, né à Upper Malboro (Maryland), le 8 janvier 1735. A 13 ans il est envoyé à St-Omer en Flandre française pour ses études. Il entre en 1753 dans la Compagnie de Jésus. Il est ordonné prêtre en 1769. Il enseigne à St-Omer et Liège. En 1773 le pape Clément XIV supprime la compagnie de Jésus. Il rentre au Maryland et devient missionnaire. Il est nommé évêque le 6 novembre 1789 et il est consacré dans la chapelle de M. Weld au château de Lulworth (Angleterre) le 15 août 1790. Il revient à Baltimore en décembre. Il fonde le collège de Georgetown en 1791. Il ordonne le premier prêtre : Etienne Badin en 1793. ²Il meurt à Baltimore le 3 décembre 1815.

15 F. François de Paul Dargnies lui consacre une notice dans Mémoires enforme de lettres..., L’Harmattan, 2003, p. 402 : « Frère Dominique, religieux, prêtre, de la Grande-Chartreuse, entré à la Valsainte le 5 janvier 1796, âgé de 48 ans, mort en Amérique le 1° ou 26 août 1804. À l’époque de la Révolution en France, il fut vivement persécuté et eut beaucoup à souffrir, ayant été exporté sur un vaisseau où on leur fit les plus mauvais traitements. Dieu ayant permis qu’il soit échappé à ce danger, il vint à la Valsainte où, après avoir fait son noviciat, il fit profession. Il sortit de la Suisse avec nous et fit tout le voyage en Russie. Il fut un de ceux qui partirent les premiers de Vienne pour aller à Orcha en Russie et le Rd Père Abbé le prit avec lui pour l’accompagner dans le voyage qu’il fit à Saint-Pétersbourg. Il était sujet à une infirmité très douloureuse. Lorsque nous fûmes sur le point de sortir de la Russie, elle s’augmenta à un point considérable ce qui lui fit prendre la résolution de s’arrêter et de se fixer dans un monastère de Chartreux. Mais dès que le Rd Père Augustin l’eut appris, il en fut très mécontent et l’envoya chercher. Il revint donc se joindre à nous et suivit la communauté. Étant à Velda il s’offrit au Rd Père pour accompagner le Père Urbain en Amérique, ce qui fut exécuté. J’ignore ce qu’il y a fait. Nous avons reçu le billet de sa mort vers le mois de mars 1806. Il fut beaucoup regretté de tous ceux qui l’avaient connu. Il le méritait à tous égards à cause de sa grande piété et de la bonté de son caractère. »

16 Il semble écrire depuis la France où il est revenu 10 ans plus tard après l’établissement au Kentucky, en 1805, comme il le note p. 26.

17 Ceci pourrait être une allusion à une recrudescence de l’anticléricalisme, à la suite de la Révolution de Juillet 1830. Le manuscrit pourrait avoir été rédigé à la fin de 1830.

18 Badin - Etienne Théodore naquit à Orléans le 17 juillet 1768. Il fit ses études à Paris, entra au séminaire des Sulpiciens, à Orléans, en 1789. En 1792, il s’embarque avec Flaget et David, pour l’Amérique, ils sont accueillis par Mgr John Carroll, à Baltimore. Badin est le premier prêtre ordonné en Amérique septentrionale, le 25 mai 1793. Il est envoyé à la Mission du Kentucky où il reste longtemps seul. A partir de juillet 1805, il fut aidé par Charles Nerinckx. Il fit un séjour en France de 1819 à 1828, puis retourna en Amérique et mourut à Cincinnati le 21 avril 1853.

Charles Nrinckx, né à Herffelingen (Belgique), le 2 octobre 1761, il fut ordonné prêtre en 1785. Il entra dans la clandestinité lors de l’invasion de la Belgique par les armée révolutionnaires françaises, en 1797. Il fut appelé en 1800 par Mgr Carroll et gagna Baltimore en 1804. En juillet 1805, il fut envoyé aider Père Etienne Badin, au Kentucky. Il fonda l’institut des Amies de Marie au pied de la Croix, pour l’éducation des filles. Il mourut à Sainte-Geneviève (Missouri), le 8 août 1824.

19 Le père et la mère de Père Urbain Guillet se virent obligés, quelques mois après la naissance de leur fils, en 1764, de s’embarquer pour Saint-Domingue, où de graves intérêts réclamaient leur présence. Son père y mourut. Sa mère, quelques années plus tard revint en France, mais en arrivant à Bordeaux, elle apprit l’insurrection des Noirs de Saint-Domingue, en 1790-1791. Aussitôt, elle s’embarqua de nouveau pour retourner à Saint-Domingue, tenter de sauver sa fortune. Elle ne revit pas son fils. (Vie de Dom Urbain Guillet, 1899, p. 3.)

20 Louis Antoine Langlois, était né le 25 décembre 1767 à Québec. Ordonné prêtre le 14 août 1791, il fut curé de l’Île-aux-Coudres, sur le fleuve Saint-Laurent, de 1793 à l’automne 1804. Il devint alors aumônier des Ursulines de Québec, d’où il partit le 12 juin 1806 pour rejoindre le Père Urbain à Baltimore, le 3 juillet 1806. Il fit profession le 21 novembre 1807, sous le nom de Frère Marie-Bernard et mourut le 3 décembre 1810.

21 Il s’agit de Père Marie-Joseph Dunand.

22 La Riedera, monastère ouvert pour les moniales, dans le canton de Fribourg, en Suisse, au retour de Russie.

23 Casey-Creek.

24 Visiter les sites consacrés à ces monuments :

www.cahokiamounds.com/ ou medicine.wustl.edu/~mckinney/cahokia/cahokia.html , on y fait mention de l’établissement des moines.

25 La Réforme de la Valsainte adoptée par les monastères fondés par cette abbaye.

26 Le Père Marie-Bernard mourut le 3 décembre 1810.

1   2   3   4

similaire:

Projet d’un établissement de Trappistes en Amérique iconProjet comenius notre établissement est engagé pour deux ans (2013-2014...

Projet d’un établissement de Trappistes en Amérique iconProjet d’Etablissement 2011-2015

Projet d’un établissement de Trappistes en Amérique icon«Eco-citoyens, valorisons !»
«Rien ne se perd, tout se transforme pour un recyclage citoyen !», projet pour lequel l’établissement représente la France

Projet d’un établissement de Trappistes en Amérique iconNé le 12 juillet 1949 à Reims (51) 39, rue Gabriel Lamé, 75012 Paris...
«Les débats philosophiques en Amérique Latine», dea «Etude des sociétés latino-américaines» de l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique...

Projet d’un établissement de Trappistes en Amérique iconThèse de doctorat à Sciences-Po Paris : Programme "Sociologie Politique-Politiques...
«Circulation des savoirs et des pratiques culturelles : le triangle Amérique latine – Europe – Amérique du Nord»

Projet d’un établissement de Trappistes en Amérique iconOrganisation des activites du projet et de leurs resultats sur les deux annees
«responsable suivi-qualité» de l’avancée du projet des activités et des résultats du projet

Projet d’un établissement de Trappistes en Amérique iconNote : ce document contient en fait deux textes, un projet d'article et un projet de rapport

Projet d’un établissement de Trappistes en Amérique iconCircuit proposé par Jean-Claude andré
«Prie et travaille» est la règle de St-Benoit. Messes et vêpres en grégorien. D’ici des moines trappistes émigrèrent au Canada au...

Projet d’un établissement de Trappistes en Amérique iconProgramme Michael Lucken Préambule L’Inalco est un établissement...
«national», mais ouvert comme peu d’autres sur le monde, IL doit montrer le chemin d’une société pour laquelle l’articulation d’un...

Projet d’un établissement de Trappistes en Amérique iconInformations pratiques sur l’exposition
«Main à la pâte» initié par Georges Charpak puis le projet Pollen et Fibonacci (projet d’éducation aux sciences au niveau européen)...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com