Atelier de philosophie animé par alexandre schild saison 1 (2015-2016) «la fin de la philosophie» (1 Ère partie)





télécharger 356.16 Kb.
titreAtelier de philosophie animé par alexandre schild saison 1 (2015-2016) «la fin de la philosophie» (1 Ère partie)
page8/8
date de publication29.10.2016
taille356.16 Kb.
typeAtelier
h.20-bal.com > loi > Atelier
1   2   3   4   5   6   7   8
Comme le Répertoire de citations ci-dessus, ces Suppléments seront augmentés au fil des séances !

114 Cette distinction entre ces deux espèces de définitions, que nous formulons ici dans les termes de la scolastique médiévale, remonte à la caractérisation aristotélicienne de la définition comme ce qui « montre soit ce qu’est [une “chose” en ce qu’elle est], soit ce que signifie son nom » (Seconds Analytiques, II, 7, 92b26-27). Voir aussi Seconds Analytiques, II, 10, 93b29-31 :

Puisque la définition est dite [être] l’énoncé du ce-que-c’est, il est clair que l’une [de ses espèces] sera l’énoncé de ce que signifie le nom, soit un énoncé “nominal” [ὀνοματώδης] autre que celui qui indique [ce qu’est cette chose].

115 Voir De Fato, 34.

116 Sur ce point et ce qui suit concernant la cause, voir tout spécialement Martin Heidegger, “ Die Frage nach der Technik [1954] ” [ci-après FT], in : GA 7 (Vorträge und Aufsätze), pp. 9-13 / “ La Question de la technique ” [ci-après QT], in : Essais et conférences, Paris : Gallimard (Les Essais, LXC), 1958 [ci-après EC], pp. 12-17.

117 Voir Métaphysique, I, 3, 983a24 sqq. et Physique, II, 3, 194b16-195a2.

118 À ce propos, voir, entre autres, Jean Beaufret, Leçons de philosophie (1), Édition établie par Philippe Fouillaron, Paris : Seuil, 1998, p. 135 : « Ce πρότερον d’Aristote est l’acte de naissance de ce que sera l’a priori kantien (a priori est une traduction de πρότερον). »

119 Les déterminations catégoriales de l’étant selon Catégories, IV, 1b25-2a4 (les exemples sont d’Aristote lui-même) :

[…] soit [1] l’essence [οὐσία au sens du « ce que c’est » (espèce ou genre) : est homme, est cheval], soit [2] le combien [la quantité : est de deux coudées, est de trois coudées], soit [3] le comment [la qualité : est blanc, est (bon) grammairien], soit [4] le relativement à quoi [la relation : est double, est demi, est plus grand], soit [5] le où [le lieu : est au Lycée, est sur l’Agora], soit [6] le quand [le moment : était hier, était l’an dernier], soit [7] la position [est allongé, est assis], soit [8] l’avoir [est chaussé, est armé], soit [9] l’agir [couper (est coupant), brûler (est brûlant], soit [10] le pâtir [est coupé, est brûlé].

120 Elles sont, selon la formule d’Aristote dans Métaphysique I, 3, τετραχῶς λέγεται, littéralement : « dites de quatre façons » ; mais en quoi, comprendrons-nous une fois que nous aurons appris à entendre λέγειν et λόγος en leur sens original, elles s’avèrent être elles-mêmes au nombre de quatre.

121 Voir Banquet, 205b7-c1, et aussi Sophiste, 219b4-6.

122 NB : « efficere » signifie d’abord quelque chose comme l’ἐνέργεια : « achever », « d’où [selon Picoche] effectus, us ».

123 Éthique à Nicomaque, VI, 2, 1139a19-20.

124 GA 65, n° 242.

125 Voir GA 65, p. 379 : « der Abgrund ist der Abgrund ».

126 “Was ist Metaphysik ?” [WM], in W, p. 122 / “Qu’est-ce que la métaphysique ?” [QM], in Questions I, Paris : Gallimard (Classiques de la philosophie), 1968 [Q I], p. 72 – où la traduction de ihre ausdrückliche Aufgaben par « ce qui lui échoit comme ses tâches explicites » tente de donner à entendre que lesdites « tâches » (Aufgaben) sont quelque chose qui lui revient à la faveur de quelque « don » (Gabe). –

127 Sens transitif de “être” habituellement mal reconnu, au point qu’on présente le plus souvent “être” comme un « verbe intransitif », mais qu’une prise en considération un tant soit peu attentive d’une formule telle que celle, parmi bien d’autres, qu’on prête à Louis XIV, « L’État, c’est moi », et qui signifie, en clair, « Je suis l’État, tout l’État », devrait pourtant – “être” s’y trouvant en effet avoir le sens de ce verbe parfaitement transitif qu’est “incarner”, – suffire à attester. Et réclamerait-on quelque attestation d’un sens transitif de l’allemand sein qu’on pourrait alors, et là aussi parmi tant d’autres exemples, se tourner vers cette formule de Marx dans “Zur Kritik der Hegelschen Rechstphilosophie. Einleitung” (1844), in MEW, Band 1, 1970, p. 391 / “Pour une critique de la philosophie du droit de Hegel”, in : Œ III (Philosophie), p. 396). :

Wenn das Proletariat die Auflösung der bisherigen Weltordnung verkundet, so spricht es nur das Geheimnis seines eignen Daseins aus, denn es ist die faktische Auflösung dieser Weltordnung.

Quand le prolétariat annonce la dissolution de ce qu’a été l’ordre du monde jusqu’à présent, il ne fait là qu’exprimer le secret de sa propre existence, puisqu’il est la dissolution de fait de cet ordre du monde.

Où “« être » [sein] la « dissolution de fait » [faktische Auflösung] « de ce qu’a été jusqu’à présent l’ordre du monde » [der bisherigen Weltordnung]” ne peut à l’évidence (mais nous aurons bien sûr à y revenir) désigner autre chose que – et cela, certes, par opposition à “ne faire que l’exprimer” (es nur aussprechen) sur le plan du « langage » (Sprache), mais alors justement sur un mode non moins transitif qu’une telle “expression langagière”, – “faire être” cette dissolution, autrement dit lui permettre de se déployer telle qu’en son être même, sur ce plan de la réalité matérielle sensible et comme telle factuelle que se trouve être, en l’occurrence, selon Marx, celui de l’« existence » (Dasein) humaine.

128 C’est d’ailleurs en songeant à ce qu’on appelle parfois « le train de l’histoire » que, faute de pouvoir parler de “mise en cours” (inusité), j’ai traduit la formule heideggerienne das In-Gang-bringen der Metaphysik par “la mise en train de la métaphysique” – et cela plutôt que par “la mise en route”, qui eût cependant pu convenir aussi. –

129 Au sens originel grec, aristotélicien en l’occurrence, des divers modes de la manifestation “logique” – à la faveur et au sein même du langage, et de l’énoncé prédicatif ou proposition (logos) en particulier, – de l’étant en son être même.

130 Enzyklopädie der philosophischen Wissenschaften im Grundrisse (1830), [cit. E], § 19. NB : cela à la différence de la pensée comme élément concret de l’idée, c.-à-d. comme esprit.

131 Wissenschaft der Logik (1812), in : G. W. F. Hegel, Werke in zwanzig Bänden, Frankfurt a. M. : Suhrkamp [cit. WzB], Bd. 5, 1969, p. 43.

132 Voir, entre autres, Encyclopédie […], § 243 : « […] la méthode […] est l’âme du contenu » – où Hegel se conforme évidemment à la caractérisation aristotélicienne de l’âme comme principe de ce mouvement de passer de par soi-même (kath’hauto) du non-être à l’être, de ce mouvement d’autoproduction donc, qu’est la vie.

133 Telle qu’elle est conçue par Hegel, la dialectique est en effet le processus de l’autoproduction de la pensée en ses propres déterminations à elle en tant qu’il est du coup le cheminement de cette pensée au travers (dia-) des déterminations de l’étant en son être (logoi) que sont tout aussi bien ces déterminations siennes, et en tant que chacune de ces déterminations de la pensée en même temps que de l’étant lui-même est tout aussi bien la négation d’une autre. Et cette dialectique est spéculative au sens où, dans tout ce processus, la pensée se découvre progressivement elle-même dans les déterminations de l’étant qu’elle produit ainsi comme son propre miroir (speculum) en produisant ses propres déterminations à elle.

134 Martin Heidegger, “Hegel et les Grecs”, in : Questions II, Paris : Gallimard, p. 51 qui renvoie à Enc. § 243 : « […] la méthode […] est l’âme du contenu ».

135 Phänomenologie des Geistes, WzB, Bd. 3, 1970, p. 14.

136 “Dépassement [Überwindung] de la métaphysique”, in : Essais et conférences, Paris : Gallimard, 1958, § VI.
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Atelier de philosophie animé par alexandre schild saison 1 (2015-2016) «la fin de la philosophie» (1 Ère partie) iconLa Semaine de la Solidarité Internationale Du 11 novembre au 2 décembre 2011 au Puy-en-Velay
«Réflexions et enseignement» : Des professeurs de philosophie proposeront aux lycéens de réfléchir au thème : «La solidarité sous...

Atelier de philosophie animé par alexandre schild saison 1 (2015-2016) «la fin de la philosophie» (1 Ère partie) iconNote sur l’architecture des formations préparant aux métiers de l’enseignement...
«Philosophie et philosophie du langage» r- cohabilitée avec Lyon 3 et l’ens de lyon

Atelier de philosophie animé par alexandre schild saison 1 (2015-2016) «la fin de la philosophie» (1 Ère partie) iconAtelier animé par Mme Bernadette konik

Atelier de philosophie animé par alexandre schild saison 1 (2015-2016) «la fin de la philosophie» (1 Ère partie) iconPhilosophie

Atelier de philosophie animé par alexandre schild saison 1 (2015-2016) «la fin de la philosophie» (1 Ère partie) iconInterview de jean cocteau par andré parinaud (1951)
«Ma philosophie : arracher le monde à l’apparence quel qu’en soit le péril et dut la vie en périr» ?

Atelier de philosophie animé par alexandre schild saison 1 (2015-2016) «la fin de la philosophie» (1 Ère partie) iconCours philosophique sera L’art
«l’art» (dans le fascicule «Philosophie de la culture» rédigé par Yves Baudrin, pages 34 à 58)

Atelier de philosophie animé par alexandre schild saison 1 (2015-2016) «la fin de la philosophie» (1 Ère partie) icon1952 Histoire de la philosophie

Atelier de philosophie animé par alexandre schild saison 1 (2015-2016) «la fin de la philosophie» (1 Ère partie) iconManuel Philosophie Politique

Atelier de philosophie animé par alexandre schild saison 1 (2015-2016) «la fin de la philosophie» (1 Ère partie) icon2012, p. 41-54 Philosophie de l'art (P. Muckensturm)

Atelier de philosophie animé par alexandre schild saison 1 (2015-2016) «la fin de la philosophie» (1 Ère partie) iconJean Nayrolles. L’enfance de l’art vue par Alexandre Dumas et quelques...
...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com