La période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations





télécharger 45.23 Kb.
titreLa période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations
date de publication12.05.2017
taille45.23 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
Le Romantisme

INTRODUCTION

 

La période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations.

Le 18ième siècle est caractérisé par des crises, entre autres, celle de la Révolution Française.

Cette longue crise ne débouchera pas seulement sur des bouleversements politiques, déclenchés par la révolution française, et dont les conséquences rempliront l’histoire du 19ème siècle.

En effet, elle constitue également une crise profonde de la sensibilité esthétique et des formes littéraires, affectant à la fois les contenus et les modes d’expression de la littérature, comme en témoignent les problèmes du théâtre, le vide poétique de l'époque et les développements originaux du genre romanesque.

Le romantisme est l’ensemble des mouvements artistiques et littéraires qui s’épanouissent en Europe au 19ième siècle, sur la base d’un rejet du rationalisme et du classicisme. L’origine du mot « romantisme » provient des caractéristiques de l’art gothique « roman ». Ce mot existait déjà par la ville de Rome et a évolué sémantiquement au cours des siècles. En anglais, le mot «Romantic» signifie « proprement romanesque ».

À la question: "Qu’est-ce que le Romantisme?", Baudelaire, en 1846, répond que le romantisme n’est précisément pas dans le choix des sujets ni dans la vérité exacte, mais plutôt dans la manière de sentir les choses.



 

Sources et origine du Romantisme français

 

Le romantisme apparaît pour la première fois, en anglais, vers 1730. Son influence en France dépassera le genre littéraire proprement dit. Bien que nous puissions situer son âge d'or entre 1829 (avec «Henri III et sa cour », d’Alexandre Dumas (1829); le premier triomphe du théâtre romantique) et 1850, nous pouvons retracer certains traits de sa présence depuis l’époque du théâtre médiéval, avec "Tristan et Iseut", ainsi qu’à la période élisabéthaine du XVI e siècle, où l’on peut discerner d’étroits liens avec la vision théâtrale de Shakespeare, spécifiquement au niveau de la souplesse des règles des trois unités.

 

En conséquence, l’explosion romantique bouleverse l’esprit européen, spécialement en France, et marque de son sceau une importante rébellion contre le classicisme français. Cette coupure avec le classicisme, nettement visible, fait apparaître le romantisme comme une spiritualité et une esthétique de crise, esthétique qui restera dans l’ombre tout au long de l’âge classique, car pour un temps, culture et civilisation avaient trouvé dans le classicisme une sensibilité qui leur convenait.

 

Il n’est guère facile de dater avec précision le début du romantisme français, et d’autant moins aisé de le faire pour son apparition en Allemagne et en Angleterre. Mais nous pouvons en constater des traces plus précises pour la première fois en Allemagne à partir de 1755, un endroit plutôt vierge en matière théâtrale et en courant esthétique. C'est dans ce pays, d'ailleurs, que l'on assiste aux premières représentations du théâtre romantique. Il fut plus difficile d'introduire le romantisme en France, parce que le classicisme français régnait en force à cette époque. Ce courant artistique s’est aussi répandu en Angleterre à la fin du 18ème siècle. Il se déploiera plus tard dans le reste de l’Europe : Espagne, Portugal et Italie.

 

Quelques personnages ont contribué à introduire le romantisme en France.

C'est d'abord à Mme de Staël, expulsée de France à cause de ses idées, puis revenue après la chute de Napoléon Bonaparte en 1828-1829, qu'on accorde le crédit principal d'avoir introduit en France la littérature romantique allemande. Germaine de Staël, Benjamin Constant et Chateaubriand, appartenant à la même génération, font aussi partie des protagonistes de la première explosion du romantisme français.

Par la suite, cette esthétique triomphe grâce aux succès des œuvres de Victor Hugo, d'Alexandre Dumas, d'Alfred de Musset et d'Alfred de Vigny.

 

Le développement culturel du 19ème siècle, en Europe, est donc fortement influencé par l'apparition du Romantisme, dont le style marquant des écrits de Victor Hugo dans son importante "Préface de Cromwell" (1827), "Ruy Blas" (1838), "Les misérables" (1862), "Lucrèce Borgia" et "Marie Tudor" (tous deux datant de 1833),et plus tard  « Cyrano de Bergerac » de Rostand

 

OBJECTIFS DES THÉORICIENS

 

On les appelle les théoriciens du drame, ces créateurs du théâtre romantique. Cette nouvelle vague de penseurs propose le romantisme comme un élan vers un avenir meilleur et renouvelé.
Voulant faire évoluer les gens et les conscientiser à une nouvelle réalité, ils apportent une révolution dans les mœurs sociales, qui, jusque là, n'était peut-être jamais arrivée.
Ce nouveau concept, balayant le passé derrière lui, ouvre la vision du monde à un art moderne et populaire.
Cette nouvelle littérature est une réponse aux besoins des gens pauvres, marginaux et incompris, mais se veut aussi un outil d'enseignement à des valeurs morales plus élevées vis-à-vis les gens de la bourgeoisie, peu importe leur statut. Cette jeune génération d'artistes veut produire un théâtre qui grouille d'action, où se mêlent les rois, les marchands, les femmes légères ou instruites, les paysans et les assassins, un théâtre affirmant que toutes les couches de la société participent à l'histoire, tout en traitant de problèmes actuels.

 

Aux yeux de ces théoriciens, le romantisme est une forme supérieure de l’art qui rejette avec force les modèles antiques du classicisme français. Néanmoins, leur but n’était pas de démolir les valeurs sociales existantes, mais de présenter au peuple des œuvres qui tiennent compte de leurs habitudes de vie et de leurs croyances, tout en leur donnant le plus de plaisir possible. Stendhal, par exemple, dans son désir de répondre aux idéaux du peuple, développe bien ce concept dans l'une de ces œuvres: "Racine et Shakespeare".

Il y traite, à l'intérieur d'une tragédie moderne, des événements récents, susceptibles d'intéresser toute la foule.

 

Nature et forme de la fable (structure Spatio-temporelle )

 

Dans sa conception théâtrale, le romantisme s’enracine dans un tableau plus large et plus original de la vie, laissant libre court à l'imagination et la créativité. Dans son exécution, il fait chevaucher un style mixte, familier, romantique, comique, tragique et parfois épique.

 

C'est au nom de cette liberté que plusieurs écrivains romantiques refusent, comme avaient commencé à le faire Diderot et Mercier avec le théâtre postclassique, les règles du classicisme français, soulignant l'incohérence qu'elles engendrent. Pour Stendhal, le théâtre est une tragédie en prose qui peut durer plusieurs mois et se passer en divers lieux.

Hugo ajoute que les règles d'unité de temps (24 heures) et de lieu (un endroit) ne contribuent en rien au plaisir du spectateur, ni à produire une émotion profonde et un véritable effet dramatique.

Il souligne que ces deux unités engendrent souvent des situations invraisemblables, et que toute action peut démontrer une durée variable et se dérouler en plusieurs lieux.

 

Dans ce même ordre d'idée, les romantiques proposent de faire confiance au spectateur qui sait bien faire la différence entre le réel et l'imagination, ne s'attendant pas à une représentation fidèle de la réalité. Pour convaincre le public français, Hugo dira que si nous arrivons à croire aux meurtres et aux trahisons sur scène comme quelque chose de réel, cela cesserait de nous causer du plaisir instantanément.

 

Pour ce qui est de la représentation de son œuvre, l'écrivain vise à faire comprendre au public tout le cheminement du personnage, plutôt que de mettre uniquement l'accent sur le point culminant de l'intrigue. L'expansion de la durée de l'action s’avère désormais nécessaire à la maturation des personnages. La multiplicité des lieux devient utile pour démontrer plusieurs facettes des personnages en les plaçant dans différentes situations.

Cependant, dans certaines circonstances, des changements de décor entre deux actes, voir même des modifications à vue au milieu de l’acte, deviennent nécessaires, entraînant certaines contraintes.

L'unité d'action subit, elle aussi, une certaine transformation.

L'attention n'est plus placée uniquement sur l'action principale, mais également sur les péripéties secondaires qui y conduisent. Cette unité évoluera vers un nouveau concept: celui de l'unité d'ensemble, devenant conséquemment la loi de perspective du théâtre.

 

Dans cette optique, nous assistons à une diversité poétique incontournable. Les œuvres romantiques passent de la comédie à la tragédie, du sublime au grotesque, du profond au superficiel, du positif au négatif, dans un style parfois lyrique, tantôt épique ou dramatique, à travers lesquels nous pouvons discerner un retour aux sources, à la spiritualité, à la nature et à l'évolution des personnages.

 

Passage du sublime au grotesque

 

Le passage du sublime au grotesque est une caractéristique importante dans l'entreprise romantique. Hugo présente, dans sa préface de Cromwell, sa théorie des trois âges, mettant en évidence l'évolution de l'homme et les enjeux du paradoxe humain. Il compare les temps primitifs (naissance du monde et beauté de la création) à la naissance et l’enfance de l'humanité.

Il poursuit en disant que les temps antiques (apparition des cités, des périodes de guerres et de la période épique) sont comparables à l'adolescence, période plus ou moins rebelle, marquée par une recherche d'identité.

Finalement, il nous rappelle l'apparition du christianisme comme une période de conscientisation de la double nature de l’être humain, afin de nous démontrer le lien intime existant entre le corps et l’âme.

Donc, dans les scènes théâtrales, le grotesque fait apparaître cette dualité, rendant le personnage plus vrai, plus réel et plus humain.

Il a comme propriété de libérer le corps des interdits qui pèsent contre lui. Toutefois, peut-être trop utilisé, il s’assombrira avec le temps, suscitant un rire grinçant de moins en moins partagé par les Français, un peu trop lugubre, réveillant la solitude de l’âme.

 

Style et langue du texte dramatique

 

En ce qui concerne le niveau de langue, les romantiques gardent le caractère noble du langage théâtral classique. Malgré cela, toujours au nom de la liberté, Stendhal apporte la conception d'une "tragédie en prose", manière de s'exprimer qui n'est soumise à aucune règle du vers régulier; car malgré sa beauté, le vers devient au théâtre un vil artifice si l'on n'accorde pas d'importance au contenu.

 

Musset, Vigny et Rostand écrivent aussi leur théâtre en prose, mettant davantage en valeur le côté humain du personnage. Malgré cette différence, on conserve tout de même le vers, qui deviendra un vers moderne.

Lamartine et Hugo, quant à eux, prônent l’alexandrin.

Hugo utilisera un vers libre, franc et loyal, osant tout dire, sans pudeur ni censure.

 

Types de personnages et rôle du spectateur

 

Le théâtre romantique forme de nouveaux acteurs, oubliant qu'ils jouent sur scène, favorisant le contact avec le public et jouant près d'eux ou parmi eux.

Dans leurs paroles et leurs gestes, les acteurs sont considérés comme des créatures de Dieu, avec leurs vertus, leurs passions et leurs faiblesses, et non comme des héros guindés, réfléchis, sentencieux et modérés.

Le héros romantique incarne régulièrement une personnalité angoissée et idéaliste, pure au fond de son cœur, mais souillée par une vie de débauche; un personnage trop individualiste pour faire partie d'un grand projet de société, mais trop passionné pour se taire et rester immobile.

 

Contrairement aux écrivains classiques, les écrivains romantiques développent des personnages authentiques; rien de ce qui constitue leur individualité et leur personnalité n'est enlevé. En conséquence, nous assistons à un élargissement de la vison du théâtre et de son personnage.

On retrouve régulièrement sur scène des héros historiques, non pour en montrer leur gloire, mais plutôt pour faire comprendre le contexte historique qui s'y rattache.

De cette manière, le spectateur est en mesure de mieux comprendre la situation sociopolitique dans laquelle il vit.

 

Les réactions face au théâtre romantique varient d'un pays à l'autre. En Allemagne, par exemple, comme le théâtre était peu développé et ne comptait que peu d'influences extérieures, l’intérêt du public s'en trouvait plus aiguisé et plus soutenu. Alors qu’en France, la présence du classicisme au XIX e siècle est encore trop forte et le peuple trop conservateur pour accepter ces nouvelles idées.

Les partisans du classicisme vont parfois huer les acteurs à cause de scènes d'ivresse, de violence, de meurtres, de grandes passions démesurées, de paroles grossières ou du fait que les règles de bienséance théâtrale ne sont pas respectées.

 

Finalement, nous pouvons distinguer trois types d'auditeurs se partageant le spectacle, en proie à différentes attentes. Premièrement, les femmes, aisément bouleversées par la passion, recherchent un plaisir qui touche le cœur.

Ensuite, les penseurs, intéressés par l'étude des caractères, veulent que la pièce satisfasse leur esprit. En troisième lieu, la foule, avide d'action, espère que la représentation leur en mettra plein la vue.

 

La scénographie et ses différentes composantes

 

À l’époque du romantisme, dans des pays comme l’Angleterre et la France, les salles de spectacle destinées à la représentation théâtrale existaient déjà. À simple titre indicatif, à Londres, au 19e siècle, on comptait 61 théâtres, alors qu’en France, le nombre se situe à environ 31.

Dans des régions où ces salles n’existaient pas, on en fit construire, allant de simples salles momentanément aménagées pour certaines représentations à de véritables salles de spectacle.

 

Bien que le nombre de salles de spectacle soit assez considérable, on exerce toujours une censure sur les pièces écrites par les dramaturges.

On note que plusieurs théâtres sont menacés de fermeture à cause, justement, du détournement que certains auteurs font de cette censure.

Pour ce qui est de la condamnation provenant de l’Église, elle se fait de moins en moins sentir. Malgré cette « nouvelle » liberté, qui demeure toutefois bien contrôlée, les comédiens doivent continuer à se battre quant à leur métier, pour ainsi obtenir la même reconnaissance que tout autre travailleur.

 

Pour ce qui est des salles dont on dispose pour les drames romantiques, elles sont d’architecture classique, soit construite à l’italienne, puisque c’est le classicisme qui précédait et qui se faisait encore sentir à cette époque.

Malgré cela, quelques changements apparaissent : on pouvait maintenant entrer dans la salle de toute part et les comédiens pouvaient se retrouver dans le public.

On tentera certes quelques petites innovations techniques en ce qui concerne la salle, mais rien de précis qui correspondrait au romantisme. Quant au style gothique et troubadour, leur influence demeure de moindre importance.

 

Un des changements importants que l’on note est l’installation de bancs au parterre.

Comme on le sait, en France, les gens du peuple demeuraient debout au parterre, pendant que les gens de plus haute classe avaient des places assises dans des gradins.

On décida donc d’innover pour mieux traiter et mieux placer ceux qui paient le moins.

C’est donc en 1792 que sont installés des bancs à la Comédie-Française, puis dans les autres théâtre. Certes, cette nouvelle innovation ne va pas sans influencer les auteurs, ceux-ci protestant qu’on leur vole leur parterre.

Il faut alors comprendre qu’il devait y avoir plus de dynamisme et de réactions au parterre lorsque les gens demeuraient debout plutôt qu’assis.

 

Du côté des perfectionnements techniques, ils demeurent peu nombreux, sauf en ce qui concerne l’éclairage. En effet, on commence tranquillement à remplacer les quinquets (sorte de lampe à l’huile) par l’éclairage au gaz.

Mais cette nouvelle utilisation se fera davantage sentir vers la fin de l’époque romantique, démontrant quelques points négatifs à ses débuts. L’art de la machine s’étant grandement développé au siècle précédent, et on continuera sensiblement à utiliser les mêmes techniques à ce niveau au 19e siècle.

 

Quant à la diction et au jeu, c’est le style français qui prédomine à l’époque, grâce au classicisme. Le but, pour les pays autres que la France, est donc d’essayer de se dégager de ce style.

Mais en France, les acteurs étant formés selon le style de diction et de jeu français, il demeurait plus difficile de représenter les nouveaux personnages du romantisme, l’influence classique demeurant encore assez importante. Il devient donc facile d’établir une opposition entre le jeu des Français et celui des Anglais.

Par exemple, alors que les Anglais n’éprouvent aucune retenue à user de pantomimes, à passer du ton familier au grand ton, à porter une attention moindre à la rampe, les Français, eux, adoptent plutôt un ton soutenu, un port noble et jouent face au public.

 

Bien que ces critères demeurent primordiaux pour les pièces françaises, on se permet certaines libertés lorsqu’il s’agit de représenter des pièces anglaises ou allemandes en France. En effet, lorsque l’on présente des pièces étrangères sur la scène française, les comédiens tentent d’adopter le style de jeu du pays d ‘origine de la pièce, ce que le public apprécie. Mais cette liberté est d’abord uniquement acceptée lors de représentations de pièces non-françaises. Donc, en dehors des pièces étrangères, les acteurs français ne se risquent pas à ne pas jouer « à la française », d’où les difficultés constantes entre eux et les nouveaux auteurs.

 

Du côté de la mise en scène des pièces, ce sont les auteurs qui y veillent. On hésite entre la représentation fidèle de la réalité et l’évocation du rêve lorsque l’on procède à la mise en scène. Souvent, c’est le réalisme qui l’emporte, même si Hugo avait pourtant fait cette mise en garde : « La vérité de l’art ne saurait jamais être la vérité absolue ».

Malgré cela, on peut constater que plusieurs auteurs croient fermement que l’on doit créer l’illusion de l’idéal, et que c’est pour cette raison que le théâtre existe. Les didascalies demeurant très minutieuses à l’intérieur du texte théâtral, cela nécessite une étroite collaboration entre les écrivains et les artistes, déjà liés d’amitié. Il est à noter que le mélodrame, et par conséquent la pantomime, ont joué un rôle important, car ces styles de représentation ont grandement influencé le drame romantique.

 

Concernant les décors, on développe un certain goût pour le spectacle optique, ce qui dépaysait l’espace et le temps. On y retrouve notamment les effets en trompe-l’œil et les jeux d’éclairage sur une surface peinte. On développe un goût tout aussi grand pour le trucage, tels des éclairages multicolores, des effets de glace, des apparitions inattendues, etc.

 

Bien que toutes ces innovations connaissent un réel succès, il est à noter qu’en France, le manque de financement vient nuire à leur développement, restreignant le metteur en scène et le costumier. Si bien que parfois, on réutilise les mêmes costumes pour des pièces différentes. Comme c’était la libre imagination de l’auteur qui prédominait à l’époque romantique, on en déduit que les costumes allaient aussi dans ce sens, suivant l’imagination de l’auteur. Avec la fin de la période romantique, on assiste au commencement du règne du metteur en scène.

 

CONCLUSION

 

Malgré les oppositions auxquelles il fait face, le romantisme atteint une dimension d'universalité et une grandeur qui l'immortalise. L'esprit de contradiction, très développé dans cette esthétique théâtrale, fait entrer l'être humain dans une relation plus profonde et plus vraie avec lui-même et avec ses semblables.

Où qu’il soit apparu, le romantisme se caractérise par le libre cours donné à l’imagination et à la sensibilité individuelle, qui, le plus souvent, traduit un désir d’évasion et de rêve.

En réaction au classicisme français, cette esthétique plutôt rationnelle et impersonnelle qui avait marquée toute l’Europe, les romantiques retournent à des sources poétiques d'inspiration nationale et spirituelle ancrées l'une dans l'autre; ils créent un art politique qui s'épanouit avec le peuple.

Investis d'une haute fonction morale, les romantiques espèrent développer sur scène des contenus pleins de leçons et de conseils.

Ils jouent un rôle d'enseignement et d'éducation vis-à-vis le peuple, et s'attribuent un double but: rendre à l'art et à la société sa liberté.

À travers ces constantes (réveil de la poésie lyrique, rupture avec les règles et les modèles, retour à la nature, recherche de la beauté dans ses aspects originaux et particuliers), la nation est invitée à laisser éclater son génie propre.

 

BIBLIOGRAPHIE

 

BORIE, Monique, Martine de Rougemont et Jacques Scherer, Esthétique théâtrale, Textes de

Platon à Brecht, Éditions C.D.U. et SEDES réunis, France, 1982.

 

CAMBIEN, Michel, Victor Hugo: Préface de Cromwell, Librairie Larousse, France, 1971.

 

CORVIN, Michel, Dictionnaire Encyclopédique du théâtre, Paris, Bordas 1991.

 

DUMUR, Guy (sous la direction de), Histoire des spectacles, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1965.

 

HUBERT, Marie-Claude, Les grandes théories du théâtre, Paris, A. Colin, 1998.

 

RAPPENEAU, Jean-Paul. Cyrano de Bergerac, [vidéocassette], Paris, 1990, 138 minutes.

similaire:

La période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations iconLa Renaissance, c'est cette période dans l'histoire de l'humanité...

La période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations iconLa medecine monastique dans l’occident medieval
«médecine monastique» comme une médecine pratiquée par des moines dans ou à partir d’un monastère. Elle eut son apogée du ixe siècle...

La période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations iconLe Moyen Âge couvre la période historique qui s'étend du V

La période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations iconThème 1 – Les grandes innovations scientifiques et technologiques...
«espace vital». Le régime se caractérise par la suppression des libertés, l’omniprésence de la police et du parti unique, la terreur,...

La période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations iconCM1b histoire des Arts et Arts Visuels Par période Période 1
«actuelle» à la manière des frères Limbourg et fabriquer un calendrier complet avec les œuvres de la classe

La période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations iconDate importante dans l’histoire allemande 1848
Mars 1848) période qui va de 1815 (Congrès de Vienne) à 1848 (printemps des peuple), période à la fois de censure (décidée dans l’ensemble...

La période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations iconLa table des matières
«titre 1» contient une hiérarchie de niveau 1 qui correspond aux titres de grandes parties (I., II., III etc.), le style «titre 2»...

La période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations iconLa guerre 1914 –1918
«Qui peut me rappeler à quelle période nous nous situons ? Quels sont les repères que nous connaissons déjà ?»

La période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations iconDevoir n°2 d’histoire
«Berthe au grand pied», Pépin a deux fils : Charles et Carloman. Très vite l'aîné Charles s'impose et annonce son style, IL se fera...

La période s’étendant de 1790 à 1914 correspond à l’âge des découvertes et des innovations iconI – le role, la participation des femmes dans la revolution francaise
«Essai sur l’admission des femmes au droit de cité», juillet 1790, extrait de Bosc, Les Voix de la Révolution, Documentation française,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com