En cette reprise des activités, toutes nos pensées vont évidemment au grand absent : Francis Bijon qui nous a quittés si rapidement. Je veux être l’interprète





télécharger 108.2 Kb.
titreEn cette reprise des activités, toutes nos pensées vont évidemment au grand absent : Francis Bijon qui nous a quittés si rapidement. Je veux être l’interprète
page1/3
date de publication19.10.2016
taille108.2 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3





La lettre

de la section

CGA "Ile-de-France"

Numéro : 3/2012 Octobre 2012
ÉDITORIAL

En cette reprise des activités, toutes nos pensées vont évidemment au grand absent : Francis Bijon qui nous a quittés si rapidement. Je veux être l’interprète de tous pour le remercier de tout ce qu’il a apporté à la section Île-de-France et à chacun d’entre nous par son dynamisme, son enthousiasme et sa connaissance de l’histoire de l’Alsace qu’il n’hésitait pas à faire partager. Sa disponibilité lui a permis d’aider et de renseigner tous ceux qui le demandaient. Il a bien souvent animé les réunions de la section par ses communications et ses interventions. Il venait d’accepter de participer au Comité Île-de-France, mettant ainsi ses compétences au service de tous. Nous lui en sommes très reconnaissants et regretterons ses nombreuses remarques toujours si enrichissantes.
Mais il faut continuer et vous verrez que le programme de nos prochaines séances est riche en diversité et en propositions, ce qui nous permettra d’avoir des séances très vivantes. Que toutes celles et tous ceux qui participent ainsi à la vie de notre section en soient vivement remerciés.

Odile Bach


Cercle Généalogique d’Alsace (fondé en 1967)

Président : vacant. Vice-président : Jacques CÉRINI.

Siège associatif: 41, rue Schweighaeuser 67000 Strasbourg. Tél. : 03.67.07.03.70 (du lundi au vendredi de 9h à 12h)

Site Internet : www.alsace-genealogie.com

Section "CGA Ile de France " (fondée en 1969)

Responsable de la section : Odile BACH tél. 01 41 46 96 98 ; courriel : bach.odile@wanadoo.fr

Bibliothécaire : Suzanne DELRIEU tél. 01 45 30 06 14 ; courriel : suzanne.delrieu@wanadoo.fr

Trésorier, Secrétaire et Gestionnaire des publications : Charles KASSEL, tél. 01 46 31 41 72 ;

courriel : Charles.Kassel@wanadoo.fr
Comité de la section, outre les susnommés,

Claude CARRÉ « Informatique » tél. 01 42 83 73 97 ; courriel : carrecf@numericable.fr

Jacques CERINI « Liaison avec le comité CGA » tél. 01 45 75 86 09 ; courriel : jacquescerini@gmail.com

Bernard CLAUSS « Liaison avec le comité CGA » tél. 01 39 76 81 85 ; courriel : clauss.janou@noos.fr

Gilbert HELMER « Initiation à la lecture des actes en gothique » tél. 01 47 50 22 39

Gérard MANTIN, tél 01 45 88 41 78 ; courriel mantin.g@wanadoo.fr

Jacques MIGNOT « Bibliothèque » tél. 01 47 05 45 47 ; courriel : mignot.verme@free.fr

Gilbert ETTER.
Toute correspondance de préférence par courriel.

Les numéros de téléphone mentionnés sont ceux des domiciles personnels.

La lettre de la section CGA Ile-de-France 3/2012 page 2

RÉUNIONS & AUTRES MANIFESTATIONS
Les réunions mensuelles se déroulent habituellement dans la salle du premier étage de la brasserie « Le François Coppée » 1, boulevard du Montparnasse Paris (6ème) (téléphone : 01 47 34 72 70, métro : Duroc) à 17 heures. Elles sont généralement précédées à 16 heures d’une séance d’initiation à la lecture des actes et autres documents écrits en allemand gothique, animée par Gilbert HELMER. Ces réunions sont suivies d’un dîner en commun, pris d’une manière informelle (sans inscription préalable) par tous ceux qui le souhaitent.

Jeudi 18 octobre 2012 à 17 heures au « François Coppée ».

Exposé de Gérard MANTIN : Les interventions militaires en Lorraine de Louis XIII et Louis XIV.

Jeudi 15 novembre 2012 à 17 heures au « François Coppée ».

Exposé de Gilbert HELMER : Difficultés et curiosités rencontrées dans nos recherches, dues à certains patronymes alsaciens.

Jeudi 20 décembre 2012 à 17 heures au « François Coppée ».

Exposé de Gilbert ETTER et Gilbert HELMER : Histoire des noëls en Alsace...  avec dégustation .
Prévisions 2013

Dimanche 13 janvier 2013 : Déjeuner annuel (voir ci-dessous

Jeudi 17 janvier 2013 : Alain PINTARD – Exposé de sa généalogie suivi d'une réunion d'échanges

Jeudi 21 février 2013 : Alain SUTTER - Ecrire sa famille : une méthodologie d'élaboration et d'édition de la généalogie familiale

Jeudi 21 mars 2013 : Gérard MANTIN - Toutes les localités Breisach d'Alsace et de Bade

Les réunions suivantes sont prévues ; les 18 avril, 16 mai et 20 juin


Déjeuner annuel de la section
Veuillez noter sur vos agendas la date, actuellement prévue, du déjeuner annuel : à savoir, le dimanche 13 janvier 2013. La recherche active d'un restaurant, avec une salle de projection et d’un coût raisonnable, est en cours.


Bibliothèque de la section IDF
Rappelons que notre bibliothèque vous accueille le mercredi de 14h. à 17h.30 au 14, rues Jacques-Kablé Paris 18e.
Toutefois, en raison des vacances scolaires, il n'y aura pas de permanence les mercredi 31 octobre, 7 novembre et 26 décembre 2012, ainsi que le mercredi 2 janvier 2013.
En raison de la diminution du nombre des volontaires, il faut craindre que d'autres permanences ne puissent plus être assurées en 2013. Aussi, de nouveaux volontaires candidats pour tenir les permanences sont-ils les bienvenus. Une courte formation leur sera évidemment assurée. Qu'ils se signalent à Jacques MIGNOT.
Par ailleurs, l’année 2012-2013 commence avec une grosse incertitude concernant le maintien même de la bibliothèque, car celle-ci constitue une charge financière de plus en plus lourde : les mois prochains seront décisifs.
La lettre de la section CGA Ile-de-France 3/2012 page 3

Texte lu aux obsèques de Francis BIJON par son neveu Jean-François BIJON.
(extraits)

Je veux mentionner deux traits de toi, Francis, qui continuent si fortement à nous influencer, à nous modeler. Le premier, c’est ton élégance ; le second, c’est l’importance donnée à nos racines.

Ton élégance est physique, mais elle est également intellectuelle et morale. Tu n’es pas naïf. Simplement, tu es plus exigeant pour toi-même que tu ne l’es pour les autres. C’est rare. Tu as une belle âme. Tu es une belle âme. Rien qu’en pensant à toi en train de voyager dans des confins où nous ne sommes pas encore allés mais où nous te rejoindrons un jour, rien qu’en pensant à toi nous sourions et nous nous redressons. Merci, Francis.

Tu es également celui qui nous a rappelé que la solidité de l’arbre tient à ses racines. Tout comme l’homme. Dans la tempête, l’arbre peut casser ; mais il repousse si ses racines sont profondes. L’homme peut désespérer mais craint moins la tempête s’il sait d’où il vient. Il est plus confiant en l’avenir ; en réalité, il sait qu’il ne meurt pas : il est un chaînon.

Ta relation avec l’Alsace, Francis, n’avait rien à voir avec le folklore. Tes recherches sur les vies de nos aïeux n’avaient rien à voir avec une quelconque nostalgie. L’Alsace est cette patrie si particulière où les semences de toute l’Europe jusqu’aux steppes d’Attila se sont mélangées, où le sang de tous les groupes humains a été versé avec une constance qui devient presque de la générosité, mais où l’identité liée au sol et à l’histoire est si forte. L’Alsace est un mystère dont le déchiffrage t’avait fasciné, Francis. Comment un lieu de passage peut-il être aussi un lieu d’ancrage ? Comment ton père avait pu être un officier allemand lors de la première guerre mondiale puis un officier français dans la seconde ? Tu l’expliques parfaitement dans l’un de tes livres.

Lors de notre dernière conversation la semaine dernière, tu me disais ton espoir d’avoir fait comprendre à ta famille que l’ouverture au monde et l’attachement à ses racines sont les deux jambes qui permettent aux hommes et aux femmes d’être heureux aujourd’hui et confiants pour demain. Tu as parfaitement réussi, Francis. Merci d’être là au milieu de nous. Nous t’aimons.


Déménagement des Archives départementales du Bas-Rhin.
Les Archives Départementales ont commencé leur déménagement et sont fermées depuis le 14 septembre 2012 dans les locaux actuels de la rue Fischart.

Les communications reprendront probablement en février 2013 dans la nouvelle salle de lecture 6 rue Philippe Dollinger. Celle-ci sera accessible par les transports en commun : bus n° 30 (arrêt Danube) et les visiteurs auront à leur disposition un parking.

Le calendrier exact des opérations de déménagement et de l’ouverture de la nouvelle salle sera en permanence actualisé et disponible en ligne sur le site internet des Archives, à l’adresse : http://archives.cg67.fr.

Les services suivants seront maintenus :

- Traitement des demandes par correspondance dans un délai de 15 jours selon les conditions indiquées sur le site internet des Archives.

- Maintien et mise-à-jour du site internet.

- Standard téléphonique, de 8 h. 30 à 17 h. en continu : 03 69 06 73 06.




Envoi de la lettre
Vous connaissez les contraintes budgétaires qui se présentent actuellement à tous les niveaux. La situation financière du CGA n'échappe pas à cette situation et nous contraint de contrôler tous nos postes budgétaires. Parmi ceux-ci, le coût de la fabrication papier de cette lettre et de son envoi par la poste ne cesse d'augmenter.

Aussi a-t'il été décidé que, à partir de 2013, la lettre de la section IdF serait par défaut envoyée exclusivement par Internet (en pièce jointe à un courriel). Bien sûr, pour les adhérents qui n'utilisent pas Internet, la possibilité restera d'un envoi par courrier postal comme actuellement. Mais il leur est demandé de le faire savoir explicitement par un petit courrier postal à Charles KASSEL dont voici les coordonnées : 61 chemin de la Vallée-aux-Loups 92290 Chatenay-Malabry.

.

La lettre de la section CGA Ile-de-France 3/2012 page 4
Histoire d'une localité bien connue : Colmar

(pour une fois en Haut-Rhin)
par Nicole GIRARD
A- Historique1 de Colmar avant 1789

C’est en 823 que Colmar (Columbarium) est cité pour la première fois dans une donation faite par un fils de Charlemagne à l’abbé de Munster. Toute cette région fait partie du Saint Empire Romain Germanique. Dès 1278, Colmar a le rang de cité impériale et se dote d’une charte de franchise. En 1348, elle participe à la création de la Décapole, une association qui réunit dix villes : Colmar, Haguenau, Kaysersberg, Mulhouse remplacée par Landau en 1515, Munster, Obernai, Rosheim, Sélestat, Turckheim et Wissembourg. Leur but est de défendre leurs privilèges au sein du Saint Empire. En 1360, Colmar adopte une constitution qui confie l’administration de la ville aux bourgeois et aux membres des corporations ; elle a le droit de battre sa monnaie en 1376 et adopte une nouvelle constitution en 1521. La réforme luthérienne est introduite en 1575 à Colmar, puis vient la guerre de Trente Ans de 1618 à 1648. C’est un conflit européen qui oppose les défenseurs de la foi catholique aux réformateurs protestants avec son lot d’exactions et de massacres. Le culte protestant est même aboli à Colmar de 1627 à 1632. La région est occupée par les troupes suédoises et françaises qui obtiennent l’effacement de l’Empire. Après la signature en 1648 des traités de Westphalie, une partie de la région devient une province française sous le règne de Louis XIV. Cette province est dénommée l’Alsace, du nom « Elsass » ou pays de l’Ill. Mais la guerre continue entre les Impériaux et le roi Louis XIV et c’est seulement après le traité de Nimègue, signé en 1679, que Colmar et sa région sont placés sous l’autorité royale. Le roi favorise l’émigration pour repeupler l’Alsace qui s’est vidée de ses habitants. Des Suisses de la région de Lucerne s’établissent à Colmar et dans les environs. En 1698, le Conseil Souverain s’installe à Colmar qui devient la capitale judiciaire de l’Alsace. La langue française apparaît et la parité confessionnelle est introduite dans l’administration de la ville bien que les deux tiers des habitants soient protestants. La ville compte 11280 habitants en 1773.
B- Administration2 de Colmar avant 1789

La ville de Colmar possède son propre gouvernement. Il est régi par les constitutions de 1360 et de 1521 et va évoluer suivant les évènements. Il s’appuie sur les corporations et les bourgeois au détriment des nobles. Les vingt corporations de 1360 sont réduites à dix en 1521. Elles regroupent des métiers très divers et sont identifiées à partir de leur lieu de réunion. Ainsi, l’enseigne « au lion » représente la corporation des bouchers, tripiers, pêcheurs et bateliers. Chaque membre doit s’acquitter d’un droit d’entrée, le maître de chaque corporation est élu par ses membres. En 1360, l’admission à la bourgeoisie se fait, semble-t-il, à son mariage, et paiement d’un droit sur la maison qu’il habite. Puis, l’accès se durcit avec l’obligation de présenter des papiers en règle et de payer un droit plus élevé. Pendant la guerre de Trente Ans et sous le règne de Louis XIV, le rythme annuel d’admission varie et baisse jusqu’à 3 en 1631 ; de 1715 à 1789, il oscille de 45 à 65 avec des pics à 80. La ville est essentiellement administrée par le magistrat et le conseil, aidés par une commission. Le « magistrat » se compose du chef de la cité (Obristmeister) puis du bourgmestre (Burgmeister), du prévôt (Schultheiss) et de 3 conseillers (Stettmeister). Le bourgmestre est élu annuellement par les maîtres de corporations et les conseillers ; les 3 conseillers, dont un noble, alternent tous les quatre mois à la direction des affaires ; le prévôt, nommé par le souverain, puis élu par le conseil, détient le pouvoir judiciaire. Le conseil, composé en 1360 de 10 nobles et de 20 bourgeois, est réduit à 10 membres en 1521, nommés à raison d’un par corporation.

Les maîtres des corporations font aussi partie du conseil. La commission est formée de 8 puis de 13 membres, soit un représentant de chaque corporation et les 3 conseillers du « magistrat ». Le conseil lui confie différentes missions. Les échevins (Schoeff) sont les assesseurs du prévôt ; ils l’assistent au tribunal et rendent le jugement. Ils sont nommés à vie par les membres de chaque corporation, leur nombre dépend de l’importance de celle-ci. Cette organisation semble perdurer jusqu’en 1789.

--ooOoo--
Supplément à « La lettre » d’octobre 2012
Lieux et patronymes étudiés par les adhérents IdF
Le tableau ci-dessous a été établi par Jacques MIGNOT à partir des informations données par les adhérents qui participent aux réunions du jeudi au François Coppée. Il a pour but de faciliter les échanges entre adhérents. Il faudrait que chacun d'entre vous contribue à le compléter.


Lieu
  1   2   3

similaire:

En cette reprise des activités, toutes nos pensées vont évidemment au grand absent : Francis Bijon qui nous a quittés si rapidement. Je veux être l’interprète iconGrand voyageur en fauteuil roulant depuis plus de 30 ans, je pense...

En cette reprise des activités, toutes nos pensées vont évidemment au grand absent : Francis Bijon qui nous a quittés si rapidement. Je veux être l’interprète iconRésolution des conflits au travail : la voie alternative
«nous allons faire porter nos efforts sur les dépenses de fonctionnement qui vont diminuer car nous n'entendons pas du tout toucher...

En cette reprise des activités, toutes nos pensées vont évidemment au grand absent : Francis Bijon qui nous a quittés si rapidement. Je veux être l’interprète iconNous allons nous intéresser aujourd’hui à un personnage particulièrement emblématique du 19
«Grandeur» mais qui s’est rapidement fourvoyée dans une politique ultra conservatrice inadaptée aux attentes du plus grand nombre....

En cette reprise des activités, toutes nos pensées vont évidemment au grand absent : Francis Bijon qui nous a quittés si rapidement. Je veux être l’interprète iconLe soir du 10 avril 1912, peu avant l'arrivée du
«Voilà ce que je veux devenir. Aider les bateaux à venir à bon port, leur assurer la sécurité et acquérir ainsi un bon métier». Ce...

En cette reprise des activités, toutes nos pensées vont évidemment au grand absent : Francis Bijon qui nous a quittés si rapidement. Je veux être l’interprète icon1 – François La Barbe (+1595) & Olivette de Seilles (+1601)
«maîtres bateliers» opérant sur la Sambre. Ils étaient aussi constructeurs de péniches. Des descendants de cette famille vont créer...

En cette reprise des activités, toutes nos pensées vont évidemment au grand absent : Francis Bijon qui nous a quittés si rapidement. Je veux être l’interprète icon2. Place et rôle de l’histoire des sciences dans les programmes d’enseignement
«colorées». Cette séquence pourrait être initiée en classe de quatrième, être reprise en classe de première littéraire et trouver...

En cette reprise des activités, toutes nos pensées vont évidemment au grand absent : Francis Bijon qui nous a quittés si rapidement. Je veux être l’interprète iconJournal du dimanche dimanche 21 octobre 2001 (extrait) a 39 ans,...
«le Pont Mirabeau», le poème de Guillaume Apollinaire, puis «J’aurais voulu», arrive «Je ne veux qu’elle», qu’il interprète avec...

En cette reprise des activités, toutes nos pensées vont évidemment au grand absent : Francis Bijon qui nous a quittés si rapidement. Je veux être l’interprète iconNous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements à Irène Mainguy,...
«Définitions de quelques termes philosophiques fréquemment employés». Brochure. Paris, Grand Orient de France, 1932, 16 p. (Grand...

En cette reprise des activités, toutes nos pensées vont évidemment au grand absent : Francis Bijon qui nous a quittés si rapidement. Je veux être l’interprète icon«Eh bien…, nous a t-t-il répondu, je veux être comme toi, Papa, les gens t’aiment.»

En cette reprise des activités, toutes nos pensées vont évidemment au grand absent : Francis Bijon qui nous a quittés si rapidement. Je veux être l’interprète iconFred Bussone nous a quittés






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com