Proses diverses et Poésies





télécharger 1.03 Mb.
titreProses diverses et Poésies
page8/10
date de publication10.05.2017
taille1.03 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

Mater castissima, 1853 (Champvaux-Barretaine, Jura)
185

POÈSIE DU BRÉVIAIRE

Mater castissima de Champvaux,

Notre-Dame de Chamole

-à ras du bord de route

et à dos de la Reculée des Monts de Vaux-

Vous n’êtes et ne serez jamais

qu’une seule Vierge Marie,

La Reine du « Petit Paradis »

Bien au-dessus du purgatoire vaticandeux d’en bas !

Mater castissima au généreux port bourbonien,

Notre-Dame de Chamole plus fine et blanche et bleue :

Je suis votre Prieur avec bréviaire de tradition.

Non ! Je n’ai pas changé malgré ma récente incarcération

Au temple du polythéisme et de l’apostasie

-duquel je me suis évadé-

D’une Eglise du 4ème âge

en phase terminale.

Je reviendrai tantôt dans votre Petit Paradis

Logeant à presque égale distance

De votre statue de Champvaux

Et de votre statue de Chamole ;

Afin d’y célébrer Dieu à voix haute

-car il n’y a de dieu que Dieu-

Par la poésie cadencée

du bréviaire de tradition.
Lundi 13 Janvier 2014.
____________________
186

c:\users\ordi\documents\notre-dame de chamole..jpg
Vierge de Chamole (Jura)
187

« Marie se retira de sa famille en un lieu vers l’Orient. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Gabriel) qui se présenta à elle sous la forme d’un homme parfait. Elle dit : ‘Je me réfugie contre toi auprès du Tout Miséricordieux. Si tu es pieux, (ne m’approche point).’ Il dit : ‘Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur’. Elle dit : ‘Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et que je ne suis point une prostituée ?’ Il dit : ‘Il en sera ainsi ! Cela m’est facile a dit ton Seigneur ! Et nous ferons de Lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée ».

(Coran – Sourate 19 : Maryam – Versets 16 à 21).


188


MOTS SANS TEMPS

Ma Dame j’ai gravé

Pour vous des mots sur pierre,

Et fort loin du Passé

Ils perdureront fiers.


Lundi 27 Janvier 2014

189

c:\users\ordi\documents\château2.jpg

190

c:\users\ordi\documents\château1.jpg


191


TROTTIN D’ANTAN *

Je n’aurais su trotter

En ce lieu, guillerette,

Sans pour peine risquer

La mort aux oubliettes.
1 – Terme vieilli. Petit laquais.

2 – Jeune garçon, jeune fille qui fait les commissions, les courses dans les magasins.


192

INTERNATIONALISME

Allah et la viande halal,

L’Amérique Hourrah l’Oural !

Sans frontière et sans label

Hello ! Je me fais la belle.

_______

193

VI –
1999 – 2011  :
“CLOS MORLOT,” DIJON, CÔTE D’OR  :

IN MEMORIAM  !

___________

194

1999. Marcel Jullian m’avait conseillé de prendre contact avec un grand éditeur parisien afin de proposer ma candidature pour un poste d’assistant d’édition – à vrai dire, plutôt une place polyvalente honorant tous les échelons de la profession selon mes capcités, dont celle de correcteur. J’écrivis à sa ditrectrice – une dame à particule nobiliaire, qualité pour laquelle je témoignerai toujours une certaine révérence – elle me téléphona longuement, me proposa un contrat à durée déterminée de quelques mois et me dit de lui faire part de ma décision début automne – 1999, donc. Or, je restai bloqué par une expectative que jamais je n’avais ressentie jusqu’à présent. Une sorte d’ordre impérieux d’attendre car « il y avait quelque chose de caché sous la table » - c’est par cette expression à la fois imagée et sybilline que je ressentis l’intuition restrictive. Par ailleurs, il est vrai qu’un CDD de quelques mois en plein Paris n’aurait pu être supporté par mes finances quartmondistes de l’époque. Et puis, surtout, je ressentais qu’un terrain littéraire m’attendait ailleurs sans que je dusse « monter à Paris ». En bref : je devais rester à Dijon. Quelle garndiose intuition – reconnue quatorze années après – qui devait me faire dire et écrire aujourd’hui de Dijon : «  Porte du Monde »  et qui m’ouvrit à la fois à la jeunesse étudiante internatioanle, aux Pays

195

arabes (donc à l’Islam), et à la mission de « conseiller littéraire » car je me consacrai tout de go, et bénévolement, à la relecture des thèses, mémoires et rapports de stage que me confièrent assez rapidement « mes » étudiant(e)s. Quant à l’écriture littéraire, c’est au printemps 2006 que je fus secoué – c’est-à-dire rappelé à l’ordre quant à ma démisison littéraire de 1995 – par Teresinka Pereira qui me demanda de lui envoyer mon CV litétraire afin qu’elle m’accueille dans son IWA (International Writers and Artists) de Toledo, Ohio, USA.

Que c’était-il passé pour que je ne donne pas suite à la proposition de CDD auprès d’un éditeur parisien ? Septembre 1999 : l’on me propose un emploi d’agent d’accueil et d’entretien au service d’une résidence étudiante de 112 studios fraîchement construite en fin de l’année d’avant… C’est ainsi que je rencontrai Campus-Habitat, qui devint Gestrim-Campus, qui devint Lamy-Résidences, et qui est aujourd’hui Nexity. C’est ainsi que je devins, plus tard, Intendant, faisant à deux ou trois reprises fonction de Chargé de Résidence en l’absence ponctuelle de l’agent de maîtrise affectée ordinairement à cette charge. J’ouvris cette Résidence à l’Internationalisme en pratiquant une politique d’accueil présentant à priori des risques sur le plan financier. En effet, je n’exigeais pas de cautionnaire habitant la France pour une étudiante d’un autre pays – voire extra-européen. Je lui disais ou lui écrivais simplement : « je prends un rendez-vous auprès d’une banque de Dijon, à votre arrivée je vous y conduis, vous ouvrez un compte, vos parents l’approvisionnent et vous nous réglez le dépôt de garantie, les frais de dossier et le premier loyer. » Et tout cela fonctionna sans accroc durant quelques années… Jusqu’au jour où cette procédure fut interdite – ce qui est compréhensible, vu les risques encourus et l’importance du patrimoine national à gérer par l’Employeur (plus de 100 résidences à l’époque). Dans un premier temps je fus un commercial intuitif et un agent internationaliste militant.

Je m’investis donc, et tant, pour le rayonnement de ce Clos Morlot que j’en vins à réaliser durant quatre années presque le travail de deux personnes… La nature me rappela soudain à l’ordre, ce matin du 25 avril 2004, en me secouant d’une lourde crise d’arythmie qui sévit durant plus de huit heures avant que le

196

c:\users\ordi\pictures\dole 12-2011\2011_1028dijon0090.jpg

Le Clos-Morlot en 2009, aujourd’hui Studea Clos-Morlot

197

cardiologue m’administre : Coumadine et Cordarone à doses massives, sans compter la poursuite de la perfusion d’anticoagulant, immédiatement mise en place le matin par l’équipe du SAMU. Cet accident est relaté sous le titre « Fait divers » dans Cœur sans Frontière (pages 65 à 67).Depuis ce matin-là, disons que le mot « cœur » possède pour moi comme une signification plus précise, plus vitale et plus opérationnelle.

La première version papier de « Cœur sans Frontière » parut en 2007. Rapidement refondue, corrigée, augmentée avec de nouveaux passages de frontière dans la version numérique. L’élan qui m’emporta pour cette édition sur la toile, et son rayonnement, je les dois bien évidemment à l’attention et à la présence de Teresinka Pereira – présence, puisque je la reçus comme « collaboratrice exceptionnelle » de ce Cœur sans Frontière. C’est elle qui, l’année d’avant, me ressuscitait de mon premier suicide littéraire – ou, tout du moins, de ma première désertion – il convenait fort que cette grande Dame de la Littérature humaniste internationale fût saluée et remerciée pour le sauvetage dont elle avait été l’agent providentiel.

Ce Cœur sans frontière – rédigé au Clos-Morlot de Dijon pour ce qui était des pages inédites – comporte d’ailleurs un long poème en vers libérés (26 strophes de 4 vers, dont une en allemand, une en anglais, une en espagnol) au bout duquel bien évidemment transparaît mon univers étudiant :

…un cœur sans bruit qui veille aussi

le long des semaines

sur d’autres cœurs jeunes et fragiles

de ma Résidence ;

Deux années après, Numilog.com m’imprime une version papier et diffuse l’édition numérique de deux anthologies composées de poésies et de proses diverses, écrites à partir de 1979, dont l’une encore disponible :

- Fleur, en joue ! » (181 pages, Mai 2009 – ISBN : 978-2-9516161-8-9) ;
198

c:\users\ordi\pictures\dole 12-2011\2011_1028dijon0091.jpg

Dijon, place Darcy – La Porte Guillaume.

(Mars 2011)


199

Mais revenons à Marcel Jullian, poète, maître et ami, qui en fin des années 80 appréciait mes vers et m’encourageait à ne jamais dévier de ma personnalité littéraire.

Né le 31 janvier 1922 à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône) et décédé le 28 juin 2004 (à 82 ans) à Paris, il fut dialoguiste, écrivain, réalisateur scénariste et homme de télévision français. Egalement fondateur et premier président d’Antenne 2, de janvier 1975 à décembre 1977.

Parmi ses diverses activités et collaborations, il fut animateur, avec Yves Derisbourg et Michèle Valentin, de l'émission radiophonique Écran total, de 1986 à 1989.

Il fut membre du comité de soutien du mouvement L’Unité capétienne, où figuraient les noms de Reynald Secher, André Castelot, Gonzague Saint-Bris, Jean Dutourd, Georges Bordonove.

Auteur d’une anthologie de la poésie, de Mémoire buissonnière, de Louis et Maximilien ou encore du Roman de l’homme, il avait aussi imaginé des scénarios pour le cinéma. Il fut notamment l’auteur de comédies à succès comme Le Corniaud (1964), La Grande Vadrouille (1966), Le Cerveau (1969) ou encore La Folie des grandeurs (1971), quatre films réalisés par Gérard Oury.

Il est nommé directeur des programmes à la tête de l'ORTF après l'élection de Valéry Giscard d'Estaing en 1974. Jacques Chancel devient son conseiller personnel, nomme Jacques Sallebert à la tête de la première chaîne et Georges Leroy à la tête de la deuxième chaîne[1].

Il est mort subitement à Paris dans l’après-midi du lundi 28 juin 2004, alors qu’il assistait à une cérémonie à la Closerie des Lilas, restaurant de la rive gauche. Il a vécu les dernières années de sa vie à Saint-Martin-de-Crau.

À sa mort, Jacques Chirac a fait part, dans un communiqué, de son "émotion" à l'annonce du décès de Marcel Jullian, dont le président

200

appréciait « la haute culture, l'originalité de la pensée, la curiosité et l'indépendance d'esprit ». Marcel Jullian était « un poète, un authentique créateur, un touche-à-tout talentueux, imaginatif et généreux. Il savait regarder le monde, les hommes et leur temps avec une rare intelligence », ajoutait le chef de l'État. (Sources : Wikipédia).

c:\users\ordi\pictures\jullian.jpg

Comment étais-je rentré en contact avec Marcel Jullian ? Tout simplement un matin de printemps 87 où j’achetai, pour la première fois, « Le Parisien » et que je bondis à la lecture de son éditorial intitulé « Non à une Europe de diplômés ! »…Vrombissant de passion pour l’explosif du sujet traité, je lui écrivis. Rapidement il me répondit, nous échangeâmes une petite correspondance. Il m’édita dans sa revue de poésie « Vagabondage » eut aussi quelques prévenances qui me valurent des contacts précieux. Une fois bien Installé au Clos-Morlot ,j’envisageais bien évidemment de le rencontrer, mais il devait nous quitter sans crier gare le 28 juin 2004.

201

Je boudai Paris, préférant Dijon. Paris vint à moi. Non seulement Paris mais les pays arabes…Et surtout, choisissant Dijon, immédiatement je fus choyé par l’écrin qui convenait le plus à la reprise de mon écriture littéraire. Aujourd’hui, Dijon–Paris ne demande qu’une heure et demie de voyage par TGV. J’y ai vécu intensément la semaine du 15 Août 2013. Depuis novembre dernier j’ai certes quitté Dijon pour « une ville de Côte d’Or à la campagne », mais je garde mes médecins de Dijon, ma coiffeuse de Dijon, mes magasins arabes de Dijon, ma banque marocaine de Dijon, mes librairies de Dijon – dont bien évidemment la Fnac – sans oublier les caramels Klaus de la rue Jean-Jacques Rousseau (à la plus gourmande satisfaction des dames et des jeunes filles de qualité auxquelles je les offre).
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

similaire:

Proses diverses et Poésies iconProses diverses et Poésies
«Le Poète, ce roi» n’a pas de thème particulier, IL est en fait une anthologie, en sept parties, de pages – souvent revues et corrigées...

Proses diverses et Poésies iconPoésies, proses & 33 photographies
«La Forêt française» parue chez Denoël et d’encyclopédies. Catholique pratiquant, IL s’intéressait également à la vie érémitique...

Proses diverses et Poésies iconPoésies, proses & 33 photographies
«La Forêt française» parue chez Denoël et d’encyclopédies. Catholique pratiquant, IL s’intéressait également à la vie érémitique...

Proses diverses et Poésies iconBaour lormian (P. M. L.). Ossian, barde du iiie siècle. Poésies galliques en vers français

Proses diverses et Poésies iconQuestions diverses et généralités

Proses diverses et Poésies iconProvenant de diverses successions et suite a depart

Proses diverses et Poésies iconBibliographie albums, documentaires poésies chants…
«Ne pars pas seul !» Petit Lapin entend : «Saute dans les feuilles !» Petit Lapin entend tout de travers et pourtant, IL ne s'est...

Proses diverses et Poésies iconVentes aux enchères publiques
«cyclistes», cartes Taride … de diverses régions de France, Europe, Moyen-Orient…

Proses diverses et Poésies iconCours de Micro-Economie et Gestion
«vedette Nike», exhibait les nouvelles chaussures de la marque lors de ses diverses courses

Proses diverses et Poésies iconNombreux livres hors catalogue à l’unité et en lots provenant de...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com