Chapitre 7 : Les transformations des pouvoirs à la fin du Moyen Age





télécharger 32.07 Kb.
titreChapitre 7 : Les transformations des pouvoirs à la fin du Moyen Age
date de publication22.10.2016
taille32.07 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos

Lebecq S. (dir.), Histoire des îles britanniques

Lebecq S. (dir.), Histoire des îles britanniques, Paris, 2007

Chapitre 7 : Les transformations des pouvoirs à la fin du Moyen Age

Fin XIIIème siècle modification des rapports entre Angleterre et régions voisines du fait de politique offensive d’Angleterre. Pays de Galles connait processus d’assimilation politique uniquement et brièvement ralenti par révolte d’Owain Glyn Dwr. Ecosse réussit à maintenir indépendance face à Angleterre et cela a permis formulation d’idéal national. En Irlande, si fin du XIIIème siècle est apogée d’expansion anglaise, autorité royale se réduit progressivement à région de Dublin durant XIVème et XVème siècles. Ailleurs dans île seigneurs anglo-irlandais affermissent emprise sur île. En Angleterre complexification des institutions ainsi qu’élargissement de communauté politique vers personnes payant impôts et se faisant entendre à travers Parlement.

Des évolutions politiques contrastées sous les derniers Plantagenêts

Réformes, expansion et crise : le règne d’Edouard Ier (1272-1307) : Durant première partie de règne (depuis retour de Terre sainte en 1274 jusque départ vers Gascogne en 1286) d’Edouard Ier, importance de deux guerres contre Pays de Galles ainsi que nombreuses réformes, notamment extension de Common Law, et coopération avec baronnage. A partir de 1289 importance des conflits de plus en plus fréquents avec France et Ecosse et climat politique difficile du fait d’exigences de royauté en termes financiers et militaires. Dès 1274 volonté d’Edouard Ier de faire purge dans administration royale et mieux connaître étendue de ses droits. Pour cela mise en place de Statut de Westminster en 1275 ainsi que Statut de Ragman en 1276. Quelques années plus tard, en 1285, proclamation de Statut de Winchester qui remet en vigueur obligation de tous hommes adultes de posséder armes appropriées à son statut. Importance d’augmentation des dépenses militaires durant années 1290. Par exemple en 1294-1298 dépenses militaires s’élèvent à 750.000£ du fait de guerre en France, en Ecosse et répression de révolte au Pays de Galles en 1294-1295. Pour soutenir dépenses, mise en place dès 1275 de taxe de 6 shillings 8 pence sur chaque ballot de laine exporté. Par ailleurs possibilité de levée sur les biens meubles. En 1303 négociation de nouvelle taxe sur laine. Flexibilité de système assurée par prêts des banquiers italiens. Si communauté politique soutenir, dans un premier temps, effort militaire de roi, peu à peu début de mécontentement. Au départ mécontentement de clergé, sous pression de pape Boniface VIII, qui trouvé écho dans population paysanne puis plus tard marchands du fait des saisies sur marchandises. Mort d’Edouard Ier en 1307. Si importance d’héritage législatif, il n’en demeure pas moins qu’il laisse coffres vides et situation politique et militaire incertaine.

La « tyrannie » d’Edouard II (1307-1327) : Importance de nouvelle pratique de pouvoir par Edouard II puisque forte délégation des tâches de gouvernement à des proches. Problème que ce favoritisme mécontente barons. De fait importance de position dominante de Pierre Gaveston, petit noble gascon. Du fait de son impopularité, exécution de Pierre Gaveston par barons en 1312. Toutefois, cela ne fait pas disparaître favoris et à partir de 1317 importance des Despenser, Hugh le Vieux puis Hugh le Jeune. Outre difficultés politiques, importance d’apparition de faiblesse du roi à contrer incursions des Ecossais. Augmentation de pression et des conflits entre roi et barons, regroupés autour de Thomas de Lancastre, atteint apogée lors de bataille de Boroughbridge le 16 mars 1322. Défaite des barons puis représailles féroces avec nombreuses confiscations. Du fait des confiscations, dialogue politique de plus en plus entre roi et noblesse. Début de complot autour de femme du roi, Isabelle de France, et de Roger Mortimer de Wigmore. Mise au point par reine d’expédition armée qui débarque en Angleterre en 1326. Arrestation du roi et exécution des Despenser. Début 1327 abdication d’Edouard II et mort peu après, probablement tué par Roger Mortimer.

Edouard III, « roi d’Angleterre et de France » (1327-1377) : Edouard III donne image de roi modèle, chrétien, grand général et patron des arts et de chevalerie. Outre cela, importance de ses victoires militaires, ce qui lui assure grand prestige. Malgré période difficile de minorité, Edouard III sait faire accepter buts militaires et politiques. Au début de règne problème de contrôle de pouvoir par reine Isabelle et de Roger Mortimer. Toutefois, décision de roi d’arrestation de Roger Mortimer en 1330. A partir de ce moment là grande entreprise de restauration du pouvoir avec volonté de gouverner avec aide de noblesse nombreuse et puissante. Toutefois, relative désaffection de noblesse envers roi ce que montre faible participation de cette dernière aux campagnes militaires royales. De fait seuls nobles ayant terres dans nord d’Angleterre se lancèrent dans campagnes contre Ecosse. Outre Ecosse, importance des mauvaises relations avec France. De fait conflit ouvert entre les deux royaumes entre 1294 et 1298 autour de question des Flandres. Par ailleurs, dispute autour de question d’Aquitaine puisqu’obligation pour roi d’Angleterre de prêter allégeance au roi de France en tant que duc d’Aquitaine. Si hommage d’Edouard II en 1308, nombreuses disputes territoriales sur frontière du duché ainsi que mauvaises relations entre administration anglaise en Gascogne et seigneurs aquitains font que nouvelle crise diplomatique. Celle-ci about en 1324 à saisie de duché d’Aquitaine par Charles IV puis courte « guerre de Saint-Sardos ». Suite à mort de Charles IV en 1328, volonté d’Edouard III de prétendre au royaume de France. Début de guerre entre France et Angleterre suite à décision de confiscation de duché d’Aquitaine par Philippe VI de Valois. Début 1340 prise de titre de roi de France par Edouard III. Importance de victoire de L’Ecluse le 24 juin 1340, mais problème de coût très élevé des expéditions militaires ainsi que des alliances avec Flandres et certains Etats allemands. De ce fait à partir des années 1340 mise en place par Edouard III d’une « stratégie provinciale » avec idée d’encourager vassaux du roi de France de prendre armes contre seigneur. Pour cela mise en place de plusieurs expéditions, notamment en Bretagne en 1342 et 1345, Aquitaine et Flandre en 1345 puis Normandie en 1346. Cette dernière aboutit à victoire de Crécy le 26 août 1346. Importance des transformations dans recrutement et techniques militaires sous règne d’Edouard III. En effet, recours systématique aux engagements contractuels à la place de l’ost ainsi que participation massive des nobles à effort de guerre. Par ailleurs association militaire à travers fondations d’ordre militaires notamment Ordre de la Jarretière en 1348. Arrêt momentané de guerre de Cent Ans du fait de peste, mais réponse favorable d’Edouard III à appel à l’aide de Charles le Mauvais, roi de Navarre, contre France. Envoi d’Edouard de Woodstock (le « Prince Noir ») en Aquitaine. Importance de victoire de ce dernier à Poitiers le 19 septembre 1356 contre Jean II le Bon. Capture de roi de France à cette occasion. Signature de traité de Brétigny en 1360 par lequel Edouard III renonce à prétentions sur royaume de France, mais acquiert contrôle souverain sur duché d’Aquitaine élargi. Dernière phase de règne d’Edouard III est marquée par affaiblissement de position anglaise sur continent. De fait confiscation du duché d’Aquitaine en 1369 et incapacité des Anglais à reproduire tactique des années 1340-1350 ainsi que défection rapide de plupart de leurs alliés. Par conséquent, lors de trêve de Bruges en 1375 possessions anglaises en Aquitaine sont ramenées à étroite bande de terre entre Bordeaux et Bayonne. Dans même temps dans affaires intérieures du royaume, dégradations des relations entre Couronne et noblesse.

Une conception autocratique du pouvoir royal : le règne de Richard II (1377-1399) : En 1376 mort du « Prince Noir » puis en 1377 celle d’Edouard III donc pouvoir revient à petit-fils, Richard II. Au début de règne régence par conseil de minorité ainsi qu’échecs dans volonté d’ouverture de nouveaux fronts en Flandre et Castille. Par ailleurs importance de révolte dans sud-est d’Angleterre en 1381. Révolte déclenchée en partie par importantes ponctions fiscales de 1377, 1379 et 1380 à travers Poll Tax. Toutefois, répression rapide suite à mort de leader, Wat Tyler. Dans années qui suivent problèmes d’extravagance personnelle du roi, corruption d’administration royale et taxation jugée trop lourde ce qui nuit à image de Couronne. Importance de crise politique des « Appelants » entre roi et Parlement et prise d’autorité des « Appelants » sur conseil de minorité. Toutefois, en 1389 Richard II se déclare majeur et profite des difficultés diplomatiques des « Appelants » pour restaurer autorité. Importance de conviction de Richard II dans nécessité de paix entre chrétiens pour débuter nouvelle croisade, ce qui explique volonté de parvenir à paix permanente avec France. De fait conclusion de nombreuses trêves et mariage de Richard II avec Isabelle de France en 1396. Toutefois, dégradation rapide de situation politique qui conduit à renonciation de Richard à la Couronne en 1399 et est remplacé par Henry Bolingbroke duc de Lancastre.

La royauté anglaise au XVème siècle : à la recherche d’une nouvelle légitimité

Une faction noble au pouvoir, les Lancastre : Dans premier temps Henri IV dépend de soutien de groupe restreint de nobles, les Percy puis faction Neville-Beaufort. Par ailleurs importance des menaces sur pouvoir d’Henri IV, notamment rébellion galloise, menaces écossaises ainsi que révoltes des Percy en 1403 et 1405. Du fait de ces menaces nécessité de sommes importantes donc du Parlement pour obtenir fonds. Néanmoins, difficultés d’Henri IV avec Parlement. Mort d’Henri IV en 1413 et avènement d’Henri V. Réconciliation avec Parlement ainsi que réformes des finances et administration royale ce qui permet constitution de fonds pour financement de guerre sur continent. Importance de victoire d’Azincourt, le 25 octobre 1415, pour assise du pouvoir d’Henri V. Peu après victoire navale d’Harfleur en août 1416 puis conquête de Normandie, actée avec prise de Rouen en 1419. Même année conclusion d’alliance avec Philippe le Bon, duc de Bourgogne, ce qui permit à Henri V de pouvoir être déclaré héritier du trône de France lors du traité de Troyes en 1420. Toutefois, mort d’Henri V en août 1422. Henri VI monte sur le trône, mais enfant donc nomination de frères de prédécesseur comment Régent de France (John duc de Bedford) et Gardien d’enfant roi (Humphrey duc de Gloucester). Sur continent Bedford ainsi que capitaines Salisbury, Suffolk et Talbot remportent succès militaires, notamment lors de bataille de Verneuil le 17 août 1424. Toutefois, peu après refus de Parlement pour continuation d’effort fiscal donc actions militaires dans contexte de déficit financier. Par ailleurs, en 1429 obligation de levée du siège d’Orléans ainsi que couronnement de Dauphin comme héritier de France. Riposte avec couronnement d’Henri VI à Westminster en 1429 puis à Paris en 1431. Du fait des difficultés financières, obligation pour conseil de régence à traiter avec Charles VII en 1435. De fait fin d’alliance bourguignonne ainsi que mort de Bedford en 1436 font que déclaration d’Henri VI comme majeur. Toutefois, il est très vite dominé par faction de membres d’entourage proche, d’abord William de la Pole puis duc de Suffolk. Sur continent reprise des hostilités en 1449 par Charles VII et reprise de Normandie par ce dernier avant fin d’année 1450. Suite à annonce de perte de Normandie, soulèvement dans sud-est d’Angleterre. C’est révolte de Jack Cade. Pillage de Londres, mais dispersion de révolte après pardon général.

La guerre des Deux Roses et la dynastie des York : A partir des années 1450 polarisation croissante de vie politique entre faction autour du roi et Edmond Beaufort, duc de Somerset, et faction de Richard d’York, descendant d’Edouard III. Défaire anglaise à bataille de Castillon en juillet 1453 signe fin de possession anglaise en Gascogne. Dans même temps maladie d’Henri VI (probablement folie) donc domination de faction York durant année 1454. Avec retour à raison de roi début 1455, faction York recourt à force et attaque roi et entourage à bataille de Saint-Albans, le 22 mai 1455. A été 1460 Edouard d’York, fils de Richard, et Richard comte de Warwick occupent Londres et capture roi. Malgré victoires lancastriennes de Wakefield et Saint Albans (deuxième bataille de Saint Albans), Edouard comte de March monte sur trône sous nom d’Edouard IV en mars 1461. Peu après il écrase adversaires à Towton. Renforcement de son pouvoir par capture d’Henri VI en 1465. Peu avant mariage avec Elizabeth Woodwille, ce qui mécontente Warwick et ce dernier s’allie à frère du roi, George duc de Clarence. En septembre 1470 ils sortent Henri VI d’emprisonnement grâce à aide française et le remettent sur le trône. En 1471 retour d’Edouard, réfugié aux Pays-Bas auprès de Charles le Téméraire, et victoires lors de batailles de Barnet et de Tewkesbury. Mort de fils d’Henri VI dans la dernière bataille et mort d’Henri VI peu après. Mort d’Edouard IV en 1483 en qualité de maître incontesté de royaume. Usurpation de pouvoir par Richard duc de Gloucester et il se fait couronner roi sous nom de Richard III en juillet 1483. En octobre levée de rébellion dans sud du royaume pour restauration d’Edouard V, roi légitime. Assassinat d’Edouard V par Richard III, mais nouvel ennemi en personne d’Henri Tudor, demi-frère d’Henri VI. Henri Tudor trouve appuis en France et débarque en Angleterre en 1485 à tête d’armée d’invasion. Victoire d’Henri Tudor lors de Bosworth le 22 août 1485. Mort de Richard III durant la bataille. Cela marque fin de la guerre des Deux Roses.

Sous la domination anglaise : le Pays de Galles et l’Irlande

Le Pays de Galles : Après paix de Montgomery politique ambitieuse de Llywelyn ap Gruffud se heurte à opposition des seigneurs des marches et d’Edouard Ier qui veut réaffirmer droits sur Pays de Galles. A été 1277 invasion de Pays de Galles par corps de troupes d’Hôtel royal anglais aidé par barons des marches. Soumission de Llewelyn et remise au roi d’Angleterre de terres entre Chester et Conwy. Autorité anglaise se manifeste par construction de châteaux à Flint, Rhuddlan, Aberystwyth et Builth. Devant cela et autres vexations, révolte des Gallois en 1282 sous commandement de Dafydd ap Gruffud. Réaction anglaise immédiate puisque invasion de Pays de Galles par Edouard Ier. Résistance forte, mais mort de Llewelyn permet dissolution du mouvement. Suite à cela abolition de principauté galloise et extension de système administratif anglais vers Pays de Galles. Par ailleurs mise en place de redistribution des terres et colonisation systématique. Malgré forte emprise anglaise, existence de nouvelles révoltes galloises en 1287 et 1294. A partir de 1301 prince héritier d’Angleterre devient également prince de Galles ce qui a permis mise en place de fidélité de population galloise vis-à-vis du pouvoir royal. Durant règne d’Edouard III, Pays de Galles devient pour Angleterre uniquement source d’hommes et d’argent. Nombreux Gallois sont recrutés dans armée anglaise, notamment comme archers. Certains autres se lancent dans carrières militaires internationales. Exemple d’Owain Lawgoch (connu en France comme Yvain de Galles) qui est capitaine mercenaire en Espagne, France, Alsace et cantons suisses. Vers fin du XIVème siècle importance de révolte d’Owain Glyn Dwr. En 1400 il se fait nommer prince de Galles par assemblée de notables locaux. Dans un premier temps soumission rapide de révolte, mais en reprise en 1401 du fait de durcissement de législation anglaise. Owain montre talents dans guerre de guérilla et s’associe aux Percy et à seigneur des marches, Edmond Mortimer. Malgré revers établissement de contrôle ferme sur nord-ouest de Pays de Galles. Alliance avec France en 1404. Toutefois, principauté d’Owain se désagrège progressivement et nombreuses communautés font paix avec roi. Après révolte, phase de déclin pour Pays de Galles dans lequel roi d’Angleterre et seigneurs des marches ne voient que sources d’hommes et argent. Par ailleurs importance de répercussions sur Pays de Galles suite à détérioration de situation politique en Angleterre puisque York et Lancastre y possèdent grands domaines.

L’Irlande : Début XIVème siècle mise en place de politique de colonisation avec constitution de baronnies et fiefs de chevaliers d’origine anglaise. Toutefois, dès règne d’Edouard II problème de nombre important de nobles absentéistes ce qui rend défense des terres plus difficile. Problème éclate au grand jour lors d’expédition d’Edouard Bruce en Irlande. Il débarque en 1315 à tête d’armée écossaise, prend titre de « roi d’Irlande » et domine nord de l’île. Toutefois, défaite et mort en 1318. Volonté de restauration de situation durant règne d’Edouard III, mais relatif échec. Devant échec de politique de réforme, royauté lance plusieurs expéditions armées notamment entre 1361 et 1366, 1369 et 1372, 1373 et 1376 ainsi qu’en 1394 et 1399. En 1366 publication des Statuts de Kilkenny où volonté de limitation d’armée des grands et des guerres privées. Par la suite peu d’intervention de gouvernement en Irlande. C’est encore plus vrai au XVème siècle puisque désintérêt de cour pour Irlande. Enfin, au cours du XVème siècle région contrôlée par Anglais, le Pale, tend à diminuer pour se concentrer autour de Dublin. Obligation pour habitants du Pale de maintenir armée permanente pour propre défense, la « Guilde de Saint-Georges ».

Le maintien de l’indépendance écossaise

Histoire d’Ecosse à fin du Moyen Age est profondément marquée par relations avec Angleterre. Toutefois, contrairement au Pays de Galles et à Irlande, Ecosse réussit à garder autonomie grâce à conjoncture diplomatique et militaire favorable. De fait ouverture nouveaux fronts sur continent empêchait Anglais de soutenir effort continu sur frontière écossaise. Dans même temps importance de solidité de monarchie écossaise ainsi que relative harmonie dans rapports entre Couronne et communauté politique.

Les guerres d’Indépendance : Fin XIIIème siècle détérioration des relations entre Ecosse et Angleterre jusqu’à aboutir à des « guerres d’Indépendance ». En 1286 mort d’Alexandre III et en 1290 projet d’union entre héritière du roi et fils d’Edouard Ier. Toutefois, mort précoce d’héritière met fin à projet et provoque crise de succession. En 1292 Edouard Ier décide, sur demande de Robert Bruce et John Balliol, que nouveau roi sera John Balliol. En même temps il fait reconnaître sa souveraineté sur Ecosse. Toutefois, très vite mécontentement des nobles écossais devant obligations d’aide militaire pour guerres anglaises et obligation de conseil autour de John Balliol. En 1295 conseil conclut alliance avec France (la Auld Alliance) puis lance attaque contre Angleterre en 1296. Toutefois, défaite de Dunbar el 27 avril 1296. Par la suite déposition du roi et Ecosse passe sous administration anglaise. Continuation de résistance à travers personnages de William Wallace, Andrew Murray et John Comyn notamment suite à victoire de Stirling Bridge, le 11 septembre 1297, même si annulation partielle suite à victoire anglaise de Falkirk le 22 juillet 1298 et capture puis exécution de William Wallace. Par la suite résistance sur épaules de Robert Bruce qui prend titre royal en 1306. Dès lors importance de conflit entre faction Bruce et faction des Comyn, alliée des Balliol, sur fond de lutte armée pour garantir indépendance d’Ecosse. Après mort d’Edouard Ier Robert Bruce lance série de campagnes militaires qui permettent assise de son pouvoir. Apogée avec victoire de Bannockburn le 23 juin 1314. Par la suite nord d’Angleterre est ravagé par incursions écossaises et nécessité pour populations locales de passer accords privés avec capitaines écossais pour être épargnée. Suite à déposition d’Edouard II continuation des raids écossais en Angleterre ce qui force reine Isabelle et Roger Mortimer à traiter avec Ecossais, ce qui aboutit à traité d’Edimbourgh en 1328 qui reconnaît officiellement indépendance de royaume d’Ecosse. Règne de David II, entre 1329 et 1371, est marqué par renouvellement d’offensive anglaise. De fait entre 1333 et 1336 Edouard III mène 5 campagnes en Ecosse. Troupes de David II sont vaincues à Dupplin Moor, le 11 août 1332, et Halidon Hill, le 19 juillet 1333. Toutefois, à partir de 1337 pression anglaise perd en intensité et faction Bruce reprend progressivement contrôle du royaume. De fait en 1342 seule Berwick est toujours aux mains des Anglais. Toutefois, coup d’arrêt des Ecossais avec défaites de Neville’s Cross, le 17 octobre 1346, au cours de laquelle David II est capturé par Anglais. Retour de David II en 1357 et dès lors vie politique écossaise dominée par question de succession. C’est finalement neveu de David II, Robert Stewart, qui monte sur trône après mort de David II en 1371.

La royauté Stewart : Importance des dissensions au sein de famille royale durant règne de Robert II (1371-1390). En 1384 coup d’Etat de fils aîné du roi, John, ce qui écarte Robert II de pouvoir effectif. Suite à mort de Robert II il succède à son père sous nom de Robert III (1390-1406). Toutefois, en 1398 Robert III perd contrôle de royaume au profit du duc d’Albany. Gouvernance d’Albany durant fin de règne de Robert III et début de règne de Jacques Ier, ce dernier ayant été capturé. Suite à retour de captivité de Jacques Ier importance des dissensions entre roi et noblesse ce qui aboutit à assassinat de Jacques Ier en 1437. Importance des querelles politiques durant règne de Jacques II (1437-1460). Idem durant règne de Jacques III (1460-1488). Toutefois, importance de rébellion de fils aîné du roi, James, du fait de crainte qu’il soit déshérité. Bataille de Sauchieburn, le 11 juin 1488, entre James et Jacques III. Défaite et mort de Jacques III durant la bataille.

L’Ecosse et ses voisins à la fin du Moyen Age

Importance des ambitions françaises d’Edouard III dans préservation d’indépendance d’Ecosse, mais pas que cela. En effet, problème pour Anglais de coût très important de maintien des garnisons et que région au-delà du Forth sont trop éloignées d’Angleterre. Vers milieu du XIVème siècle avec traité de Berwick (1357) forte probabilité pour qu’Anglais aient déjà renoncé à conquérir Ecosse. Au XVème siècle en dépit d’hostilité entre les deux royaumes, guerre n’est plus de conquête mais uniquement de frontière.


similaire:

Chapitre 7 : Les transformations des pouvoirs à la fin du Moyen Age iconLes sociétés européennes au Moyen Âge
«Les pauvres des villes à la fin du Moyen Âge : histoire, historiographie et possibilités de relectures d’une question majeure un...

Chapitre 7 : Les transformations des pouvoirs à la fin du Moyen Age iconLa notion de matière littéraire au Moyen Âge
«Si Jean Bodel avait lu l’Estoire del Saint Graal, à quelle matière l’aurait-il rattachée ?»3, d’autant plus que la fin du Moyen...

Chapitre 7 : Les transformations des pouvoirs à la fin du Moyen Age iconChapitre 1 : la construction de la France au Moyen-âge : à l’intérieur des frontières de Verdun

Chapitre 7 : Les transformations des pouvoirs à la fin du Moyen Age iconLa sorcellerie en France à la fin du Moyen Âge : un crime de femme ?

Chapitre 7 : Les transformations des pouvoirs à la fin du Moyen Age iconLe moyen âge les rois de France au Moyen Âge (2/2)

Chapitre 7 : Les transformations des pouvoirs à la fin du Moyen Age iconLe moyen âge les rois de France au Moyen Âge (1/2)

Chapitre 7 : Les transformations des pouvoirs à la fin du Moyen Age iconLes pouvoirs urbains à Tunis à la fin de l’époque ottomane : la persistance de l’Ancien régime

Chapitre 7 : Les transformations des pouvoirs à la fin du Moyen Age iconLa medecine monastique dans l’occident medieval
«médecine monastique» comme une médecine pratiquée par des moines dans ou à partir d’un monastère. Elle eut son apogée du ixe siècle...

Chapitre 7 : Les transformations des pouvoirs à la fin du Moyen Age iconLe Moyen Âge : Les Francs

Chapitre 7 : Les transformations des pouvoirs à la fin du Moyen Age iconChapitre 2 : L’évolution de la composition et du niveau des hauts...
«moyen», évolutions qui nous sont décrites par les sources macroéconomiques et dont nous avons rappelées les grandes lignes dans...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com