Alice liddell à 7 ans (photo Lewis carroll)





télécharger 59.43 Kb.
titreAlice liddell à 7 ans (photo Lewis carroll)
date de publication06.03.2017
taille59.43 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos


Alice et le maître d’échecs


(Module 1 : 42 minutes)

Interprétation (partielle) de la partie d’échecs d’Alice issue de l’œuvre

de Lewis CARROLL De l’autre côté du miroir et ce qu’Alice y trouva.


Numéro dans lequel Alice découvrira l’art du jeu d’échecs

et les splendeurs qui peuvent s’y cacher.




Alice LIDDELL à 7 ans (photo Lewis CARROLL)



« Lecteur, oseras-tu pénétrer une fois encore dans la caverne du grand magicien ?

Si tu manques de courage, arrête-toi là, ferme ces pages, n’en lis pas plus ! »
Lewis CARROLL (La canne du destin)

Rédigé à partir de 1869 jusqu’à début janvier 1871, De l'autre côté du miroir et ce qu’Alice y trouva est conçu comme une suite des aventures d'Alice au pays des merveilles.
Après avoir tenté d'enseigner les échecs à son petit chat, Alice décide de passer « de l'autre côté du miroir. » Là, elle accomplit un étrange voyage dans un pays agencé à la façon d'un échiquier, rencontrant de nombreux animaux étonnants et plusieurs personnages extraordinaires.
Parmi eux, un Roi d’échecs qui se réjouit qu'elle ne puisse voir « personne à cette distance » et une Reine qui promet de la confiture « pour chaque lendemain. » Après toutes sortes d'aventures, Alice finit par atteindre la huitième case de l'échiquier et donc devient Reine, comme le pion promu au jeu d'échecs véritable. Elle préside alors un banquet fastueux et féerique.
Nombreuses ont été les études des spécialistes pour savoir si oui ou non le parcours d'Alice était construit comme une partie ou un problème d'échecs. Dans l'idée que l'on se fait d'un parcours échiquéen, il semble que oui. Mais dans l'exactitude strictement échiquéenne de la marche des pièces (les Blancs jouent plusieurs coups de suite, le Roi blanc est en échec durant deux coups sans s’y soustraire !), les libertés prises par Lewis CARROLL sont trop grandes pour que, in fine, on puisse lire au premier degré le déroulement de cette partie…
Extrait : « Pendant quelques minutes Alice demeura sans mot dire, à promener dans toutes les directions son regard sur la contrée qui s'étendait devant elle et qui était vraiment une fort étrange contrée. Un grand nombre de petits ruisseaux la parcouraient d'un bout à l'autre, et le terrain compris entre lesdits ruisseaux était divisé en carrés par un nombre impressionnant de petites haies vertes perpendiculaires aux ruisseaux.
« Je vous assure que l'on dirait les cases d'un vaste échiquier ! » finit par s'écrier Alice. « Il devrait y avoir des pièces en train de se déplacer quelque part là-dessus – et effectivement il y en a ! » ajouta-t-elle, ravie, tandis que son cœur se mettait à battre plus vite. « C'est une grande partie d’échecs qui est en train de se jouer – à l'échelle du monde entier – si cela est vraiment le monde, voyez-vous bien. Oh ! Que c'est amusant ! Comme je voudrais être une de ces pièces-là ! Cela me serait égal d'être un simple Pion, pourvu que je puisse prendre part au jeu... mais, évidemment, j'aimerais mieux encore être une Reine. »
En prononçant ces mots elle lança un timide regard à la vraie Reine, mais sa compagne se contenta de sourire aimablement et lui dit : « C'est un vœu facile à satisfaire. Vous pouvez être, si vous le désirez, le Pion de la Reine Blanche, car Lily est trop jeune pour jouer. Pour commencer, vous prendrez place dans la seconde case ; et quand vous arriverez à la huitième case, vous serez Reine... » À ce moment précis, on ne sait trop pourquoi, elles se mirent à courir.
Le dernier message (codé !) de Mr. CARROLL.

Voici le dernier message (codé !) que Lewis CARROLL a adressé en décembre 1896 aux joueurs d’échecs et à ses lecteurs du livre De l’autre côté du miroir et ce qu’Alice y trouva
Préface à l’édition de 1896
Attendu que le problème d'échecs ci-après énoncé a déconcerté plusieurs de nos lecteurs, il sera sans doute bon de préciser qu'il est correctement résolu en ce qui concerne l'exécution des coups. Il se peut que l'alternance des rouges et des blancs n'y soit observée aussi strictement qu'il se devrait, et lorsqu'à propos des trois Reines on emploie le verbe « roquer », ce n'est là qu'une manière de dire qu'elles sont entrées dans le palais. Mais quiconque voudra prendre la peine de disposer les pièces et de jouer les coups comme indiqué devra reconnaître que l’ « échec » au Roi blanc du sixième coup, la prise du Cavalier rouge du septième, et le « mat » final du Roi rouge répondent strictement aux règles du jeu.
Les mots nouveaux employés dans le poème Bredoulocheux ont donné lieu à des divergences d’opinion quant à la façon de les articuler ; il pourrait donc être également indiqué de donner des conseils à cet égard. Prononcez « slictueux » comme s’il s’agissait de 3 mots distincts (« slic », « tu » et « eux »), et détachez bien également les quatre syllabes (al-lou-in-d’) d’ « allouinde ». Sachez aussi que, dans le Morse et le Charpentier, la locution conjonctive « parce que », placée à la fin du cinquième, du quinzième, du quarante-septième et de l’avant dernier vers doit, toujours, se prononcer parceuk.
Signalons enfin, aux lecteurs peu familiarisés avec le jargon des canotiers, que le verbe plumer (intr.), employé par la Reine blanche, veux dire ramener l’aviron vers l’avant de l’embarcation en effleurant les flots de sa pelle tenue presque horizontale et que la locution argotique attraper un crabe, prononcée par la dite souveraine à la même page, signifie engager – par maladresse – l’aviron dans l’eau assez profondément pour qu’il se trouve placé, la pelle vers le bas, en position verticale.
Lewis CARROLL

Et voici le diagramme qui précède le récit et qui contient le libellé suivant :
Le Pion blanc (Alice) joue et gagne en 11 coups


1 Alice rencontre la Reine rouge 1 £h5 La Reine rouge joue en h5
2 Alice traversant d3 (par chemin de fer) 2 £c4 La Reine blanche (lancée à la

joue en d4 (Tweedledum et Tweedledee) poursuite de son châle) joue en c4



3 Alice rencontre la Reine blanche (avec son châle) 3 £c5 (la Reine blanche devient brebis)
4 Alice joue en d5 (boutique, rivière, boutique) 4 £f8 (la Reine blanche laisse l'oeuf sur l'étagère)
5 Alice joue en d6 (Humpty Dumpty) 5 £c8 (la Reine blanche fuit devant le Cavalier rouge)
6 Alice joue en d7 (forêt) 6 ¤e7 + Le Cavalier rouge joue en e7 (échec)
7 ¤xe7 Le Cavalier blanc prend le Cavalier rouge 7 ¤f5 Le Cavalier blanc joue en f5
8 Alice joue en d8 (couronnement) 8 £e8 (examen)
9 Alice devient Reine 9 Les Reines roquent
10 Alice roque (festin) 10 £a6 (soupe)
11 Alice prend la Reine Rouge, et gagne. £xe8 mat.


Question : « Connaissant le souci du détail de Lewis CARROLL on considérera qu’il n’a pu réaliser cette étude échiquéenne sans certaines arrières pensées.

Synthèse historique… des moments clés de sa vie…

  • Par chemin de fer où CARROLL va à Londres avec Alice LIDDELL. (par chemin de fer)

  • Le Crystal Palace où il aperçoit avec Alice la Reine Victoria (Alice rencontre la Reine rouge).

  • La boutique où Alice achetait des sucreries avant de partir en barque sur l’Isis, bras de la tamise (Boutique, rivière, boutique).

  • Rivière où Lewis CARROLL, l’un de ses amis DUCKWORTH et les 3 sœurs LIDDELL partirent le 4 juillet 1862 en barque jusqu’à GODSTON pour pique niquer et prendre le thé. (Boutique, rivière, boutique).

  • La rupture avec la famille LIDDELL (Le Cavalier rouge joue en e7, échec)




En regardant la position et en posant sur l'échiquier les coups proposés, on ne peut qu'être perplexe devant la séquence de coups avancés : les Blancs jouent 13 fois (ou 14 fois si on compte le coup de pion Alice de d2 à d3 puis à d4. Notons que Lewis CARROLL a l’air d’y tenir puisqu’il le précise !) et les Rouges (les Noirs) 3 fois. L'alternance n'est donc pas respectée comme dans toute partie d'échecs normale…


Coups blancs Coups rouges


1 Alice rencontre la Reine rouge 1 ... £h5

2 d4

£c4

3 £c5

4 d5

£f8

5 d6

£c8

6 d7 6 ... ¤e7 +

7 ¤xe7

¤f5

8 d8 Alice est couronnée (couronnement) 8 ... £e8

9 Alice se transforme en Reine

Les Reines roquent (elles sont entrées dans le palais)

10 Alice roque (festin)

£a6 (soupe)

11 £xe8 mat

Le début de la préface de l'édition de 1896 du roman De l'autre côté du miroir et ce qu'Alice y trouva (soit 25 ans après la première édition de 1871) apporte quelques éclaircissements mais ils restent insuffisants.
Ne nous voilà pas bien avancés. ( ? )
Nous allons essayer dans un premier temps de résoudre ce problème d’échecs comme des joueurs d’échecs sans lire les nombreuses recommandations de Lewis CARROLL. Mais nous sommes des joueurs d’échecs qui n’aiment pas les problèmes, aussi nous allons tricher en plaçant la position de cette partie dans une invention qui n’existait pas à l’époque de l’auteur ! Un logiciel d’échecs surpuissant, capable de battre le meilleur joueur du monde, et qui, en moins d’une seconde, nous indique la solution suivante !
Le premier coup que Lewis CARROLL propose est 1 .... £h5 (la Reine rouge va en h5). C’est un mauvais coup qui entraîne un mat forcé des rouges en trois coups. Ainsi la solution de ce mat débute par le coup du Cavalier blanc qui se rend en g3 soit :
Mat en trois coups Mat en deux coups Mat en deux coups

2 ¤g3+ ¢e5 2 ¤g3+ ¢d3 2 ¤g3+ ¢d4

3 £c5+ ¢e6 3 £c3 échec et mat. 3 £c3 échec et mat.

4 £d6 échec et mat.
Nous en profitons pour indiquer aux lecteurs non joueurs que l’échec au Roi est, dans la notation échiquéenne, noté +.

Une croix qui représente, et encore plus pour les joueurs d’échecs du XIXème siècle, la croix du Christ (ou la mort car un Roi en échec est menacé de mort, autrement appelée « échec et mat »).
Toutefois nous ne sommes pas plus avancés dans la compréhension de ce problème. ( ? )

Quelques exercices visuels pour s’entraîner (pas pour apprendre à jouer aux échecs mais pour apprendre les règles du jeu de Mr. Lewis CARROLL !).
Avant d’aller plus loin et pour que le plus grand nombre soit à égalité avec l’auteur voici quelques notions supplémentaires bien connues des joueurs d’échecs ainsi que quelques visions symboliques de Lewis CARROLL.

Langage de joueurs d’échecs :

En France, la « Reine » est intitulée « Dame » mais en Angleterre « Queen » (Reine). Par ailleurs les lecteurs ont pu constater le choix volontaire de l’auteur d’utiliser des pièces d’échecs rouges et blanches.
Bien que cela ne soit pas habituel, et pour des raisons de commodité, nous allons donc utiliser exclusivement les termes de Reine et de rouge dans les explications données tout au long.


Tous les joueurs d’échecs de club savent que 2 Rois placés ainsi sont en opposition.




Quels sont les personnages souvent en opposition dans l’entourage d’Alice ?
Le Cavalier change de couleur à chaque coup. Ainsi placé, il rayonne, il peut aller sur 8 cases. (La rosace du Cavalier)



Ici le Cavalier est totalement hors jeu. Il ne peut aller que sur 2 cases.

Une Reine placée ainsi domine totalement le Cavalier puisque dès qu’il bouge, il est pris. Ce Cavalier est à la marge : il ne peut se déplacer que sur trois cases.


Mettre le Cavalier sur la case où il puisse se débarrasser du Roi et de la Reine en même temps. Voilà qui est fait : On appelle ça une « fourchette » ! (Imaginez que ce Roi et cette Reine sont mari et femme).


Les pièces d’échecs possèdent un nombre de points pré définis. On ne sait jamais si vous trouvez un nombre fétiche carrollien quelque part (le 42 par exemple !) ou un de ses diviseurs (1, 3, 6, 7, 21). Cela pourrait toujours vous servir !
Valeur d’une Reine = 10 points

Valeur d’une Tour = 5 points

Valeur d’un Cavalier = 3 points

Valeur d’un Pion = 1 point

Valeur d’un Fou (ou Bishop – évêque en anglais !) = 3 points

(Notons qu’il n’y a pas de Fou dans cette partie !)

Valeur d’un Roi = indéfinie (0 point ou tout si vous voulez !)
Langage de Lewis CARROLL :
Mettez le Roi rouge au cœur de l’échiquier, comme un cœur qui bat. (D’ailleurs, la police de caractères des pièces choisie par l’auteur fait que le Roi rouge ressemble à un cœur !)



Imaginez que cette Reine donne la main à ce Pion qui n’est autre qu’une fillette. Celle-ci veut toujours partir au loin. Trouvez les coups de la fillette qui part toujours droit devant elle et de la Reine (sa mère) qui n’a de cesse de l’accompagner ou de la précéder depuis sa première escapade.


Persuadez-vous que cette Reine regarde et puisse toucher ce Cavalier.




Conversation entre une maman et un papa à propos de leur fillette !


Exercice : Trouvez l’emplacement de la Reine blanche pour qu’elle puisse toucher les deux Cavaliers : au moins du regard !! Voilà !



Jeu de regards : plusieurs pièces se regardent et conversent. Elles se surveillent, se fixent, s’observent, etc. (Entraînez vous avec ce nouveau langage échiquéen en inventant vous-même des positions carrolliennes.)


Bien, bien… Enfin, et progressivement, nous commençons à atteindre le niveau de Mr. CARROLL…. (Simplement dans cette partie d’échecs, évidemment !)
La séquence de coups doit déjà vous sembler moins mystérieuse…

N.B. : Pour les personnes adultes qui ne comprendraient toujours pas le langage symbolique carrollien, il nous semble qu’il est grand temps d’envisager une visite à la cave à vins de Christ Church à OXFORD. Si cela est impossible, qu’elles adressent leurs civilités à Mr. Lewis CARROLL, 42 Avenue de Christ Church, Dodgsontown, WONDERLAND.
Quant aux enfants, nous n’en avons encore vu aucun ne pas comprendre ce langage. Toutefois s’ils veulent écrire à Mr. CARROLL, qu’ils n’hésitent pas. Nous sommes sûrs que cela lui fera plaisir.

Christophe LEROY,

Président du Comité Rhône Echecs

et délégué général du Lyon Olympique Echecs.





similaire:

Alice liddell à 7 ans (photo Lewis carroll) iconA propos de Charles Lutwidge dogson, Alias Lewis carroll…
«Alice et le Maître d’échecs» 176 pages Collection hurdle aux éditions urdla, centre international estampe et livre

Alice liddell à 7 ans (photo Lewis carroll) iconRencontre avec Lewis carroll et Christophe leroy
...

Alice liddell à 7 ans (photo Lewis carroll) iconIdentifier et expliciter les valeurs éthiques et les principes civiques en jeu
«Chaque jour, deux Aylan» : Qui est Aylan ? Quelle question a soulevé la publication de sa photo ? Pourquoi publier de nouveau une...

Alice liddell à 7 ans (photo Lewis carroll) iconPhotos truquées légendes mensongères lors des attentats du vendredi...
«on» a rajouté avec photoshop une ceinture d’explosifs et qui est censé tenir un coran, alors qu’il s’agit d’un Ipad (mensonge sur...

Alice liddell à 7 ans (photo Lewis carroll) iconL'académie Alice, T. 4

Alice liddell à 7 ans (photo Lewis carroll) iconPhoto kathmandu 2016

Alice liddell à 7 ans (photo Lewis carroll) iconCours Photo Cycle 1 bases 4

Alice liddell à 7 ans (photo Lewis carroll) iconFleury Alexis Monin Alice

Alice liddell à 7 ans (photo Lewis carroll) icon1. alice. «Le Troisième Testament»
«les 3 formules du prof. Sato» Tome 1, 1977. E. O. – 3 volumes publicitaires pour

Alice liddell à 7 ans (photo Lewis carroll) iconDans le cadre d’une double opération de recomposition de capital...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com