«La Science Prométhéenne» De Pierre-Charles Aubrit Saint Pol Résumé et présentation de l’ouvrage





télécharger 68.95 Kb.
titre«La Science Prométhéenne» De Pierre-Charles Aubrit Saint Pol Résumé et présentation de l’ouvrage
date de publication29.10.2016
taille68.95 Kb.
typeRésumé
h.20-bal.com > loi > Résumé

©LES CHAIERS DE L’ALLIANCE CHRETIENNE




« La Science Prométhéenne »
De
Pierre-Charles Aubrit Saint Pol
Résumé et présentation de l’ouvrage
Cet essai aborde deux thèmes majeurs :

  • La science détournée du Bien Souverain pour servir la Mal

  • La dénonciation d’un complot ayant pour but de paralyser la parole de l’Eglise agissant dans le cadre de la désinformation et dans le cadre doctrinal.

Pour la compréhension de cet essai et au vu de son importance et de la nécessité, je vais publier ici quelques pages.

Le lecteur doit savoir que tout ce qui s’y trouve révélé, dénoncé, exposé et expliqué est conforme à la vérité des faits et à la Vérité de la doctrine ; il y ait démontré que l’animation en l’homme se produit bien au premier génome selon l’enseignement du Pape saint Jean-Paul II le Grand.

Extrait de la Préface de Bruno de Vergeron :
« Nous découvrons avec surprise que nous pénétrons cette fois sans mal dans ce qui, au début de ce millénaire, aura fait couler beaucoup d’encres et suscité d’habiles manœuvres difficiles à démêler, des millions de pages de débats, de manipulations, d’interrogations. Un silence pesant et inavouable a fait taire et oublier de puis 10ans, voire réduit à une ru-brique d’arrière-garde, cette question qu’il nous révèle être on ne peut plus actuelle, et déterminante pour toute l’humanité et le devenir des familles qui la constituent. »


Extrait de l’avertissement par l’auteur :
« Ces vingt dernières années, Le Méné et Tugdual-Derville nieront que l’intention du législateur fût le clonage reproductif humain et qu’il se pratiquait malgré l’interdiction, à cause du jeu subtil des dérogations rendues possibles par des vides juridiques savamment construits à l’intérieur de la loi. Mr Tugdual-Derville déclara même avoir combattu pour que soit évitée l’interdiction du clonage…

Lors du vingtième anniversaire de la mort du professeur Jérôme Lejeune, Le Méné osera féliciter le ministre Jean-François Mattei (ministre de la santé et rédacteur de la Loi de Bioéthique, aujourd’hui Président de la Croix Rouge) : «…d’avoir réussi à interdire le clonage humain sous toutes ses formes» (http://radionotredame.net/2014/, affirmation tout à fait fausse, mensongère et délibérée.

Au dernier colloque sur la bioéthique de Paray-le-Monial, organisé par la Communauté de l’Emmanuel en 2014, il réaffirmera qu’il ne se pratiquait pas de clonage au prétexte que la loi l’interdisait alors que le député Bernard Debré, ancien membre du Comité National d’Ethique, affirmait le contraire dans les débats télévisuels concernant la loi Taubira, suggérant qu’il n’y avait qu’un pas d’intention et de différence technique entre le clonage thérapeutique et reproductif humain, il précisait qu’il était :  «…bien content que son mandat de membre de la Commission Nationale d’Ethique touchât à son terme…». Il était évident qu’il savait que le clonage humain se pratiquait et il ne pouvait ignorer l’intention du législateur. »
Premier chant 

Karol de Cracovie :
« - Commençons par répondre à ma question d’ouverture.

Si les chercheurs et autres savants ne s’imposent pas de limites en s’appuyant sur leur conscience morale indépendamment de leurs convictions, c’est au législateur de les soumettre par des interdits. Si ni les uns ni les autres ne savent se contenir c’est qu’ils n’ont plus l’intelligence du bien commun ni d’entendement sur la morale. Car ignorer le bien commun procède d’une déstructuration de la morale commune, cela ne vient pas spontanément.

La question est donc de savoir jusqu’où est réduite leur liberté ?

Mais nul ne perd accidentellement sa liberté !

Il faut l’avoir vendue à l’encan comme la pudeur à Pigalle ou sur les ailes du Moulin Rouge ou à la potence comme les peaux de lapin qui les ornaient dans les corons. Perdre sa liberté procède de la volonté ou de l’habitude mauvaise… Mais il n’est pas possible ni permis de retirer la liberté du sujet sans son consentement encore faut-il se mettre d’accord sur le concept de liberté. L’homme le plus enfermé qui puisse être, s’il garde sa liberté de conscience est un homme très libre, car il peut toujours dire « Non » au mal qui le sollicite et nous le savons, l’exercice premier de la liberté est de dire non au mal en soi et de dire oui à l’amour, au Bien Souverain.

Séraphin de Jérusalem :
- En quoi les travaux du CERN mériteraient-ils l’attention du Pape ?
Justin de Naplouse :


  • Mais avant de répondre à cette question, interrogeons-nous sur la légitimité de vouloir comprendre la Création, la connaître ?


Pie de Potiers :



- Quelle question étrange ! Question piège s’il en est !

Je te rappelle Séraphin, que nous avons passé la première partie de notre bac et que nous ne jouons plus aux billes !

Je me méfie des questions dont les réponses semblent aller de soi. Je ressens la présence du Père Henri Macé1 et je devine son sourire malicieux à la sortie de la bibliothèque ou d’un de ses cours d’histoire de l’Eglise…


  1. N’est-ce pas le propre de l’homme de comprendre sur quoi il règne ?

  2. Ne doit-il pas connaître son environnement ?

  3. Comment s’identifierait-il sans cet effort ?



Le Créateur a pourvu l’homme de trois puissances puisqu’il est seul à posséder une âme spirituelle ; chacun admet avoir besoin de comprendre les causes qui le distinguent du reste de la Création ; de la même manière qu’il doit comprendre la substance et la nature de ses relation avec elle. La Création est toute ordonnée à Dieu le Fils par l’homme qui la remet à son Père dans la communion de l’Esprit Saint :

« Il dit ensuite : faisons l’homme à notre image et à notre ressemblance, et qu’il commande aux poissons de la mer, aux oiseaux du ciel, aux bêtes, à toute la Terre, et à tous les reptiles qui se remuent sous le ciel. Dieu créa donc l’homme à son image ; il le créa à l’image de Dieu, et il les créa mâle et femelle. » (Gn. 1, 26-27)
Justin de Naplouse :
- Deux grandes périodes se distinguent pour l’humanité :

- 1er période, elle est au Paradis.

- 2eme période, elle est chassée du Paradis.
La question sur laquelle nous disputons vient de ce que l’homme, depuis le commencement de l’histoire, doit reconnaître sa place dans la Création. Elle ne se posait pas à Adam et Eve durant leur présence au Paradis ; ils vivaient en communion avec la Création et avec Dieu.

La question se pose au genre humain depuis que nos Premiers géniteurs ont été chassés du Paradis à cause du péché originel.

Si Dieu est l’Alpha et l’Omega, ce qui est de foi, son Omega, quoi qu’il soit de toute éternité, ne s’accomplit qu’avec la collaboration de l’homme dont il assume et résume totalement la nature et l’histoire. L’Omega est la Cause Finale dans laquelle l’homme réalise son acte et se réalise, mais il ne peut s’y introduire qu’en fonction de l’usage qu’il fait de sa liberté dans le temps qui lui est imparti sur la Terre.

Si toute la Création visible et invisible est ordonnée au Fils de Dieu, Verbe incarné, Seconde Personne de la Sainte Trinité, il est certain que les mondes de la matière et du vivant sont ordonnés à l’homme : minéral, végétal et animal. C’est par lui, par son action de grâce, qu’ils sont ordonnés à Dieu Un par Le Fils, le Verbe, l’Omega. En effet, ce qui est inférieur s’ordonne au supérieur. »
Deuxième Chant

Séraphin de Jérusalem :



« - Il ne s’agit pas de science-fiction !

Mais pour celui qui a lu des ouvrages de science-fiction, il sait que celle-ci prévient les effrois que nos sciences génèrent. Il est à considérer que certains auteurs puissent avoir des liens avec des puissances interdites d’où il vient que leurs données futuristes se concrétisent. Ils sont poussés par la Justice de Dieu de révéler l’intention.

Il y a dans ce genre littéraire une dimension prophétique caractérisée, et parmi ces auteurs-prophètes se dissimulent des maîtres noirs. Nous observons des faits et situations identiques dans les œuvres romanesques, des films voire des peintures ou dessins comme la bande dessinée, la sculpture, la musique.

L’observateur attentif découvre une constante : une volonté de préparer le commun à des évolutions présentées comme logiques, allant de soi – alors qu’elles s’opposent explicitement ou de manière suggestive à la loi morale naturelle et au bien commun – le pire est encore devant nous.

Il y a une orchestration qui amène l’humanité à accepter l’inacceptable, et qu’elle devienne docile à perdre toute liberté, ne sachant plus user de son discernement. Elle est poussée à vivre l’instantané : la vitesse est une quantité et non une qualité.
Joseph de Ratisbonne :
- A ce sujet, mentionnons l’œuvre romanesque de J. K. Rowling « Harry Potter ».

Le Pape Benoît XVI nous a avertis de la dangerosité de cette œuvre pour les jeunes, moi-même je n’étais pas d’accord avec lui, car je n’y voyais qu’une œuvre hautement imaginative ; j’ai eu tort ! C’est une œuvre de plain-pied dans le combat spirituel, côté forces infernales. Je plains cet auteur qui ouvre plus grand et avec plus de puissance les tentations vers l’occulte, car la subtilité malicieuse vient de ce que les méchants comme les gentils utilisent la magie, font appellent à des forces préternaturelles qui n’appartiennent qu’au royaume de Lucifer. L’auteur a pu se laisser regarder par le mal et le contempler.
« Ne parle pas avec le Mal, ne murmure pas avec lui… et sache que tu deviens ce que tu contemples… » (Conseils Spirituels)
L’objet de cette œuvre est Lucifer. Il est introduit explicitement – Voldemort : celui qui vole la vie [Lucifer agit tel un voleur] –, matériellement dans la société des hommes et certains de ses affidés aspirent à devenir son second : « l’Antéchrist », c’est-à-dire la pointe du Meshom.

A l’encontre, l’œuvre de J. R. R. Tolkien est également de plain-pied dans ce combat spirituel, mais catholique de conviction, il illustre le mieux la substance de ce combat. Son œuvre éminemment prophétique est digne d’entrer par la grande porte dans le patrimoine de la chrétienté. Tolkien est pétri d’histoire religieuse et des Saintes Ecritures. Il annonce assez clairement le passage de l’ère de l’Eglise de Pierre à l’ère de l’Eglise de Jean, il est entré dans l’intelligence du livre de l’ « Apocalypse ». Le départ des elfes vers l’île sanctuaire et aussi un clin d’œil à l’enlèvement annoncé ans l’Evangile saint Jean. » […]
Justin de Naplouse :
- Certains chercheurs interrogés à la suite de l’expérience du 11 septembre 2011 répondirent avec une assurance à donner le vertige :
«Que pour eux, il s’agit de : « donner (à la matière) une autre orientation que celle des motions divines de la Création pour qu’elles aient une autre direction à partir d’un autre comportement qui viendrait de l’univers double (univers de Lucifer) ».
L’intention est clairement affichée, faut-il pour autant soupçonner tous les savants d’être du Malin ? Certes non ! Mais pourquoi ne parlent-ils pas ?
Pie de Poitiers :

- Nous sommes-là en présence d’un dévoilement d’intention, voir canular supra, contraint par Dieu, mais dont l’inspiration ne peut venir que du Malin. Il y a des esprits voués au mal et qui, de libre propos, veulent dérégler la Création croyant affirmer le pouvoir de l’homme ; certains se doutent-ils qu’ils vont contre Dieu ? Mais il arrive que Dieu se joue de leur malice…

On ne peut ignorer les enjeux spirituels qu’engagent directement ces milieux scientifiques.
Selon des sources ecclésiales, certains chercheurs et savants pour accéder à des connaissances singulières et parvenir à des expériences limites n’hésitent pas à solliciter l’aide de Lucifer au moyen de rites monstrueux allant jusqu’au sacrifice humain, de préférence des enfants innocents et pré-pubères. Un prêtre exorciste ne peut mentir2.

L’homme peut voir s’ouvrir en lui un abîme d’orgueil qui le désolera assurément. Son entendement n’est que le fruit de son intention. Il est dans une appétence de l’autosatisfaction qui l’oblige à une morale de substitution, car il ne peut se survivre qu’à ce prix et c’est l’enfermement… Il n’est qu’à entendre les francs-maçons, des intellectuels et des savants, mais cette déviance fatale se trouve aussi dans les milieux religieux laïcs et prêtres. »

Troisième Chant

Justin de Naplouse :



«  - Revenons à l’historique des évènements. Le 25 mars le média israélien « Word News Daily Report » publiait son canular, voir supra, et ce même jour l’Eglise commémorait l’anniversaire de la publication de l’encyclique « Evangelium Vitae » du Pape saint Jean-Paul II le Grand. A l’issue de ces célébrations et de la réunion du Conseil Pontifical pour la Vie, M. Le Méné, Président de la Fondation Lejeune, accordait un entretien à M. Cocagne sur Radio Vatican durant lequel il reconnaissait, du bout des lèvres, la production du clonage humain en laboratoire. Il affirmera une donnée fausse :

«Dans l’encyclique « Evangelium Vitae » le Pape saint Jean-Paul II le Grand a anticipé la question du clonage en traitant globalement les problèmes induits par les manipulations génétiques ».
Prêter à ce Pape une telle tournure d’esprit, qui plus est dans une encyclique n’est pas recevable, n’est pas crédible. C’est faire peu de cas d’un pape qui a passé son pontificat à défendre la dignité et l’honneur de l’homme, du genre humain.
Joseph de Ratisbonne :
- Tu es trop bienveillant. Une telle affirmation n’est pas une erreur, elle résulte d’une réflexion, d’une construction intellectuelle.

Nous savons que cela ne se peut pas venant de ce Pape ! Non seulement il ne l’a pas anticipé, mais il ne le cite pas, ne le nomme pas. Or ce n’est pas un détail !
Ce qui infirme les dires de Le Méné, c’est l’audience que le Pape accorda, bien après la publication d’Evangelium Vitae, et durant laquelle il déplorera qu’il n’ait pas nommé le clonage comme dérive possible et de ne pas l’avoir traité en tant que tel. La délégation de « l’Institut Nazareth » se trouvait présente avec d’autres lors de ces regrets explicitement exprimés qui faisaient suite à une question posée par l’un des membres.
Il est évident que si ce Pape avait eu en mémoire le clonage en cour de rédaction de son encyclique, il n’eût pas manqué de le développer. Il n’était pas homme à se taire sur des sujets importants touchant tout à la fois à la dignité de l’homme comme à la Gloire de Dieu ; surtout si la Gloire est agressée dans la Paternité Créatrice Vivante du Père. S’il exprime ses regrets de ne pas avoir enseigné sur le sujet, c’est qu’il en était profondément affecté et qu’il le considérait comme un oubli majeur.
Il est tout à fait impossible de soutenir que, d’intention, son encyclique globalisait toutes les questions de morale sur les manipulations génétiques, sans plus de précisions. Une telle affirmation ne tient pas pour qui a approché ce pape.
Séraphin de Jérusalem :


  • Les propos de Le Méné ressemblent à une fuite de ses responsabilités morales, spirituelles sur cette question. Et venant de cet homme qui a connu l’intense amitié de ce pape pour son beau-père, le Professeur Jérôme Lejeune, ils sont délibérés. Ils révèlent le désarroi dans lequel il se trouve face à ses silences et ses dénégations qu’il prolongea jusqu’en été 2014 lors du dernier colloque de bioéthique organisé par la Communauté de l’Emmanuel à Paray-le-Monial et de ses nombreuses autres interventions à la radio, à la télévision, aux Bernardins.

Une situation inacceptable intellectuellement et moralement soutenue entre autre par Monsieur Tugdual-Derville – Délégué Général de l’Association Vita et co-créateur du mouvement Ecologie Humaine, et qui, pour rassembler le plus grand nombre de familles fut invité à rejoindre « La Manif Pour Tous », et les autres mouvements qui en émergèrent, Université de la vie fondation de Vita, Avenir Pour Tous, les Veilleurs… Même les Associations Familiales de tous bords inclues dans le collectif de « La Manif Pour Tous » ne se réfèrent, sans discernement, aveuglément, qu’aux seules analyses de cet homme admiré et plébiscité par tous.
Karol de Cracovie :
- Il y a une accumulation de propos, d’incohérences, de silences qui retiennent mon attention et me font entrevoir un drame qui se serait joué et continue de se jouer dans les couloirs obscurs des pouvoirs, et qui impacte toute l’humanité et en premier lieu l’Eglise.
Elles résonnent d’une actualité poignante les paroles du bienheureux Pape Paul VI : «Les fumées de Satan sont entrées dans l’Eglise».
Il est à craindre que ces puissances mauvaises se soient établies parmi les membres de la hiérarchie et de façon pérenne jusqu’au-delà de l’ouverture du cinquième sceau, malheur pour ceux qui auront de libre propos détourné la Parole du Christ, le Verbe, Béni soit son Nom !
Séraphin de Jérusalem :
- Il n’y a que Dieu qui puisse connaître le tréfonds des intentions véritables de l’homme ; aussi je me garderai bien d’en juger. Il n’en demeure pas moins que le silence obstiné de Le Méné et la complicité de Tugdual-Derville (voir annexe8)  favorisant le clonage est une faute intellectuelle, spirituelle et politique majeure aux répercutions désastreuses sur l’humanité. Il est vrai que pour Le Méné il y a une circonstance atténuante, l’influence du Père Marie-Dominique Philippe qui, renonçant à son enseignement en faveur de l’animation au premier génome, mettra toute son autorité pour défendre l’animation tardive alors qu’il en démontrera l’impossibilité.
Ils n’ignoraient pas que dès le début de l’énoncé du projet de loi l’intention explicite du législateur était d’autoriser sans entrave le clonage reproductif humain puisque, en 2001- 2002 le gouvernement français projetait de faire accepter le clonage thérapeutique au travers d’une Convention Internationale (ce qui fut évité par le Parti Vert allemand de M Fisher, averti au dernier moment). [Il y a plusieurs sortes de clonages thérapeutiques ; il y a, par exemple, le fait de prendre une cellule sur un grand brûlé en vue d’élever du tissus pour produire sa propre peau afin de la greffer, ce qui est tout à fait acceptable, mais ici la volonté du gouvernement de l’époque était que le clonage thérapeutique fut de faire un clone totalement humain – UNE PERSONNE – puis le tuer et l’exploiter pour ses organes… Mais il y a pire !]

Quatrième Chant
« Karol de Cracovie :
- Les théologiens sont toujours divisés sur le sujet. Il y a plusieurs positions :


  1. Un courant encore majoritaire postule pour l’animation tardive ; l’un de ses chefs de file, le Père Marie-Dominique Philippe, en sera le défenseur le plus acharné après qu’il a enseigné le contraire (voir annexe 15), mais il n’est pas tout seul dans sa fondation à défendre cette position erronée ; en effet, certains de ses fils spirituels, formés par lui, le sont aussi et pour des raisons opposées à la mission de l’Eglise. Les tenants de cette proposition sont soit des ignorants, des affectifs qui, par un concept de fidélité absurde à leur maître, n’acceptent pas que son enseignement puisse être remis en cause, ici celui du Père Marie-Dominique Philippe. Mais aujourd’hui, il est connu que parmi les Frères philosophes de Saint Jean, une minorité très active a agi sur le Père Marie-Dominique, profitant de son âge, et ont établi une coercition agressive contre ceux qui s’opposaient à sa proposition et soutenaient celle du Pape saint Jean-Paul II le Grand.

A juste titre, ils sont soupçonnés de collusion avec les pouvoirs de la République surtout si est considérée l’ascendance sociale et familiale de certains d’entre eux. Des intérêts personnels et familiaux furent déterminants dans cette dispute.

Certains religieux, prêtres ou non, considèrent leur vocation comme une mise en service au profit de la situation de leurs ascendants, de leur famille, assurer la pérennité sociale statutaire de leur milieu d’élection… Une attitude néo-maurassienne abominable !



  1. Il y a ceux qui sont dans les mouvances conservatrices multiples comme l’Opus Dei et les courants de type ultra, ils proposent une animation immédiate dès la fécondation de l’ovule ou bien encore, reprenant à leur compte la proposition condamnée de Marc Aurèle, ils enseignent que l’animation se fait au moment où le papa éjacule sa semence. Leur proposition n’est pas scientifiquement recevable, mais elle est conforme à leur raideur, à leur absolutisme névrotique parce que leur foi est inintelligente à l’espérance. Ils souffrent d’une insuffisance doctrinale : théologique et philosophique.



  1. Il y a un petit nombre de fidèles qui postulent pour l’animation au premier génome comme le Pape saint Jean-Paul II l’a enseigné – engageant son infaillibilité ordinaire lors de son discours inaugurant la nouvelle session de l’Académie Pontificale pour la Vie –, que «l’animation se fait dès la constitution du premier génome». Cette dernière proposition est la seule juste ! C’est la seule qui soit intellectuellement, philosophiquement et théologiquement probante, acceptable en tenant compte des avancées scientifiques en biologie et en génétique3.

La réflexion du Pape intègre la «Memoria Dei ou puissance de liberté». C’est une proposition qui tient compte des avancées scientifiques et du renouvellement de la métaphysique, grâce à l’apport de la «Tradition Mosaïque» que ce Pape a eu l’opportunité de redécouvrir en fréquentant les milieux juifs religieux traditionnels de Pologne et que nous avons perdue parce que nous avons donné trop d’importance à la culture hellène4.
Pie de Poitiers :
- Les Pères de l’Eglise et tous les théologiens en passant par saint Thomas d’Aquin considèrent la semence ou le sperme de l’homme comme de la purée, inapte à recevoir l’âme spirituelle.
La question, je le répète, reste ouverte, ce qui laisse la discussion libre sur ce sujet ; et elle n’a fait l’objet d’aucune définition dogmatique « ex cathedra » même si le Pape saint Jean-Paul II le Grand a engagé son infaillibilité ordinaire lors de son discours à l’Académie Pontificale pour la Vie le 24 février 1998, enseignant que l’animation se produisait dès la constitution du premier génome. (Annexe 16)
Mais ces vingt dernières années des tensions très dures ont vu le jour avec des violences, des intransigeances profondément contraires à une authentique démarche intellectuelle qui consiste à découvrir la vérité pour le meilleur service de la charité. On abusa du principe d’autorité, multipliant les interdits qui n’avaient aucune légitimité et qui allaient à l’encontre de la discipline générale de l’Eglise5.

Des intervenants sur ce sujet se sont comportés en ayatollahs, foulant aux pieds les fondements de toute dispute intellectuelle avec le mépris de la plus élémentaire charité.
Quels pouvaient bien être les enjeux en amont pour susciter des comportements aussi hors normes ?

Ils dépassaient et dépassent toujours l’opposition normale dans ce genre de dispute qui déborda de la Fraternité Saint Jean à l’Eglise en France et jusqu’au Saint Siège. Ces comportements injustifiables influenceront la hiérarchie de l’Eglise en France entraînant certains à se détourner de la Vérité, pour troublés qu’ils fussent et soient encore dans leur entendement et discernement. »


Cinquième Chant
Justin de Naplouse :
« - Si l’animation, dès la constitution du premier génome, avait été défendue aux premiers murmures du projet de la Loi de Bioéthique, il aurait été bien difficile pour le législateur d’aller jusqu’à sa rédaction définitive. En effet, lors de son premier mandat, Jacques Chirac s’était engagé à ne pas faire voter de loi qui permettrait l’intrusion dans l’ «Arbre de Vie», il fallait l’y aider en usant de tous les arguments qui étaient à notre disposition et ouvrir une ligne de force pour nos évêques , mais il n’en a pas été ainsi.
Pie de Poitiers :

- Les généticiens interviendront dans le génome, sur les champs morphogénétiques, car plus rien ne les empêche ; en effet, depuis 2013, il n’y a plus d’interdit légal de clonage à partir de cellules souches issues d’embryons. De la même manière qu’ils peuvent empêcher l’évolution sexuelle du sujet de se poursuivre dès l’embryon, – le vote du 11 février 2013, fête de Notre Dame de Lourdes, Sanctuaire international de l’Immaculée Conception, le leur autorise –, ils procéderont à la suppression ou à la réduction de la liberté de l’individu qui est une personne dès le premier génome.
Il sera possible de créer des humains inférieurs, des humanoïdes, parce que sans la maturité sexuelle, les clones seront sans affect, sans liberté ou très amoindries, leur capacité intellectuelle sera très faible, ils seront facilement programmés et donc une incapacité à la transcendance même avec une âme spirituelle.
Un sujet malléable, esclave d’une société de surhommes, une main-d’œuvre peu coûteuse que l’on supprimera parce qu’ils ne seront pas reconnus comme des humains à part entière. Ils n’auront pas d’état civil, leur identité sera moins importante que celle du chat domestique.
Le clonage est possible, sans restriction, sans contrôle depuis la promulgation de la nouvelle loi bioéthique le 6 aout 2013, fête de la Transfiguration, mais également l’anniversaire de l’usage de la bombe atomique contre le peuple japonais ; il existe cinq méthodes pour le produire, plus rien n’empêche de réaliser les options abominées. Le législateur est un Antéchrist.
Séraphin de Jérusalem :
- Nous n’avons plus le droit de condamner le nazisme, nous sommes dans leur filiation. Hitler ricane en enfer ! Beaucoup le rejoindront et tomberont plus bas que lui. Nous entrons dans une période où le mal aura les allures du Bien Souverain.
Entendez-le ! Entendez-le !
a) On nous ment !

Cessons de croire que demain sera meilleur, que toutes ces recherches sont pour soigner, guérir !

b) On nous ment !

Il n’est pas question de bonheur, puisqu’il n’est plus question de Dieu !

c) On nous ment !

Il n’est plus question de respecter la loi morale naturelle !

d) On nous ment !

Il n’est plus question de la dignité de l’homme, de la femme, le corps humain est une marchandise !

e) On nous ment !

La famille n’est plus considérée comme fondement de la société, l’enfant est objet de consommation !

f) On nous ment !

Il n’y a plus de régime de liberté, la démocratie dévoile son visage, il est hideux puisque l’homme n’est plus son projet !

On nous ment !
Justin de Naplouse :
- Les conséquences de toutes ces lois seront sévères si Dieu dans sa Miséricorde et Justice n’y met bon ordre. Vous les ressentons déjà et nous en subirons toute la charge. Les Veilleurs de la Nouvelle Jérusalem en seront les porteurs, car ils collaboreront à l’œuvre de justice et de miséricorde ; Dieu forme leur cœur et leur esprit disponibles.
Les matins et les soirs arrivent, l’angoisse pincera nos entrailles et beaucoup se désespéreront…

En touchant aussi profondément aux harmonies de la Création, à ses lois, nous n’avons pas seulement commis une transgression, mais nous sommes entrés dans la Troisième Grande Transgression, elle n’est pas encore totalement consommée.

Il faut le dire nous en voyons déjà les effets néfastes, les comportements sont ceux du repli sur soi, des signes probants tel que l’inhospitalité, le désintérêt du prochain proche. On veut bien faire le bien, mais il doit se voir. Une désaffection pour la connaissance, un rejet de la vérité à cause de sa légitime autorité, une difficulté accrue au discernement. On se regarde sans se voir, on s’observe sans se comprendre. 
site : http://surleroc.org/index.html



1 Le Père Henri Macé était un prêtre eudiste spécialiste de l’histoire de l’Eglise et de la liturgie, il fut un consultant auprès des commissions du Second Concile du Vatican, il enseigna avec brio au séminaire de Paray-le-Monial, j’ai eu l’honneur de suivre ses cours ; il se révéla être un humble puits de sagesse et de savoir, mais surtout un exemple hors du commun de charité.

2 Le Père Georges Morand : https://youtu.be/1jxpXPR-VzU

3 Il existe des reportages vidéographes de laboratoires de recherches qui renseignent sur l’évolution biogénétique dès le début de la fécondation de l’ovule à la formation du premier génome et de ce premier génome à l’embryon.

4 L’apport de la philosophie grecque fut indispensable à la pensée et doctrine chrétienne surtout dans le domaine de la morale et des catégories., mais sans doute à cause de saint Thomas et l’importance excessive donnée à Aristote l’apport de la Révélation mosaïque qui contient la Tradition des origines a été négligé et méprisé ; des facteurs antisémites stupides, mais compréhensible après la découverte de charniers constitués de victimes chrétiennes au début du 7eme siècle et l’émergence d’un christocentrisme abusif, élevé aux dépens de la théologie de l’Alliance, figea la doctrine chrétienne dans un absolutisme incompatible avec l’incessant travail d’approfondissement de la Révélation.

5 Interdiction de recherche sur la Memoria Dei, interdiction de se rendre au Saint Siège et de rencontrer le Pape (après que J.P. II ait prononcé son discours à l’académie pontificale pour la Vie), interdiction d’enseignement publique sous les signes de la fraternité saint Jean et en son nom propre, autant d’interdits contraires à la discipline de l’Eglise… Un abus de pouvoir, caractérisé ! Une attitude imbécile et coûteuse pour l’Eglise et l’humanité.


similaire:

«La Science Prométhéenne» De Pierre-Charles Aubrit Saint Pol Résumé et présentation de l’ouvrage iconForcadet pierre-Anne
«L’affaire de Geoffroy de Bruère contre Charles d’Anjou : un appel à la Cour du roi saint Louis», à paraître

«La Science Prométhéenne» De Pierre-Charles Aubrit Saint Pol Résumé et présentation de l’ouvrage iconForcadet pierre-Anne
«L’affaire de Geoffroy de Bruère contre Charles d’Anjou : un appel à la Cour du roi saint Louis», à paraître

«La Science Prométhéenne» De Pierre-Charles Aubrit Saint Pol Résumé et présentation de l’ouvrage iconAnthologie et portraits de la poèsie française De Charles d'Orléans...

«La Science Prométhéenne» De Pierre-Charles Aubrit Saint Pol Résumé et présentation de l’ouvrage iconPierre Parlebas Docteur d’Etat ès Lettres et Sciences Humaines Président...
«Ce sont les passions qui utilisent la science pour soutenir leur cause. La science, écrit-il, ne conduit pas au racisme et à la...

«La Science Prométhéenne» De Pierre-Charles Aubrit Saint Pol Résumé et présentation de l’ouvrage iconProgramme culturel lié mercredi 6 mai 2009 18h30 : concert au Centre...
«Centre Jeanne-d’Arc» (Orléans), du «Centre Charles-Péguy» (Orléans), de l’association «Amitié Charles Péguy» (Paris), du centre...

«La Science Prométhéenne» De Pierre-Charles Aubrit Saint Pol Résumé et présentation de l’ouvrage iconRésumé 501 Les Hautes Alpes (2) Pierre Chauvet est l'auteur d'une...

«La Science Prométhéenne» De Pierre-Charles Aubrit Saint Pol Résumé et présentation de l’ouvrage iconAu delà de Paris et Nancy, «l’Ecole de Charles Richet» selon Pierre...
«l’Ecole de Charles Richet» selon Pierre Janet : son impact et ses réseaux, ses membres et son hétérodoxie de l’appel à un congrès...

«La Science Prométhéenne» De Pierre-Charles Aubrit Saint Pol Résumé et présentation de l’ouvrage iconRésumé Les termes de prospective, futurologie et anticipation sont...
«imperméable» à la pesanteur dans Les premiers hommes sur la lune de Herbert George Wells (1901)

«La Science Prométhéenne» De Pierre-Charles Aubrit Saint Pol Résumé et présentation de l’ouvrage iconProgramme du colloque
«Centre Jeanne-d’Arc» (Orléans), du «Centre Charles-Péguy» (Orléans), du centre «Europe de l’Espérance» de Varsovie (Pologne) et...

«La Science Prométhéenne» De Pierre-Charles Aubrit Saint Pol Résumé et présentation de l’ouvrage iconBibliographie du cours de M. Frédéric Sawicki Master de science politique...
«Les Manuels», 2005. [Ouvrage élémentaire surtout centré sur l’histoire du droit]






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com