Proses diverses et Poésies





télécharger 1.03 Mb.
titreProses diverses et Poésies
page6/10
date de publication10.05.2017
taille1.03 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

Tu vis autour d’un monde qui ne tue pas les souris blanches.

Car bien sûr

tes petites souris sont blanches et jouent avec le chat ;

Elles jouent de voir le chat ne pas les dévorer

lorsque tu viens d’ouvrir la cage.

En fait le chat les touche,

il les touche du regard et par sublimation.

Sans doute a t’il des doutes en s’oubliant le chat ?

Mais pour l’instant ses yeux sont pattes

sans préméditation de griffes.

Ah çà ! Pourtant que ferait donc l’étonnant chat

Si tu quittais la pièce après avoir ouvert la cage aux souris blanches ?

Il sourirait aux souris blanches d’un sourire noir.

Et ses pattes verraient rouge et ses yeux grifferaient.
124

Pour l’heure

quand tu ouvres la cage des souris blanches devant le chat

Il reste coi laissant son instinct tout derrière.

Ne cherche pas trop à comprendre

la psychologie particulière et retenue du chat

Devant lequel on fait marcher des souris blanches.

Testons le chat avec d’autres situations.

Tiens ! Par exemple :

On verra bien ce que diront les yeux du chat

lorsque ton crocodile sortira de la salle de bain…

Paris, Porte de Versailles, 1er Avril 1995.

___________

125

c:\users\ordi\pictures\palais découverte paris.jpg
Paris, Palais de la Découverte.
126

V-
2014  :
Le poète arlequin des mots

Sera toujours le roi des sons.

127


CUISSES ET SEINS DES CITĖS

La ville enfile des files de filles de femmes

Sous les gros yeux mouillés des mâles

Mal à l’aise aux désirs de baise.
Surtout l’été avec tous ces essaims de seins

Mi dévoilés et qu’il ferait si bon téter

Dans le premier jardin public jardin lubrique.
Mais nonobstant le temps voilant ou dévoilant les femmes

-désirables-

Le désir s’immisce au vu des cuisses

Haut dévoilées ou galbées chaud

Par les pantalons moulants suggestifs.
Les trains, les bus, les trams

En toutes saisons promènent

Sous les yeux baladeurs des connaisseurs

Des cuisses offertes et rehaussées par la mini.

128

Et puis,

Dieu-Créateur étant créateur des rondeurs,

Eros aussi sait tenter et damner

Dans les églises où rodent aussi

Les femmes encore tentantes

et les pucelles court vêtues.

Ah ! Que ne suis-je un confesseur

Au ministère bandant

d’ouïr les actes de jouir

-peccamineux-

Susurrés chauds par les lèvres odorantes et mouillées

Des pécheresses en jupon qui

mériteraient tant la fessée !
Au sein des villes du Monde Nouveau

Des seins nubiles et des seins praticiens

Sont offerts à longueur de l’année

Aux tétées drues des mâles experts.
O ! Villes aux seins d’ici ;

Capitales aux seins sans frontière :

Pépinières d’aréoles, de boutons à fleurir

Sous les lèvres goulues mais expertes

des amants virtuoses !
Mercredi 18/12/2013.


___________

129

L'érotisme (du grec ἔρως, érôs : « le désir amoureux ») désigne l'ensemble des phénomènes qui éveillent le désir sexuel, et les diverses représentations, en particulier culturelles et artistiques, qui expriment ou suscitent cette affection des sens. L'érotisme peut aussi désigner, par extension, la nature de la relation qui s'instaure entre des individus suite à cette attirance.

L'érotisme, et l'adjectif « érotique », caractérisent tout ce qui, à partir d'une représentation liée à la sexualité, suscite une excitation émotionnelle et sensuelle, indissociablement physique et mentale. En ce sens, l'érotisme se différencie de la sexualité, car il ne renvoie pas à l'acte sexuel lui-même, mais plutôt à tout ce qui provoque le désir sexuel, et à toutes les projections mentales que celui-ci évoque, en particulier les fantasmes. L'érotisme se distingue aussi de l'amour (qui est un sentiment), dans la mesure où l'affection érotique est issue en partie du corps et des pulsions sexuelles, contrairement à certaines formes d'amour qui font abstraction du corps (amour filial, amour platonique, etc.).

L'érotisme vient d'un jugement esthétique, conscient ou non, lié à l'attrait sexuel. En ce sens, il a fourni beaucoup de matière aux représentations artistiques. Dans l'art, l'érotisme est en effet une catégorie ou un genre qualifiant certaines représentations suggestives, de personnes (en particulier le nu, en peinture ou en photographie) ou de scènes (dans la littérature ou le cinéma).

Jouant généralement sur l'imagination, l'implicite ou la suggestion, il s'oppose à des représentations plus crues ou plus explicites de la sexualité, qu'on range dans le domaine de la pornographie. Du point de vue moral, il ne fait donc pas l'objet de condamnations aussi sévères que cette dernière, souvent qualifiée d'obscène ou d'indécente ; mais, comme la morale varie selon la culture et l'époque, certaines représentations jadis jugées obscènes ou sulfureuses sont aujourd'hui conçues comme simplement érotiques, c'est-à-dire suscitant le désir[1].

(Sources : Wikipédia).

130

c:\users\ordi\documents\bosquet1.jpg

131

L’APPEL
Taureau 1er décan j’ai besoin de la Terre. J’ai besoin que mes yeux – marrons – se mirent, se ressourcent et se pâment dans le marron des champs tout fraîchement labourés, parfois encore luisants de l’action tranchante et moulante de l’imposant soc – lui-même brillant – de la charrue. Avec un ciel gris de toutes nuances, et des nuages de tous calibres ; il ne manquait plus que les croassements proches et lointains des corbeaux méthodiques, pour composer autour devant moi comme un vitrail de fin d’après-midi d’hiver. Dans les champs maraîchers d’entre Auxonne et Labergement, assis sur un fut d’arbre gris mat que je ne connais pas, le dos contre un bosquet d’essences communes et de quelques résineux avec, deux, trois étangs miniatures ; je retrouve un vieux compagnon (mon pseudonyme) que j’avais endossé pendant dix-huit ans fermes, pour le jeter durant dix-huit autres années. Outre la surprise lénifiante que psychiquement je rajeunis de trente-six ans, je crois entendre un corbeau – lui venant de très-haut – me croasser distinctement même en roulant les « r » :

132

Mais crois en toi !

Mais crois en toi !

Nicolas, recrois en toi !

Fuis pour toujours, fuis pour toujours

Tous les mercenaires des faux dieux !

Dieu a quitté les temples des haineux

Et revient dans Sa Création ;

Il t’appelle en Terre éternelle

Tu crois en Lui

Alors :

Mais crois en toi

Mais crois en toi

Nicolas, recrois en toi !


Mercredi 18 Décembre 2013 – 15 h 30


___________

133

c:\users\ordi\documents\canards..jpg

134

SOUFFLE NOUVEAU

Canards moqueurs et fiers cygnes

Du bord de l’eau me font signe :

« Bienvenue ! Respire à l’aise

Que ta vie neuve à Dieu plaise ! »


Mardi 24 Décembre 2013

135

c:\users\ordi\documents\cygne..jpg
136


c:\users\ordi\documents\ciel de paris..jpg
Ciel parisien au Parc Monceau

SIMPLEMENTE…
para Laura Olivera

El bosque;

La nieve;

El viento;

El cielo;

El canal;

137

La Otra Dimensión;

El despertador de la consciencia

Y el despertador

del alma de mi similares;

Más lejos,

Una joven mujer

O una muchacha:

¡Tienes allí las razones

de mi pluma!


Sábado 21 de diciembre de 2013

___________


138

CELEBRET *

Au

Belvédère du Barrage

Satan bêle vert de rage.

Je l’ai excommunié,

Je l’ai exorcisé,

Et je l’ai excisé

de ma chair libérée,

-de ma chaire-Liberté-

Où, fort de la vie neuve

à laquelle je renais,

Je me prêche haut et large

En tou-te vé-ri-té.

Lundi 23 Décembre 2013.

*celebret (prononcer : célébrette : Document délivré par l'autorité ecclésiastique aux prêtres pour qu’ils puissent célébrer un office religieux en dehors de leur paroisse ou de leur diocèse

139

c:\users\ordi\documents\le barrage..jpg
La Saône à Auxonne (Côte d’Or)


140

ACTIVI’ T E R
Et je suis fier

D’être ferroviaire ;

D’ailleurs filleul d’un chef de gare,

Neveu d’un mécanicien

Et cousin d’une cousine

qui pour la retraite

Cessa d’être administrative

à la SNCF.

Depuis fin des années 50

Jamais je n’ai déraillé.

Et désormais j’attendrai

-pour enfin me rendre au Maroc-

De pouvoir y aller en train !

141


c:\users\ordi\documents\ter1.jpg
142

HIC NON JACET *

Je suis sur terre pour les vers

littéraires

libertaires

Mais pas solitaires.

De la nana nue

A la bourge endimanchée

Chacune, chacun y prend son pied.

Quant aux vers verts de la tombe

-à l’humide et goulue tronche-

Je les bernerai en trombe

Voulant partir en fumée.
*Ici ne git pas.

143

PLUME Á CATĖNAIRE

Bien que serein non hagard

Je m’enfourne dans la gare ;

A portée de voie des trains

Ma plume allant son train-train


Dole, Samedi 28 Décembre 2013

144

DIMANCHE MÂTIN

Le long des traverses

de bois, de ciment

Des voies ferrées avalées

Par les TER, les TGV,

Je prie Dieu mais sans prie-Dieu

-les yeux bien sur terre-

Liturgie de la

Grand-messe ferroviaire.


Dimanche 29 Décembre 2013

145


MATINES SANS TARTINES

Je déjeune salé le matin :

Soupe de couscous et Germalyne

épicée colorée

De Ras el Hanout.

La Germalyne vient des moines de Sept-Fons

Et le Ras el Hanout

des amis arabes de Dijon.

Mon petit-déjeuner est très œcuménique.


__________
146

c:\users\ordi\pictures\germalyne-tradition.jpg

Abbaye de Sept-Fons

B.P. 14

03290 Dompierre-sur-Bresbre

Tél.: 04 70 48 14 90

Fax : 04 70 48 14 73

Email : abbaye[@]septfons.com


147

T E R

Une Manon à chapeau noir

-feutré mat-

Avec des seins fermes et bien ronds

Etrennés depuis peu par

un amant débutant ;

-Ça se voit bien dans ses yeux noirs aussi

Et sur ses lèvres roses et lisses

Tendues interrogatives et succulentes

Comme à l’étal du pâtissier-

Tentation ferroviaire

Enchâssée dans un col gris roulé brillant

D’un moulant manteau noir

Aguichant tentateur.

Dans ce TER

-Train Erotique Régional.


___________


148

INNĖE LIBERTĖ

Sans étiquette et sans frontière,

Je prie Dieu loin des mercenaires

-non qu’Il choisit

mais qui s’imposent à Lui-
Sans étiquette et sans frontière,

Je ne rends pas de comptes aux tiers ;

Prônant la Morale et la Loi

Je suis monolithique.
Sans étiquette et sans frontière,

J’essaierai tout et choisirai

Toujours ce qui conviendra

-autant de fois qu’il le faudra-

Et j’en vivrai.
Sans étiquette et sans frontière,

Je me ris des us et coutumes

Des manières usées et figées.

Je vis de sang neuf et j’innove.

149


Sans étiquette et sans frontière,

Je me défie des cliques et meutes,

Des libres-ceci libres- cela,

Offrant la seule incongrue liberté

De penser comme eux comme elles.
Sans étiquette et sans frontière,

Je suis expectatif devant tous les

Contre-ci et contre-ça,

Pour-ceci et pour-cela,

Pro-bidules et anti-trucs,

Des biques et moutons programmés

Remontés à clef.
Sans étiquette et sans frontière,

Avec la chance innée de m’épanouir en France,

Je n’ai rien à vendre et pas de comptes à rendre

Sur mon art de penser, de vivre et de prier.

Encore longtemps le long du Temps

Je prônerai la Liberté.

___________

150

c:\users\ordi\pictures\char_fritz.jpg


151

IDOLES

Le Canard Enchaîné,

Cavanna, Fritz le Chat,

Reiser et Bretécher,

Carmen Cru, Mandrika…

___________
152

Fritz the Cat (Fritz le Chat) est un personnage de comics américain créé par Robert Crumb en 1959. Figure marquante des « comics underground », il est le symbole de la bande dessinée pour adultes. Je l’avais surnommé « Fritz le chat paillard ». Il fut adapté au cinéma à deux reprises, notamment par Bakshi en 1972.

_______

Nikita Mandryka, dit Mandryka (pseudonyme Kalkus à ses débuts), né le 20 octobre 1940 à Bizerte, est un auteur de bande dessinée français d'ascendance russe.

Nikita Mandryka passe son enfance en Tunisie, avant de faire ses études secondaires en France, en particulier à l'Institut des hautes études cinématographiques. Il commence à publier ses premières bandes dessinées chez Vaillant, le journal de Pif : Les aventures potagères du Concombre Masqué et Les Minuscules. En 1967 il passe à Pilote, écrit des scénarios pour Monzon et continue Le Concombre masqué dans Pilote.

Avec Claire Bretécher et Gotlib, il fonde en mai 1972 L'Écho des savanes dont il se retire en 1979. Il devient rédacteur en chef de Charlie mensuel en 1982 puis de Pilote en 1983 avant de devenir conseiller à la rédaction.

Il reprend Le Concombre masqué pour Dupuis dans les années 1990-1993 : La dimension Poznave et suivants. Actuellement, il anime le site du Concombre Masqué sur lequel il publie chaque semaine une planche du Bain de minuit, la nouvelle Aventure potagère du Concombre Masqué.
153


Claire Bretécher, née le 17 avril 1940 à Nantes, est une dessinatrice et une scénariste de bandes dessinées.

Claire Bretécher débute dans la bande dessinée par une collaboration avec René Goscinny en 1963, puis dans Spirou avec Les Gnangnan. Sa carrière décolle à mesure qu'elle travaille pour Tintin, de 1965 à 1966. En 1968, elle collabore au journal Record (no 83 : Andromaque) et, en 1969, au journal Pilote avec le personnage de Cellulite. Dans cette série, elle stigmatise les excès du féminisme sans pour autant dénigrer la cause des femmes. De 1969 à 1971, elle revient à Spirou avec des satires de ses contemporaines (Salades de saison), où l'on voit son style évoluer vers un trait plus acide, qui la rapproche de Reiser.

En 1972, elle crée avec Gotlib et Mandryka L'Écho des savanes. Collaborant aussi au mensuel écologique Le Sauvage à partir de 1973, elle entre au Nouvel Observateur la même année avec la série Les Frustrés (15 octobre 1973), intégrée dans la rubrique sociétale « Notre époque ». Qualifiée en 1976 de « meilleure sociologue de l’année » par Roland Barthes, sa page des Frustrés est, selon Jean Daniel, « en profondeur, et au second degré, l’une des chroniques les plus efficacement politisée de notre hebdomadaire. » D’après Florence Montreynaud, les « conformistes de l’anticonformisme » dont les Frustrés de Brétecher font le portrait « sont aussi les lecteurs du Nouvel Observateur », à savoir « les snobs, les fils de bourgeois gauchisants, les mous, les durs, les sexistes, les féministes, les parents laxistes et leurs affreux jojos ».

Sa série sur Sainte-Thérèse d’Avila suscite ensuite quelques critiques de lecteurs catholiques poussant des journalistes (comme Hector Bianciotti) à prendre sa défense. Présente épisodiquement au journal, elle n’assiste pas aux conférences de rédaction. Éditant elle-même ses albums, qui rencontrent un grand succès, elle peut rapidement se passer de son salaire mensuel à L’Obs. Manifestant une certaine lassitude, ainsi que le désir d'avoir un enfant, elle cesse sa collaboration hebdomadaire au début de 1981, tout en y publiant épisodiquement quelques planches de ses albums au moment de leur sortie.

En dehors de la bande dessinée, Claire Bretécher pratique également avec talent la peinture : en témoigne toute une série de visages en couleurs, tirés de ses carnets intimes et repris dans l’album Portraits (éditions Denoël).

154

Jean-Marc Reiser, dit Reiser, qui a signé à ses débuts Jean-Marc Roussillon (né à Réhon en Meurthe-et-Moselle le 13 avril 1941 et mort à Paris, le 5 novembre 1983, est un auteur de bande dessinée français connu pour ses planches à l'humour féroce.

Après avoir commencé dans la vie comme livreur chez le caviste Nicolas durant quatre ans, Reiser commence en 1958 une carrière de dessinateur en publiant dans différentes revues mineures, telles que Blagues (pseudo JIEM) et La Gazette de Nectar (pseudo J-M Roussillon - journal interne à la maison Nicolas). En 1960, il participe à la création du mensuel Hara-Kiri fondé par Cavanna, Georges Bernier (Professeur Choron) et Fred (Fred Othon Aristidès), magazine qui deviendra l'un des fleurons de la culture underground des années 1970. En 1966, il entre au journal Pilote où il collabore avec Gotlib, Alexis, Mézières, Mandryka, etc. En mai 68, il dessine dans Action, avec Siné et Wolinski. Après l'interdiction d'Hara-Kiri Hebdo en 1970, en raison de l'annonce irrespectueuse du décès du général de Gaulle (le fameux Bal tragique à Colombey : un mort[], amalgame iconoclaste de la mort du général et de l’incendie d’un dancing en Isère où périrent 146 personnes), il collabore naturellement dès le premier numéro à Charlie Hebdo qui lui succède. Tout au long de sa carrière, Reiser a également publié dans La Gueule ouverte (il s'intéresse de très près à l'écologie, particulièrement à l'énergie solaire), BD, Charlie Mensuel, Métal hurlant, L'Écho des savanes (ce dernier avec la collaboration de Coluche).

Son œuvre est considérable. On retiendra ses personnages : Gros Dégueulasse, Jeanine… Ses dessins ont été rassemblés dans de nombreux recueils : Ils sont moches, La Famille Oboulot aux vacances, Les Oreilles rouges, La Vie au grand air, Vive les femmes, La Vie des bêtes etc. La série des Sales Blagues publiée dans L'Écho des Savanes, poursuivie par Vuillemin, continue d'attirer un grand nombre de lecteurs.

_______
http://bits.wikimedia.org/static-1.23wmf10/skins/common/images/magnify-clip.png

François Cavanna est un écrivain, dessinateur humoristique et journaliste français né le 22 février 1923 à Paris []d’un père italien et d’une mère française. Œuvre importante. Œuvre importante (récits autobiographiques et romans historiques). Deux titres-cultes : Les Ritals (1978), les Russkoffs (1979). J’ai bien aimé « Maria » (Belfond, 1987) qu’il dédie « à toutes celles que j’ai aimées…si mal ! ». François Cavanna nous a quittés le 29 Janvier 2014.

155

Carmen Cru est une série de bande dessinée écrite et dessinée par Lelong. Elle est pré-publiée dans le mensuel Fluide glacial depuis le numéro 67 (1981) et les albums paraissent aux éditions AUDIE.

Le personnage de Carmen Cru.

Dans une ville moyenne de province, vit dans une maison enclavée entre quatre immeubles et cachée derrière de menaçantes barrières, une vieille femme du nom de Carmen Cru, qui profite de son vieil âge et de sa présumée sénilité. Vivant en totale autarcie avec le reste de la société, elle déteste l'humanité, et dans son époque, "années cinquante", symbolise la tranquillité grincheuse de la France profonde.

Abusant de sa supposée décrépitude physique et intellectuelle en s'habillant de vieux habits délabrés (une longue veste boueuse, un tablier sale et troué, un bonnet enfoncé, une robe froissée et raccommodée qui lui donne des airs de sorcière) elle fait en sorte de ne pas payer l'addition dans les bars, de pouvoir déchirer les livres de la bibliothèque en toute impunité et, en général, de profiter de la pitié de ses prochains avec une ruse malicieuse et une méprisable perspicacité.

Danger public lorsqu'elle traverse le village sur son vélo rouillé ou qu'elle passe à proximité d'un chemin de fer, ce personnage acariâtre au visage ridé et coincé entre ces deux maigres épaules, au nez boutonneux et proéminent, aux yeux loucheurs et globuleux, au menton crochu et velu, à la mâchoire édentée et grincheuse, reste tout au long de cette série de huit albums très mystérieuse, ne dévoilant jamais la totalité de son visage à cause d'un bob persistant à rester sur son crâne.

Infâme grabataire, involontaire dame à chats, exploiteuse abjecte de la bonté d'autrui, empoisonneuse de jeunes enfants, cette Carmen Cru peu loquace qui ne décroche jamais le moindre sourire réussit le pari de remplir de tendresse ses lecteurs avertis, grâce aux confidences solitaires qu'elle leur fait parfois sous la plume remarquable d'un Lelong inspiré.

Aucune piste ne permet de savoir son âge, bien qu'elle évoque la Première guerre mondiale d'une manière qui suggère qu'elle était adulte à cette époque. Malgré cet âge canonique, un médecin constatera non seulement son état de santé juvénile, mais aussi sa vue perçante, sa force impossible et son indélicatesse effroyable.

(Sources : Wikipédia).


c:\users\ordi\pictures\carmen~1.jpg


157


REPAS DE FAMILLE

Oh ! Tatie Dédée :

Le Temps t’a tannée ;

Va donc voir l’esthéticienne

Pour te rajeunir la couenne !

_______


158

SAINT RAMINAGROBIS

Je vis de mots priés de mots écrits.

Mes jours sont d’or et d’oraison

D’encre et d’air inédits je suis épris.

Greffier repu je vis en rond.

Samedi 18 Janvier 2014.


159


EMPATHIE

J’ai levé mon vers

de bon pied,

Plein de blanc rimé.

Pour Alexandra,

des tercets.

Pour Konstantina

des versets.

Pour les esseulés

des vers solitaires.

Samedi 18 Janvier 2014.
___________

160

AU THĖÂTRE CE SOIR
Au théâtre du Grand Panard

8 rue des Orteils à Paris :

« Le Pieu du chef de gare Edgar »

De Ginette-Aleth Wagonlit.
___________

161


ORGASME Á RIMES
Je sens le vers qui pousse

L’envie me prend soudaine,

Ma plume hors de sa housse
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Proses diverses et Poésies iconProses diverses et Poésies
«Le Poète, ce roi» n’a pas de thème particulier, IL est en fait une anthologie, en sept parties, de pages – souvent revues et corrigées...

Proses diverses et Poésies iconPoésies, proses & 33 photographies
«La Forêt française» parue chez Denoël et d’encyclopédies. Catholique pratiquant, IL s’intéressait également à la vie érémitique...

Proses diverses et Poésies iconPoésies, proses & 33 photographies
«La Forêt française» parue chez Denoël et d’encyclopédies. Catholique pratiquant, IL s’intéressait également à la vie érémitique...

Proses diverses et Poésies iconBaour lormian (P. M. L.). Ossian, barde du iiie siècle. Poésies galliques en vers français

Proses diverses et Poésies iconQuestions diverses et généralités

Proses diverses et Poésies iconProvenant de diverses successions et suite a depart

Proses diverses et Poésies iconBibliographie albums, documentaires poésies chants…
«Ne pars pas seul !» Petit Lapin entend : «Saute dans les feuilles !» Petit Lapin entend tout de travers et pourtant, IL ne s'est...

Proses diverses et Poésies iconVentes aux enchères publiques
«cyclistes», cartes Taride … de diverses régions de France, Europe, Moyen-Orient…

Proses diverses et Poésies iconCours de Micro-Economie et Gestion
«vedette Nike», exhibait les nouvelles chaussures de la marque lors de ses diverses courses

Proses diverses et Poésies iconNombreux livres hors catalogue à l’unité et en lots provenant de...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com