Avertissement de la première édition





télécharger 1.43 Mb.
titreAvertissement de la première édition
page2/43
date de publication11.05.2017
taille1.43 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   43
tradition affirme qu’il fut le chef d’une excursion illégale dans la paroisse de Kippen, située dans le Lennox et qui eut lieu dans l’année 1691. Peu sanglante puisque une seule personne y perdit la vie, les déprédations qui s’y commirent ne l’en firent pas moins désigner par le nom du hers’ship ou dévastation de Kippen. L’époque de sa mort est également inconnue mais comme on a dit qu’il a survécu à l’année 1733 et qu’il mourut fort avancé en âge, on peut supposer qu’il avait environ vingt-cinq ans à l’époque où la dévastation de Kippen eut lieu ; ce qui mettrait sa naissance au milieu du dix-septième siècle.

Pendant les temps les plus paisibles qui succédèrent à la Révolution, Rob-Roy, ou Red-Robert, semble avoir exercé ses talents actifs qui n’avaient rien de médiocre comme conducteur ou marchand de bestiaux. On peut croire qu’à cette époque aucun habitant des Basses-Terres et à plus forte raison aucun marchand anglais ne s’avisait de conduire les siens dans les montagnes. Ces animaux donnaient lieu à un commerce très important et ils étaient escortés aux foires, sur les frontières des Basses-Terres, par les montagnards armés qui se conduisaient avec honneur et bonne foi envers leurs acheteurs du sud. Une querelle s’élevait-elle, les habitants des frontières qui avaient l’habitude d’approvisionner les marchés anglais trempaient leurs bonnets dans le plus prochain ruisseau et, l’entortillant autour de leurs mains opposaient leurs gourdins aux larges épées nues de leurs adversaires lesquels n’avaient pas toujours la supériorité. J’ai entendu dire à des personnes âgées qui avaient pris part à ces querelles que les montagnards y mettaient beaucoup de circonspection, ne se servant jamais de la pointe de leur épée, et moins encore de leurs pistolets ou de leurs poignards. Une écorchure ou un coup à la tête étaient promptement guéris ; et comme le commerce était avantageux aux deux parties, ces légères escarmouches n’apportaient aucune interruption à la bonne harmonie. Il était surtout du plus haut intérêt pour les montagnards, dont les revenus territoriaux dépendaient entièrement de la vente des bestiaux noirs (les bœufs), et un marchand adroit et expérimenté non seulement retirait de grands profits de ses spéculations, mais encore en procurait à ses amis et à ses voisins.

Rob-Roy eut pendant plusieurs années beaucoup de succès dans cette branche de commerce et en s’attirant une confiance générale il se fit estimer dans le pays. Son importance augmenta par la mort de son père qui lui laissa, outre la tutelle de son neveu Gregor Mac-Gregor, la surveillance de sa propriété de Glengyle, double circonstance qui lui donna parmi le clan l’influence que devait avoir le représentant de Dougal Ciar. Or, une telle influence était d’autant plus grande que cette branche des Mac-Gregors semble avoir refusé l’obéissance à Mac-Gregor de Glencarnock, l’ancêtre du sir Evan Mac-Gregor actuel, et prétendu avec succès à une espèce d’indépendance.

Vers la même époque Rob-Roy acquit une nouvelle importance en achetant ou en affermant la propriété de Craig-Royston que nous avons déjà mentionnée. Dans ces jours prospères de son existence il était en grande faveur auprès de son plus proche et plus puissant voisin James, premier duc de Montrose, dont il reçut beaucoup de marques d’égards. Sa Grâce consentit à lui donner, ainsi qu’à son neveu, un droit de propriété sur les domaines de Glengyle et d’Inversnaid, qu’ils n’avaient jusqu’alors exploités qu’en qualité de tenanciers. Enfin le duc, dans l’intérêt du pays et de ses propres terres, soutint notre aventurier en lui prêtant une somme considérable afin de l’aider dans ses spéculations relatives au commerce des bestiaux.

Malheureusement ce commerce était sujet, comme il l’est encore, à de subites fluctuations et Rob-Roy, par suite d’une baisse soudaine et, comme l’ajoute une tradition favorable, par la mauvaise foi d’un associé appelé Macdonald auquel il avait imprudemment donné sa confiance et fait de fortes avances ; Rob-Roy, disons-nous, devint insolvable. Il se cacha mais non pas les mains vides, si l’on en croit une sommation à comparaître lancée contre lui, et qui affirmait qu’il était porteur d’environ mille livres sterling extorquées de différents seigneurs ou gentilshommes sous prétexte de leur acheter des vaches dans les Hautes-Terres. Cette sommation parut en juin 1712 et fut plusieurs fois répétée. Elle fixe l’époque où Rob-Roy changea ses spéculations commerciales pour d’autres d’une nature très différente.

Il paraît que vers ce temps il quitta sa résidence ordinaire pour Inversnaid, à dix ou douze milles d’Écosse (le double en milles anglais) plus loin dans les montagnes et commença cette vie aventureuse qu’il continua jusqu’à sa mort. Le duc de Montrose qui se croyait trompé et joué employa tous les moyens en son pouvoir pour recouvrer son argent. Rob-Roy fut exproprié de ses terres, ses bestiaux et ses meubles furent saisis et vendus.

On dit que cette opération fut poursuivie avec la plus grande sévérité et que les suppôts de la loi qui ne sont pas ordinairement les personnes les plus polies insultèrent la femme de Mac-Gregor d’une manière qui aurait pu éveiller des sentiments de vengeance dans le cœur d’un homme plus patient. C’était une femme d’un caractère fier et hautain et il est assez probable qu’en voulant les troubler dans l’exercice de leurs fonctions elle aura excité leur colère bien que, pour l’honneur de l’humanité, on doive espérer que l’histoire qu’on rapporte est une exagération populaire. Quoi qu’il en puisse être, la douleur extrême qu’elle ressentit en se voyant expulsée des rives du loch Lomond se donna carrière dans un morceau de musique pour la cornemuse, bien connu encore aujourd’hui sous le nom de la Complainte de Rob-Roy.

On croit que le fugitif trouva un premier asile dans Glen-Dochart, sous la protection du comte de Breadalbane, car bien que, dans les temps les plus reculés, cette famille eût activement concouru à détruire les Mac-Gregors, elle donna souvent par la suite un abri à beaucoup d’entre eux. Le duc d’Argyle était aussi un des protecteurs de Rob-Roy, c’est-à-dire qu’il lui accordait le bois et l’eau, suivant l’expression des montagnards, – l’abri des forêts et l’eau des lacs d’un pays inaccessible.

Ambitieux de conserver ce qu’ils appelaient leurs suivants (gens engagés à leur service militaire), les gentilshommes des Highlands ne désiraient pas moins d’avoir à leur disposition des hommes d’un caractère résolu, en guerre avec le monde et avec les lois, et qui n’hésiteraient pas en temps et lieu à ravager les terres, à attaquer les fermiers d’un ennemi féodal, sans attirer la responsabilité sur leurs patrons. Les querelles entre les Grahames et les Campbells, pendant les guerres civiles du dix-septième siècle, avaient porté l’empreinte de l’inimitié la plus invétérée ; la mort du grand marquis de Montrose d’un côté, la défaite d’Inverlochy et l’affreux pillage de Lorn de l’autre étaient des injures réciproques qui ne se pardonnent pas facilement : Rob-Roy était donc certain de trouver un refuge dans le pays des Campbells, d’abord parce qu’il avait pris leur nom comme lié par sa mère à la famille de Glenfalloch et comme ennemi de la maison rivale de Montrose. L’étendue des possessions d’Argyle et la facilité de s’y retirer en cas de danger favorisaient singulièrement son audacieux plan de vengeance, plan qui n’était rien moins qu’une guerre de pillage contre le duc de Montrose, qu’il regardait comme un des auteurs de son exclusion de la société, de la sentence de proscription prononcée contre lui, de la saisie de ses meubles, de l’adjudication de sa terre.

Il se disposa donc à employer tous les moyens en son pouvoir pour nuire au duc, à ses fermiers, à ses parents et à ses amis et, bien que ce cercle fût suffisamment étendu pour un pillage actif, Rob-Roy, qui s’était déclaré jacobite, prit la liberté d’envelopper dans sa sphère d’opération quiconque il lui plaisait de considérer comme partisan du gouvernement révolutionnaire ou de l’union des royaumes. Sous l’un ou l’autre de ces prétextes, tous ses voisins des Basses-Terres qui avaient quelque chose à perdre ou qui refusaient d’acheter sa protection par le paiement d’un tribut annuel étaient exposés à ses attaques. [...]

Les habitudes et les opinions de ceux qui résidaient dans le voisinage des Hautes-Terres prêtaient aussi aux desseins de Rob-Roy un grand appui. La plupart, issus du clan de Mac-Gregor, réclamaient la propriété de Balquhidder et autres districts des Hautes-Terres, comme ayant fait partie autrefois des possessions de leur tribu, bien que des lois spoliatrices en eussent assuré la propriété à d’autres familles. Les guerres civiles du dix-septième siècle avaient familiarisé avec l’emploi des armes ces hommes naturellement braves et exaspérés par le souvenir de leurs souffrances. Le voisinage d’un district des Basses-Terres, riche en comparaison du leur, les poussait presque irrésistiblement à y faire des incursions et un assez grand nombre d’individus appartenant à d’autres clans, habitués à mépriser le travail et à braver le danger, se dirigèrent vers une frontière qui, n’étant point protégée, promettait une proie facile. L’état du pays, aujourd’hui si paisible, vérifiait alors cette opinion émise par le docteur Johnson que les districts les plus indisciplinés des montagnes étaient ceux qui touchaient le plus aux Basses-Terres. Il n’était donc pas difficile à Rob-Roy, descendant d’une tribu dispersée dans un tel pays, de tenir constamment occupée, de soutenir au moyen de ses opérations projetées une troupe redoutable.

Il semblait lui-même particulièrement destiné à la profession de déprédateur. Sa taille n’était pas des plus élevées mais sa force était extraordinaire, les deux plus grandes particularités de sa personne étaient la largeur de ses épaules et la longueur presque disproportionnée de ses bras, longueur si remarquable qu’il pouvait, dit-on, sans se baisser, attacher ses jarretières, que les montagnards placent à deux pouces au-dessous des genoux. Son visage était ouvert, mâle, sombre dans les moments du danger mais dans les jours de bonheur ses manières étaient franches et gaies. Ses cheveux, d’un roux foncé et très épais, tombaient en boucles autour de son visage. La coupe de ses vêtements laissait voir, comme de raison, les genoux et la partie supérieure des jambes : on m’a décrit ces dernières comme ressemblant à celles d’un taureau des montagnes, hérissées de poils roux, et annonçant une force musculaire comparable à celle de cet animal. À ces particularités n’oublions pas d’ajouter une grande adresse dans le maniement de l’épée des Hautes-Terres, talent dans lequel la longueur de son bras lui donnait un grand avantage et une connaissance parfaite de toutes les retraites du pays sauvage qu’il habitait ainsi que du caractère des différents individus, soit amis, soit ennemis, avec lesquels il pouvait entrer en relation.

Ses qualités morales ne semblaient pas moins favorables aux circonstances dans lesquelles il était placé. Bien qu’il descendît du farouche Ciar-Mohr, Rob-Roy n’hérita point de la cruauté de ses ancêtres ; au contraire, il en évitait jusqu’à l’apparence. On assure qu’il ne répandit jamais le sang à moins d’une absolue nécessité. Son système de pillage, exécuté avec autant de hardiesse que de sagacité, était presque toujours couronné de succès, ses expéditions conduites avec la plus grande célérité. Semblable à Robin-Hood d’Angleterre, c’était un voleur doux et poli, et si d’une main il prenait aux riches, de l’autre il exerçait la libéralité envers les pauvres. Sous quelques rapports, cette conduite pouvait être politique mais les traditions générales du pays assurent qu’elle prenait sa source dans des motifs plus nobles. Tous ceux avec lesquels je me suis entretenu de lui et j’ai vu dans ma jeunesse des personnes qui avaient connu Rob-Roy personnellement, m’ont assuré que c’était un homme d’un caractère bienveillant et humain à sa manière.

Ses idées sur la morale étaient celles d’un chef arabe et résultaient naturellement d’une éducation sauvage. En supposant que Rob-Roy eût raisonné sur la carrière qu’il parcourait soit par choix, soit par nécessité, il se serait probablement donné le caractère d’un homme brave qui privé de ses droits naturels par la partialité des lois essayait de les maintenir par sa propre puissance. [...]

Quelquefois Rob-Roy éprouvait des désastres et courait de grands dangers personnels. Dans une circonstance remarquable, il fut sauvé par le sang-froid de son lieutenant, Macanaleister, ou Fletcher, le Little-John de sa troupe, homme actif et qui jouissait d’une grande célébrité comme tireur. Il arriva que Mac-Gregor et sa bande furent surpris et dispersés par des forces supérieures ; l’ordre avait été donné de « pourfendre el de renverser ». Chacun veilla à son propre salut mais un hardi dragon s’attacha à Rob-Roy et l’ayant joint le frappa de sa large épée. Une plaque de fer que Mac-Gregor portait sous sa toque empêcha qu’il n’eût la tête fendue jusqu’à la mâchoire mais le coup fut assez fort pour le renverser par terre et il s’écria en tombant : « Ô Macanaleister, n’y a-t-il rien dans ton fusil ? » Le soldat s’écria aussi au même instant : « Dieu me damne ! ce n’est pas votre mère qui a tricoté votre bonnet de nuit. » Et il levait le bras pour frapper un second coup, lorsque Macanaleister fit feu. La balle lui perça le cœur.

Le portrait suivant de Rob-Roy est tracé par un homme de talent qui résidait dans le cercle de ces guerres de pillage et qui, en ayant probablement ressenti les effets, n’en parle pas avec cette indulgence que, vu leur caractère romantique, elles inspirent aujourd’hui.

« Cet homme (Rob-Roy Mac-Gregor) avait de la sagacité et ne manquait ni de politique ni d’adresse ; s’étant abandonné à la licence, il se mit à la tête de tous les vagabonds et mauvais sujets de ce clan, vers l’extrémité occidentale de Perth et du Stirlingshire et ravagea toute l’étendue de ces contrées par ses vols et ses déprédations. Bien peu parmi ceux qui étaient à sa portée (c’est-à-dire à la distance d’une expédition nocturne) pouvaient se croire en sûreté, soit dans leurs personnes, soit dans leurs propriétés, s’ils ne lui payaient la taxe considérable et dégradante du black-mail (taxe des voleurs). Il agissait avec une telle audace qu’il commettait des vols, levait des contributions et soutenait des querelles à la tête d’un corps de troupes armées, en plein jour et à la face du gouvernement.

L’étendue et le succès de ces déprédations ne doivent pas paraître surprenants lorsqu’on songe qu’elles avaient pour théâtre un pays où les lois ne sont ni suivies ni respectées.

L’habitude générale de voler des bestiaux aveuglait jusqu’aux hommes des classes les plus élevées sur l’infamie de cette coutume et comme les propriétés consistaient principalement en troupeaux, ils devenaient de plus en plus rares. M. Graham ajoute :

« Par cette raison, il n’y a aucune culture, aucune amélioration du pâturage et, par la même cause, point de manufactures, enfin point de commerce, point d’industrie. Les femmes sont extrêmement fécondes, par conséquent la population nombreuse, et, dans l’état présent des choses, il n’y a pas dans ce pays de l’ouvrage pour la moitié des individus. Chaque village est rempli d’oisifs habitués aux armes et paresseux en tout, excepté lorsqu’il s’agit de dérober le bien d’autrui. Comme les buddels ou aquavitae houses (cabarets) se trouvent à chaque pas, ils passent leur temps dans ces maisons et très souvent ils y consomment les profits de leurs gains illicites. Là les lois n’ont jamais été exécutées ni l’autorité des magistrats établie, là l’officier civil n’ose point remplir ses devoirs et bien des villages sont à environ trente milles de l’autorité légale. Enfin il n’y existe ni ordre, ni autorité, ni gouvernement.

La rébellion de 1715 eut lieu peu de temps après que la célébrité de Rob-Roy se fut établie et dès lors ses opinions jacobites se trouvèrent en opposition avec la reconnaissance qu’il devait au duc d’Argyle pour sa protection indirecte. Le désir de mêler le bruit de ses pas au tumulte d’une guerre générale le porta à se joindre aux troupes du comte de Mar, quoique son protecteur fût à la tête d’une armée opposée aux insurgés des Hautes-Terres.

Les Mac-Gregors ou du moins un clan considérable d’entre eux et celui de Ciar-Mohr n’étaient pas, dans cette occasion, commandés par Rob-Roy, mais par son neveu dont nous avons déjà parlé, Gregor Mac-Gregor, autrement dit James Grahame de Glengyle et dont on se souvient mieux encore sous l’épithète gaélique de Ghlune Dhu ou Genou Noir, à cause d’une tache noire qui se trouvait sur un de ses genoux et que ses vêtements de montagnard laissaient voir. Il n’y a aucun doute que Glengyle, alors très jeune, n’ait, dans le plus grand nombre des cas, agi par les avis d’un chef aussi expérimenté que son oncle.

Les Mac-Gregors, assemblés en grand nombre, commencèrent à menacer les plaines vers l’extrémité la plus basse du loch Lomond. Ils s’emparèrent à l’improviste de tous les bateaux qui étaient sur le lac et, probablement pour quelque entreprise dans leur seul intérêt, les conduisirent par terre à Inversnaid, afin d’arrêter la marche d’un corps considérable de whigs des pays de l’ouest qui avaient pris les armes pour le gouvernement et se dirigeaient de ce côté.

Les whigs firent une excursion pour recouvrer leurs bateaux : leurs forces consistaient en volontaires de Paisley, Kilpatrick et autres lieux, qui, avec l’assistance d’un corps de matelots, remontèrent la rivière Leven dans de longs bateaux appartenant à un vaisseau de guerre alors à l’ancre dans la Clyde. À Luss, ils furent rejoints par sir Humphry Colquhoun et James Grant, son beau-fils, accompagnés de leur suite, revêtus de l’habit montagnard de l’époque, lequel est décrit d’une manière pittoresque. Les deux partis se rencontrèrent à Craig-Royston mais les Mac-Gregors n’offrirent point le combat. Si nous devons en croire les détails de l’expédition donnés par l’historien Rae, les whigs sautèrent à terre avec la plus grande intrépidité ; aucun ennemi ne se présenta pour s’opposer à leur débarquement et par le bruit de leurs tambours qui résonnaient constamment, par la décharge de leur artillerie et autres armes à feu, ils terrifièrent les Mac-Gregors qui ne sortirent de leurs retraites que pour regagner en désordre le camp général des montagnards à Strath-Fillan. Les habitants des Basses-Terres rentrèrent donc en possession des bateaux à grands frais de bruit et de courage mais sans avoir couru de grands dangers.

Après cette absence momentanée de ses anciennes retraites, Rob-Roy fut envoyé par le comte de Mar à Aberdeen pour soulever, à ce que l’on croit, une partie du clan Gregor qui est établie dans ce pays. Ces hommes, issus de sa propre famille (la race de Ciar-Mohr), étaient les descendants d’environ trois cents Mac-Gregors que le comte de Murray, vers l’an 1624, leva dans ses domaines du Monteith pour s’opposer à ses ennemis les Mac-Intoshs, race aussi fière et aussi turbulente que celle des Mac-Gregors eux-mêmes. [...]

Nous avons déjà dit que l’attitude de Rob-Roy pendant l’insurrection de 1715 fut très équivoque, sa personne et sa suite étant dans l’armée des Hautes-Terres tandis que son cœur semblait être avec le duc d’Argyle. Cependant les insurgés furent obligés de se fier à lui comme à leur seul guide lorsqu’ils marchèrent de Perth vers Dumblane, dans l’intention de traverser le Forth à l’endroit qu’on appelle les gués de Frew et quoiqu’ils fussent convaincus qu’il ne méritait pas leur confiance.

Ce mouvement des insurgés vers l’ouest amena la bataille de Sheriff-Muir, bataille restée sans résultats décisifs immédiats mais dont le duc d’Argyle sut recueillir tous les avantages. On doit se souvenir que l’aile droite des montagnards y renversa et tailla en pièces l’aile gauche d’Argyle tandis que l’aile gauche de l’armée de Mar, composée des clans Stewart, Mackenzie et Cameron, était en déroute complète. Dans cette affreuse bagarre Rob-Roy conserva son poste sur une montagne au centre de la position que les habitants des Hautes-Terres avaient choisie, et, bien que, assure-t-on, une attaque de sa part aurait décidé de la journée, on ne put le déterminer à charger l’ennemi. Malheureusement pour les insurgés la conduite d’une bande de Macphersons avait été confiée à Mac-Gregor, car le chef naturel de ce clan, vu son âge et ses infirmités, se trouvait incapable de se mettre à leur tête. Il se reposait de ce soin sur son héritier, Macpherson de North, et ainsi cette tribu ou du moins une partie, fut incorporée avec celle de ses alliés les Mac-Gregors. Tandis que Rob-Roy laissait écouler dans l’inaction le moment favorable pour l’attaque, il reçut de Mar l’ordre formel d’avancer ; mais il répondit froidement : « Non, non, s’ils ne peuvent vaincre sans moi, ils ne le pourront pas plus avec moi. » Un des Macphersons, nommé Alexandre, qui professait l’état primitif de Rob-Roy, c’est-à-dire celui de conducteur de bestiaux, mais homme d’un grand courage, indigné de la conduite de son chef momentané, jeta son plaid, tira sa claymore et appelant ses compagnons : « Ne supportons pas davantage une telle honte, s’écria-t-il ; s’il refuse de vous conduire, je me charge de le faire. »

Rob-Roy répondit avec un grand sang-froid : « S’il était question de conduire des bœufs et des vaches des Hautes-Terres, Sandie, je m’en rapporterais à votre supériorité mais il s’agit de conduire des hommes, et en cela je suis certainement meilleur juge que vous. »

« S’il était question de conduire des bœufs de Glen-Eigas, répliqua le Macpherson, Rob-Roy ne songerait point à rester le dernier, mais à marcher en tête. »

Irrité de ce sarcasme, Mac-Gregor tira sa claymore et les deux montagnards en seraient venus aux mains si de part et d’autre leurs amis n’eussent rétabli la paix. Toutefois, le moment opportun était passé et Rob-Roy, qui ne perdait jamais de vue ses intérêts particuliers, permit à sa suite de dépouiller les morts des deux partis.

L’auteur de la belle ballade satirique sur la bataille de Sheriff-Muir n’a point oublié de stigmatiser la conduite de notre héros dans cette occasion remarquable :

« Rob-Roy, sur le haut d’une montagne, guettait l’instant de s’emparer du butin ; il paraît qu’il n’était pas venu pour autre chose, car il ne quitta point le lieu où il était caché avant que la bataille fût finie. » (Jacobits relics)

Malgré l’espèce de neutralité de Rob-Roy pendant le cours de la rébellion, il n’échappa point à quelques-unes des punitions infligées à ceux qui en avaient fait partie ; il fut compris dans l’acte d’attainder et la maison de Breadalbane, qui était son refuge, fut brûlée par lord Cadogan lorsque ce général traversa les Hautes-Terres pour désarmer et punir les clans insurgés. Mais, se rendant à Inverary avec environ quarante ou cinquante hommes de sa suite, Rob-Roy, par une apparente soumission, se concilia les bonnes grâces et la protection du colonel Patrick Campbell de Finnah. Étant ainsi à peu près à l’abri du ressentiment du gouvernement, Rob-Roy établit sa résidence à Craig-Royston, près du loch Lomond, au milieu de ses propres parents et ne perdit point de temps pour rallumer sa querelle particulière avec le duc de Montrose. Dans ce dessein, il rassembla autant de fantassins qu’il en eût jamais commandé car il se faisait suivre constamment par une garde de dix ou douze hommes d’élite qu’il lui aurait été facile d’élever jusqu’à cinquante ou soixante.

De son côté, le duc de Montrose employa tous les moyens possibles pour détruire son importun adversaire ; Sa Grâce s’adressa au général Carpenter et trois corps de troupes reçurent l’ordre de se diriger sur Glascow, Stirling et Finlarig, près de Killin. M. Graham de Killearn, l’homme d’affaires du duc, son parent et en même temps shérif-député du comté de Dumbarton, accompagna les troupes afin qu’elles pussent agir avec la sanction de l’autorité civile et avoir un guide fidèle à travers les montagnes. Ces différentes colonnes avaient le projet d’arriver en même temps dans le voisinage de la résidence de Rob-Roy et de surprendre ce rebelle ainsi que sa suite ; mais des pluies abondantes, la difficulté des routes et les intelligences au moyen desquelles le proscrit connaissait leur marche trompèrent leurs combinaisons. Les troupes, trouvant les oiseaux envolés, s’en vengèrent en détruisant le nid. On brûla la maison de Rob-Roy mais non impunément car les Mac-Gregors, cachés parmi les buissons et les rochers, firent feu sur les troupes et tuèrent un grenadier.

Rob-Roy se vengea par un singulier acte d’audace de la perte qu’il venait d’essuyer. Vers le milieu de novembre 1716, le même John Graham de Killearn dont nous venons de parler s’était rendu dans un lieu appelé Chapel-Errock où les fermiers du duc devaient de leur côté se réunir pour le paiement des rentes. John Graham avait déjà reçu d’eux environ trois cents livres lorsque Rob-Roy entra dans l’appartement à la tête d’une troupe armée. Le fidèle homme d’affaires espéra sauver l’argent de son maître en jetant les livres de compte et l’argent dans un grenier, croyant qu’ils ne seraient point aperçus, mais le pillard expérimenté ne pouvait être facilement trompé lorsqu’un tel objet était le but de ses recherches : il trouva les livres et l’argent, se mit tranquillement à la place du receveur, examina les comptes, mit les rentes dans sa poche et donna des reçus au nom du duc disant qu’il compterait avec Sa Grâce pour les dommages qu’elle lui avait fait essuyer et dans lesquels il comprenait l’incendie de sa maison par le général Cadogan et la dernière expédition contre Craig-Royston, puis il ordonna à M. Graham de le suivre. Il ne paraît pas qu’il usât envers lui de rudesse ou de violence bien qu’il l’informât qu’il le regardait comme un otage et qu’il le menaçât de mauvais traitements en cas qu’il fût suivi de trop près. On cite peu de faits aussi audacieux. Après un voyage rapide (pendant lequel M. Graham semble ne s’être plaint que de la fatigue), Rob-Roy emmena son prisonnier dans une île sur le lac Katrine et le força d’écrire au duc pour lui annoncer que sa rançon était fixée à trois mille quatre cents marcs, cette somme étant le surplus que Mac-Gregor prétendait lui être dû, déduction faite de ce qu’il avait pris.

Néanmoins, après avoir retenu M. Graham cinq ou six jours dans l’île, qui est encore appelée aujourd’hui la prison de Rob-Roy et qui ne devait point être un logement agréable pendant les nuits de novembre, le proscrit, désespérant d’obtenir de plus grands avantages de son entreprise téméraire, laissa son prisonnier partir avec les livres de compte et les reçus des fermiers, prenant bien soin de conserver l’argent. [...]

Ce n’était pas comme déprédateur de profession que Rob-Roy conduisait ses opérations mais bien à titre de suppôt du gouvernement. Suivant la phrase écossaise « il levait le black-mail ». La nature de ces contrats a été décrite dans le roman et dans les notes de Waverley. Le portrait que M. Graham Gartmore trace de Rob-Roy trouve ici naturellement sa place.

La confusion et les désordres du pays étaient si grands et le gouvernement si négligent que les gens tranquilles étaient obligés d’acheter leur sûreté par les honteux contrats du black-mail. La personne qui entretenait des rapports avec les déprédateurs assurait les terres contre leurs incursions, moyennant une certaine rente annuelle ; elle employait une partie de ces fonds à recouvrer les bestiaux volés, une autre à payer ceux qui les volaient afin de rendre nécessaire le contrat du black-mail. Les domaines des gentilshommes qui se refusent à ce pacte sont livrés au pillage afin de forcer ces propriétaires à rechercher protection. Les chefs s’appellent capitaines du guet, et leurs bandits prennent le même nom. Ce titre leur donne une espèce d’autorité pour traverser le pays et leur accorde la facilité de commettre tout le mal possible. Ces troupes, dans toute l’étendue des Hautes-Terres, forment un corps considérable d’hommes habitués dès leur enfance aux plus grandes fatigues, et très capables, lorsque l’occasion s’en présente, de faire l’office de soldats. [...]

Ce fut peut-être vers la même époque que, par une marche rapide dans les montagnes de Balquhidder, à la tête d’un corps de ses propres fermiers, le duc de Montrose surprit Rob-Roy et le fit prisonnier. On le mit en croupe derrière un des gens du duc nommé James Stewart, et on l’attacha autour de cet homme avec une sangle de cheval. James Stewart était le grand-père de l’homme intelligent du même nom qui tenait, il y a peu de temps, une auberge dans les environs du lac Katrine et servait de guide au voyageur dans cette belle et pittoresque contrée. C’est de lui que j’ai appris cette circonstance, longtemps avant qu’il tînt une auberge et lorsqu’il ne servait encore de guide qu’aux chasseurs de gelinottes. C’était le soir (pour finir l’histoire) et le duc était pressé de loger en lieu sûr le prisonnier dont il avait eu tant de peine à s’emparer. En traversant le Teith ou le Forth, j’ai oublié lequel, Rob-Roy saisit l’occasion de conjurer Stewart, au nom de leur ancienne liaison et de leur bon voisinage que rien n’avait jamais troublés, de lui donner quelque chance d’échapper au malheur qui l’attendait. Stewart, touché de compassion, peut-être mû par la crainte, lâcha la sangle et Rob-Roy, glissant de la croupe du cheval, plongea, nagea et se sauva à peu près comme il est dit dans le roman. Lorsque Stewart arriva à terre, le duc lui demanda précipitamment ce qu’était devenu son prisonnier, et comme aucune réponse satisfaisante ne lui était donnée, il soupçonna Stewart d’être de connivence avec le proscrit et tirant un pistolet d’acier de sa ceinture il le renversa d’un coup sur la tête, blessure de laquelle, assurait son petit-fils, il ne s’était jamais entièrement rétabli. Le succès répété de ces fuites heureuses rendit Rob-Roy fanfaron et mauvais plaisant ; il écrivit au duc, en style moqueur, un cartel qui circula parmi ses amis, et dont ils s’amusaient lorsqu’ils étaient à boire. Il est écrit d’une bonne main, l’orthographe et l’histoire n’y sont pas trop maltraitées. Nos lecteurs du sud doivent être avertis que c’était une boutade, un quiz enfin, de la part du proscrit, qui avait trop de sagacité pour proposer réellement une telle rencontre. [...]

Rob-Roy, à mesure qu’il avança en âge, prit des habitudes plus paisibles et son neveu Ghlune Dhu ainsi que la plus grande partie de sa tribu renonça aux querelles avec Montrose, par lesquelles son oncle s’était distingué, la politique de cette grande famille étant alors de s’attacher cette tribu sauvage par la douceur plutôt que de suivre les mesures de violence auxquelles on avait eu en vain recours. Des fermes à une rente modérée furent accordées à plusieurs des Mac-Gregors qui en avaient jadis possédé dans les propriétés des Hautes-Terres du duc mais simplement à titre de jouissance ; et Glengyle (ou Genou Noir), qui continuait d’exercer les droits de collecteur de black-mail, se donnait le titre de commandant de l’armée du guet des Hautes-Terres au service du gouvernement. On dit qu’il s’abstint formellement des déprédations illégales de son parent. Ce fut probablement après que cette tranquillité temporelle eut été obtenue que Rob-Roy songea à ses intérêts spirituels. Il avait été élevé dans la religion protestante et professait depuis longtemps la croyance qu’elle enseigne mais dans ses dernières années il embrassa la foi catholique romaine, peut-être d’après les principes de mistress Cole – c’était une religion consolante pour une personne de sa profession. On dit qu’il allégua comme cause de sa conversion le désir d’être agréable aux membres de la noble famille de Perth alors stricts catholiques. Ayant pris, ajoutait-il, le nom du duc d’Argyle, son premier protecteur, il ne pouvait plus rien faire qui fût digne d’être apprécié par le comte de Perth, si ce n’était d’adopter sa religion. Lorsque Rob-Roy était pressé sur ce sujet, il ne prétendait pas justifier tous les préceptes du catholicisme et reconnaissait que l’extrême-onction lui avait toujours semblé une grande perte d’huile. [...]

Cet exploit fut probablement un des derniers de Rob-Roy. L’époque de sa mort n’est pas connue avec certitude mais on assure généralement qu’il vécut au-delà de l’année 1738 et qu’il mourut âgé. Lorsqu’il s’aperçut que sa fin approchait, il exprima sa contrition sur quelques particularités de sa vie. Sa femme s’étant mise à rire de ces scrupules de conscience et l’exhortant à mourir en homme comme il avait vécu, il lui reprocha la violence de ses passions et les conseils que souvent elle lui avait donnés. « Vous avez semé la brouillerie entre moi et les meilleures gens de ce pays, lui dit-il, et maintenant vous voudriez me rendre l’ennemi de Dieu même. »

Il existe une tradition non incompatible avec la première, si l’on apprécie à sa juste valeur le caractère de Rob-Roy. Sur son lit de mort, il apprit qu’un de ses ennemis demandait à lui rendre visite. « Levez-moi, dit-il ; jetez mon plaid autour de moi, apportez-moi ma claymore, ma dague et mes pistolets : il ne sera jamais dit qu’un ennemi ait vu Rob-Roy Mac-Gregor sans défense et désarmé. » La personne qui avait désiré le voir était un des Mac-Larens dont nous avons déjà fait mention et dont nous reparlerons plus tard ; il entra, fit les compliments d’usage et s’informa de la santé de son formidable voisin. Rob-Roy, pendant cette courte entrevue, conserva, dit-on, une dignité froide, et aussitôt que l’étranger eut quitté sa maison, il dit : « Maintenant tout est fini ; que le joueur de cornemuse fasse entendre l’air ha til mi tulidh (nous ne reviendrons plus). » Et il expira, dit-on, avant que le chant funèbre fût terminé.

Cet homme extraordinaire mourut dans son lit, en sa propre maison, dans la paroisse de Balquhidder ; il fut enterré dans le cimetière de la même paroisse où sa pierre funéraire se distingue seulement par une large épée grossièrement sculptée.

Le caractère de Rob-Roy est un composé de contrastes ; sa sagacité, sa hardiesse, sa prudence, qualités si nécessaires au succès des armes, devinrent en quelque sorte des vices par la manière dont il les employa. Son éducation néanmoins excuse une partie de ses transgressions continuelles contre la loi. Quant à ses tergiversations en politique, il pouvait, à cette malheureuse époque, s’appuyer de l’exemple d’hommes plus puissants et moins excusables que lui, pauvre proscrit, en devenant le jouet des circonstances. D’un autre côté, il pratiqua des vertus d’autant plus méritoires qu’elles semblaient opposées à la position où il s’était placé. Poursuivant la carrière de chieftain pillard, ou, pour nous servir d’une phrase plus moderne, de capitaine de banditti, Rob-Roy fut modéré dans ses vengeances et humain dans ses succès. Sa mémoire n’est chargée d’aucune cruauté et il ne fit répandre le sang que dans les batailles. Ce formidable proscrit était l’ami du pauvre et autant qu’il le pouvait l’ami de la veuve et de l’orphelin. Sa parole était sacrée et il mourut pleuré dans son pays sauvage où les esprits n’étaient pas suffisamment éclairés pour juger sainement de ses erreurs et où il y avait des cœurs reconnaissants de sa bienfaisance. [...]

Walter Scott.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   43

similaire:

Avertissement de la première édition iconSources
«Le texte de la présente édition est conforme à celui de la première édition illustrée par Gustave Doré, Hachette (1863).»

Avertissement de la première édition iconAvertissement au lecteur1
«Mein Kampf» est une édition intégrale ne comportant ni choix ni coupures pouvant masquer certains aspects de l’œuvre de Hitler et...

Avertissement de la première édition iconPremière partie : la grammaire des futurs urbains 14
«Préambule» ou un «Avertissement» à l’adresse du lecteur, exercice convenu mais qui importe particulièrement ici pour nous

Avertissement de la première édition icon… isbn 2-9516161-7-1 Dépôt légal de la première édition : 4ème trimestre...

Avertissement de la première édition iconKarl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, Flammarion, collection...
«à chaud», sans recul historique (février 1852 pour un coup d’État le 2 décembre 1851), pour être publié dans un hebdomadaire. La...

Avertissement de la première édition iconA introduction [Phrases 1-43]
...

Avertissement de la première édition iconRecherche du temps libre Tome 1
«1894 : la naissance du sport-boules» et «1895 : la première assemblée de l’American Bowling Congress», édition Larousse, Paris,...

Avertissement de la première édition iconEmmanuel Ricard
«pas !» se parle, c’est le temps des premières fois : première affirmation, premier refus, première confrontation, première séparation,...

Avertissement de la première édition iconAvertissement

Avertissement de la première édition iconAvertissement






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com