La France de la 4ème République 1944 1958





télécharger 19.33 Kb.
titreLa France de la 4ème République 1944 1958
date de publication19.05.2017
taille19.33 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
La France de la 4ème République 1944 1958

1) 1944 1946 : le premier gouvernement de Gaulle.
La France est dans une situation de vide juridique à la fin de la guerre.

Les élites politiques sont détruites et les partis décomposés.

Les « vieux partis » français n’attirent plus, et les modèles sont plus américains et russes. Pour exemple, la charte du CNR est à la fois marquée par l’URSS (contrôle de l’Etat sur l’économie, justice sociale) et les USA (libertés, démocratie, prospérité).
Aucun « parti unique » de la résistance n’est créé mais la résistance forme (MRP) ou réforme (SFIO, PC) les partis.


  • le PC, « parti des 75 000 fusillés », a l’image d’un parti neuf

  • la SFIO peine à se moderniser

  • Le MRP, mouvement républicain populaire, rassemble les chrétiens de droite proches de de Gaulle et anticommunistes.

  • Les partis de droite sont discrédités, de même que le parti radical, trop assimilé à la 3ème République.



1945 : référendum sur le retour ou non à la troisième république. Les femmes votent pour la 1ère fois. 96% des Français abandonnent la 3ème République.

L’assemblée constituante est marquée par 3 partis : PC (premier parti), SFIO et MRP.
De Gaulle est élu président du gouvernement provisoire par l’assemblée du tripartisme. Il essaye de limiter l’influence du PC et s’heurte au pouvoir de l’assemblée.
En janvier 46, hostile aux projets de Constitution trop favorables à l’assemblée, il démissionne.
2) La constitution de la 4ème République, le tripartisme et son éclatement.
Le MRP ne suit pas de Gaulle et continue de participer au gouvernement du tripartisme PC SFIO MRP.

Le tripartisme, c’est de fait le règne des partis et des querelles.
Le premier référendum de 1946 sur le projet de constitution est un échec (le projet ressemble trop à la 3ème et les querelles de partis sont trop nombreuses).

D’où de nouvelles élections favorables au MRP, même si le tripartisme se maintient.

1946 : discours de Bayeux de de Gaulle pour une Constitution à l’exécutif fort et bicamériste.

De Gaulle se sépare du MRP.

Fin 1946, un nouveau référendum accepte de justesse la constitution, alors que l’abstention dépasse les 30%.
Les caractéristiques de la Constitution de la 4ème République :

  • une assemblée forte élue pour 5 ans. Le « Conseil de la République » et le Président ne sont que des contre pouvoirs. La dissolution de l’assemblée par le Président est possible mais strictement encadrée.

  • Le conseil de la République ne donne que des avis. Ses membres sont élus au suffrage indirect.

  • Le président de la République est élu pour 7 ans. Principal pouvoir : il nomme le président du conseil, qui doit ensuite être validé par l’assemblée (en pratique double investiture du président du conseil puis de l’équipe gouvernementale).


Toutefois, la 4ème n’était pas vouée à l’échec. Celui-ci tient aussi aux hommes en place et à la chute du tripartisme.
Election de fin 1946 : le tripartisme se maintient, mais si le PC (28% des voix) et le MRP sont hauts, la SFIO chute.
1947 : Auriol est élu président de la République.

Ramadier, socialiste, est nommé président du conseil, mais il se soumet trop à l’assemblée.
Les points de rupture du tripartisme :

  • économie : jusqu’où aller dans les nationalisations

  • colonies : début de la guerre d’Indochine en 1946. Le PC refuse de voter les crédits militaires et s’oppose violemment au MRP et à la SFIO.

  • Politique étrangère : participation au plan Marshall ou non ?


Mai 1947 : rupture du tripartisme sur la question des grèves à Renault (le motif immédiat d’exclusion des communistes n’est pas la guerre froide).

Le système constitutionnel implose.
3) La troisième force 1947 1952.
Le « danger communiste »
Septembre 1947 : doctrine Jdanov, hostile à la participation des communistes au gouvernement, qui prône l’affaiblissement des gouvernements « impérialistes » par des « guerres civiles froides ».

Hostilité des communistes à la guerre d’Indochine.

Grèves des 1947 1948, avec des violences graves.

1947 : création de CGT FO, contre la tendance communiste de la CGT.
Les grèves de 1947 1948 nuisent au PC, qui redevient le « parti de l’étranger ».
Le « danger » de droite : le RPF gaulliste.
1947 : création du RPF, Rassemblement du Peuple Français.

Thème : réforme de l’Etat et lutte contre le communisme.

Fort succès en 1947 1948 : victoires aux municipales de 1947, 400 000 adhérents en 1948.

Mais le RPF ne participe pas à l’assemblée et s’essouffle.
Les dangers RPF et PC mettent en danger la République, puisqu’à eux deux, ils totalisent plus de voix que tous les autres partis.
Face au RPF et au PC se constitue la 3ème force, qui rassemble MRP SFIO et radicaux.

Les divergences sont nombreuses et les gouvernements tombent, notamment sur les questions budgétaires. Face au communisme et au RPF, l’immobilisme devient une vertu.

Peu à peu, la troisième force devient de plus en plus à droite, au fur et à mesure que la SFIO se retire.

La politique de la 3ème force est de plus en plus dominée par l’anticommunisme et la troisième force, même si il ne faut pas oublier que le départ des communistes du gouvernement n’est pas directement lié à la guerre froide et à la doctrine Jdanov :

1949 : Pacte atlantique pré OTAN

Le MRP se « jette » dans l’idée européenne.

1949 : Conseil de l’Europe

1950 : CECA (ratification en 1951) et projet de CED, communauté européenne de défense

Dans les colonies, la 3ème force se montre ferme, à la fois par nationalisme et par communisme.

La situation n’avance pas en Afrique du Nord (les gouverneurs conservent tous les pouvoirs et les colons refusent, même en Algérie, que les « indigènes » aient un droit de vote équivalent aux Français.

Indochine : depuis 1949 et l’indépendance du Viet Nam, la France ne se bat plus pour ses colonies mais pour l’Etat « indépendant » de Bao Dai, ex empereur d’Annam remis en place par les Français.

La situation militaire se dégrade après 1949. Le conflit devient de plus en plus international : la Chine soutient Hô Chi Minh et les USA assurent la moitié des frais de l’armée française.
1951 : la 3ème force se disloque.

Grâce au système des « apparentements », les partis de la troisième force se maintiennent même si voix RPF et PC sont devant.

Pléven (radical) est président du conseil, mais la troisième force se disloque sur la question de la laïcité dans les écoles libres.
4) 1952 1954 : le centre droit au pouvoir et son échec.
1953 : de Gaulle dissout le RPF, parce que celui-ci ne répond plus à ses consignes et tend à voter pour le gouvernement à l’assemblée.

Politique de rigueur sociale et d’anticommunisme : 1952 : Jacques Duclos est arrêté.

« Expansion dans la stabilité » de Faure.

La politique coloniale reste ferme. Crise en Tunisie et au Maroc, où le sultan Mohammed V est déposé.

1954 : René Coty, homme de second plan (ce qui montre la faiblesse de la 4ème, où les partis se déchirent sur la question de la CED), est élu président de la République.
1953 : Conférence des Bermudes, les USA proposent de régler les conflits asiatiques par la négociation.

1954 : Diên Biên Phû. L’opinion devient hostile à la guerre.
En 1954, la 4ème République est au bord de l’effondrement :

  • échec de la rénovation des institutions

  • échec de la rénovation des partis

  • les forces politiques restent les mêmes que celles de la 3ème, inadaptées pour résoudre les nouveaux problèmes comme la guerre froide ou la décolonisation.

Cet immobilisme contraste avec les vigueurs de la société (modernisation économique, modernisation sociale).

similaire:

La France de la 4ème République 1944 1958 iconLa vème RÉpublique depuis 1958, une république nouvelle à L'Épreuve du temps

La France de la 4ème République 1944 1958 iconLa v° republique 1958 1995

La France de la 4ème République 1944 1958 iconCours 1944-1946 Quelle est la fonction du général ? Président du...

La France de la 4ème République 1944 1958 iconDe gaulle presente la constitution place de la republique (04/09/1958)
«Qu'il existe un parlement destiné à représenter la volonté politiques de la Nation, à voter les lois, à contrôler l'exécutif, mais...

La France de la 4ème République 1944 1958 iconPolitique et société en France de 1848 à 1958

La France de la 4ème République 1944 1958 iconChapitre n° 5 Document de prise de notes Le temps de la 4ème République
«Le «cœur forcé» partage avec quelques autres questions, telles, par exemple, que l’alimentation végétarienne ou la nocivité du vin,...

La France de la 4ème République 1944 1958 iconProblématique: Qu'entend-t-on par le terme République? Quelles sont...
«figure de la liberté», c'est à dire une femme avec un bonnet phrygien. Ainsi, à l'heure de sa fondation, la République née en 1792,...

La France de la 4ème République 1944 1958 iconI la 4иme Rйpublique, un rйgime parlementaire mais instable pour...

La France de la 4ème République 1944 1958 iconLa France depuis 1945 : fin de la ivème République, Ve République, politique et société
«régime néfaste des partis». Le scrutin était à la proportionnelle et IL y avait ainsi de nombreux petits partis, occasionnant un...

La France de la 4ème République 1944 1958 icon1958 : élection du gdg = établissement d’une nouvelle Constitution : 1
«La France du début des 70’s apparait plus éloignées de celle de 1945 que celle-ci pouvait l’être du 19ème siècle.»






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com