Henri III et sa cour Un mot





télécharger 304.5 Kb.
titreHenri III et sa cour Un mot
page1/21
date de publication23.10.2016
taille304.5 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   21


Alexandre Dumas

Henri III et sa cour



BeQ



Alexandre Dumas

Henri III et sa cour

Drame en cinq actes, en prose
La Bibliothèque électronique du Québec

Collection À tous les vents

Volume 329 : version 1.01

Henri III et sa cour fut représenté pour la première fois à Paris, le 11 février 1829, au Théâtre-Français, à Paris. La pièce connut un succès considérable. Des extraits de Mes Mémoires, où Alexandre Dumas raconte comment il a trouvé le sujet de la pièce, sont présentés ici en annexe.

Henri III et sa cour



Un mot


Peut-être s’attendait-on à voir, en tête de mon drame, une préface dans laquelle j’établirais un système et me déclarerais fondateur d’un genre.

Je n’établirai pas de système, parce que j’ai écrit, non suivant un système, mais suivant ma conscience.

Je ne me déclarerai pas fondateur d’un genre, parce que, effectivement je n’ai rien fondé. MM. Victor Hugo, Mérimée, Vitet, Loève-Veimars, Cavé et Dittmer ont fondé avant moi, et mieux que moi ; je les en remercie ; ils m’ont fait ce que je suis.

J’aurais donc publié mon drame sans préface aucune si deux devoirs ne m’avaient été imposés par son succès : le premier, de le dédier à celui qui m’a ouvert la carrière théâtrale ; à celui qui, en partant pour l’Égypte, me recommandait à son successeur ; qui, de l’Égypte, me recommandait encore ; et qui, à son retour, de protecteur, est devenu pour moi ami, ami que ni chute ni succès ne pourront jamais rendre plus ou moins mon ami.

Mon second devoir est de rendre justice aux comédiens qui m’ont si bien secondé, et qui, à si bon droit, peuvent réclamer leur part du succès.

À mademoiselle Mars d’abord, si admirable, que toute expression manque, non pour la louer, mais pour lui rendre justice ; à mademoiselle Mars, en qui j’avais deviné des qualités tragiques, contestées jusqu’aujourd’hui, et qui n’avaient besoin, pour se développer avec tant d’éclat, que de rencontrer une tragédie moderne ; à mademoiselle Mars, que je ne saurais comment remercier, si elle n’avait la modestie de regarder les cris de terreur et les applaudissements frénétiques adressés, chaque soir, bien plus à l’actrice sublime qu’aux situations fortes de la pièce, comme une récompense, quand ils ne sont positivement qu’un tribut.

À Firmin, mon ami, et que je remercie de son amitié, avant de le remercier de son talent ; à Firmin, d’abord homme loyal et dévoué ; puis ensuite à Firmin, acteur si tragique, si passionné, si vrai ; jeune, gracieux, mélancolique, trouvant dans le rôle qu’on lui confie, non seulement des nuances inaperçues de l’auteur, mais encore de ces mots de l’âme qui vont saisir l’âme ; à Firmin, qui a bien voulu voir, dans cette soirée, la seconde belle soirée de sa vie. La première était celle du Tasse.

M. Joanny est encore un de ceux que le public s’est plu à récompenser ; chargé du rôle le plus difficile de la pièce, il en a sauvé toutes les situations hasardeuses ; il a toujours été vrai et terrible. M. Joanny a étudié son art dans Corneille.

Et, ici, l’occasion se présente de faire une justice. Quelques légers reproches ont été adressés à M. Michelot, sur la manière dont il a composé son rôle. C’est à moi que ces reproches sont dus, et je les réclame. J’avais cru voir, en Valois, un prince faible et puéril, ne sortant de ce caractère que par des traits d’éloquence et des soudainetés de courage ; j’ai en quelque sorte forcé M. Michelot à jouer le rôle d’après des documents que la critique a trouvés faux ; depuis, il lui a donné une autre physionomie, la même qu’il lui avait fait prendre d’abord, et il y a été applaudi ; le procès est jugé : j’avais tort ; il est donc juste que je paye les frais.

Puis, après la justice, la reconnaissance. Pour concourir au succès de la pièce, et par amitié pour l’auteur, mademoiselle Leverd, qui venait de créer avec un si beau talent le rôle d’Olga, a bien voulu se charger d’un rôle secondaire, peu brillant ; c’est du dévouement aux intérêts de la Comédie ; c’est un sacrifice d’amour-propre : grâces lui soient donc rendues deux fois !

Parmi les rôles secondaires vient se placer celui de Joyeuse, accepté aussi par dévouement et par amitié. Samson y a fait applaudir jusqu’aux plus faibles mots ; il y a été constamment acteur comique et spirituel ; c’est ce qu’il est aussi comme auteur. Tout Paris a applaudi la charmante comédie de la Belle-Mère et le Gendre, et y a ri franchement, comme à du Molière retrouvé.

Et que mon joli petit page ne croie pas que je l’oublie ; d’ailleurs, le public m’en ferait souvenir. Il est impossible d’être plus naïve et plus gracieuse, de jeter une teinte plus douce, au milieu des teintes rembrunies des trois derniers actes, que ne l’a fait mademoiselle Despréaux dans la création du personnage d’Arthur : elle a deviné les anges de Milton et de Thomas Moore.

Mademoiselle Virginie Bourbier voudra-t-elle recevoir aussi mes excuses et mes remerciements ? Elle a bien voulu accepter quelques lignes dans mon drame, au moment où la retraite de mademoiselle Bourgoin et le congé de mademoiselle Duchesnois ouvrent à son talent, si bien apprécié à son début, une large carrière dramatique. Elle avait droit à mieux que cela. Je suis son débiteur ; elle me permettra, je l’espère, de m’acquitter à mon prochain ouvrage.

Enfin, pour être juste et vrai, il faudrait donner à chacun des autres acteurs des éloges particuliers, et l’espace me manque. Tous ont concouru, par des études savantes, au succès de mon drame. Ils ont étudié les moeurs, et jusqu’aux attitudes des personnages qu’ils étaient appelés à représenter ; secondés par l’habile mise en scène de M. Albertin, et la profonde érudition de M. Duponchel, ils ont ressuscité des hommes et ont rebâti un siècle.

À mon honorable ami, le baron Taylor

Membre de la Légion d’honneur.

Mon cher Taylor,

C’est à vous que je dédie mon drame historique de Henri III et sa Cour ; si je ne le faisais par amitié, je le ferais par reconnaissance.

Alex. Dumas.
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   21

similaire:

Henri III et sa cour Un mot icon20 ans, 9 mois et 12 jours
«loi salique» cette filiation fera d'Henri le successeur naturel du roi de France à la mort de François, duc d'Anjou (frère et héritier...

Henri III et sa cour Un mot iconComment s’affirme le pouvoir royal du xvi° au xviii° siècle en France
«Guerres de religions» de 1562 à 1598 (huit guerres entrecoupées de trêves et ponctuées de massacres) sous Charles IX (1560 – 1574),...

Henri III et sa cour Un mot iconSa mère, Jeanne d'Albret étant reine de Navarre. A la mort de celle-ci,...
«l'armée des princes» qu'il forme avec son cousin Henri de Condé (fils du précédent) : ils sont à la tête du parti huguenot et suivent...

Henri III et sa cour Un mot iconLittérature presse linguistique p. 35
«Practiques» et «practiqueurs» : la vie politique à la fin du règne de Henri III, Genève, Librairie Droz, 2002, coll. Travaux d’Humanisme...

Henri III et sa cour Un mot iconSynopsis Première partie. Après un tableau hyperbolique de la cour...
«repos» et le refus d’une passion aliénante qui voue au malheur, jusqu’au renoncement ultime qui paraît apporter au livre une lumière...

Henri III et sa cour Un mot iconHistoire et anecdotes des débuts du tennis
«court», qui désigne le terrain, doit probablement son utilisation au fait que le jeu de paume se pratiquait à la cour du roi. Le...

Henri III et sa cour Un mot iconRecherche du temps perdu : la médiation ruskinienne, par Henri Lema...

Henri III et sa cour Un mot iconLes premières traces d'une activité récréative, qui représentent...
Les gens à exercer inverse le plus commode pour la défense du royaume on retrouve le Français Charles IV le Bel (édit en 1319), Edouard...

Henri III et sa cour Un mot iconÉdit est une loi décidée par le roi seul. Le gouvernement d’Henri...
Nous autorisons ceux de la religion prétendue réformée (le protestantisme) d’exercer leur religion là où elle se pratiquait en 1597....

Henri III et sa cour Un mot iconL’immobilier est un mot qui a une consonance à la fois un peu magique,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com