Chapitre 1 : Vers un nouveau modèle productif





télécharger 238.58 Kb.
titreChapitre 1 : Vers un nouveau modèle productif
page1/7
date de publication21.05.2017
taille238.58 Kb.
typeDocumentos
h.20-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7
THEME 3 : TRAVAIL ET EMPLOI
Chapitre 1 : Vers un nouveau modèle productif

Objectif : Comment les modifications de l’organisation du travail agissent-elles sur la croissance et transforment le monde du travail.
I/ Pourquoi la division du travail ? 1, 2 p 114 115

Q°1 :1) La spécialisation d’une entreprise dans une activité permet d’accroitre la productivité et donc les profits. Mais pour que cela engendre une hausse de la production, il faut des débouchés suffisants, un marché suffisamment étendu.

2) rôle du marché : cf. institutionnalisation du marché (programme 1ère) : les échanges reposent sur des comportements naturels (« penchant naturel à trafiquer… » Smith). L’existence des échanges découle donc de la nature humaine.

=> mise en place de la DT (dc du marché qui découle de la spécialisation des activités) est la csq du penchant naturel qu’ont les hommes à échanger.

=> c’est pcq « la nature » des hommes les pousse à échanger entre eux des mchdises qu’ils ont recours à la spécialisation des activités plutôt que de produire chacun, individuellement, tous les biens et services dont ils ont besoin. C’est donc « naturellement » que le marché, qui permet ces échanges s’est peu à peu dvpé (échanges marchands ouvrent des débouchés)
Q2 : parcellisation des tâches permet à la prodté d’être multipliée par 240 : un salarié est 240 fois plus prodtif grâce à la DT

  • Pourquoi la division des tâches permet-elle d’augmenter la productivité ? : La division du travail engendre des gains de productivité car prod° + efficace : plus d’articles dans le même temps du fait accroissement de l’habileté de chaq travailleur grâce à spécialisation, gain de temps pr l’ouvrier qui ne passe + d’une acticité à l’autre (PT lié à l’invention de machine qui améliore efficacité du travail)


Q3 : 2) Avantages DT : => augmentation du chiffre d’affaire et diminution des coûts unitaires de production grâce à GP => croissance éco donc augmentation de la valeur ajoutée cad de la richesse créée et hausse du NV.

=> ctle sur chacune des étapes du processus de prod° + facile en réunissant l’ensemble des salariés ds une manufacture.

3) ouvriers dépossédés de leur savoir-faire

II/ De Taylor à Ford : l’OST. annexe 1 et 2

Taylor instaure la double division du travail :

- Division horizontale : parcellisation très poussée des tâches d’exécution en tâches extrêmement simples par les ouvriers dits « spécialisés ».

- Division verticale : forte hiérarchisation dans l’entreprise en séparant les tâches de conception (réalisées par les ingénieurs, dans des bureaux d’études) et celles d’exécution (réalisées par les ouvriers).
Division horizontale + division verticale + chronométrage des tâches

Hypothèse initiale : l’individu n’est attiré que par la rémunération.

    • la spécialisation accroît la dextérité des OS

    • la spécialisation permet aux cols blancs de ne se consacrer qu’à la réflexion : the one best way

TOUS les travailleurs quelle que soit leur activité sont plus productifs.

Individus payés au rendement

Facteur de croissance grâce aux gains de productivité
Q°4 : quels objectifs poursuivent les dirigeants d’entreprise en séparant les tâches de conception et d’exécution ? : déposséder les ouvriers de leur savoir pour se l’approprier afin d’accroître le ctle de la direction sur le processus de prod° ; l’ouvrier est dépossédé de tout ctle sur son W et de tte compréhension de son W car dépossédé de son savoir faire.

Mieux ctler également le tps nécessaire à exécuter les différentes tâches (chrono) pr accroître la prodté, la prod° et baisser les coûts unitaires.

Q°5 : pourquoi l’organisation du travail doit-elle devenir « scientifique » selon Taylor ?

OST = organisation scientifique du travail = principes rationnels : en adoptant une démarche quantitative (mesure des tps et des mvts, chq OS devant accomplir une tâche simple et répétitive en un mini de tps, soumis à des cadences strictement chronométrées) et donc « objective », rationnelle, Taylor tente de couper l’herbe sous le pied aux critiques éventuelles (notamment syndicales) car des « énoncés scientifiques » ne pv faire l’objet de débat qu’entre savants « ce que ne sont pas les ouvriers.
REMARQUE : csq pour salariés : conditions de W difficiles, perte d’autonomie, déqualification ms en même tps, dvpt d’une conscience de classe du fait homogénéisation du W.
Ford reprend la double division du travail de Taylor en y ajoutant 3 innovations, caractérisant le système fordien :

  • Le travail à la chaîne : un convoyeur permet la circulation automatique du produit en cours de fabrication entre des postes fixes et alignés attribués à des ouvriers pour qui les cadences sont donc imposées par la machine.

  • La standardisation des pièces et produits (un seul modèle de voitures, la Ford T et d’une seule couleur, noire) : permet une baisse considérable des coûts de production (économies d’échelle) et débouche sur une production de masse.

  • Les salaires élevés : « the five dollar’s day ». Ford double le salaire de ses ouvriers, moyen d’accroître la motivation des salariés (qui acceptent mieux les conditions de travail difficiles), de fidéliser les ouvriers spécialisés, et de favoriser indirectement la consommation de masse (débouchés pour la production de masse).


principale caractéristique = travail à la chaîne => disparition d’un certain nombre d’emplois (manutentionnaires), réduction des temps morts, une plus grande parcellisation des tâches, mise en place du travail posté.

Attention à ne pas confondre le travail posté (postes de travail en équipes successives) et le travail à la chaîne.

Le but des entreprises est de satisfaire une demande solvable =< réaliser un profit. La production de masse suppose une consommation de masse => solution : les ouvriers consomment en masse les produits de même nature.

Facteur de croissance grâce aux gains de productivité et grâce à l’écoulement des produits auprès des ouvriers (assurance des débouchés). On tient compte de l’offre mais aussi de la demande.
Q°6 : Faites 2 schémas présentant la relation entre fordisme et croissance, l’un au niveau micro économique, l’autre au niveau macro économique.



Q°7 : Sur quoi repose le rapport salarial fordiste (le compromis capital- travail) ? dvpt des conventions collectives et dts syndicaux qui favorise négociation entre employeur et salariés (assure un partage jugé plus équitable des GP.

Q°8 : Quels sont les moyens institutionnels qui ont assuré la cohérence du régime de croissance fordiste ? Sur quel type de société cela débouche-t-il ?

Moyens institutionnels qui accompagnent le fordisme : dvpt du syst bancaire et du crédit

Dvpt E-Providence qui assure, grâce à protection sociale (maladie, chômage, retraite…), une certaine continuité aux rev des mges (évite dégradatio de la dde qd conjoncture mauvaise). Etat finance également infrastructures indispensables à l’activité éco des entreprises.

    • engendre toute une société : sté de consommation de masse (dc nv norme de cons°)

changement importants ds la PA (hausse des ouv et dc prolétarisation, hausse cadres et techniciens
CONCL° : OST eut, des 20’s aux 60’s des resultats généralement considérés comme >0 : hausse prod° et prodté, hausse NV des mges, transformation des modes de vie (allègement des tâches domestiques grâce à équipement électro mger, auto, moy de comm° de masse : radio TV)

Cpdt, critiques se dvpent parallèlement à généralisation OST.


III/ Mutation du capitalisme et crise du fordisme. Doc 6 et 7 p 83

Q°9 : Quels sont les facteurs à l’origine des difficultés du taylorisme (au sens large) ? En quoi rendent-ils les principes tayloriens contre-productifs ?


CAUSES (facteurs)

CARACTERISTIQUES

CONSEQUENCES

60’s : rejet par salariés des conditions de W (du fait amélioration conditions de vie et d’instruction : allongement scolarité obl jusqu’à 16 ans pr génération née en 53)

:, différenciation du produit, qualité, délai + courts => organisation du travail flexible.

absentéisme, coulage (sabotage), turn over élevé, problèmes de qualité.

Ralentissement GP dc de l’efficacité éco.

Remise en cause double DT.

Depuis les 80’s, évolution des technologies/ informatisation, robotisation


Besoin d’une main d’œuvre qui puisse prendre des initiatives, polyvalente (réparation, ctle, entretien des machines…)

main d’œuvre qualifiée.

Remise en cause recrutement OS

Depuis les 80’s, évolution des marchés :  mutation de la dde : + fluctuante, +diversifiée, + exigeante => consommateurs expriment une dde de renouvellement, de 2ème équipement => + sensibles à l’individualisation des pdts et à leur qlté.

Nécessite différenciation des pdts, qlté, délais + courts, tout en étant toujours plus compétitif / prix.

Standardisation et dc gdes séries de qlté médiocre plus adaptées, compétitivité px ne suffit plus.


CONCL° : remise en cause OST car ralentissement efficacité du W => a supposé de mettre en œuvre un autre mode d’organisation du W, + adaptée (cad reconnaissance du facteur humain ds la prod° en permettant participation des Weurs aux décisions concernant la prod° pr accroître motivation dc leur prodté).
IV/ Quelles nouvelles organisations du travail en réponse à cette crise ? entre post-taylorisme et néo-taylorisme.

Jusqu’où ces organisations nouvelles sont-elles fondamentalement différentes du taylorisme, dans ce cas, on peut parler de rupture et donc de post-taylorisme ;

Jusqu’où ne sont-elles que des adaptations du taylorisme, dans ce cas, on peut parler de continuité et donc de néo-taylorisme.


1) Le toyotisme. Annexes 3 et 4,

2 principes :

  • Production juste à temps (JAT) : la production, sur la ligne de production, est déclenchée par une commande en amont (atelier ou segment de production) d’où l’absence de stocks et une production à « flux tendus » (zéro stock, zéro délai). Le juste à temps est permis par un système d’informations qui reposent sur des fiches (kanban) qui circulent entre les différents ateliers.

  • L’auto-activation de la production (autonomisation de la production) : possibilité pour l’ouvrier d’arrêter la production s’il constate un problème et arrêt automatique de la machine en cas d’anomalie. Les travailleurs peuvent dès lors intervenir (maintenance, contrôle qualité) en dehors de toute consigne de la hiérarchie. (zéro panne, zéro défaut, zéro papier)


Q°10 : Expliquez de manière détaillée la phrase soulignée dans l’annexe 3.

Taiichi OHNO, Toyota après la 2nde guerre mondiale

Objectif : produire de la manière la plus rentable des petites séries.

Le toyotisme est une réponse aux difficultés de développement du capitalisme, à la crise du fordisme :

  • on tient compte de l’évolution technologique, la production est flexible, on utilise l’informatisation et la robotisation pour produire en quantité restreinte.

On tient compte de l’évolution de la demande : la demande est volatile, changeant, exigeante => il faut produire en petite série, sans cesse innover, différencier le produit

=> cette organisation du travail permet d’être plus efficace et permet d’être proche de la demande => plus de VA = croissance.

la production s’adapte à la demande et non plus l’inverse afin d’accroître la productivité et de baisser les coûts de production.

  • L’ouvrier d’une entreprise appliquant le toyotisme doit être : polyvalent, formé, doit prendre des initiatives car tâches des ouvriers sont à la fois d’exécution, de maintenance, d’entretien, de dépannage. L’hypothèse initiale n’est pas que l’individu est seulement intéressé par les gains mais également par le contenu de son activité (+ de polyvalence, autonomie puisque les opérateurs peuvent intervenir dans la production sans que la hiérarchie intervienne, meilleure implication, valorisation des compétences de chacun, source d’innovation et de GP : répond dc à crise du fordisme).

  • Réponse également au pb de qlté de la prod° standardisée : auto activation de la prod° évite la prod° de pièces défectueuses et la détérioration des machines : répond à une dde exigent qlté et permet aussi baisse coûts de prod°

Q°11 : Montrez la cohérence entre les aspects techniques, économiques, et culturels du toyotisme (annexe 4). Le modèle japonais est-il généralisable ?

Volonté de réussite sociale passant par réussite professionnelle.

Valeurs telles que rigueur, respect de l’aîné, de la hiérarchie, application au travail, recherche de la perfection, W sans relâche, favorables à l’acceptation des conditions de W (h sup…)

Logement, vie chers incitent également à acceptation conditions de travail…

Pas généralisable car repose sur un système de valeurs et une histoire (en France, syndicat revendicatif et non coopératif ; ex grève en France # Japon, or toyotisme suppose des relations sociales ds l’ent de type concertation et non de type conflictuel)
2) La recomposition des tâches. doc 9 p84

Q°12 : Questions 1 doc 9

L’enrichissement des tâches vise la division verticale du travail car on restitue au travail une part de conception. W s’étend aux tâches de réglage, entretien des machines, ctle de la qlté du pdt

+ enrichissant : normalement tâches d’exécution couplée avec des tâches de maintenance : W + intéressant dc motivant

- en réalité, l’enrichissement est très limité, ce ne sont que des couplages engendrant peu d’enrichissement
L’élargissement redéfinit la division horizontale du travail : accomplissement de plusieurs tâches.

+ varier les activités de l’OS, W moins fragmenté

- en réalité l’effet est limité car l’OS répétera x fois les mêmes gestes par rotation (cumul de plusieurs tâches, tjs cadences imposées.) … il ne réalise pas le produit dans son intégralité
Les groupes semi-autonomes combinent enrichissement et élargissement des tâches.

+ Constitution d’îlots : travail a priori + intéressant car le groupe a une certaine autonomie dans son organisation notamment (équipes organisent leur activité), limite effets hiérarchiques et responsabilise

- on demande davantage aux groupes semi autonomes en termes de productivité (normes de prod°, contrainte de prod°, de résultat tjs fixée par hiérarchie)
=> nvx modèles rompent avec la monotonie du travail taylorien, cependant, la logique reste taylorienne, ce ne sont que des aménagements qui ne remettent pas fondamentalement en cause les ppes de l’OST .

néotaylorisme : action pour atténuer la monotonie du travail, vise surtout à revenir sur la division horizontale

  1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Chapitre 1 : Vers un nouveau modèle productif iconChapitre 1 Le modèle de la cité grecque

Chapitre 1 : Vers un nouveau modèle productif iconMode & e-commerce
«Un nouveau modèle de consommation émerge en rupture avec les années précédentes. On parle désormais de Slow Fashion», annonce en...

Chapitre 1 : Vers un nouveau modèle productif iconEn quoi Ulysse est-il un modèle de vie et un modèle artistique ?

Chapitre 1 : Vers un nouveau modèle productif iconRapports inégaux entre les puissances économiques
«modèle britannique» (qui n’est dès lors plus un modèle mais devient une voie d’industrialisation parmi d’autres), unique et non...

Chapitre 1 : Vers un nouveau modèle productif icon«saint aubin sur mer fête le nouveau brunswick» 9 au 15 aoûT 2008
«Thalassa» diffusée sur France 3 sur le Nouveau-Brunswick et conférence sur l’Acadie, le Nouveau Brunswick, de Maurice Basque, directeur...

Chapitre 1 : Vers un nouveau modèle productif iconRésumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

Chapitre 1 : Vers un nouveau modèle productif iconRésumé 17 Première partie repenser le gouvernement 22 Face au populisme,...
Vous qui cherchez des festins gratuits / Et qui, les jours travaillés comme les dimanches

Chapitre 1 : Vers un nouveau modèle productif iconRésumé de l’ouvrage
«biens-services», élaborés par des structures de production partenariales amorçant ainsi une transition vers un équilibre de concurrence...

Chapitre 1 : Vers un nouveau modèle productif iconIl est venu le temps des cathédrales Le monde est entré Dans un nouveau...

Chapitre 1 : Vers un nouveau modèle productif iconBibliographie : découverte «Une première bibliographie, sous la direction...
«La Renaissance», partie moderne,Italie vers 1450-vers 1590, France vers 1480-1589






Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
h.20-bal.com