Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon





télécharger 241.32 Kb.
titreLe journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon
page6/15
date de publication11.05.2017
taille241.32 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

Contexte économique et culturel



Au XVIe s., la région béné­ficia d'un essor démogra­phique, dû à la fois à la disparition des épidémies, à l'accroissement naturel et aux immigrants venus du Nord et du Massif Central. L'économie était fondée sur la polyculture méditerranéenne: froment, vigne, olive, châtaigniers, jardins et élevage. La vigne s'éta­lait près des villages côtiers comme Frontignan et Mire­val où se rendit Rabelais. En revanche, l'industrie stagnait. Il existait de petits centres textiles comme Uzès, Montpellier, Cler­mont-l'Hérault, Saint-Pons, Béziers, Limoux et Carcas­sonne. Mais les étoffes étaient de qualité médio­cre. Les toisons des ovins des Cévennes se suffisant plus aux besoins, il fallait importer des laines d'Espagne. Les artisans du tex­tile étaient d'ailleurs mobi­les, entre Espagne, Cata­logne et Languedoc.

Malgré tout, un point posi­tif: les houillères d'Alès reprirent leur activité et on exportait le charbon cévenol. L'élevage du ver à soie progressait dans les Cévennes, concentré autour d'Anduze. Le roi Henri IV prit des mesures pour éten­dre sa culture. Au XVIIe s., Colbert, surintendant des finances de Louis XIV, introduisit la fabrique des bas de soie dans la région. Sur le plan culturel, les hommes se distinguaient par l'usage de la langue: les groupes sociaux les plus favorisés devenaient bilin­gues, alors que les classes populaires ignoraient encore la langue d'oïl. Le français restait la langue du livre, des actes notariés, de la religion, des corres­pondances amoureuses ou de l'hérésie. Artisans cita­dins et marchands s'ouvri­rent à l'écriture et c'est ce noyau d'instruits urbains qui offrit à la Réforme pro­testante son premier appui.

La Réforme



La Réforme arriva dans la région dans le premier tiers du XVIe s. et s'y enracina rapidement. Elle s'infiltra par les grands axes, les plaines et les vallées, notamment la vallée du Rhône, importée par les universitaires, les mar­chands et les colporteurs de Bibles. Elle gagna d'abord les villes, en parti­culier Nîmes, Uzès, Mont­pellier, Pézenas, ou Mende. Uzès, par exemple, devint une véritable capitale huguenote. Dès 1546, son évêque et une partie du clergé passèrent à la Réforme. De même, Aigues-Mortes devint vite un port protestant.

Entre 1525 et 1570 se mit en place la puissance huguenote des Cévennes: la montagne cévenole devint le personnage cen­tral du calvinisme occitan. La Réforme se propagea par l'artisanat des bourgs et les marchands de soie voyageant entre Genève et Anduze. Les cordonniers étaient surnommés les « huguenots du cuir» et

leurs boutiques servaient d'officines de propagande.

La Réforme voulait inter­préter différemment les textes sacrés et définir une nouvelle théologie. Elle estimait aussi que le catho­lique était encore entaché de paganisme et souhaitait en faire un homme nou­veau. Les protestants se lancèrent en campagne contre certaines coutumes: danses, festins, folklore, jeux. La messe fut pros­crite, la Vierge-Mère déva­lorisée. La diffusion des idées nouvelles s'accompa­gna d'une forme d'accul­turation par les livres imprimés, pour la plupart, des livres d'Eglise. Signe de l'imprégnation du pro­testantisme dans les mentalités: les prénoms de saints furent remplacés par des prénoms tirés de l'Ancien Testament. En même temps, les protestants s'ap­proprièrent la terre d'Eglise et refusèrent de payer la dîme.

Les guerres de religion



De 1559 à 1598, l'Europe fut déchirée par les guerres de religion. Dans la région, les protestants se soulevè­rent, d'abord à l'est, à Nîmes dès 1560, puis dans les villes des Cévennes, de Camargue, à Aigues-Mor­tes, Montpellier.

La réaction catholique ne se fit pas attendre. La même année, le comte Vil­lars, lieutenant du roi en Languedoc, monta aux Cévennes à la tête de quel­ques bandes armées, dis­sipa les huguenots ou « mal sentants » de la foi et réta­blit la messe. Mais la répression ne put freiner le mouvement protestant. Les principales églises cévenoles furent dressées en quelques mois. Dans cer­taines villes, les huguenots s'emparèrent du consulat, comme à Montpellier ou à Nîmes. Eglises, cathédra­les, reliques et statues étaient saccagées, alors qu'on tuait des ecclésias­tiques. Calvin lui-même appela à la modération.

La résistance catholique s'organisa. Les escarmou­ches et les massacres se succédèrent: en 1562, par exemple, les réformés furent chassés de Nar­bonne, massacrés à Car­cassonne. À l'inverse, en 1567 eut lieu la « Miche­lade » de Nîmes au cours de laquelle environ deux cents prêtres et notables catholiques furent tués. La cité était alors qualifiée de Genève languedocienne.

En 1570, le catholique Henri de Montmorency, gouver­neur de Languedoc, constitua le Tiers-Parti. Sa mis­sion était de réaliser la tolé­rance dans la province. En 1572, la saint Barthélemy eut peu de conséquences en Languedoc, mais la guerre n'était pas finie pour autant. Montmorency assiégea Sommières défendue par des huguenots. Finale­ment, il conclut des trêves et décida de respecter le bloc des Cévennes consti­tué de quatre-vingt villa­ges fortifiés d'où la messe avait disparu. Le roi jugea alors cette tolérance sus­pecte et, en 1574, limogea le gouverneur.

La région était alors divisée en deux: l'est réformé d'un côté, de l'autre l'ouest, plu­tôt papiste. Narbonne rejoi­gnit notamment la Ligue catholique. Les huguenots organisèrent les « Provin­ces unies du Midi », fédéra­tion de petites républiques. Le Midi protestant voulait la liberté de culte pour tout le royaume. Le Roussillon, profondément catholique, appartenait alors à l'Ara­gon et à la Castille et vivait à l'écart du mouvement réformateur.

Sur le plan social, les huguenots étaient en majo­rité des hommes jeunes et riches, bourgeois, mar­chands et artisans. La noblesse et le petit peuple restaient en général fidè­les au pape.

Le protestantisme langue­docien présentait une dou­ble originalité. D'une part, il réussit à s'enraciner dans un pays marqué par la romanité: les Cévennes et le Bas Languedoc consti­tuent en effet l'un des très rares cas de réussite d'im­plantation de la Réforme en pays méditerranéen et latin. D'autre part, le pro­testantisme pénétra aussi le milieu paysan, souvent fermé aux idées réformées en France.

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   15

similaire:

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconAssemblee generale ordinaire du comite regional de gymnastique languedoc-roussillon...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconActes du colloque organisé par le Conseil général de l’Oise et le...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconAction publique tranquillité publique, faciliter la vie des riverains...
...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconConseil Régional de Tourisme Région Guelmim Es Smara Portail crt

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconLa Commission permanente du Conseil régional du Centre-Val de Loire...
«Nous sommes venus parce que nous savions que nous n’étions pas concernés. Nous connaissons cette ville et nous nous sommes déplacés...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon icon1. Le régime de croisière suivi depuis 1965
«Le marché du logement en Ile-de-France» organisé par le Conseil Régional d’Ile-de-France et la Chambre Interdépartementale des Notaires...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon icon1/ Pertinence
«inpiano, la facture de Pianos de 1791 à nos jours» Musée des Beaux –Arts Jules Chéret nice; Exposition, conférences concert. Démarrage...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconEsclarmonde, vous qui donnez clarté au monde…
«O, Femmes, qui étiez-vous enfin ?» Pour le savoir, je me suis rapproché de René Nelli dans «les cathares en Languedoc», d’Anne Brenon,...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconAtelier de travail plu salle du Conseil 11 novembre, 11 h Commémorations...

Le journal du conseil régional du Languedoc-Roussillon iconLes dix innovations pédagogiques de 2015 ?
«journal d’apprentissage» (reflexive journal) ou la carte mentale (mind map) sont déjà assez répandus en France, y compris dans le...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com