Notes personnelles





télécharger 177.65 Kb.
titreNotes personnelles
page1/5
date de publication20.05.2017
taille177.65 Kb.
typeNote
h.20-bal.com > loi > Note
  1   2   3   4   5
QUELQUES PISTES «  MIROIRS » Denis Olivier








Se mettre par trois avec miroirs et manipuler, jouer…

Décrire les situations proposées par chacun.

En déduire une activité possible en maternelle.

Echanger en collectif les situations et en déduire des hypothèses scientifiques.


Titre de l’atelier :

Description de la manipulation :


Observations :



Conclusion ou hypothèses scientifiques :



Pistes pour la classe :




Notes personnelles :

Pour chacune des situations, essayer d’en déduire une séance en maternelle à l’aide de la grille :


  1. Se regarder dans le miroir bouger…observer…




  1. Voir derrière soi : comment vais-je m’y prendre pour voir ce que vous faites dans mon dos quand je parle au tableau ?




  1. Voir derrière un obstacle : L’ATSEM derrière la porte entre ouverte nous fait des signes…, peut-on voir dans la cour sans se pencher par la fenêtre ? Les tuyaux ont-ils été bien peint ?




  1. Proposer un parcours à reculons…




  1. Jouer à la cible…




    • Immobile

    • en mouvement ( élève qui se déplace…)

    • atteindre la cible avec deux puis trois miroirs…




  1. Suivre le chemin tracé au tableau




  1. Jouer avec deux miroirs : constater… Regarder derrière sa tête…

je veux deux objets, quatre objet, puis-je en avoir trois ?...


  1. Trouver d’autres miroir dans la classe : Miroir et formes de miroir : cuillères, formes lisses et ronds (bols en inox, enjoliveurs de voiture…) le convexe et le concave…

Pourquoi l’image est renversée ?


  1. Montrer avec le bras la position d’une personne vue dans le miroir.




  1. Faire marcher la personne observée et la faire toujours montrer du doigt… Que se passe t-il ?




  1. Etiquette nom et miroir…que se passe-t-il ? Que proposer pour redresser ?...


Notes techniques
Pourquoi voit-on les objets qui nous entourent ?

 

Le ne sont pas les objets eux-mêmes que nous voyons mais une partie de la lumière qu'ils nous envoient. Certains objets ne sont visibles que parce qu'ils émettent de la lumière. Ainsi nous pouvons voir les ampoules électriques, les flammes, les étoiles ou les lucioles car ils produisent de la lumière qui arrive jusqu'à nos yeux. Dans le cas d'une étoile, c'est la lumière émise par cette étoile il y a plusieurs années que nous voyons. Si cette étoile s'éteint aujourd'hui, nous la verrons encore pendant plusieurs années. Mais la plupart des objets qui nous entourent ne produisent pas de lumière. Si nous les voyons, c'est parce qu'ils réfléchissent une partie de la lumière qui arrive jusqu'à eux

Culbutos :
Même démarche :
Découvrir un objet caché sous une table avec un, deux (voire trois miroirs) en utilisant, un deux (voire trois acteurs…)
    Deviner qui est dans le couloir.
    Que peut-on utiliser comme miroir ? (cuillères, surfaces lisses et brillantes …)
Cycle2
    Eclairer un objet en utilisant un, deux miroirs (modifier les paramètres source,  miroirs, objet…)  Schématiser le trajet sur papier.
    Prévoir la position des miroirs,
    Eclairer une cible avec les rayons du soleil.
    Eclairer un objet derrière en tenant une lampe devant soi.

Cycle3
    Utiliser trois miroirs. Passer à l’abstraction : tracé des trajets, égalité des angles d’incidence et de réflexion,



Applications : Les mirages, les apparitions - Miroirs concaves, convexes en utilisant une feuille métallique .
Symètrie ...Construire un périscope. Schématiser le trajet sur papier.

Connaissances élève: Les rayons lumineux sont réfléchis par un miroir. Les objets sont visibles dans un miroir parce que les rayons qu’ils envoient vers notre œil sont réfléchis par le miroir. Un miroir non plan déforme les objets.

LES OMBRES….

Pour être vu un objet doit être éclairé. L’ombre est une absence de lumière.
    La source lumineuse, l’objet et l’ombre sont toujours alignés, toujours dans le même ordre. Les ombres dues à la lumière solaire sont parallèles.
Connaissances enseignant :
    La couleur des objets correspond à une synthèse soustractive.
    La couleur d’un objet est la couleur de la lumière qu’il renvoie vers notre œil et que notre cerveau interprète (cf Lumière blanche).
    Un objet ne peut diffuser que les lumières colorées qu’il reçoit. Il absorbe certaines couleurs grâce à ses pigments. Un objet blanc reçoit de la lumière blanche et renvoie toutes les lumières colorées. Un objet noir éclairé, reçoit de la lumière blanche mais absorbe toutes les lumières colorées. Un objet rouge éclairé par la lumière blanche absorbe toutes les couleurs et ne diffuse que le rouge. Eclairé en rouge il diffuse de la lumière rouge, éclairé en vert il ne diffuse aucune lumière, il paraît noir.

La couleur des objets
 Informations à l'usage de l'enseignant concernant la couleur des objets

    Toutes les choses visibles émettent de la lumière., mais certaines produisent de la lumière d’autre la réfléchissent.
( Une ampoule produit de la lumière grâce à l’échauffement de son filament, mais le mur sur lequel arrive cette lumière se contente de la réfléchir)
    Les objets sont colorés par soustraction.
(Quand la lumière blanche arrive sur un objet, celui-ci absorbe certaines couleurs et en réfléchit d’autres, qui lui donnent sa « couleur »
    Ex: Les feuilles sont vertes parce qu’elles absorbent presque toutes les couleurs, sauf le vert)
 

Fabriquer du magenta
Ce carré absorbe le vert de la lumière blanche et réfléchit le bleu et le rouge qui lui donnent sa couleur Magenta








Fabriquer du Cyan
Ce carré absorbe le rouge de la lumière blanche et réfléchit le bleu et le vert qui lui donnent
sa couleur Cyan




Fabriquer du jaune
Ce carré absorbe le bleu de la lumière blanche et réfléchit le rouge et le vert qui lui donnent
sa couleur jaune








Fabriquer du noir
Ce carré absorbe le vert, le rouge, le bleu de la lumière blanche et ne renvie aucune lumière, ce qui lui donne sa couleur noire


 

Couleur de la lumière 

Couleur de l’encre (filtre)

Couleur perçue par l’oeil

Couleur absorbée

 

 Cyan 

Vert + Bleu

Rouge

Blanc 

magenta

Rouge + Bleu

Vert

 

jaune 

Rouge + Vert 

Bleu




Couleur de la lumière 

Couleur de l’encre (filtre)

Couleurs absorbées

Couleur perçue par l’oeil

 

  Cyan + magenta

Rouge + Vert

Bleu

Blanc

Magenta + jaune

Vert + Bleu

Rouge

 

Jaune + Cyan

Rouge + Bleu

Vert




Jaune + Cyan + Mag

Rouge + Vert + Bleu

Aucune (noir)



Le ciel et l'imaginaire






Doubles pages



CRDP du Limousin |  2000 |
17,5 cm x 25 cm

 





Première approche, en moyenne et en grande section, des phénomènes astronomiques : course apparente du soleil dans le ciel pendant la journée, rythme cyclique du jour et de la nuit, mouvement apparent des constellations durant la nuit. .







 



réf: 870B0082





















Enseigner la technologie à l'école maternelle CRDP d'Acquitaine CRDP d'Aquitaine |  2004 |
175 pages  

Enseigner la technologie à l'école maternelle : une pratique incontournable. En démontrant que l'acte technique est au cœur des apprentissages fondamentaux, les auteurs mettent à mal les hiérarchies disciplinaires implicites.











 






Cycle 1










Miroirs convexes et concaves

En observant les miroirs, on observe que la lumière "choisit" le trajet le plus rapide et ricoche sur les objets comme une balle sur un mur : elle rebondit sous un angle égal à celui sous lequel elle a frappé l'obstacle. Si le miroir est convexe ou concave, les rayons réfléchis divergent ou convergent et peuvent produire de troublantes illusions.



Le ressort intouchable

Dans une niche, à portée de main, brille un ressort de métal, et pourtant impossible de le saisir ! Ce ressort est bien réel mais on ne voit que son reflet. Le ressort se reflète dans un miroir concave. Les rayons lumineux qu'il émet convergent pour former, en avant du miroir, cette image d'une extrême netteté.









[Plans et manips |

visite virtuelle

|  Pour en savoir plus]




La réflexion de la lumière

Lorsqu’un rayon de soleil filtre dans une pièce obscure, ce que l’on voit n’est pas la lumière elle-même, mais la poussière en suspension qu’elle illumine. De même, l’image émise par un projecteur de diapositives n’est visible que si le faisceau rencontre un objet faisant écran. Inversement, c’est la réflexion de la lumière sur les objets qui les rend visibles. Une surface claire renvoie la lumière. Sombre, elle en absorbe une grande part, rugueuse, elle la diffuse dans toutes les directions. Lisse et polie, elle réfléchit les rayons sans les disperser et reflète les images : c’est un miroir. Transparente et lisse, comme vitres ou flaques d’eau, elle laisse passer la lumière et peut en refléter une partie. Translucide, c’est-à-dire irrégulière, comme le verre dépoli, elle diffuse la lumière qu’elle réfléchit et celle qui la traverse…



Quelques jeux de « réflexion » :

- Entre vous et moi
Un miroir transparent recouvert d'une très fine couche de chrome vous sépare de votre partenaire. En variant la lumière vous voyez plus ou moins le visage de votre partenaire apparaître sur votre reflet.
- Multipliez-vous
Un jeu de miroirs réfléchit votre image à l’infini.
- Le miroir antigravité
Quand réflexion devient lévitation...











La lumière et l'arc en ciel

En décomposant la lumière solaire à l'aide d'un prisme, Isaac Newton, à la fin du XVIIe siècle, établit qu'elle est composée des couleurs de l'arc-en-ciel. Mais il imagine ces couleurs comme des corpuscules. Il faut attendre 150 ans pour que se construise, provisoirement, une théorie plus satisfaisante : le flux lumineux se propage comme une onde ; les couleurs que révèle le prisme correspondent aux différentes longueurs d'onde qui composent, du violet au rouge, la lumière solaire.

Maxwell, à la fin du XIXe siècle, élargit la théorie : la lumière est une partie d'un phénomène bien plus vaste, le rayonnement électromagnétique, large gamme de radiations vibrant à des fréquences différentes. En allant des longueurs d'onde les plus courtes aux plus longues, on trouve les rayons gamma, les rayons X, les ultraviolets, la lumière visible, les infrarouges, les micro-ondes, les ondes de télévision et de radio.

Mais certains phénomènes s'expliquaient mieux si la lumière était considérée comme une onde, d'autres si elle était composée de particules... Au début du XXe siècle, Einstein réconcilie les deux théories : la lumière est un " bombardement " de particules, les photons, qui se propage dans le vide à 300 000 km/s, piloté par des ondes.



L'arc en ciel de Newton

L'expérience et la perplexité de Newton, en 1666 : la décomposition de la lumière blanche au moyen du prisme.









[Plans et manips |

visite virtuelle

|  Pour en savoir plus]



[Plans et manips |

visite virtuelle

|  Pour en savoir plus]



Illusions d'optique

Un masque suit le passant du regard ; un objet qui tourne paraît osciller ; une même nuance de gris semble plus claire sur un fond plus sombre… Les illusions d’optique ne sont pas des erreurs de notre œil, mais des créations de notre cerveau, qui, habitué à traduire les sensations d’une certaine manière et recevant un message nouveau, l’interprète de façon erronée.

Ces erreurs de perception nous renseignent sur la perception normale. Notre cerveau, par exemple, considère que la lumière vient habituellement d’en haut. Pour lui, tout surplomb projette une ombre vers le bas. Si l’on éclaire un creux de bas en haut, le cerveau sera trompé et percevra le creux comme un relief.

De même : nous jugeons de l’éloignement des objets par leur taille relative. Qu’une figure géante apparaisse à l’arrière-plan et notre perception peut se renverser. Inversement, l’impression d’éloignement s’accroît si on échelonne dans la profondeur des objets artificiellement petits : c’est un procédé qu’utilisent souvent les décors de théâtre ou de cinéma.





Masque et antimasque

On ne voit que ce que l’on veut voir. Le cerveau a tendance à considérer que ces deux masques sont en relief alors que le masque de droite est en réalité l’impression en creux de celui de gauche.













Synthèse additive et soustractive

Quand la lumière solaire frappe une feuille, un pigment, la chlorophylle absorbe toutes les radiations lumineuses à l’exception des ondes moyennes que notre œil interprète comme du vert. Notre vision des couleurs résulte d’une interaction entre la réceptivité de l’œil et la façon dont la matière réfléchit la lumière. Un tissu dont nous avons apprécié la couleur sous le néon du magasin change de teinte à la lumière du jour…

Ces interactions expliquent l’apparente complexité de l’art de manier les couleurs : peintres, imprimeurs, éclairagistes ou techniciens de télévision emploient des langages différents selon qu’ils mélangent pigments ou lumières. Sur la toile, on obtient toutes les nuances en mélangeant cyan, magenta et jaune ; on parle de synthèse soustractive, puisque les pigments soustraient à la lumière blanche les couleurs qu’ils absorbent. Sur l’écran de télévision, au contraire, les points lumineux rouges, verts et bleus se combinent pour créer toutes les autres teintes; c’est la synthèse additive. Les deux systèmes sont complémentaires. En synthèse soustractive, jaune et cyan donnent du vert. En synthèse additive, rouge et vert donnent du jaune.



Jouer avec la lumière

Une source de lumière émet des faisceaux de lumière blanche ou filtrée en bleu, rouge ou vert. Filtres colorés, lentilles, miroirs plats et courbes permettent de réaliser de nombreuses expériences : dévier les rayons lumineux, les faire diverger ou converger, modifier leur couleur...









[Plans et manips |

visite virtuelle

|  Pour en savoir plus]
  1   2   3   4   5

similaire:

Notes personnelles iconNotes personnelles

Notes personnelles iconL’économie de la vie privée : les données personnelles au cœur des...
«[l]a théorie économique considère les données personnelles (DP) comme des biens particuliers, des ressources immatérielles dont...

Notes personnelles iconSélection d’expositions personnelles et d’évènements

Notes personnelles iconRecherches personnelles
Mise en bouche du texte : vous choisirez un passage que vous lirez d’une façon expressive

Notes personnelles iconPeut-on réguler les réseaux sociaux ?
«Si plus de personnes faisaient la même chose, je pense que les publicitaires pourraient nous payer directement pour nos données...

Notes personnelles iconBibliographie p Introduction Indications pour la rédaction de l’introduction...

Notes personnelles iconNotes os/2

Notes personnelles iconNotes : M. Jacquemet

Notes personnelles iconNotes A. Philippoteaux

Notes personnelles iconNotes de la rédaction






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com