De la même auteure, à la Bibliothèque





télécharger 445.18 Kb.
titreDe la même auteure, à la Bibliothèque
page4/14
date de publication06.03.2017
taille445.18 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14
splendeurs du pouvoir. Il n’en est point ainsi, le voilà rivé à une chaîne : il ne s’agit plus de faire activer les élections et de faire respecter la liberté du vote ; il s’agit d’organiser la défense et de maintenir l’ordre en inspirant la confiance. Il serait propre à ce rôle sur un plus grand théâtre, il préfère ce petit coin perdu où il a réellement l’estime et l’affection de tous ; mais comme il s’ennuie d’être là sans sa famille ! C’est une âme tendre et vivante à toute heure. Aussi nous lui promettons de lui ramener tout son clan, et, puisqu’il est condamné à cet exil, de le partager quelques jours avec lui. Sa femme et ma belle-fille s’occupent donc de notre prochaine installation à Boussac, et je prends deux heures de repos sur un fauteuil, car nous sommes parties de bonne heure, et depuis quelques nuits une toux nerveuse opiniâtre m’interdit le sommeil.

Il fait très chaud aujourd’hui, le ciel est chargé d’un gros orage. La chambre qui m’est destinée est celle où je me trouve. C’est la seule du château qui ne soit pas glaciale, elle est même très chaude parce qu’elle est petite et en plein soleil. J’essaye d’y dormir un instant les fenêtres ouvertes ; mais ma somnolence tourne à la contemplation. Ce vieux manoir des seigneurs de Boussac, occupé aujourd’hui par la sous-préfecture et la gendarmerie, est un rude massif assez informe, très élevé, planté sur un bloc de roches vives presque à pic. La Petite-Creuse coule au fond du ravin et s’enfonce à ma droite et à ma gauche dans des gorges étroites et profondes qui sont, avec leurs arbres mollement inclinés et leurs prairies sinueuses, de véritables Arcadies. En face, le ravin se relève en étages vastes et bien fondus pour former un large mamelon cultivé et couronné de hameaux heureusement groupés. Un troisième ravin coupe vers la gauche le flanc du mamelon, et donne passage à un torrent microscopique qui alimente une gentille usine rustique, et vient se jeter dans la Petite-Creuse. Une route qui est assez étroite et assez propre pour figurer une allée de jardin anglais passe sur l’autre rive, contourne la colline, monte gracieusement avec elle et se perd au loin après avoir décrit toute la courbe de ce mamelon, que couronne le relèvement du mont Barlot avec sa citadelle de blocs légendaires, les fameuses pierres jaumâtres. C’est là qu’il faut aller, la nuit de Noël, pendant la messe, pour surprendre et dompter l’animal fantastique qui garde les trésors de la vieille Gaule. C’est là que les grosses pierres chantent et se trémoussent à l’heure solennelle de la naissance du Christ ; apparemment les antiques divinités étaient lasses de leur règne, puisqu’elles ont pris l’habitude de se réjouir de la venue du Messie, à moins que leur danse ne soit un frémissement de colère et leur chant un rugissement de malédiction. Les légendes se gardent bien d’être claires ; en s’expliquant, elles perdraient leur poésie.

Le tableau que je contemple est un des plus parfaits que j’aie rencontrés. Il m’avait frappée autrefois lorsque, visitant le vieux château, j’étais entrée dans cette chambre, alors inhabitée, autant que je puis m’en souvenir. Je ne me rappelle que la grande porte-fenêtre vitrée, ouvrant sur un balcon vertigineux dont la rampe en fer laissait beaucoup à désirer. Je m’assure aujourd’hui qu’elle est solide et que l’épaisse dalle est à l’épreuve des stations que je me promets d’y faire. Y retrouverai-je l’enchantement que j’éprouve aujourd’hui ? Cette beauté du pays n’est-elle pas due à l’éclat cuivré du soleil qui baisse dans une vapeur de pourpre, à l’entassement majestueux et comme tragique des nuées d’orage qui, après avoir jeté quelques gouttes de pluie dans le torrent altéré, se replient lourdes et menaçantes sur le mont Barlot ? Elles ont l’air de prononcer un refus implacable sur cette terre qui verdit encore un peu, et qui semble condamnée à ne boire que quand le soleil et le vent l’auront tout à fait desséchée ; entre ces strates plombées du ciel, les rayons du couchant se glissent en poussière d’or. Les arbres jaunis étincellent, puis s’éteignent peu à peu à mesure que l’ombre gagne ; une rangée de peupliers trempe encore ses cimes dans la chaude lumière et figure une rangée de cierges allumés qui expirent un par un sous le vent du soir. Là-bas, dans la fraîche perspective des gorges, les berges des pâturages brillent comme l’émeraude, et les vaches sont en or bruni. Là-haut, les pierres jaumâtres deviennent aussi noires que l’Érèbe, et on distingue leurs ébréchures sur l’horizon en feu. Tout près du précipice que je domine, des maisonnettes montrent discrètement leurs toits blonds à travers les rideaux de feuillage ; des travaux neufs de ponts et chaussées, toujours très pittoresques dans les pays accidentés, dissimulent leur blancheur un peu crue sous un reflet rosé, et projettent des ombres à la fois fermes et transparentes sur la coupure hardie des terrains. À la déclivité du ravin, sous le rocher très âpre qui porte le manoir, la terre végétale reparaît en zones étagées où se découpent de petits jardins enclos de haies et remplis de touffes de légumes d’un vert bleu. Tout cela est chatoyant de couleur, et tout cela se fond rapidement dans un demi-crépuscule plein de langueur et de mollesse.

Je me demande toujours pourquoi tel paysage, même revêtu de la magie de l’effet solaire, est inférieur à un autre que l’on traverse par un temps gris et morne. Je crois que la nature des accidents terrestres a rendu ici la forme irréprochable. Le sol rocheux ne présente pas de gerçures trop profondes, bien qu’il en offre partout et ne se repose nulle part. Le granit n’y a pas ces violentes attitudes qui émeuvent fortement dans les vraies montagnes. Les bancs, quoique d’une dureté extrême, ne semblent pas s’être soulevés douloureusement. On dirait qu’une main d’artiste a composé à loisir, avec ces matériaux cruels, un décor de scènes champêtres. Toutes les lignes sont belles, amples dans leur développement ; elle s’enchaînent amicalement. Si elles ont à se heurter, elles se donnent assez de champ pour se préparer par d’adorables caprices à changer de mode. La lyre céleste qui a fait onduler ici l’écorce terrestre a passé du majeur au mineur avec une science infinie. Tout semble se construire avec réflexion, s’étager et se développer avec mesure. Quand il faut que les masses se précipitent, elles aiment mieux se laisser tomber ; elles repoussent l’effroi et se disposent pour former des abris au lieu d’abîmes. L’œil pénètre partout, et partout il pénètre sans terreur et sans tristesse. Oui, décidément je crois que, de ce château haut perché, j’aurai sous les yeux, même dans les jours sombres, un spectacle inépuisable.

Tout s’est éteint, on m’appelle pour dîner. Je n’ai pas dormi, j’ai fait mieux, j’ai oublié... Il faut se souvenir du Dieu des batailles, prêt à ravager peut-être ce que le Dieu de la création a si bien soigné, et ce que l’homme, son régisseur infatigable, a si gracieusement orné ! – Maudit soit le kabyre ! Allons-nous recommencer l’âge odieux des sacrifices humains ?

Saint-Loup, 29 septembre.

Nous sommes reparties hier soir à neuf heures ; nous avons traversé les grandes landes et les bois déserts sans savoir où nous étions. Un brouillard sec, blanc, opaque comme une exhalaison volcanique, nous a ensevelies pendant plusieurs lieues. Mon vieux cocher Sylvain était le seul homme de la compagnie. Ma fille Lina dormait, Léonie s’occupait à faire dormir chaudement son plus jeune fils. Je regardais le brouillard autant qu’on peut voir ce qui empêche de voir. Fatiguée, je continuais à me reposer dans l’oubli du réel. Nous sommes rentrées à Saint-Loup vers minuit, et là Léonie nous a dit qu’elle avait eu peur tout le temps sans vouloir en rien dire. Comme c’est une femme brave autant qu’une vaillante femme, je me suis étonnée.

– Je ne sais, me dit-elle, pourquoi je me suis sentie effrayée par ce brouillard et l’isolement. On a maintenant des idées noires qu’on n’avait jamais. On s’imagine que tout homme qui paraîtrait doit être un espion qui prépare notre ruine, ou un bandit chassé des villes qui cherche fortune sur les chemins.

Cette idée m’est quelquefois venue aussi dans ces derniers temps. On a cru que les inutiles et les nuisibles chassés de Paris allaient inonder les provinces. On a signalé effectivement à Nohant un passage de mendiants d’allure suspecte et de langage impérieux quelques jours après notre départ ; mais tout cela s’est écoulé vite, et jamais les campagnes n’ont été plus tranquilles. C’est peut-être un mauvais signe. Peut-être les bandits, pour trouver à vivre, se sont-ils faits tous espions et pourvoyeurs de l’ennemi. On dit que les trahisons abondent, et on ne voit presque plus de mendiants. Il est vrai que la peur des espions prussiens s’est répandue de telle sorte que les étrangers les plus inoffensifs, riches ou pauvres, sont traqués partout, chassés ou arrêtés sans merci. Il ne fait pas bon de quitter son endroit, on risque de coucher en prison plus souvent qu’à l’auberge.

Ces terreurs sont de toutes les époques agitées. Mon fils me rappelait tantôt qu’il y a une vingtaine d’années il avait été arrêté à Boussac précisément ; j’avais oublié les détails, il les raconte à la veillée. Ils étaient partis trois, juste comme les trois Prussiens vus en imagination ces jours-ci sur les pierres jaumâtres, et c’est aux pierres jaumâtres qu’ils avaient été faire une excursion. Autre coïncidence bizarre, un des deux compagnons de mon fils était Prussien.

– Comment ? dit Léonie, un Prussien !

– Un Prussien dont l’histoire mérite bien d’être racontée. C’était le docteur M..., qui, à l’âge de dix-neuf ou vingt ans, avait été condamné à être roué vif pour cause politique. Les juges voulurent bien, à cause de sa jeunesse, prononcer qu’il serait roué de haut en bas. Le roi fit grâce, c’est-à-dire qu’il commua la peine en celle de la prison à perpétuité, et quelle prison ! Après dix ans de carcere duro, – je ne sais comment cela s’appelle en allemand, – M... fut compris dans une sorte d’amnistie et accepta l’exil avec joie. Il vint en France où il passa plusieurs années, dont une chez nous, et c’est à cette époque qu’en compagnie de Maurice Sand et d’Eugène Lambert, ce digne et cher ami faillit encore tâter de la prison... à Boussac ! À cette époque-là, on ne songeait guère aux Prussiens. Une série inexpliquée d’incendies avait mis en émoi, on s’en souvient, une partie de la France. On voyait donc partout des incendiaires et on arrêtait tous les passants. Justement M... avait sur lui un guide du voyageur, et les deux autres prenaient des croquis tout le long du chemin. Ils avaient tiré de leurs sacoches un poulet froid, un pain et une bouteille de vin ; ils avaient déjeuné sur la grosse pierre du mont Barlot, ils avaient même allumé un petit feu de bruyères pour invoquer les divinités celtiques, et Lambert y avait jeté les os du poulet pour faire honneur, disait-il, aux mânes du grand chef que l’on dit enseveli sous la roche. On les observait de loin, et, comme ils rentraient pour coucher à leur auberge, ils furent appréhendés par six bons gendarmes et conduits devant le maire, qui en reconnaissant mon fils se mit à rire. Il n’en eut pas moins quelque peine à délivrer ses compagnons ; les bons gendarmes étaient de mauvaise humeur. Ils objectaient que le maire pouvait bien reconnaître un des suspects, mais qu’il ne pouvait répondre des deux autres. Je crois que le sous-préfet dut s’en mêler et les prendre sous sa protection.

J’ai enfin dormi cette nuit. L’orage a passé ici sans donner une goutte d’eau, tout est plus sec que jamais. L’eau à boire devient tous les jours plus rare et plus trouble. Le soleil brille toujours plus railleur, et le vent froid achève la besogne. Ce climat-ci est sain, mais il me fait mal, à moi ; j’adore les hauteurs, mais je ne puis vivre que dans les creux abrités. Peut-être aussi l’eau devient-elle malfaisante ; tous mes amis me trahissent, car j’aime l’eau avec passion, et le vin me répugne.

Nous lisons tout au long la relation de Jules Favre, son entrevue avec M. de Bismarck. C’est une belle page d’histoire ; c’est grand, c’est ému ; puis le talent du narrateur aide à la conviction. Bien dire, c’est bien sentir. Il n’y a donc pas de paix possible ! Une voix forte crie dans le haut de l’âme :

– Il faut vaincre.

Une voix dolente gémit au fond du cœur :

– Il faut mourir !

30 septembre.

Les enfants nous forcent à paraître tranquilles. Ils jouent et rient autour de nous. Aurore vient prendre sa leçon, et pour récompense elle veut que je lui raconte des histoires de fées. Elle n’y croit pas, les enfants de ce temps-ci ne sont dupes de rien ; mais elle a le goût littéraire, et l’invention la passionne. Je suis donc condamnée à composer pour elle, chaque jour pendant une heure ou deux, les romans les plus inattendus et les moins digérés. Dieu sait si je suis en veine ! L’imagination est morte en moi, et l’enfant est là qui questionne, exige, réveille la défunte à coups d’épingle. L’amusement de nos jours paisibles me devient un martyre. Tout est douleur à présent, même ce délicieux tête-à-tête avec l’enfance qui retrempe et rajeunit la vieillesse. N’importe, je ne veux pas que la bien-aimée soit triste, ou que, livrée à elle-même, elle pense plus que son âge ne doit penser. Je me fais aider un peu par elle en lui demandant ce qu’elle voit dans ce pays de rochers et de ravins, qui ressemble si peu à ce qu’elle a vu jusqu’à présent. Elle y place des fées, des enfants qui voyagent sous la protection des bons esprits, des animaux qui parlent, des génies qui aiment les animaux et les enfants. Il faut alors raconter comme quoi le loup n’a pas mangé l’agneau qui suivait la petite fille, parce qu’une fée très blonde est venue enchaîner le loup avec un de ses cheveux qu’il n’a jamais pu briser. Une autre fois il faut raconter comment la petite fille a dû monter tout en haut de la montagne pour secourir une fourmi blanche qui lui était apparue en rêve, et qui lui avait fait jurer de venir la sauver du bec d’une hirondelle rouge fort méchante. Il faut que le voyage soit long et circonstancié, qu’il y ait beaucoup de descriptions de plantes et de cailloux. On demande aussi du comique. Les nains de la caverne doivent être fort drôles. Heureusement l’avide écouteuse se contente de peu. Il suffit que les nains soient tous borgnes de l’œil droit comme les calenders des Mille et une Nuits, ou que les sauterelles de la lande soient toutes boiteuses de la jambe gauche, pour que l’on rie aux éclats. Ce beau rire sonore et frais est mon payement ; l’enfant voit quelquefois des larmes dans mes yeux, mais, comme je tousse beaucoup, je mets tout sur le compte d’un rhume que je n’ai pas.

Encore une fois, nous sommes au pays des légendes. J’aurais beau en fabriquer pour ma petite-fille, les gens d’ici en savent plus long. Ce sont les facteurs de la poste qui, après avoir distribué les choses imprimées, rapportent les on dit du bureau voisin. Ces on dit, passant de bouche en bouche, prennent des proportions fabuleuses. Un jour nous avons tué d’un seul coup trois cent mille Prussiens ; une autre fois le roi de Prusse est fait prisonnier ; mais la croyance la plus fantastique et la plus accréditée chez le paysan, c’est que son empereur a été trahi à Sedan par ses généraux, qui étaient tous républicains !

1er octobre 1870.

Je suis tout à fait malade, et mon bon Darchy arrive en prétendant comme toujours qu’il vient par hasard. Mes enfants l’ont averti, et, pour ne pas les contrarier, je feins d’être dupe. Au reste, sitôt que le médecin arrive, la peur des médicaments fait que je me porte bien. Il sait que je les crains et qu’ils me sont nuisibles. Il me parle régime, et je suis d’accord avec lui sur les soins très simples et très rationnels qu’on peut prendre de soi-même ; mais le moyen de penser à soi à toute heure dans le temps où nous sommes.

Nous faisons nos paquets. Léonie transporte toute sa maison à Boussac. Ce sera l’arrivée d’une smala.

Boussac, dimanche 2 octobre.

C’est une smala en effet. Sigismond nous attend les bras ouverts au seuil du château ; ce seuil est une toute petite porte ogivale, fleuronnée, qui ouvre l’accès du gigantesque manoir sur une place plantée d’arbres et des jardins abandonnés. Notre aimable hôte a travaillé activement et ingénieusement à nous recevoir. La sous-préfecture n’avait que trois lits, peu de linge et de la vaisselle cassée. Des personnes obligeantes ont prêté ou loué le nécessaire, nous apportons le reste. On prend possession de ce bizarre séjour, ruiné au dehors, rajeuni et confortable au dedans.

Confortable en apparence ! Il y a une belle salle à manger où l’on gèle faute de feu, un vaste salon assez bien meublé où l’on grelotte au coin du feu, des chambres immenses qui ont bon air, mais où mugissent les quatre vents du ciel. Toutes les cheminées fument. On est très sensible aux premiers froids du soir après ces journées de soleil, et nous disons du mal des châtelains du temps passé, qui amoncelaient tant de pierres pour être si mal abrités ; mais on n’a pas le temps d’avoir froid. Sigismond attend demain Nadaud, qui a donné sa démission de préfet de la Creuse, et qui est désigné comme candidat à la députation par le parti populaire et le parti républicain du département. Il représente, dit-on, les deux nuances qui réunissent ici, au lieu de les diviser, les ouvriers et les bourgeois avancés. Sigismond a fait en quelques jours un travail prodigieux. Il a fait déblayer la salle des gardes, qui était abandonnée à tous les animaux de la création, où les chouettes trônaient en permanence dans les bûches et les immondices de tout genre entassées jusqu’au faîte. On ne pouvait plus pénétrer dans cette salle, qui est la plus vaste et la plus intéressante du château. Elle est à présent nettoyée et parfumée de grands feux de genévrier allumés dans les deux cheminées monumentales surmontées de balustrades découpées à jour. Le sol est sablé. Une grande estrade couverte de tapis attend l’orateur, des fauteuils attendent les dignitaires de l’endroit. Toute la garde nationale peut être à l’abri sous ce plafond à solives noircies. Nous visitons ce local, qui ne nous avait jamais été ouvert, et qui est un assez beau vestige de la féodalité. Il est bâti comme au hasard ainsi que tout le château, où les notions de symétrie paraissent n’avoir jamais pénétré. Le carré est à angles inégaux, le plafond s’incline en pente très sensible. Les deux cheminées sont dissemblables d’ornements, ce qui n’est point un mal ; l’une occupe le fond, l’autre est située sur le côte, dont on n’a nullement cherché le milieu. Les portes sont, comme toujours, infiniment petites, eu égard à la dimension du vaisseau. Les fenêtres sont tout à fait placées au hasard. Malgré ces vices volontaires ou fortuits de construction, l’ensemble est imposant et porte bien l’empreinte de la vie du moyen âge. Une des cheminées qui a cinq mètres d’ouverture et autant d’élévation présente une singularité. Sous le manteau, près de l’âtre, s’ouvre un petit escalier qui monte dans l’épaisseur du mur. Où conduisait-il ? Au bout de quelques marches, il rencontre une construction plus récente qui l’arrête.

3 octobre.

Ma petite chambre, si confortable, en apparence, est comme les autres lézardée en mille endroits. Dans le cabinet de toilette, le vent éteint les bougies à travers les murs. L’alcôve seule est assez bien close, et j’y dors enfin ; le changement me réussit toujours.

Dans la nuit pourtant je me rappelle que j’ai oublié au salon une lettre à laquelle je tiens. Le salon est là, au bout d’un petit couloir sombre. J’allume une bougie, j’y pénètre. Je referme la porte derrière moi sans la regarder. Je trouve sur la cheminée l’objet cherché. Le grand feu qu’on avait allumé dans la soirée continue de brûler, et jette une vive lueur. J’en profite pour regarder à loisir les trois panneaux de tapisserie du XVe siècle qui sont classés dans les monuments historiques. La tradition prétend qu’ils ont décoré la tour de Bourganeuf durant la captivité de Zizime. M. Adolphe Joanne croit qu’ils représentent des épisodes du roman de
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   14

similaire:

De la même auteure, à la Bibliothèque iconDu même auteur, à la Bibliothèque

De la même auteure, à la Bibliothèque iconDu même auteur, à la Bibliothèque

De la même auteure, à la Bibliothèque iconDu même auteur, à la Bibliothèque : Les sœurs Vatard Un dilemme Le drageoir aux épices

De la même auteure, à la Bibliothèque iconBibliothèque du baron de wismes, Bibliothèque Jean pageot et divers bibliophiles

De la même auteure, à la Bibliothèque iconQu’est-ce qu’une bibliothèque ?
«livre», et thêkê, «coffre» a donné son appellation à la bibliothèque : du coffre, on est passé par extension au lieu où les livres...

De la même auteure, à la Bibliothèque iconRésumé : L’auteure analyse les transformations de la politique marseillaise...
...

De la même auteure, à la Bibliothèque iconCollection Petite Bibliothèque Blanche
«aux livres plat et sans mérites que leur bon marché seul fait accepter» (dixit Hetzel lorsqu’il présenta cette nouvelle collection...

De la même auteure, à la Bibliothèque iconAu cours de ses deux septennats (1981 -1995), IL engage des «Grands travaux» pour
«Grands travaux» pour laisser une trace dans l’histoire et démocratiser la culture: IL a doté la France du Grand Louvre, du nouvel...

De la même auteure, à la Bibliothèque iconBibliographie p Introduction Indications pour la rédaction de l’introduction...

De la même auteure, à la Bibliothèque iconL’olive et sa préparation par Marie-Laure pullara
«immortel» car même coupé IL pousse à son pied des rejetons, une légende nous dit même qu’un roi perse avec fait brûler l’arbre d’Athéna...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com