La Bibliothèque électronique du Québec





télécharger 398.19 Kb.
titreLa Bibliothèque électronique du Québec
page5/11
date de publication19.05.2017
taille398.19 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11
Il est nôtre ! qu’il vous permet d’aller partout la tête haute, et de prétendre à des reines. Rendez grâce à votre père, comme moi je fis au mien. Nous devons à l’honneur de nos ancêtres, saintement conservé, de pouvoir regarder tout en face, et de n’avoir à plier le genou que devant une maîtresse, devant le Roi et devant Dieu. Voilà le plus grand de vos privilèges.

Le bon Chesnel avait assisté au déjeuner, il ne s’était pas mêlé des recommandations héraldiques, ni des lettres aux puissances du jour ; mais il avait passé la nuit à écrire à l’un de ses vieux amis, un des plus anciens notaires de Paris. La paternité factice et réelle que Chesnel portait à Victurnien serait incomprise, si l’on omettait de donner cette lettre, comparable peut-être au discours de Dédale à Icare. Ne faut-il pas remonter jusqu’à la mythologie pour trouver des comparaisons dignes de cet homme antique ?

« Mon cher et respectable Sorbier,

» Je me souviens, avec délices, d’avoir fait mes premières armes dans notre honorable carrière chez ton père, où tu m’as aimé, pauvre petit clerc que j’étais. C’est à ces souvenirs de cléricature, si doux à nos cœurs, que je m’adresse pour réclamer de toi le seul service que je t’aurai demandé dans le cours de notre longue vie, traversée par ces catastrophes politiques auxquelles j’ai dû peut-être l’honneur de devenir ton collègue. Ce service, je te le demande, mon ami, sur le bord de la tombe, au nom de mes cheveux blancs qui tomberaient de douleur, si tu n’obtempérais à mes prières. Sorbier, il ne s’agit ni de moi ni des miens. J’ai perdu la pauvre madame Chesnel et n’ai pas d’enfants. Hélas ! il s’agit de plus que ma famille, si j’en avais une ; il s’agit du fils unique de monsieur le marquis d’Esgrignon, de qui j’ai eu l’honneur d’être l’intendant au sortir de l’Étude, où son père m’avait envoyé, à ses frais, dans l’intention de me faire faire fortune. Cette maison, où j’ai été nourri, a subi tous les malheurs de la Révolution. J’ai pu lui sauver quelque bien, mais qu’est-ce en comparaison de l’opulence éteinte ? Sorbier, je ne saurais t’exprimer à quel point je suis attaché à cette grande maison que j’ai vue près de choir dans l’abîme des temps : la proscription, la confiscation, la vieillesse et point d’enfant ! Combien de malheurs ! Monsieur le marquis s’est marié, sa femme est morte en couches du jeune comte, il ne reste aujourd’hui de bien vivant que ce noble, cher et précieux enfant. Les destinées de cette maison résident en ce jeune homme, il a fait quelques dettes en s’amusant ici. Que devenir en province avec cent misérables louis ? oui, mon ami, cent louis, voilà où en est la grande maison d’Esgrignon. Dans cette extrémité, son père a senti la nécessité de l’envoyer à Paris y réclamer à la cour la faveur du Roi. Paris est un lieu bien dangereux pour la jeunesse. Il faut la dose de raison qui nous fait notaires pour y vivre sagement. Je serais d’ailleurs au désespoir de savoir ce pauvre enfant vivant des privations que nous avons connues. Te souviens-tu du plaisir avec lequel tu as partagé mon petit pain, au parterre du Théâtre-Français, quand nous y sommes restés un jour et une nuit pour voir la représentation du Mariage de Figaro ? aveugles que nous étions ! Nous étions heureux et pauvres, mais un noble ne saurait être heureux dans l’indigence. L’indigence d’un noble est une chose contre nature. Ah ! Sorbier, quand on a eu le bonheur d’avoir, de sa main, arrêté dans sa chute l’un des plus beaux arbres généalogiques du royaume, il est si naturel de s’y attacher, de l’aimer, de l’arroser, de vouloir le voir refleuri, que tu ne t’étonneras point des précautions que je prends, et de m’entendre réclamer le concours de tes lumières pour faire arriver à bien notre jeune homme. La maison d’Esgrignon a destiné la somme de cent mille francs aux frais du voyage entrepris par monsieur le comte. Tu le verras, il n’y a pas à Paris de jeune homme qui puisse lui être comparé ! Tu t’intéresseras à lui comme à un fils unique. Enfin je suis certain que madame Sorbier n’hésitera pas à te seconder dans la tutelle morale dont je t’investis. La pension de monsieur le comte Victurnien est fixée à deux mille francs par mois ; mais tu commenceras par lui en remettre dix mille pour ses premiers frais. Ainsi, la famille a pourvu à deux ans de séjour, hors le cas d’un voyage à l’étranger, pour lequel nous verrions alors à prendre d’autres mesures. Associe-toi, mon vieil ami, à cette œuvre, et tiens les cordons de la bourse un peu serrés. Sans admonester monsieur le comte, soumets-lui des considérations, retiens-le autant que tu pourras, et fais en sorte qu’il n’anticipe point d’un mois sur l’autre, sans de valables raisons, car il ne faudrait pas le désespérer dans une circonstance où l’honneur serait engagé. Informe-toi de ses démarches, de ce qu’il fait, des gens qu’il fréquentera ; surveille ses liaisons. Monsieur le Chevalier m’a dit qu’une danseuse de l’opéra coûtait souvent moins cher qu’une femme de la Cour. Prends des informations sur ce point, et retourne-moi ta réponse, Madame Sorbier pourrait, si tu es trop occupé, savoir ce que deviendra le jeune homme, où il ira. Peut-être l’idée de se faire l’ange gardien d’un enfant si charmant et si noble lui sourira-t-elle ! Dieu lui saurait gré d’avoir accepté cette sainte mission. Son cœur tressaillera peut-être en apprenant combien monsieur le comte Victurnien court de dangers dans Paris ; vous le verrez : il est aussi beau que jeune, aussi spirituel que confiant. S’il se liait à quelque mauvaise femme, madame Sorbier pourrait mieux que toi l’avertir de tous les dangers qu’il courrait. Il est accompagné d’un vieux domestique qui pourra te dire bien des choses. Sonde Joséphin, à qui j’ai dit de te consulter dans les conjonctures délicates. Mais pourquoi t’en dirais-je davantage ? Nous avons été clercs et malins, rappelle-toi nos escapades, et aie pour cette affaire quelque retour de jeunesse, mon vieil ami. Les soixante mille francs te seront remis en un bon sur le Trésor, par un monsieur de notre ville, qui se rend à Paris », etc.

Si le vieux couple eût suivi les instructions de Chesnel, il eût été obligé de payer trois espions pour surveiller le comte d’Esgrignon. Cependant il y avait dans le choix du dépositaire une ample sagesse. Un banquier donne des fonds, tant qu’il en a dans sa caisse, à celui qui se trouve crédité chez lui ; tandis qu’à chaque besoin d’argent le jeune comte serait obligé d’aller faire une visite au notaire qui, certes, userait du droit de remontrance. Victurnien pensa trahir sa joie en apprenant qu’il aurait deux mille francs par mois. Il ne savait rien de Paris. Avec cette somme, il croyait pouvoir y mener un train de Prince.

Le jeune comte partit le surlendemain accompagné des bénédictions de tous les habitués du Cabinet des Antiques, embrassé par les douairières, comblé de vœux, suivi hors de la ville par son vieux père, par sa sœur et par Chesnel, qui, tous trois, avaient les yeux pleins de larmes. Ce départ subit défraya pendant plusieurs soirées les entretiens de la ville, il remua surtout les cœurs haineux du salon de du Croisier. Après avoir juré la perte des d’Esgrignon, l’ancien fournisseur, le Président et leurs adhérents voyaient leur proie s’échappant. Leur vengeance était fondée sur les vices de cet étourdi, désormais hors de leur portée.

Une pente naturelle à l’esprit humain, qui fait souvent une débauchée de la fille d’une dévote, une dévote de la fille d’une femme légère, la loi des Contraires, qui sans doute est la résultante de la loi des Similaires, entraînait Victurnien vers Paris par un désir auquel il aurait succombé tôt ou tard. Élevé dans une vieille maison de province, entouré de figures douces et tranquilles qui lui souriaient, de gens graves affectionnés à leurs maîtres et en harmonie avec les couleurs antiques de cette demeure, cet enfant n’avait vu que des amis respectables. Excepté le Chevalier séculaire, tous ceux qui l’entourèrent avaient des manières posées, des paroles décentes et sentencieuses. Il avait été caressé par ces femmes à jupes grises, à mitaines brodées, que Blondet vous a dépeintes. L’intérieur de la maison paternelle était décoré par un vieux luxe qui n’inspirait que les moins folles pensées. Enfin, instruit par un abbé sans fausse religion, plein de cette aménité des vieillards assis sur ces deux siècles qui apportent dans le nôtre les roses séchées de leur expérience et la fleur fanée des coutumes de leur jeunesse, Victurnien, que tout aurait dû façonner à des habitudes sérieuses, à qui tout conseillait de continuer la gloire d’une maison historique, en prenant sa vie comme une grande et belle chose, Victurnien écoutait les plus dangereuses idées. Il voyait dans sa noblesse un marchepied bon à l’élever au-dessus des autres hommes. En frappant cette idole encensée au logis paternel, il en avait senti le creux. Il était devenu le plus horrible des êtres sociaux et le plus commun à rencontrer, un égoïste conséquent. Amené, par la religion aristocratique du moi, à suivre ses fantaisies adorées par les premiers qui eurent soin de son enfance, et par les premiers compagnons de ses folies de jeunesse, il s’était habitué à n’estimer toute chose que par le plaisir qu’elle lui rapportait, et à voir de bonnes âmes réparant ses sottises ; complaisance pernicieuse qui devait le perdre. Son éducation, quelque belle et pieuse qu’elle fût, avait le défaut de l’avoir trop isolé, de lui avoir caché le train de la vie à son époque, qui, certes, n’est pas le train d’une ville de province : sa vraie destinée le menait plus haut. Il avait contracté l’habitude de ne pas évaluer le fait à sa valeur sociale, mais relative ; il trouvait ses actions bonnes en raison de leur utilité. Comme les despotes, il faisait la loi pour la circonstance ; système qui est aux actions du vice ce que la fantaisie est aux œuvres d’art, une cause perpétuelle d’irrégularité. Doué d’un coup d’œil perçant et rapide, il voyait bien et juste ; mais il agissait vite et mal. Je ne sais quoi d’incomplet, qui ne s’explique pas et qui se rencontre en beaucoup de jeunes gens, altérait sa conduite. Malgré son active pensée, si soudaine en ses manifestations ; dès que la sensation parlait, la cervelle obscurcie semblait ne plus exister. Il eût fait l’étonnement des sages, il était capable de surprendre les fous. Son désir, comme un grain d’orage, couvrait aussitôt les espaces clairs et lucides de son cerveau ; puis, après des dissipations contre lesquelles il se trouvait sans force, il tombait en des abattements de tête, de cœur et de corps, en des prostrations complètes où il était imbécile à demi : caractère à traîner un homme dans la boue quand il est livré à lui-même, à le conduire au sommet de l’État quand il est soutenu par la main d’un ami sans pitié. Ni Chesnel, ni le père, ni la tante n’avaient pu pénétrer cette âme qui tenait par tant de coins à la poésie, mais frappée d’une épouvantable faiblesse à son centre.

Quand Victurnien fut à quelques lieues de sa ville natale, il n’éprouva pas le moindre regret, il ne pensa plus à son vieux père, qui le chérissait comme dix générations, ni à sa tante dont le dévouement était presque insensé. Il aspirait à Paris avec une violence fatale, il s’y était toujours transporté par la pensée comme dans le monde de la féerie et y avait mis la scène de ses plus beaux rêves. Il croyait y primer comme dans la ville et dans le Département où régnait le nom de son père. Plein, non d’orgueil, mais de vanité, ses jouissances s’y agrandissaient de toute la grandeur de Paris. Il franchit la distance avec rapidité. De même que sa pensée, sa voiture ne mit aucune transition entre l’horizon borné de sa province et le monde énorme de la capitale. Il descendit rue de Richelieu, dans un bel hôtel près du boulevard, et se hâta de prendre possession de Paris comme un cheval affamé se rue sur une prairie. Il eut bientôt distingué la différence des deux pays. Surpris plus qu’intimidé par ce changement, il reconnut, avec la promptitude de son esprit, combien il était peu de chose au milieu de cette encyclopédie babylonienne, combien il serait fou de se mettre en travers du torrent des idées et des mœurs nouvelles. Un seul fait lui suffit. La veille, il avait remis la lettre de son père au duc de Lenoncourt, un des seigneurs français le plus en faveur auprès du Roi ; il l’avait trouvé dans son magnifique hôtel, au milieu des splendeurs aristocratiques, le lendemain il le rencontra sur le boulevard, à pied, un parapluie à la main, flânant, sans aucune distinction, sans son cordon bleu que jadis un chevalier des Ordres ne pouvait jamais quitter. Ce duc et pair, Premier Gentilhomme de la Chambre du Roi, n’avait pu, malgré sa haute politesse, retenir un sourire en lisant la lettre du marquis, son parent. Ce sourire avait dit à Victurnien qu’il y avait plus de soixante lieues entre le Cabinet des Antiques et les Tuileries ; il y avait une distance de plusieurs siècles.

À chaque époque, le Trône et la Cour se sont entourés de familles favorites sans aucune ressemblance ni de nom ni de caractères avec celles des autres règnes. Dans cette sphère, il semble que ce soit le Fait et non l’Individu qui se perpétue. Si l’Histoire n’était là pour prouver cette observation, elle serait incroyable. La Cour de Louis XVIII mettait alors en relief des hommes presque étrangers à ceux qui ornaient celle de Louis XV : les Rivière, les Blacas, les d’Avaray, les Dambray, les Vaublanc, Vitrolles, d’Autichamp, Larochejaquelein, Pasquier, Decazes, Lainé, de Villèle, La Bourdonnaye, etc. Si vous comparez la Cour de Henri IV à celle de Louis XIV, vous n’y retrouvez pas cinq grandes maisons subsistantes : Villeroy, favori de Louis XIV, était le petit-fils d’un secrétaire parvenu sous Charles IX. Le neveu de Richelieu n’y est presque rien déjà. Les d’Esgrignon, tout-puissants sous Henri IV, quasi princiers sous les Valois, n’avaient aucune chance à la Cour de Louis XVIII, qui ne songeait seulement pas à eux. Aujourd’hui des noms aussi illustres que celui des maisons souveraines, comme les Foix-Grailly, faute d’argent, la seule puissance de ce temps, sont dans une obscurité qui équivaut à l’extinction. Aussitôt que Victurnien eut jugé ce monde, et il ne le jugea que sous ce rapport en se sentant blessé par l’égalité parisienne, monstre qui acheva sous la Restauration de dévorer le dernier morceau de l’État social, il voulut reconquérir sa place avec les armes dangereuses, quoique émoussées, que le siècle laissait à la noblesse : il imita les allures de ceux à qui Paris accordait sa coûteuse attention, il sentit la nécessité d’avoir des chevaux, de belles voitures, tous les accessoires du luxe moderne. Comme le lui dit de Marsay, le premier dandy qu’il trouva dans le premier salon où il fut introduit, il fallait se mettre à la hauteur de son époque. Pour son malheur, il tomba dans le monde des roués Parisiens, des de Marsay, des Ronquerolles, des Maxime de Trailles, des des Lupeaulx, des Rastignac, des Vandenesse, des Ajuda-Pinto, des Beaudenord, et des Manerville qu’il trouva chez la marquise d’Espard, chez les duchesses de Grandlieu, de Carigliano, chez les marquises d’Aiglemont et de Listomère, chez madame de Sérisy, à l’opéra, aux ambassades, partout où le mena son beau nom et sa fortune apparente. À Paris, un nom de haute noblesse, reconnu et adopté par le faubourg Saint-Germain qui sait ses provinces sur le bout du doigt, est un passeport qui ouvre les portes les plus difficiles à tourner sur leurs gonds pour les inconnus et pour les héros de la société secondaire. Victurnien trouva tous ses parents aimables et accueillants dès qu’il ne se produisit pas en solliciteur : il avait vu sur-le-champ que le moyen de ne rien obtenir était de demander quelque chose. À Paris, si le premier mouvement est de se montrer protecteur, le second, beaucoup plus durable, est de mépriser le protégé. La fierté, la vanité, l’orgueil, tous les bons comme les mauvais sentiments du jeune comte le portèrent à prendre, au contraire, une attitude agressive. Les ducs de Lenoncourt, de Chaulieu, de Navarreins, de Grandlieu, de Maufrigneuse, le prince de Blamont-Chauvry se firent alors un plaisir de présenter au Roi ce charmant débris d’une vieille famille. Victurnien vint aux Tuileries dans un magnifique équipage aux armes de sa maison ; mais sa présentation lui démontra que le Peuple donnait trop de soucis au Roi pour qu’il pensât à sa Noblesse. Il devina tout à coup l’ilotisme auquel la Restauration, bardée de ses vieillards éligibles et de ses vieux courtisans, avait condamné la jeunesse noble. Il comprit qu’il n’y avait pour lui de place convenable ni à la Cour, ni dans l’État, ni à l’armée, enfin nulle part. Il s’élança donc dans le monde des plaisirs. Produit à l’Élysée-Bourbon, chez la duchesse d’Angoulême, au pavillon Marsan, il rencontra partout les témoignages de politesse superficielle dus à l’héritier d’une vieille famille dont on se souvint quand on le vit. C’était encore beaucoup qu’un souvenir. Dans la distinction par laquelle on honorait Victurnien, il y avait la pairie et un beau mariage ; mais sa vanité l’empêcha de déclarer sa position, il resta sous les armes de sa fausse opulence. Il fut d’ailleurs si complimenté de sa tenue, si heureux de son premier succès, qu’une honte éprouvée par bien des jeunes gens, la honte d’abdiquer, lui conseilla de garder son attitude. Il prit un petit appartement dans la rue du Bac, avec une écurie, une remise et tous les accompagnements de la vie élégante à laquelle il se trouva tout d’abord condamné.

Cette mise en scène exigea cinquante mille francs, et le jeune comte les obtint contre toutes les prévisions du sage Chesnel, par un concours de circonstances imprévues. La lettre de Chesnel arriva bien à l’Étude de son ami ; mais son ami était décédé. En voyant une lettre d’affaires, madame Sorbier, veuve très peu poétique, la remit au successeur du défunt. Maître Cardot, le nouveau notaire, dit au jeune comte que le mandat sur le Trésor serait nul, s’il était à l’ordre de son prédécesseur. En réponse à l’épître si longuement méditée par le vieux notaire de province, Maître Cardot écrivit une lettre de quatre lignes, pour toucher, non pas Chesnel, mais la somme. Chesnel fit le mandat au nom du jeune notaire qui, peu susceptible d’épouser la sentimentalité de son correspondant et enchanté de se mettre aux ordres du comte d’Esgrignon, donna tout ce que lui demandait Victurnien. Ceux qui connaissent la vie de Paris savent qu’il ne faut pas beaucoup de meubles, de voitures, de chevaux et d’élégance pour employer cinquante mille francs ; mais ils doivent considérer que Victurnien eut immédiatement pour une vingtaine de mille francs de dettes chez ses fournisseurs, qui d’abord ne voulurent pas de son argent ; sa fortune étant assez promptement grossie par l’opinion publique et par Joséphin, espèce de Chesnel en livrée.

Un mois après son arrivée, Victurnien fut obligé d’aller reprendre une dizaine de mille francs chez son notaire. Il avait simplement joué au whist chez les ducs de Navarreins, de Chaulieu, de Lenoncourt, et au Cercle. Après avoir d’abord gagné quelques milliers de francs, il en eut bientôt perdu cinq ou six mille, et sentit la nécessité de se faire une bourse de jeu. Victurnien avait l’esprit qui plaît au monde et qui permet aux jeunes gens de grande famille de se mettre au niveau de toute élévation. Non seulement il fut aussitôt admis comme un personnage dans la bande de la belle jeunesse ; mais encore il y fut envié. Quand il se vit l’objet de l’envie, il éprouva une satisfaction enivrante, peu faite pour lui inspirer des réformes. Il fut, sous ce rapport, insensé. Il ne voulut pas penser aux moyens, il puisa dans ses sacs comme s’ils devaient toujours se remplir, et se défendit à lui-même de réfléchir à ce qu’il adviendrait de ce système. Dans ce monde dissipé, dans ce tourbillon de fêtes, on admet les acteurs en scène sous leurs brillants costumes, s’en s’enquérir de leurs moyens : il n’y a rien de plus mauvais goût que de les discuter. Chacun doit perpétuer ses richesses comme la nature perpétue la sienne, en secret. On cause des détresses échues, on s’inquiète en raillant de la fortune de ceux que l’on ne connaît pas, mais on s’arrête là. Un jeune homme comme Victurnien, appuyé par les puissances du faubourg Saint-Germain, et à qui ses protecteurs eux-mêmes accordaient une fortune supérieure à celle qu’il avait, ne fût-ce que pour se débarrasser de lui, tout cela très finement, très élégamment, par un mot, par une phrase ; enfin un comte à marier, joli homme, bien pensant, spirituel, dont le père possédait encore les terres de son vieux marquisat et le château héréditaire, ce jeune homme est admirablement accueilli dans toutes les maisons où il y a des jeunes femmes ennuyées, des mères accompagnées de filles à marier, ou des belles danseuses sans dot. Le monde l’attira donc, en souriant, sur les premières banquettes de son théâtre. Les banquettes que les marquis d’autrefois occupaient sur la scène existent toujours à Paris où les noms changent, mais non les choses.

Victurnien retrouva dans la société du faubourg Saint-Germain où l’on se comptait avec le plus de réserve, le double du Chevalier, dans la personne du vidame de Pamiers. Le vidame était un chevalier de Valois élevé à la dixième puissance, entouré de tous les prestiges de la fortune, et jouissant des avantages d’une haute position. Ce cher vidame était l’entrepôt de toutes les confidences, la gazette du faubourg ; discret néanmoins, et comme toutes les gazettes, ne disant que ce que l’on peut publier. Victurnien entendit encore professer les doctrines transcendantes du Chevalier. Le vidame dit à d’Esgrignon, sans le moindre détour, d’avoir des femmes comme il faut, et lui raconta ce qu’il faisait à son âge. Ce que le vidame de Pamiers se permettait alors, est si loin des mœurs modernes où l’âme et la passion jouent un si grand rôle, qu’il est inutile de le raconter à des gens qui ne le croiraient pas. Mais cet excellent vidame fit mieux, il dit en forme de conclusion à Victurnien : – Je vous donne à dîner demain au cabaret. Après l’Opéra où nous irons digérer, je vous mènerai dans une maison où vous trouverez des personnes qui ont le plus grand désir de vous voir. Le vidame lui donna un délicieux dîner au Rocher de Cancale, où il trouva trois invités seulement : de Marsay, Rastignac et Blondet. Émile Blondet était un compatriote du jeune comte, un écrivain qui tenait à la haute société par sa liaison avec une charmante jeune femme, arrivée de la province de Victurnien, cette demoiselle de Troisville mariée au comte de Montcornet, un des généraux de Napoléon qui avaient passé aux Bourbons. Le vidame professait une profonde mésestime pour les dîners où les convives dépassaient le nombre six. Selon lui, dans ce cas, il n’y avait plus ni conversation, ni cuisine, ni vins goûtés en connaissance de cause.

– Je ne vous ai pas appris encore où je vous mènerai ce soir, cher enfant, dit-il en prenant Victurnien par les mains et les lui tapotant. Vous irez chez mademoiselle des Touches, où seront en petit comité toutes les jeunes jolies femmes qui ont des prétentions à l’esprit. La littérature, l’art, la poésie, enfin les talents y sont en honneur. C’est un de nos anciens bureaux d’esprit, mais vernissé de morale monarchique, la livrée de ce temps-ci.

– C’est quelquefois ennuyeux et fatigant comme une paire de bottes neuves, mais il s’y trouve des femmes à qui l’on ne peut parler que là, dit de Marsay.

– Si tous les poètes qui viennent y décrotter leurs muses ressemblaient à notre compagnon, dit Rastignac en frappant familièrement sur l’épaule de Blondet, on s’amuserait. Mais l’ode, la ballade, les méditations à petits sentiments, les romans à grandes marges infestent un peu trop l’esprit et les canapés.

– Pourvu qu’ils ne gâtent pas les femmes et qu’ils corrompent les jeunes filles, dit de Marsay, je ne les hais pas.

– Messieurs, dit en souriant Blondet, vous empiétez sur mon champ littéraire.

– Tais-toi, tu nous as volé la plus charmante femme du monde, heureux drôle, s’écria Rastignac, nous pouvons bien te prendre tes moins brillantes idées.

– Oui, le coquin est heureux, dit le vidame en prenant Blondet par l’oreille et la lui tortillant, mais Victurnien sera peut-être plus heureux ce soir.

– Déjà ! s’écria de Marsay. Le voilà depuis un mois ici, à peine a-t-il eu le temps de secouer la poudre de son vieux manoir, d’essuyer la saumure où sa tante l’avait conservé ; à peine a-t-il eu un cheval anglais un peu propre, un tilbury à la mode, un groom...

– Non, non, il n’a pas de groom, dit Rastignac en interrompant de Marsay ; il a une manière de petit paysan qu’il a amené
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11

similaire:

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec

La Bibliothèque électronique du Québec iconLa Bibliothèque électronique du Québec






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com