L’Héritage romain Comment une petite cité a conquis le monde méditerranéen





télécharger 27.44 Kb.
titreL’Héritage romain Comment une petite cité a conquis le monde méditerranéen
date de publication19.05.2017
taille27.44 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos

L’Héritage romain

1. Comment une petite cité a conquis le monde méditerranéen

 Selon les légendes, Rome a été fondée en 753 AV JC par Romulus. L'archéologie atteste l'existence d'un village de cabanes sur la colline du Palatin à cette époque. La cité est gouvernée par un roi assisté des grandes familles aristocratiques, les patriciens. La cité tombe ensuite sous la domination étrusque, puis en 509, une révolte les  chasse et une république est établie. Peu à peu, les plébéiens y acquièrent des droits politiques.

 La république romaine repousse d'abord les Grecs des colonies de Grande Grèce, puis se heurte aux Carthaginois, qu'ils vainquent, ce qui leur permet de mettre le pied en Afrique (202) et en Espagne et Narbonnaise. Puis ils soumettent la Grèce et les royaumes hellénistiques au second siècle. Au 1er siècle, Jules César entreprend la conquête de la Gaule, dont les romains possédaient déjà le sud (la province Narbonnaise). Il est assassiné en 44. Deux hommes se disputent l'héritage, Antoine, allié à la reine d'Egypte Cléopâtre, et Octave, qui domine l'occident. La victoire d'Octave ramène la paix civile, mais met fin à la république : le Sénat proclame Octave empereur sous le nom d'Auguste en 31 ap JC. On lui rend un culte, le culte impérial. Les successeurs d'Auguste sont des despotes, mais pendant trois siècles règne la paix romaine, les conquêtes sont consolidées, en particulier sous Trajan (98-117), où l'on peut parler d'apogée de l'Empire. Rome est une capitale de plus d'un million d'habitants, dont la population est nourrie et distraite gratuitement par l'Empereur ("panem et circenses").



 La société est hiérarchisée : au sommet, les sénateurs et les chevaliers, qui constituent l'aristocratie, au dessous les hommes libres, puis les affranchis et les esclaves, prises de guerre en général, qui peuvent être affranchis. Tous les hommes libres de Rome et d'Italie sont citoyens romains, puis le droit de cité est progressivement élargit pour s'appliquer à partir de 212 à tous les habitants libres de l'Empire
 A partir du III èS, Rome commence à céder sous les coups des peuples barbares. Cela amène une partition de l'empire entre l'Orient, capitale Byzance, et l'Occident, capitale Rome. En 395, la division est définitive et l'empire d'Occident s'effondre peu  à peu, pour disparaître complètement en 476.

2. La ville, outil de romanisation et d'accès à la citoyenneté

 La romanisation, c'est l'adoption par tout l'empire du modèle romain, qui passe par l'urbanisation : chaque ville de l'empire cherche à imiter Rome, sans que les Romains aient besoin de l'imposer. Etre romain, cela signifie avoir la citoyenneté romaine, parler le latin ou le grec, rendre un culte à l'empereur, se charger d'une magistrature ou faire don de monuments, de fontaines, de jours de fêtes, à ses concitoyens (l'évergétisme).

 La ville romaine est bâtie à l'intérieur d'une enceinte fictive, non fortifiée, autour de deux axes, le cardo (nord-sud) et le decumanus ( est-ouest), qui se croisent sur le forum, où l'on bâtit les temples (le capitole), les basiliques, lieux de réunion commerciale et juridique, et la Curie, lieu de réunion politique. Le marché se tient généralement sur cette place.
 La ville est décorée de portiques, d'arcs de triomphe. On y construit des théâtres, des amphithéâtres, des cirques, ainsi que des thermes. L'eau y est amenée par des aqueducs, et jaillit dans des fontaines monumentales. les citadins cultivent l'art de l'"otium" (le loisir), rendu possible par la présence d'esclaves et par l'annone, système de distribution gratuite de blé organisé par l'empereur.


Comprendre l'intégration progressive de la Gaule à la République romaine, de 121 à 51 avant Jésus-Christ, et son épanouissement sous l'Empire romain.
 

Connaître un personnage devenu le symbole de la résistance nationale depuis le XIXe siècle: Vercingétorix.
 

Connaître et comprendre la Conquête de la Gaule par Jules César.
 

Comprendre l'importance de l'APPORT ROMAIN et l'héritage romain dans la France d'aujourd'hui:
 

Apprécier l'importance de la paix romaine et du droit romain.





Source: http://www.makedonija.info/roman.gif

Liste des 54 provinces romaines

1) Baetica (Hispania); 2) Lusitania (Hispania); 3) Tarraconesis (Hispania); 4) Narbonensis (Gallia); 5) Aquitania (Gallia); 6) Lugdunensis (Gallia); 7) Belgica (Gallia); 8) Britannia; 9) Germania Inferior; 10) Germania Superior; 11) Langobardi/Cherusci/Sugambri; 12) Rhaetia; 13) Italia;14) Sicilia (Italia); 15) Corsica et Sardinia; 16) Alpes Penninae (Gallia); 17) Alpes Cottiae (Gallia); 18) Alpes Maritimae (Gallia); 19) Noricum; 20) Pannonia; 21) Dalmatia; 22) Dacia; 23) Moesia; 24) Thracia; 25) Macedonia; 26) Epirus; 27) Achaea; 28) Asia; 29) Bithynia; 30) Galatia; 31) Lycaonia; 32) Lycia; 33) Pisidia; 34) Pamphylia; 35) Cyprus; 36) Cilicia; 37) Cappadocia; 38) Pontus; 39) Armenia Inferior; 40) Sophene; 41) Osroene; 42) Commagene; 43) Armenia; 44) Assyria; 45) Mesopotamia; 46) Syria; 47) Judaea (Palaestina); 48) Arabia Petraea; 49) Aegyptus; 50) Cyrenaica; 51) Numidia; 52) Africa; 53) Mauretania; 54) Baleares (Hispania).

Naissance du christianisme : les bases religieuses de la civilisation occidentale
 

 On peut considérer la naissance du christianisme comme un des événements majeurs de l'histoire de l'humanité, qui conditionne la vie de plus d'un milliard d'habitants de la Terre. Au delà de l'aspect purement religieux, la naissance de cette religion nouvelle va modifier l'empire romain et lui permettre de survivre d'une certaine façon à sa chute : Rome est la capitale de la chrétienté et le latin la langue de l'église catholique jusqu'en 1962.
 Dans quel contexte est né le christianisme ? Qu'est ce que le message de Jésus ? Comment la nouvelle religion a-t-elle gagné ?

1. Aux origines du christianisme, la religion juive
a) La Bible hébraïque
 voir page 50 et 52
 La Bible est un ensemble de livres, dont le nombre est variable selon les religions qui s'en réclament : pour les juifs, elle ne comprend que les 35 livres formant l'Ancien Testament, pour les Chrétiens, il faut y rajouter le Nouveau Testament.
 La Bible a été mise par écrit par des scribes entre le 8ème et le 5ème siècle avant JC, à partir de la tradition orale. Elle a été rédigée en hébreu et écrite sur des rouleaux de parchemin. Elle fut traduite fin 3è siècle en grec par les "Septante", un groupe de juifs hellénisés d'Alexandrie. Des déformations se sont produites entre la version orale et la version écrite et entre la version hébraïque et la version grecque. Il faut ajouter que la version grecque a été ensuite traduite en latin au 4è siècle par saint Jérôme, formant la Vulgate, seule version disponible en Occident  pendant les siècles du Moyen Age.

 voir la différence entre la bible Chouraqui et la TOB
 voir les différentes parties de la Bible

b) Que raconte la Bible et que disent les autres sources ?

 La Bible raconte l'histoire du peuple hébreu.
- Elle commence par un récit des origines qui reprend d'autres traditions proche-orientales, en particulier pour le déluge, que l'on retrouve dans l'épopée de Gilgamesh.
- la migration d'Abraham d'Ur en Chaldée jusqu'à la terre de Canaan et son installation à Hébron, où il est enterré (le tombeau des Patriarches). Cela correspond à une migration attestée par ailleurs vers 1275.
- la sortie d'Egypte : d'après l'archéologie et les inscriptions, les Habirou ont travaillé comme esclaves ou comme travailleurs dans le delta du Nil sous Ramsès II (1279-1212) : ils n'ont donc pas pu construire les pyramides. La Bible raconte leur départ sous la conduite de Moïse, la traversée du désert, les tables de la loi, l'entrée en terre d'Israël sous la direction de Josué, qui détruit les murailles de Jéricho (l'une des plus vieilles villes du monde selon l'archéologie).
- la Loi de Moïse ou Torah, qui rythme aujourd'hui encore la vie des juifs.
- l'histoire des Hébreux en terre promise : d'abord des chefs de tribu, puis des rois entre 1030 et 931 (Saül, David et Salomon). David fait de Jérusalem sa capitale, Salomon y bâtit le temple. En 931, division en 2 royaumes, Israël et Juda (qui donnera le nom judéens ou juifs).
- la région est disputée entre les Egyptiens et les Assyriens puis les Perses. Le royaume du Nord est vaincu par les Assyriens au VIIIe, puis celui du Sud par les Babyloniens de Nabuchodonosor au VI ème siècle, qui déportent sa population à Babylone (597-538). L'avènement de l'empire perse permet le retour des exilés. De là date sans doute la véritable naissance de la nation et de la religion juive. Les juifs sont dominés par les Perses, puis les Lagides, puis les Séleucides, puis les Romains. Des révoltes ont lieu comme celle de Judas Macchabée en 167-142. En 63, Pompée conquiert la région. Il installe Hérode à la tête d'un royaume allié à Rome, puis Auguste nomme un procurateur pour le représenter, Ponce Pilate. Ces événements sont attestés par différentes sources, juives (Flavius Josèphe), romaines, etc....

c) La religion juive et ses courants dans l'Antiquité

- le principe de base : le monothéisme (premier commandement et texte du shéma Israël)
 concept original à l'époque, mais Moïse n'est pas le précurseur : voir Akhenaton
 

- la Loi est la base de toute l'existence : elle comprend des interdits alimentaires ( la nourriture doit être pure = cachère ), des règles de vie ( règles concernant le mariage, la circoncision, les rites mortuaires, la prière, les rites de purification...), le repos hebdomadaire (sabbat ou chabbath).
- la pratique religieuse consiste à se réunir dans une synagogue pour lire les rouleaux de la torah, à se rendre à Jérusalem chaque année pour la Pâque et de suivre certaines fêtes (pas toutes identiques à celles d'aujourd'hui) : la Pâque, la fête des moissons (chavouaot ou la Pentecôte, qui commémore aussi le don de la Torah), la fête des tentes (souccoth),  Kippour, plus tard la fête des lumières (Hanoucah). A la synagogue, la lecture est conduite par un spécialiste de la loi (rabbi), qui étudie les textes pour en connaître toutes les interprétations possibles. Ces commentaires oraux seront plus tard réunis dans un recueil écrit, le Talmud.
- les juifs attendent la venue d'un Messie, sauveur de l'humanité annoncé par les prophètes
 voir textes page 55

 Au premier siècle avant JC, le judaïsme est divisé en plusieurs courants selon l'interprétation faite des textes :
- les Saducéens forment la caste sacerdotale, ils vivent des revenus du Temple et ne remettent pas en cause la domination des Romains
- les Pharisiens s'en tiennent à une interprétation littérale de la Torah et se trouvent dans les synagogues ; ils attendent le Messie et rejettent la domination des non-juifs sur la terre d'Israël
- les Zélotes sont des violents, fanatiques, opposés à la domination politique des Romains
- les Esséniens se sont retirés au désert, dans des monastères (qui n'existent pas dans le judaïsme), ils sont rejetés par le Temple et se tiennent à l'écart de la vie matérielle, attendant le Messie et l'Apocalypse, c'est à dire la fin du monde.

 texte 3 page 59

2. Jésus de Nazareth et la naissance du christianisme

a) La vie de Jésus

 L'existence de Jésus n'est pas mise en doute, on discute par contre sur les dates et les miracles, sur son aspect divin. Certains pensent même que c’est une « création »et qu’il n’a qu’une réalité « virtuelle » Michel Onfray.
film : la vie de Jésus

  Jésus naît vers -6/-4 (la date présumée avait été fixée au 6è siècle par un moine qui a compté 754 années après la naissance de Rome, calcul erroné. Le lieu de naissance pose aussi un problème, car Jésus est de Nazareth et sa naissance a pu être située à Bethléem pour correspondre aux prophéties. Pour les catholiques, Jésus est né d'une vierge, Marie, ce que ne reconnaissent pas les protestants. La fuite en Egypte et le massacre des innocents ne sont pas attestés par l'Histoire, mais ont pour but de rattacher la vie de Jésus aux prophéties de l'Ancien Testament et de construire un récit parallèle (fuite de Joseph en Egypte, errance des Hébreux dans le désert). Jésus est baptisé dans le Jourdain par Jean-Baptiste, proche des Esséniens, qui sera décapité sur l'ordre d'Hérode. Il commence à prêcher, à faire des miracles ( les noces de Cana, la multiplication des pains, la résurrection de Lazare, etc.). Huit jours avant Pâques, il entre à Jérusalem et est acclamé par la foule (les Rameaux), ce qui inquiète le conseil juif (le Sanhédrin) car la prédication de Jésus n'est pas conforme à la Loi, et les Romains, qui craignent une révolte des juifs. Le tribunal juif le condamne comme blasphémateur (il s'est proclamé fils de Dieu) et le livre à Ponce Pilate, le procurateur romain, qui le fait crucifier.
 Auparavant, le jeudi, Jésus a institué l'eucharistie lors de la Cène. La crucifixion a lieu le vendredi. D'après les évangiles, Jésus est ressuscité le troisième jour, le dimanche et se manifeste aux Apôtres, puis disparaît au Ciel (l'Ascension). Le Saint Esprit descend ensuite sur les apôtres (la pentecôte, 50 jours après Pâques).

b) La naissance d'une religion

 Jésus n'a rien écrit, il s'est contenté d'un enseignement oral, comme les rabbis de son temps. Ce sont les apôtres qui vont mettre en forme sa prédication en rédigeant une cinquantaine d'années plus tard les Evangiles. Ils sont au nombre de quatre et leurs informations ne sont pas toutes identiques, ce qui montre en fait l'authenticité d'un certain nombre de faits.
 voir le tableau page 62

 Quels sont les grands principes du Christianisme, tels qu'ils furent développés aux premiers temps, en particulier par Saint Paul ?
- au début, les chrétiens sont une secte juive, puis Paul ouvre la religion juive sur les grecs, les juifs n'ayant pas voulu du message de Jésus. Ainsi, il adapte le message de Jésus aux païens.
- il n'y a plus de peuple élu,  mais un peuple des croyants, l'élection ne se marque plus dans la chair (circoncision) mais dans le cœur.
- Dieu n'est plus le dieu de vengeance de l'Ancien Testament mais un dieu miséricordieux. Le chrétien pardonne à ses ennemis et aime son prochain, Dieu pardonne aux hommes leurs péchés. Le baptême lave du péché originel. Jésus s'est sacrifié pour racheter les péchés des hommes.
- le christianisme, à la différence des religions civiques de l'Antiquité, promet aux fidèles la vie éternelle au paradis (ou la damnation éternelle).
- le christianisme est comme le judaïsme un monothéisme qui ne reconnaît pas les autres religions, en particulier les cultes civiques romains.
- la religion chrétienne s'organise autour de la célébration hebdomadaire de la messe et de fêtes : Noël, l'Epiphanie, le Carême, les Rameaux, Pâques, l'Ascension, la Pentecôte.

3. L'affirmation du christianisme

a) Rome et les Chrétiens : l'affrontement
 La lutte entre les chrétiens et Rome part d'un malentendu. Pour les Romains, les chrétiens sont d'abord une secte juive qu'ils ne distinguent pas des autres juifs. Ensuite, lorsque les deux religions se séparent, ils espèrent que le christianisme sera compatible avec les cultes civiques, comme le sont les autres religions orientales, comme celle de Mithra, par exemple. Mais les chrétiens refusent les sacrifices à l'empereur, comme la cohabitation avec les autres cultes, ce qui entraîne des persécutions.
 voir les textes page 78

 C'est surtout à Saint Paul que l'on doit la création d'une religion nouvelle. D'abord farouchement anti-chrétien, il a la révélation sur le chemin de Damas et devient l'apôtre des gentils : voir les voyages de saint Paul page 72.

 Le christianisme des premiers temps est le christianisme des catacombes : voir les textes et les questions page 75
 Les chrétiens se rassemblent en communautés appelées églises (=assemblées), qui élisent des anciens (=presbyteroi : prêtres) pour conduire le culte. Les églises se groupent par voisinage géographique sous la direction d'un surveillant (episcopos = évêque). On décide au 2è siècle que l'évêque de Rome sera le premier d'entre les évêques, le pape. Les évêques se réunissent pour fixer la doctrine chrétienne ( = dogme ) en synodes, qui définissent quelle est la "voie droite" (=orthodoxie). Les divergences sont nombreuses :
 - faut-il rester une branche du judaïsme ou devenir une nouvelle religion ?
 - Jésus est il supérieur au Père ? = dogme de la Trinité  (concile de Nicée en 325, qui fixe aussi le Credo, texte 3 page 81)

b) La formation d'un empire chrétien
 Peu à peu, les chrétiens gagnent du terrain, qui obtiennent l'édit de tolérance de Milan en 313, après la victoire de l'empereur Constantin qui avait mis un chrisme sur son étendard. C'est Théodose qui fera en 393 du christianisme la seule religion autorisée de l'empire. Les persécutions se retourneront contre les païens, contre les juifs et contre tous ceux qui ne suivent pas le dogme, tel qu'il sera défini par les conciles (voir page 80) .
 La coexistence avec les juifs est au début pacifique ; les persécutions systématiques ne commenceront que beaucoup plus tard, à l'époque des Croisades. Pendant cette période, les Juifs mettent au point le Talmud entre le 3è et le 6è siècle : Talmud de Babylone et Talmud de Jérusalem, comprenant des commentaires de la Torah, qui continueront d'être faits au cours des siècles. La plupart des Juifs ne vit plus en terre d'Israël, mais forme la diaspora.
 
 

Conclusion : le christianisme continue la civilisation romaine
 Maintien du latin, de Rome comme capitale, etc. On lui doit les bases morales de notre civilisation même si parfois il y a eut quelques dérives violentes et intolérantes.


similaire:

L’Héritage romain Comment une petite cité a conquis le monde méditerranéen iconP roblématique : Que se passe-t-il après les invasions barbares et...
«L’ancienne loi qui prétend interdire sans raison le mariage des gens qui sont de même condition est déclarée nulle. La loi suivante...

L’Héritage romain Comment une petite cité a conquis le monde méditerranéen iconUne petite histoire de stratégies dans le monde de la chaussure de sport

L’Héritage romain Comment une petite cité a conquis le monde méditerranéen iconUne culture métissée entre héritage colonial et origines indigènes
«pièce de Guinée». Début du xixème siècle, des émigrants du monde entier débarquent au Brésil (Allemands, Italiens, Espagnols, Japonais,...

L’Héritage romain Comment une petite cité a conquis le monde méditerranéen iconPerché à plus de 175 mètres de hauteur, le bourg de Bécherel domine...

L’Héritage romain Comment une petite cité a conquis le monde méditerranéen iconL'installation des barbares et la fin de l'Empire romain
«foedus» → peuple fédéré Ils s'engagent a défendre l'empire romain en contrepartie d'argent

L’Héritage romain Comment une petite cité a conquis le monde méditerranéen iconNotes historiques et patrimoniales pour le dossier «petite cité comtoise de caractère»
«Fra [François ?] Clerevavl et Alix Hugoes ( ?) sa femme ont faict le pnt [présent] logis en l’an 1567» : réemploi ?

L’Héritage romain Comment une petite cité a conquis le monde méditerranéen icon1 Une géographie particulière au cœur de l’espace méditerranéen associée...
«botte», un relief souvent marqué, des nombreuses nuances climatiques et une variété extrême de paysages

L’Héritage romain Comment une petite cité a conquis le monde méditerranéen iconCité des Tricasses au iie siècle avant Jésus Christ, devenue Augustobona...

L’Héritage romain Comment une petite cité a conquis le monde méditerranéen iconMémoires maj
«Inventaire des destinataires des lettres connues (publiées ou encore inédites) de Romain Rolland», la deuxième la «Liste des publications...

L’Héritage romain Comment une petite cité a conquis le monde méditerranéen iconPréambule : Rappel des io pour les ce1 : DÉcouverte du monde
«Que sais-tu sur les oiseaux ? Que mangent-ils ? Comment se reproduisent-ils ? Comment se déplacent-ils ?»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com