Témoins de l'Histoire. "Colonies et décolonisation" : Les colonies théâtre de la 2 e guerre mondiale. Les indépendances: Guinée, Maroc





télécharger 80.66 Kb.
titreTémoins de l'Histoire. "Colonies et décolonisation" : Les colonies théâtre de la 2 e guerre mondiale. Les indépendances: Guinée, Maroc
page5/5
date de publication28.10.2016
taille80.66 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5

Témoignage W3 : Le développement du Maroc indépendant dans l'amitié franco-marocaine



La France reconnaît l'indépendance du Maroc, le 2 mars 1956, suite au retour de Mo­hammed V, en 1955. Après le départ de Gilbert Grandval, dernier Résident Général du protectorat, Alexandre Parodi, doyen du corps diplomatique, est le premier ambassadeur de la France auprès du Roi. André Boulloche dernier Directeur des Travaux Publics du Protectorat devient Secrétaire Géné­rai des TP dans le premier Gouvernement du Maroc indépendant, il apparaît comme une charnière particulièrement efficace entre le passé et l'avenir. Il provoque un véritable renouveau dans le vaste domaine qui lui est confié: création de Royal Air Maroc, relance des chemins de fer, de l'électricité, des adductions et distributions de l'eau, des ports de Mohammedia (ex Fédala) et de Tanger. Son principal souci est la formation des futurs cadres du nouveau Maroc: il provoque un véritable en­gouement pour les grandes écoles française chez les jeunes marocains. Sa mission se termine fin 1957, il est alors remplacé par son collègue et ami Pierre Pari net (X 38). Alexandre Parodi, qui sou­haite substituer la coopération à l'administration directe, compte sur les nouvelles filiales de la CDC. Mohammed V a nommé un premier ministre de gauche, Abdallah Ibrahim qui s'empresse de demander à la France la mise en place de missions de coopération dans différents secteurs (barrages, irrigations, planification, industrie, urbanisme, habitat). Cette demande est transmise à François Bloch-Laîné Directeur général de la CDC qui vient de créer la Sc et Coopération et la Sedes décide de répondre positivement, et me confie la direction d'une agence commune à ces deux filiales spécialisées dans l'aide au développement

Mes premières visites sont pour Alexandre Parodi et ses conseillers Jacques Viot et Pierre­Louis Blanc. Au Secrétariat Général du Ministère des Travaux Publics je rencontre Mohammed Imani, Pierre Pari net, et mon camarade de promo Jacques Deschamps, à la Direction de l'Industrie Moham­med Benkirane et Raymond Aubrac, à la Direction des Mines Abraham Serfaty, à l'Hydraulique Claude Rattier et Henri Boumendil, à l'Urbanisme Habitat Arnaud de Montmarin, au Plan Smaïl Ma­hrough (futur Ministre des Finances de l'Algérie), au Génie Rural Jean Dutard. J'élargis mes contacts aux organismes semi publics : la Caisse de Dépôts et de Gestion présidée par Mamoun Tahiri, la Bnde dirigée par Jacques de Chalendar (prédécesseur d'Amine Benjelloun) assisté de Michel Albert et d'Abdallah Khodja, le BRPM présidé par Mohammed Kadiri

Dans la perspective d'une politique de croissance de l'économie, les demandes d'inter­vention sont nombreuses et difficiles : contrôle du barrage de Mechra Klilla sur la Moulouya, assistance à l'industrie, assistance au périmètre du Tadla à Beni Mellal, des prestations pour l'urba­nisme et de l'habitat (logements économiques), des études de planification.

Deux événements importants vont bientôt transformer profondément l'économie marocaine:
* La catastrophe d'Agadir frappe le Maroc dans la nuit du 29 février 1960 : il y a plus de 20000 morts. Sous l'autorité du Ministre Mohammed Benhima un jeune ingénieur des ponts marocain, Mus­tapha Faris en poste à Tétouan est affecté à Agadir pour s'occuper des victimes et du déblaiement, la Scet Coop met en place une mission d'évaluation des dégâts, et détache Pierre Mas pour coordonner l'élaboration d'un plan de reconstruction avec la participation de différents architectes marocains

* La création de l'Office National des Irrigations est le résultat d'une longue négociation : l'objectif est de mettre fin à la coupure qui existe depuis des décennies entre la Direction de l'Hydraulique (bar­rages et réseaux primaires) et la Direction du Génie Rural (réseaux secondaires et mise en valeur) et de fondre le tout en un ensemble unique avec notamment comme objectifs le million d'hectares irrigués et l'indépendance sucrière du Maroc. La décision est prise courant 1960 : la création de l'ONI est confiée à Mohammed Tahiri qui fait appel à Raymond Aubrac comme secrétaire général. La totalité des services de l'Hydraulique avec Claude -Rattier et du Génie Rural avec Jean Dutard sont regroupés dans le nouvel office qui va faire appel à d'autres ingénieurs (parmi lesquels Mustapha Faris et Jacques Brunet), créer une dizaine de périmètres, lancer un grand programme d'études ré­gionales pluridisciplinaires, entreprendre la réalisation de sucreries

* A l'ambassade de France, Alexandre Parodi est remplacé par Roger Seydoux, Jacques Viot par Jean François-Poncet, Pierre-Louis Blanc par Christian Graeff

Le 26 février 1961, le décès de Mohammed V frappe le Maroc en plein cœur, c'est la dé­solation sur l'ensemble du territoire! J'étais à Rabat le jour de ses funérailles et je n'oublierai ja­mais cette journée extraordinaire au cours de laquelle tout un peuple a exprimé son désespoir. On peut dire également que la France perd en Mohammed V un de ses meilleurs amis étrangers. Hassan Il qui succède à son père va poursuivre l'œuvre de son prédécesseur et mais dans un style très différent. On peut parler d'un virage à droite. Reda Guedira devient Premier Ministre, Moham

med Tahiri jugé trop "personnel" est remplacé à la tête de l'Oni par Mohammed Imani : l'Oni sera ensuite décentralisé en offices régionaux, mais on poursuit le développement des irrigations et la construction des sucreries. La surface des irrigations va tout de même en deux décennies passer de quelques 300000 à un million d'hectares. Le développement du Maroc amorcé sous Mohammed V va se poursuivre dans tous les domaines avec Hassan Il (agriculture, industrie, transports, mines)
C'est dans ce contexte que la Scet Coop et la Sedes développent leurs activités à Rabat et dans les principales régions du Maroc, l'Oni est son principal client notamment pour les grandes étu­des régionales qui lui sont confiées (Haouz, Loukkos, Doukkalas, Souss), elle est chargée de l'étude de l'évacuation par un port marocain du minerai de fer algérien de Gara Djebilet, le Directeur de la recherche agronomique, Nor El Ghorfi lui demande d'organiser un service de documentation, d'étude et de diffusion. Ses effectifs atteignent bientôt le chiffre de la centaine. A la demande du gouvernement marocain, elle organise des visites de grands experts français tels Louis Armand, Joseph Klatzmann, François Bloch Laîné, Georges Plescoff, Léon Paul Leroy

Avant de conclure, je voudrais rendre hommage à ceux qui m'ont aidé au long de cette mis­sion, je pense notamment à René Guidez, Alexis Wolkenstein, François Monnier et Drillien aujourd'hui décédés, et aussi à Henri Maziol, Jean-Paul Garcia, Jean-Paul Faivre Dupaigre, Pierre Mas, André Vallette Michel Delavalle, Jean-Michel Daniel, Baudoin Fanneau de la Horie et beaucoup d'autres.
En guise de conclusion, trois faits incontestables:
* L'indépendance a donné un coup de fouet au développement économique du Maroc dès 1960.

* Des équipes franco-marocaines de jeunes ingénieurs ont largement contribué à cette relance

* Ce travail en commun a fait renaître une amitié franco-marocaine qui perdure en 2005

-

Bibliographie:
Les Traites négrières Olivier Pétré-Grenouilleau Gallimard 2004 468 pages 32€,

La décolonisation de 1919 à nos jours Henri Grimal éditions Complexe 1965,

La France de 1939 à nos jours ouvrage collectif Seuil 1985,

De l'aide à la recolonisation Tibor Mende Seuil 1975

C'était François Mitterrand Jacques Attali Fayard 2005

Les Juifs le monde et l'argent Jacques Attali livre de poche 2002 Karl Marx ou l'esprit du monde Jacques Attali Fayard 2005

La conférence des éveillés Jacques Attali Fayard 2004

Fier d'être français Max Gallo Fayard 2006

Empire colonial et capitalisme français, histoire d'un divorce Jacques Marseille Albin Michel 2005

Sir Bernard Bourdillon, Robert D Pearce The Kensal Press 1987

Sir Bernard Bourdillon, article de Jacques Bourdillon dans la revue Espoir W125 décembre2000,

Les travaux publics français en Afrique subsaharienne et à Madagascar 1945-1985 ouvrage collectif publié sous la direction de Jacques Bourdillon l'Harmattan 1991,

Les Mines et la recherche minière en AOF Pierre Legoux et André Marelle l'Harmattan, La France libre Jean-Louis Crémieux Brilhac Gallimard 1996,

La France d'Outremer 1930-1960 Jean Clauzel Karthala 2003,

Cinq hommes et la France Jean Lacouture Seuil 1962

Le Maroc à l'épreuve Jean et Simonne Lacouture Seuil 1958,

Une vie de rencontres Jean Lacouture 2005,

Histoire du Maroc Michel Terrasse Plon 1962,

Lyautey l'africain Jacques Benoist Méchin Perrin 1978,

Monde arabe, Maghreb, Machrek le Maroc des années 80 Documentation française 1987, Mohammed V Hassan Il tels que je les ai connus Henri Dubois-Roquebert Tarik 2003,

Les trois rois Ignace Dalle Fayard 2004

Hassan ilIa mémoire d'un roi entretiens avec Eric Laurent Plon 1993

Lettres Notes et carnets juin 58 décembre 60 Charles de Gaulle Plon 1985, Souvenirs 1939-1945 Christiane Boulloche-Audibert,

Jean Ramadier gouverneur de la décolonisation, Jacques Larrue et J-Marie Payen Karthala2000,

Le non de la Guinée à de Gaulle, lansine Kaba Chaka 1989,

Guinée enchaînée, le livre noir de Sékou Touré, Claude Abou Diakite DAC 1972,

Sékou Touré et la Guinée après Sékou Touré, Jeune Afrique 1984
1   2   3   4   5

similaire:

Témoins de l\Histoire du Travail Social
«Colonies correctionnelles» maison de correction  nécessité de former les personnels  éducateurs

Témoins de l\Histoire des colonies de vacances : de 1880 à nos jours

Témoins de l\Accompagnement des sujets d'étude d'Histoire-Géographie en seconde professionnelle
«colonies» dans l’Encyclopédie est symptomatique : «Les compagnies de commerce dérogeraient à leurs institutions si elles devenaient...

Témoins de l\Cours histoire ts 2
«zone de solidarité prioritaire», définie depuis 1999, s’étend ainsi au-delà des anciennes colonies françaises. La France est, parmi...

Témoins de l\La vraie histoire de la ville Zeila et sa région ainsi que
«Dungarela» 149. En décembre, les affaires étrangères informent les colonies qu’elles ont demandé des explications à londrès 150...

Témoins de l\Sec 3 histoire chapitre 3 Le Changement d’empire
«grand dérangement» = les Acadiens sont mis sur des bateaux vers les colonies anglaises et la Louisiane. La moitié des Acadiens est...

Témoins de l\Agrégation 2014-15 «Citoyenneté, République, démocratie en France 1789-1899»
...

Témoins de l\Un acquis de l’histoire au temps des colonies qui dérange toujours...
«positif» ou «négatif» de colonisation. De même elle veut revenir sur l’enseignement, ou pas dans certains cas, de l’histoire coloniale...

Témoins de l\Résumé L’enrichissement monétaire est l’un des objectifs les plus...
«désir» de colonies la spécificité du discours économique lui-même, son histoire, avec ses débats et ses controverses, de resituer...

Témoins de l\Les pays qui composent l’Europe connaissent une histoire relativement...
«Barbares». Un modèle culturel et politique s’élabore : la tyrannie (pouvoir d’un homme), puis l’oligarchie (pouvoir de plusieurs...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com