Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon





télécharger 241.32 Kb.
titreLe journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon
page4/15
date de publication11.05.2017
taille241.32 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

Paix franque et insécurité



Le système politique et administratif était donc fondé sur des liens d'hom­me à homme. En cela, il différait des traditions de l'administration romaine encore vivantes dans la région. Les Francs étaient alors des maîtres étrangers qui occupaient les fonctions clés, même si des Goths figuraient parfois au rang des comtes, comme Bellon, à Carcassonne.

Charlemagne décida de laisser aux populations l'usage du droit wisi­gothique. Mesure qui rendit plus acceptable la domi­nation étrangère. Dans l'en­semble, la Septimanie res­ta fidèle au roi et fournit des contingents à ses armées.

Commença alors une ère de paix, la « paix franque ». Mais elle fut de courte durée, interrompue, dès avant la fin du règne de Charlemagne, par les pirates sarrasins. Depuis les côtes espagnoles, ces derniers attaquaient îles et littoraux, notamment en Italie et en Provence. La Septimanie, moins riche, subit seulement les contre­coups de ces raids. Elle fut aussi la proie des incur­sions normandes. Après avoir contourné l'Espagne, les « hommes du Nord» rejoignirent les côtes et ravagèrent sans doute Elne et Nîmes, avant de séjour­ner en Camargue. Autre fléau, les raids des cava­liers hongrois déferlaient depuis le Danube. Ils atta­quèrent la région, du pays nîmois jusqu'en Catalogne. Si les pays languedociens souffrirent moins que d'autres de ces expéditions, celles-ci eurent pour consé­quence l'affaiblissement du pouvoir franc. Ce qui entraîna une insécurité généralisée et un climat de violence dont furent sur­tout victimes les paysans, soumis aux abus et que­relles des grands.

Vers la féodalité



Les Carolingiens étaient désormais incapables de maintenir leur pouvoir sur un empire aussi vaste. Quelques grandes familles comtales s'en saisirent, relayées par une foule de petits potentats locaux. En Septimanie, à la fin du IXe siècle, l'autorité roya­le était quasiment inexis­tante.

Mais le pouvoir des comtes tendait, lui aussi, à s'af­faiblir. Car, pour gérer leurs possessions, ils faisaient appel à des vicom­tes qui prétendaient à l'in­dépendance.

Les vrais maîtres étaient désormais les chefs locaux, vicomtes, évêques, grands propriétaires ou abbés.

Autour de l'an Mil, la Sep­timanie vit se dresser de plus en plus de châteaux qui ponctuaient ses pay­sages, tandis que la puis­sance des châtelains aug­mentait. En effet, au XIe siècle, s'organisaient au plan local des structures féodales: une classe de guerriers se rassemblait dans la clientèle et le com­pagnonnage du maître de château ou de son repré­sentant, le châtelain. Les paysans aisés entraient au service des sires qui les récompensaient par des parts de taxes ou par des distributions de terres fis­cales publiques. Ce système de fief proliféra.

En Catalogne et en Septi­manie, les serments de fidé­lité de ces nouveaux vas­saux aux sires étaient très contraignants. Il s'agissait d'un service personnel, authentique féodalité.

Cadre de vie



En Septimanie, la culture romaine avait laissé des traces, notamment à tra­vers l'urbanisme et les ins­titutions municipales. La cité antique restait un modèle de civilisation avec ses trois pôles, politique, économique et religieux. Les vestiges de monuments publics et de spectacle, les fortifications et basi­liques paléochrétiennes évoquaient l'Antiquité. A Nîmes, l'amphithéâtre atti­rait les hommes dans son voisinage. Le goût de l'an­tique perdurait: on réuti­lisait les bâtiments ou on les copiait.

A la campagne, même continuité. Les hommes s'organisaient au sein des grands domaines romains ou villae, auxquels ils ajou­taient tour et lieu de culte. Il existait aussi de petites propriétés indépendantes, des cabanes et habitat épars sur clairière cultu­rale. À partir du Xe siècle, le village apparut, avec ses maisons centrées sur l'église et le cimetière pa­roissial.

Toutefois, urbain ou rural, le cadre cachait souvent une réalité plus âpre. La tendance était au déclin agricole. Les villes, repliées à l'abri de leurs murs, com­me Narbonne ou Nîmes, s'étaient en partie vidées de leurs habitants. Ceux-­ci se regroupaient quel­quefois à l'extérieur autour d'abbayes ou d'églises qui furent plus tard le point de départ des faubourgs. La population était soumise aux comtes, vicomte et évêque qui se disputaient le périmètre urbain.

Dans cette société sans gou­vernement véritable, c'est l'Église qui tenta d'appor­ter ordre et paix.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

similaire:

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconAssemblee generale ordinaire du comite regional de gymnastique languedoc-roussillon...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconActes du colloque organisé par le Conseil général de l’Oise et le...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconAction publique tranquillité publique, faciliter la vie des riverains...
...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconConseil Régional de Tourisme Région Guelmim Es Smara Portail crt

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconLa Commission permanente du Conseil régional du Centre-Val de Loire...
«Nous sommes venus parce que nous savions que nous n’étions pas concernés. Nous connaissons cette ville et nous nous sommes déplacés...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon icon1. Le régime de croisière suivi depuis 1965
«Le marché du logement en Ile-de-France» organisé par le Conseil Régional d’Ile-de-France et la Chambre Interdépartementale des Notaires...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon icon1/ Pertinence
«inpiano, la facture de Pianos de 1791 à nos jours» Musée des Beaux –Arts Jules Chéret nice; Exposition, conférences concert. Démarrage...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconEsclarmonde, vous qui donnez clarté au monde…
«O, Femmes, qui étiez-vous enfin ?» Pour le savoir, je me suis rapproché de René Nelli dans «les cathares en Languedoc», d’Anne Brenon,...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconAtelier de travail plu salle du Conseil 11 novembre, 11 h Commémorations...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconLes dix innovations pédagogiques de 2015 ?
«journal d’apprentissage» (reflexive journal) ou la carte mentale (mind map) sont déjà assez répandus en France, y compris dans le...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com