I. L’institutionnalisation de la gymnastique : Les premières mesures en faveur d’un enseignement de la gymnastique obligatoire





télécharger 81.65 Kb.
titreI. L’institutionnalisation de la gymnastique : Les premières mesures en faveur d’un enseignement de la gymnastique obligatoire
page1/6
date de publication23.10.2016
taille81.65 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6

Histoire de l’éducation physique et du sport de 1869 – 1887



Histoire de l’éducation physique et du sport de 1869 à 1887 –

Méthodologie de l’apprentissage

C’est à partir du milieu du 19e siècle que sont jetées les bases de l’enseignement de la gymnastique au niveau national. Globalement cette période marque l’institutionnalisation de la gymnastique à l’école.

La gymnastique va être sous des finalités sociales d’ordre militaire, patriotique, sanitaire et éducative. C’est l’influence militaire qui reste la plus importante. Les militaires seront en concurrence avec les médecins et les hygiénistes. Ces derniers finiront par prendre le pouvoir.

Malgré les débuts de l’institutionnalisation l’éducation physique restera très peu pratiquée à l’école.

I. L’institutionnalisation de la gymnastique :

1. Les premières mesures en faveur d’un enseignement de la gymnastique obligatoire :

a. Le décret du 3 février 1869 :


C’est Victor Duruy qui est ministre de l’instruction public et des cultes qui v impulser une action en faveur de l’éducation de la gymnastique à l’école. Cela commence par l’arrêté du 15 février 1868 qui crée une commission chargée de “l’examen des questions relatives à l’enseignement de la gymnastique dans les écoles de l’Empire.”

Cette commission va aboutir au décret du 3 février 1869 qui porte sur “l’organisation de la gymnastique.”

Deux points importants de ce décret :

  • Il rend la gymnastique obligatoire dans les lycées, les collèges et les écoles normales de garçons.

  • Il crée un brevet pour l’enseignement de la gymnastique. Ce brevet s’appelle le caeg (Certificat d’Aptitude à l’Enseignement de la Gymnastique).


A ce décret sont annexés des programmes que l’on retrouve dans le manuel de 1869 qui s’inspire de la gymnastique amorosienne. (Voir documents 4 et 5)

Ce manuel ne concerne réellement que les lycées et les collèges. C’est l’Etat français qui prend en charge les installations et le financement des enseignements qui facilite l’éducation physique.

Dans les écoles primaires, la gymnastique est soumise à l’appréciation locale (conseils municipaux qui décident de financer ou pas). Les municipalités vont très peu prendre en charge le financement. Le problème complémentaire est que les écoles primaires rassemblent l’immense majorité des élèves à cette époque. Donc l’immense majorité des élèves n’a pas accès à la gymnastique.

Quand les écoles acceptent, on recrute souvent un militaire qui n’a pas le caeg et celui-ci reçoit un salaire inférieur trois à six fois celui d’un vrai professeur.
L’école est séparée en deux filières :

  • Le primaire : l’école du peuple ;

  • Le secondaire : école réservée à toute l’aristocratie et la bourgeoisie.

L’école primaire à pour but d’alphabétiser toute la population et le secondaire est chargé de former les futurs cadres. (Réf bibliographique n°1)

En 1900, le primaire compte 4 millions d’élèves et le secondaire 50 000.

b. Naissance de la IIIe République :


En 1870, défaite contre la Prusse. L’Empire s’effondre et laisse la place à la IIIe République. La France perd ‘Alsace et une grande partie de la Lorraine.

Le nouveau ministre de l’instruction public et des cultes est Jules Simon. Celui-ci à l volonté de faire appliquer le décret du 3 février 1869 mais dans les faits la situation reste les mêmes.

2. La loi du 27 janvier 1880 :


Il faut attendre les élections de janvier 1879 avec le retour des Républicains au pouvoir. On retrouve un intérêt affiché pour la gymnastique. C’est la loi du 27 janvier 1880 qui va en déboucher. C’est la loi dite aussi loi Georges qui a été engagé par Jules Ferry. La loi rend la gymnastique obligatoire dans “tous les établissements d’instruction publique de garçon dépendant de l’Etat, des départements, des communes.”

Cette loi précède les lois de l’instruction gratuite qui date du 16 juin 1881 et celle qui rend l’enseignement laïque et obligatoire du 28 mars 1882.

La philosophie de cette loi est assez simple comme on apprend à l’école à lire, à écrire et à compter, il faut apprendre à se servir de son corps.

Cette loi va être accompagnée en 1881 d’un programme qui se retrouve dans le manuel de 1881 (Manuel des gymnastiques et des exercices militaires). Celui-ci ne diffère pas du manuel de 1869.

Avec cette loi le processus de formation des enseignants s’améliore, le caeg devient nécessaire.

Au cours des années 1880, Jacques Defrance note une amplification du recrutement au début des années 1980. ( Réf bibliographique n°2). Entre les années 1880 et 1883-1885 on passe de 273 à 550 diplômés.

Dans les primaires c’est souvent l’instituteur qui enseigne la gymnastique.

3. A propos des filles :


La loi de 1880 laisse de coté la question de l’éducation de la gymnastique dans les écoles de filles. Il y a bien des discussions mais le problème est qu’il faut des femmes formées pour cet enseignement. Quand il y a des propositions pour un enseignement de la gymnastique, les exercices proposés sont toujours modérés et esthétiques. L’idée pour les filles est de les former à leur futur rôle de mère au foyer.

Il y a très peu de maîtresse donc la gymnastique se résume à quelques promenades, quelques pas de danse et a des jeux organisés. (Réf bibliographique n°3)
  1   2   3   4   5   6

similaire:

I. L’institutionnalisation de la gymnastique : Les premières mesures en faveur d’un enseignement de la gymnastique obligatoire iconI. L’institutionnalisation de la gymnastique : Les premières mesures...

I. L’institutionnalisation de la gymnastique : Les premières mesures en faveur d’un enseignement de la gymnastique obligatoire iconAssemblee generale ordinaire du comite regional de gymnastique languedoc-roussillon...

I. L’institutionnalisation de la gymnastique : Les premières mesures en faveur d’un enseignement de la gymnastique obligatoire iconInstructions Officielles pour l’enseignement de la gymnastique à l’école primaire, 1887
«Il y a un principe bon qui a créé l’ordre, la lumière et l’homme; et un principe mauvais qui a créé le chaos, les ténèbres et la...

I. L’institutionnalisation de la gymnastique : Les premières mesures en faveur d’un enseignement de la gymnastique obligatoire iconHistorique de la gymnastique

I. L’institutionnalisation de la gymnastique : Les premières mesures en faveur d’un enseignement de la gymnastique obligatoire iconCours Complémentaire
«prêt-à-porter pédagogique» sur le matériel à utiliser, les tenues sportives, les horaires à respecter, les commandements à employer,...

I. L’institutionnalisation de la gymnastique : Les premières mesures en faveur d’un enseignement de la gymnastique obligatoire iconI. francisco amoros (1770-1848)
«Si la gymnastique est la science raisonnée de nos mouvements, IL faut que nous connaissions la manière de les faire, les admirables...

I. L’institutionnalisation de la gymnastique : Les premières mesures en faveur d’un enseignement de la gymnastique obligatoire iconTerminales L/es –Enseignement obligatoire B. O. spécial n°8 du 13/10/2011...

I. L’institutionnalisation de la gymnastique : Les premières mesures en faveur d’un enseignement de la gymnastique obligatoire iconHistoire des arts
«mains à mains» dans ce milieu et cherchent à montrer force, souplesse, équilibre et agilité. Aujourd'hui, la tendance s'est inversée....

I. L’institutionnalisation de la gymnastique : Les premières mesures en faveur d’un enseignement de la gymnastique obligatoire iconNoms propres des rues de morteau
«Lyre» et société de gymnastique. Doué d’un sens pratique étonnant mais mauvais gestionnaire, IL fit faillite en voulant créer la...

I. L’institutionnalisation de la gymnastique : Les premières mesures en faveur d’un enseignement de la gymnastique obligatoire iconLa notion de responsabilité
«le collège accueille tous les élèves ayant suivi leur scolarité élémentaire. IL leur assure, dans le cadre de la scolarité obligatoire,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com