1 – François La Barbe (+1595) & Olivette de Seilles (+1601)





télécharger 102.57 Kb.
titre1 – François La Barbe (+1595) & Olivette de Seilles (+1601)
page6/6
date de publication29.10.2016
taille102.57 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6

4.1 – Olivier Labar (1880-1945) & Léonie Bontemps



Olivier, l’aîné des deux fils survivants, a acheté en 1917 une ferme à Ciney au lieu-dit « Les Basses » (actuellement avenue d’Huart) à un certain Aimé Dubois, négociant en chiffons. Le

prix de la maison était de 15.000 francs.
C’est là qu’il vient s’installer avec sa femme Léonie Bontemps et ses deux fils qui sont nés à Chapois : Aimé et Armand. Il était marchand de porcs. Les deux fils suivront la voie tracée par leur père : ils seront tous deux marchands de bestiaux.
Olivier et son frère Armand de Chapois ainsi que leurs fils (Aimé, Armand et Olivier) vont devenir des marchands très actifs des marchés de Ciney qui se déroulaient sur la place Monseu devant l’église sous les arbres près du kiosque et dans les rues avoisinantes. Par la suite, ces marchés sont devenus hebdomadaires et un marché couvert a été construit en dehors de la ville.
Olivier meurt à Ciney des suites d’un cancer en 1945 dans la maison familiale, il avait 65 ans; sa femme Léonie Bontemps lui survivra plusieurs années puisqu’elle décédera en 1962 âgée de 82 ans.

Aimé Labar (1906-1978) & Gaby Clarenne



Aimé, l’aîné des fils d’Olivier et de Léonie, est né en 1906. On lui donne ce prénom en souvenir de la petite sœur d’Olivier, son père, qui s’appelait Aimée et qui est morte en 1901 à l’âge de 4 ans. Ce prénom sera par la suite donné à plusieurs membres de la famille. Aimé se marie à l’âge de 20 ans avec Florentine Clarenne dite Gaby. Il se lance dans le commerce de bestiaux comme son père. Il habite successivement à Ciney, Liroux (Achêne), Yvoir et enfin Champalle (près d’Yvoir). Il est devenu un grand amateur de chasse, passion qu’il communiquera à deux de ses enfants, Armand et Olivier.

Le couple aura six enfants mais la dernière, Aimée, ne vivra que deux ans. Les autres enfants sont : Alphonse lui aussi marchand de bestiaux (+2008), Jean (+2008), Armand (+2006), Olivier (+1993) et Marie-Thérèse. Beaucoup de leurs descendants habitent en Condroz.



7 générations de LABAR sur ces 2 photos. De g à d : Olivier, Alphonse, Aimé, Florimond, Clément, Gaby, Frédéric, Alphonse.

Armand Labar (1908-1976) & Yvonne Englebert



Le deuxième fils d’Olivier Labar et de Léonie Bontemps, Armand, né en 1908 à Chapois, est resté dans la maison de l’avenue d’Huart à Ciney que ses parents avaient acquise en 1917. Il est lui aussi marchand de bestiaux, présent chaque semaine à la foire de Ciney et au marché d’Anderlecht.


Armand LABAR (1908-1976) sur sa moto Gillet de 1929 et devant sa première voiture vers 1937.
Il se marie en 1936 avec Yvonne Englebert, fille de Nestor Englebert, fermier à Corbion. Le couple aura cinq enfants : Pol (+1975), Marie (+1993), Aimé (+1995), Joseph dit Jo et Annie.

4.2 - Armand Labar (1881-1945 & Marie Dardenne



Armand, le frère d’Olivier de Ciney est le deuxième des fils de Florimond. Il est resté dans le village de Chapois. Il a acheté une maison en face de l’église non loin de la ferme de son père. Il était marchand de porcs et de bestiaux, comme son frère Olivier et participait donc aux marchés aux bestiaux de Ciney.



Armand LABAR (1881-1945), second fils de Florimond et de Marie Deculot et son épouse Marie DARDENNE (1881-1971)

En 1910, il épouse Marie Dardenne d’une famille du village. Il mourra subitement en 1945 quelques jours avant son frère Olivier qui souffrait d’un cancer et qui inconscient dans ses derniers jours ne saura pas qu’Armand était mort avant lui.
Armand et Marie Dardenne ont eu quatre enfants. L’aînée Aimée, atteinte de poliomyélite à son adolescence, est restée paralysée. Elle a vécu dans la maison familiale avec son frère Olivier et sa belle-sœur Edith.


Olivier Labar (1922-1988) & Edith Pétry



Olivier est le fils cadet d’Armand Labar et de Marie Dardenne. Il naît en 1922 et reprend le métier de son père, le commerce de bestiaux. Il travaillera beaucoup en collaboration avec ses cousins, Aimé de Liroux, et Armand de Ciney.


Olivier LABAR (1922-1988), fils d'Armand et de Marie Dardenne

Il reste dans la maison familiale à Chapois et épouse en 1948 Edith Pétry. Olivier était une figure bien connue dans la région, il a été Président du Club de Chapois de balle pelote et membre actif de la chorale de l’église. Le couple a eu quatre enfants : Jocelyne, Armel, Claudy, Jean-Michel. Olivier est décédé en 1988 et Edith Pétry est en 2009.


----------------------La lignée des Labar d’Ychippe(Ciney)--------------



1 – Laurent-Louis Labar (1790-1862) & Marie-Louise Sovet

& Philippine Lambert




Laurent-Louis, fils de Jacques-Dieudonné, est né en 1790 deux ans après Jacques-Joseph qui a généré la lignée de Chapois. Sur certains actes, on emploie uniquement son deuxième prénom Louis, c’était peut-être son prénom usuel. Il s’installe comme cultivateur à Ychippe probablement sur les terres achetées par son père en 1798.


Signature de Laurent-Louis LABAR en 1840, fils de Jacques-Dieudonné et de Marie-Caroline Lucas
Il se marie en 1818 avec Marie-Louise Sovet une veuve de 34 ans dont le premier mari s’appelait Pierre Henry. Laurent-Louis Labar et Marie-Louise auront deux enfants : Pierre-Joseph qui va continuer la lignée d’Ychippe et Marie-Julie qui épousera d’abord Ernest Gustin un maréchal-ferrant puis, après la mort de ce dernier, Pierre Hinne un berger fils de berger.
Marie-Louise Sovet meurt en 1831 âgée de 46 ans. Laurent-Louis se remarie en 1840 avec Philippine Lambert : il a 50 ans, elle en a 33. Le nouveau couple a d’abord une fille Marie-Désirée qui ne vit que trois semaines et puis un fils Pierre-Joseph qu’on appellera Joseph dont l’enfant unique décédera adolescent.

2 – Pierre-Joseph Labar (1818-1897) & Marie Jottard



Pierre-Joseph est cultivateur comme son père et ne quitte pas le village.

En 1852, il se marie avec Marie Jottard. Lors du recensement en 1867, le couple habitait au 52 chemin de Mirvaux à Ychippe, une maison qui avait été partagée en deux en 1846 : l’autre partie appartenait à sa sœur Marie-Julie.

La famille Labar-Jottard aura quatre enfants mais le premier en 1853 est mort-né.

3 – Désiré Labar (1856-1921) & Marie-Antoinette Gauthier



C’est par Désiré le fils aîné de Pierre-Joseph que se continue la lignée d’Ychippe. Lui aussi est cultivateur comme son père. C’est vraiment le métier principal des ancêtres de cette lignée d’Ychippe alors que leurs cousins de Chapois se sont plus orientés vers le commerce.
Désiré exploite une petite ferme à l’entrée du village. C’est l’époque où chaque famille recevait de la commune deux lopins de terre (2 fois 44 ares) qu’il pouvait cultiver lui-même ou louer. Dans un souci d’équité, une partie de ces terrains était située en zone fertile tandis que l’autre était de moins bonne qualité.
En 1882, Désiré prend pour femme Marie-Antoinette Gauthier originaire de Taviet (Achêne).

Quatre mois après son mariage, Marie-Antoinette met au monde un petit Joseph mais ce n’est que 14 ans plus tard, en 1896, que naîtra le second fils, Maurice.

4.1 – Joseph Labar (1882-1965) & Marie-Angèle Dominé



Joseph se marie en 1905 avec Marie-Angèle Dominé de Montgauthier. Il exerce le métier de cantonnier dans la région. Il sera au front de l’Yser durant toute la guerre 1914-18. Début 1915, après l’ouverture des écluses à Nieuport qui a stoppé l’avancée allemande, il a bénéficié d’une permission qu’il a mise à profit pour revenir (en vélo) à Ychippe. Il avait traversé le front ! Le résultat de cette permission sera la naissance neuf mois plus tard de son deuxième fils. Son congé terminé, il a regagné son poste sur l’Yser (toujours en vélo). Il n’a été démobilisé qu’une fois l’armistice signé en 1918.


Joseph LABAR (1882-1965) et son épouse Marie-Angèle Dominé. A droite, Joseph en miltaire.

Joseph et Marie-Angèle donneront naissance à trois fils : Sylvère, Joseph et Désiré.

Sylvère Labar (1907-1984) & Marguerite Culot



Sylvère dans sa jeunesse a travaillé à la ferme Pirson à Corbion. C’est là qu’il a connu celle qui allait devenir sa femme, Marguerite Culot, fille également d’un cantonnier, Joseph Culot, un collègue de son père. Ils se marient en 1932. Il reprend le métier familial exercé par son oncle Maurice : agriculteur. Il s’installe dans les bâtiments de l’ancienne école d’Ychippe qu’il transforme en ferme.
En 1940, il a été mobilisé et était ordonnance du Capitaine commandant le fort de Huy. Après la capitulation, il a été libéré et a pu regagner sa ferme. La famille de Sylvère et Marguerite Culot compte quatre enfants : Monique, Michel, Françis et Chistiane.


Joseph Labar (1915-1999) & Nelly Jadot



Joseph est né en 1915. C’est le deuxième fils du couple Joseph Labar-Angèle Dominé. Il a été pendant de nombreuses années instituteur puis directeur de l’école communale de Leignon qui n’accueillait que les garçons. Durant la guerre, il a été Officier dans l’Armée Secrète avec le grade de lieutenant.


Joseph LABAR(1915-1999) fils de Joseph et d’Angèle Dominé. Nelly JADOT (1916-2008) dans sa classe.
Sa femme, Nelly Jadot est originaire de Bourseigne-Neuve (près de Beauraing) où ses parents tenaient un magasin ; elle était aussi institutrice à Leignon mais à l’école libre réservée aux filles. Joseph est décédé en 2000 et Nelly le 19 octobre 2008. Ce couple d’instituteurs a eu quatre enfants dont trois ont été enseignants et ont épousé des enseignants.

Désiré Labar (1921-2011) & Marie-Louise Docquir



Désiré né en 1921 est le 3ème fils de Joseph le cantonnier ; à sa naissance, son frère aîné Sylvère avait 14 ans et le deuxième, Joseph, 6 ans. Désiré a travaillé longtemps dans le service Comptabilité aux Forges de Ciney. Cette entreprise créée en 1920 était réputée pour ses poêles à charbon à feu continu (les « calos »), elle a connu son apogée en 1950 où elle occupait plus de 600 personnes. Désiré a vécu le déclin des Forges qui fermeront leurs portes en 1988 mais il a su se reconvertir. Il a terminé sa carrière à Bruxelles dans le groupe Solvay où il était employé dans les services administratifs. Il résidait à Ciney et a eu quatre filles (Josiane, Rita, Marina, Joëlle).

4.2 – Maurice Labar (1896-1947) & Alice Duchêne



Le frère de Joseph le cantonnier, c’est Maurice né en 1896 (14 ans après son frère !) et qui sera cultivateur à Ychippe comme son père Désiré, son grand-père Pierre et son arrière-grand-père Laurent. A côté de cette profession principale, il était aussi marchand ambulant ; il allait vendre dans la région les produits de sa ferme (lait, beurre, poulets, légumes…) et la charrette était tirée par son cheval appelé « Pirou » dont les anciens du village se souviennent.

En 1922, il épouse à Corbion Alice Duchêne. Le couple donnera naissance à sept enfants dont trois ne vivront pas longtemps : Antoine l’aîné né en 1923 meurt à deux semaines, le cadet, André-Marie, né en 1943, est décédé à 5 mois et Robert né en 1935 est mort âgé de 16 ans des suites d’une crise d’épilepsie.

Les quatre autres enfants (Denise, Albert, Marie-José et Omer) auront de la descendance.

EPILOGUE


Dans la région de Genappe, Villers-la-Ville, on trouve des familles Labar qui descendent d’un autre François La Barbe (époux de Marie Malréchauffé) né vers 1600 dans la région de Gembloux et qui est probablement apparenté au François La Barbe (époux d’Olivette de Seilles) à l’origine de la généalogie présente. Cette autre généalogie a été réalisée par Hugues Labar, collaborateur du Cercle d’histoire de la ville de Genappe. Depuis peu ces deux généalogies de LABAR sont fusionnées dans le site www.labar.info .
Au cours de ses recherches, Hugues a retrouvé le blason de Marguerite Labar(be) sur sa pierre tombale qui se trouve au mur du cloître de l’abbaye de Paix-Notre-Dame à Liège. Cette Marguerite est décédée en 1733, elle était l’épouse de Jean-Jacques Le Roy mort en 1739. Le lien avec les familles Labar(be) de la région de Gembloux n’est pas établi mais il est assez vraisemblable. Le blason est simple, il se compose de trois coquilles Saint-Jacques, l’emblème des pèlerins de St Jacques de Compostelle.



1733 Blason de Marguerite Labar(be)

28/10/2016 Chronique des Familles Labar(re)
1   2   3   4   5   6

similaire:

1 – François La Barbe (+1595) & Olivette de Seilles (+1601) icon17 janvier 1601 : nos ancetres deviennent français

1 – François La Barbe (+1595) & Olivette de Seilles (+1601) iconBibliographie Michel Feuillet Ouvrages d’initiation Bessière (Gérard)...
«Saint François et le franciscanisme dans l’art et la littérature des xiiie et xive siècles»

1 – François La Barbe (+1595) & Olivette de Seilles (+1601) iconLe sejour de karl marx a alger
«débusquer» le barbier et le photographe, tous deux témoins, chacun à sa manière, de la dernière barbe et de la dernière photographie...

1 – François La Barbe (+1595) & Olivette de Seilles (+1601) iconChambord manifeste avec éclat l'aspiration de François Ier au pouvoir absolu
«fièvre de gagner et de jouir» (Claude de Seyssel), qui toucha les contemporains de Louis XII et de François Ier. Le goût de bâtir...

1 – François La Barbe (+1595) & Olivette de Seilles (+1601) iconFrançois Ier est née le 12 septembre 1494 au Château de Cognac. IL...
«François Ier de France»). Dans son règne, IL utilise la salamandre dans son armoiries et la devise «Nutrisco et extinguo» ou «Je...

1 – François La Barbe (+1595) & Olivette de Seilles (+1601) iconUlrike, ma poupée, prenait l’avion. C’est du moins ce que prétendait...
«hi fi» allemande au nez et à la barbe de la douane pourtant tatillonne, nous regardions défiler la campagne française dans un délicieux...

1 – François La Barbe (+1595) & Olivette de Seilles (+1601) iconFrançois 1er

1 – François La Barbe (+1595) & Olivette de Seilles (+1601) iconFrancois I et la guerre

1 – François La Barbe (+1595) & Olivette de Seilles (+1601) iconAIntroduction François Dupont

1 – François La Barbe (+1595) & Olivette de Seilles (+1601) iconFrançois Viguier escuyer de






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com