Les fiches de synthese de la g. R. H. Dess management des ressources humaines





télécharger 1.42 Mb.
titreLes fiches de synthese de la g. R. H. Dess management des ressources humaines
page9/46
date de publication20.05.2017
taille1.42 Mb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   46

Retour au sommaire




FICHE 2.2 Promotion / Enrichissement des fonctions et postes





Objectif

Il s’agit de redéfinir l’organisation du travail afin d’améliorer la motivation, la qualité de vie au travail.

Ceci représente des défis quotidiens pour les cadres de la fonction Ressources Humaines.


Une réorganisation radicale du travail peut contribuer de manière significative à l’amélioration de la qualité et de la productivité tant dans l’industrie que dans les services (cf. « l’empowerment » aux Etats-Unis).


Retour au sommaire

FICHE 2.2.1 Diagnostic



Dans un premier temps, il convient d’avoir une vue très claire des problèmes éventuels et de l’opportunité d’un changement en ce qui concerne d’une part :

  1. L’efficacité, la performance de l’individu et du groupe

  2. La motivation intrinsèque des emplois dans leur travail individuel et collectif

  3. La satisfaction de l’individu et du groupe en ce qui concerne l’organisation du travail et son contexte organisationnel

D’autre part, les facteurs extrinsèques (rémunération, style de management, rapport avec les collègues…)

Il convient d’établir dans un second temps, pour chaque type de poste ou de fonction " critiques " les tâches et activités essentielles pour :

  1. L’amélioration des compétences clés de l’entreprise

  2. Le développement des individus de l’entité concernée


FICHE 2.2.2 Solutions proposées



Les instances impliquées dans la mise en place du projet doivent être très claires sur leur objectif, l’accent étant mis soit :

_Sur l’augmentation " horizontale " du nombre de tâches à effectuer.

Par l’enrichissement, l’élargissement de fonctions ou postes : cadre d’une hypothèse de restructuration de postes individuels. Il est nécessaire de :

  1. Connaître la proportion de salariés aptes à développer les connaissances et compétences essentielles et prêts à s’investir dans la polyvalence

  2. S’interroger sur la façon de fournir le meilleur soutien organisationnel à cette nouvelle polyvalence.

Il est important qu’il y ait une étroite collaboration entre l’encadrement " client " et la fonction. Ceci tant sur le plan stratégique qu’opérationnel

_Sur une responsabilisation " verticale " accrue de la mission.

Les équipes autonomes ont l’avantage d’offrir :

  1. Une solution radicale aux problèmes de qualification et de motivation endémiques au système taylorien,

  2. Dans certains cas, le véritable noyau d’une nouvelle structure organisationnelle mieux adaptée aux environnements complexes et changeants.

Retour au sommaire




FICHE 2.3 Aménagement du temps de travail





Objectif

répondre au besoin de compétitive de l’entreprise en organisant les temps de présence en entreprise

L’horizon temporel de la vie active d’un salarié suit le schéma suivant :

fiche de synthese\gestion-rh_org - les bases de la gestion des ressources humaines [grh]2_fichiers\b2_fichiers\temps.gif

Le cadre de référence, que l’entreprise prend en compte pour une politique d’aménagement du temps de travail :

  1. En interne :

    Périodes

    Modes d’aménagement

    Journée

    Equipes, horaires souples, variables, particuliers ( si accord du comité d’entreprise et information à l’inspection du travail.)

    Semaine

    Semaine souple, comprimée, horaires variables (par voie d’accord & sous respect de la durée légale).

    Mois

    Horaires variables, temps partiel (durée du travail est inférieure d’1/5 à la durée légale ou la durée conventionnelle, sur une base mensuelle ou annuelle).

    Année

    Congés supplémentaires, étalement des congés, épargne congés, travail saisonnier.

    vie active

    Epargne retraite, travail temps partiel, préparation à la retraite.

  2. En externalisant : télétravail, plates-formes communes…

  3. ATT / ARTT

Le programme des 35 heures :

  1. 35 heures au 1er janvier 2000 pour les entreprises de plus de 20 salariés,

  2. 35 heures au 1er janvier 2002 pour tous.

La loi voulant inciter les partenaires à négocier, la RTT peut s’inscrire dans un cadre hebdomadaire, mensuel, annuel ou pluriannuel ; pour les entreprises optant pour le compte épargne temps, la loi révise le sort des heures supplémentaires.

L’application d’une RTT entraîne une réorganisation du travail qui n’est généralement pas simultanée.

De même, les répercussions sur le marché du travail demandent un délai de l’ordre de deux ans ; pour les entreprises, la mesure nécessite trois ans d’exploitation pour être optimisée.
Retour au sommaire

FICHE 2.3.1 LES PRERETRAITES



La préretraite est un dispositif qui permet à un salarié d’anticiper sur l’âge légal de son départ en retraite pour cesser son activité soit totalement, soit partiellement tout en conservant une partie de ses ressources antérieures.
Si ces différents systèmes s’adressent pratiquement à un même public (les salariés âgés de 55 ans et plus), il n’en demeure pas moins qu’ils diffèrent par leur vocation (il s’agit d’une cessation totale d’activité pour la préretraite totale FNE et la préretraite totale UNEDIC et d’une cessation partielle d’activité pour la préretraite progressive) et par leur financement.
La préretraite contre embauche (ARPE)

Qui peut en bénéficier?
Pour pouvoir bénéficier:


- d'un départ en préretraite contre embauche,

- et de l'allocation dite ARPE (allocation de remplacement pour l'emploi), le salarié doit remplir certaines conditions d'âge et de durée de cotisation à l'assurance vieillesse.
Il doit :

  • être né en 1942 ou avant,

  • totaliser au moins 160 trimestres validés au titre de l'assurance vieillesse,

  • justifier d'au moins 12 années d'affiliation à l'assurance chômage,

  • justifier d'au moins une année d'ancienneté chez son employeur,

  • ne pas bénéficier d'un autre dispositif de cessation d'activité (préretraite progressive exclue).


Cas particuliers


Les salariés nés en 1943, 1944 ou 1945 ayant commencé à travailler très jeunes pouvaient en bénéficier.
Cette possibilité n'a pas été reconduite depuis 2001.
Demande

Le salarié doit avoir effectué la demande avant le 1er janvier 2003.


Il n'est donc plus possible d'adhérer à ce régime.


Le salarié devait s’adresser à l'ASSEDIC dont relève l'établissement l’employant.


Montant et versement
Montant de l'allocation


Il est égal à 65 % de l’ancien salaire brut, calculé sur les douze derniers mois d'activité, dans la limite de 9 728 EUR par mois.


Il ne peut être inférieur au montant de l'allocation spéciale du FNE (26,89 EUR par jour depuis le 1er janvier 2003).


L’allocation est revalorisée en principe une fois par an, en juillet.


Le salarié bénéficie également d'une indemnité de cessation d'activité


Elle est égale au montant de l'indemnité de départ à la retraite à l'initiative du salarié, calculée sur la base de l'ancienneté acquise au moment de la rupture du contrat.

Versement de l'allocation


Il est assuré par le fonds paritaire d'intervention et est interrompu en cas de reprise d'activité rémunérée.
Il peut être repris si le salarié perd cet emploi.


Droits sociaux
Couverture sociale


En cas de maladie, l'allocation continue à être versée.

La caisse de sécurité sociale dont le salarié dépend rembourse les frais médicaux, pharmaceutiques...

Retraite complémentaire


Les droits à la retraite complémentaire sont validés.

Les cotisations correspondantes sont calculées en fonction de votre rémunération antérieure, sur la base du taux obligatoire des régimes de retraite complémentaire.


Le salarié peut également bénéficier du maintien:

- des avantages de retraite liés au taux supplémentaire des retraites,

- des régimes de prévoyance(mutuelle).


Un accord de branche ou entre l'employeur et la majorité des salariés concernés est nécessaire.
Vous devez en contrepartie verser les cotisations correspondantes.
Où s'adresser pour toute information?

- aux représentants du personnel de l'entreprise,

- à une organisation syndicale,

- à une caisse de retraite (pour la reconstitution et l'attestation de carrière),

- à l'ASSEDIC du lieu de votre employeur.
La préretraite totale : allocation spéciale licenciement
Le salarié peut bénéficier de l'allocation spéciale licenciement si:

- dans le cadre d'un plan social accompagnant un programme de licenciements, l’ employeur a conclu avec l'Etat une convention d'allocation spéciale du FNE (Fonds national de l'emploi),
- le salarié fait l'objet d'un licenciement pour motif économique et n’est pas susceptible de reclassement.

Condition d'âge


Pour en bénéficier, le salarié doit être âgé d'au moins 57 ans à la fin du contrat de travail.
A titre exceptionnel, il peut bénéficier de l'allocation spéciale de licenciement à 56 ans.
S’il a plus de 60 ans, il ne doit pas pouvoir bénéficier d'une retraite à taux plein.


Il doit également:

- justifier à la fin du contrat de travail d'au moins un an d'appartenance continue dans l'entreprise,
- avoir appartenu au moins 10 ans à un ou plusieurs régimes de sécurité sociale au titre d'emplois salariés,
- ne pas pouvoir bénéficier d'une pension de vieillesse pour inaptitude au travail.


Pour continuer à en bénéficier, il doit:

- ne pas demander la liquidation d'avantages de vieillesse acquis à titre personnel postérieurement à la rupture du contrat de travail (droits à la retraite acquis par cotisations; vous pouvez avoir demandé la liquidation d'une pension de réversion),

- ne plus exercer d'activité professionnelle.


Montant de l'allocation :
- 65 % de son salaire de référence, dans la limite du plafond de la sécurité sociale (2 432 EUR par mois, depuis le 1er janvier 2003),

- 50 % de ce salaire au delà, dans la limite de deux fois ce plafond (4 864 EUR).
Le montant minimal de l'allocation est de 26,89 EUR par jour (au 01/01/2003).


Durée de versement


L'allocation est versée jusqu'à 60 ans, au plus tard 65 ans s’il ne peut pas bénéficier de la retraite avant.
Le versement est suspendu si vous reprenez une activité (ou réduit, sous certaines conditions, si l'activité ne dépasse pas 16 heures par mois).

Il peut reprendre si le salarié perd ce travail y compris en cas de démission.


Indemnités de départ, prélèvement


Une partie des indemnités de départ est prélevée pour financer l'allocation.

Il est égal à la différence entre l'indemnité conventionnelle de licenciement et l'indemnité de départ à la retraite ou l'indemnité légale de licenciement (sans pouvoir excéder 40 fois le salaire journalier moyen si le salarié est âgé de 57 ans ou plus, 45 fois s’il est âgé de 56 ans).


Adhésion à la convention FNE


Pour partir en préretraite, le salarié doit adhérer personnellement à la convention d'allocation spéciale FNE établie au moyen du formulaire Cerfa n°11562*02http://vosdroits.service-public.fr/images/cerfa.gif.


Pour toute information, adressez-vous:


- aux représentants du personnel,

- à une organisation syndicale,

- à la direction départementale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP),

- à l'ASSEDIC.

La préretraite progressive

Un salarié peut bénéficier d'une convention de préretraite progressive si:

- il accepte la transformation de son emploi,

- il est âgé de plus de 55 ans et de moins de 65 ans,

- il a au moins un an d'ancienneté à temps complet dans l'entreprise.


La préretraite progressive consiste en la transformation de l’emploi à temps plein en poste à temps partiel.

Condition d'âge et d'ancienneté


Si le salarié a plus de 60 ans, il ne doit pas pouvoir bénéficier d'une retraite à taux plein.
Il peut bénéficier d'une convention de préretraite progressive s’il a appartenu au moins 10 ans à un ou plusieurs régimes de sécurité sociale au titre d'emplois salariés.


Le salarié peut bénéficier d'une convention de préretraite progressive si:

- il est physiquement apte à exercer un emploi,

- l’employeur a conclu avec l'Etat une convention de préretraite progressive,

- le salarié adhère personnellement à la convention, au moyen du formulaire Cerfa n°11561*02http://vosdroits.service-public.fr/images/cerfa.gif.
Attention, la demande doit être effectuée avant le 31 décembre 2004.

En contrepartie l'employeur doit:


- soit procéder à des embauches compensatrices de demandeurs d'emploi,

- soit diminuer le nombre des licenciements économiques prévus.


En outre, l’employeur devra verser une contribution financière, sauf exception.

La rémunération comprend:

- le salaire correspondant à l’activité à temps partiel,

- une allocation versée par les ASSEDIC.


Le montant de cette allocation ne peut être inférieure à 13,45 EUR par jour (depuis le 1er janvier 2003).

Montant de l'allocation


Il correspond à:

- 30 % du salaire de référence dans la limite du plafond de la sécurité sociale (2 432 EUR par mois depuis le 1er janvier 2003),

- 25 % de ce salaire au delà, dans la limite de deux fois ce plafond (4 864 EUR).
Versement de l'allocation


Elle est versée au plus tard jusqu'à 65 ans, tant que le salarié ne remplit pas les conditions pour bénéficiez d'une retraite à taux plein.

Elle est suspendue si le salarié accroît sa durée de travail chez son employeur ou reprend une activité professionnelle complémentaire.


Un avenant écrit au contrat de travail doit préciser:

- la durée du travail,

- les périodes de travail et la répartition des heures,

- le montant et le mode de calcul de la rémunération mensuelle,

- les conditions de modification des heures de travail.


Si le salarié perd son emploi à mi-temps


Il peut bénéficier de l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE), s’il remplit les conditions

Pour toute information:

- aux représentants du personnel,

- à une organisation syndicale,

- à la direction départementale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP),

- à l’ASSEDIC.

La préretraite progressive : modulation de la durée du travail
Le salarié est bénéficiaire d'une convention de préretraite progressive.


Dans le cadre d'un avenant à cette convention, il peut moduler sa durée de travail à temps partiel en la faisant varier annuellement.


Pendant la période d'application de la convention, qui ne peut excéder cinq ans, il doit travailler en moyenne 50 % de votre durée de travail antérieure à l'entrée en préretraite.


Durée du travail


Il ne doit pas dépasser annuellement un maximum égal à 80 % de la durée de travail antérieure, ni un minimum égal à 20 % de cette durée.


Exemple : le salarié peut demander de travailler 60 % la première année, 50 % la seconde, 40 % la troisième.
En effet, (60% + 50% + 40%) : 3 = 50%.


En revanche, il ne peut pas demander de moduler sa durée de travail ainsi:

(80% + 60% + 10%) : 3 = 50% , puisqu’il serait la troisième année en dessous du seuil des 20%.

Si la dernière année de préretraite n'est pas complète, un coefficient sera appliqué pour le calcul.
Si, par exemple, votre convention porte sur deux ans et six mois, vous pourrez demander à travailler:
(60% + 45% + 20%) : 2,5 = 50 %.


Rémunération
Elle est constante et indépendante de la durée de travail effectuée.


Pour toute information

- aux représentants du personnel de l'entreprise,

- à une organisation syndicale,

- à la direction départementale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle (DDTEFP),

- aux ASSEDIC.


Retour au sommaire
Fiche 2.3.2 : Les préretraites conventionnelles d’entreprise


  • La mise en place :


Elle est réalisée par accord professionnel, convention collective, accord d’entreprise ou par engagement unilatéral de l’employeur.

Leur application est soumise en général au moins à une condition d’ancienneté et d’age.
En pratique, ces dispositifs peuvent recouvrer les situations suivantes :

  • cessation totale d’activité avant l’age normal de la retraite (« congé de fin de carrière ») ;

  • cessation progressive d’activité ;

  • réduction du temps de travail.




  • Les effets :


L’indemnité conventionnelle de départ en retraite :
Au moment de la liquidation de la retraite, les intéressés perçoivent l’indemnité conventionnelle de départ en retraite selon l’ancienneté acquise.
Les compléments versés par l’employeur :
Le régime des compléments :


  • Le congé de fin de carrière :

Il permet aux salariés qui le souhaitent de réduire progressivement, ou de cesser définitivement leur activité avant l’age normal de la retraite, sans rompre leur contrat de travail, qui n’est que suspendu.

Les intéressés perçoivent un « salaire d’inactivité », qui conserve la nature d’une rémunération d’activité.

Ce salaire doit supporter les cotisations d’assurance maladie au taux normal et non pas au taux réduit des préretraites « légales » ou de celles conventionnelles qui complètent ces dernières.


  • Les autres systèmes :

Tous les compléments versés par l’employeur sont soumis à une cotisation maladie de :

- 1,7% lorsqu’ils résultent de dispositions conventionnelles, tels qu’accords professionnels ou interprofessionnels, conventions collectives, accords d’entreprise ou d’établissement ;

- 1% s’ils résultent de décisions unilatérales de l’employeur.
Les droits relatifs aux compléments :
Les compléments ne donnent droit à aucune validation gratuite au titre de la retraite complémentaire AGIRC ou ARRCO.

Cependant, il est possible de valider les périodes de préretraites d’entreprise au titre de la retraite complémentaire non cadre et/ou cadre moyennant le versement de cotisations.
- Les entreprise adoptant des dispositions dispensant partiellement de leur activité des salariés âgés d’au moins 55 ans, peuvent continuer à verser des cotisations sur la base des rémunérations qui auraient été dues en cas de maintien de l’activité à temps plein.

Cette décision est prise par accord d’entreprise ou par accord entre l’employeur et la majorité des personnels concernés et prend effet au 1er janvier de l’année de la demande.
- Les entreprises mettant en place un dispositif dispensant totalement de leur activité des salariés d’au moins 55 ans par accord collectif peuvent décider de verser des cotisations de retraite complémentaire. Cet accord doit prévoir le versement direct ou indirect d’allocations « dite de préretraite » qui cessent d’être versées au bénéficiaire qui reprendrait une activité ou feraient liquider une retraite par anticipation.
La décision de cotiser doit être prise par accord d’entreprise ou par accord entre l’employeur et la majorité des personnes concernées. Elle s’impose à l’ensemble des salariés qui bénéficient ou bénéficieront de la préretraite.

La durée de versement :
Les cotisations de retraite complémentaires sont versées jusqu’au 60ème anniversaire des intéressés (ou jusqu’à l’âge ou ils ne peuvent bénéficier de la retraite à taux plein et au plus tard jusqu’à 65 ans).
Conclusion
Les préretraites conventionnelles constituent un outil souple de gestion des préretraites pour l’entreprise. Mais le coût financier de ce système est en intégralité supporté par l’employeur.

Cessation anticipée d’activité des travailleurs victimes de l’amiante



  • Les bénéficiaires :


Deux catégories de salariés et anciens salariés peuvent en bénéficier:

  • les salariés ayant travaillé dans une entreprise ou un établissement utilisant de l'amiante, ou les ayant mis en contact avec de l'amiante,

  • les salariés atteints d'une maladie professionnelle due à l'amiante.




  1. Les salariés ayant travaillé dans une entreprise ou un établissement utilisant de l’amiante, ou les ayant mis en contact avec de l’amiante


Les salariés sont concernés s’ils ont travaillé ou travaillent :

  • dans un établissement de fabrication de matériaux contenant de l'amiante,

  • dans un établissement de flocage ou calorifugeage à l'amiante.

La liste de ces établissements est fixée par les arrêtés des 03 juillet et 12 octobre 2000, 1er août 2001, 24 avril et 12 août 2002.


  • dans un établissement de construction ou réparation navale. La liste de ces établissements est fixée par les arrêtés du 07 juillet 2000, 28 septembre 2001, 24 avril et 12 août 2002.

  • en tant que dockers ou personnels portuaires en contact avec l'amiante (manipulations de sacs..). La liste des établissements concernés est fixée par les arrêtés des 28 mars et 30 avril 2002.


Condition d'âge L'âge pour pouvoir en bénéficier est calculé en divisant votre durée d'activité dans ces établissements par trois, et soustrayant le résultat de 60 ans. Par exemple, si vous avez travaillé 12 ans dans ces établissements, vous pourrez partir à: 60 - 4 = 56 ans. L'âge minimum est fixé à 50 ans.


  1. Les salariés ou anciens salariés reconnus atteints d'une maladie professionnelle causée par l'amiante


Ces maladies sont fixées par les arrêtés du 29 mars 1999 et du 03 décembre 2001. Ils peuvent prétendre au dispositif dès l'âge de 50 ans, sans condition de durée d'activité.


  1. Régime particulier


Peuvent également en bénéficier les marins et anciens marins victimes du maladie professionnelle causée par l'amiante, et les marins mécaniciens ou ayant navigué sur des navires transportant de l'amiante, âgés d'au moins 50 ans. Le versement est dans ce cas assuré par l'Etablissement national des invalides de la marine (ENIM).



    • Montant de l'allocation :




  1. Allocation

Vous percevez une allocation, calculée en fonction d'un salaire de référence correspondant aux 12 derniers mois d'activité salariée, et égale à:

  • 65% du salaire de référence pour la partie inférieure à 2 432 EUR par mois (pour 2003),

  • 50 % du salaire pour la partie comprise entre 2 432 EUR et 4 864 EUR.




  1. Montant de l'allocation


Elle ne peut être inférieure au montant minimum de l'allocation spéciale du FNE (Fonds national de l'emploi), soit 26,49 EUR par jour (depuis le 1er janvier 2002).

En outre, le prélèvement des cotisations d'assurance maladie, de la CSG et de la CRDS ne peut réduire le montant de l'allocation en deçà de 1 148 EUR (depuis le 1er juillet 2002).


  1. Calcul du montant


A noter que certaines périodes où la rémunération du salarié a été réduite peuvent ne pas être prises en compte dans le calcul du salaire de référence. Ceci notamment en cas de plan social dans l'entreprise, de chômage partiel, de périodes de versement d'indemnité journalière ou de pension d'invalidité, de travail à temps partiel ou de mi-temps thérapeutique..



    • Comment faire la demande?


Le salarié doit s’adresser à la caisse régionale d'assurance maladie de son domicile (du dernier emploi en cas de résidence à l'étranger) ou à l'ENIM si le salarié est marin ou ancien marin. Les salariés devront remplir Le formulaire de demande correspondant à leur statut et fournir toutes pièces justificatives.

Dans tous les cas, la caisse doit vous accuser réception de la demande dans les huit jours.
La caisse régionale vous notifie sa décision dans un délai de deux mois (trois mois pour les demande antérieures au 31 décembre 1999).

Si elle est positive, vous devez présenter votre démission à votre employeur. Vous bénéficiez de l'indemnité de préavis ou de l'indemnité compensatrice de préavis.

En cas de refus la décision doit vous être notifiée par lettre recommandée, mentionnant les possibilités de recours.

De même, si vous n'avez pas obtenu de réponse dans le délai de deux mois, votre demande est considérée comme rejetée Vous pouvez recourir à la commission de recours amiable de la caisse, puis engager une procédure devant le tribunal des affaires de la Sécurité sociale.



    • Versement et cumul :




  1. Versement


L'allocation vous est versée au salarié mensuellement à terme échu, jusqu'à ce qu’il puisse bénéficier d'une retraite à taux plein, au plus tard jusqu'à 65 ans. Elle ne peut se cumuler avec une allocation de chômage, de préretraite, une pension de vieillesse ou d'invalidité, ou l'allocation parentale d'éducation à taux plein.

Une allocation différentielle peut lui être versée si il perçoit:

- une pension d'invalidité (servie par un régime obligatoire),

- une pension de réversion,

- une pension de veuf ou veuve versée par le régime général,

- une pension de retraite versée par un régime spécial de sécurité sociale.


  1. Calcul de l'allocation différentielle


La caisse déduit du montant brut de l'allocation de cessation d'activité le montant de l'autre pension (certaines majorations, pour enfant ou tierce personne, étant neutralisées). Sont ensuite déduites du résultat les cotisations sociales. Des règles particulières s'appliquent si vous êtes susceptibles de percevoir un avantage non contributif (minimum vieillesse).

Cessation anticipée d’activité de certains travailleurs salariés


    • Conditions pour en bénéficier :



• L’existence d’un Accord professionnel national

Le salarié peut en bénéficier si un accord professionnel national dans le secteur d'activité de son entreprise a été conclu fixant:

  • le champ d'application,

  • les conditions d'ouverture du droit à la cessation d'activité,

  • les conditions d'âge,

  • le montant de l'allocation, ses modalités de versement, et les conditions de la reprise d'activité.


• Conditions relatives à l’âge
L'accord professionnel national détermine l'âge d'accès au dispositif. Toutefois, le salarié ne pourrez bénéficier d'une prise en charge partielle de l'allocation par l'Etat qu'à partir de 57 ans et jusqu'à 65 ans maximum, et qu'à condition d'avoir adhéré au plus tôt à 55 ans.
Vous devez adhérer personnellement au dispositif, et être salarié de l'entreprise depuis au moins un an. Vous ne devez pas réunir les conditions pour bénéficier d'une retraite à taux plein.
• Les autres conditions


  • un accord d'entreprise doit avoir été conclu, fixant le nombre maximum de bénéficiaires,

  • l’ entreprise concernée doit être passée au 35 heures, et disposer d'un accord collectif sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

  • le salarié doit adhérer personnellement au dispositif, et être salarié de l'entreprise depuis au moins un an.

  • Le salarié ne doit pas réunir les conditions pour bénéficier d'une retraite à taux plein.


Pour prétendre à une prise en charge partielle de l'allocation par l'Etat, le salarié doit :

  • soit avoir accompli quinze années de travail à la chaîne ou de travail en équipes successives,

  • soit avoir travaillé habituellement plus de 200 nuits par an pendant quinze ans.


Si le salarié est handicapé, il peut bénéficier du régime s’il justifie d'au moins 40 trimestres de cotisations pour la retraite.


    • Effets de l'adhésion au dispositif



Pendant la période d'adhésion au dispositif:

  • le contrat de travail est suspendu,

  • le bénéficiaire ne peut pas exercer d'activité professionnelle,

  • le bénéficiaire ne peut percevoir les indemnités de l'assurance chômage, ni bénéficier d'une pension de retraite ou d'un avantage de vieillesse.


• L’allocation :

Le bénéficiaire perçoit une allocation Son montant est partiellement pris en charge par l'Etat dans la limite de:

  • 65% du salaire de référence pour la partie inférieure à 2 432 EUR,

  • 50 % du salaire de référence pour la partie comprise entre 2 432 et 4 864 EUR. (Montants valables depuis le 1er janvier 2003).

Le taux de la prise en charge par l'Etat varie selon l’ âge lors de l'adhésion au dispositif.

Il s'élève à 20 % du montant de l'allocation si la personne y a adhéré à 55 ans, à 35 % si elle y a adhéré à 56 ans, et 50 % si elle y a adhéré à 57 ans ou plus.
• Prise en compte pour la retraite
Depuis le 1er janvier 2001, les périodes de versement de l'allocation, si une convention est conclue avec l'Etat, comptent pour l'ouverture de droits à pension de retraite.

Les cotisations sont prises en charge par le Fonds de solidarité vieillesse.
• Prise en compte pour la retraite complémentaire
Pendant la période d'adhésion au dispositif, les cotisations aux régimes de retraite complémentaire sont prises en charge intégralement par l'Etat, lorsque l’ allocation l'est également.

1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   46

similaire:

Les fiches de synthese de la g. R. H. Dess management des ressources humaines iconProgramme Classe première stmg sciences de gestion
«Ressources Humaines». Marc, collaborateur du Directeur des Ressources Humaines, vient à sa rencontre pour se présenter. Béatrice,...

Les fiches de synthese de la g. R. H. Dess management des ressources humaines iconGestion des ressources humaines
«corps social» Dans cette perspective la Gestion des ressources humaines doit tendre à améliorer la communication transversale, tout...

Les fiches de synthese de la g. R. H. Dess management des ressources humaines iconConsignes: Découpez les documents des dernières pages et collez-...

Les fiches de synthese de la g. R. H. Dess management des ressources humaines iconEt les activites humaines document d’accompagnement pour des activités pédagogiques
«Espace – éducation ressources associées – images satellitaires» du site jeanlouisetienne fr, à l’adresse suivante

Les fiches de synthese de la g. R. H. Dess management des ressources humaines iconGestion des ressources humaines
«étendues» font coexister plusieurs catégories de salariés, les siens et ceux des fournisseurs et des ses sous-traitants, souvent...

Les fiches de synthese de la g. R. H. Dess management des ressources humaines iconA – la relation Stratégie-ressources humaines
«l ’étude de la diversité des décisions a pour objectif de mettre en évidence que les décisions présentent des contenus, induisent...

Les fiches de synthese de la g. R. H. Dess management des ressources humaines iconDépartement Pluridisciplinaire de Lettres et de Sciences Humaines...
«probatoire» qui permet aux étudiants ayant choisi les sciences humaines et sociales de vérifier si leur choix a été le bon et de...

Les fiches de synthese de la g. R. H. Dess management des ressources humaines iconRessources pour mettre en œuvre le programme de Sixième
«Ressources essentielles par thèmes» regroupe des ressources fondamentales classées par thèmes du programme et dans l’ordre suivant...

Les fiches de synthese de la g. R. H. Dess management des ressources humaines iconDépartement Pluridisciplinaire de Lettres et de Sciences Humaines (dplsh)
«probatoire» qui permet aux étudiants ayant choisi les sciences humaines et sociales de vérifier si leur choix a été le bon et de...

Les fiches de synthese de la g. R. H. Dess management des ressources humaines iconBibliographies, discographies, ressources en ligne…
«S’il n’en fallait qu’un…» : je signale ainsi les ouvrages ou les ressources musicales qui, pour chaque catégorie, me paraissent...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com