De ‘’À la recherche du temps perdu’’





télécharger 0.49 Mb.
titreDe ‘’À la recherche du temps perdu’’
page1/15
date de publication20.10.2016
taille0.49 Mb.
typeRecherche
h.20-bal.com > loi > Recherche
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15




www.comptoirlitteraire.com
André Durand présente
l’intérêt documentaire
de
‘’À la recherche du temps perdu’’

(1913-1927)
roman de Marcel PROUST

(3000 pages)
On trouve ici les points suivants:

La peinture de la société (page 2) :

- différents lieux (page 4)

- différents milieux (page 5) : le peuple (page 6) - la petite bourgeoisie (page 7) - la grande bourgeoisie (page 7) - l’aristocratie (page 8)

- le snobisme (page 14)

- les juifs (page 16)

- l’antisémitisme (page 21)

Les événements de l’époque (page 23) - l’affaire Dreyfus (page 25) - la guerre de 1914-1918 (page 30) - l’après-guerre (page 33)

Le déploiement d’une vaste culture (page 34) : la peinture (page 36) - Elstir (page 37) - la musique (page 39) - Vinteuil (page 39) - le théâtre (page 40) - la littérature (page 41) - Bergotte (page 43)

L’exposé sur l’homosexualité (page 45) :

- Sodome (page 46) : la découverte des « hommes-femmes » (page 46) - l’analogie entre ce qui se passe dans la nature et ce qui se passe entre les homosexuels (page 46) - la théorie de la sexualité (page 48) - la condition malheureuse des homosexuels (page 49) - la variété des homosexuels (page 52) - le nombre des homosexuels (page 56)

- Gomorrhe (page 56).

(la pagination est celle de l’édition de la Pléiade en trois volumes)

Bonne lecture !

Dans ‘’À la recherche du temps perdu’’, Proust, en suivant le déroulement de la vie de son personnage, Marcel, ne pouvait pas ne pas faire passer tout un flot de vie (saveurs, parfums, nourritures, œuvres d'art, princes, domestiques, rituels mondains, recettes de cuisine, investigations ou fulgurances dans le domaine du plaisir et du désir), ne pouvait pas ne pas donner, comme l’a noté Gide, de «terribles aperçus de la réalité», ne pouvait pas ne pas peindre la société où il évolua, ne pas être un ethnologue ou un historien des moeurs, intéressé spécialement par l’aristocratie et par les juifs que sépara l’affaire Dreyfus. Il fit aussi de Marcel un érudit et surtout un amateur d’art dont le sien se forgea au contact des oeuvres de créateurs. Enfin, son souci didactique s’affirma dans sa volonté de présenter l’homosexualité et même d’en faire une théorie.

_________________________________________________________________________________
La peinture de la société
Même si Proust a refusé que « le roman fût une sorte de défilé cinématographique des choses » (III, page 890), si ‘’Le temps retrouvé’’ contient une sévère condamnation du roman à prétention documentaire (« La littérature qui se contente de décrire les choses, d'en donner seulement un misérable relevé de lignes et de surfaces, est celle qui, tout en s'appelant réaliste, est la plus éloignée de la réalité.» [III, page 885]), s’il a reproché au roman d’avoir été, de Balzac à Zola, un « magasin de documents sur la nature humaine », même s’il s’est moqué du « romancier mondain qui venait d’installer au coin de son oeil un monocle, son seul organe d’investigation psychologique et d’impitoyable analyse, et qui répondit d’un air important et mystérieux, en roulant l’r : ‘’J’observe’’ » (I, page 327), il ne cessa de prendre des notes sur des cahiers, et la lecture de ses lettres et de ses carnets intimes semble bien montrer qu’il a lui-même utilisé cette méthode, qu’il avait un sens aigu de l'observation (qu’il nia évidemment, Marcel se voyant comme « n’ayant aucune espèce d’esprit d’observation extérieure, ne sachant jamais ce qu’était ce que je voyais» [III, page 383]). Et Ramon Fernandez a noté à la suite d’unre visite qu’il lui fit : « Ses admirables yeux se collaient matériellement aux meubles, aux tentures, aux bibelots ; par tous les pores de sa peau, il semblait aspirer la réalité contenue dans la chambre, dans l'instant, dans moi-même ; et l'espèce d'extase qui se peignait sur son visage était bien celle du médium qui reçoit les messages invisibles des choses. Il se répandait en exclamations admiratives, que je ne prenais pas pour des flatteries puisqu'il posait un chef-d'œuvre partout où ses yeux s'arrêtaient... »

Et il n’en reste pas moins qu’’’À la recherche du temps perdu’’, chronique dense et lente comme la vie, qui s’étend sur la fin du XIXe et le début du XXe siècle, dont les personnages sont si nombreux qu’on a pu leur consacrer, dans l’édition de la Pléiade, un ‘’Index’’, peut être considéré comme le tableau d’une société prenant la suite de ‘’La comédie humaine’’ de Balzac et celle aussi des ‘’Rougon-Macquart’’ de Zola, comme un document sur un état de la société française, même si on y est loin des soucis d'argent de la première ou des luttes sociales qui sont dépeintes dans les seconds, même si Proust accorda moins d’importance que ses prédécesseurs aux différents milieux (n’ayant peint qu’une mince frange de la bourgeoisie et de l’aristocratie), au train du monde comme il va, aux conditions matérielles et communes de l'existence.

Il se défendait d’avoir peint un tableau d’un minutieux réalisme balzacien. À Robert Dreyfus, il se plaignit, en décembre 1913, d’un critique du ‘’Figaro’’ qui avait, selon lui, commis un papier « injuste » en disant qu’il notait tout, comme s’il n’était qu’un observateur. « Non, je ne note rien. C’est lui qui note. Pas une seule fois un de mes personnages ne ferme une fenêtre, ne se lave les mains, ne passe un pardessus, ne dit une formule de présentation. S’il y avait même quelque chose de nouveau dans ce livre, ce serait cela ». En mars 1914, il tint le même propos à Gide dans une lettre postérieure à celle où ce dernier s’excusa d’avoir refusé le manuscrit : « Moi je ne peux pas, peut-être par fatigue, ou paresse, ou ennui, relater, quand j’écris quelque chose qui ne m’a pas produit une impression d’enchantement poétique, ou bien où je n’ai pas cru saisir une vérité générale. Mes personnages n’enlèvent jamais leur cravate ».

Mais, dans ce cas encore, il se livra à une parade mensongère car, son réalisme étant sélectif (comme tout réalisme en fait, le réalisme total étant impossible), il porta une grande attention à certains éléments de la réalité, par exemple, aux toilettes féminines :

- celles d’Odette de Crécy (I, page 197 – I, page 232 - I, page 240), au portrait de celle-ci en « Miss Sacripant », la description de l’aquarelle s’étendant sur deux pages (I, pages 848-849) ;

- celles de la duchesse de Guermantes : « majestueuse, ample et haute dans une longue robe de satin jaune à laquelle étaient attachés en relief d’énormes pavots noirs» (II, page 371) - « haute et superbe dans une robe de satin rouge dont la jupe était bordée de paillettes. Elle avait dans les cheveux une grande plume d’autruche teinte de pourpre et sur les épaules une écharpe de tulle du même rouge. » (II, page 583) - « ennuagée dans la brume d’une robe en crêpe de Chine gris  (III, page 33) - elle portait des robes de Fortuny, ces robes qu’il «  a faites d’après d’antiques dessins de Venise. Est-ce leur caractère historique, est-ce plutôt le fait que chacune est unique qui lui donne un caractère si particulier que la pose de la femme qui les porte en vous attendant, en causant avec vous, prend une importance exceptionnelle, comme si ce costume avait été le fruit d’une longue délibération et comme si cette conversation se détachait de la vie courante comme une scène de roman?» (III, page 33) - « cette robe de chambre qui sent si mauvais [...] et qui est sombre, duveteuse, tachetée, striée d’or comme une aile de papillon » (III, page 43) ;

- celle d’Albertine : son « polo noir » de Balbec, coiffure de femme sans bords, puis les robes d’Elstir que Marcel lui acheta (II, page 1055), « les brimborions de la parure » lui causant « de grands plaisirs » (III, page 32) ;

- celle des femmes en 1916 : « Comme par l’ensemencement d’une petite quantité de levure, en apparence de génération spontanée, des jeunes femmes allaient tous les jours coiffées de hauts turbans cylindriques comme aurait pu l’être une contemporaine de Mme Tallien, par civisme ayant des tuniques égyptiennes droites, sombres, très ‘’guerre’’, sur des jupes très courtes ; elles chaussaient des lanières rappelant le cothurne selon Talma, ou de hautes guêtres rappelant celles de nos chers combattants ; c’est, disaient-elles, parce qu’elles n’oubliaient pas qu’elles devaient réjouir les yeux de ces combattants, qu’elles se paraient encore, non seulement de toilettes ‘’floues’’, mais encore de bijoux évoquant les armées par leur thème décoratif, si même leur matière ne venait pas des armées, n’avait pas été travaillée aux armées ; au lieu d’ornements égyptiens rappelant la campagne d’Égypte, c’était des bagues ou des bracelets faits avec des fragments d’obus ou des ceintures de 75, des allume-cigarettes composés de deux sous anglais auxquels un militaire était arrivé à donner, dans sa cagna, une patine si belle que le profil de la reine Victoria y avait l’air tracé par Pisanello ; c’est encore parce qu’elles y pensaient sans cesse, disaient-ellles, qu’elles en portaient, quand l’un des leurs tombait, à peine le deuil, sous le prétexte qu’il était ‘’mêlé de fierté’’, ce qui permettait un bonnet de crêpe anglais blanc (du plus gracieux effet et ‘’autorisant tous les espoirs’’, dans l’invincible certitude du triomphe définitif), de remplacer le cachemire d’autrefois par le satin et la mousseline de soie, et même de garder ses perles, ‘’tout en observant le tact et la correction qu’il est inutile de rappeler à des Françaises’’. » (III, pages 723-724).

Et on peut admirer l’habileté avec laquelle, dans la narration du déroulement d’une soirée mondaine, Marcel fut capable de différencier des personnages que nous ne faisons qu’entrevoir, en se fixant sur certains gestes et attitudes et, surtout, sur les paroles dont le verbatim cependant est parfois lassant (on pourrait lui reprocher de se contenter d’enregistrer, de ne pas choisir dans « la nullité des propos tenus par les personnes au milieu desquelles nous vivons » [II, page 191]).

D’ailleurs, autre preuve de sa continuelle duplicité, dans ‘’Le temps retrouvé’’, il insista au contraire sur sa documentation : « Il n’est pas un nom de personnage inventé sous lequel il ne puisse mettre soixante noms de personnages vus, dont l’un a posé pour la grimace, l’autre pour le monocle, tel pour la colère, tel pour le mouvement avantageux du bras, etc. […] Il dictait à ses yeux et à ses oreilles de retenir à jamais ce qui semblait aux autres des riens puérils, l’accent avec lequel avait été dite une phrase, et l’air de figure et le mouvement d’épaules qu’avait fait à certain moment telle personne dont il ne sait peut-être rien d’autre. » (III, page 900).
Différents lieux
Proust nous fit découvrir, située dans un paysage rustique, délimitée par ses deux « côtés » (comme on dit à la campagne,), le côté de Méséglise (qui est aussi « le côté de chez Swann ») et le côté de Guermantes, qui auront chacun un rôle symbolique dans sa vie future, chacun représentant une direction de sa vie sentimentale et sociale, la « petite ville » de Combray, « cette sombre ville de Combray » (III, page 856), ville ancienne qui s’ouvrait sur une campagne humanisée, parsemée d’églises, qui était un vaste jardin, où, derrière « la vieille maison grise sur la rue » de tante Léonie, il y avait le « petit pavillon donnant sur le jardin, qu'on avait construit pour mes parents » (I, page 47), où Marcel passait ses vacances d’enfant, qui a été son « paradis perdu », dont le souvenir l’émouvait encore dans ‘’Le temps retrouvé’’ (III, page 856), qu’il s’est donné pour but de retrouver par son art, car il avait fourni à ce mondain élégant et à l’allure un peu désinvolte ce qu’il appelait les « gisements profonds de mon sol mental » (I, page 184).

Combray était en réalité Illiers (aujourd’hui Illiers-Combray), un bourg situé au sud-ouest de Chartres, sur les bords du Loir (la Vivonne du livre), où la famille Proust passait ses vacances au cours de son enfance. Mais, dans le livre, la topographie du village et celle des environs furent plus ou moins respectées, et il fut magnifié. Ainsi, dans une page célèbre, de très petits potins sur des faits insignifiants tissèrent une sorte de réseau entrecroisé autour de l’église Saint-Hilaire, un vieil édifice « qui avait contemplé Saint Louis et semblait le voir encore » (I, page 61), et où, le dimanche matin, quand l’enfant pénétrait à l’intérieur de la massive construction, il pouvait lever les yeux sur « deux tapisseries de haute lice [qui] représentaient le couronnement d’Esther (la tradition voulait qu’on eût donné à Assuérus les traits d’un roi de France et à Esther ceux d’une dame de Guermantes dont il était amoureux) » (I, pages 60-61), le lieu devenant magique à ses yeux, étant un espace à quatre dimensions, la quatrième étant celle du temps.

Les parents de Marcel y venaient en vacances avec lui chez tante Léonie qui était « toute confite en dévotion » (III, page 78) et, depuis son veuvage, ne quittait plus son lit : « D’un côté de son lit était une grande commode jaune en bois de citronnier et une table qui tenait à la fois de l’officine et du maître-autel, où, au-dessous d’une statuette de la Vierge et d’une bouteille de Vichy-Célestins, on trouvait des livres de messe et des ordonnances de médicaments, tout ce qu’il fallait pour suivre de son lit les offices et son régime, pour ne manquer l’heure ni de la pepsine, ni des Vêpres. De l’autre côté, son lit longeait la fenêtre, elle avait la rue sous les yeux et y lisait du matin au soir, pour se désennuyer, à la façon des princes persans, la chronique quotidienne mais immémoriale de Combray, qu’elle commentait ensuite avec Françoise. » (I, page 52). Elle ne recevait guère que la visite d’Eulalie, qui se croyait pourtant elle-même toujours malade. Elle avait pour servante la fidèle et indispensable Françoise qui « était de ces domestiques de Combray sachant la valeur de leur maître et que le moins qu’elles peuvent est de lui faire rendre entièrement ce qu’elles jugent qui lui est dû. » (III, page 15). C’est tante Léonie qui offrit à Marcel une madeleine avec du thé. À sa mort, elle fit de Marcel son héritier : il plaça ses meubles dans une maison de passe et, pour faire un cadeau à Gilberte, vendit une « grande potiche de vieux Chine » (I, page 623).

Combray, où régnait « un côté castes » (III, page 658), « où chacun était à jamais classé dans les revenus qu'on lui connaissait comme dans une caste indienne », offrit encore, comme il se devait, un curé, un médecin, le docteur Percepied, mais aussi l’ingénieur Legrandin, le musicien de génie Vinteuil, les grands aristocrates du château voisin qu’étaient Basin et Oriane de Guermantes, cet autre villégiateur parisien qu’était le grand bourgeois Swann, cette conjonction d’éminentes et fortes personnalités dans une aussi modeste localité étant hautement improbable, Marcel la soulignant justement : « Du bassin de Combray où j’étais né, assez nombreux en somme étaient les jets d’eau qui symétriquement à moi s’étaient élevés au-dessus de la même masse liquide qui les avait alimentés. » (III, page 968).
Puis Proust nous emmena à Paris, et, dans ‘’Du côté de chez Swann’’, ne manqua pas de montrer la traditionnelle opposition entre la province et la capitale. Il fut un remarquable peintre de l’hiver parisien, de ses couleurs, de ses éclairages. Au début de ‘’La prisonnière’’’, furent évoqués les « bruits de la rue » (III, page 9). L’attention se porta surtout sur le faubourg Saint-Germain, quartier du VIIe arrondissement, situé entre Saint-Germain-des-Prés et les Invalides, la Seine et Montparnasse, qui fut très à la mode au XVIIIe siècle, alors que des aristocrates et de riches banquiers y firent ériger de belles demeures dont l’agrégation fut bien montrée par l’aperçu qu’en eut Marcel quand il surveilla les allées et venues des Guermantes depuis « 
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

similaire:

De ‘’À la recherche du temps perdu’’ iconRecherche du temps perdu : la médiation ruskinienne, par Henri Lema...

De ‘’À la recherche du temps perdu’’ iconRecherche refusé par le Mercure de France et publié seulement 45...
«tout ce qui n’est pas littérature et philosophie est du temps perdu» : sa vocation, loin d’être brusque et tardive, mûrit depuis...

De ‘’À la recherche du temps perdu’’ iconDe ‘’À la recherche du temps perdu’’
«principes» de sa grand-mère et ceux de sa mère, tandis que son père avait une conduite arbitraire. Sa grand-mère, qui avait ses...

De ‘’À la recherche du temps perdu’’ iconStages de formation continue en Histoire -géographie, Académie de Dijon
«Le mythe raconte une histoire sacrée; IL relate un événement qui a eu lieu dans le temps primordial, le temps fabuleux des commencements»...

De ‘’À la recherche du temps perdu’’ iconEst d’abord l’histoire d’un homme perdu dans le désert parce que...
«toilette» de sa planète. Ne nous inquiétons-nous pas du bien-être de notre planète Terre ? Le petit prince ne pense pas avoir beaucoup...

De ‘’À la recherche du temps perdu’’ iconRecherche du temps libre Tome 1
«1894 : la naissance du sport-boules» et «1895 : la première assemblée de l’American Bowling Congress», édition Larousse, Paris,...

De ‘’À la recherche du temps perdu’’ iconLes mandalas première Partie Le paradigme perdu

De ‘’À la recherche du temps perdu’’ iconLe hard-discount français a-t-il perdu son âme?

De ‘’À la recherche du temps perdu’’ iconRecherche documentaire efficace
«La recherche documentaire ne se limite pas à l’utilisation d’outils de recherche. C’est un processus qui débute par la définition...

De ‘’À la recherche du temps perdu’’ iconRecherche Les Eléments de géométrie de Roberval
«Roberval contre Arnauld», dans Ordre et contestation au temps des classiques, Biblio 17, Papers on French Seventeenth Century Litterature,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com