8. Transcription de l’entretien p. 17 à 19





télécharger 209.5 Kb.
titre8. Transcription de l’entretien p. 17 à 19
page2/4
date de publication28.10.2016
taille209.5 Kb.
typeTranscription
h.20-bal.com > loi > Transcription
1   2   3   4

3. Analyse du discours / nuancer ses propos
L’étape 3 permet de travailler les particularités du discours et d’approfondir certains éléments culturels mentionnés dans l’émission. Plusieurs éléments peuvent en effet être pris en compte, seulement soulignés par l’enseignant ou faire partie d’une étude plus poussée en classe suivant les objectifs poursuivis et le temps dont l’enseignant dispose.

Activité 1 : Nuancer ses propos : le lexique de la discrimination

Activité 2 : Les petites nuances de l’oralité

Activité 3 : Nuancer ses affirmations
Activité 1 – Nuancer ses propos : le lexique de la discrimination

Cette activité vise à travailler le lexique relatif à la discrimination utilisé dans le reportage par l’intervenant. Dans le cadre de discussions ou de débats sur des sujets délicats, il est important de choisir les mots adéquats et de nuancer le lexique. L’objectif dans cette activité est de faire repérer le lexique, en partie connu des apprenants, afin qu’ils pensent à le réemployer lors des activités orales et écrites qui suivront.

Répartir la classe en binômes ou en petits groupes. Distribuer les définitions disponibles pages 23-24. Demander aux apprenants de deviner les mots qui correspondent aux définitions. Rediffuser le reportage afin de vérifier et de compléter avec les mots non trouvés. Il serait préférable de répartir les définitions entre les groupes afin de ne pas faire durer cette activité trop longtemps.

Réalisez l’activité 1.

Corriger en écrivant les mots au tableau. Noter également les synonymes qui ont été trouvés avant l’écoute par les apprenants et/ ou les dérivés et mots de la même famille. Cela permettra aux apprenants d’enrichir leur lexique.
Pistes de corrections / Corrigés :

1) L’égalité des chances.

2) La lutte contre le racisme.

3) Les Roms.

4) Expulser.

5) La pauvreté.

6) Sédentaire.

7) Nomade.

8) La discrimination.

9) Ethniciser.

10) Une communauté.

11) Hétérogène.

12) Accoster.

13) Un mendiant.

14) Un contact réducteur.

15) Un cliché.

16) Une exclusion.

17) Un mode de vie.

18) S’intégrer.

19) L’interculturalité.

20) Une revendication.

21) Le relativisme.

22) Une spécificité.

23) L’islamisme.

24) Un extrémiste.

25) L’incitation à la haine.

26) Un musulman.

27) La Diaspora.

28) Le foulard.

29) Un mariage arrangé.

30) L’homophobie.

31) Le sexisme.

32) Le patriarcat.

33) L’immigration.

34) La migration.

35) Un sans-papiers.

36) Les prolétaires.

37) Exploiter.

38) Une politique migratoire.
Activité 2 – Les petites nuances de l’oralité

Cette activité a pour objectif, d’une part, d’analyser les mots de liaisons « donc » et « et donc » dans le discours, et d’autre part, de faire remarquer les tics de langage, présents dans le discours oral, qui peuvent parfois poser des difficultés de compréhension pour les apprenants.

Distribuer les activités pages 25-26.

Dans le langage oral, le mot « donc » est souvent utilisé pour introduire une conséquence explicite, s’apparentant à un « par conséquent », « ainsi », « c’est pourquoi », mais il peut également introduire une conséquence plus globale. Dans ce dernier cas, il reprend un contexte, une situation et s’apparente à un « en résumé », « en somme », « en bref ». Lancer l’activité 2 A.

Indiquez si les mots soulignés expriment une conséquence explicite ou une conséquence globale.

Mettre en commun. Écrire les éléments cités au tableau de façon organisée.

Souligner le fait qu’à l’oral l’utilisation du « donc » peut devenir un tic de langage, pour ponctuer le discours. Lancer l’activité 2 B. Faire réfléchir les apprenants par petits groupes avant de lancer une discussion de l’ensemble de la classe sur les tics de langage.

Quelles expressions/tics de langage connaissez-vous ou avez-vous entendus ?

Corriger oralement en discutant librement avec le groupe et en demandant aux étudiants de donner des exemples de contextes avec les mots qu’ils citeront.

Lancer l’activité 2 C.

Discutez en petits groupes.

Mettre en commun. Il est possible de diffuser ce document sonore de France info sur les tics de langage pour terminer cette activité sur une note humoristique :

http://www.franceinfo.fr/societe/le-rendez-vous-du-mediateur/les-tics-de-langage-737885-2012-09-14
Pistes de corrections / Corrigés :

Activité 2 A)

Extrait 1 (L.17-25)

Avec des populations qui sont d'ailleurs là-bas sédentaires, ce ne sont pas spécialement des nomades, avec les Gitans d'Europe occidentale qui ont leurs propres problèmes, qui sont parmi nous depuis des siècles, qui parlent le français, ou ou ou euh... allemand, ou néerlandais... qui ont leurs problèmes spécifiques, leurs discriminations spécifiques, et l'Europe est en train d'ethniciser en réalité cette question. Donc (conséquence globale), non seulement on a un gros problème, mais en plus, je pense qu'on prend une mauvaise direction en ethnicisant le problème, en faisant comme s'il y avait une communauté de Roms alors qu'on a des multiples, des communautés extrêmement hétérogènes, avec des problèmes tout à fait euh... différents. Et que ce que l'on risque de faire pour les Roms risque peut-être aussi de détruire les petites choses qu'on avait réussi à faire pour les Gitans occidentaux. Donc (conséquence explicite), je suis assez inquiet sur ce dossier.

Extrait 2 (L.45-48)

C'est d'abord un problème socio-économique pour toute l'Europe, et pour ces pays-là. C'est pour ça que je parlais d’imprévoyance de la part de l'Union européenne. Et puis il y a des problèmes qui sont des problèmes plus classiques de discrimination euh... concernant les Gitans occidentaux et donc (conséquence explicite) il faut des solutions différentes à des problèmes qui sont en fait des problèmes différents.

Extrait 3  (L.74-78)

Mais, je suis assez d'accord, globalement, que ce n'est pas parce que on a une spécificité religieuse ou culturelle qu'elle doit primer sur d'autres valeurs, sur d'autres normes, en l’occurrence, ici, la non-souffrance des animaux ou l'hygiène ou aussi, la neutralité de l’État, ou d'autres... ou d'autres valeurs. Donc (conséquence globale) je pense que c'est toujours une discussion qu'il y a à avoir, mais je serais relativement d'accord avec ce que Monsieur vient de dire.

Extrait 4  (L.109-113)

Et on voit tous ces problèmes, l'homophobie également, le sexisme, c'est-à-dire, tout problème lié à la réinvention, en contexte diasporique, de ce qu'on pourrait appeler du patriarcat. Mais ça, c'est pas spécifiquement musulman, ça existait dans nos campagnes il y a cinquante ans, ça existe aussi avec la communauté hindoue en Angleterre par exemple. Donc (conséquence explicite), ce n'est pas une spécificité musulmane.

Extrait 5  (L.128-138)

Et au niveau de l'Union européenne, c'est entre deux millions et demi et quatre millions de sans-papiers. Ils travaillent tous. Tous ces gens travaillent en réalité. Et donc (conséquence explicite) permettent à certains secteurs dans l'Horeca, dans le bâtiment, dans le nettoyage, de continuer à faire du surprofit parce que ces entreprises ne peuvent pas délocaliser. Et donc (conséquence globale) ça, c'est la face négative de la migration. Maintenant la migration, c'est une réalité. Et c'est une réalité évidemment positive. Nous avons besoin de la migration pour, pour... pour produire économiquement, pour nous agrandir aussi culturellement, pour nous enrichir à tout point de vue. Aussi démographiquement, l'Europe, on le sait, est une population vieillissante, surtout les pays, les vieux pays de l'Europe. Donc (conséquence globale), en réalité, il n'y a pas à se dire que la migration c'est bien ou c'est mal, c'est les deux à la fois. Et donc (conséquence globale), quand il y a les deux à la fois, on a besoin de quoi ? D’une politique ! Et actuellement, nous n'avons pas, en Europe, de politique migratoire. On a une police migratoire, on a une gestion euh... oui, policière, administrative, mais on n'a pas de réelle politique migratoire.
Activité 2 B :

Je connais des expressions et des tics en français dont certains sont utilisés dans l’émission. Ils servent à :

- ponctuer : mmh, voilà, euh, bon, ben, ça va, du coup, c’est-à-dire, en fin de compte, j’sais pas, quoi, c’est clair, c’est énorme, c’est hallucinant !, c’est l’hallu !, quoi...

Exemples : « On ne sait pas comment on va faire, mais voilà... » - « Il va falloir se décider quoi... » - « Il m’a dit d’aller directement au restaurant, du coup, je ne savais plus si je devais l’attendre ou non, et je me suis retrouvée bêtement à attendre sous la pluie... » - « C’est l’hallu! » - Etc.
- relativiser : en réalité, quelque part, dans l’absolu, si on veut, etc.

Exemple : « Quelque part je comprends son problème, mais dans l’absolu faut pas dramatiser. »
- minimiser : un peu, un petit peu, relativement, etc.

Exemple : « C’est pas grand-chose, un petit problème relativement simple à gérer. »
- donner son assentiment : oui donc, exactement, c’est vrai, absolument, tout à fait, etc.

Exemple : « J’ai répondu : “oui, tout à fait, je suis absolument d’accord". »
- s’assurer que son interlocuteur suit : hein ? Tu vois ? OK ? Tu me suis ? Non ?

Exemple : « C’est beau quand même, hein ? »
En France, on utilise aussi énormément de :

- pléonasmes : le zèle trop excessif, la double alternative, monter en haut, etc.

- expressions à la mode : je gère, on finalise, grave, avoir à cœur de, etc.
Activité 2 C :

a. Ces tics de langage sont-ils différents d’une langue à une autre ?

- Oui bien sûr, c’est différent : en anglais on utilise souvent des mots comme « I mean », « well », etc.
b. Avez-vous des tics de langage dans votre langue maternelle ? Si oui lesquels ?

- Ben moi, dans ma langue, je crois que j’utilise beaucoup « wahrscheinlich » !

- Moi, c’est plutôt le mot « brilliant ». Etc.

c. Et en français, quels sont vos tics de langage ? Et dans d’autres langues étrangères ?

- J’utilise souvent « bien sûr ».

- Moi, je dis « évidemment ».

- En espagnol, je dis toujours « muy bien ».
d. À quoi servent ces tics ?

- Ils servent à nous donner le temps de penser.

- Je pense que c’est en rapport avec l’affect. Si on veut atténuer une critique alors on va ajouter des petits mots pour s’aider à faire passer le message plus en douceur.

- Cela marque un certain inconfort de parole. C’est difficile d’enchaîner les idées, les arguments et à l’oral il faut aller vite.

- On remarque surtout de nombreux tics, de nombreuses répétitions quand le locuteur est mal à l’aise avec le sujet de la discussion ou qu’il est ému.

- Les journalistes réemploient toujours les mêmes mots comme « une crise grave » ou « initier ».

- Etc.
e. Qu’ajoutent-ils au discours ?

- Ils apportent parfois un peu de dynamisme et permettent de capter l’attention des autres.

- Ils permettent d’économiser des mots ! C’est par paresse qu’on les utilise !

- Dans certains cas, des mots ont plusieurs sens et sont parfois difficiles à comprendre comme : « voilà » qui peut présenter quelque chose et en même temps conclure une phrase incomplète.

- Oui ou souvent un mot est utilisé pour un autre comme « en fait » qui est souvent utilisé à la place de « au fait ».

- C’est vrai que parfois, tous ces petits mots ajoutés forment comme un code langagier difficile à percer pour les non initiés.

- Etc.
Activité 3 – Nuancer ses affirmations : atténuer et amplifier

Dans cette émission, l’invité fait généralement part de ses opinions avec précision et subtilité. Cependant, à certains moments, il atténue ses affirmations comme s’il ne voulait pas trop s’impliquer alors qu’il connaît les sujets soulevés et y a réfléchi auparavant. Distribuer les activités pages 27-28.

Regrouper les apprenants en binômes et lancer l’activité 3 A.

Regardez les extraits proposés et repérez les mots ou expressions qui permettent d’atténuer une opinion.

Corriger en écrivant au tableau la liste des procédés utilisés par l’invité. La compléter ensuite avec d’autres procédés que les apprenants auront trouvés. Puis, demander aux apprenants de reformuler les phrases afin, cette fois, d’amplifier le propos.

Mettre en commun et noter les réponses au tableau.

Lancer l’activité 3 B.

Mettre en commun les réponses proposées.
Pistes de corrections / Corrigés :

Activité 3 A

Extrait 1 (L.14-17)

Oui ben je crois que ça fait partie un peu de l’imprévoyance de l'Union européenne au moment de l'élargissement des pays à l'Europe centrale où on n'a pas prévu. Moi ce qui me fait fort peur dans la problématique des Roms c'est qu'on mêle des problématiques très différentes : le cas des Roms d'Europe centrale qui est principalement des problèmes de pauvreté.
1. Je pense que ça fait partie d’une certaine imprévoyance de l’UE... / Il se pourrait que ça fasse partie d’un petit manque de prévoyance de l’UE / Il semblerait que l’UE n’ait pas complètement prévu cette situation... / Il aurait fallu que l’UE prévoie davantage...

Ce qui m’effraie... / Ce qui est troublant... / Il ne faudrait pas mêler...
2. Je suis persuadé que ça fait partie intégrante du manque de prévoyance de l’UE... / L’UE a manqué de prévoyance...

Ce qui est intolérable... / Ce qu’il faut bannir...
Extrait 2 (L.21-25)

Donc, non seulement on a un gros problème, mais en plus, je pense qu'on prend une mauvaise direction en ethnicisant le problème, en faisant comme s'il y avait une communauté de Roms alors qu'on a des multiples, des communautés extrêmement hétérogènes, avec des problèmes tout à fait euh... différents. Et que ce que l'on risque de faire pour les Roms risque aussi peut-être de détruire les petites choses qu'on avait réussi à faire pour les Gitans occidentaux. Donc je suis assez inquiet sur ce dossier.
1. Il est possible que ce que l’on fait pour les Roms détruise... / Vraisemblablement, ce que l’on fait pour les Roms peut détruire...

J’ai un peu peur... / J’ai un mauvais pressentiment...
2. Il est évident que ce que l’on fait pour les Roms va détruire... / Nous détruisons...

Je suis très inquiet... / Ce dossier est catastrophique.
Extrait 3 (L.32-34)

Oui bien sûr, la plupart des Gitans chez nous, ou des Roms d’Europe de l'Est euh... vivent en réalité assez normalement du point de vue socio-économique. Et c'est sans doute une des communautés qui a les clichés de voleurs, de saleté, et cætera, la plus grande, c'est vrai.
1. Relativement normalement... / Ils s’en sortent assez bien...

C’est certainement... Il semblerait que ce soit...
2. Ils sont dans les normes, dans la moyenne... / Ils ne vivent pas dans la pauvreté...

C’est évidemment... / C’est bien sûr... / C’est à n’en pas douter...
Extrait 4 (L.70-78)

Je faisais partie de... des Assises de l'Interculturalité ici en Belgique, mises en place par le Gouvernement fédéral et on a soulevé cette question qui est une revendication de la communauté musulmane et de la communauté juive d'ailleurs. Et personnellement, j'étais assez d'accord avec Monsieur ici et je m'étais opposé en disant « le relativisme culturel ne doit pas aller jusque-là ». Alors bon, peut-être qu'il y a d'autres solutions, entre tout et rien, il y a peut-être d'autres solutions techniques, je n'en sais rien. Mais, je suis assez d'accord, globalement, que ce n'est pas parce que on a une spécificité religieuse ou culturelle qu'elle doit primer sur d'autres valeurs, sur d'autres normes, en l’occurrence, ici, la non-souffrance des animaux ou l'hygiène ou aussi, la neutralité de l’État, ou d'autres... ou d'autres valeurs. Donc je pense que c'est toujours une discussion qu'il y a à avoir, mais je serais relativement d'accord avec ce que Monsieur vient de dire.
1. J’étais relativement d’accord... / J’allais dans le sens de...

Vraisemblablement, il y aurait d’autres solutions... sans doute des solutions techniques, que sais-je ?

Mais dans l’ensemble / Sans entrer dans les détails, je suis plutôt d’accord avec...

Je crois que... / Il me semble que... / Il semblerait que ce soit...

Je serais assez d’accord... / J’irais plutôt dans le sens de...
2. Je suis totalement d’accord avec... / Il est évident que Monsieur a raison...

Des solutions existent bien évidemment et notamment des solutions techniques, c’est sûr.

Je voudrais souligner le fait que ce n’est pas parce que...

Je suis convaincu que...

Je suis totalement d’accord avec...
En bref :

Pour nuancer ses affirmations, l’invité utilise principalement des adverbes : peut-être, sans doute, assez, globalement, relativement.

Il est également possible, pour nuancer ses affirmations d’utiliser :

- le conditionnel : il se pourrait, il paraîtrait, il faudrait, vous devriez, je serais d’accord, etc.

- des tournures impersonnelles suivies généralement du subjonctif : il est possible que, il semble que, il se peut que, etc.

- des adjectifs : c’est intolérable, inadmissible, etc.
Activité 3 B

Exercice 1 :

1  d. (phrase la + sûre)

2  a.

3  e.

4  b.

5  c. (phrase la – sûre)
Exercice 2 :

1. (possibilité) – L’invité ira sans doute aux prochaines Assises…/ Il est possible que l’invité aille aux prochaines Assises de l’Interculturalité, mais...

2. (concession) – L’invité n’est certes pas un spécialiste… / Bien que l’invité ne soit pas un spécialiste de l’islam, il connaît...

3. (concession) – Même si l’invité est philosophe… / Quoique l’invité soit philosophe, cela...

4. (possibilité) – Il y aura vraisemblablement des changements… / Il est probable que des changements auront lieu…
Exercice 3 :

1. Vous devez faire erreur. Vous avez dû mal comprendre. Vous avez sans doute mal été informé...

2. Ils n’auront pas eu toutes les informations. Il semble nécessaire de bien connaître le sujet.

Ce sujet est, en effet, complexe...

3. L’immigration est sans doute une chance pour l’Europe... Penser le contraire serait vraisemblablement une erreur… Ce ne serait vraisemblablement pas correct de...

4. Production orale / Dossier sur l’interculturalité

Cette activité est une activité d’expression et d’interaction orales qui va permettre aux apprenants de s’exprimer sur les thèmes soulevés dans l’émission, de parler de la religion et de sa place dans la société de leur pays. Rappeler aux apprenants de bien penser à réemployer les éléments développés dans les activités précédentes, notamment le lexique de la discrimination.

Lancer la discussion en suivant le fil des questions ci-dessous. Il est également possible de les distribuer aux apprenants cf. page 29.

Réalisez l’activité 4.

Corriger en reprenant oralement les erreurs les plus importantes commises par les apprenants et en ajoutant le vocabulaire qui viendrait à manquer.
Pistes de correction / Corrigés :

1) Que veut signifier l’invité lorsqu’il déclare que l’élargissement de l’Europe a été mal prévu ?

- Il est évident que l’UE n’était pas préparée à l’arrivée des membres d’Europe centrale et orientale. Dans les institutions, ils avaient juste prévu des postes, mais du point de vue des politiques, rien n’avait été prévu en ce qui concerne le mouvement des populations.

- Diverses formes de migrations se sont produites. Je sais par exemple que la Pologne et la Roumanie sont les deux plus grands réservoirs de migrants vers l’Europe occidentale. La mobilité des Roms n’a pas été envisagée avant qu’elle ne devienne une réalité.

- Etc.
2) Comment comprenez-vous ce que l’invité dit concernant le fait d’ethniciser la question des Roms ?

- Il veut dire que les médias ou certains politiciens veulent faire croire à la population que le problème avec les Roms est un problème vis-à-vis de l’ethnie, mais c’est en réalité un problème de pauvreté qui touche surtout les Roms d’Europe centrale.

- Etc.
3) Que pensez vous de cette déclaration de l’invité : « Les Roms d'Europe de l'Est et d'Europe centrale ce sont là des problèmes d'exclusion économique, de non-accès non seulement à l'emploi, à la formation des populations qui sont tout à fait exclues. Et c'est ça évidemment qui crée ce problème et c'est pas tellement le mode de vie. » ?

- C’est évident ! Le cœur du problème est le niveau socio-économique !

- Je crois que le mode de vie, ou plutôt les différences culturelles jouent un rôle important. En Belgique par exemple, les enfants peuvent aller à l’école gratuitement. Or, on constate que les règlements ne sont pas suivis, que les enfants sont absents, etc.

- Oui, mais ce n’est justement pas un problème culturel, c’est un problème de pauvreté ! Je parie que dans les écoles, l’absentéisme concerne toutes les populations défavorisées.

- Etc.
4) Quelle est votre opinion sur la question soulevée par M. Vandenbosch, défenseur du droit des animaux ?

- C’est une thématique compliquée.

- Non, je suis persuadé que les règles, la loi, les coutumes du pays d’accueil doivent être suivies.

- Ce n’est pas si simple. Si comme le dit M. Delruelle, le relativisme culturel ne doit pas aller jusque-là, nous devons quand même faire preuve d’un certain relativisme culturel. L’intégration ne peut se faire que dans les deux sens.

- Etc.
5) Pourquoi l’islam fait-il peur selon vous ?

- Il me semble que nous connaissons mal les préceptes de cette religion.

- Ce n’est pas la religion en elle-même qui fait peur, c’est ce qui est présenté par les médias qui effraie !

- Dans l’histoire, il fut un temps où l’islam représentait « l’ennemi » des chrétiens alors d’une certaine façon, cette image reste accrochée, il me semble, à la religion.

- Etc.
6) Pensez-vous que, comme le souligne l’invité, on ait tendance à mêler tous les problèmes et à les mettre sur le dos des religions à tort ?

- Oui alors que selon moi, les problèmes issus de la religion ne proviennent que de petits groupes extrémistes et ne représentent en rien la majorité des pratiquants.

- La religion a toujours été un prétexte de persécution.

- Cependant, dans de nombreux pays, juifs, musulmans, chrétiens, etc., vivent en bon voisinage jusqu’à ce que la politique s’en mêle !

- Etc.
7) Un islam/un christianisme/un judaïsme moderne est-il possible selon vous ? Si oui, comment ?

- Concernant l’islam, il faudrait vraisemblablement que son rapport avec les structures étatiques change. Il y a trop de liens entre les deux.

- Concernant le christianisme, on devrait assouplir les préceptes de l’Église qui ne sont plus du tout en phase avec la société actuelle.

- Etc.
8) Quelle évolution migratoire a eu lieu dans votre pays au fil du temps ?

- Si l’on prend la France, elle a recruté déjà des travailleurs dans d’autres pays d’Europe dès 1917, par exemple environ 20 000 Portugais, 25 000 Italiens, de nombreux Grecs, Tchèques, Russes, Arméniens, etc.

- La Grande-Bretagne a connu d’importants flux migratoires dus à la décolonisation.

- Etc.
9) Quel a été le rôle des religions à travers l’histoire de votre pays ?

- La France est un état laïc. La religion majoritaire est le catholicisme, toutefois, le taux de pratique religieuse est peu élevé comparé à d’autres pays européens. Etc.

- Il me semble que dans mon pays, la religion est un signe d’appartenance, régionale, familiale. De ce fait, les gens sont pratiquants ou se déclarent pratiquants. Du point de vue du rôle de la religion avec l’État, c’est un peu différent.

- Etc.
10) Que dit la loi de votre pays concernant la liberté religieuse ?

- Dans mon pays, chaque personne a le droit de choisir sa religion librement et de pratiquer cette religion. Dans les faits, ce n’est pas toujours aussi simple, car il n’y a pas assez de mosquées, de synagogues, de temples, et cætera alors que les pratiquants en demandent.

- Etc.

5. Production écrite et orale
a) Production orale : l’interculturalité

Cette activité permettra aux apprenants d’aborder le thème de l'interculturalité et de réemployer les éléments linguistiques étudiés et plus particulièrement le lexique des discriminations étudié dans l'activité 1.

Vous organisez des Assises de l'Interculturalité dans votre pays. Lors d'une table ronde, vous proposez des suggestions dans toute une série de domaines (enseignement, emploi, gouvernance, logement et santé, vie associative, culture et médias) destinées à « renforcer la réussite d'une société basée sur la diversité, le respect des spécificités culturelles, la non-discrimination, l'insertion et le partage des valeurs communes ». Vous en imaginez également les conséquences concrètes.

Mettre les apprenants par groupes de 6 ou 7 personnes. Leur laisser 45 minutes de discussion.

Pendant ce temps, l'enseignant peut passer dans les groupes pour relever les erreurs éventuelles à corriger lors de la mise en commun.

Rappeler les erreurs à ne pas commettre si certaines ont été reproduites à plusieurs reprises lors des tables rondes.

Mettre en commun en demandant à chaque groupe de présenter deux ou trois suggestions ainsi que leurs conséquences. Laisser les apprenants discuter des différentes suggestions.
Pour aller plus loin, l'enseignant peut proposer une comparaison avec les suggestions présentées dans le rapport rédigé suite aux Assises de l'Interculturalité en Belgique :

http://www.belgium.be/fr/actualites/2010/news_assises_interculturalite_rapport_final.jsp
Pistes de correction / Corrigés :

- Je propose qu'on organise des cours d'interculturalité dans les écoles publiques pour mieux connaître la culture des autres. Les enfants trouveraient normal de vivre avec des personnes d'autres cultures et ils n'auraient pas peur de la différence puisqu'elle ne représentera plus l'inconnu.

- D'après moi, il faudrait célébrer les fêtes de toutes les religions dans les quartiers pour que chacun se sente reconnu. Tout le monde pourrait s'exprimer et donc montrer les points positifs de sa culture à ses voisins.

- Une idée serait d'avoir une émission télévisée qui parle des autres cultures, mais surtout qui insiste sur le fait que nous appartenons tous à des mélanges de cultures. Il faudrait que ce soit humoristique et accessible à tout public.

- Je pense qu'une campagne de sensibilisation contre les stéréotypes pourrait être utile dans mon pays. Il faudrait faire de courtes vidéos qui pourraient circuler sur le net via les réseaux sociaux et donc toucher les jeunes qui sont le futur de notre société.
b) Production écrite : dissertation

L’objectif de cette activité est de faire écrire une dissertation aux apprenants sur le thème du communautarisme. Cela leur demande d’organiser leurs idées, d’en faire un plan détaillé puis de les mettre en forme dans un certain format avec une introduction, un développement et une conclusion. Le nombre de mots à atteindre est de minimum 600. Bien préciser de penser à réemployer certaines structures grammaticales et lexicales vues dans les activités précédentes. Selon l’organisation des vos cours, l’activité est à faire en classe ou en devoir.
Faire écouter (ou lire) l’Édito politique de Thomas Legrand sur le communautarisme sémantique pour lancer le sujet : http://www.franceinter.fr/emission-l-edito-politique-communautarisme-semantique.

Donner ensuite la consigne aux apprenants.

Rédigez une dissertation sur le sujet : Le communautarisme de la société, son émiettement, est aujourd’hui de plus en plus dénoncé, mais on parle pourtant de plus en plus de « communautés » pour évoquer les « minorités ». Qu’en pensez-vous ?

Relever les écrits puis les corriger ultérieurement.
Pistes de correction / Corrigés :

Exemple de plan autour duquel peut s’organiser la dissertation :

1. Introduction :

Analyse sémantique du mot « communautarisme »

Relevé des différentes communautés présentes en France (ou ailleurs)

2. Développement :

- montée du communautarisme

une société avec de plus en plus de migrations et de cloisonnements culturels (cités ghettos avec peu de rencontres interculturelles, peur de l’autre, etc.)

la communauté, avec ses règles et traditions, devient la valeur absolue, universelle souvent en réaction à la société occidentale et à l’individualisme ambiant.

- l’importance des communautés

importance de se sentir comme faisant partie d’une communauté, d’un groupe

exaltation de la différence, sentiment d’exister dans un plus petit groupe

possibilité aujourd’hui de revendiquer des droits pour les minorités, besoin de reconnaissance sociale

- la synthèse

pourquoi pas une société interculturelle, un dialogue et un vivre ensemble « intercommunautaire » ?

cela suppose : une ouverture sur l’autre et une confiance réciproque, car aucune des deux communautés ne doit se sentir dominée par l'autre, un projet futur basé sur une plateforme commune de valeurs

3. Conclusion :

aller davantage vers une société unie et interculturelle avec la reconnaissance des différences et la valorisation de ce qui nous unit.

6. Ressources complémentaires de Courrier International
1   2   3   4

similaire:

8. Transcription de l’entretien p. 17 à 19 icon8. Transcription de l’entretien p. 18 à 20

8. Transcription de l’entretien p. 17 à 19 icon8. Transcription de l’entretien p. 14 à 17

8. Transcription de l’entretien p. 17 à 19 icon8. Transcription de l’entretien p. 16 à 19

8. Transcription de l’entretien p. 17 à 19 icon8. Transcription de l’entretien p. 21 à 24

8. Transcription de l’entretien p. 17 à 19 iconTranscription de l’entretien en français

8. Transcription de l’entretien p. 17 à 19 iconFiches pédagogiques, mode d’emploi
«interview» composée d’activités pour la classe et de la transcription de l’entretien entre l’animateur de l’émission Sébastien Folin...

8. Transcription de l’entretien p. 17 à 19 iconRobert Angéniol, Stéphanie Bara, Margot Bonvallet, Hélène Emile, Lionel Favier, Magali Foulon
«interview» composée d’activités pour la classe et de la transcription de l’entretien entre l’animateur de l’émission Sébastien Folin...

8. Transcription de l’entretien p. 17 à 19 iconTranscription de l’entretien p. 19 à 21 Les proverbes sur l’eau et...

8. Transcription de l’entretien p. 17 à 19 icon8. Transcription de l’entretien p. 13 à 16
«Envoyez les films américains, les produits suivront». Quels sont les produits qui ont suivi d’après vous ? Qu’en pensez-vous ?

8. Transcription de l’entretien p. 17 à 19 iconTranscription de l’entretien p. 18 à 21 Quiz sur les pâtisseries...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com