La Conquete Romaine et les Gallo-Romains





télécharger 418.53 Kb.
titreLa Conquete Romaine et les Gallo-Romains
page1/6
date de publication14.10.2016
taille418.53 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6
HISTOIRE DE LA LANGUE : APPROCHE DE LA LANGUE PAR SON HISTOIRE
INTRODUCTION

La Conquete Romaine et les Gallo-Romains :
Les Romains se sont installés progressivement en Gaule. Ils interviennent dans le sud de la Gaule à la demande des colonies Grecques (Marseille, Antibes, Nice) qui sont menacées par les habitants d'origine (Celtes et Ligures). Ayant vaincu ces derniers à la fin du IIème siècle avant J-C, ils s'installent à demeure dans la bande de territoire qui longe la Méditerranée. Celà leur permet d'assurer les liaisons entre l'Italie et l'Espagne dont ils viennent d'achever la conquete.

En 58 avant J-C, Jules César intervient dans les affaires des tribus de la Gaule du Nord, de la Germanie et meme de la (Grande-) Bretagne. Il termine cette conquète en 52 avant J-C lors de la victoire d'Alésia. A partir de là la Gaule (qui comprend la rive gauche du Rhin) est intègrée dans l'Empire Romain.

Pendant le Ier et le IIème siècle aprés J-C toute la région s'enrichit et se couvre de monuments (arènes, théatres, thermes, temples, ...). La Civilisation Gallo-Romaine atteint un niveau significatif à l'image de la Civilisation Romaine elle-meme. Le Latin devient la langue prépondérante et est à la base du Francais actuel. Une nouvelle religion, le Christianisme, s'implante en Gaule.

Le milieu du IIIème siècle marque une rupture avec les premières invasions de tribus Barbares venant de l'Est de l'Europe et de l'Asie. Les Invasions Germaniques de l'année 276 et des suivantes ravagent la Gaule. En meme temps le centre de l'Empire Romain se déplace vers l'Orient et Constantinople en devient la vraie capitale.

Les Huns, qui viennent d'Asie, envahissent le Nord de l'Europe au début du Vème siècle. Au final les Wisigoths s'installent en Provence puis en Espagne et en Aquitaine, les Francs dans le Nord de la Gaule et dans l'Ouest de la Germanie, les Burgondes dans le Sud-Est de la Gaule.
Le Haut Moyen-Age s'étend des environs de l'année 500 jusqu'à l'An Mil :
Le roi Franc Clovis est initialement installé dans la Belgique actuelle. Il profite de l'affaiblissement de l'Empire Romain pour développer son royaume au Nord de la Gaule. Il se convertit alors à la religieux chrétienne ce qui lui rallie l'Eglise. Il vainc le roi Wisigoth à Poitiers. Ses fils élargissent le domaine Franc sur toute la Gaule et l'Ouest de la Germanie (Allemagne). Pendant plus de cinq siècles cet ensemble de région va avoir une Histoire commune. C'est la période des Mérovingiens puis celle de l'Empire Carolingien.
Sous le règne des Mérovingiens la civilisation Romaine régresse et la Francie perd tout lien avec l'Empire Romain d'Orient. Au milieu du VIIIème siècle, une famille de grands dignitaires, les Pippinides/Carolingiens qui sont Maires du Palais, se substitue aux Mérovingiens. Pendant quelques années la Renaissance Carolingienne renouvelle la civilisation Franque, elle reste limitée dans le temps puisque l'Empire se disloque dès le milieu du IXème siècle.

Le Traité de Verdun, en 843, marque un tournant dans l'histoire de l'Europe Occidentale. L'Empire Carolingien est découpé en trois parties: la Francie de l'Ouest, la Lotharingie (de la Hollande à l'Italie) et la Germanie.
A la fin du Xème siècle : Les Capétiens vont occuper le trone de France pendant plus de 800 ans.

Le XIème siècle, en France, est la période où la désagrégation des structures sociales est la plus forte. Les dignitaires Carolingiens accaparent les pouvoirs politiques, militaires et administratifs et constituent des Seigneuries autonomes, c'est la Société féodale dont le symbole le plus caractèristique est le Chateau-fort. Ils imposent la transmission héréditaires de leurs Seigneuries et fondent des dynasties régionales et locales qui régentent concrètement les populations. En dehors de son domaine direct le pouvoir du roi de France est devenu faible.

En 1066 le duc de Normandie Guillaume le Conquérant envahit l'Angleterrre à la tete d'une armée composée des Seigneurs et nobles de tout le Nord de la France. La victoire d'Hastings entraine la colonisation de l'Angleterre par les Normands. Beaucoup de Seigneurs Francais obtiennent ainsi une seconde Seigneurie en Angleterre.

Pendant ce temps les Capétiens s'attachent à reprendre et réagréger les pouvoirs politiques et militaires sur le Royaume de France. Il faudra quatre siècles pour réaliser trés progressivement l'unité de la France. Henri II Plantagenet batit un Empire qui s'étend de l'Ecosse aux Pyrénées.
Le Moyen-Age est un terme flou, utilisé pour désigner la période entre l’Antiquité classique et la Renaissance. Historiquement, il commence donc à la Chute de l’Empire Romain (476) jusqu’à la fin du XVème avec la Prise de Constantinople (1453) et les Grandes Découvertes (1492).

Le Moyen-Age est méprisé par les humanistes, qui le considèrent comme une époque de décadence et d’obscurantisme.
Le plus ancien texte français est le Serment de Strasbourg, datant de 842 ; il s’agit d’un accord pour le partage de l’Empire Carolingien en deux parties :

– La partie occidentale : où l’on parle ce qui deviendra le français

– La partie orientale : où l’on parle allemand
Les premiers textes littéraires écrits en français datent de la fin du XIème siècle, comme La Chanson de Roland. On peut noter l’essor de la littérature française au milieu du XIIème siècle.
Du Moyen Français au Français Moderne

Problématique : Comment les graphies ont-elles évolué ?

Que a autorité sur la langue ?


  • Introduction :

Plusieurs facteurs ont amené à une évolution progressive de la langue :

  • L'impact de l'imprimerie

  • L'évolution des pratiques de traduction

  • La volonté de diffusion des savoirs

  • La volonté de l'illustration de la langue

  • L'imitation des œuvres gréco-latines

À cela s'ajoute la royauté qui joue un rôle d'autorité suprême dès la fin du XVe siècle sur la langue français.

  • La traduction et la portée didactique :

cf : étude de texte : Roman d'Alexandre le Grand de Thomas KENT ( vers 1175 ) ( Doc 2 )

  • La prose à partir du XIIe siècle : In : Cours n°1 : U.E.1 : TD : C1 : « La mort des amants adultères » : Au XIIe siècle tout texte narratif s'écrit en vers, Au XIIe siècle la prose devient gage de sérieux et de vérité. Exemple : Chronique de la Ive croisade.
    Il existe, cependant, encore et surtout des textes en vers. Le Lancelot en prose est un des premiers romans en prose. Avec la prose apparaissent les textes allégoriques ( = se fonde sur plusieurs niveaux de sens impliquant différentes lectures ) dans le même modèle que l'exégèse biblique ( = commentaire sur la Bible ) qui était déjà une méthode de lecture/écriture latine qui est transposé en langue française d'abord aux textes religieuses puis profanes.

    • L'exemple du Roman de la rose : Le romand de la rose ( cf : Doc 3 ) est un exemple de texte allégorique. Il est écrit en deux parties. La première est de Guillaume DE LORRIS et est écrite en 1220. Il s'agit d'un récit de rêve amoureux sous forme d'allégorie qui est la quête de la rose. Elle reste cependant inachevée mais sera continuée jusqu'à son terme par Jean DE MEUNG en 1270.

DE MEUNG trahit toutefois la pensée de LORRIS. En effet, DE MEUNG appartient à une tradition savante et en continuant le Roman de la rose, il inscrit sa volonté d'établir un savoir encyclopédique des connaissances de son époque. Il le trahit un seconde fois en tenant un discours misogyne. Cf :étude de texte : Prologue du Roman de la rose.


  1. D’OU VIENT LA LANGUE FRANCAISE ?


Le latin s’implante en Gaule en -100 avant J.C. Puis, différentes formes de latin parlé vont naître. Le latin parlé en Gaule va se développer entre trois influences :

– celle du latin parlé des Romains.

– celle de la langue des Gaulois (langue celtique). Ceci est une supposition car il reste peu de traces écrites du gaulois, leur manque d’écrits s’expliquant sans doute par une interdiction religieuse.

– celle de la langue germanique apportée par les Francs. Les Francs n’ont pas cherché à imposer leur langue qui s’est plutôt assimilé à la langue locale.
Le latin :
Naissance de Rome vers les VIIIème siècle et VIIème siècle av. J.C.

Les premiers rois sont étrusques jusque 509 av. J.C.

=> La langue latine s'est enrichie de deux civilisations :

  • La civilisation grecque ( avec des emprunts dans la langue latine )

→ Disparition du grec tardivement ( puisque il le grec écrit était enseigné. Ils avaient un enseignement bilingue)

  • L'étrusque ( langue Indo-européenne qui n'a pas encore totalement été déchiffré )

→ Disparition de l'étrusque au Iième siècle av. J.C.
Les plus vieux textes latins remontent au VIème siècle : il s'agit du texte sur la pierre noire du forum ( environ -500 )

À partir du IIIème siècle av. J.C., la quantité de texte devient plus importante texte plus importante ( avec des auteurs comme PLAUTE ( IIIème av. J.C. ) et Terence ( Iième av. J.C. )
On distingue un latin écrit, d'un latin parlé.

Le latin écrit est stable et possède de nombreuses règles

Le latin parlé nous échappe en grande partie. Il es très changeant

Doit-on parler de plusieurs latin oraux ?
Le latin écrit :


  • De son origine - jusqu'au Ier siècle av. J.C. : latin archaïque

  • Ier siècle av. J.C. – IIIème ap. J.C. : latin classique – latin post-classique

  • IVème – Vème – Vième siècle ap. J.C. : latin de bas empire

→ Étude du bas latin :

Le latin classique a été un objet d'étude :

Avec la rédaction de grammaire de latin.

ex : DONAT ( grammairien du IVème siècle ap. J.C. ) ou DIOMEDE pour un public grec

Pour le VIème siècle : PRISCIEN qui a écrit une grammaire savante pour un public grec toujours.

Environ 1000 manuscrits ont été conservé. On a retrouvé aussi des traités de métrique lié au bouleversement du système vocalique. Le latin passe d'une opposition de quantité qui disparaît à une opposition de timbre ( voyelle ouverte contre voyelle fermée )

*

Au IVème siècle une grande avancé technique : la création de parchemin [ = peau d'animaux / ce qui donne une très bonne conservation mais qui coûte très cher d'où le palimpseste = réécriture des parchemins ] à la place du papyrus.

=> Création du livre avec des pages : le codex se substitue alors au rouleau ( volumen ) → modification du format facilite la lecture et donne une liberté de lecture dans le parcours du texte. Les copies d'œuvres augmentent et on commence à compiler ( encyclopédie : réunion de connaissances. Exemple : au VIIème siècle Isidore de Séville ( l'encyclopédie ). Le plagiat dans la réunion n'existe pas mais il s'agit bien d'une nouvelle œuvre. Au M-A. C'est une écriture savante : il s'agit de mettre à disposition pour diffuser en donnant une autre organisation des textes

  • Vème – XVème : latin médiéval


Le latin parlé :
Appelé aussi latin vulgaire ( < VULGUS = peuple ), il varie selon les territoires.
Nous avons quelques témoignages de cette langue vulgaire :

Des textes littéraires ( /!\ pas une source fiable ) où on peut trouver

    • Des vulgarismes, une langue familière ou des formules syntaxiques propre au langage oral.

    • Des citations d' « êtres inférieurs »

Exemple : Les comédie de PLAUTE ( IIème av. J.C. )

    • In le Satyricon de PETRONE et leurs dialogues d'esclaves ( Ier siècle ap. J.C. )

    • Des vulgarismes tardifs au Ier siècle ap. J.C. dans des textes chrétiens ( notamment pour se faire comprendre )

    • Dans des pastorales ou des prédications

→ Dans la vie de saints, les sermons en bas latin

→ la Vulgate de la Bible ( au début du Vème siècle )

«  mieux vaut être réprimander par les grammairiens que de ne pas se faire comprendre par le peuple »

    • Des vulgarismes par erreur ( méconnaissance … )

→ Dans des manuels des erreurs à ne pas commettre par exemple : in appendix probi ( IIIème -IVème siècle ap. J.C. )

    • Des épitaphes, graphitis ( à Pompéi ou à Herculanum par exemple )


On peut remarquer :

  • Une déclinaison qui se disloque et qui est remplacée par des prépositions

  • Un effacement du genre neutre

  • Les diphtongues qui disparaisse

=> Une simplification de la langue mais qui complique la lecture.
La diffusion de la langue latine :
-500 à -250 : elle impose sa langue et sa civilisation sur toute l'Italie et ses îles

- 250 à 0 : la conquête d'un immense empire :

  • Guerres puniques

  • Conquête de la Grèce

  • Espagne

- 118 : Fondation de la ville de Narbonne ( capitale de la Gaule Narbonnaise )

  • Afrique du nord

  • Asie mineure

  • Gaule

  • Syrie

  • Allemagne

  • Roumanie

=> Un vaste ensemble latinophone se crée. Que ce soit un latin de langue seconde ou de langue maternelle, il est pour tous imposé comme langue officielle*

*Langue officielle : administration – droit / commerce



Un processus de latinisation variant selon les régions :

Une latinisation durable dans la partie occidentale et la Roumanie ( appelé la Dacie )
Tandis que dans la partie orientale il y avait plus de résistance :

  • En Grèce

→ lié à la supériorité de la langue grecque.

  • Les autres colonie

→ lié à leur re-colonisation rapides, menant donc à un nouveau changement de langue.
La force des romains réside dans le fait qu'ils n'imposent pas leur langue par la violence, mais par la persuasion. Ils proposent aux élites la citoyenneté romaine à condition d'apprendre le latin. L'élite accepte facilement par opportunisme et par désir d'élévation sociale. À cela s'ajoute plusieurs autres critère qui amène une imposition quasi naturelle du latin :

  • L'usage quasi absent de l'écrit des langues pré-existentes :

Comme : Le celte ou l'ibère

→ Entraine un effacement de ces langues

  • L'écrit du latin prend une place plus importante

  • L'internationalité de la langue

  • Le latin est perçu comme une langue prestigieuse ( une réelle admiration pour la culture et la langue latine )

  • Apparition du christianisme


Avant l'an 600 la langue latine parlée dans la Romania ressemble encore au latin malgré les différentes naissance de nouvelles langues. C'est la présence d'autres langues non indo-européennes comme l'Ibère ou le Ligure qui le modifie progressivement. Le latin parlé en contact avec divers influences territoriales est un facteur de diversification. Or l'affaiblissement politique de l'empire romain au IIIème siècle après J.C. Amène diversification croissante des langues parlés due à ces contacts :

  • Les invasions barbares qui sont aussi d'important mouvement de population.

    • IIIème siècle après. J.C. la menace barbare devient de plus en plus forte

  • 285 : fragmentation de l'empire ( par l'empereur Dioclétien ) d'abord en deux parties puis en quatre :

      • Préfecture de Grèce

      • Préfecture d'Orient

      • Préfecture d'Italie

      • Préfecture des Gaules

=> permet alors l'augmentation de la diversification linguistique par la décentralisation politique.

  • En même temps christianisation

    • Empereur Constantin : 1er Empereur chrétien :

      • 313 : Il accorde la liberté du culte chrétiens

      • 330 : Il déplace la capitale à Constantinople/Byzance

= déplacement politique : de Rome à Constantinople
La politique linguistique de l'Église entraine la division en deux formes du latin

→ Le latin soutenu des textes savants

→ Le latin simplifié pour des œuvres destinés à un grand public. Il doit cependant rester compréhensible pour tous ( ne doit pas être une nouvelle langue )
Au Vème siècle ap. JC. Les grandes invasions entrainent la fin du Saint Empire et de l'Empire d'Occident. Mais ce n'est pas la fin de la Romania car le latin perdure. En effet le prestige du latin continuera à unir notamment avec Charlemagne qui fait du latin la langue de la chancellerie du Saint Empire Germanique. )
L'adoption du latin par les gaulois précisément :

Vers – 600 les grecs s'installent dans le sud de la France. Ce sont principalement des colonies commerciales qui n'entrainent pas d'influence de la langue grecque. Des mots grecs entrent dans la langue française seulement au XVème siècle.

Au IIème siècle av. J.C. Les grecs sont menacés par les celtes, ils appellent les romains à l'aide. Par la suite les romains colonisent la région de Narbonne ( - 118 : fondation de la ville de Narbonne ).

Colonisation de la Gaule par les romains :

      • -118 Province narbonnaise ( sud )

      • - 59 / -51 : conquête de la Gaule par César

César insiste sur le fait que les gaulois parlaient une multitude de langues ( in la guerre des Gaules )

Mots d'origine gauloise :
cf : page 5 :

  • mots à usage courant :

agriculture, animaux, brasserie, nom de ville / lieu / citadelle gauloise. ( vie rurale : population rurale )

  • L'unité de longueur gauloise : lieue ( 2222m ) [ survivance jusqu'à la révolution ]

  • La numérotation à base de 20

De plus le latin parlé en Gaule est une langue qui emploie des mots expressifs métaphoriques comme par exemple : TESTA ( vase de terre cuite ) se substitut à CAPUT.


Jusqu'au IIIème siècle ap. JC – IVème, c'est la survivance du gaulois dans certaine région mais on entre dans une phase de bilinguisme.

D'abord le latin est influencé par la langue gauloise, et donne le gallo-roman ( /!\ pas le gallo romain qui est la civilisation ). Cette adoption du latin est lié aux :

  • Écoles

  • À l'accès à la citoyenneté romaine

  • À l'implantation de l'administration romaine

  • À la justice

  • Au contact avec l'armée et les autres contacts après la colonisation

  • L'écriture de la langue latine

  • Essor du christianisme – évangélisation

→ au IVème ap JC : 34 évêques déjà

+ construction d'abbaye.
La propagation du latin se poursuit avec l'Église car la puissance romaine s'affaiblit. L'Église perdure la puissance romaine en reprenant leur système administratif.
Le gallo-roman est la langue en Gaule, avec un effacement du gaulois progressif, qui est parlé ( du IIIème -IVème siècle ap. J.C. ) jusqu'au IXème siècle après J.C. ( avec les serment de Strasbourg comme acte de naissance de la nouvelle langue. ) Tandis que la civilisation gallo-romaine demeure jusqu'à la fin du Vème siècle ap. JC. - début VIème avec l'invasion des francs.
La fin du IIIème siècle est marquée du début des invasions mais elles connaissent leur apogée au Vème siècle où la Gaule sera partagée jusqu'à la victoire des Francs. Le contact des langues se prolongent donc.

Les rois en France :

  • Clovis et ses descendants ( Langue Maternelle : germanique )

  • Charlemagne et les carolingiens ( LM : germanique )

  • Hugues Capter ( Premier roi de langue romane en France )

→ 987 : preuve de son recours à des traducteurs du germain vers le français.

Ces rois n'imposent pas leur langue germanique.

Les peuples germaniques :
cf : p 4 & 5 :

  • Les Wisigoths ( originaires de Scandinavie, ils prennent Rome vers 410 après J.C. D'où sera signé un pacte leur attribuant le Sud de la Gaule )

  • Les Burgondes ( Ils gagnent l'est ( Sud-Est ) de la Gaule par des accords avec les romains )

  • Les Alamants ( conquièrent l'Alsace )

  • Les Francs ( Clovis ) qui conquièrent le Nord de la Gaule

: À la première moitié du Vème siècle leur territoire s'étend jusqu'à la somme

: À la deuxième moitié jusqu'à la Loire

→ langue francique
Les Francs :
Les Carolingiens :
Ils font du nord de la Gaule le noyau de leur pouvoir. Leurs succès militaires, leur alliance avec les Burgondes ( par des mariages ), et le soutient de l'Église ( baptême de Clovis en 496 )leur permet de conquérir une bonne partie de la Gaule.

→ Conversion politique ?

Non, il avait un véritable attrait à la foi chrétienne et de la langue latine.

Après la mort de Clovis, son fils finira de conquérir la Gaule.

Au VIème siècle, les descendant de Clovis ont un pouvoir moins fort, qui s'effrite et donne naissance à des guerres nombreuses. L'affaiblissement du pouvoir politique a pour conséquence la diversification des langues parlées.

Entre le VIIème et VIIIème siècle l'enseignement se dégrade. On frôle la quasi disparition de la langue latine. Le latin correct écrit est perdu. Il est compris jusque environ 750ap. JC. par les langues d'oïl mais il n'est plus parlé depuis 600.

Avec la dynastie carolingienne, qui succède à la dynastie mérovingienne, on entre dans une renaissance dite « carolingienne ». Cependant il reste de langue maternelle germanique.
Langue d'oc et lange d'oïl :
Il y a une grande démarcation de langue entre le nord et le sud de la Gaule. Ce sont deux domaines distincts :

  • Le francique modifie le latin parlé du nord de la Gaule

  • Au sud, au contraire, le latin est plutôt conservé : Les germains se sont moins implantés que dans le nord

→ Les Wisigoth étaient alliés des romains et gardent la même structure sociale et la même langue. De plus ils ne s'intègrent pas à cause de leur différente religion ( pas de mariage )

Les Francs s'implantent d'avantage.
Il existe des domaines intermédiaires où on voit apparaître un dialecte avec un mélange de langue d'oïl et langue d'oc. Cette double influence entraine la formation d'un dialecte franco-provencial ( parlé notamment à Lyon, Grenoble, ou Genève …)

La langue écrite d'oc est la langue des troubadours et des auteurs romans. Elle devient une langue de culture/littérature. ils appellent leur langue : limousin / limousi , mondin.
Tardivement la langue d'oïl s'impose dans le sud de la France.
La langue d'oïl était une langue écrite, elle était l'une des langues officielles puis elle s'impose accompagné d'un processus d'abandon assez long et de phases de bilinguisme / trilinguisme ( avec le latin écrit )

Un processus long lié à plusieurs facteurs :

  • Un manque de moyen

  • La stabilité du latin, langue officielle du Saint Empire germanique

  • Le latin comme langue de prestige ( du point de vu politique )

  • La langue politique et religieuse

→ soutient de l'Église puissance temporelle ( moins que spirituelle )

ÉGHINARD ( premier biographe de Charlemagne ) montre que le roi était très attaché à sa langue germanique. Il aurait écrit des grammaires du germain et traduit des poème.
Mots d'origine germanique :
cf : page 6 : Ils ont été introduit avant le Vème siècle : ( du aux contacts )

  • Vocabulaire lité au système féodal ( car absence de ce vocabulaire en Gaule )

  • Les mots : Franc, français...

→ Le terme « français » est introduit au latin à la fin du VIème et signifie premièrement : libre de condition sociale. Dans le sens différent d'esclave. Il a une connotation de noblesse. Le mot : « Francia » désigne des réalités différentes a fils des siècle :

      • Au VIème siècle, il signifie : le pays d'origine des Francs

      • Au VIIIème siècle : le terme « Francia » remplace le terme « Gallia »

      • Au IXème siècle ( L'époque carolingienne ) il désigne la totalité de l'empire de Charlemagne

Le germain a également influencé la prononciation. Cette influence explique les différences entre le français, et l'italien-espagnols : Deux types de diphtongaison :

  • diphtongue romane ( présente dans Fr. Esp. Et Italie )

  • diphtongue française au VIème siècle

→ La langue allemande ayant de forts accents d'intensités et la prononciation à l'allemande à entrainer des allongements de voyelle ( accent ) et par la suite la diphtongaison.

Il a aussi fait apparaître le « h » aspiré et des noms de villes. À cela s'ajoute le substantif adjoint, qui succède au substantif à l'allemande, d'où la différence Nord - Sud :

Exemple : Vieille Chapelle

Ville franche

= Dans le nord

Ville Franche

Ville neuve

= Dans le sud.


serment de strasbourgs : 3 francia – francia orientale / germaniques

  • francia occidentale charles le chauve

  • franci intermédiaire.

  • Puis : désigne seulement la parite occidentale : fin X : territoire controlé par les capétiens → donne leur nom au peuple vaincu.


influence normande : maritime

invasion de l'Angleterre avec exportation de fr fin XI sud de l'italie et sicile = mise en contact

et littérature

Les Mérovingiens :
768-814 : Charlemagne était un grand roi conquérant qui souhaite prendre la succession des empereurs romains.

En 773 la Lombardie menace l'Église qui appelle Charlemagne pour la défendre. En 774 il devient protecteur de l'Église ( pouvoir temporel et spirituel ) à la place de l'empereur de Byzance.

Plusieurs guerres éclatent alors :

  • Contre les saxons

  • Le nord de l'Espagne ( chanson de Roland )

  • Contre les sarazins

Charlemagne a alors une grande partie du territoire et est couronné en 800 à Rome. Le spirituel se subordonne au temporel. L'état s'appuie sur l'administration de l'Église. Il impose le latin qui unifie ce grand espace

La Renaissance carolingienne est un renouveau dans les études scientifiques, impulsé par Charlemagne. Il désire restaurer la langue latine classique pour l'imposer comme langue impériale.

Le latin classique sera notamment restauré par ALCUIN ( anglais ) et EGINHART ( allemand ). Plusieurs écoles voient alors le jour :

  • École du palais ( à Aix-la-chapelle ) pour les élites

  • Écoles dans les diocèse ( ou dans les monastères; fait par des évêques, )

exemple : L'abbaye de saint Martin de tours ( dirigée par ALCUIN )

→ On y forme les jeunes clercs

  • École pour un public plus large mais qui n'a jamais vu le jour.

=> C'est un enseignement destiné principalement à des clercs, et une minorité d'aristocrates ( sauf exception délégué au clercs ) Le but est de diffuser le savoir.

=> L'Église prend alors le monopole et s'affranchit des carolingiens.
La renaissance carolingienne est donc un désintérêt de la langue romane, où la langue latine est considérée politiquement, administrativement et qualifié de prestigieuse. Tandis que les rois ne perdent toujours pas leur intérêt à leur langue maternelle. Il ne trouve donc pas d'intérêt de mettre à l'écrit la langue romane puisque la langue germanique s'écrit déjà depuis la fin du VIIIème siècle.

Exemple : Les conseillés du roi étaient presque tous de langue maternelle germanique.

Cependant il n'y aura pas de conséquence directe sur la langue romane.
Louis le Pieu : fils de Charlemagne :
Il privilège le latin encore plus que Charlemagne. Il aurait d'ailleurs brulé les textes germaniques écrit par son père. Seul le latin correct est mis à l'écrit. La conséquence indirecte de la primauté de la langue latin est la reconnaissance grandissante de la spécificité des langues de Gaule. Elles commencent à être distinguer du latin et à être considérées comme langues à part entière.

Notamment grâce aux clers. Ils sont de langue maternelle romane, et leur point de vu ne peut qu'être différent que celui de l'élite germanique : le mépris de leur langue maternelle n'est pas fort.

Ils se rendent compte que la langue romane n'est pas codifiée ni fixée. Les clercs sont à l'origine des premières mises par écrit de la langue romane. Les raisons en sont méconnues.

La première mise à l'écrit d'une langue est d'une importance capitale.
Remarque : Importance de la mise à l'écrit :

Cf : La naissance du français ( B. CERQUIGLINI )

  • Promotion de la langue : le prestige de l'écrit permet de rivaliser avec le latin.

  • Questionnement sur la langue : Comment écrire ? Quelle graphie ? Quelle prononciation ? Quelles règles ?

  • Donner une nouvelle forme qui se veut stable.

Avant le IXème siècle l'évolution phonétique de la langue était constante mais avec sa mise à l'écrit et diminue fortement.

On opposait le français comme langue maternelle de la langue paternelle, le latin.

-> langue d'autorité ecclésiastique et du savoir.

Y a-t-il une volonté de transformer la langue maternelle en langue paternelle ?

→ Idée de concurrence entre ces deux langues jusqu'au XVIème siècle.
Elles permettent la promotion de la langue. Même si il n'y avait pas forcément la volonté de la promouvoir, mais c'était surtout pour un impératif religieux / pastoral, celle de propager la foi chrétienne.

Au IXème siècle les prêtres prêchent en langue rustique ( qui n'est plus le latin simplifié ) car ils réalisent la perte de compréhension du latin simplifié. Le Français est la première langue romane écrite et perçue différente du latin.

→ le concile de Tours en 813, les évêques recommandent de prêcher en langue rustique. Il y a donc une nécessite de traduire.

/!\ Traduire < lat. TRANSFERE qui a une connotation : à l'écrit.

Y avait-il tout de même une traduction orale ? Ou était-ce une simple mise à l'écrit en langue romane ?

Le Rusticam romanum linguam est l'acte de naissance du français, c'est sa première reconnaissance officielle.
Premières traces écrites conservées :
On retrouve le français surtout dans les gloses :

On y fait état de l'évolution du latin en anticipant la naissance des mots français.

Rappel : Gallia – Francia.

Cf : 12 :

La première vision du mot Francia est dans la glose de REICHENAU.

Dans la glose de CASSEL est anticipée la langue allemande

Cf : page 8 :

Sermon sur Jonas : texte/note sur le sermon de Jonas : ils sont en latin ET en roman.
Invention écriture caroline :
À la fin du VIIIème siècle, l'écriture caroline est crée à l'école d'ALCUIN. Il s'agit d'une écriture en minuscule qui se veut simple, lisible, clair et régulière. Avant cette écriture, il existait des multitudes d'écriture mais difficilement compréhensible elles étaient cursives.

En restaurent le latin classique pour but d'unifier l'Empire, l'écriture caroline sert à faciliter la compréhension écrite par une unification de sa forme.
Au M-A. Cette écriture disparaît au profit des écritures gothique qui sont brisées, plus ou moins calligraphiée et donc plus ou moins facile à lire. Le retour à l'écriture caroline se fera vers le XVème et XVIIème siècle avec l'essor de l'imprimerie.

=> Cette écriture révèle la politique linguistique d'unification par la langue latin ( retour du latin classique parlé et écrit ) et par une même forme d'écriture pour tout l'empire.
Serment de Strasbourg ( 842 ) :
L'Empire survit car Louis le Pieu ( 816 – 840 ) est le seul survivant des enfants de Charlemagne. En 817 il voulait léguer l'empire à un seul de ses enfants, il promulgue donc de sa succession à Lothaire, son fils ainé l'héritage de l'empire. Mais il a d'autres enfants : Louis le germanique et Charles le chauve. => Les trahisons, et manigances de Lothaire ( tentative d'assassinat de son père ) le fera déshériter et Louis 1er décide finalement de partager l'empire.

Louis le pieu meurt en 840. Lothaire revendique alors l'empire. Entre temps L'Église a repris son pouvoir sous Louis 1er ( faiblesse du roi )

=> En 841 les trois frères entrent en guerre à Fontenoy où Lothaire sera vaincu. L'Église interprète la victoire de Charles et Louis comme manifestation de la providence pour les deux vainqueurs et préconise donc le partage de l'Empire.

842 : Serment de Straszbourg

843 : signe le traité de Verdun : créant trois royaumes, trois Frances

  • L'occidentale : Charles le Chauve

  • L'orientale : Louis le germanique

  • L'intermédiaire : Lothaire ( Lotharingie )

Le point important est le critère du partage politique. C'est un critère d'ordre linguistique pour Charles et Louis ( Charles : zone de langue romane / Louis : zone de langue germanique ) La langue devient alors fondement de royaumes. Les langes vernaculaire sont donc mises très en avant dès 842 et ne repose plus sur la langue d'unité qu'est le latin ( c'était devenu le symbole de l'Empire ).

Charles et Louis se jurent aide et protection lors de la fondation des deux royaumes. C'est l'attestation la plus ancienne du français mais pas la première.

Cf : Traduction de NITHARD :

Il faut attendre le XIIIème siècle pour avoir de nouveau texte en langue romane.
Serment inscrit dans un dialect ? Ou langue plus ou moins uniforme ?

→ Impossibilité de savoir : plusieurs théorie
Bernard CERQUIGLINI in la naissance du français :

→ Le Français écrit est un mélangede plusieurs dialectes :
1° thèse : La langue écrite est au-dessus des langues parlée et unifiante. L'acte d'écriture décontextualise la langue.

→ supra-dialectale et commune = composée / inventée au dessus des dialectes.

Mais : pas de certitude dans l'existence de dialectes.

Exemple : Les écrits comme ceux de Chrétiens de Troyes ne représentent pas de couleur dialectale franche

Autre thèses : au IXème siècle il n'y aurait pas de dialecte.
=> Résumé : soit la langue écrite est au dessus des dialectes – soit elle est né avant les dialectes.

L'Ancien Français ( A.F. ) et les dialectes :
L'A.F. Est la langue écrite du Xème jusqu'au XIIIème siècle. Le Moyen français la succède. L'A.F. Reste pendant environ 4 siècles. On le retrouve dans différents types de textes, principalement littéraire et quelques uns politiques. L'A.F. Est parlé dans la moitié nord de la France ( langue d'oïl ) L'ancien Wallon et l'anglo-normand restent deux types spécifiques du français. Les dialectes dans la moitié sud se renforcent et donneront par exemple l'occitan.
D'où vient l'A.F. ?

Est-ce le reflet d'un terroir, d'un milieu social/politique ou une langue construite ?
Elle se différencie de la langue écrite. Dans les textes du XIIème – XIIIème siècle : l'A.F. ( terme moderne ) viendrait du francien, un parlé de l'île de France

thèse 1 : Suprématie de la ville de paris et de sa région à l'époque ( IXème – XIIIème siècle )

MAIS : Aucun témoignage de l'existence d'un Français de l'île de France avant le XIIIème siècle.

L'existence du francien est postulé sans avoir de trait distinctif avec les autres dialectes.

=> On appelle de nos jours le francien : français commun. Il n'est donc plus pacé comme dialecte parmi les dialectes. Des dialectes ont été répertoriés mais pas le francien.

thèse 2 : Dialecte peu marqué et donc qui n'est pas difficile de comprendre.

thèse 3 : Position centrale

thèse 4 : Origine géographique des rois capétiens et de la basilique Saint Denis qui fait de l'île de France le centre religieux de la monarchie française.

MAIS : La monarchie Capétienne s'installe définitivement à Paris qu'au XIème siècle et l'A.F. existe déjà depuis longtemps. Des textes conservés ( tous littéraire ) aucun n'est écrit pour la royauté française. Les rois capétiens n'encouragent pas l'écriture en français. Mais d'autres mécènes existent.

À la naissance des universités et des écoles au XIIIème siècle le poids culturel de Paris ne cesse de se renforcer. Les étudiants après leurs études universitaires prennent part à l'administration royale et de l' Église.
Témoignage des dialectes présents en France :
Jean de MEUN(G) : un des auteurs du roman de la rose ( 1270 ) [ Le premier auteur était Guillaume de LORRIS : 1220 – 1230 ]. MEUN a fait des traduction de textes savants et des testaments ( qui était à la mode ). Il était originaire de la région de la Loire près de pari. Il fait référence à l'université de Paris et a la même langue que dans les autres textes des autres auteurs. Cependant il s'excuse de ne pas parler la langue de Paris. Il dit être lié à sa langue maternelle, celle de Meung ( qu'il qualifie d'animal, bestiale... ) [ certaine humiliation des provençaux )

Témoignage de Conon de BETHUNE : ( trouvère ). Vers l'an 1152 il appartient à la court royale. Les «  français » ( ceux de la court ) se sont moqués du parlé de Conon et de ses chansons. La reine l'aurait même corrigé.
=> Des témoignages de l'existence des dialectes existent à partir du XIIIème siècle montrant un certains lien entre l'origine des locuteurs et leur dialecte. La langue parlée et écrite en île de France est considérée plus élégante car elle est liée à l'élite royale. Le statut social influence le niveau de langue. Mais avant le XIIIème siècle nous n'avons pas de certitude de l'existence de dialectes.
Les grands mécènes de l'époque :


  • Henry II de Plantagenêt ( roi d'Angleterre, d'Aquitaine, d'Anjou, de la Touraine et la Normandie ).

  • Le comte de Champagne et la comtesse de Champagne ( fille d'Aliénor d'Aquitaine )

→ surtout écriture latine ( Henri le libéral ) / → langue romane

  • L'autre fille d'Aliénor d'Aquitaine : Alix

  • Le comte de Flandre et les grands seigneur du nord de la France.

=> Il y a donc une certaine autonomie par rapport à la court royale.

Le français d'Angleterre : ou anglo-normand
L'anglo-normand est parlé en Angleterre ( de nos jours il est appelé le Français d'Angleterre ) / ! \ on ne connait que ce qui concerne l'écrit, car il est impossible de reconstituer l'oral de manière certaine.

C'est le français utilisé à l'écrit par l'aristocratie anglaise pendant plus de 3 siècles au moins. Les rois d'Angleterre utilisaient le français comme langue politique jusqu'au XVème siècle.
L'Angleterre a été conquise par les ducs de Normandie ( d'anciens vikings qui ont abandonné leur langue pour le français, par conséquent en en conquérant l'Angleterre, ils amènent l'ancien-français ). L'Angleterre a des liens étroit avec la France, bien qu'à partir du XIIIème siècle il y a beaucoup moins d'échanges ils gardent le français.

Nous sommes sûrs qu'elle a été écrite pour la royauté et l'aristocratie anglaise. Elle est choisie par la monarchie pour la culture et les textes politiques mais dans une moindre mesure. De Henri de Plantagenêt jusqu'à Richard II.

L'aristocratie anglaise, qui venait de France, prend la place de l'aristocratie des saxons. Ils continuent à pratiquer leur langue. À partit du XIIIème siècle le français n'est plus leur langue maternelle mais ils la conservent car elle est nécessaire pour la politique et la justice / administration = nécessité sociale.

=> ils sont donc généralement trilingue : anglais, français et latin

Exemple : Marie de France

Au M-A. : la guerre de cent ans ( XIV-XVIème siècle ) et le changement de dynastie leur fait abandonner les français et se rapproprier la langue anglaise.

La population ne maitrisait pas le français ( avec doute cependant )

=> L'anglais s'est profondément transformé au contact du français. Avant la conquête on parlait le vieux saxon, que le français a influencé surtout lexicalement.

: C'est donc une langue de culture, de littérature, la langue de l'aristocratie et de la royauté.

Henri de P. avait un intérêt pour historiographie ( les duc de Normandie ) et pour la littérature en français. Il est commanditaire du roman de Brut ( la chronique des rois anglais ) qui donnera la matière au cycle arthurien. C'est un texte à des fins politiques.
Autres textes réalisés en Angleterre :


  • Mary de France,

  • Roman de Brut,

  • Tristan et Iseult,

  • Le premier roman de Chrétiens de Troyes

  • La chanson de Roland, le seul exemplaire conservé est anglo-normand ( il loue les capétiens / carolingiens... )


Le Moyen-Âge :
L' Approche externe ( approche historique ) s'oppose à l'approche interne ( phonétique, grammaire... )
Antiquité classique > Moyen-âge > Renaissance
Le Moyen-Âge ou les Moyens-Âges ? :

Délimitation du M-A. Et de la Renaissance :
Vème siècle après Jésus Christ – XVème siècle ap. J.C.

→ 1476 : Chute de Byzance / Constantinople – fin del'empire romain d'orient

→ Naissance de l'imprimerie : la naissance de l'imprimerie a un impact important dans la langue fr. aussi bien dans son orthographe, ses caractères que dans sa grammaire.


Le terme de Moyen-âge est moderne, il apparait ultérieurement. Il s'agit d'un âge intermédiaire considéré comme inutile, méprisable, voire inintéressant. Elle est Perçue comme époque décadente et d'obscurantisme.

Pourquoi ?

C'est la représentation véhiculée par les humanistes mais ce point de vue est différent de celui des hommes du M-A. Cette représentation humaniste ne rend pas compte de la portée du M.A.
L'Humanisme ne connait ses débuts qu'au XIVème siècle. Le terme de « Renaissance » est également remis en cause. L'époque du XIIème siècle ap. JC est aussi considérée comme une « renaissance » à cause de la redécouverte de textes antiques. Ainsi on a déjà la connaissance de textes antiques au M-A.
=> Le Moyen-Âge est une époque très longue et très diverse, ce serait réduire considérablement cette époque que d'utiliser le terme de Moyen-Âge.
Rivalité Français-latin :
La littérature latine du M-A. Est très florissante jusqu'à la fin du XIIIème siècle.

Littérature médio-latine ?
Le XIIème est un grand siècle d'essai de la langue française.
Le latin s'implante en Gaule au Ier siècle av. JC puis il évolue longtemps pour donner naissance à la naissance de la langue française.
Deux grandes influences du latin:

  • Gaulois ( langue ) < celtique ( mais pas de trace écrite ) → interdit de l'écriture par la religion ( druide )

  • Les langues germaniques ( les Francs ) mais ils n'imposent pas leur langue. Ils s'approprient la langue latine mais apporte tout de même une influence de la langue germanique.

  • Les Vikings apportent une petite influence


Cf : tableau.
Évolution du latin parlé ET écrit en Gaule. L'évolution du latin écrit est causé par plusieurs influence :

  • Religieux : l'église impose le latin comme langue du culte / sacré

  • politique : renaissance carolingienne ( Charlemagne )


Le pouvoir politique a toujours eu une grande influence :

  • Système féodale : Il n'y a plus d'autorisé politique forte mais une série de principauté et de seigneurie qui repose sur le système hiérarchique très fort du aux subordinations entre vassaux et suzerains → jusque fin XIIème siècle.


À partir du XIIème siècle les Capétiens sont au pouvoir depuis fin Xème ) ils affinent leur pouvoir royal auprès des seigneurs avec la tentative d'uniformation de la langue écrite différente des langues parlés.

Les XIIIème et XIVème siècle ils imposent l'usage du français parlé et écrit

1539 : L'ordonnance de Villers Cottêrets impose le français dans l'administration.

XVII ème siècle : «  temps de bon usage » : la langue classique est codifié avec des règles sous le pouvoir royal ( louis XIV ); La langue est contrôlé par le pouvoir royal ( création de l'académie française ).

XIXème siècle : Temps de l'école : Uniformasition de la langue parlée et de la langue écrite pour mettre fin au patois – dialecte au nom de la république ( uni et indivisible )

XXème siècle : Temps des médias : rôle uniformisatrice : la technologie peut avoir un rôle décisif comme au M.A. : les différentes techniques d'écriture et de conception du livre ainsi que l'mprimerie.


Traduction au Vème siècle par Saint Jérôme de la Bible en latin simplifié.

=> interdiction de la bible en langue française par l'Église :

  • pour que les fidèles ne se questionnent pas sur les textes

  • mais la traduction est risque de source d'hérésie, déformation ( = raison officielle ) → malediction dans la traduction

Autorisation accordé au XVIIème siècle avec la contre réforme .

XVIème siècle : la question de traduction de texte sacré est posée par les réformés.

L'autorité de l'Église étant très forte au M-A. Elle avait un poids sur la langue.

Le latin reste la langue des sciences au M-A. :
Comme l'atteste la présence de textes scientifiques en français mais pour vulgarisation afin d'atteindre un plus grand public.

Exemple : Discours de la méthode XVIIème siècle DESCARTES en français puis traduit en latin

C'est le premier domaine ou le français se développe au M.A. C'est dans la littérature et non pas les littéraires qu'à partir du XIème siècle le français se développe dans la littérature au sens large du terme ( comme texte didactique ). Elle a imposé l'usage du français.
Historique des interrogations sur l'origine du Français :
Clerc < les lettres = désinence des clercs : lettré - lettre < latin

Les illettrés sont ceux qui ne connaissent pas le latin.
Roman = la langue française ou texte écrit en langue française par distinction au latin-Français

< romanice < romanus = langue vernaculaire.

Au M-A. On s'interroge rarement sur l'origine de la langue

Au XIIIème siècle : les auteurs insistent sur les différences notamment dans la difficulté de traduction latin → fr.

Le lien fr-latin reste assez limité. Le fr. n'est pas un objet d'étude. La grammaire ou la rhétorique ne concernaient que le latin.

La langue originelle ( hébreux ) repose sur le mythe de la tour de Babel = châtiment divin et donne une image négative des langues vernaculaires.

Les réflexions sur les langues diffèrent d'un pays à l'autre :

DANTE ( XIII-XIVème siècle ) mène une réflexion sur origine du latin et le fr. pour rendre illustre la langue italienne au même point que le latin ( illustrer )

La stabilité du latin est très enviée.

Le premier texte italien : XIIIème siècle car l'italien est plus proche du latin. Il faudra plus de temps à l'italien pour se dissocier du latin.

=> multiplicité des langues italiennes → Le toscan s'établit dans toute l'Italie par DANTE qui veut la fixer et la rendre stable.

In : De l'éloquence du vulgaire ( langue vulgaire < vulgus = peuple )

il constate que le latin a évolué et a formé trois langues romanes :

  • Langue d'Oc→ Sud F.

  • Langue d'Oïl – Nord F.

  • Langue de si – Italiennes: mais il ne s'intéresse qu'à la langue italienne en évoquant langue fr.


Pendant la Renaissance : la préoccupation est plus importante pour la langue fr.

→ réflexion approfondie grâce à la raison :

  • philosophie

  • philologie

  • politique

Un gout pour l'analogie se met en place : correspondance des choses variées et repère des liens entre des langues très différentes ( géographiquement exemples : Persan, hébreu, latin... )

La connaissance des langues est marquée par la réappropriation de la langue grecque et des textes grecques au XVIème siècle

Le Fr. devient sujet d'étude au XVIème siècle avec les premières grammaire en 1550 et le premier dictionnaire du fr. → latin-fr/fr-latin.

La mise en relation favorise la distinction des liens.
« Une langue orpheline » : réflexion sur l'origine du fr. par Etienne PASQUIER, humaniste : Recherche scientifique de la notion française pendant un contexte de guerre de religion.
FAUCHET Claude : de l'originie de la langue et de la poésie fr.

La Conscience de la valeurs du fr.

→ villers-coterêts

→ RONSARD pour le progrès du français

Ces recherchent entrainent un étonnement sur les origine médiévales du fr.

=> ils ont conscience d'un brusque mutation de la langue et de son usage. Et ils s'étonnent qu'elle ne soit pas déjà normée et qu'il y ait de l'instabilité dans les graphies. L'imprimerie uniforme l'écriture.
Il faudra attendre la renaissance pour rendre la langue plus belle / polir pour un idéal de court.

La langue médiévale est la même langue qu'au XVIème siècle. Cette continuité dont les humanistes sont conscients ne les satisfait pas, ils veulent trouver un prestige de la langue hors du M-A.
Origine du fr., hypothèse de la Renaissance :
Pluralité des hypothèses :

  • mythes : - viendrait de l'hébreux ( langue originelle et sacrée )

  • viendrait du grec ( supériorité grec pour certains, redécouverte il y a peu )

  • en accord d'un mythe d'origine de la nation française qui la fait descendre des Troyens en sachant que les grecs établirent des colonies comme Marseille.

  • hypothèse celte/gauloise

  • Pour faire disparaître le latin des origines du fr ( conflit : Italie-Fr. Et le Saint Empire germanique qui se disent descendant des empereurs romains )

  • hypothèse que fr. descend du latin ( accréditer par les premiers dictionnaires ( 1531-1539)

→ accélère la prise de conscience sur l'étymologie des mots

  • Réfère au latin classique. Ils se rendent compte des décalages du latin classique – fr.

→ leurs explications :

1° : Fr = latin classique déformé / corrompu par l'influence germanique

2° : corrompu par l'influence celtique*

= substrat * → langue parlé qui a du disparaitre, s'effaçait mais qui laisse des traces

3° : du aux substrats germanique et celte
Aux XVII & XVIIIème siècle c'est l'imposition que le fr < latin parlé / vulgus en Gaule qui s'est séparé du latin classique.

Cependant cette théorie a des difficultés à s'imposer car il est difficile d'admettre que le fr vient d'un latin parlé plein de fautes et « corrompu » ce qui suscite polémique = en 1740 -1750

BONAMY cherche alors à prouver de manière lexicale que le fr < lat parlé pour expliquer les origines du fr en exploitant les serments de Strasbourg.
Conception du latin parlé :
Ils tentent une reconstruction du latin parlé = phonétique historique ( hypothétique )

au XIXème siècle la grammaire comparée des langues est née :

La langue est réduite à un système de son. Avec les étymons latins classique / latin parlé on essaye de reconstituer les lois d'évolutions des langues.
Réflexion sur les familles des langues :
Dès la fin XVIIIème siècle – début XIXème siècle : formation du groupe indo-européenne liée aux grandes découvertes de langues nouvelles suscitant un intérêt pour la langue Indo-greco-latine et germanique ainsi que persane.

Au XVIIIème siècle c'est la découverte de la langue du sanscrit ( langue sacré )

BOPP : chercheur allemand qui travaille sur les ressemblances des langues d'Inde & d'Europe < apparition du groupe indo-européen, terme inventé en 1818 par Franz BOPP en se basant sur les ressemblances essentiellement phonétiques.

Ce n'est cependant qu'une hypothèse puisqu'il n'y a pas de trace écrite.

L'indo-européen serait une langue de 3000 av .JC – 6000 av. JC.

La reconstruction de l'indo-européen est plus hypothétique encore.

Diverses langues indo-européennes ?

Le déplacement de population aurait permis la diffusion des langues.

Les indo-européens étaient un peuple dont nos connaissances sont lacunaires. La question des origines des indo-européen et controversé par les historiens. Nous supposons que vers 6000 – 3000 av. JC l'Europe est colonisée par une population d'agriculture sédentaire du proche-orient. C'est la colonisation néolithique de l'Europe. Une société matriarcale.

Tandis que vers 4000- 3000 av. JC. De nouvelles populations guerrières ce serait installées en Europe ( Steppes du Sud de la Russie ) qui éliminent la société matriarcale et la remplace par une patriarcale et guerrière ( les « kurgas » ) [ tombeau des guerriers – preuve archéologique ]

Ils auraient imposé leur différente langue. La langue se diversifie en se déplaçant.





Analysons maintenant l’évolution du
  1   2   3   4   5   6

similaire:

La Conquete Romaine et les Gallo-Romains icons é quence 2
«celtes» et les romains, étudiés l’année précédente. On laisse les élèves rappeler quelques éléments de la conquête de la Gaule par...

La Conquete Romaine et les Gallo-Romains icon02 Stèle funéraire représentant des scènes de vie familiale, Luxembourg,...

La Conquete Romaine et les Gallo-Romains iconLes petits Gallo-Romains allaient à l’école. Puis, à cause des invasions...

La Conquete Romaine et les Gallo-Romains iconLa gaule et la conquête romaine texte à trous Guerriers Gaulois

La Conquete Romaine et les Gallo-Romains iconLa gaule et la conquête romaine texte à trous (C) Guerriers Gaulois

La Conquete Romaine et les Gallo-Romains icon52 av. J. C.: Vercingétorix est battu par Jules César (Alésia), conquête...
...

La Conquete Romaine et les Gallo-Romains iconCité des Tricasses au iie siècle avant Jésus Christ, devenue Augustobona...

La Conquete Romaine et les Gallo-Romains iconLe pagus de Sens ou du Sénonais (pagus Senonensis), qui fait partie...
«Primatie» des Gaules sur les quatre provinces lyonnaises Lyon, Rouen, Tours et Sens, a été attachée par le même pontife à l’archevêché...

La Conquete Romaine et les Gallo-Romains iconKahn, Lisa C. Gallo-roman sculpture from Soulosse, France. Boston...
«vicus» gallo-romain du Hérapel à Cocheren (Moselle). Université de Metz, Mémoire Maitrise, 1987

La Conquete Romaine et les Gallo-Romains iconChapitre 1 : Un roi sacré
«sacré» du chef de l’Etat reste une tradition profondément inscrite dans notre mentalité française car nous restons très romains....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com