Les Origines et le Développement du monastère de Notre-Dame du Rosaire





télécharger 33.35 Kb.
titreLes Origines et le Développement du monastère de Notre-Dame du Rosaire
date de publication18.05.2017
taille33.35 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos




Les Origines et le Développement du monastère de Notre-Dame du Rosaire

(à Morioka – Japon)
Le 8 août 1933, Monseigneur Soete vint au monastère de Dinant (Belgique). Il était proche de l’évêque de Quangdong en Chine et, à ce moment là, il vivait dans une abbaye bénédictine en Belgique. Il était persuadé qu’un monastère devrait être fondé là où les missionnaires évangélisent et apprit aux soeurs qu’un évêque dominicain en Chine attendait cela depuis longtemps. Les moniales de Dinant furent très impressionnées par son discours et certaines se préparèrent à la fondation d’un nouveau monastère.
En 1935, la fondation devint incertaine car la politique changea concernant la Chine. Néanmoins les préparations pour la fondation étaient bien avancées. C’est alors que les moniales de Dinant découvrir dans un magazine missionnaire un article où le Père Dumas André op (Evêque du diocèse de Hakodate au nord du Japon) exprimait son désir qu’un monastère soit fondé dans son diocèse. Peut-être était-ce la Providence de Dieu, pensèrent-elles. Elles lui écrivirent et il répondit qu’il prenait en charge la fondation. Il avait même déjà décidé que la fondation se ferait à Morioka.




Le 7 Avril 1936, six fondatrices, c’est-à-dire,

Sr.Marie Jeanne de Jésus Crucifié (prieure)

Sr. Marie du St. Sacrement

Sr. Marie-Madeleine de Jésus

Sr. Marie de Jésus

Sr.Gilbert de Marie Médiatrice

Sr. Marie-Antonin du Sacre Cœur
prirent le bateau d’Anvers pour le Japon. Le 11 Avril, le bateau arriva à Yokohama (près de Tokyo) et elles arrivèrent saines et sauves à Morioka dans la soirée du 16 Mai. Elles séjournèrent trois semaines dans la congrégation des sœurs de St Paul de Chartres et emménagèrent ensuite au monastère temporaire dans la ville. Elles commençaient la vie religieuse dominicaine.
Le 12 Octobre 1938, sr Elisabeth du Cœur de Marie (du monastère de Lourdes) arrivait et rejoignait les fondatrices belges.

Le 16 Janvier 1939, les six fondatrices, sr Elisabeth de Lourdes, une novice japonaise et trois postulantes japonaises emménageaient dans le nouveau monastère de Ueda-Ezomori.

Grâce à Dieu, de nouveaux membres japonais arrivèrent en nombre. Les fondatrices apprirent le Japonais via un nouveau membre après le petit déjeuner chaque matin. Au noviciat, les postulantes purent apprendre le Français, le Latin, les Constitutions, le Directoire, l’histoire des maîtres de l’Ordre successifs, etc… avec l’aide précieuse d’une de ces japonaises très bonne en Français.

La maîtresse des novices donnait aussi des cours de liturgie et sr Marie-Madeleine de Jésus dirigeait le Latin et les hymnes en Français. Heureusement l’aumônier était un prêtre dominicain de la province du Canada, en sorte que les nouvelles sœurs japonaises pouvaient étudier la spiritualité dominicaine sous différentes formes.

En ce qui concerne le quotidien, les Japonaises et les Belges discutèrent beaucoup ensemble pour essayer de s’ajuster le plus possible à la façon de vivre des japonais. Les japonaises pensaient souvent que la façon de vivre des fondatrices ne convenait pas à la culture japonaise. Mais comme elles ne faisaient que commencer la vie religieuse, elles essayaient de s’adapter à leur façon de faire.
En ce qui concerne le travail, toutes les fondatrices enseignèrent leur travail de couture aux Japonaises ; ainsi plusieurs moniales se mirent à faire des vêtements pour différents monastères des USA. Les soeurs faisaient aussi pousser légumes, fruits et élevaient des vaches, des animaux domestiques, des chèvres et des abeilles. Mais les dépenses étaient surtout assurées par des bienfaiteurs belges. Cela dura pendant une vingtaine d’années. Des monastères des USA contribuèrent aussi par une grosse somme d’argent et l’envoi de toutes sortes de biens.
Le 8 Décembre 1941, la Seconde Guerre Mondiale éclata. Ce jour là, deux novices firent leur première Profession et une postulante reçut l’habit. Douze jours plus tard les six fondatrices furent incarcérées à “Zenrinkan” (un centre missionnaire protestant). Avant elle, l’aumônier canadien du monastère avait déjà été détenu à cet endroit.

Le procès qu’on leur intenta dura quatre mois. Après les fondatrices furent placées sous les arrêts dans le monastère.

Manquant de nourriture, sous les attaques répétées de l’aviation et avec tout le préjudice causé au monastère par la société japonaise, etc… les six fondatrices ainsi que sr Elisabeth de Lourdes et les japonaises attendirent patiemment que les choses se calment. Dans une telle situation, le conseil du monastère décida les trois points suivants, si le monastère sortait indemne de la guerre :

  1. de célébrer dix messes pour les âmes du purgatoire,

  2. de consacrer la communauté à l’Enfant Jésus tous les 25 du mois,

  3. de dédicacer une nouvelle chapelle à st Joseph lors de la fondation du nouveau monastère dans le future.

Ce qui fut fait plus tard.
Quand la guerre fut terminée en 1945, nous pensions que la paix était venue, mais la guerre coréenne éclata en 1950. A nouveau nous fûmes obligées de vivre sans repos jour après jour. En 1953, la guerre s’arrêta temporairement. Pourtant des postulantes entrèrent les unes après les autres et les membres de la communauté se multiplièrent jusqu’à être 50.
Le 25 Juin 1946, sr Elisabeth du Cœur de Marie retourna en France. Et elle retourna au Père le 26 Avril 1953. Sa sœur jumelle qui était carmélite avait l’ambition de faire venir l’Ordre du Carmel à Tokyo mais elle ne put pas réaliser son rêve. (Naissance 4 Août 1893, Profession 17 Juillet 1929)
Le 24 Août 1950, sr Marie-Cécile de la Croix arrivait à Morioka et devenait un membre de la communauté. Elle vint au Japon depuis Dinant (Belgique) via les USA et le Canada parce que les fondatrices l’avaient demandée au monastère de Bethléem. Elles la pensaient indispensable pour la fondation.
En accord avec l’encyclique « Sponsa Christi », les moniales de Morioka en vinrent à réfléchir à un travail suffisant pour se suffire à elles-mêmes. Elles faisaient de la confection en Belgique et pouvaient l’envoyer. Providentiellement un proche d’une moniale était directeur dans le plus grand magasin de Morioka. Ainsi les produits de leurs travaux vinrent garnirent le magasin. Et elles cousaient des uniformes pour les enfants et faisaient des bougies pour la liturgie (Pâques, bougies d’autel, bougies de baptême, etc…) Plusieurs sœurs (avec la 1ère qui fut bonne en Français) furent engagées pour des traductions.



Le temps passait. Le 16 Mai 1957, le nouveau monastère (Monastère st Joseph) fut fondé à Seto. L’année d’après, trois collaboratrices de Morioka se joignirent aux 6 premiers membres et le nouveau monastère fut de 9 membres en tout et fut dès lors indépendant de Morioka. Parmi eux, il y avait sr Marie du st Sacrement, sr Marie de Jésus, sr Marie Cécile de la Croix de Belgique. Ces trois fondatrices devinrent les précieuses pierres d’angle de Seto. Les profits de la confection, les hosties, et les légumes du jardin, etc… permirent la survie de la communauté.
En 1969, le monastère st Joseph fonda le monastère de Notre-Dame de la Neige (Aizuwakamatsu, puis Bandai). Et deux soeurs de Morioka sur quatre de Seto y participèrent.

Les profits de bonbons, l’hôtellerie et des dons aidèrent à la vie de la communauté.
Entre temps, les membres de Morioka croissaient en nombre. Tenant compte que le bâtiment du monastère devenait trop petit pour cet accroissement, les moniales de Morioka pensèrent à une seconde fondation. Elles commencèrent tout d’abord à chercher un endroit dans l’Ouest du pays. Finalement, grâce à la bonne volonté de Toshi Takeda et à la bonne réception du P Eikichi Tanaka (alors évêque de Takamatsu), la branche du monastère (à Sanbonmatsu) était fondé le 24 Septembre 1971. Les sœurs étaient 8. Cette branche du monastère fut ensuite transporté à Konan et fut nommé « Monastère de la Mère de Dieu ». L’achèvement était célébré le 11 Février 1982 et le monastère devenait indépendant de Morioka le 18 Juillet 1982.

Le temps passant, le bâtiment du monastère de Morioka devint trop usé et une partie du toit commença à s’abîmer. Les alentours du monastère devinrent bruyants. Ainsi l’idée d’un déménagement revint. Heureusement deux bienfaiteurs apparurent : Mr Tateyo Tachikawa (principal d’une école tenue par la Congrégation des sœurs de st Paul de Chartres), et Mr Eitaro Nakai (directeur de la même école). Avec leur grande aide et le patronage de beaucoup d’autres bienfaiteurs, le monastère actuel fut très bien construit. Le 7 Novembre 1986, furent célébrés l’érection du nouveau monastère et le 50ème anniversaire de sa fondation par le nonce apostolique au Japon, le P William Aquin Carew (qui devint ensuite Archevêque de Telde), le P Raymond Chihiro Sato OP (qui devint ensuite évêque de Sendai) de nombreux prêtres de l’Ordre et de la paroisse, etc… De nombreuses sœurs de l’Ordre et d’autres congrégations, des amis, des bienfaiteurs, des civilités de la ville de Morioka, et des personnes qui avaient aidé dans la construction du monastère, etc… Beaucoup de gens attendaient la cérémonie.

Profile des fondatrices
Sr. Marie Jeanne de Jesus Crucifie

Née le 19 Oct 1904

Profession le 2 Août 1928
Le 19 Avril 1970, sr Marie Jeanne de Jésus Crucifié quittait cette vie pour la paix du Royaume dans l’ancien monastère de Morioka. Alors que la fondation se faisait au Japon, alors qu’elle était la plus jeune des 3 autres moniales, elle fut élue Prieure. Elle assuma cette charge longue avec tous ses talents. Elle chercha à préparer l’avenir en formant des japonaises en vue de cette charge.


Sr. Marie du Saint-Sacrement
Née le 21 Janvier 1889

Profession : 19 Octobre 1915
Le 31 Mai 1970, sr Marie du Saint-Sacrement revint à Dieu, son monastère étant à Seto. Elle était la plus âgée des fondatrices. C’est pourquoi elle eut toujours une grande influence dans la communauté. Pendant la guerre, elle nomma vicaire une jeune japonaise qu’elle avait admise à faire sa première profession. Et elle fut amenée avec les autres fondatrices au camp. Au milieu de la crise, son humour et son esprit entraînèrent les voisins à devenir amis ; elle obtint la bienveillance des hommes responsables du camp.

Sr. Gilbert de Marie-Médiatrice

Née le 19 Janvier 1898

Profession le 19 Decembre 1933
Le 25 Mars 1973 sr Gilbert de Marie-Médiatrice donnait pieusement et totalement sa vie à Dieu dans le vieux monastère de Morioka. A ce moment de la fondation, elle était professe temporaire. Elle avait une force de travail qui impressionnait toutes les japonaises et sa légère, fine, magnifique voix entraînait les membres du monastère ainsi que les visiteurs. Les gens de l’extérieure (enfants et adultes) l’adoraient.


Sr, Marie Cecile de la Croix

Née le 19 Mai 1902

Profession le 10 Juin 1926
Le 25 Décembre 1985, sr Marie Cécile de la Croix passait à Dieu à Seto. Parce qu’elle avait eu un environnement familial béni, elle était intelligente et épanouie. Son don pour la musique était magnifique et elle jouait de l’orgue, enseignait le Grégorien et chantait la divine liturgie avec une voix extrafine. Après Vatican II, elle comprit rapidement la tendance de l’Eglise et essaya d’informer et d’aider la communauté.



Sr. Marie de Jesus

Née le 19 Mai 1902

Profession le 19 Février 1925
Le 30 Décembre 1987, sr Marie de Jésus passa en Dieu au monastère de Seto. A Morioka elle eut sa charge de prieure pendant 12 ans. Elle contribua à l’accroissement du nombre des japonaises jusqu’à 50. Elle avait l’habitude de prier le Rosaire seule après les vigiles. Dans les premiers temps de Morioka et Seto, elle se donna à fond. A Seto elle fut prieure sans interruption pendant 15 ans. Elle fit pousser de nouveaux membres japonais.


Sr. Marie Madeleine de Jésus 

Née le 1er Juin 1905

Profession le 12 Novembre 1929
Le 26 Janvier 1997, sr Marie Madeleine de Jésus redonna sa longue vie à Dieu dans le monastère actuel de Morioka. Elle était bonne à l’orgue et elle avait un esprit entreprenant en toute chose. Comme elle compris rapidement la tendance de Vatican II par la lecture de magazines et de livres, elle le fit savoir à la communauté qui accepta des innovations. Elle se comporta élégamment jusqu’au dernier moment. A l’hôpital, son attitude attira l’attention des infirmières et des docteurs.



Sr. Marie Antonin du Sacré Coeur

Née le 28 Février 1912

Profession le 23 Septembre 1934
Le 12 Avril 2005, sr Marie Antonin du Sacré Cœur passa en Dieu dans l’actuel monastère de Morioka. Au moment de la fondation, elle était novice. Sa sœur jumelle entra dans une congrégation de l’Ordre et après sa mort son corps ne se décomposa pas. C’est pourquoi des rumeurs coururent selon lesquelles elle serait bientôt béatifiée. Sr Marie Antonin fut la plus jeune des 6 fondatrices et tenait sa place avec cœur. Son naturel charmait les personnes à l’intérieur comme à l’extérieur du monastère. Les gens qui la fréquentaient la prenaient pour une sainte.



similaire:

Les Origines et le Développement du monastère de Notre-Dame du Rosaire iconCollege et lycee notre dame

Les Origines et le Développement du monastère de Notre-Dame du Rosaire iconCathédrale Notre Dame de la Treille – lille

Les Origines et le Développement du monastère de Notre-Dame du Rosaire iconPour saint Benoît, un monastère ne saurait être un milieu clos, inaccessible...
«surviennent» à toute heure. «Ils ne manquent jamais au monastère». Et «on les recevra comme le Christ lui-même» (rb 53, 16. 1)....

Les Origines et le Développement du monastère de Notre-Dame du Rosaire icon1. Que savez-vous sur la cathédrale de Notre-Dame de Paris? Connaissez-vous...

Les Origines et le Développement du monastère de Notre-Dame du Rosaire icon” Ave Maria Abbaye Saint-Georges + 41800 Saint-Martin des Bois pax...

Les Origines et le Développement du monastère de Notre-Dame du Rosaire iconI le frère Sam et le frère Sib
Ces messieurs ont appelé dame Bess, dit-il; mais dame Bess n’est pas au cottage

Les Origines et le Développement du monastère de Notre-Dame du Rosaire iconSenlis est une commune de presque 16 000 habitants (les senlisiens)...
«Paix de Senlis», est conclu par François II de Bretagne avec le roi de France Louis XI à l'abbaye royale Notre-Dame-de-la-Victoire...

Les Origines et le Développement du monastère de Notre-Dame du Rosaire iconSenlis est une commune de presque 16 000 habitants (les senlisiens)...
«Paix de Senlis», est conclu par François II de Bretagne avec le roi de France Louis XI à l'abbaye royale Notre-Dame-de-la-Victoire...

Les Origines et le Développement du monastère de Notre-Dame du Rosaire iconNotre Dame de Paris de Victor Hugo-Le spectacle
«Les sans-papiers» évoque avec force le problème de l’immigration en France aujourd’hui. Elle rappelle le problème des exclus de...

Les Origines et le Développement du monastère de Notre-Dame du Rosaire iconL’Histoire du badminton est souvent l’affaire de mythes et de légendes....






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com