Note d’intention





télécharger 137.59 Kb.
titreNote d’intention
page1/5
date de publication12.05.2017
taille137.59 Kb.
typeNote
h.20-bal.com > loi > Note
  1   2   3   4   5


affiche ferme les yeux
Ce spectacle a reçu l’aide à la production et à la diffusion d’ARCADI,

l’aide à la création du Conseil Général du Var et de la communauté de communes Charenton-St Maurice,

l’aide à la création musicale de la SPEDIDAM.
Il est co-produit par la ville de La Garde et accueilli en résidence par le Pôle Jeune Public du Revest , l’Espace des Arts au Pradet, le Petit T2R de Charenton, le Théâtre de Rungis, le Théâtre du Vésinet, l’Espace 1789 à Saint-Ouen, l’Espace Germinal à Fosses, la MJC de Crépy en Valois et la ville de Morsang-sur-Orge.
Le texte du spectacle est publié aux Editions Les Cahiers de l’Egaré

Note d’intention

 

Les épreuves de la vie seules nous apprennent à apprécier les cadeaux de la vie. Goethe

Le monde ne viendra pas à nous. C’est à nous d’aller vers le monde. José Marti

L’histoire

Adrix et Zeldine se posent des questions sur leur avenir, chacun à leur manière. Elle, beaucoup plus que lui. Ils se retrouvent une fois par semaine, le mercredi. Quand les mères ne se mettent pas en travers du chemin. De toute façon, ils ont leur plan B.

Adrix, le garçon, a été bercé, baby-sitté et gavé de mythologie grecque par sa tante. Très jeune il a, lui aussi, attrapé le virus : il se prend régulièrement pour l’un ou l’autre des héros de l’antiquité, rêve d’aventures épiques.

Zeldine, la fille, souffre d’un étrange mal : La Peur de Rater Sa Vie.

Elle réfléchit et écrit beaucoup – un peu trop selon Adrix -. Elle invente des sondages d’humeur pour aider les autres à se poser des questions. Elle trouve qu’en général ils ne s’en posent pas assez.

Adrix aime Zeldine qui l’aime aussi mais pas exactement comme il voudrait.

Zeldine, obsédée par la question de l’Avenir, délaisse Adrix. Autour d’elle, les profs mettent la pression. En proie à ses doutes, elle croise un garçon sur le quai d’un métro. Un garçon au regard aigre-doux qui lui souffle : « Je crois que je suis en train de rater ma vie. » Cette rencontre la bouleverse. Son mal empire, grignote ses pensées, obscurcit son quotidien.

Et le problème c’est que dans la mythologie, les histoires d’amour se finissent (presque) toujours très mal…

Adrix devra mobiliser tous ses super pouvoirs (et ses copains les Dieux) pour faire mentir la mytho elle-même.

Ferme les yeux et regarde au loin est une plongée dans l’intimité de deux êtres en devenir. Une traversée à deux de cette période délicate de la fin de l’enfance. Epoque où l’on commence à choisir, où l’on envisage l’avenir, où le désir tente de s’exprimer, où le monde intérieur, l’intimité s’étoffent tandis que l’extérieur nous impose ses limites et nous pressurise.

Un texte plein d’humour, de tendresse et de questions existentielles ; l’amour, l’amitié, la construction de soi, l’avenir …

Pour se souvenir aussi qu’on peut rire et réfléchir en même temps.

A consommer à tout âge, sans modération.

Origine

Au départ il y a eu cette rencontre. Puis une commande.

La directrice de collection des Editions Max Milo jeunesse a assisté à l’une des représentations de Moi, dans ma tête j’ai des trous, notre dernière création. Enthousiasmée par ce qu’elle venait de voir, elle m’a proposé l’un des sujets de sa nouvelle collection, les J’veux pas… L’idée lui était venue alors qu’elle travaillait en presse jeunesse. Ses jeunes lecteurs lui envoyaient régulièrement des lettres chargées de questions et de préoccupations existentielles. Il y avait entre autre, la peur de devenir raciste, la peur de grandir, de déménager, du changement… Et aussi la peur de rater sa vie. J’ai bondi. Je savais que ce sujet-là était pour moi.

J’ai grandi avec cette angoisse-là : à l’aube de ma propre mort, regarder en arrière et me dire que j’avais raté ma vie. Pas fait les bons choix. Pas été là au bon moment. Pas rencontré les bonnes personnes. Passée à côté du grand amour (horreur !)

Au quotidien, cette peur-là était singulièrement handicapante : elle m’empêchait de vivre pleinement. Dès que j’étais quelque part, je me demandais sans cesse si Ailleurs l’herbe n’était pas plus verte.. ?.. ou si ma présence était légitime. Légitime aux yeux de qui ? C’est ce que je ne parvenais pas à discerner. Mais cette sensation était si prégnante que, des années plus tard, j’en fis le titre et le thème de mon premier solo.

De l’art d’apprendre à recycler ses peurs …

Enfant, je voyais des présages partout. Je m’aventurais dans une direction et guettais les signes. Personne ne m’avait réellement appris à persévérer. Que le moindre obstacle surgisse, je le prenais pour une preuve évidente que je me trompais de route. Combien de fois ai-je dû changer de chemin!

Je vécus avec cette angoisse jusqu’à l’âge de vingt ans, année où je trouvai enfin la voie qui me correspondait. Là, peu à peu, j’appris la persévérance. Que les obstacles et les épreuves étaient nécessaires (et de toute façon inhérents) à la vie. Qu’ils ne surgissaient pas juste pour le plaisir de me mettre des bâtons dans les roues, pour m’évincer ou parce que je ne faisais pas partie du peuple élu.

Je ne pouvais donc pas choisir une vie sans épreuves ni obstacles puisqu’une telle vie n’existait pas. Un état de fait que je mis des années à accepter pleinement. Là encore on ne m’avait pas prévenu. Longtemps j’ai confondu l’idée d’être heureuse avec l’idée de mener une vie tranquille, sans épreuve. Je sais maintenant que c’est tout le contraire : ces épreuves, qu’elles soient d’ordre intime, personnel ou provenant de l’extérieur, (du regard de l’autre, de la société) me permettent de me construire, de sculpter mon identité propre et de dessiner le chemin sur lequel je suis toujours en marche actuellement.

Je ne pouvais certes pas choisir une vie sans épreuves, mais j’avais un autre choix, celui d’apprendre à les utiliser: en sortir blessée, affaiblie et plaintive ou grandie, plus forte, plus confiante.

Je me souviens aussi de la pression que je ressentais à cette époque –là, pression liée à l’obligation de s’orienter, de faire un choix, le juste choix. Je ne crois pas qu’aujourd’hui la pression a diminué. Au contraire. Et d’une façon ou d’une autre, les enfants, les ados et nous-mêmes, adultes sommes inéluctablement confrontés à ces questions : que faire de sa vie ? Comment réussir sa vie ? Comment (se) construire en restant authentique et fidèle à soi-même ?

Que l’on se pose ces questions de face ou de biais, en les affrontant ou en les niant, un jour ou l’autre, comme Zeldine, on se les pose.

Un compagnonnage qui dure…

Jérôme Pisani (le metteur en scène de la Cie Les Chants de Lames) et moi-même nous retrouvons souvent sur nos choix artistiques. Nous partageons des préoccupations communes: le processus de transformation, d’évolution personnelle. Nous sommes touchés et émerveillés de voir comment la fragilité, la maladie, les faiblesses, les souffrances ou les conditions difficiles peuvent devenir source d’apprentissage, de dépassement et nous permettre de devenir plus heureux, plus sereins.

Comment trouver toujours plus d’espace et de choix au-dedans de soi ? Comment apprendre à aller vers l’autre, pour se révéler toujours un peu plus à soi-même ? Qu’il s’agisse de voyage intérieur, initiatique, d’apprentissage, de dépassement de soi… nous avons envie de raconter ces parcours singuliers.

Ce projet crée en 2008 a été notre troisième collaboration. Suite au plaisir partagé et au succès rencontré lors de nos deux précédentes créations -Ailleurs l’herbe est plus verte.. ?.. et Moi, dans ma tête j’ai des trous- nous sommes heureux de poursuivre le chemin ensemble.

Reste la question essentielle du « comment dire. » Je crois à l’humour, la fantaisie, la légèreté pour aborder les sujets les plus graves. Je crois au ré-enchantement du monde par le biais de l’imaginaire, du rire, du rêve, de la poésie.
  1   2   3   4   5

similaire:

Note d’intention iconNote d’intention et biographie Jean Claude Gallotta P. 8 : Le spectacle...

Note d’intention iconNote d’intention

Note d’intention iconNote d’intention par David Lescot
«nous bâtirons des lendemains qui chantent», ou «nous voulons chasser la guerre pour toujours», ou encore «nous marchons dans la...

Note d’intention iconNote d’intention
«conte de contes», ou chaque récit connu trouve son opéra, et est mis en scène dans une illustration en relief ( pop up/ découpe...

Note d’intention iconNote d’intention
«humain», cela se gagne, cela se perd, cela se crée, cela s’oublie c’est une perpétuelle lutte entre désir et patience, entre contrainte...

Note d’intention iconBiographies de Victor Hugo
«l’intention littéraire et l’intention politique». Mais IL lui faudra encore cinq ans pour se défaire vraiment des «préjugés sucés...

Note d’intention iconNote d’intention
«Aujourd’hui, IL ne reste plus rien ni de la notion que chacun a ou doit avoir que sa fin est proche, ni du caractère de solennité...

Note d’intention iconRaconter l’histoire au cinema
«monteur» vous allez réaliser un court documentaire autour de la guerre de 14-18 en respectant une intention

Note d’intention iconRésumé Le but de cette recherche est de montrer que l’on peut inférer...

Note d’intention iconMémoires en quatre parties retraçant ses carrières successives et...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com