Littérature et arts plastiques





télécharger 106.7 Kb.
titreLittérature et arts plastiques
page5/6
date de publication28.10.2016
taille106.7 Kb.
typeLittérature
h.20-bal.com > loi > Littérature
1   2   3   4   5   6

Le registre comique pour traiter du tragique


Utiliser le registre comique sert à insister sur le tragique en créant un décalage.

La vie est belle (film) de Roberto Benigni

Dans le film La Vie est belle de Roberto Benigni, le personnage principal nommé Guido est déporté avec sa famille dans un camp de concentration. Comme c’est le jour de l’anniversaire de son fils Josué, il lui fait croire qu’ils participent à un grand jeu avec comme récompense un véritable char d’assaut. Dès leur arrivée dans le dortoir, un officier allemand demande une personne pour traduire les règles de camp. Guido se propose bien qu’il ne parle pas un mot d’allemand et il transforme la traduction pour faire croire à son fils que s’ils gagnent 1000 points, ils gagneront un vrai char d’assaut.

-extrait-

Le registre comique utilisé s’oppose à la violence du ton et à la gestuelle de l’allemand. Le spectateur perçoit d’avantage la triste réalité qui est même trop dure pour être dévoilée à un petit garçon. Les autres prisonniers ne réagissent pas mais on peut sentir l’étonnement qui se dégage de leur réaction. Cependant ils n’osent rien dire pour tenter de partager le rêve de Josué.

Nous pouvons interpréter cette scène et de façon plus générale le film de deux façons.

D’abord il traite d’un sujet tragique en utilisant le registre comique. Le décalage créé entre le registre comique et la réalité tragique accentue encore plus la violence et l’horreur des camps de concentration. Ce film utilise également de l’implicite notamment pendant le passage où Guido traverse le camp avec Josué sur ses épaules. Ils sont entourés de brouillard et on imagine la présence de cadavres derrière eux.

Cependant, la vision que ce film offre des camps de concentration n’est pas réaliste. Par exemple, la présence d’un enfant qui reste caché au milieu des adultes est inconcevable. Les anciens déportés nous ont donnés leur point de vue et ils ont été offensés par la survie clandestine de Josué. En effet un enfant n’aurait pas pu échapper à la mort, et le montrer dans un film suggère que d’autres auraient également pu alors que c’était impossible. D’autres passages dans ce film sont aussi exagérés : par exemple quand Josué est considéré comme un enfant aryen et qu’il mange avec eux. Suggérer qu’un enfant, censé être déjà éliminé, puisse manger à sa faim en se fondant dans un groupe d’enfants de SS, sans être découvert grâce à un peu de ruse est tout simplement irréaliste. Cette absence de réalisme a choqué les déportés, qui eux ont connus la dure réalité. De plus, Josué et son père traitent le camp comme un terrain de jeu alors que c’est un lieu où règne la mort ce qui a également outragé les rescapés.

http://idata.over-blog.com/1/28/77/10/me-images-3/la-vie-est-belle.jpg

Image de couverture du fim « La vie est belle » de Roberto Benigni, 2005, (Machiavelli).

« Le dictateur » (film), de Charlie Chaplin

« Le Dictateur » de Charlie Chaplin (1940) présente une scène qui traduit très bien le danger que représentent pour la paix mondiale les dictateurs et leurs volontés expansionnistes: il s’agit de la scène de la mappemonde. Ce passage comique montre Hynkel pris d’un intérêt soudain pour la mappemonde, et exécutant une sorte de danse grotesque avec le ballon jusqu’à ce que celui-ci lui explose à la figure. C’est une scène presque sans dialogue, à l’exception de l’éclat de rire de Hynkel ; on assiste à une sorte de chorégraphie burlesque sur une musique de Wagner. Elle est différente du reste du film car elle est presque empreinte de féérie, avec un coté irréel. Cette musique rappelle aux spectateurs le régime nazi, car Hitler vouait un véritable culte à Wagner et diffusait ses musiques avant ses discours.

Tout d’abord, elle commence par Hynkel faisant tourner le ballon sur son doigt tout en éclatant d’un rire satanique, qui fait froid dans le dos. La symbolique est ici très forte, notamment grâce à la ressemblance frappante entre Hynkel et Hitler. Cette similitude poussée jusqu’à l’extrême joue dans tout le film car le spectateur est conscient de la cible de Chaplin, c’est pour lui une sorte de mise en garde. Il voit donc ici Hitler faisant main basse sur le monde.

Il est difficile pour le spectateur de voir ce dictateur, pourtant ridicule, tenir le globe entre ses mains et finalement le détruire (car c’est bien ce que représente l’explosion de la mappemonde : l’anéantissement du monde) sans que sa gorge se noue. Malgré les poses risibles de Hynkel qui nous font sourire, notre émotion est suscitée par les symboles, tels que le globe se superposant au symbole de Tomania entouré de soleil, par l’issue de la scène (destruction de la mappemonde), et par la conscience que nous avons du rapprochement avec Hitler et l’expansionnisme nazi.

C’est pourquoi, grâce au comique utilisé, le public perçoit d’autant plus l’avertissement transmis par Chaplin à travers cette scène : il est prévenu de la tyrannie d’Hitler et de son projet de diriger le monde, ainsi que de l’issue funeste de ce projet. Ce passage est enfin une représentation symbolique de la guerre : le point de départ est un dirigeant qui veut conquérir d’autres terres, et l’issue peut être la destruction pure et simple de l’une des nations.

http://image.toutlecine.com/photos/d/i/c/dictateur-1940-21-g.jpg

Le dictateur, Charlie Chaplin (site de challenge’s)

L’autre scène de ce film que nous avons choisi d’étudier est l’extrait du discours de Hynkel au début du film. C’est un des passages les plus comiques de l’œuvre ; on peut ici parler de véritable parodie des discours d’Hitler. Hynkel s’adresse à la foule en un discours virulent traduit de façon volontairement erronée par un interprète. Le spectateur comprend très vite que Hynkel est en réalité Hitler grâce à la moustache, la coupe de cheveux, le costume militaire, les grands gestes, le ton violent et l’omniprésence du symbole de la double croix (qui représente la croix gammée).

Dans son discours prononcé dans une langue étrange qui mélange de l’anglais, de l’allemand et des mots inventés par Chaplin, il critique les libertés (notamment d’expression) et la démocratie. Il encourage le militarisme et l’expansionnisme, et appelle ainsi chacun à se sacrifier pour la patrie. Le dictateur reprend enfin les idées principales d’Hitler : avec l’évocation des jeunes filles fertiles et des hommes musclés, il rappelle la prétendue supériorité de la « race » aryenne ; grâce à ses mimiques et au ton violent employé en parlant des juifs, il aborde également l’antisémitisme. Par cet extrait, Chaplin fait une dénonciation du contenu des discours d’Hitler, qui apparaît comme un homme dangereux.

- gestuelle très théâtrale

- vocifération- langue à moitié incompréhensible : mélange des langues (anglais, allemand et des mots visiblement inventés), auquel se mêlent des borborygmes, des toussotements : tout cela suscite le rire mais aussi l’inquiétude face à la brutalité et à la violence du discours qui ressort à travers les gestes, le ton, le regard de fanatique de Hitler.

- parodie des discours de Hitler pour la théâtralité des gestes, le ton vindicatif, mais cela est exagéré par la violence sur les micros (qui se plient de terreur quand Hynkel s’emporte contre les Juifs) et aussi tourné en ridicule (toussotements, discours à moitié incompréhensible…)

Il y a un décalage entre le temps de parole de Hynkel (long) et le résumé très succinct du commentateur, on a l’impression que Hynkel parle beaucoup pour ne rien dire.

Décalage entre les propos apparemment tenus (ton violent d’Hitler contre les Juifs, puis le commentateur adoucit en disant que Hynkel a fait « allusion aux Juifs »). Enfin, alors que Hynkel énumère les pays qu’il veut envahir, le commentateur déclare que «Hynkel porte la paix en son cœur » ! C’est de la malhonnêteté caractérisée (dénonciation de la propagande).

Derrière Hynkel, des dignitaires du régime ; il s’adresse à une foule qui l’applaudit après chaque grande tirade, fait le salut nazi ; mais d’un simple geste (lui-même grotesque), Hynkel fait applaudir ou arrêter d’applaudir la foule : signe de l’obéissance totale des masses au dictateur. Ce qui est à la fois drôle et inquiétant ! Chaplin a bien observé la mise en scène dans les manifestations de masse comme le congrès du parti nazi à Nuremberg.

En nous faisant rire aux dépens de Hynkel, Chaplin nous fait réfléchir (et a fait réfléchir ses contemporains) sur les aspects inquiétants de Hitler et de son régime :

- la violence de son discours (expansionnisme, antisémitisme…)

- la mise en scène soigneuse des discours d’Hitler devant les masses.

- l’obéissance aveugle des foules (culte de la personnalité)

Hitler apparaît comme un véritable fou qu’il faut combattre. Pour un artiste comme Chaplin, les armes sont d’abord celle de l’humour, du burlesque.
1   2   3   4   5   6

similaire:

Littérature et arts plastiques iconAcquisition du socle commun de connaissances et de compétences au palier 3 en arts plastiques
«pour soi»). L’oral et l’écrit portent sur la nature de la production, sur les modalités opératoires et sur la manière dont elle...

Littérature et arts plastiques icon«Analyser une œuvre d’art en cours d’arts plastiques- classe de 6ème»
«L’image : les questions se rapportant à l’image sont posées à partir des réalisations des élèves et des reproductions d’œuvres d’art...

Littérature et arts plastiques iconProfesseurs relais au Service éducatif du Musée des Beaux-Arts de...

Littérature et arts plastiques iconArts, plat du jour : des pratiques plastiques accessibles au quotidien : 5 à 12 ans

Littérature et arts plastiques iconRéunion de bassin 2009-10 Jeudi 29 avril
«des clics et des classes»). Autre thème abordé, celui des porte-documents numériques en vue de conserver les documents liés à l'option...

Littérature et arts plastiques iconRecherche au cdi en arts plastiques
«compétences requises», cherche la citation d’un grand photographe Cartier-Bresson et copie là ci-dessous

Littérature et arts plastiques iconParcours choisi(S) 16
«Alors se développèrent ces harmonies qui sont parmi ce que les arts plastiques ont produit de plus sérieux»

Littérature et arts plastiques iconEcole primaire andre haglon le mesnil mauger
«La magie des métamorphoses» qui permettra de travailler en arts plastiques, en histoire de l’art, en musique, en sciences par exemple...

Littérature et arts plastiques iconD’art d’art Concept
«D’art d’art», une émission de télévision consacrée aux arts plastiques, présentée par Frédéric Taddeï

Littérature et arts plastiques iconD’art d’art Concept
«D’art d’art», une émission de télévision consacrée aux arts plastiques, présentée par Frédéric Taddeï






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com