Littérature russe grigori Danilevski (Данилевський Григорій Петрович) 1829 1890 moscou en flammes scènes de l’année terrible (Сожженная Москва) 1885 Traduction anonyme, parue sous le titre «L’Incendie de Moscou»





télécharger 0.83 Mb.
titreLittérature russe grigori Danilevski (Данилевський Григорій Петрович) 1829 1890 moscou en flammes scènes de l’année terrible (Сожженная Москва) 1885 Traduction anonyme, parue sous le titre «L’Incendie de Moscou»
page1/46
date de publication12.05.2017
taille0.83 Mb.
typeLittérature
h.20-bal.com > loi > Littérature
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46





LA BIBLIOTHÈQUE RUSSE ET SLAVE


LITTÉRATURE RUSSE —

Grigori Danilevski

(Данилевський Григорій Петрович)

1829 – 1890

MOSCOU EN FLAMMES

SCÈNES DE L’ANNÉE TERRIBLE

(Сожженная Москва)


1885

Traduction anonyme, parue sous le titre « L’Incendie de Moscou » dans la Bibliothèque universelle et revue suisse, 1887, puis en volume, Paris, Perrin et Cie, 1896.
TABLE

I 4

II 7

III 13

IV 18

V 22

VI 27

VII 31

VIII 35

IX 44

X 52

XI 58

XII 65

XIII 72

XIV 79

XV 91

XVI 97

XVII 103

XVIII 108

XIX 115

XX 122

XXI 128

XXII 134

XXIII 140

XXIV 146

XXV 152

XXVI 160

XXVII 166

XXVIII 173

XXIX 181

XXX 187

XXXI 197

XXXII 202

XXXIII 210

XXXIV 215

XXXV 218

XXXVI 225

XXXVII 234

XXXVIII 241

XXXIX 246

XL 254

XLI 260

XLII 266

XLIII 275

XLIV 281

XLV 289

XLVI 298

XLVII 305



I


Jamais on ne s’était autant amusé à Moscou que dans les premiers mois de la terrible année « Douze. » Les bals succédaient aux bals, entremêlés de promenades, de concerts, de mascarades. Un grand souffle amoureux semblait passer sur Moscou. Beaucoup d’aventures galantes, enlèvements, fuites du toit paternel, duels, avaient eu lieu dans la société où brillaient à cette époque tant de remarquables beautés.

Le mois de mai touchait à sa fin. Malgré l’apparition de la comète et les bruits incessants de rupture probable avec Napoléon, personne ne croyait à la guerre, personne ne s’en préoccupait.

Dans une des riches maisons du quartier des Étangs-des-Patriarches, chez la veuve sexagénaire d’un général de brigade, la princesse Schéleshpansky, il y avait ce soir-là une réunion nombreuse. On fêtait la naissance du premier arrière-petit-fils de la princesse. L’année précédente, par une journée non moins belle, on avait célébré, dans une des propriétés de la princesse, à Lioubanovo, les noces de l’aînée de ses petites-filles, Xénia Valerianovna Kramaline avec Ilia Borisovitch Trapinine, secrétaire au sénat de Moscou et employé de la direction des théâtres.

En fêtant avec éclat le baptême du nouveau-né, la princesse avait encore un motif pour désirer qu’on se réjouît autour d’elle. La seconde de ses petites-filles, la fière et sérieuse Aurore Kramaline, était à la veille de se fiancer avec Vassili Alexévitch Pérovsky, officier du grand état-major, en congé à Moscou. La cour assidue qu’il faisait à Aurore agréait à la vieille princesse. Vassili avait été présenté à Aurore au dernier des bals d’hiver par le mari de sa sœur Ilia Trapinine, son ami et camarade d’études.

La plupart des invités de la princesse avaient pris congé ; il ne restait plus que quelques parents et quelques intimes, parmi ceux-ci un ancien ami de la maison, le comte Rostopchine, qui venait d’être nommé commandant en chef de Moscou.

C’était un homme de haute taille, portant légèrement la cinquantaine, les yeux noirs, très vifs, le front large et ouvert, le visage encadré d’étroits favoris : il parlait haut, et criait même quand il s’animait. Il avait su avant personne que l’adorateur d’Aurore était le fils naturel d’un grand seigneur de l’Ukraine, le ministre de l’instruction publique : la princesse, elle, n’en soufflait mot. En prenant congé de celle-ci, Rostopchine lui désigna d’un sourire Vassili Pérovsky, et dit à demi-voix :

— Votre petite-fille a tort de tant tarder ; le soupirant est acceptable, vous devriez trancher la question.

— Pourquoi se presser, comte ? Aurore a dix-huit ans à peine, et puis le carême approche et le congé du jeune homme va expirer... Il promet de nous revenir après l’Assomption ; si nous sommes encore de ce monde, nous célébrerons à la fin d’août les accordailles.

— Vous nous inviterez, princesse, — pourtant ne laissez pas l’affaire traîner en longueur pour nos amoureux... Vous savez bien qu’on parle de guerre !

— Mais où donc est ce Napoléon ? repartit la princesse ; il y a bien du chemin de lui à nous ! D’ailleurs, ne sommes-nous pas sous la garde des saints protecteurs de Moscou ? Et puis nous nous reposons sur votre habileté, monsieur le comte.

Rostopchine se ganta et allait se retirer, mais tout à coup il reprit sa place auprès de la princesse, en fronçant le sourcil.

— Saurais-tu quelque chose de nouveau ? lui demanda Anna Arcadievna.

Rostopchine fit un signe affirmatif. La princesse défaillait.

— Parle, mon cher, parle, répétait-elle éperdue en fouillant dans son réticule pour en tirer un flacon de sels anglais.

— Ce n’est ni le lieu ni le moment, dit le comte ; je repasserai demain.

— Non, dis-le-moi ce soir même ! ne me fais pas languir : tu sais que je suis une poltronne...

— Mais ce soir vous aurez du monde, on jouera au boston et vous savez que je déteste les cartes.

— Ne dis pas de mal des cartes ! rappelle-toi le mot de Talleyrand... À ce soir donc, je serai seule.

— Je tâcherai de revenir.

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   46

similaire:

Littérature russe grigori Danilevski (Данилевський Григорій Петрович) 1829 1890 moscou en flammes scènes de l’année terrible (Сожженная Москва) 1885 Traduction anonyme, parue sous le titre «L’Incendie de Moscou» iconDans le cadre d’une série de manifestations consacrées aux Journées...
«les potentialités touristiques de la ville de Moscou» le 10 juin à Nice (France)

Littérature russe grigori Danilevski (Данилевський Григорій Петрович) 1829 1890 moscou en flammes scènes de l’année terrible (Сожженная Москва) 1885 Traduction anonyme, parue sous le titre «L’Incendie de Moscou» iconLittérature russe léon Tolstoï (Толстой Лев Николаевич) 1828 1910...
«Un homme pleurait» : traduction de Th. Tutchev et Ch. Salomon parue dans la Revue de Paris, 1er novembre 1923

Littérature russe grigori Danilevski (Данилевський Григорій Петрович) 1829 1890 moscou en flammes scènes de l’année terrible (Сожженная Москва) 1885 Traduction anonyme, parue sous le titre «L’Incendie de Moscou» iconRecherche Titre
«Le chien d’or» [traduction de Pamphile Lemay], L'Étendard, 29 août 1884 16 février 1885

Littérature russe grigori Danilevski (Данилевський Григорій Петрович) 1829 1890 moscou en flammes scènes de l’année terrible (Сожженная Москва) 1885 Traduction anonyme, parue sous le titre «L’Incendie de Moscou» iconTraductrice français/anglais→russe, russe→français : cv
«Le Monde diplomatique en bande dessinée», traduction de l’album, pour le Festival BoomFest, édition 2011

Littérature russe grigori Danilevski (Данилевський Григорій Петрович) 1829 1890 moscou en flammes scènes de l’année terrible (Сожженная Москва) 1885 Traduction anonyme, parue sous le titre «L’Incendie de Moscou» iconAnquetil histoire de France Paris, 1829 -1829 -13 volumes in-8 demi-chagrin...

Littérature russe grigori Danilevski (Данилевський Григорій Петрович) 1829 1890 moscou en flammes scènes de l’année terrible (Сожженная Москва) 1885 Traduction anonyme, parue sous le titre «L’Incendie de Moscou» iconL’annee balzacienne en ligne
«Scénographie de la mort dans les ‘Scènes de la vie privée’», L’Année Balzacienne, Presses Universitaires de France, 2001, nr 2,...

Littérature russe grigori Danilevski (Данилевський Григорій Петрович) 1829 1890 moscou en flammes scènes de l’année terrible (Сожженная Москва) 1885 Traduction anonyme, parue sous le titre «L’Incendie de Moscou» iconDictionnaire du dopage sport par sport jeux de sociéTÉ
En 1925, après le grand tournoi de Moscou, trois psychologues soviétiques (N. Diakov, E. Petrovski et P. Rudik) ont essayé de cerner...

Littérature russe grigori Danilevski (Данилевський Григорій Петрович) 1829 1890 moscou en flammes scènes de l’année terrible (Сожженная Москва) 1885 Traduction anonyme, parue sous le titre «L’Incendie de Moscou» iconL’europe et le monde domine (1850-1939)
«drapeau mis à part, l’Argentine est avant 1914, une colonie britannique» écrit R. Rémond, à la Russie où les Européens détiennent...

Littérature russe grigori Danilevski (Данилевський Григорій Петрович) 1829 1890 moscou en flammes scènes de l’année terrible (Сожженная Москва) 1885 Traduction anonyme, parue sous le titre «L’Incendie de Moscou» iconLittérature & illustrés xixe : 71 107
«Bible de Mons» dans la traduction de Le Maistre, de Sacy et Arnauld, dont la première édition chez Gaspard Migeot parut en 1667...

Littérature russe grigori Danilevski (Данилевський Григорій Петрович) 1829 1890 moscou en flammes scènes de l’année terrible (Сожженная Москва) 1885 Traduction anonyme, parue sous le titre «L’Incendie de Moscou» iconLa France et les Français en Russie (1789-1917)
«La France et les Français en Russie : guide de recherche dans les centres d’archives d’État de la Fédération de Russie à Moscou...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com