Le contexte social





télécharger 20.88 Kb.
titreLe contexte social
date de publication19.10.2016
taille20.88 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
Le contexte social

La période qui précède 980 aurait été celle d’une « profonde dépression ». Les invasions vikings et normandes érodèrent durablement les premiers élans de croissance économique, les édifices culturels du IX siècle furent endommagés, la sauvagerie semblait prendre le dessus, à tel point qu’après 860 l’usage de l’écriture se perd presque totalement.

En 996, Hugues Capet meurt instaurant un climat de doute. Les famines frappèrent durement la population durant une bonne partie du siècle et séviront encore vers 1005-1006, conjuguées avec un hiver très rigoureux entraînant de nouvelles famines en 1031, qui aurait du être la dernière de l’humanité. De plus l’effondrement de l’Empire de Charlemagne a signifié l’échec de l’unification de l’Occident chrétien. Bref les temps sont sombres.

Malgré ces événements calamiteux, il se trouve que, en fin de compte, le lot commun de chaque époque est le bouleversement des structures économiques et sociales qui doit retenir notre attention. Avec l’effondrement des carolingiens c’est tout l’ordre ancien qui est évacué, désormais la place d’honneur est réservée au féodalisme. Le pouvoir se divise et se distribue en de multiples fiefs et seigneuries, ce sont les châteaux forts qui seront les points d’appui des nouvelles puissances. Un nouveau groupe social apparaît, celui des chevaliers.

Les années 1000 sonnent le lent, mais sûr, réveil de l'Europe et le début de nouveaux progrès. Une ombre de taille cependant : le schisme entre Eglise d’Orient et d’Occident. Il serait vain d’essayer en quelques lignes de déterminer les influences de ces divers événements sur l’ensemble de la société en l’an 1000, des études ont été menées et il convient de s’y rapporter.

A la fin du XIe siècle, la piété domine à tel point et de façon si générale l’esprit des Occidentaux, que tout les poussait à des actes religieux. Car il se trouve que depuis le VIIe siècle, c'était au nom du prophète que les musulmans attaquaient sans relâche les Etats chrétiens: l'Empire byzantin, la Sicile, les côtes de l'Italie et de la France. Pour eux, cette guerre assurait le salut de leur âme, elle était une affaire de foi, et, tout naturellement, une conviction analogue devait naître peu à peu chez leurs antagonistes chrétiens, qui se sentirent tenus à la résistance, non pas tant pour se défendre, eux et leurs biens, que pour défendre leur foi.

Le contexte politique

C’est au Xe siècle que la dynastie carolingienne s'éteignit lentement. En France, sa place fut prise par les Capétiens, qui avaient acquis peu à peu une certaine importance comme comtes de Paris. La dynastie fut fondée par Hugues Capet, élu roi en 987 par les grands du royaume, surtout sur l'initiative du haut clergé, car en France, comme en Allemagne, l'Eglise était le principal défenseur de l'idée monarchique. Hugues Capet n'eut qu'un semblant de pouvoir; lui et ses premiers successeurs furent rois en France, plutôt que rois de France. Plus les Carolingiens perdaient de pouvoir, plus les seigneurs se prenaient pour de petits rois, qui étaient assuré de l'hérédité de leurs fiefs et possédaient leur administration propre, leurs propres finances, leurs propres tribunaux, donc pratiquement la souveraineté sur leur territoire. Ainsi se constituèrent les duchés de Normandie, de Bourgogne, de Guyenne, de Gascogne, et, autour d'eux, une série de comtés, puissants et riches, Flandres, Champagne, Anjou, Bretagne, au sud le margraviat de Narbonne, enfin, la Marche de Barcelone était encore considérée comme un fief français. La puissance effective du roi ne surpassait pas celle des propriétaires de ces fiefs, car elle se limitait au comté de Paris, étroite bande de terre qui reliait la Seine et la Loire et comprenait les villes de Paris et d'Orléans. Et, dans ce domaine, étaient disséminés beaucoup de châteaux-forts qui n'appartenaient pas aux Capétiens, mais qui cherchaient à les braver. Le roi n'avait presque pas d'autorité sur ses vassaux. Enfin, il ne faut pas oublier qu'une grande région de la France actuelle, toute la partie orientale au-delà de la Meuse, de la Saône et du Rhône, faisait partie de l'Empire d'Allemagne.
 
Ainsi, au début, la couronne ne conféra aux Capétiens qu'un titre, mais d'une grande valeur, car à ce titre se rattachait la vieille conception impériale de la dignité monarchique. Si bien qu'aux yeux du clergé et du peuple, le roi était tenu en grande vénération, comme dépositaire d'une haute dignité. Les Capétiens surent en profiter pour fortifier leur position à l'égard du peuple, afin qu'il les défendît contre les prétentions de la noblesse et contre les attaques des seigneurs pillards. Dès le XIe siècle, ils encouragèrent même le désir d'autonomie qui se manifestait déjà dans les communes urbaines. Le fait que, depuis le début, la couronne de France fut héréditaire favorisa beaucoup le développement de la dynastie capétienne. En théorie, les grands du royaume se réservaient le droit d'élection et Hugues Capet, lui-même, fut un roi élu, mais il sut conserver la couronne dans sa famille en faisant, de son vivant, oindre et couronner son fils comme son successeur. Ce procédé prit la valeur d'un usage durable, sans que les rois aient eu à l'imposer par la force. La chose s'explique par le fait que les Capétiens étaient des princes faibles, qui ne paraissaient pas le moins du monde dangereux à leurs grands vassaux, tout au contraire de ce qui se passa en Allemagne où la jalousie des princes était constamment tenue en éveil par les puissants rois saxons et franconiens, si bien que leur opposition ne se calmait jamais complètement, et qu'ils tenaient beaucoup à leur droit d'élection.
 
Les Capétiens étaient faibles mais eurent pour contrepoids la ténacité avec laquelle ils édifièrent leur royaume. Le successeur d'Hugues fut son fils Robert II le Pieux (996-1031) qui avait étudié à l'école de Paris, auprès du célèbre Gerbert, devenu alors pape sous le nom de Sylvestre II. Il a la réputation d'avoir été un prince pieux et bienfaisant, mais il n'en fut pas moins excommunié pour avoir répudié sa femme. Ce n'est qu'après des années de résistance qu'il se soumit enfin aux exigences de l'Eglise. Quant au peu de puissance dont il disposait, on en trouve la preuve dans le fait qu'un de ses grands vassaux a pu parler avec mépris de la « nullité du roi ». Et, pourtant, il avait en vue l'affermissement du pouvoir royal. Il mit des années d'effort à acquérir le duché de Bourgogne. Mais son fils et successeur, Henri Ier (1031-1060), ne sut pas le conserver à la couronne et le céda à un frère, Robert, qui fut le chef d'une nouvelle dynastie du duché de Bourgogne. Il ne sut pas non plus empêcher le royaume d'Arles (vallée du Rhône, comté de Bourgogne, Suisse occidentale) de tomber aux mains du roi d'Allemagne, si bien que ces territoires, purement français pourtant, furent pendant six cents ans perdus pour le royaume de France. C'est sous le règne d'Henri Ier que fut brisée l'amitié qui avait uni jusque-là les Capétiens et les ducs de Normandie. Cette rupture devait avoir des conséquences considérables.

Henri eut pour successeur son fils Philippe Ier (1060-1108), un homme sans consistance et un jouisseur. S'il était seul en cause, son règne ne présenterait aucun intérêt; ce qui lui en confère, c'est l'événement qui prit naissance sur le sol de France: la conquête de l'Angleterre par le duc de Normandie, Guillaume (1066), dont il sera reparlé plus loin. Un grand vassal de la couronne de France créa ainsi un Etat puissant dont l'éclat devait faire pâlir celui du royaume capétien. En effet, le royaume anglo-normand constitua longtemps un grand danger pour la France et devait déterminer ses destinées politiques pendant près de quatre cents ans. Dans le reste de la France, aussi, une humeur aventureuse et guerrière poussait les chevaliers au-delà des Pyrénées à des combats contre les Maures, aux côtés des chrétiens d'Espagne. C'est avec la même vigueur débordante que la noblesse française entreprit la première Croisade. Le roi Philippe ne prit aucune part à ces divers événements. En revanche, il eut à souffrir, pour sa part, de la Querelle des Investitures. Il était contemporain d'Henri IV et guère moins coupable que lui de simonie. Mais il sut éviter que Grégoire VII ne prît contre lui des mesures extrêmes en témoignant une bonne volonté qui ne l'empêchait pas de suivre son propre chemin. Grâce au caractère relativement bénin qu'elle eut en France, la Querelle des Investitures n'entrava pas le développement du royaume des Capétiens, tout au contraire de ce qui se passa en Allemagne où le pouvoir royal sortit affaibli de la lutte.

La religion

La religion était présente chez la plupart des gens en Europe. Ils faisaient baptiser leurs bébés par un prêtre et enterraient leurs morts dans le cimetière de l'église. Ils priaient les saints, par exemple saint Antoine pour retrouver des objets perdus ou saint Nicolas (encore fêté dans certains pays) pour qu'il protège leurs enfants. La plupart des villes avaient un saint patron. 

C’est dans la peur d’offenser Dieu que vivaient les gens et étaient terrifiés à l'idée de passer leur vie éternelle en enfer. Les riches laissaient de l'argent pour que les prêtres disent des messes pour leur âme après leur mort. Les gens croyaient que même s'ils parvenaient à éviter l'enfer, ils devraient passer des milliers d'année au purgatoire.

En occident et en Europe, pour les autres parties du monde l’histoire est différente au niveau du Moyen âge et renaissance, mais se confond à l’époque moderne.
Le Moyen âge en se plaçant dans le contexte de l’époque.
Chaque problème trouvait une solution dans la religion et quand un problème arrivait c’était soit dieu ou le diable qui apportait bonheur ou malheur.
Aucune grande avancée technologique permettant à l’humanité de mieux vivre.
Les religieux détenaient la connaissance et le reste de la population n’en profitait pas.
Les quelques savants ne devaient pas remettre en cause l’histoire de la création et les commandements de l’église sous peine de mal finir.

Les cérémonies Les cérémonies religieuses jouaient un rôle important. Les citadins allaient à l'église au moins une fois par semaine, sans compter les cérémonies spéciales comme les mariages ou les enterrements. Les écoles et les collèges étaient dirigés par des prêtes et des moines.

Une civilisation chrétienne La religion était très importante pour les Chrétiens. Les Croisés partaient en guerre contre les Musulmans pour récupérer le tombeau du Christ à Jérusalem. Avant la bataille, les Musulmans étaient tout aussi convaincus de mener une guerre Sainte.

similaire:

Le contexte social iconTd : Le dialogue social suffit-il à la cohésion de l’organisation...

Le contexte social iconBibliographie Le commerce véridique et social
«Le commerce véridique et social», de Michel Marie Derrion, Lyon, 1835-38, Atelier Création libertaire, 2002

Le contexte social iconRésumé : la présente contribution discute les théories de la crise...
«rigidités» de l’Etat social, mais aux effets pervers des politiques néo-libérales dont l’impact sur les formes de contrôle de l’investissement...

Le contexte social iconMathieu Gouirand Sous la direction de : Mme Dorota Girard
«Etat fédéral social» (sozialer Bundesstaat ou Rechtsstaad social).»4, Bismarck prononcera en 1881, le message impérial. Ce discours...

Le contexte social iconRésumé de la thèse durkheimienne par Philippe Besnard : Un groupe...
«l’intégration», au sens large des fondateurs de la sociologie qui s’interrogeaient sur la nature du lien social, à «l’intégration»...

Le contexte social iconI. Contexte de l’étude

Le contexte social iconBibliographie Eléments de contexte

Le contexte social iconI. Introduction: contexte, méthode et calendrier

Le contexte social iconLe contexte économique des universités américaines

Le contexte social iconContexte historique géNÉral de l’enseignement catholique 1890-1960






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com