Bulletin de l’Association littéraire et artistique internationale (Paris), août 1882, p. 26-27. «Les premiers jours de juillet nous arriva la nouvelle de la mort d’Elisée Reclus.





télécharger 2.54 Mb.
titreBulletin de l’Association littéraire et artistique internationale (Paris), août 1882, p. 26-27. «Les premiers jours de juillet nous arriva la nouvelle de la mort d’Elisée Reclus.
page4/64
date de publication18.05.2017
taille2.54 Mb.
typeBulletin
h.20-bal.com > loi > Bulletin
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   64

Eté ou automne. Zéline Reclus, née en 1836 et âgée de « 15 ou 18 mois19 », est confiée à sa tante et son oncle Chaucherie à Sainte-Foy-la-Grande ; elle y restera jusqu’en 1873.

1838. 24 avril. Naissance au 50 rue Notre-Dame à Bordeaux de Marie Pauline Jeanne dite Pauline Reclus (future épouse Kergomard, 1838-1925), quatrième fille et dernier enfant de l’oncle Jean Reclus et de Jeanne Pauline Philippine Ducos. Elle se mariera en 1863.

Automne20. Après sept ans passés chez ses grands-parents maternels Trigant-Marquey à La Roche-Chalais, Elisée revient habiter chez ses parents et avec ses frères et sœurs, à Orthez : il a huit ans.

1839. Avril-mai. Par Eupen et Aix-la-Chapelle, Jacques Reclus accompagne ses aînés Suzie (14 ans) et Elie (près de 12 ans) jusqu’en Prusse rhénane, au collège piétiste des Frères Moraves fondé en 1756 à Neuwied au Nord de Coblence, sur la rive droite du Rhin : son passeport à destination de Neuwied est établi à Bordeaux le 17 avril 1839, pour lui et ses deux enfants dont l’âge est mentionné (cf. illustration v).

5 juin (date de l’acte de décès). Mort de l’un des deux fils de Jean Reclus : s’il s’agit du Jean né en 1823, il meurt à l’âge de 15 ans ; si c’est le Jean de 1829, il meurt à l’âge de 10 ans.

22 août. À Bordeaux, l’oncle Jean Reclus fait les honneurs de la salle d’asile du chemin du Sablonat à la duchesse d’Orléans, belle-fille du roi Louis-Philippe.

11 novembre. Naissance à Orthez de Grâce Louise dite Louise Reclus (1839-1917), sixième fille de Jacques Reclus et Zéline Trigant. Elle se mariera en 1871.

1840. 3 juin (date de l’acte de décès). Mort du deuxième fils de Jean Reclus : s’il s’agit du Jean né en 1823, il meurt à l’âge de 16 ans ; si c’est le Jean de 1829, il meurt à l’âge de 11 ans. L’oncle Jean n’a plus de fils, il lui reste ses trois filles Suzanne, Noémi et Pauline.

8 octobre. Mort à La Roche-Chalais du grand-père Pierre Pascal Trigant-Marquey, à l’âge de 65 ans21.

1841.  À Orthez, Zéline Trigant (Reclus) ouvre officiellement une école et pension qui accueille des fillettes et des jeunes filles issues des familles calvinistes de la région ; elle la dirigera pendant quarante-cinq ans et sera faite officier de l’Instruction publique (ses anciennes élèves lui offriront une reproduction en bronze par Ferdinand Barbedienne de L’Education maternelle, une statue réalisée par Eugène Delaplanche et installée square Samuel Rousseau, Paris 7e) ; à leur adolescence, toutes les filles Reclus présentes à Orthez feront office de sous-maîtresse dans l’école de leur mère.

 L’artiste Eugène Devéria (1805-1865) s’installe à Pau, où il se convertit au calvinisme en 1843 ; il parcourt la région dès la fin des années 1830 et crayonne, peut-être en 1838, les portraits de deux figures du calvinisme béarnais auxquels il rend visite à plusieurs reprises à Orthez, le pasteur Jacques Reclus et son épouse Zéline Trigant (Orthez, Musée Jeanne d’Albret).

10 mars. Naissance à Orthez de Marie Marthe Nahomi dite Noémi Reclus (1841-1915), septième fille de Jacques Reclus et Zéline Trigant. Elle se mariera en 1863.

25 mars. Naissance au Fleix de Marie Reclus, cinquième et dernier enfant, et seule fille, d’Isaac Reclus et Marie Rebeyrolle (Reclus) ; elle meurt le 22 juillet suivant à l’âge de trois mois.

Octobre. Sur sa sollicitation, la famille royale remet à l’oncle Jean Reclus 600 francs pour les salles d’asile de la Gironde, et 100 francs pour récompenser en prix d’honneur cinq ouvriers adultes qui suivent les cours de la Société philomatique de Bordeaux (financée depuis 1808 par le milieu des négociants protestants de la ville, elle dispense des cours aux adultes des milieux populaires).

1842. Mars. Elisée (12 ans) est envoyé au collège piétiste des Frères Moraves à Neuwied ; il fait le voyage seul en diligence, par Bordeaux, Paris, Metz et Strasbourg (cf. annexe 2) : il y remplace sa sœur Suzie, et y côtoie son aîné Elie pendant un an et, pendant deux ans, y apprend l’allemand et le latin, ainsi que l’anglais et des rudiments de néerlandais grâce à ses condisciples – parmi eux, le futur romancier britannique George Meredith, 1828-1909, surtout lié à Elie de même que le futur agronome néerlandais Walter ou Gualterius van den Bosch qui reverra Elie à Strasbourg en 1860, sera agronome et en 1881, sera décrit comme « propriétaire, directeur d’une grande ferme agricole et bourgmestre » à Wilhelminadorp, sur un polder près de Goes en Zélande aux Pays-Bas, non loin de la frontière belge22. Des excursions le long du Rhin sont organisées par l’école. Suzie rentre en France et va habiter à Sainte-Foy-la-Grande chez les Chaucherie, au moins temporairement.

11 juin. Isaac Reclus, le petit frère de Jean, Jacques et Marie Reclus, oncle paternel d’Elisée Reclus, meurt au Fleix à l’âge de 37 ans ; les témoins de l’acte de décès sont des cousins, les deux frères Jean Reclus (32 ans) et Jacques Reclus (27 ans), marchands au Fleix. Son épouse désormais veuve, Marie Rebeyrolle, doit élever seule, avec jusqu’en 1848 son beau-père Jean Reclus dit le Jeune, les trois fils vivants qui lui restent des cinq enfants nés d’Isaac entre 1827 et 1841 : ce sont Jean Abel Reclus âgé de 15 ans, Jean Isaï Reclus âgé de 11 ans, et Jean Paul Reclus âgé de 8 ans.

• Jacques Reclus, La Religion chrétienne exposée d’après la parole de Dieu, Toulouse, impr. K.-Cadaux, 1842 : ce cours d’instructions religieuses que Jacques Reclus donnait au collège protestant de Sainte-Foy-la-Grande entre 1825 et 1831 est paru sans nom d’auteur.

1843.  Le pasteur vaudois Barbey, tenant du darbysme, s’installe à Orthez : de même que le pasteur Jacques Reclus était schismatique de l’Eglise concordataire, Barbey provoque bientôt un schisme chez les libriste de Reclus, dont la petite communauté se trouve d’autant plus réduite ; trois courants se partagent dorénavant la population réformée locale.

18 février (acte de décès). Mort à Bordeaux, à l’âge de 10 ans, d’Anne Reclus, troisième fille de l’oncle Jean Reclus.

13 mars. Naissance à Orthez d’Elie Armand Ebenhezer dit Armand Reclus (1843-1927), quatrième fils de Jacques Reclus et Zéline Trigant. Il se mariera en 1874.

Octobre. Elie, revenu de Neuwied, est scolarisé comme externe au collège protestant de Sainte-Foy-la-Grande ; il loge chez sa tante Louise Trigant-Marquey et son oncle Pierre Léonce Chaucherie. Au collège protestant, il se lie d’amitié avec Edouard Grimard (1827-1908), né à Lacépède dans le Lot-et-Garonne d’un couple d’instituteurs calvinistes passés à Sainte-Foy-la-Grande, où Edouard s’est lié d’amitié avec Elie puis Elisée ; futur cousin par alliance Trigant-Beaumont (et à ce titre beau-frère d’Ermance Gonini future troisième compagne d’Elisée), futur homme de lettres-botaniste dans l’écurie éditoriale de la maison Hetzel et directeur des Ecoles normales de Tarbes et de Toulouse à l’époque de Ferdinand Buisson23.

1844. 11 janvier. Naissance à Bordeaux de Jean François Daniel dit Franz Schrader (1844-1924), qui sera géographe et cartographe, alpiniste dans les Pyrénées et peintre paysager ; il est le fils de Jeanne Marie-Louise Ducos (Schrader), cousine germaine d’Elisée (cf. 12 novembre 1818), première femme à diriger une école maternelle mixte à Bordeaux, et de Jean Guillaume Ferdinand dit Ferdinand Schrader (1808-1891), originaire de Magdebourg en Prusse, négociant et depuis 1839 enseignant à la Société philomatique de Bordeaux24, qu’il fera ouvrir aux élèves femmes en 1866 et à laquelle il restera fidèle jusqu’à sa mort le 17 novembre 189125 ; son credo : « les institutions valent ce que les hommes font26 ». Franz Schrader aura deux sœurs, Marie Schrader (1845-1933, elle épouse G. Hopmann [Gustave ?]) et Louise Schrader (1847-1932, qui épouse Léon Ducasse, lequel sera en 1891 vice-président du tribunal civil de Bordeaux). Cf. 1861 pour le mariage et les enfants de Franz.

30 mars. Naissance à Orthez d’Anne Marie Jeanne dite Anna Reclus (1844-1851), huitième fille de Jacques Reclus et Zéline Trigant. Elle est confiée à sa tante Louise Trigant-Marquey et son oncle Pierre Léonce Chaucherie à Sainte-Foy-la-Grande.

23 avril. Âgée de 19 ans, Suzie Reclus, l’aînée des enfants de Jacques et Zéline Reclus, meurt à Libourne à six heures du soir, place de la Paix chez le Dr Bagard ; elle était accompagnée de son oncle Pierre Léonce Chaucherie (depuis son retour de Neuwied en 1842, elle venait régulièrement à Sainte-Foy-la-Grande chez sa tante Louise Trigant-Marquey et son oncle), qui déclare son décès le lendemain à neuf heures à l’officier d’état-civil de Libourne.

Mai. Elisée revient de Neuwied par Cologne, Aix-la-Chapelle, Liège, et Paris où il voit Paul Broca : « le petit Elisée […] n’a nullement grandi, à mon avis, depuis son départ », écrit Broca à sa propre mère le 26 mai.

Fin de l’année. Elisée rejoint son aîné Elie au collège protestant de Sainte-Foy-la Grande, jusqu’en 1848 ; les deux frères logent chez leurs tante et oncle maternels Chaucherie, au côté de leur petite sœur Zéline. Ils commencent à lire des auteurs progressistes (cf. 1848).

1845. 28 avril. Naissance à Orthez de Clémence Marie Jeanne dite Ioana Reclus (ou Iohanna, Johanna, Yohanna27, 1845-1937), neuvième et dernière fille de Jacques Reclus et Zéline Trigant. Elle se mariera en 1869.

10 août. À Bordeaux, l’oncle Jean Reclus fait les honneurs de la salle d’asile de la rue de la Paix à la duchesse de Nemours, belle-fille du roi Louis-Philippe.

1846. Août. Elie achève ses études secondaires à Sainte-Foy-la-Grande et est bachelier de l’Université de Bordeaux. Il part pour Genève.

1847.  Elie étudie la théologie calviniste à l’Oratoire de Genève ; il tombe amoureux d’une jeune fille rebutée par sa pauvreté. À l’automne 1847, il est à la Faculté de théologie protestante de Montauban.

12 janvier. La première fille de l’oncle Jean Reclus, Suzanne Reclus, épouse Benjamin Laurand (1825-1904), employé de préfecture28.

7 mars. Naissance à Orthez de Jean Jacques Paul dit Paul Reclus (1847-1914), cinquième fils et dernier enfant de Jacques Reclus (50 ans) et Zéline Trigant (42 ans) ; il se mariera en 1880. Jusqu’à la mort de l’aîné Elie en 1904, les frères Reclus seront cinq désormais : Elie, ethnologue ou anthropologue des religions et des peuples « primitifs », activiste socialiste puis anarchiste, « frère fratrissime » selon Elisée29 ; Elisée, géographe, activiste socialiste puis anarchiste, la gloire de la famille ; Onésime, géographe à la prose sensuelle, patriote cocardier et colonialiste sélectif ; Armand, officier de marine, polyglotte (il aurait maîtrisé l’allemand, l’anglais, le hollandais, le suédois, le russe, le chinois et le japonais…), explorateur de l’isthme de Panama puis premier directeur du chantier du creusement du canal interocéanique, petit châtelain en Gironde et propriétaire de vignes en Tunisie, qui sera proche de l’Action française ; Paul, chirurgien des hôpitaux de Paris, membre de l’Académie de médecine, découvreur de la maladie kystique du sein (« maladie de Reclus » ou « de Schimmelbusch »), inventeur de la « pommade Reclus » ou « teinture d’iode » (un antiseptique composé iodoformé) et pionnier de l’anesthésie locale (cf. annexes 12/28-29), dreyfusard et républicain mondain, châtelain et élu à Orion dans les Basses-Pyrénées [Pyrénées-Atlantiques].

1848. 10 janvier. Le grand-père paternel d’Elisée, Jean Reclus dit Jean le Jeune, meurt à l’âge de 87 ans à La Rouquette (qui sera réunie en 1859 à la commune de Port-Sainte-Foy en Dordogne).

22-25 février. Révolution à Paris : fuite du roi Louis-Philippe en Angleterre, proclamation de la (IIe) République, instauration du suffrage universel masculin : « l’ordre avait fait place à l’anarchie, les bons citoyens et les hommes utiles étaient devenus suspects », écrit l’oncle Jean Reclus30.

17 mars. Comme orléaniste, l’oncle Jean Reclus est révoqué par les nouvelles autorités républicaines du département avec l’assentiment minimal du ministre, et la librairie de son épouse, mourante, est liquidée à perte.

27 avril. L’esclavage est aboli dans les colonies françaises.

26 mai. L’oncle Jean Reclus est réintégré dans son poste d’inspecteur primaire de la Gironde par le ministre de l’Instruction publique (de février à juillet 1848) Lazare Hippolyte Carnot, qui fut lié à Guizot (il est outre le père de Sadi Carnot, le futur président de la IIIe République assassiné en 1894 par un anarchiste italien lors de la vague d’attentats qui causera bien des ennuis à Elie, Elisée et surtout Paul Reclus, fils aîné d’Elie).

15 juin (acte de décès). Mort à Bordeaux de Pauline Ducos, l’épouse de Jean Reclus, à l’âge de 55 ans.

5 août. Elisée bachelier ès-lettres, diplôme décerné par la Faculté des lettres de l’Université de Bordeaux.

Automne. Avec Elie et Edouard Grimard (cf. octobre 1843), Elisée est étudiant à la Faculté de théologie protestante de Montauban ; leur cousin maternel Jean-François Trigant-Beaumont (dont la troisième compagne d’Elisée aura été auparavant la veuve, cf. 1875), y achève une thèse de théologie soutenue en 1849. Les frères Reclus poursuivent leurs lectures d’écrits prophétiques modernes dont ceux de Claude-Henri de Saint-Simon (1760-1825), Charles Fourier (1772-1837), Félicité de Lamennais (1782-1854), Pierre Leroux (1797-1871), Auguste Comte (1798-1857) ou Pierre-Joseph Proudhon (1809-1855).

9 décembre. Trois départements français sont créés en Algérie.

11 décembre. Louis-Napoléon Bonaparte (1808-1873) est élu président de la République au suffrage universel masculin direct.

1849.  Elisée est enthousiasmé par l’insurrection hongroise contre l’Autriche, qu’il rêve de rejoindre. La Hongrie transylvaine est connue depuis le XVIIe siècle pour sa frondeuse noblesse calviniste dont font partie de futurs amis intimes d’Elisée, Attila de Gérando et sa sœur Antonine.

 L’artiste Eugène Devéria (cf. 1841) dessine un portrait d’Elisée Reclus à l’âge de 19 ans31.

Louise [Reclus] Dumesnil (éd.), Elisée Reclus, Correspondance, t. I, Paris, Schleicher, 1911, pl. h.-t.

12 mai. Veuf depuis moins d’un an, l’oncle Jean Reclus se remarie avec une veuve, Magdeleine dite Lovely Doumeing (elle mourra au printemps 1873, quatre ans après Jean Reclus).

Juin. Sans autorisation d’absence, Elie, Elisée et leur condisciple Edouard Grimard vont à pied de Montauban jusqu’à la Méditerranée par Castres, la Montagne Noire, Carcassonne, Narbonne, et le petit massif calcaire de la Clape (entre l’embouchure de l’Aude et l’étang de Bages-Sigean) qui culmine à 214 m d’altitude : lorsqu’ils aperçoivent la mer depuis cette hauteur, saisi par la beauté du paysage Elisée mord Elie à l’épaule, jusqu’au sang. À la suite de cette incartade, en raison d’opinions politiques socialisantes les frères Reclus sont renvoyés de la Faculté.

Automne-Hiver. Elisée travaille quelques temps dans l’étude de son oncle Chaucherie à Sainte-Foy-la-Grande, sans aucun goût pour le notariat. Elie part étudier la théologie calviniste et l’hébreu à la Faculté de théologie protestante de Strasbourg ; parmi ses condisciples, Edouard Grimard et Auguste Grotz, futur époux de sa sœur Marie Reclus (cf. 1854).

1850.  Le pasteur Jacques Reclus installe un asile de vieillards dans une maison d’Orthez, qui fonctionne jusqu’en 1857 (cf. automne 1857).

 À Sainte-Foy-la-Grande, des paroissiens catholiques surexcités s’emparent au temple de deux Bibles protestantes et les brûlent dans un feu de joie.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   64

similaire:

Bulletin de l’Association littéraire et artistique internationale (Paris), août 1882, p. 26-27. «Les premiers jours de juillet nous arriva la nouvelle de la mort d’Elisée Reclus. iconNaeimeh fallahnejad
«Les héroïnes chez Molière et chez Akhound Zâdeh, son disciple persan : ressemblances et dissemblances.», Les Cahiers de l’aief (caief),...

Bulletin de l’Association littéraire et artistique internationale (Paris), août 1882, p. 26-27. «Les premiers jours de juillet nous arriva la nouvelle de la mort d’Elisée Reclus. iconBulletin de l’Association Guillaume
«Le Titien et Ovide, rencontre autour du mythe d’Actéon», L’Information Littéraire n° 4, sept-oct. 1998, p. 22-29

Bulletin de l’Association littéraire et artistique internationale (Paris), août 1882, p. 26-27. «Les premiers jours de juillet nous arriva la nouvelle de la mort d’Elisée Reclus. iconBulletin de liaison a la mémoire du réseau Alliance
Bulletin de l’association…) sont classés au nom de l’organisme (Association…, etc)

Bulletin de l’Association littéraire et artistique internationale (Paris), août 1882, p. 26-27. «Les premiers jours de juillet nous arriva la nouvelle de la mort d’Elisée Reclus. iconLe lieu d’exécution des tribunaux militaires allemands du Gross Paris
«Nemrod», qui tombent face au peloton d’exécution allemand. Jusqu’au mois de juillet 1942, les exécutions au Mont-Valérien se succèdent...

Bulletin de l’Association littéraire et artistique internationale (Paris), août 1882, p. 26-27. «Les premiers jours de juillet nous arriva la nouvelle de la mort d’Elisée Reclus. iconBulletin de l’association des géographes français
«Cohabitations et concurrences religieuses dans le golfe de Guinée. Le sud-Bénin, entre vodun, islam et christianismes.», in Pourtier...

Bulletin de l’Association littéraire et artistique internationale (Paris), août 1882, p. 26-27. «Les premiers jours de juillet nous arriva la nouvelle de la mort d’Elisée Reclus. iconSophie Scholl Les derniers jours (Die letzten Tage), le film de Marc Rothemund
«la Rose Blanche», composé d’une centaine de membres. Dans les quatre premiers tracts, écrits en juin-juillet 1942, ils dénoncent...

Bulletin de l’Association littéraire et artistique internationale (Paris), août 1882, p. 26-27. «Les premiers jours de juillet nous arriva la nouvelle de la mort d’Elisée Reclus. iconRésumé Le film comme média alternatif facilite l’acte pédagogique...
«L’objectif est de compléter la formation artistique des élèves car le film représente souvent l’adaptation d’un roman ou d’une nouvelle...

Bulletin de l’Association littéraire et artistique internationale (Paris), août 1882, p. 26-27. «Les premiers jours de juillet nous arriva la nouvelle de la mort d’Elisée Reclus. iconRésumé : Pour découvrir la démarche artistique des plus grands photographes...
«déclencheur de doute actif» qui interroge les rapports entre nature et artifice, réalité et représentation. Quelle réalité latente...

Bulletin de l’Association littéraire et artistique internationale (Paris), août 1882, p. 26-27. «Les premiers jours de juillet nous arriva la nouvelle de la mort d’Elisée Reclus. iconLe ministère des Arts (1881-1882) ou l’institutionnalisation manquée...
«Jamais peut être on n’a autant parlé de beaux-arts en France que durant l’année 1881.»8

Bulletin de l’Association littéraire et artistique internationale (Paris), août 1882, p. 26-27. «Les premiers jours de juillet nous arriva la nouvelle de la mort d’Elisée Reclus. iconBulletin gratuit de liaison de la communauté de la Cathédrale de...
«répétition générale» de la pièce intitulée «Les Champignons de Paris». Vous pourrez désormais la voir du 30 septembre au 9 octobre...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com