Renard se promène le nez au vent pendant que Renarde et ses petits se meurent de faim à la maison. Lui aussi a le ventre creux. Quel froid! Tout est gelé





télécharger 58.13 Kb.
titreRenard se promène le nez au vent pendant que Renarde et ses petits se meurent de faim à la maison. Lui aussi a le ventre creux. Quel froid! Tout est gelé
date de publication16.10.2016
taille58.13 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos

La ruse de Renard

Renard se promène le nez au vent pendant que Renarde et ses petits se meurent de faim à la maison. Lui aussi a le ventre creux. Quel froid! Tout est gelé, couvert de neige. Rien à chasser, rien à manger...

Tout à coup, le vent apporte, avec le bruit d'une charrette, une délicieuse odeur de poisson. C'est la charrette des poissonniers. Ces derniers se rendent à la ville pour vendre leur poisson.

Des poissons! Renard en voudrait bien une part pour Renarde, ses petits et pour lui. Renard est très rusé. Il a alors une idée : il se couche au milieu du chemin.

Les marchands arrivent près de lui :

Regarde! Devant... là, en travers du chemin, dit un des poissonniers, on dirait un renard! Oh, dit l'autre. On dirait qu'il est mort. Allons voir.

Ils sautent à terre, s'approchent, retournent Renard, le pincent. Renard ne bouge ni ne respire.

Il est mort, dit le premier.

La belle fourrure, dit le second. Ça vaut de l'argent! Emportons-le.

Les hommes prennent la bête et la jettent sur leurs paniers dans la charrette. Puis ils se remettent en route, heureux et riant de l'aubaine.

Le cheval trotte. Les roues grincent. Les poissonniers chantent à tue-tête. Renard, lui, pendant ce temps, travaille des mâchoires. Hap ! hap ! hap ! Il avale vingt harengs sans respirer. Il s'attaque aux soles, aux aiglefins et aux morues. Il se régale et les dévore jusqu'à ce qu'il ait le ventre plein.

Pourtant, il plonge encore une fois la tête dans le panier. Il en retire... trois grosses anguilles grasses et dodues! II les met autour de son cou. Et tandis que la charrette roule, cahote et grince, Renard saute sur la route en criant :

Les anguilles sont à moi! Gardez le reste, poissonniers!

Ah! Quelle surprise! Quelle colère aussi! Les deux hommes sont furieux. Ils hurlent et se disputent. Renard s'en moque et disparait dans la forêt. Le voilà loin déjà. Bien malin qui trouverait le chemin de sa tanière!

Renarde et Renardeaux lui font fête quand il arrive chez lui, le dos chargé d'anguilles grasses et dodues!

Document préparé par Marie-Ève Bédard à partir d’une étude de cas faite par Line Laplante (1999)
Comment Renart fit rencontre des Marchands de poisson, et comment il eut sa part des harengs et des anguilles. Souce : le roman de Renard, texte anonyme du Moyen Âge

Renart, on le voit, n’avait pas toujours le temps à souhait, et ses entreprises n’étaient pas toutes également heureuses. Quand le doux temps d’été faisait place au rigoureux hiver, il était souvent à bout de provisions, il n’avait rien à donner, rien à dépendre : les usuriers lui faisaient défaut, il ne trouvait plus de crédit chez les marchands. Un de ces tristes jours de profonde disette, il sortit de Maupertuis, déterminé à n’y rentrer que les poches gonflées. D’abord il se glisse entre la rivière et le bois dans une jonchère, et quand il est las de ses vaines recherches, il approche du chemin ferré, s’accroupit dans l’ornière, tendant le cou d’un et d’autre côté. Rien encore ne se présente. Dans l’espoir de quelque chance meilleure, il va se placer devant une haie, sur le versant du chemin : enfin il entend un mouvement de roues. C’était des marchands qui revenaient des bords de la mer, ramenant des harengs frais, dont, grâce au vent de bise qui avait soufflé toute la semaine, on avait fait pêche abondante ; leurs paniers crevaient sous le poids des anguilles et des lamproies qu’ils avaient encore achetées, chemin faisant.

À la distance d’une portée d’arc, Renart reconnut aisément les lamproies et les anguilles. Son plan est bientôt fait : il rampe sans être aperçu jusqu’au milieu du chemin il s’étend et se vautre, jambes écartées, dents rechignées, la langue pantelante, sans mouvement et sans haleine. La voiture avance ; un des marchands regarde, voit un corps immobile, et appelant son compagnon : « Je ne me trompe pas, c’est un goupil ou un blaireau. — C’est un goupil, » dit l’autre ; « descendons emparons-nous-en, et surtout qu’il ne nous échappe. » Alors ils arrêtent le cheval, vont à Renart, le poussent du pied, le pincent et le tirent ; et comme ils le voient immobile, ils ne doutent pas qu’il ne soit mort. « Nous n’avions pas besoin d’user de grande adresse ; mais que peut valoir sa pelisse ? — Quatre livres, » dit l’un. « — Dites cinq » reprend l’autre, « et pour le moins ; voyez sa gorge, comme elle est blanche et fournie ! C’est la bonne saison. Jetons-le sur la charrette. »

Ainsi dit, ainsi fait. On le saisit par les pieds, on le lance entre les paniers, et la voiture se remet en mouvement. Pendant qu’ils se félicitent de l’aventure et qu’ils se promettent de découdre, en arrivant, la robe de Renart, celui-ci ne s’en inquiète guères ; il sait qu’entre faire et dire il y a souvent un long trajet. Sans perdre de temps, il étend la patte sur le bord d’un panier, se dresse doucement, dérange la couverture, et tire à lui deux douzaines des plus beaux harengs. Ce fut pour aviser avant tout à la grosse faim qui le travaillait. D’ailleurs il ne se pressa pas, peut-être même eut-il le loisir de regretter l’absence de sel ; mais il n’avait pas intention de se contenter de si peu. Dans le panier voisin frétillaient les anguilles : il en attira vers lui cinq à six des plus belles ; la difficulté était de les emporter, car il n’avait plus faim. Que fait-il ? Il aperçoit dans la charrette une botte de ces ardillons d’osier qui servent à embrocher les poissons : il en prend deux ou trois, les passe dans la tête des anguilles, puis se roule de façon à former de ces ardillons une triple ceinture, dont il rapproche les extrémités en tresse. Il s’agissait maintenant de quitter la voiture ; ce fut un jeu pour lui : seulement il attendit que l’ornière vînt trancher sur le vert gazon, pour se couler sans bruit et sans risque de laisser après lui les anguilles.

Et cela fait, il aurait eu regret d’épargner un brocart aux voituriers. « Dieu vous maintienne en joie, beaux vendeurs de poisson !, » leur cria-t-il. « J’ai fait avec vous un partage de frère : j’ai mangé vos plus gros harengs et j’emporte vos meilleures anguilles ; mais je laisse le plus grand nombre. »

Quelle ne fut pas alors la surprise des marchands ! Ils crient : Au Goupil, au Goupil ! mais le goupil ne les redoutait guères : il avait les meilleures jambes. « Fâcheux contre-temps ! » disent-ils, « et quelle perte pour nous, au lieu du profit que nous pensions tirer de ce maudit animal ! Voyez comme il a dégagé nos paniers ; puisse-t-il en crever au moins d’indigestion ! »

« Tant qu’il vous plaira, » dit Renart, « je ne crains ni vous ni vos souhaits. » Puis il reprit tranquillement le chemin de Maupertuis. Hermeline, la bonne et sage dame, l’attendait à l’entrée ; ses deux fils, Malebranche et Percehaye, le reçurent avec tout le respect qui lui était du, et quand on vit ce qu’il rapportait, ce fut une joie et des embrassements sans fin. « À table ! » s’écria-t-il, « que l’on ait soin de bien fermer les portes, et que personne ne s’avise de nous déranger. 

A

C

F

H

M

O

P

R

V

Pages dans la catégorie « Moyen Âge »

http://fr.wikisource.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Moyen_%C3%82ge


Cette catégorie contient 195 pages, dont les 195 ci-dessous.

*

A

B

C

D

D (suite)

E

F

G

H

I

J

L

M

O

P

Q

R

S

T

U

V

W

Y





similaire:

Renard se promène le nez au vent pendant que Renarde et ses petits se meurent de faim à la maison. Lui aussi a le ventre creux. Quel froid! Tout est gelé iconAu sujet de l’ouvrage
«Un nuage dans le ventre», l’histoire est née grâce à un ami. Cet ami était malade et sa maladie lui faisait gonfler le ventre. Un...

Renard se promène le nez au vent pendant que Renarde et ses petits se meurent de faim à la maison. Lui aussi a le ventre creux. Quel froid! Tout est gelé iconDrame en trois actes en prose de Victor hugo
«affront sur affront» (c’est le titre donné par Hugo à cet acte), lui reprochant les crimes qu’elle a commis. Puis ils révèlent à...

Renard se promène le nez au vent pendant que Renarde et ses petits se meurent de faim à la maison. Lui aussi a le ventre creux. Quel froid! Tout est gelé iconEn quoi l’écriture littéraire sous toutes ses formes est-elle particulièrement...
«Poète est celui-là qui rompt pour nous l’accoutumance. Et c’est ainsi que le poète se trouve aussi lié, malgré lui, à l’événement...

Renard se promène le nez au vent pendant que Renarde et ses petits se meurent de faim à la maison. Lui aussi a le ventre creux. Quel froid! Tout est gelé iconLes débuts
«bocce» en Italie on un ancêtre commun. A noter un étrange sport en Ecosse, où le joueur, après avoir lancé entre ses jambes une...

Renard se promène le nez au vent pendant que Renarde et ses petits se meurent de faim à la maison. Lui aussi a le ventre creux. Quel froid! Tout est gelé iconPour saint Benoît, un monastère ne saurait être un milieu clos, inaccessible...
«surviennent» à toute heure. «Ils ne manquent jamais au monastère». Et «on les recevra comme le Christ lui-même» (rb 53, 16. 1)....

Renard se promène le nez au vent pendant que Renarde et ses petits se meurent de faim à la maison. Lui aussi a le ventre creux. Quel froid! Tout est gelé iconLa quatrième partie est consacrée à l’aspect socio-culturel, c'est-à-dire...
«Nicolas Joneau attestait en 1665 que la maison de la cure était en bon état en 1618 et d’avoir été à l’école en ladite maison sous...

Renard se promène le nez au vent pendant que Renarde et ses petits se meurent de faim à la maison. Lui aussi a le ventre creux. Quel froid! Tout est gelé iconÊtre le premier n’est pas toujours une bonne chose
«Prussiens» à la source toute proche. Peugeot prend deux hommes et s’en va à la rencontre des intrus car ils ont violé la frontière....

Renard se promène le nez au vent pendant que Renarde et ses petits se meurent de faim à la maison. Lui aussi a le ventre creux. Quel froid! Tout est gelé iconLe marché de Résurgences (XXIII) Jean Sur
...

Renard se promène le nez au vent pendant que Renarde et ses petits se meurent de faim à la maison. Lui aussi a le ventre creux. Quel froid! Tout est gelé iconPierre Janet et la «psychologie industrielle»
«psychologie industrielle» et du management en France. Nous tenterons d’expliquer aussi quel en fut le contexte et les raisons. Dans...

Renard se promène le nez au vent pendant que Renarde et ses petits se meurent de faim à la maison. Lui aussi a le ventre creux. Quel froid! Tout est gelé iconLes actualités pendant le conflit : les contraintes de la propagande
«couverture» par le cinéma. Aussi, voici quelques repères pour mieux comprendre comment la première guerre mondiale a été représentée...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com