Extrait «histoire et traditions populaires» «Les écoles publiques» mars 1987 N°17 Bulletin trimestriel publié par le Foyer Rural du Billot





télécharger 14.82 Kb.
titreExtrait «histoire et traditions populaires» «Les écoles publiques» mars 1987 N°17 Bulletin trimestriel publié par le Foyer Rural du Billot
date de publication19.05.2017
taille14.82 Kb.
typeBulletin
h.20-bal.com > loi > Bulletin
Extrait « HISTOIRE ET TRADITIONS POPULAIRES » « Les écoles publiques » mars 1987 N°17 Bulletin trimestriel publié par le Foyer Rural du Billot

L’école

Un peu d’histoire

L’Eglise a été longtemps, en France, la principale dispensatrice de l’enseignement. C’est sous son égide que se créèrent les universités du Moyen Age et leurs Collèges dont nos établissements d’enseignement supérieur et secondaires sont issus.

Au XVII ème siècle, le Maître d’Ecole reçoit encore du chanoine, une autorisation ou lettre de maîtrise, moyennant une redevance de quelques pistoles. L’instituteur achetant sa charge, l’école est payante. Cependant au XVII ème siècle, de nombreuses paroisses de notre région possèdent un « Maître d’école » qui occupe également les fonctions de chantre, de sonneur, de bedeau ou de sacristain. Il dépend directement du Curé.

« Ne regardez pas à la dépense. Après le pain, l’instruction est le premier besoin du peuple » (Danton)

En 1791 Talleyrand présente à l’Assemblée Constituante un support sur l’instruction publique qui donnera naissance à la loi des 3 et 4 septembre 1791 : « Il y aura des écoles primaires pour enseigner à tous les enfants leurs premiers et indispensables devoirs, les pénétrer des principes qui doivent diriger leurs actions et en faire, en les préservant de l’ignorance des hommes plus heureux et des citoyens plus utiles… »

1792 Condorcet présente à l’Assemblée Législative un rapport sur l’instruction publique. Les lignes directives de ce rapport sont approuvées. Le décret du 17 août 1792 institue un enseignement national unique gratuit et neutre.

12 décembre 1792 : création du corps des instituteurs

Mai 1793 : obligation de créer une école dans toute commune de plus de 400 habitants

21 octobre 1793 : organisation des premières écoles «  Les élèves reçoivent dans ces écoles la première éducation physique, morale intellectuelle, la plus propre à développer en eux les mœurs républicaines, l’amour de la Patrie et le goût du travail.

Ils apprennent à parler, lire, écrire la langue française…Ils s’exercent à l’usage des nombres, du compas, de la poulie et de la mesure du temps… »

Certains instituteurs prêtent le serment civique. Sous l’Empire, nul ne peut enseigner sans être muni d’un diplôme délivré par l’université, mais l’enseignement a pour base les préceptes de la religion catholique et de la fidélité à l’Empereur. L’enseignement primaire est confié aux Frères des Ecoles Chrétiennes, chargés également de la formation des instituteurs..

8 juin 1833 : Loi Guizot. Elle prévoit que tout individu de 18 ans pourra être instituteur s’il possède un Brevet de Capacité et un certificat de bonnes vies et mœurs. Il bénéficiera d’une maison d’école et d’un traitement.

Elle fait obligation à chaque commune d’avoir une école primaire élémentaire, à chaque département d’avoir une Ecole Normale, à chaque chef-lieu de département ou commune de plus de 6000 habitants d’avoir une école primaire supérieure.

Elle est complétée par l’ordonnance du 22-12-1837 qui prévoit l’organisation de salle d’asile « établissements charitables » où les enfants des deux sexes peuvent être admis jusqu’à l’âge de six ans accomplis »

15 mars 1850 : Loi Falloux

L’école est confessionnelle (instruction morale et religieuse)

L’instituteur devra avoir un brevet de capacité ou le titre de ministre de l’un des cultes reconnus.

Les institutrices seront les Congréganistes, une lettre d’obédience leur tenant lieu de brevet de capacité…

Le second Empire : La loi du 10 avril 1867, sous le ministère de Victor Duruy oblige les communes de plus de 500 habitants à posséder une école de filles.

En 1866, Jean Macé lance l’idée de la ligue de l’Enseignement qui devrait réunir tous ceux qui désirent le développement de l’instruction du peuple. Le 19 juin 1870, Jean Macé viendra demander aux députés de créer l’école obligatoire, gratuite et laïque en conduisant 115 chariots portant d’énormes paquets de pétitions correspondant à 1 267 267 signatures.

La troisième République : Pendant dix ans de 1879 à 1889… l’école primaire sera au centre du travail législatif.

Le 9 août 1879 : Loi rendant obligatoire l’ouverture d’une école Normale d’instituteurs (8 départements en étaient dépourvus) et d’une école Normale d’institutrices (19 seulement en possédaient une).

La Loi du 16 juin 1881, institue la gratuité scolaire.

La Loi du 28 mars 1882 proclame l’obligation d’envoyer les enfants de 7 à 13 ans à l’école, la laïcité des programmes, la laïcité des locaux scolaires qui interdit aux ministres du culte le droit d’inspection qui leur avait été accorder par la Loi Falloux.

La Loi du 30 octobre 1886 décrète la laïcité du personnel enseignant et organise l’enseignement primaire en trois niveaux :

  • Ecoles maternelles et enfantines

  • Ecoles primaires élémentaires

  • Ecoles primaires supérieures ou Cours Complémentaires

En 1889, les instituteurs reçoivent leur traitement du Trésor et deviennent des fonctionnaires.

La Loi du 1er juillet 1901 stipule que « nul n’est autorisé à diriger soit directement, soit par personne interposée, un établissement de quelque ordre que ce soit, ni à donner l’enseignement s’il appartient à une congrégation non autorisée »

Enfin en 1905, est proclamée la séparation des Eglises et de l’Etat.

L’inspecteur Primaire veille, bien entendu, à la stricte observation de ces lois et il prend soin de la rappeler aux instituteurs de sa circonscription : « A partir de la réception de la présente note vous voudrez bien supprimer tous exercices contraires à la neutralité de l’Ecole :

1°) Prières dites avant ou après la classe ; Etude du catéchisme dans les locaux scolaires.

2°) Surveillance aux offices et aux catéchismes

3°) Surveillance aux processions

Pour des raisons particulières, il pourrait être accordé un délai pour la suppression des deux premières séries d’exercices : le délai ne saurait aller plus loin que les prochaines vacances. Quant à la troisième série, les exercices doivent être supprimés de suite.

Les exercices du catéchisme par les prêtres ou desservants ne peuvent être faits qu’en dehors des heures de classe. Les enfants ne peuvent être réunis que dans les églises ou leurs dépendances immédiates.

similaire:

Extrait «histoire et traditions populaires» «Les écoles publiques» mars 1987 N°17 Bulletin trimestriel publié par le Foyer Rural du Billot iconLa chanson de colportage éditée hors de Troyes dans les collections...

Extrait «histoire et traditions populaires» «Les écoles publiques» mars 1987 N°17 Bulletin trimestriel publié par le Foyer Rural du Billot iconPrincipiano Attention la vie de De Gaulle est à connaître pour l’épreuve...
«Mémoire de guerre» composées de l’Appel (1940 1942) publié en 1954, l’Unité (1942 1944) publié en 1956 et le Salut publié en 1959....

Extrait «histoire et traditions populaires» «Les écoles publiques» mars 1987 N°17 Bulletin trimestriel publié par le Foyer Rural du Billot iconLe programme d’Histoire-Géographie a été publié au Bulletin Officiel du 26 novembre 2015

Extrait «histoire et traditions populaires» «Les écoles publiques» mars 1987 N°17 Bulletin trimestriel publié par le Foyer Rural du Billot iconInvitation au repas convivial trimestriel public du cégom du samedi...

Extrait «histoire et traditions populaires» «Les écoles publiques» mars 1987 N°17 Bulletin trimestriel publié par le Foyer Rural du Billot iconDocument 1 : Propos d’Abdülhamid II, non daté, cité par Hamit Bozarslan,...
«Au nom de la science», article publié par L’Histoire, dossier spécial «Arméniens, le premier génocide du xxe siècle», n° 408/février...

Extrait «histoire et traditions populaires» «Les écoles publiques» mars 1987 N°17 Bulletin trimestriel publié par le Foyer Rural du Billot icon25 au 30 mars 2013
...

Extrait «histoire et traditions populaires» «Les écoles publiques» mars 1987 N°17 Bulletin trimestriel publié par le Foyer Rural du Billot iconBulletin-officiel html >Bulletin officiel
«d'histoire-géographie-éducation civique» sont remplacés par les mots : «d'histoire-géographie»

Extrait «histoire et traditions populaires» «Les écoles publiques» mars 1987 N°17 Bulletin trimestriel publié par le Foyer Rural du Billot iconBulletin trimestriel des Amis de la Philatélie et de la bd
«Piège Diabolique». La première expo Jacobs a lieu dans ce château sous le nom de «Bulles d’Histoire» et un cachet daté des 6 & 7...

Extrait «histoire et traditions populaires» «Les écoles publiques» mars 1987 N°17 Bulletin trimestriel publié par le Foyer Rural du Billot iconArrêté réglant l'organisation pédagogique des écoles maternelles publiques
«les soins que réclame leur développement physique, intellectuel et moral» (décret du 2 août 1881), et de les préparer ainsi à recevoir...

Extrait «histoire et traditions populaires» «Les écoles publiques» mars 1987 N°17 Bulletin trimestriel publié par le Foyer Rural du Billot iconBulletin d’information des Ecoles de minibasket






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com