La Bibliothèque électronique du Québec





télécharger 381.06 Kb.
titreLa Bibliothèque électronique du Québec
page9/13
date de publication11.05.2017
taille381.06 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13
Ils sont tous au jardin.

Sans doute les estomacs étaient impatients, car, à l’aspect du conservateur des hypothèques, un des hommes les plus aimables de la ville, et qui n’avait que le défaut d’avoir épousé, pour sa fortune, une vieille femme insupportable et de commettre d’énormes calembours dont il riait le premier ; il s’éleva le léger brouhaha par lequel s’accueillent les derniers venus en semblable occurrence. En attendant l’annonce officielle du service, la compagnie se promenait sur la terrasse, le long de la Brillante, en regardant les herbes fluviatiles, la mosaïque du lit, et les détails si jolis des maisons accroupies sur l’autre rive, les vieilles galeries de bois, les fenêtres aux appuis en ruines, les étais obliques de quelque chambre en avant sur la rivière, les jardinets où séchaient des guenilles, l’atelier du menuisier, enfin ces misères de petite ville auxquelles le voisinage des eaux, un saule pleureur penché, des fleurs, un rosier communiquent je ne sais quelle grâce, digne des paysagistes. Le chevalier étudiait toutes les figures, car il avait appris que son brûlot s’était très heureusement attaché aux meilleures coteries de la ville ; mais personne ne parlait encore à haute voix de cette grande nouvelle, de Suzanne et de du Bousquier. Les gens de province possèdent au plus haut degré l’art de distiller les cancans : le moment pour s’entretenir de cette étrange aventure n’était pas arrivé, il fallait que chacun se fût recordé. Donc on se disait à l’oreille : – Vous savez ? – Oui. – Du Bousquier ? – Et la belle Suzanne. – Mademoiselle Cormon n’en sait rien. – Non. – Ah ! C’était le piano du cancan dont le rinforzando allait éclater quand on en serait à déguster la première entrée. Tout à coup monsieur de Valois avisa madame Granson qui avait arboré son chapeau vert à bouquets d’oreilles d’ours, et dont la figure pétillait. Était-ce envie de commencer le concert ? Quoiqu’une semblable nouvelle fût comme une mine d’or à exploiter dans la vie monotone de ces personnages, l’observateur et défiant chevalier crut reconnaître chez cette bonne femme l’expression d’un sentiment plus étendu : la joie causée par le triomphe d’un intérêt personnel !... Aussitôt il se retourna pour examiner Athanase, et le surprit dans le silence significatif d’une concentration profonde. Bientôt, un regard jeté par le jeune homme sur le corsage de mademoiselle Cormon, lequel ressemblait assez à deux timbales de régiment, porta dans l’âme du chevalier une lueur subite. Cet éclair lui permit d’entrevoir tout le passé.

– Ah ! diantre, se dit-il, à quel coup de caveçon je suis exposé !

Monsieur de Valois se rapprocha de mademoiselle Cormon pour pouvoir lui donner le bras en la conduisant à la salle à manger. La vieille fille avait pour le chevalier une considération respectueuse ; car certes son nom et la place qu’il occupait parmi les constellations aristocratiques du Département en faisaient le plus brillant ornement de son salon. Dans son for intérieur, depuis douze ans, mademoiselle Cormon désirait devenir madame de Valois. Ce nom était comme une branche à laquelle s’attachaient les idées qui essaimaient de sa cervelle touchant la noblesse, le rang et les qualités extérieures d’un parti ; mais si le chevalier de Valois était l’homme choisi par le cœur, par l’esprit, par l’ambition, cette vieille ruine, quoique peignée comme le saint Jean d’une procession, effrayait mademoiselle Cormon : si elle voyait un gentilhomme en lui, la fille ne voyait pas de mari. L’indifférence affectée par le chevalier en fait de mariage, et surtout la prétendue pureté de ses mœurs dans une maison pleine de grisettes, faisaient un tort énorme à monsieur de Valois, contrairement à ses prévisions. Ce gentilhomme, qui avait vu si juste dans l’affaire de la rente viagère, se trompait en ceci. Sans qu’elle s’en doutât, les pensées de mademoiselle Cormon sur le trop sage chevalier pouvaient se traduire par ce mot : – Quel dommage qu’il ne soit pas un peu libertin ! Les observateurs du cœur humain ont remarqué le penchant des dévotes pour les mauvais sujets, en s’étonnant de ce goût qu’ils croient opposé à la vertu chrétienne. D’abord, quelle plus belle destinée donneriez-vous à la femme vertueuse que celle de purifier à la manière du charbon les eaux troubles du vice ? Mais comment n’a-t-on pas vu que ces nobles créatures, réduites par la rigidité de leurs principes à ne jamais enfreindre la fidélité conjugale, doivent naturellement désirer un mari de haute expérience pratique ! Les mauvais sujets sont des grands hommes en amour. Ainsi, la pauvre fille gémissait de trouver son vase d’élection cassé en deux morceaux. Dieu seul pouvait souder le chevalier de Valois et du Bousquier. Pour bien faire comprendre l’importance du peu de mots que le chevalier et mademoiselle Cormon allaient se dire, il est nécessaire d’exposer deux graves affaires qui s’agitaient dans la ville, et sur lesquelles les opinions étaient divisées. Du Bousquier, d’ailleurs, s’y trouvait mystérieusement mêlé. L’une concernait le curé d’Alençon, qui jadis avait prêté le serment constitutionnel, et qui vainquait en ce moment les répugnances catholiques en déployant les plus hautes vertus. Ce fut un Cheverus au petit pied, et si bien apprécié, qu’à sa mort la ville entière le pleura. Mademoiselle Cormon et l’abbé de Sponde appartenaient à cette Petite-Église sublime dans son orthodoxie, et qui fut à la cour de Rome ce que les ultras allaient être à Louis XVIII. L’abbé surtout ne reconnaissait pas l’Église qui avait transigé forcément avec les constitutionnels. Ce curé n’était point reçu dans la maison Cormon, dont les sympathies étaient acquises au desservant de Saint-Léonard, la paroisse aristocratique d’Alençon. Du Bousquier, ce libéral enragé caché sous la peau du royaliste, savait combien les points de ralliement sont nécessaires aux mécontents qui sont le fond de boutique de toutes les oppositions, et il avait déjà groupé les sympathies de la classe moyenne autour de ce curé. Voici la seconde affaire. Sous l’inspiration secrète de ce diplomate grossier, l’idée de bâtir un théâtre était éclose dans la ville d’Alençon. Les Séides de du Bousquier ne connaissaient pas leur Mahomet, mais ils n’en étaient que plus ardents en croyant défendre leur propre conception. Athanase était un des plus chauds partisans de la construction d’une salle de spectacle, et, depuis quelques jours, il plaidait dans les bureaux de la Mairie pour une cause que tous les jeunes gens avaient épousée. Le gentilhomme offrit à la vieille fille son bras pour se promener ; elle l’accepta, non sans le remercier, par un regard heureux de cette attention, et auquel le chevalier répondit en montrant Athanase d’un air fin.

– Mademoiselle, vous qui portez un si grand sens dans l’appréciation des convenances sociales, et à qui ce jeune homme tient par quelques liens...

– Très éloignés, dit-elle en l’interrompant.

– Ne devriez-vous pas, dit le chevalier en continuant, user de l’ascendant que vous avez sur sa mère et sur lui pour l’empêcher de se perdre ? Il n’est pas déjà très religieux, il tient pour l’assermenté ; mais ceci n’est rien. Voici quelque chose de beaucoup plus grave, ne se jette-t-il pas en étourdi dans une voie d’opposition sans savoir quelle influence sa conduite actuelle exercera sur son avenir ! Il intrigue pour la construction du théâtre ; il est, dans cette affaire, la dupe de ce républicain déguisé, de du Bousquier...

– Mon Dieu ! monsieur de Valois, répondit-elle, sa mère me dit qu’il a de l’esprit, et il ne sait pas dire deux ; il est toujours planté devant vous comme un terne...

– Qui ne pense à rien ! s’écria le Conservateur des hypothèques. Je l’ai saisi au vol, celui-là ! Je présente mes devoares au chevalier de Valois, ajouta-t-il en saluant le gentilhomme avec l’emphase attribuée par Henri Monnier à Joseph Prud’homme, l’admirable type de la classe à laquelle appartenait le Conservateur des hypothèques.

Monsieur de Valois rendit le salut sec et protecteur du noble qui maintient sa distance ; puis il remorqua mademoiselle Cormon à quelques pots de fleurs plus loin, pour faire comprendre à l’interrupteur qu’il ne voulait pas être espionné.

– Comment voulez-vous, dit le chevalier à voix basse en se penchant à l’oreille de mademoiselle Cormon, que les jeunes gens élevés dans ces détestables lycées impériaux aient des idées ? C’est les bonnes mœurs et les nobles habitudes qui produisent les grandes idées et les belles amours. Il n’est pas difficile, en le voyant, de deviner que ce pauvre garçon deviendra tout à fait imbécile, et mourra tristement. Voyez comme il est pâle, hâve ?

– Sa mère prétend qu’il travaille beaucoup trop, répondit innocemment la vieille fille ; il passe les nuits, mais à quoi ? à lire des livres, à écrire. Quel état cela peut-il donner à un jeune homme d’écrire pendant la nuit ?

– Mais cela l’épuise, reprit le chevalier en essayant de ramener la pensée de la vieille fille sur le terrain où il espérait lui voir prendre Athanase en horreur. Les mœurs de ces lycées impériaux étaient vraiment horribles.

– Oh ! oui, dit l’ingénue mademoiselle Cormon. Ne les menait-on pas promener avec les tambours en tête ? Leurs maîtres n’avaient pas autant de religion qu’en ont les païens. Et on mettait ces pauvres enfants en uniforme, absolument comme les troupes. Quelles idées !

– Voilà quels en sont les produits, dit le chevalier en montrant Athanase. De mon temps, un jeune homme aurait-il jamais eu honte de regarder une jolie femme : et il baisse les yeux quand il vous voit ! Ce jeune homme m’effraie parce qu’il m’intéresse. Dites-lui de ne pas intriguer avec les bonapartistes comme il fait pour cette salle de spectacle ; quand ces petits jeunes gens ne la demanderont pas insurrectionnellement, car ce mot est pour moi le synonyme de constitutionnellement, l’autorité la construira. Puis, dites à sa mère de veiller sur lui.

– Oh ! elle l’empêchera de voir ces gens en demi-solde et la mauvaise société, j’en suis sûre. Je vais lui parler, dit mademoiselle Cormon, car il pourrait perdre sa place à la Mairie. Et de quoi lui et sa mère vivraient-ils ?... Cela fait frémir.

Comme monsieur de Talleyrand le disait de sa femme, le chevalier se dit en lui-même, en regardant mademoiselle Cormon : – Qu’on m’en trouve une plus bête ? Foi de gentilhomme ! la vertu qui ôte l’intelligence n’est-elle pas un vice ? Mais quelle adorable femme pour un homme de mon âge ! Quels principes ! quelle ignorance !

Comprenez bien que ce monologue adressé à la princesse Goritza se fit en préparant une prise de tabac.

Madame Granson avait deviné que le chevalier parlait d’Athanase. Empressée de connaître le résultat de cette conversation, elle suivit mademoiselle Cormon qui marchait vers le jeune homme en mettant six pieds de dignité en avant d’elle. Mais en ce moment Jacquelin vint annoncer que mademoiselle était servie. La vieille fille fit par un regard un appel au chevalier. Le galant Conservateur des hypothèques, qui commençait à voir dans les manières du gentilhomme la barrière que vers ce temps les nobles de province exhaussaient entre eux et la bourgeoisie, fut ravi de primer le chevalier ; il était près de mademoiselle Cormon, il arrondit son bras en le lui présentant, elle fut forcée de l’accepter. Le chevalier se précipita, par politique, sur madame Granson.

– Mademoiselle Cormon, lui dit-il en marchant avec lenteur après tous les convives, ma chère dame, porte le plus vif intérêt à votre cher Athanase, mais cet intérêt s’évanouit par la faute de votre fils : il est irréligieux et libéral, il s’agite pour ce théâtre, il fréquente les bonapartistes, il s’intéresse au curé constitutionnel. Cette conduite peut lui faire perdre sa place à la Mairie. Vous savez avec quel soin le gouvernement du roi s’épure ! où votre cher Athanase, une fois destitué, trouvera-t-il de l’emploi ? Qu’il ne se fasse pas mal voir de l’Administration.

– Monsieur le chevalier, dit la pauvre mère effrayée, combien ne vous dois-je pas de reconnaissance ! Vous avez raison, mon fils est la dupe d’une mauvaise clique, et je vais l’éclairer.

Le chevalier avait par un seul regard pénétré depuis longtemps la nature d’Athanase, il avait reconnu chez lui l’élément peu malléable des convictions républicaines auxquelles à cet âge un jeune homme sacrifie tout, épris par ce mot de liberté si mal défini, si peu compris, mais qui, pour les gens dédaignés, est un drapeau de révolte ; et, pour eux, la révolte est la vengeance. Athanase devait persister dans sa foi, car ses opinions étaient tissues avec ses douleurs d’artiste, avec ses amères contemplations de l’État Social. Il ignorait qu’à trente-six ans, à l’époque où l’homme a jugé les hommes, les rapports et les intérêts sociaux, les opinions pour lesquels il a d’abord sacrifié son avenir doivent se modifier chez lui, comme chez tous les hommes vraiment supérieurs. Rester fidèle au Côté Gauche d’Alençon, c’était gagner l’aversion de mademoiselle Cormon. Là, le chevalier voyait juste. Ainsi cette société, si paisible en apparence, était intestinement aussi agitée que peuvent l’être les cercles diplomatiques où la ruse, l’habileté, les passions, les intérêts se groupent autour des plus graves questions d’empire à empire. Les convives bordaient enfin cette table chargée du premier service, et chacun mangeait comme on mange en province, sans honte d’avoir un bon appétit, et non comme à Paris où il semble que les mâchoires se meuvent par des lois somptuaires qui prennent à tâche de démentir les lois de l’anatomie. À Paris, on mange du bout des dents, on escamote son plaisir ; tandis qu’en province les choses se passent naturellement, et l’existence s’y concentre peut-être un peu trop sur ce grand et universel moyen d’existence auquel Dieu a condamné ses créatures. Ce fut à la fin du premier service que mademoiselle Cormon fit la plus célèbre de ses rentrées, car on en parla pendant plus de deux ans, et la chose se conte encore dans les réunions de la petite bourgeoisie d’Alençon quand il est question de son mariage. La conversation devenue très verbeuse et animée au moment où l’on attaqua la pénultième entrée, s’était naturellement prise à l’affaire du théâtre et à celle du curé assermenté. Dans la première ferveur où le royalisme se trouvait en 1816, ceux que, plus tard, on appela les Jésuites du pays, voulaient expulser l’abbé François de sa cure. Du Bousquier, soupçonné par monsieur de Valois d’être le soutien de ce prêtre, le promoteur de ces intrigues, et sur le dos duquel le gentilhomme les aurait d’ailleurs mises avec son adresse habituelle, était sur la sellette sans avocat pour le défendre. Athanase, le seul convive assez franc pour soutenir du Bousquier, ne se trouvait pas posé pour émettre ses idées devant ces potentats d’Alençon qu’il trouvait d’ailleurs stupides. Il n’y a plus que les jeunes gens de province qui gardent une contenance respectueuse devant les gens d’un certain âge, et n’osent ni les fronder, ni les trop fortement contredire. La conversation, atténuée par l’effet de délicieux canards aux olives, tomba soudain à plat. Mademoiselle Cormon, jalouse de lutter contre ses propres canards, voulut défendre du Bousquier, que l’on représentait comme un pernicieux artisan d’intrigues, capable de faire battre des montagnes.

– Moi, dit-elle, je croyais que monsieur du Bousquier ne s’occupait que d’enfantillages.

Dans les circonstances présentes, ce mot eut un prodigieux succès. Mademoiselle Cormon obtint un beau triomphe : elle fit choir la princesse Goritza le nez contre la table. Le chevalier, qui ne s’attendait point à un à-propos chez sa Dulcinée, fut si émerveillé qu’il ne trouva pas tout d’abord de mot assez élogieux, il applaudit sans bruit, comme on applaudit aux Italiens, en simulant du bout des doigts un applaudissement.

– Elle est adorablement spirituelle, dit-il à madame Granson. J’ai toujours prétendu qu’un jour elle démasquerait son artillerie.

– Mais dans l’intimité elle est charmante, répondit la veuve.

– Dans l’intimité, madame, toutes les femmes ont de l’esprit, reprit le chevalier.

Ce rire homérique une fois apaisé, mademoiselle Cormon demanda la raison de son succès. Alors commença le
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com