Comment s’affirme le pouvoir royal du xvi° au xviii° siècle en France





télécharger 45.22 Kb.
titreComment s’affirme le pouvoir royal du xvi° au xviii° siècle en France
date de publication21.05.2017
taille45.22 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
L’EMERGENCE DU « ROI ABSOLU »

D’après le programme, l’étude doit se faire en deux temps : la vie et l’action d’un souverain ou un événement significatif, puis le château de Versailles et la cour de Louis XIV et une œuvre littéraire et artistique de son règne.
Proposition de mise en œuvre :

Problématique : Comment s’affirme le pouvoir royal du XVI° au XVIII° siècle en France


  1. L’autorité du roi menacée, puis rétablie

Problématique : Comment la monarchie, après avoir « subi une éclipse » parvient à nouveau à s’imposer


  1. L’affaiblissement du pouvoir royal avec les conflits religieux du XVI° siècle

Problématique : Comment les « conflits religieux du XVI° siècle » affaiblissent l’autorité royale

NB : Dans le programme, il n’est pas fait mention de « guerres de religions », mais de « conflits religieux ».
Document 1 : La Saint – Barthélémy le 24 août 1572, peinture de François DUBOIS (Amiens 1529-Genève 1584)

Document associé pour faciliter la lecture : croquis explicatif (Magnard 5e, 2005, page 195)

Exercice :

    • Où et quand a lieu la scène ?

    • Qui sont les victimes ?

    • Qui sont les agresseurs ?

    • A l’aide de trois exemples, expliquez pourquoi on parle de « massacre ».

    • Comment et pourquoi s’acharne –t-on sur l’amiral de Coligny ?


On dénombre environ 3 000 morts à Paris, puis plus de 5 000 morts en province.

On atteint le paroxysme de la violence et de l’intolérance dans l’histoire « des guerres de religions ».

« Guerres de religions » de 1562 à 1598 (huit guerres entrecoupées de trêves et ponctuées de massacres) sous Charles IX (1560 – 1574), Henri III (1574 – 1589), Henri IV (1589 – 1610).

Guerres opposant :

      • les Français chrétiens catholiques, dirigés par le Duc de GUISE, à la tête de la Sainte – Ligue (créée en 1576), et soutenus par l’Espagne

      • les Français chrétiens protestants surnommés « huguenots » (au nombre d’environ deux millions en 1560, mais minoritaires) dirigés par l’Amiral Gaspard de COLIGNY.

Donc il s’agit d’une guerre civile.

Document 2 : Extrait du journal de Pierre de l’Estoile pour le règne d’Henri III, 1574 – 1589 (NATHAN 5e, 2005, page 174).

Exercice :

        • Pourquoi les Parisiens s’en prennent – ils au roi Henri III ?

        • Quelles formes prend le pouvoir ?

        • Quelle est la conséquence de cette révolte ?


L’autorité du roi est affaiblie.

Henri III est assassiné par un moine catholique fanatique, Jacques CLEMENT, car il a accordé d’importants droits aux protestant (1576).
Trace écrite possible :

Au XVI° siècle, la France est déchirée par une guerre civile (1562 – 1598) due à des conflits religieux entre chrétiens catholiques et chrétiens protestants. Exemple : la Saint – Barthélémy, le 24 Août 1572. Les rois qui se succèdent ne parviennent pas à rétablir la paix, et leur autorité est contestée.


  1. La paix imposée par le roi

Problématique : Comment le roi rétablit l’autorité royale et l’autorité du royaume
Document 3 : L’Edit de Nantes (1598) ; des extraits et la photographie de la première page.

Exercice :

  • Qui est l’auteur de ce texte ?


Présenter ici Henri IV. Henri III étant mort sans héritier, Henri de Navarre (cousin au 21° degré), protestant, devient le roi Henri IV. C’est le premier souverain de la dynastie des Bourbon. Il doit reconquérir son royaume en affrontant la Ligue et les Espagnols.

Mais, Paris lui résiste. Il doit abjurer sa religion le 25 Juillet 1593. Puis, il est sacré roi le 27 Février 1594 à Chartres, et entre enfin dans Paris, le 22 Mars 1594.


  • Quels sont les objectifs de l’auteur ?

  • Quelle est la religion officielle du royaume ?

  • Quelle autre religion est autorisée ? Quelle expression la désigne ?

  • Que reconnaît l’article 22 ?

  • Tous les Français ont – ils les mêmes droits (quelle que soit leur religion)? Justifiez votre réponse.


Document 4 : D’après Berger de XIVREY, Henri IV, « Lettres missives d’Henri IV » (1599), Paris 1850 (Magnard page 191) : Henri IV s’adresse au Parlement de Paris qui refuse d’enregistrer l’édit de Nantes.
Ce document sert à évoquer les contre – pouvoirs, et donc à relativiser le pouvoir absolu du roi.
Document associé : Relations des ambassadeurs vénitiens sur les affaires de France, au XVI° siècle (Magnard 2005, page 189) : cet extrait présente le roi comme « le maître absolu ».

Ce document permet de montrer que Louis XIV n’a pas inventé le pouvoir absolu.

Exercice (dans la continuité de ce qui est travaillé en Sixième) :

Imaginez que vous êtes Henri IV : expliquez que vous avez voulu mettre fin aux guerres de religions et réconcilier les Français grâce à l’édit de Nantes, et montrez les difficultés que vous avez rencontrées.
Avec l’édit de Nantes, c’est le retour de la paix et de la prospérité. Henri IV réaffirme l’autorité royale et le prestige de la monarchie (par exemple avec le développement de l’ « industrie » de luxe), puis rétablit la paix avec les Etats voisins. Assassiné par RAVAILLLAC en 1610, un catholique sans doute attisé par les ligueurs voulant empêcher Henri IV de faire la guerre aux Habsbourg (Espagnols notamment).

Trace écrite possible :

Le roi Henri IV (1589 – 1610) rétablit l’unité du royaume et réaffirme l’autorité royale en promulguant l’édit de Nantes (1598) qui impose la tolérance religieuse dans le royaume.
Exercice :

Compléter la carte du royaume de France au XVI° siècle.
Le programme, dans la partie « Capacités », indique que les élèves doivent connaître « L’évolution des limites du royaume du début du XVI° à 1715 ». On peut commencer à construire la carte à ce moment de la leçon.



  1. Versailles et la mise en scène du pouvoir royal

Problématique : Comment le château de Versailles symbolise le pouvoir absolu du roi
L’idée est de construire le cours à partir de Versailles, et donc de choisir, de préférence, des œuvres conservées à Versailles, ou en lien direct avec Versailles.


  1. Louis XIV maître de maison comme du royaume

Problématique : Comment Versailles symbolise le pouvoir du roi
Document 1 : La chambre du roi (photo).

Document accompagnant le propos comme un fil rouge : Emploi du temps simplifié du roi (par exemple dans Magnard 4e, 2002, page 35, ou extrait des Mémoires sur la Cour de Louis XIV, XVII° siècle, de Jean – Baptiste PRIMI VISCONTI (dans Magnard 2006, page28).
Document associé si on veut insister sur la mise en scène : Le lever du roi d’après L’Etat de la France rédigé par les Bénédictins de la Congrégation de Saint – Maur (début XVIII°). (Belin 4e, 2006, page 32).

Ou autre document possible : Dans la chambre du roi, peinture de François MAROT, 1693 (Belin 4e, 2006, page 32), musée du château de Versailles.
Exercice :

    • Pourquoi le roi se lève – t – il en public (en présence de la Cour) ?

    • Pourquoi y a – t – il une barrière au pied du lit du roi ?


Introduire ici la différenciation entre l’espace des Hommes et l’espace divin, que l’on retrouve avec les jardins.
La Cour est soumise au respect de l’étiquette.
Document d’illustration : Extrait des Mémoires du Duc de SAINT – SIMON, 1715 (Nathan 4e, 2006, page 33). Le roi domestique la noblesse en l’obligeant à vivre à la Cour, à Versailles.

Document associé : Une lettre de cachet (par exemple dans Hachette 4e, 2006, page 43, ou celle de FOUQUET). C’est l’arbitraire royal. Il serait judicieux de personnifier avec FOUQUET.
Trace écrite possible :

Le roi Louis XIV (règne personnel de 1661 à 1715) met en scène son pouvoir (exemple : lever du roi en public) à Versailles. Les nobles, obligés de vivre près de lui, sont soumis à l’étiquette. Le roi peut, à tout moment, faire emprisonner qui il veut, sans avoir à se justifier ; c’est l’arbitraire royal.
Document 2 : Plan du château et des jardins.

Exercice :

  • Où se situe la chambre du roi par rapport au château ?

  • Pourquoi ce choix ?

  • Quelle est son orientation ? Pourquoi ?


Document d’illustration : Représentation du « Roi – Soleil » (Hachette 2006, page 35).


  • Vers quoi les fenêtres de la chambre du roi ouvrent – elles ?

  • Vers où convergent les trois larges avenues qui traversent la ville de Versailles ?


(Lien possible avec les routes royales et l’organisation, encore visible aujourd’hui, des grands axes de circulation en étoile depuis Paris.)

La ville de Versailles (environ 45 000 habitants en 1713) symbolise le royaume. Donc, le roi dirige et surveille sa maison comme le royaume ; il est au centre de tout. Il semble même régler la course du Soleil (alignement avec le bassin d’Apollon) et domestiquer la nature (jardins à la française).
Trace écrite possible :

Plan de Versailles complété par les élèves.

Document 3 : Façade du château (tableau ou photo).

Exercice :

  • Cherchez qui sont les architectes et décorateurs de Versailles.

  • Décrivez la façade du château. (rectiligne, horizontal, symétrique, imposant)

  • Quelle impressionne le roi veut – il donner ? (régularité, ordre, discipline, harmonie, équilibre, calme, rigueur).


Art classique élevé au rang d’art monarchique par Louis XIV, pour montrer la puissance et la gloire du roi.
Trace écrite possible :

Le château de Versailles (par exemple : façade classique) permet au roi de montrer sa puissance et sa gloire.
Document 4 : Extrait des Mémoires pour l’instruction du Dauphin, 1666 (Nathan 2006, page 35).

Exercice :

  • D’après Louis XIV, qui détient l’autorité dans le royaume ?

  • Comment le roi qualifie – t – il ce type de pouvoir ?


On veut faire émerger « Roi absolu », monarchie absolue.
Document 5 : Louis XIV en costume de sacre, peinture de TESTELIN, 1667, musée du château de Versailles (Nathan 2006, page 43).
On peut, pour utiliser un tableau qui se trouve à Versailles, et pour étudier un portrait plus compréhensible pour des élèves de Cinquième que celui de RIGAUD, choisir celui de TESTELIN ; d’autant plus que cela permet de faire le lien avec la suite (Louis XIV, protecteur des Arts et des Lettres).
Exercice :

  • Quels sont les insignes du pouvoir royal ?

  • Quelle image le roi veut – il donner de lui – même ?

  • A quelle cérémonie religieuse ce tableau fait – il indirectement référence ? Que signifie–t–elle ?


Louis XIV est un roi catholique.
Exercice :

Dans l’emploi du temps du roi, qu’est- ce qui prouve son attachement à la religion ?

D’où la révocation de l’édit de Nantes par l’édit de Fontainebleau (1685).
Représentant de Dieu sur Terre : Roi de droit divin.

Possibilité d’associer ici un extrait de La Politique tirée de l’Ecriture sainte (1678 – 1709) de BOSSUET.

Trace écrite possible :

Le roi Louis XIV détient un pouvoir considérable qui est censé venir de Dieu : c’est la monarchie absolue de droit divin. Il défend donc la religion chrétienne catholique et révoque l’édit de Nantes (de 1598) par l’édit de Fontainebleau (1685).
Document 6 : Extraits du Bourgeois gentilhomme de MOLIERE, accompagné d’un extrait de la musique du Bourgeois gentilhomme de LULLY.

Documents associés : Une partition de LULLY, des images de costumes de ballets (musée Carnavalet, BNF…), emploi du temps du roi.

Autre document d’illustration possible : Gravure d’une représentation à Versailles en 1673, BNF (Belin 4e, 2006, page 39).

Coordination et concertation indispensables avec les enseignants d’Education musicale et de Lettres.
Exercice :

  • Quelles impressions se dégagent de cette musique ?

  • Quel peut être l’objectif du musicien (LULLY)?

  • Comment appelle – t –on ce type d’œuvre mêlant musique, danse et théâtre ?

  • Quel est le sujet de cette œuvre ?

  • Qu’essaye de faire MOLIERE ?

  • Que peut – on en déduire sur Louis XIV ?


Louis XIV divertit la Cour par de nombreux spectacles auxquels il participe longtemps (il danse jusqu’en 1670, entouré des meilleurs danseurs de son temps ; c’est un danseur émérite). C’est un roi protecteur des arts, mécène (faire le lien avec le document 5 en observant les objets aux pieds du roi). Mais aussi, l’art est au service de la gloire du roi.

Louis XIV a ordonné à LULLY de travailler avec MOLIERE pour faire, entre autre, cette comédie – ballet qui est une grande première (et à l’origine de l’opéra « à la française »). Louis XIV cesse de danser à cette époque et le ballet de cour disparaît de facto. Louis XIV cherche un modèle des Arts et des Lettres pour toute l’Europe. Il faut donc inventer une autre forme musicale ; LULLY invente alors la comédie – ballet.

Avec LULLY on voit naître l’orchestre moderne et il influe considérablement sur l’évolution et les goûts musicaux de son temps. Jamais un musicien n’a reçu un tel soutien financier et moral de la part d ‘un souverain.

A noter que la première représentation a eu lieu au château de Chambord, avec LULLY dans le rôle du mufti, et MOLIERE dans celui de M. JOURDAIN. Mais, le Bourgeois gentilhomme a été donné ensuite à plusieurs reprises à Versailles, à la demande du roi et de la Cour (car c’était un véritable succès).
En travaillant sur Le Bourgeois gentilhomme, il ne s’agit pas de se substituer aux collègues de Lettres ou d’Education musicale, mais de donner à entendre l’Histoire (si souvent désespérément silencieuse pour nos élèves), et de permettre aux élèves d’avoir un petit aperçu des distractions de la cour de Louis XIV, puisqu’ils doivent être capables de raconter une journée de la vie du roi à Versailles. De plus, la musique n’est-elle pas un langage universel ? Enfin, le travail mené sur cette œuvre peut parfaitement s’inscrire à la fois dans l’Histoire des Arts et le Parcours culturel de l’élève.
Il m’a semblé judicieux de choisir (mais ça n’a rien d’obligatoire) une interprétation menée sous la houlette de Jordi SAVALL, musicien très attaché à restituer au plus près et aussi fidèlement que possible, l’atmosphère et donc le son de l’époque ; il adopte une posture proche de celle de l’historien qui élabore une reconstitution, car les instruments à cordes avaient un son moins « rond « , plus « aigrelet » parfois, et moins « homogène » qu’aujourd’hui (j’utilise à dessein des termes de profane faciles à comprendre par les élèves).
Pour choisir l’extrait musical, on a deux possibilités. Soit on utilise un seul extrait : dans ce cas, l’ouverture, comme l’introduction d’un texte, présente les grands thèmes qui seront exposés dans la suite de l’œuvre. Soit on travaille sur la structure et la nature de la comédie – ballet, et on montre l’articulation entre texte et musique (par exemple avec la cérémonie turque).

Pour la problématique que j’ai choisie (car elle me semble être la plus simple pour des élèves de Cinquième), l’ouverture permet, notamment par son rythme, de faire le lien avec la thématique de l’art au service de la grandeur et de la gloire du souverain. Il me paraît important de présenter des images de costumes pour favoriser l’imagination, la compréhension (pourquoi ce rythme ?), mais aussi le message qui doit passer au-delà du sujet de la pièce (puissance, gloire du roi).

Il va de soi que le fait de présenter un morceau de musique classique n’est en aucun cas l’occasion de faire un cours de Musique ou d’audition (comme au Conservatoire). On s’appuie sur le travail effectué en cours d’Education musicale, tout en ayant une démarche d’historien.
Comment les élèves réagissent-ils ? La première fois qu’ils entendent et écoutent de la musique classique en classe, ils soufflent, rient, manifestent leur étonnement. Une fois cette étape franchie, ils évoquent des sentiments (« c’est triste ») ou des impressions (« c’est mou », « ça donne envie de danser », « on dirait l’armée qui défile », ou même, « on dirait le roi qui marche »). Il faut ensuite, comme pour n’importe quel document, les amener à préciser et à analyser (« triste » veut souvent dire en fait pour eux, « lent », ou « majestueux », ou « solennel »…). Il faut donc les aider à trouver « les mots pour le dire ».


Trace écrite possible :

Louis XIV, protecteur des arts (notamment la musique et la danse qu’il pratique avec talent), distrait la cour par de nombreux spectacles (par exemple : la comédie – ballet du Bourgeois gentilhomme de MOLIERE et LULLY). Il recherche toujours plus de grandeur, de noblesse et d’éclat.
2. Le « plus grand roi de la Terre »

Problématique : Comment Versailles symbolise la gloire et la grandeur du roi, même au-delà des frontières du royaume
Document 7 : Louis XIV reçoit l’ambassadeur de Perse dans la galerie des glaces, le 19 Février 1715, peinture de COYPEL (1715), musée du château de Versailles (Hachette 4e, 2006, page 34).

Document d’illustration possible : Extrait des Mémoires de SAINT – SIMON décrivant la scène.

Exercice :

  • Qui est présent ?

  • Où se déroule la scène ?


Document associé : Photo de la galerie des glaces.

  • Quelle est la fonction de ce lieu ?

  • Qu’y a – t – il d’exceptionnel dans ce lieu ?

  • Quelle impression le roi veut –il donner à ses visiteurs étrangers ?

  • Imaginez que vous vivez à la Cour de Louis XIV : vous écrivez à un ami de province pour lui décrire une journée de la vie du roi au château de Versailles, et vous lui montrez qu’elle est révélatrice du pouvoir du roi.


Roi renommé au – delà des frontières du royaume de France. Emerveillement des visiteurs reçus dans la galerie des glaces (décor baroque, miroirs gigantesques pour l’époque, ors, faste de la cour). Grande solennité de la mise en scène (trône à l’extrémité de la galerie) pour impressionner.
Trace écrite possible :

Louis XIV, entouré de sa cour, reçoit les visiteurs étrangers dans la galerie des glaces (décor baroque) pour les impressionner (miroirs, décors luxueux).
Document 8 : Résolution prise de faire la guerre aux Hollandais, 1671, peinture de LE BRUN, plafond de la galerie des glaces (site officiel du château de Versailles).

Exercice :

  • Quelle est l’attitude du roi ?

  • Quelle image le peintre veut – il donner ?

  • Quelle politique du roi évoque ce document ?


Document associé : carte du royaume de France faisant apparaître les conquêtes.

  • Quels sont les territoires annexés par la France sous le règne de Louis XIV ?

  • Comment les frontières du royaume sont – elles protégées ?


Trace écrite possible :

Le plafond de la galerie est décoré de peintures montrant les grandes étapes du règne de Louis XIV, et en particulier les guerres qu’il a menées. Louis XIV veut y faire la démonstration de sa puissance.
Compléter un fond de carte. Ainsi, on termine ici la carte de l’évolution des limites du royaume, du début du XVI° siècle à 1715.
Réponse à la problématique : Le pouvoir royal, affaibli au XVI° siècle, est réaffirmé à la fin du XVI° par le roi Henri IV, puis renforcé, notamment par le roi Louis XIV aux XVII° et XVIII° siècles ; il s’agit désormais d’un pouvoir absolu de droit divin.

Document réalisé par Valérie LLAMAS, professeure d’Histoire et Géographie,

au collège Clémence ISAURE, Mars 2010.

similaire:

Comment s’affirme le pouvoir royal du xvi° au xviii° siècle en France iconExamen final
«Les provinces arabes (XVI è siècle – XVIII è siècle)», Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989, p. 343-418

Comment s’affirme le pouvoir royal du xvi° au xviii° siècle en France iconVoyages et découvertes, xvi°-xviii° siècles

Comment s’affirme le pouvoir royal du xvi° au xviii° siècle en France iconLivres anciens XVI, XVII, XVIII – histoire -litterature et divers

Comment s’affirme le pouvoir royal du xvi° au xviii° siècle en France iconRoi de France depuis 1824, Charles X, frère de Louis XVIII, est hostile...

Comment s’affirme le pouvoir royal du xvi° au xviii° siècle en France iconOuvrages individuels et collectifs
«Crise rurale en Nouvelle Castille à la fin du xvi° siècle : le cas de Bargas, Cobeja, Orgaz et Los Yebenes» in Mélanges de la Casa...

Comment s’affirme le pouvoir royal du xvi° au xviii° siècle en France iconJournйe d’йtude / sйminaire M2
«cйlйbration du pouvoir» parait plutфt propre а des rйgimes autoritaires et liйs au pouvoir religieux (comme en tйmoigne une petite...

Comment s’affirme le pouvoir royal du xvi° au xviii° siècle en France iconL’Angleterre choisit le gothique au xv° et xvi° siècle

Comment s’affirme le pouvoir royal du xvi° au xviii° siècle en France iconL’Œuvre d’art et le pouvoir : Comment l’œuvre d’art est utilisée...

Comment s’affirme le pouvoir royal du xvi° au xviii° siècle en France icon2 Cours classées du XVI ème siècle, un Jardin

Comment s’affirme le pouvoir royal du xvi° au xviii° siècle en France iconCours de Philippe Koeppel, octobre 1996-janvier 1997
«Lumières» fut employé dès le xviii° siècle. Les Lumières commencent en fait à la fin du xvii° siècle, avec Fontenelle et Bayle,...






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com