Les croyants américains, qui sont 84%, n’ont pas de chance, car Barack Obama n’a que deux bras, et cette infirmité ne lui a permis de prêter serment que sur





télécharger 8.36 Kb.
titreLes croyants américains, qui sont 84%, n’ont pas de chance, car Barack Obama n’a que deux bras, et cette infirmité ne lui a permis de prêter serment que sur
date de publication11.05.2017
taille8.36 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
Dieux soient vendus !

Les croyants américains, qui sont 84%, n’ont pas de chance, car Barack Obama n’a que deux bras, et cette infirmité ne lui a permis de prêter serment que sur deux bibles symboliques, celle de Martin Luther King, et celle d’Abraham Lincoln. Deux bibles, c’est peu ! Quel dommage que le seigneur n’ait pas doté les présidents américains de quatre ou six bras, comme Shiva, ainsi ils pourraient jurer sur deux ou trois fois plus de bibles, et leur serment aurait beaucoup plus de valeur, proportionnellement. Le problème, c’est qu’il aurait fallu en trouver d’autres pour Barack, des bibles, mais ce n’est pas ça qui manque. Même en France, on en a plein. Bon, des fois, elles ne sentent pas la rose, mais Dieu a-t-il de l’odorat ? On sait qu’il voit tout, mais on ne sait pas s’il sent, ce qui est peu probable, sinon la fumée que font tous les abrutis pleins de suffisance en son nom, avec leurs ceintures d’explosifs et leur Kalachnikov, toute cette viande cramée, ça irriterait son céleste tarin ! Obama, on aurait pu lui prêter la bible de Frigide Barjot, encore pleine de coke et de taches de Champagne, qui doit empester la fumée de pétard refroidie ? Ou celle de Christine Boutin, même si elle doit puer la naphtaline ? Celle de l’abbé Pierre avec son odeur de fringues moisies ou celle de Jeanne d’Arc, aux effluves de jambon fumé ?

Six bibles, c’est mieux que deux, car Dieu n’en a jamais assez, qu’on le loue et qu’on le supplie …enfin, j’interprète : disons plutôt que les hommes croient ça, que Dieu a besoin qu’on le loue et qu’on le supplie. Parce que Dieu, lui, on ne sait pas. Ca fait des milliers d’années qu’on se fout sur la gueule en son nom –ou plutôt en leur nom, vu qu’a priori, ils sont plusieurs, selon les monothéistes- en se basant uniquement sur des suppositions et des gribouillis mal traduits, souvent écrits des paquets d’années après la mort des prophètes, par des types illettrés et pas très au courant. Si ça se trouve, il s’en fout, Jéhovah Bouddhallah ! Pire, même, l’humanité le gonfle tellement qu’il a préféré ne pas se créer lui-même, pour être tranquille. Ce qui n’empêche pas les islamistes du monde entier de vouloir obliger tout ce qui bouge à vivre selon les prescriptions de leur prophète à eux, qui est le seul valable, et qu’ils adaptent à leur sauce, les juifs à en adorer un autre, et les cathos réacs (pléonasme ?) de refuser le mariage gay en supposant que leur Dieu aussi est contre, même s’il a eu une façon pas très catholique de se reproduire avec Marie, à travers l’hymen de laquelle son envoyé spécial l’Ange Gabriel est passé sans toucher les bords et sans lâcher le spermatozoïde divin qui frétillait du flagelle entre ses doigts, un sacré exploit ! Histoire de s’occuper un peu entre deux dégustations d’hosties à la choucroute et d’oublier que le refus du mariage des prêtres a esquinté le fondement d’un tas d’enfants de chœur, pauvres victimes d’explosions d’hormones trop longtemps refoulées, Benoît XVI essaye de renouer avec les intégristes héritiers de Monseigneur Lefebvre, pour des raisons commerciales dont la plupart d’entre nous n’ont rien à péter, et c’est comme ça depuis des siècles et pour les siècles des siècles encore, amen : les religions nous les brisent ! Elles se permettent de donner des ordres, de décider que certaines choses sont bonnes et d’autres dégueulasses, elles nous flinguent ou nous enlèvent de force le droit de faire ce qu’on veut, elles mettent le nez dans nos cervelles et dans nos slips au nom d’un machin abstrait qui nous aurait soi-disant créés, et qui aurait en échange de ce service –parfois empoisonné- instauré des lois très précises et incontournables sous peine de mort agrémentée de torture et plus si absence d’affinité.

Il y a de quoi regretter que les intégristes idiots et bouffis de la certitude que leur Dieu est le meilleur (sous prétexte qu’il leur a laissé des instructions dans un livre qu’ils sont trop cons pour lire), et qui viennent de flinguer des innocents en Algérie avant de claquer eux-mêmes, sont morts pour l’éternité, comme tout le monde, avec aucune chance de se réveiller trente secondes, et qu’ils ne sauront donc jamais qu’ils ont passé leur vie à s’emmerder et à faire chier le monde pour rien… enfin, je suppose, y a rien de sûr !

Heureusement, pour nous changer les idées, il y a le feuilleton DSK, et Nafissatou Diallo, qui, après s’être faite sucer à son tour par ses avocats, aurait touché un million d’euros pour ses quelques minutes mystérieuses dans la chambre du Sofitel de New York, ce qui est énorme quand on pense que de nombreux hommes, de la même couleur qu’elle, doivent courir dans tous les sens sur de la pelouse pendant un mois entier pour gagner ça !

Merci à ceux d’entre eux qui font le signe de croix en entrant sur le terrain, c’est trop mignon, des grenouilles de bénitier en short !

similaire:

Les croyants américains, qui sont 84%, n’ont pas de chance, car Barack Obama n’a que deux bras, et cette infirmité ne lui a permis de prêter serment que sur iconQue faire des animaux qui n’ont pas de porte de sortie ?
...

Les croyants américains, qui sont 84%, n’ont pas de chance, car Barack Obama n’a que deux bras, et cette infirmité ne lui a permis de prêter serment que sur iconNota : Dans cette partie sont traités le plus en détail les éléments...

Les croyants américains, qui sont 84%, n’ont pas de chance, car Barack Obama n’a que deux bras, et cette infirmité ne lui a permis de prêter serment que sur iconIl y a un an, jour pour jour, Barack Obama est investi 44ème Président des États-Unis
«l’identité nationale» s’impose au pays. Notre mécanique se heurte à un défi majeur : comment ouvrir la République à tous les citoyens...

Les croyants américains, qui sont 84%, n’ont pas de chance, car Barack Obama n’a que deux bras, et cette infirmité ne lui a permis de prêter serment que sur iconRésumé : a bezons sur les bords de Seine, les Dufour, une famille...
«vrai» corsaire. IL y découvre M. Tom, alias le capitaine S. qui va lui dérouler, par le menu, son évasion d'un ponton anglais et...

Les croyants américains, qui sont 84%, n’ont pas de chance, car Barack Obama n’a que deux bras, et cette infirmité ne lui a permis de prêter serment que sur iconQu’apporte le management à la gestion des organisations ?
«Vous n’avez aucune chance face aux poids lourds de l’agroalimentaire», cette phrase, les deux fondateurs de la marque «Michel et...

Les croyants américains, qui sont 84%, n’ont pas de chance, car Barack Obama n’a que deux bras, et cette infirmité ne lui a permis de prêter serment que sur iconCeux qui restent – ou Comment faire une Republique ?
«La guerre ne cessait sur un point que pour recommencer sur l’autre. Pas de grâce ! pas de prisonniers ! était le cri des deux partis»...

Les croyants américains, qui sont 84%, n’ont pas de chance, car Barack Obama n’a que deux bras, et cette infirmité ne lui a permis de prêter serment que sur iconToxique n°12 de Jacques Monory( Art visuel)
«romance d'amour «et romance d'été» sont écrites en sur impression dans la tableau, à la manière des textes écrits sur les cartes...

Les croyants américains, qui sont 84%, n’ont pas de chance, car Barack Obama n’a que deux bras, et cette infirmité ne lui a permis de prêter serment que sur icon8. Transcription de l’entretien p. 13 à 16
«Envoyez les films américains, les produits suivront». Quels sont les produits qui ont suivi d’après vous ? Qu’en pensez-vous ?

Les croyants américains, qui sont 84%, n’ont pas de chance, car Barack Obama n’a que deux bras, et cette infirmité ne lui a permis de prêter serment que sur iconParcours sciences po
«La culture» et «La violence». Deux sujets au choix sont proposés aux candidats sur un thème et/ou sur les deux. IL n’est pas donné...

Les croyants américains, qui sont 84%, n’ont pas de chance, car Barack Obama n’a que deux bras, et cette infirmité ne lui a permis de prêter serment que sur icon31 personnes seulement ont rempli le questionnaire et l’ont rendu...
«Aimez-vous la nuit ?», écrite par Julien Séchaud et mise en scène par Annie Vergne. Cette pièce raconte l’histoire de quatre personnes...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com