Note d’intention par David Lescot





télécharger 48.29 Kb.
titreNote d’intention par David Lescot
date de publication06.03.2017
taille48.29 Kb.
typeNote
h.20-bal.com > loi > Note



La Commission Centrale de l’Enfance
REPRISE EXCEPTIONNELLE
Texte et interprétation

David Lescot


Du 8 octobre au 9 novembre 2008

Du mercredi au samedi à 21h, dimanche à 17h

Relâche lundi et mardi
Prix des places

Plein tarif : 16

Tarifs réduits : 12  (+ de 60 ans / collectivités / habitants des 3e et 4e / groupes d’amis)

8  (- de 30 ans / dem. d’emploi / intermittents / groupes scolaires / dernier mercredi du mois / Pass Poésie)
Renseignements et location : 01 44 54 53 00 (du mardi au samedi de 14h à 18h)
Maison de la Poésie Paris

Passage Molière

157, rue Saint-Martin

75003 Paris

Métro Rambuteau – Les Halles

www.maisondelapoesieparis.com

Contact Presse

Annabelle Mathieu Nathalie Gasser

LD : 01 44 54 53 14 06 07 78 06 10

amathieu@maisondelapoesieparis.com gasser.nathalie@wanadoo.fr


Note d’intention par David Lescot


Enfant, je passais mes vacances d’été dans les colonies de vacances de la Commission Centrale de l’Enfance (CCE), cette association créée par les Juifs Communistes français après la Seconde Guerre mondiale, à l’origine pour les enfants des disparus. Elles existèrent jusqu’à la fin des années 80. Mon père y était allé aussi.

J'ai voulu m'en souvenir, sans nostalgie, et raconter par bribes cette histoire, qui me revient par flashes de souvenirs inconscients, parfois confus, parfois étonnamment distincts : il y est question de conscience politique, de l’usure d’un espoir, de règles strictes, d’idéologie tenace, de transgressions en tous genres, d’éveil des sens.

J’en ai fait une sorte de petit poème épique, scandé, chanté, qui fait le va-et-vient entre les temps de l’origine et ceux de l’extinction, entre la petite et la grande histoire.
Lorsque la SACD et France Culture m’ont commandé un texte en 2005 pour le Festival Nîmes Culture, et qu’ils m’ont averti que l’auteur le lirait lui-même, en public, j’ai pensé que le moment était venu d’écrire à la première personne, à tous les sens du terme, ce que je n’avais jamais fait auparavant. J’ai vite ressenti le regard des anciens par-dessus mon épaule, une sorte de responsabilité intimidante. Puis des voix se sont mêlées à la mienne, le texte se faisait tantôt subjectif, tantôt choral, tantôt dialogique. La vérité des sensations et des souvenirs ne devait rien céder à la justesse historique. Et je n’avais qu’une heure. Il m’a semblé que seule la musique pourrait donner à ce texte son unité, et comme j’étais seul, j’ai décidé de m’accompagner. Je suis tombé sur une magnifique guitare électrique tchécoslovaque rouge des années 60 (autant dire rare), et je me suis dit qu’elle ferait l’affaire.
Aujourd’hui, convié par Claude Guerre à la Maison de la Poésie, je ne veux pas multiplier davantage les moyens techniques ou scéniques. Un projecteur ou deux, dans les teintes chaudes du music-hall, une bascule pour passer à la nuit (on verra que les nuits étaient très animées à la CCE), et l’atmosphère d’une belle cave voûtée.
Une idée m’est venue à mesure que je rencontrais ceux qui avaient traversé cet épisode parallèle et assez méconnu des mouvements communistes en Europe occidentale : j’ai imaginé que certains d’entre eux pourraient me rejoindre, chaque soir, le temps d’un impromptu, d’une carte blanche, qu’ils soient de ma génération ou de celles d’avant. Curieux comme un grand nombre de ceux-là ont choisi comme moi de faire leur vie dans l’art (Jean-Claude et Olga Grumberg, Gabriel Garran, Daniel Darès, Jean et Micha Lescot, Eric Rochant, Dante Desarthe, et pas mal d’autres). Un invité différent chaque soir, pour quelques minutes, un saut dans le temps, un effet de réel, comme si le sujet sortait de la photographie.
Ce sera donc un cabaret minimaliste. Pour une voix, porteuse d’autres voix. Une sorte de ballade, ou de rhapsodie, de revue parlée-chantée. Parce qu'on chantait beaucoup à la Commission centrale de l'Enfance. Des choses comme « nous bâtirons des lendemains qui chantent », ou « nous voulons chasser la guerre pour toujours », ou encore « nous marchons dans la nuit profonde… ».

La Commission Centrale de l’Enfance

Chronologie.
1943 : Naissance de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide (UJRE) qui regroupe les divers réseaux de Résistance et de sauvetage des enfants juifs.
1945 : L'UJRE crée la Commission de l'Enfance, chargée de récupérer les enfants cachés durant la guerre, d'offrir un foyer aux orphelins dont les parents furent tués dans la Résistance ou déportés, d'aider les familles juives démembrées à éduquer leurs enfants durant les périodes hors scolaires.
1947 : constitution en association Loi 1901 de la Commission Centrale de l'Enfance (CCE).
1988 : Fin des activités pour les enfants de la CCE.
de 1945 à 1988 : Plus de 15 000 enfants ont fréquenté les foyers, les patronages, les colonies de vacances et les mouvements des jeunes de la CCE.

Les maisons d’enfants en France après le Seconde Guerre Mondiale
Au lendemain de la guerre, les organisations juives de France se retrouvèrent face au désarroi de nombreux orphelins, fils et filles de déportés juifs, la plupart d'origine polonaise, russe, roumaine mais également salonicienne ou apatride (Allemands du Reich). Diverses associations, actives depuis l'entre-deux-guerres, organisèrent des structures afin de les recueillir, de leur donner une éducation et une formation pratique, de les insérer dans la société française tout en leur offrant la possibilité de se rattacher au judaïsme. Elles étaient financées majoritairement par les associations juives américaines (en particulier le Joint) avec l'aide de l'État.

Il y eut une cinquantaine de ces maisons d'accueil en France, pour environ 3 000 orphelins de la Shoah. L'histoire de ces « maisons de l'espoir » débute pendant la guerre après les rafles de 1942, lorsque les associations juives et non juives prennent conscience de l'urgence de cacher les enfants. En zone occupée, des réseaux se constituent sous l'impulsion du Comité de la rue Amelot, des Éclaireurs israélites, des groupes Solidarité proches des Juifs communistes, et grâce à la mobilisation de la population non juive. En zone sud, seule l'OSE (Œuvre de Secours à l'Enfance) et dans une moindre mesure les EIF ont la capacité d'ouvrir des maisons.

Pendant la guerre, ces lieux ont accueilli jusqu'à 1 000 enfants jusqu'à leur fermeture à la fin de l'année 1943, et l'on considère en outre que plus de 10 000 enfants en France ont pu être cachés chez des particuliers ou dans des institutions religieuses, ou encore passés en Suisse et sauvés ainsi des griffes du nazisme et de leurs auxiliaires français. Mais on compte également 9 600 enfants juifs de moins de 16 ans déportés vers les camps de la mort.

À la fin de la guerre, l'objectif de ces associations fut de rassembler les enfants éparpillés dans les campagnes, dont beaucoup d'orphelins désormais. Ces enfants, qui représentaient après la Shoah l'avenir et l'espoir de la survie du peuple juif en France, seraient élevés et éduqués en collectivités. Chacune a son projet, en fonction des grandes orientations qui ont toujours uni et divisé le peuple juif : traditionalistes ou laïques, inscrites dans un mouvement politique ou simples œuvres d'assistance. Elles sont pluralistes à l'OSE (Œuvre de Secours à l'Enfance) implantée en France depuis les années trente, sionisantes à l'OPEJ (Œuvre de Protection de l'Enfance juive) rattachée, de même que la Colonie scolaire, à la Fédération des Sociétés Juives de France représentant les juifs immigrés non communistes.

Les maisons communistes regroupées dans la Commission Centrale de l'Enfance (CCE) sont une émanation de l'Union des Juifs pour la Résistance et l'Entraide (UJRE), très implantée dans le monde yiddishophone, lecteur de la Naïe Presse. Le petit Cercle amical bundiste revendique également une appartenance politique socialiste, mais se rattache au judaïsme par le biais de la langue et de la culture yiddish. Ces lieux de vie, avec leurs ambiguïtés, leurs échecs et leurs réussites, ont tous eu la même volonté : rendre aux orphelins sortis de leurs cachettes après la guerre une identité qui leur fût propre, leur donner un cadre de vie spécifiquement juif et les élever dans un défi commun à la Shoah.
D’après Kathy Hazan, Les Orphelins de la Shoah, Les Belles Lettres, 2000.

David Lescot

Né en 1971.

Auteur, metteur en scène et musicien. Son écriture comme son travail scénique cherchent à mêler au théâtre des formes non-dramatiques, en particulier la musique.

Il met en scène ses pièces Les Conspirateurs (1999, TILF), L’Association (2002, Aquarium) et L’Amélioration (2004, Rond-Point).

Sa pièce Un Homme en faillite qu’il met en scène à la Comédie de Reims et au Théâtre de la Ville à Paris en 2007, (avec Pascal Bongard, Norah Krief, Scali Delpeyrat), obtient le Prix du Syndicat national de la critique de la meilleure création en langue française. Spectacle en tournée en France et joué au Théâtre national de Lisbonne en 2007. La même saison la pièce est créée à Edimbourg au Traverse Theatre et en Allemagne (Wilhelmshaven). Elle est mise en espace à New-York, Buenos Aires, Karlsruhe, Kiel, Stuttgart.

Il interprète son texte L’Instrument à pression, mis en scène par Véronique Bellegarde avec les musiciens Médéric Collignon et Philippe Gleizes et les acteurs Jacques Bonnaffé et Odja Llorca (Ferme du Buisson 2007, reprise en 2008 à Saint-Quentin-en-Yvelines et aux Festival Banlieues Bleues et Jazz à la Villette.)

Il co-met en scène en 2006 Troïlus et Cressida de Shakespeare avec Anne Alvaro et les élèves de l’ERAC (Maison du Comédien-Maria Casarès, 2006 ; reprise au CDN de Montreuil, 2007.)

Il rencontre en 2000 la metteuse en scène Anne Torrès, pour laquelle il signe et interprète la musique du Prince de Machiavel (Nanterre-Amandiers, 2001). C’est encore pour Anne Torrès qu’il écrit Mariage créée en janvier 2003 à la MC93-Bobigny avec Anne Alvaro et Sid Ahmed Agoumi. La pièce est ensuite lue à Lisbonne et Santiago du Chili en 2007, elle est mise en scène à Londres en 2008 et à Buenos Aires en 2009.

Il participe à de nombreux Festivals consacrés aux textes contemporains (La Mousson d’été, Scènes ouvertes). Plusieurs de ses textes ont fait l’objet d’enregistrements radiophoniques. Ses pièces sont traduites et publiées en différentes langues (anglais, allemand, portugais, roumain, polonais, italien, espagnol).

Il compose de nombreuses musiques de scène (Troïlus et Cressida de Shakespeare, Le Fou d’Elsa d’après Aragon, Le Bleu du Ciel d’après Georges Bataille et Bernard Noël). Il est le trompettiste du groupe afro-slave Bengflo avec lequel il se produit au Divan du Monde, Guinguette Pirate, Théâtre du Rond-Point, Théâtre Mogador, Maison de la Poésie, le Berri Zèbre…

En 2008, il accompagne à la trompette Anne Alvaro sur des poèmes de Sophie Loizeau (Conception Claude Guerre, Maison de la Poésie). Durant la même saison, au même endroit, il joue son texte La Commission Centrale de l’enfance, accompagné d’une guitare électrique tchécoslovaque des années 60 (autant dire rare). Le spectacle est repris en octobre 2008 à la Maison de la Poésie.

Il enseigne depuis 1999 Les Arts du Spectacle à l’Université Paris X- Nanterre. Il est l’auteur d’un essai, Dramaturgies de la Guerre (Ed. Circé, 2001, Prix Jamati d’Esthétique Théâtrale).

Il obtient en 2008 le Prix Nouveau Talent Théâtre de la SACD. Il remporte la même année le Grand Prix de Littérature dramatique pour sa pièce L’Européenne. Il la met en scène à la Comédie de Reims en mai 2009, puis au Festival de Naples en juin 2009, et à paris au Théâtre de la Ville en septembre 2009

Ses textes sont publiés aux Editions Actes Sud-Papiers.

Extraits du texte


(…)Tout ce que je sais je l’ai appris dans ce qui restait des colonies de vacances imaginées par les Juifs du Parti communiste Français juste après la guerre pour donner du bonheur pour que prennent l’air pour que voient pour la première fois la mer les rejetons des disparus déportés fusillés qu’on envoyait passer quatre ou cinq semaines dans les provinces de France ou dans les pays frères de l’Union soviétique et qui revenaient en pleine forme les yeux brillants de joie des chansons hilarantes dans la poitrine dans la gorge dans la bouche et un foulard de pionnier d’élite autour du cou.

Est-ce qu’il fallait encore consoler les enfants de ces enfants-là ?

Quelques décennies plus tard ils avaient encore le loisir de partir non plus vers les contrées du Bloc mais dans le Périgord et c’était toujours comme avant et il restait même suffisamment de Juifs communistes pour composer l’équipe de direction et certains pas beaucoup des enfants de la colonie avaient des parents qui étaient eux-mêmes Juifs communistes et quelques autres encore plus rares des parents qui n’étaient pas Juifs mais qui étaient quand même communistes et la grande majorité des parents qui n’étaient plus communistes mais qui étaient toujours Juifs.

**********************

(…) Et puis il y avait cette chanson étonnante, en hommage à Maurice Thorez, figure légendaire du Parti Communiste Français, et personnalité à laquelle on savait ici aussi rendre beaucoup d’honneurs. C’était intitulé « Buvons camarades » :
Depuis que bat le coeur des hommes

Notre idéal est le plus beau

Il nous a fait ce que nous sommes

Maurice porte le drapeau

L’étoile claire de Staline ouvre la route au monde entier

La route mène au socialisme, Maurice marche le premier
Buvons camarades buvons, que l’avenir nous appartienne

C’est à lui que nous le devons, à la tienne ami à la tienne

Buvons camarades buvons à la santé de Maurice

À la santé de la paix au bonheur à la justice

Buvons au peuple français

Buvons, buvons, au bonheur, à la paix.
(…)

Extraits de presse


Sans pathos ni racolage, s’accompagnant d’une guitare électrique rouge, il raconte comment là-bas il s’est initié à Brecht, aux lendemains qui devaient chanter et aux filles. Les émois ados de ses « colos » se glissent, ombres furtives, et avec eux les enfances orphelines, les moniteurs militants et les utopies d’après-guerre. Une grande petite heure de spectacle, bouleversante et mutine.

Le Nouvel Observateur, Odile Quirot, 29 mai/4 juin 08
Ah ! comme on l’aime, ce spectacle qui se glisse discrètement dans le printemps, comme une lettre inattendue, qui vous laisse souriant, ému, content. Il s’appelle La Commission Centrale de l’enfance et se donne dans une belle cave voûtée fe la Maison de la Poésie, devant une vingtaine de spectateurs. C’est peu, mais juste ce qu’il faut pour être dans la bonne ambiance : celle du cabaret du souvenir de David Lescot, qui nous emmène dans les colonies de vacances organisées par les militants juifs du Parti Communiste français.

Le Monde, Brigitte Salino, 30 mai 08
Après la Seconde guerre, une association de juifs communistes créa la Commission centrale de l'enfance pour que les enfants des disparus puissent partir en vacances. Grâce à elle, plusieurs générations connurent les joies des colonies de vacances et leur lot de découvertes et d'émois. David Lescot y est allé, comme, avant lui, son père, Jean. Pour scander les souvenirs heureux, il gratte une guitare, pas n'importe laquelle, une Tornado, d'origine tchèque, des années 50. Le temps reflue sous ses doigts comme sous les coups de pédale de Sami Frey égrenant Je me souviens de Perec. Sur un ton égal, mezzo voce, dans une simplicité de style merveilleuse, Lescot revoit, comme on regarde dans un miroir, les instantanés de la jeunesse, quand les chants exaltaient la foi dans le communisme, l'espérance et la paix. C'est drôle, infiniment tendre, d'une nostalgie qui est toujours ce qu'elle était.

Le Journal du dimanche, Annie Chénieux, 7 juin 08
Bref, David Lescot, qui fit partie de ces jeunes troupes lancées l’été à l’assaut joyeux des campagnes de France, cède à un mouvement proprement proustien de la mémoire en revenant, à la première personne du singulier, sur cette histoire où, dit-il, « il est question de conscience politique, de l’usure d’un espoir, de règles strictes, d’idéologie tenace, de transgressions en tous genres, d’éveil des sens… ».

« C’est tendre et profond, et tout ce qu’il entreprend porte la marque de l’intelligence et du tact. »

On ne fait pas plus simple. Un tabouret et une guitare électrique tchécoslovaque, antédiluvienne (des années soixante), de marque « Tornado ». David Lescot, mince jeune homme, en toute timidité à moitié feinte, revient donc par bribes sur ces années-là, raconte par exemple l’odyssée nocturne au cours de laquelle il se fit choper sous la tente des filles, égrène les noms de ces nombreuses colonies sur la carte de France, certains des locaux les abritant ayant été confisqués à des collabos… Chemin faisant, il chante de ces paroles d’époque (« En avant jeunesse de France… », entre autres) que vendredi dernier un public d’anciens ressortissants de la Commission centrale de l’enfance fredonnait avec lui. Les larmes venaient aux yeux, car c’est tendre et profond et tout ce qu’il entreprend porte la marque de l’intelligence et du tact. […]

L’Humanité, Jean-Pierre Léonardini, 9 juin 08
La voix est douce comme le souvenir. Rythmée par le swing léger d’une guitare à peine électrifiée, elle nous transporte en d’autres temps pas si lointains. […] Les souvenirs remontent comme par bouffées au fil de ce récit profondément émouvant dans sa délicatesse et sa simplicité. David Lescot ne s’était encore jamais exprimé à la première personne, ce dramaturge et metteur en scène talentueux cultivant plutôt la discrétion. […], ce spectacle montre à quel point il fait partie aujourd’hui des auteurs qui comptent dans le paysage théâtral français.

Les Inrockuptibles, Hugues Le Tanneur, 17/23 juin 08

similaire:

Note d’intention par David Lescot iconNote d’intention et biographie Jean Claude Gallotta P. 8 : Le spectacle...

Note d’intention par David Lescot iconNote d’intention

Note d’intention par David Lescot iconPour les programmes en attente, merci de vous tenir au courant des...
«Le noyé le plus beau du monde», L’incroyable et triste histoire de la candide Erendira et de sa grand-mère diabolique, Grasset,...

Note d’intention par David Lescot iconNote d’intention
«Je crois que je suis en train de rater ma vie.» Cette rencontre la bouleverse. Son mal empire, grignote ses pensées, obscurcit son...

Note d’intention par David Lescot iconNote d’intention
«conte de contes», ou chaque récit connu trouve son opéra, et est mis en scène dans une illustration en relief ( pop up/ découpe...

Note d’intention par David Lescot iconNote d’intention
«humain», cela se gagne, cela se perd, cela se crée, cela s’oublie c’est une perpétuelle lutte entre désir et patience, entre contrainte...

Note d’intention par David Lescot iconBiographies de Victor Hugo
«l’intention littéraire et l’intention politique». Mais IL lui faudra encore cinq ans pour se défaire vraiment des «préjugés sucés...

Note d’intention par David Lescot iconNote d’intention
«Aujourd’hui, IL ne reste plus rien ni de la notion que chacun a ou doit avoir que sa fin est proche, ni du caractère de solennité...

Note d’intention par David Lescot iconMémoires en quatre parties retraçant ses carrières successives et...

Note d’intention par David Lescot icon1781, Huile sur toile, 288 X 312 cm, Musée des Beaux arts de Lille
«Bélisaire demandant l’aumône» a été réalisée en 1781 par Jacques Louis David, qui est né en 1748 et meurt le 29 décembre 1825






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com