Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres





télécharger 446.99 Kb.
titreAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
page6/11
date de publication20.10.2016
taille446.99 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11
L'eau vive”

(1943)
Recueil de textes

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
L'eau vive”
Giono confie son amour pour les chansons qu'avaient élaborées des générations d'artisans pour dire les joies et célébrer les mystères de leur travail. C'est aussi une occasion pour lui de parler du monde de son enfance, auquel il s'était attaché et qu'il a eu la tristesse de voir s'étioler et disparaître, ou d'évoquer une fois de plus son père.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
D'autres textes, consacrés à la nature, évoquent cette Provence et ce Trièves si chers à l'auteur, ou dépeignent, avec un ample lyrisme doucement solennel, le printemps et l'été, l'automne et l'hiver.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
La Suisse sert de cadre, largement imaginaire, à des promenades en forêt, à des histoires de chamois et de papillons, et à ‘’Vie de mademoiselle Amandine’’, longue histoire d'une femme seule qui finit par trouver le bonheur en adoptant un enfant.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
On trouve aussi plusieurs chapitres d'un roman que Giono commença puis abandonna en 1940, et qui devait s'intituler ‘’Chute de Constantinople’’. L'un de ces fragments, qui nous conduit à Marseille en 1939, est uniquement descriptif : on passe un après-midi avec un chauffeur de taxi, on voit avec lui toutes sortes de gens, toute une atmosphère très bien rendue, rien qu'avec des détails concrets, sans jamais une phrase creuse. Il y a aussi le dernier voyage en carriole d'un vieux paysan et les amours d'une laie. Tout cela, peu lié (et peut-être est-ce pour cette raison que Giono abandonna son projet) mais riche de rêve, de sens et de saveur. On se prend à regretter que ‘’Chute de Constantinople’’ soit resté en chantier, à se demander quel livre cela aurait donné.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
‘’Le poète de la famille’’
Nouvelle
L'héroïne en est un personnage que Giono présente comme sa tante. Madame construit des ponts et creuse des tunnels. Autriche, Italie, France, Suisse, elle bourlingue à travers les Alpes, un an ici, deux ans là, régentant sa tribu, car elle a autant de fils et de brus que les patriarches de La Bible et aussi curieusement nommés : Hector et Achille, Sirius, Primo et Secundo, etc. Seul l'aîné, Djouan, échappe à son autorité : il n'a pas besoin d'elle pour concevoir et mener à bien, sur les cinq continents, des ouvrages encore plus grandioses. Parfois, entre deux voyages, il rend à la famille une visite éclair. Avec un explosif de son invention, il provoque une mini-catastrophe (présentée sur le mode comique) à l'entrée du tunnel où travaille sa famille.

Commentaire
On retrouve dans cete nouvelles les mêmes qualités que dans les fragments de ‘’Chute de Constantinople’’. On remarque que Giono aime parler de la sagesse et de la folie, d'une sagesse et d'une folie qui ne sont pas celles de tout le monde. Pour illustrer ses idées, il donne une vie intense et vigoureuse à des êtres pittoresques, voire extraordinaires, mais toujours assez enracinés dans le réel pour ne pas dérouter.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Commentaire sur le recueil
Les textes réunis furent rédigés sur une période de vingt ans et sont de nature diverse (poèmes en prose, descriptions et paysages, textes de circonstance, fragments de romans inachevés).

_________________________________________________________________________________
Théâtre”

(1943)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le voyage en calèche, divertissement romantique”
Pièce de théâtre en trois actes
En 1797, dans le nord de l’Italie qui subit l’occupation française, la belle cantatrice Fulvia est aimée à la fois du vigoureux et réaliste colonel français Vincent et de l’aristocratique Julio, conspirateur anarchiste et lyrique qui, tantôt caché dans les forêts, tantôt déguisé à la Scala de Milan, résiste à l’armée occupante en la défiant et en la ridiculisant, mais sans tuer. Fulvia est sensible à l’amour de l’un comme de l’autre, mais elle finit par aller, délibérément, vers la mort avec Julio, pour sauver leur amour.
Commentaire
C’est une oeuvre très riche, ambiguë, mais inégale  (on trouve d’admirables scènes lyriques notamment au premier acte qui est le plus réussi) et surtout trop longue pour être représentée intégralement. Sous son aspect immédiat, elle apparaît comme dictée par l'actualité. Le fait que le héros était un résistant à une ocupation étrangère (mais qui ne tue pas car le pacifiste Giono restait opposé à toute action violente) fit que, sur le point d’être montée à la fin de décembre 1943, elle fut interdite par la censure allemande, sans quoi Giono aurait été considéré comme un écrivain de la Résistance et non, ce qui est totalement injustifié, comme un « collaborateur ». Elle ne fut représentée qu'en 1947, après que des coupures y aient été pratiquées. Mais l’ostracisme que subissait alors Giono fut une des raisons de son insuccès. Il en fit une autre version plus courte sous le titre ‘’La calèche’’ qui fut jouée en 1965 et fut alors bien reçue par la critique et le public.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le bout de la route”
Pièce de théâtre
Sont réunis, dans un hameau perdu de la montagne, un étranger en manteau de bure, un jeune couple et de vieux paysans, pour un hymne à l'amour.


Commentaire
La pièce, écrite en 1941, fut, pendant toute l’Occupation, représentée à Paris.

En 1949, Émile Couzinet en a tiré un film qui a le même titre.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Lanceurs de graines”
Pièce de théâtre
Commentaire
C’est une pièce qui exprime les menaces que l'avidité des citadins fait peser sur l'équilibre antique des foyers. Elle fut créée à Genève.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
La femme du boulanger”
Pièce de théâtre
En partant avec un beau berger, la femme du boulanger prive le village de son pain quotidien, le boulanger refusant de continuer son travail.
Commentaire
C'était un épisode de “Jean le bleu”.

En 1938, il avait été adapté au cinéma par Marcel Pagnol qui en avait fait une comédie provençale allègre et savoureuse, avec Raimu.

_________________________________________________________________________________
Rondeur des jours”

(1943)
Recueil de textes

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Rondeur des jours

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
L'eau vive

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Complément à “L'eau vive””

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le voyageur immobile

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Jeux ou la naumachie

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Apporte Babeau

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les larmes de Byblis

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
En plus du pain

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Vie de mademoiselle Amandine

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Possession des richesses

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Automne en Trièves

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Hiver

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Aux sources mêmes de l'espérance

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Provence

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Entrée du printemps

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Mort du blé

________________________________________________________________________________

L'oiseau bagué”

(1943)
Recueil de six nouvelles de 220 pages

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
L'histoire de Monsieur Jules”

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Son dernier visage”

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
La ville des hirondelles”

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Promenade de la mort et départ de l'oiseau bagué le 4 septembre 1939”

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Description de Marseille le 16 octobre 1939”

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le poète de la famille

_________________________________________________________________________________
Fin août  1944, à la Libération, quelques jours après le débarquement allié, sur les ordres du Comité de Libération de Manosque, Giono fut interné pendant quelques mois, et fut, le 9 septembre, inscrit sur la liste noire du Comité National des Écrivains, à dominante communiste, redoutablement actif dans l'épuration. Il fut soupçonné de pétainisme car il était facile d’assimiler ses utopies sociales au projet pétainiste de retour à la terre. Les communistes, très influents dans de larges secteurs de la vie intellectuelle, ne lui pardonnaient pas d’avoir pris ses distances avec eux à partir de 1935 et d’avoir dénoncé le stalinisme après leur avoir donné l’espoir d’être un compagnon de route docile. D’où la campagne de calomnies menée contre lui par Aragon et Tzara dans ‘’Les lettres françaises’’.

Cependant, son dossier judiciaire était vide et il ne fut pas jugé. Le 31 janvier 1945, la justice le libéra mais l'assigna à résidence (pour le protéger?) à Marseille pour huit mois. Il séjourna alors environ huit mois à l'extrémité du Boulevard Baille, chez son ami Gaston Pelous, dans une intimité familiale. Le journal qu'il tint à l'époque le montre rétif à tout engagement, lucide sur les comptes qu'on va lui demander, indifférent au fond à la calomnie et jaloux de sa liberté d'action et de parole. Il commence le « cycle d’Angelo» (‘’Angelo’’, puis ‘’Mort d'un personnage’’).

Il fut arrêté une seconde fois et transféré à Digne puis à Saint-Vincent-les-Forts. Et, son passé continuant à lui porter tort, surtout auprès des communistes, sans qu'on puisse lui reprocher aucun acte ou propos collaborationniste ou antisémite, mais ses imprudences pendant l’Occupation lui étant imputées à crime, il fut à nouveau inscrit sur la liste noire du Comité national des écrivains, ce qui l’interdit de publication pendant plusieurs années. Il fut soutenu par Gide, Paulhan, Adrienne Mounier et Fargue, mais Aragon et “Les lettres françaises” firent campagne contre lui, le mirent sur le même échafaud que Maurras, Brasillach, Drieu la Rochelle, etc.. Aucun éditeur ne put donc plus le publier sans prendre le risque d'être boycotté par tous les adhérents de ce comité.

Ce faux pas lui avait apprit bien des choses, en particulier que les gens étaient volontiers des salauds. Aussi, surmontant son amertume, se cantonna-t-il désormais dans son bureau. Quoique ses éditeurs ne se risquèrent pas à le publier, avant 1948 pour Gallimard, qui lui avança quelque argent, et 1949 pour Grasset, il fit preuve d'une fécondité et d'un acharnement au travail encore inégalés. Mais son œuvre fut alors frappée d’un «désenchantement» au sens fort du terme

Désormais, lui qui était lyrique, virgilien, allait moins s'intéresser aux relations de l’être humain avec la nature et avec le cosmos qu'aux relations des êtres humains entre eux. En tout cas, il tourna définitivement le dos aux vanités et aux utopies pour composer des histoires plus sombres (passions impossibles, tentations criminelles, faits divers tragiques), pourtant écrites dans l’allégresse. Ce furent les “Chroniques romanesques” dont, dans la préface de 1962, il indiqua : «Le plan complet était fait en 1937. Il comprenait une vingtaine de titres dont quelques-uns étaient définitifs, comme “Un roi sans divertissement”, “Noé”, “Les âmes fortes”, “Les grands chemins”, “Le moulin de Pologne”, “L'iris de Suse”, etc.... Il s'agissait pour moi de composer la chronique de tout le passé d'anecdotes et de souvenirs, de ce "Sud imaginaire" dont j'avais, par mes romans précédents, composé la géographie et les caractères. Je dis bien "Sud imaginaire", et non pas Provence pure et simple [...] J'ai créé de toutes pièces les pays et les personnages de mes romans [...] J'avais donc, par un certain nombre de romans, “Colline”, “Un de Baumugnes”, “Regain”, “Le chant du monde”, “Le grand troupeau”, “Batailles dans la montagne”, etc... créé un Sud imaginaire, une sorte de terre australe, et je voulais, par ces chroniques, donner à cette invention géographique sa charpente de faits divers (tout aussi imaginaires). Je m'étais d'ailleurs aperçu que, dans ce travail d'imagination, le drame du créateur aux prises avec le produit de sa création, ou côte à côte avec lui, avait également un intérêt qu'il fallait souligner, si je voulais donner à mon œuvre sa véritable dimension, son authentique liberté de non-engagement [...] user de toutes les formes du récit, et même d'en inventer de nouvelles, quand elles sont nécessaires (et seulement quand elles sont exigées par le sujet)». Les personnages d’errants, les monstruosités physiologiques et surtout morales, les passions démesurées d’amour et de haine s’y multiplièrent. Il allait aussi dans chacun des romans utiliser un système de narration différent mais toujours générateur d’ambiguïtés.

D’autre part, dans son esprit naquit le personnage d’Angelo Pardi, fils naturel d’une duchesse, colonel de hussards piémontais, carbonaro épris de liberté qui a tué un espion autrichien, réfugié politique en France avec ses bottes, ses petits cigares, idéalisation de la figure de son grand-père. Ainsi s’esquissa un cycle qui lui serait consacré qui devait comprendre dix romans, en deux séries parallèles de cinq, dont l’une devait raconter l’histoire d’Angelo au milieu du XIXe siècle, et l’autre, celle de son petit-fils, Angelo III, dans le courant du XXe siècle. Du printemps à l'automne 1945, il commença “Le hussard sur le toit”, un gros roman, long à écrire. De la première n’allaient en être écrits que trois, de la seconde, un seulement.

Mais, d’abord, Giono, étant sur la liste noire, fit, pour des nécessités alimentaires («un conte par mois pour l'Amérique permettrait de vivre en attendant») une sorte de brusque crochet à l'intérieur du cycle d'Angelo pour écrire, au début de l'automne 1946, en deux mois, un livre assez bref commencé en 1943 :

________________________________________________________________________________

1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres, qui sont commentées

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«deux sœurs pleines d’esprit et de grâces, qu’il appelait ses premières danseuses» : les demoiselles Le Douairin, Louise et Zoé

Au fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
Fille de paysans, elle avait été si bonne écolière que ses parents l'avaient laissée aller jusqu'au brevet supérieur






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com